Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Visite médicale [Chiwa Aimi]

Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Dim 31 Mar 2019 - 15:55
Cela faisait déjà plusieurs jours depuis son réveil à l'hôpital et son autorisation de sortie pour pouvoir reprendre lentement mais sûrement un quotidien respectable. L’état dans lequel l’avait laissé ce fameux Kibo, prisonnier de Wasure ne donnait clairement pas l’envie de se mettre à sa place et subir les douleurs quotidiennes de ces innombrables blessure le long de son corps. D’ailleurs, rater les marques de ces lacérations en voies de guérison s’avérait plutôt impossible, puisque le colosse ne portait aucun haut ou veste spécifique en temps normal ni maintenant d’ailleurs, laissant ainsi exposé l’ensemble de bandages lui couvrant essentiellement le haut du corps.

Mais le pire dans tout cela résidait dans les trois semaines de récupérations forcées où le guerrier à la chevelure d'ébène ne pouvait ni s'entraîner, ni partir en mission ni continuer ses devoirs de ninjas usuelles. Il lui fallait plutôt recourir aux activités douces favorisant la guérison et la récupération de son être, ce qui résorbait inévitablement ses défouloirs usuelles. Aujourd’hui même, le Shinobi se devait de demeurer chez lui dans l’attente d’une visite médical inscrit dans son parcours de suivis prescrit par l'hôpital. Pour tout dire, c’était la première fois, de la part d’une inconnue pour l’instant.

Homme ? Femme ? Enfant ? Il n’en avait aucune idée, notamment vis-à-vis de la diversité de soldats précoces qu comportait le village d’Iwa comparé à lui et son âge avancé, entré à peine quelques mois avant dans le système militaire. Dans tous les cas, l'artisan émérite s’était attelé à maintenir un domicile accueillant et hospitalier malgré les nombreux documents qui parcouraient les murs, utiles et obligatoires pour son métier initial de fabricant d’armure. Ce dernier logeait sur la partie haute des quartiers résidentiels, avec plusieurs chambres et assez d’espace pour être à l’aise, dont sa terrasse qui donnait une vue plongeant sur le village caché.

L’habitat trahissait un peu les moyens aisés de ce dirigeant d’une grande société de commerçant, mais de par son emplacement un peu éloigné des milieux denses et trop peuplés de ce coin préservait un petit côté discret, fondu dans le décors rocheux de la ville. De l’extérieur, pas vraiment de bling bling ou de luxe particulier, si ce ne fusse sa terrasse ancré presque naturellement dans l’architecture ambiante. Il y vivait seul, pour le moment, avec le loisir de s’adonner tranquillement à ses requêtes professionnelles constantes et gourmandes en énergie.

Là, au courant de l’heure approximative de la visite, l’homme au teint bronzé se contentait d’attendre le corps appuyé contre un tabouret de bar proche de sa baie vitré dont l’une laissait passer une brise matinale plutôt agréable. Le Genin semblait perdu dans ses songes, réfléchissants aux nombreuses morts qu’il y avait eu dans cette petite bourgade à cause du prisonnier. Parmi ces habitants, certains faisaient parties de loin ou de prêts des proches de ses employés, dont une majeur partie recevait déjà des messages de deuil en ce moment même. Une situation tellement compliqué … Surtout que lui même devrait se présenter envers ces familles pour les réconforter ou leurs apporter son soutien. Son planning s’avérait chargé finalement …

Cependant, l’instant présent le repris d’un coup lorsque la porte sonna.

« C’est ouvert. Vous pouvez entrer. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Dim 31 Mar 2019 - 19:34
Visite médicale

Raffut, désordre, pagaille : ces mots décrivaient bien l'ambiance actuelle de l'hôpital d'Iwa. Ces derniers temps, il y avait peu de place pour d’éventuels patients. Toute cette cacophonie était due à cet incident dont Aimi ne savait pas grand-chose : celui lié à l'évasion de prisonniers d'un pénitencier secret sur une mystérieuse île. La jeune kunoichi ne voyait plus le bout du tunnel ; entre son apprentissage lié aux techniques ninjas et sa présence ponctuelle à l'hôpital, elle n'arrêtait plus. Aimi aimait travailler sur tous les plans, bien qu'elle n'était pas encore considérée comme un ninja médecin, elle savait qu'elle était en bonne voie pour le devenir. Alors quand elle apprit qu’il y avait un nombre élevé de victimes liées aux évasions, elle avait senti le besoin d’offrir son aide et ses compétences à l’hôpital. C’est ainsi qu’elle se retrouva à suivre les directives de l’infirmière en chef des urgences, celle-ci appréciait le rubis d’Iwa pour son écoute et son efficacité. La rousse s’occupait des soins minimes avec le plus grand sérieux, elle tenait à apprendre de façon minutieuse. Elle était si concentrée que même une explosion ne pourrait la faire sortir de ses pensées. Beaucoup de ses camarades seraient surpris en tombant sur ses iris impénétrables et son attitude consciencieuse. Habituellement, la Chiwa était explosive, ne tenant jamais en place, alors on découvrait un personnage très différent en ces lieux stérilisés.

La détentrice de katana avait peu dormi, elle s’était levée avant l’aube et s’était dirigée vers les urgences. Elle avait respectueusement salué sa supérieure qui lui avait donné des tâches sommaires comme changer les bandages, recoudre des blessures légèrement profondes. Elle s’adonnait rarement au ninjutsu médical, car celui-ci avait préalablement était utilisé pour les blessures les plus graves.

La douce matinée avançait petit à petit, Aimi ne voyait pas le temps passer et sans s’en rendre compte, elle avait déjà terminé ses tâches. Alors qu’elle cherchait de ses yeux rubis, un patient à prendre en charge, une des infirmières alla à sa rencontre, l’allure pressée.

— « Aimi, pourrais-tu rendre visite à Mugirawa Abuto, dans les hauts quartiers résidentiels ? Nous sommes débordés et ce patient a besoin qu’on refasse ses bandages et qu’on vérifie ses blessures. C’est un shinobi, comme vous. Merci Aimi ! » Finis la jeune femme au bord de la crise de nerfs.

L’iwajin n’eut le temps de répondre que la silhouette féminine disparut de sa vision. Elle soupira, faire l’infirmière à domicile devait sûrement faire partie des tâches d’un médecin. Ses épaules se rehaussèrent légèrement, elle tourna les talons et se dirigea vers le vestiaire pour récupérer un sac avec tout le kit nécessaire aux soins sans gravité. Une fois prête, elle se couvrit de son long manteau noir et attrape son katana qu’elle plaça dans son dos, puis entreprit de prendre la direction de la sortie de l’hôpital.

Le village était plutôt calme quand on pensait à tout ce qui s’était déroulé, les commerçants se hâtaient déjà à vendre leurs produits, sûrement comme son géniteur. Cela faisait maintenant 4 ans que la jeune fille était arrivée à Iwa, elle connaissait ses camarades d’armes, mais n’avait jamais tissé de lien spécifique avec eux. Alors, elle n’était pas vraiment à l’aise quand elle entrait en contact avec eux, en dehors du contexte militaire ou médical. Fort heureusement, le rubis y allait pour soigner un shinobi qu’elle n’avait jamais vraiment rencontré. « Vraiment », car la première fois qu’elle le vit, ce fut, quelques jours auparavant, lors de l’arrivée en masse de blessés, dont une équipe qui était revenue d’un violent combat contre un de ces prisonniers. Elle avait apporté son aide lors de ses soins et n’avait plus eu de nouvelle depuis. Le côté protecteur d’Aimi se demanda s’il allait mieux. Elle secoua la tête intérieurement, se disant que vu son état, il ne devait pas bouger énormément.

Alors que ses pas sûrs et à la fois discrets arpentaient les rues du village de la Roche, elle posa son regard bouillant sur les hauts quartiers, elle arrivait enfin. Ses longs et fins sourcils se froncèrent lorsqu’elle commença à chercher la demeure de son patient du jour. Le quartier était assez reculé du village, se logeant dans les bras rocheux qui arboraient Iwa. En analysant les façades impeccables vêtues d’un matériel de qualité, on se doutait que les familles y vivant étaient aisées. En se promenant le long des bâtisses, la douce rouquine tomba sur l’une d’elle où une charmante plaque en bois entouré d’un métal sans rouille y était incrustée, le nom de « Mugirawa » y était gravé. Le visage indéchiffrable, ses petites lèvres s’entrouvrirent légèrement, laissant échapper un soupire plaintif, elle tendit son petit bras et ferma son poing, afin de donner trois coups à la grande porte en bois.

— « C’est ouvert. Vous pouvez entrer » une voix grave et lasse atteignit les oreilles d’Aimi.

Jamais la Chiwa se serait permis d’entrer dans la demeure d’un inconnu, bien qu’elle hésita, si celui-ci était blessé, elle ne se posa pas la question plus longtemps et entra à l’intérieur. Ses jambes s’arrêtèrent afin de se faire à la basse luminosité de la pièce principale. C’était une pièce charmante, simple et soignée, on notait toutefois la qualité des objets présents. Ses iris rouges se dirigèrent par réflexe vers une silhouette assise au bord d’une baie vitrée qui laissait de l’air frais faire virevolter sa longue chevelure de feu. Des prunelles carmin profondes la fixaient simplement, on pouvait lire sur le visage de cet homme légèrement plus vieux qu’elle, une certaine fatigue physique. Ses cheveux mi-longs onyx lui donnaient un air sauvage, enfin non, tout son être faisait cet effet. Elle descendit son regard sur la raison de sa venue, le haut de son corps musclé, couverts de bandages, où à certains endroits, le sang avait séché. La jeune fille n’avait pas l’habitude de se trouver dans un endroit, seule avec un individu du sexe contraire, ses joues s’empourprèrent légèrement tout en s’inclinant légèrement pour saluer son patient, alors qu’elle n’aimait pas débiter, elle allait devoir le faire pour se présenter.

— « Bonjour Mugirawa San, je suis Chiwa Aimi, Genin. J’aide aussi à l’hôpital, c’est pour cela que je suis ici aujourd’hui, pour changer vos bandages et vérifier qu’aucune blessure n’est infectée ou qu’il n’y ait pas besoin de recoudre. »

Aimi n’était pas du genre à fuir le regard d'une personne, bien qu’embarrassée, le silence des lieux n’aidait pas non plus. Elle s’approcha doucement, ne sachant pas comment l’individu pourrait réagir. Elle scruta les alentours puis prit de nouveau la parole de sa voix fine mais sûre.

— « Est-il possible Mugirawa San de nous mettre à un endroit plus pratique, que je puisse avoir mes affaires à portée de main pendant les soins ? »

Son regard indéchiffrable et ses paroles neutres ne faisaient pas d’elle une personne dure, elle ne désirait pas paraître malpolie ou désagréable, elle ne savait tout simplement pas comment s'y prendre. La Chiwa ne se permettrait pas de poser des directives dans d’autres circonstances, mais en tant que médecin, elle se devait d’effectuer sa mission avec efficacité. Alors, elle attendait que Mugirawa l’invite à s’installer pour commencer les soins.



_________________
Visite médicale [Chiwa Aimi] 90lv
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Lun 1 Avr 2019 - 0:53
La voici finalement, dévoilant peu à peu les contours de sa personne derrière la porte qui s’ouvrit lentement suite à son invitation un peu sèche et fanée. On ne sentait rien que dans le ton de sa voix l’épuisement et l’épreuve imposé par ces souffrances permanentes, ce en dépit de la vision allant s’offrir à lui. Une longue chevelure tout de rubis et extrêmement féminine, des pupilles pas loin de rejoindre la teinte flamboyante de ses propres iris et un minois fin empli d’un charme certains … Une jeune femme donc ? Cela détonait un peu de ses attentes évasif, plongé dans le cliché du médecin lambda, sans forcément lui déplaire, au contraire. Plutôt mignonne.

Ainsi, profitant d’une rotation lente de sa chaise de bar, la silhouette du colosse put enfin entièrement faire face à l’infirmière alors que celle-ci entama des présentations particulièrement respectueuses, un peu à l’opposé de ses habitudes plus directs et moins gênés. En effet, son regard affiné l’espace d’un instant remarqua le rougissement fugace de la Kunoichi, lui inspirant une certaine intrigue et curiosité. Elle n’avait pas à se sentir dérangé, même si le contexte impliquait forcément de demeurer seul en compagnie d’un homme dans la même pièce … Ce qui pour lui ne posait pas tant de soucis, se considérant comme son patient.

« Enchanté Aimi, c’est gentil de t’être déplacé jusqu’ici. Ne te sens pas gêné, je suis aussi Genin. Tu peux même me tutoyer. »

Il ne détacha pas ses pupilles de celles de son interlocutrice, d’un caractère assez porté sur l’assurance et la confiance mais en cherchant un minimum de contact et peut être à créer un peu de complicité avant de s’attaquer à ce qui risquait d’être une tâche hebdomadaire et assez routinière en soi. Cependant, la requête et l’approche de la demoiselle coupèrent court à cette initiative, cherchant visiblement à réaliser ses soins rapidement.

« Ah … Oui bien sûr, on peut passer sur la terrasse je pense, il fait bon dehors et il y a assez de meubles et support pour étaler tes affaires tranquillement. T’en fais pas, la vue est dégagé mais personne ne peut parcourir les environs, pas sur ce versant. »

En ce sens qu’aucun curieux ne puisse porter un œil sur leurs affaires, même si le recouvrement tout de vois suffisait déjà à dissimuler cette partie là des environs sans masquer le paysage. Ainsi Abuto se releva de son siège d’abord avec un certain élan puis une certaine réticence quant aux multiples blessures dont la douleur se réactiva avec violence l’espace d’un instant. Visiblement marcher seul était encore une épreuve. A cet effet, sa main attrapa un support proche lui servant d’appui avant de se lever complétement, même si une aide extérieure n’aurait pas été de refus. En arriver jusque là … Il ne se remettait pas encore des contraintes que lui imposait cet état.

« Hmm … Désolé, ce n’est pas encore simple pour moi. Tu peux passer devant, je te rejoins. »

Il ne savait pas vraiment comment elle allait réagir ni effectuer son travail de la journée, mais l’homme tatoué la laissa passer devant par galanterie ou du moins, l’y inviter selon sa réaction. Son corps essaya de se reprendre tant bien que mal, ignorant ses capacités à bouger rapidement sans forcer sur les entailles longeant son torse et son dos en majorité. Dehors, la terrasse se trouvait muni de plusieurs sièges proches du pouf, assez confortables et sans dossier pour certaines, histoire qu’elle puisse agir comme bon lui semble. Autour et au milieu siégeaient deux tables, l’une plutôt en forme d’un semi bureau où ce dernier pouvait vaquer à ses activités lorsque le temps le lui permettait.

« J’imagine qu’on sera amené à se revoir plusieurs fois. Tu travail donc à l’hôpital ? Je ne me souviens pas de t’avoir croisé mais bon, ayant passé une bonne partie de mon séjour là-bas inconscient … Je ne me souviens même plus de ce qui s’est passé à notre arrivé au village. »

Un rire léger et ironique surgit de sa voix épaisse, se rappelant de l’allure comique de certaines visites à ce moment, dont celle de Toph.

« Là, tu peux disposer de l’espace comme bon te semble. C’est toi la patronne pour aujourd’hui. »

Peinant toujours à se déplacer, l’héritier Mugirawa laissa l’initiative à son invité pour voir un peu ce qu’elle allait faire et surtout tâter un peu le terrain avant de faire plus ample connaissance. Il ne savait pas vraiment si cette dernière y était enclin, espérant que oui, au risque de faire de cette rencontre un échange morne en ternes.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Lun 1 Avr 2019 - 12:55
Visite médicale

Alors qu’Aimi attendait un signe de son interlocuteur, celui-ci se tourna face à elle, son regard la perçait ne se détachant pas d’elle, il la salua de la plus simple des façons. L’homme était donc aussi Genin, il l’invita à le tutoyer ce qui l’arrangeait, à part ses mentors, elle n’avait pas pour habitude d’utiliser autant de marques de respect. La Chiwa analysa le shinobi de son grade, se disant qu’il était une personne plutôt calme, sûre de lui. L’aplomb dont il faisait preuve et ce côté communicatif mirent un peu plus la jeune fille à l’aise, bien que son regard vermeil lui donnait l’impression qu’il essayait de sonder ses pensées et son esprit, la faisant rougir de nouveau. Les secondes paroles de son coéquipier militairement l’interpellèrent, elle avait l’impression qu’il était légèrement déçu, était-ce le fait qu’elle soit tendue, cherchant à ne pas perdre de temps ? Peut-être qu’elle devrait se déraidir et aller plus vers les gens, chose plus difficile à dire qu’à faire… Il lui proposa la terrasse comme endroit pour se poser pour effectuer les soins, il faisait bon et la vue était agréable, pourquoi pas ?

Les gestes de l’Iwajin firent sortir Aimi de ses pensées. Alors qu’il se levait sûrement de son tabouret, les mouvements se firent soudainement plus compliqués, le visage captivant de son patient de la journée décela une légère grimace faisant réagir la Chiwa automatiquement : un pas voulant accourir vers lui. La rousse se rendit compte qu’elle avait encore ses chaussures, lâchant un faible juron que seule sa personne entendit, elle recula légèrement et enleva furtivement ses bottines. Le blessé s’excusa de souffrir ? La jeune fille fronça des sourcils, le désire de lui offrir une tape derrière la tête la démangeant, il trouvait en plus, le moyen d’être toujours poli avec elle, ce qui toucha la kunoichi. Un air sévère sur son minois, elle lâcha son kit de soin et accouru rapidement se plaçant sous le bras de cet homme intéressant, lui offrant un appui bien que minime, mais suffisant pour le soulager. Instinctivement, ses longs et fins doigts se posèrent sur son bras comme pour le tenir et son autre membre passa autour de son dos. Se rendant compte de ce qu’elle venait de faire, elle failli le lâcher, mais se reprit aussitôt, il fallait qu’elle grandisse et qu’elle arrête de s’embarrasser aussi futilement.

Alors qu’elle l’aidait à s’avancer vers la charmante terrasse bien emménagée, il continua à lui parler de façon singulière. Vont-ils se revoir ? La Chiwa se dit qu’étant donné qu’elle s’occupait de lui aujourd’hui, il y avait de grandes chances que ce soit elle qui prenne la suite de ses futures visites, et au fond, la jeune fille le souhaitait. Travailler à l’hôpital ? C’était un grand mot. Ce n’était pas vraiment possible en fait, son rôle de shinobi prenait beaucoup de place dans sa vie, bien qu’elle aimait passer du temps à l’hôpital - d'ailleurs, en ce moment, elle passait énormément de temps dans celui-ci- elle ne pouvait y travailler de façon officielle. En fait, le rubis ne savait pas comment se considérer, elle était comme un médecin et les infirmières lui portaient beaucoup de respect, elle était juste trop polie pour se proclamer quoi que ce soit, ou était-ce un manque de confiance en soi ? Non, elle n’était pas comme cela, elle connaissait ses capacités et ses compétences. Le rire railleur du combattant la fit sortir de ses songes, c’est vrai qu’il ne l’avait pas aperçue alors qu’elle oui, et cela durant des heures. En effet, la méd’nin se souvint de l’ampleur de ses blessures, ce jour-là, elle avait participé aux soins importants dont il bénéficiait, l’iroujutsu lui avait forcément sauvé la vie, mais il restait encore des entailles qu’il avait fallu recoudre. Aimi se souvint de l’imposant tatouage tribal qui orné son torse musclé, abîmé par les innombrables blessures de combat, celui-ci était actuellement caché sous les bandages à changer. Il l’invita à poser ses affaires sur la terrasse meublée de fauteuils semblant confortables ainsi que des tables basses qui seront parfaites pour poser tout le matériel nécessaire. La jeune fille lui offrit un mince sourire, le premier de la journée, ses lèvres s’étiraient rarement, souvent, c’était lorsqu’elle taquinait ses camarades, mais il lui arrivait qu’ils soient simplement sincères, comme présentement.

Aimi accompagna son patient sur un fauteuil, le forçant sans être brusque à s’asseoir. Gagnant plus d’assurance qu’à son arrivée, elle ôta son long manteau noir, laissant apercevoir son adorable tenue kaki, puis posa son katana à côté. Ses iris rubis fixant l’homme assis en face d’elle, elle réfléchit à comment procéder.

— « Abuto san, je suis enchantée d’enfin te rencontrer, réveillé. » Elle esquissa un fin sourire amusé à son encontre. «Abuto Merci pour ton accueil et de m’accorder ta confiance. Je suis désolée si je parais… Peu amicale… Je… Je suis nulle pour ça… Tu as une très belle demeure. Si tu permets, je vais préparer tout le nécessaire.»

La jeune fille s’empressa d’aller se laver les mains au lavabo de la cuisine, puis de récupérer le gros sac de soin laissé à l’abandon quelques minutes auparavant. Elle revint vers lui, un visage plus doux et plus agréable, qu’habituellement : elle allait pouvoir prendre soin du shinobi. La rouquine ouvrit sa trousse et posa une vasque métallique sur la table basse près d’eux et versa le contenu d’une eau stérilisée dans celle-ci. Avant de s’y mettre, la jeune fille se dit qu’il avait pris la peine de s’intéresser à elle, chose bien rare pour sa personne, et se devait de lui rendre la pareille.

— « Pour te répondre, je ne pense pas que c’était moi au départ qui devais venir effectuer les soins, mais l’hôpital est débordé et étant donné que mes tâches étaient terminées… En tout cas, si tu me le permets, je tâcherai de revenir m’occuper de toi ! Je ne travaille pas officiellement à l’hôpital, mais j’y suis quand j’ai du temps libre, j’aide les médecins et apprends avec eux, sinon je fais comme tout shinobi, j’apprends, j’effectue des missions… »

Aimi jouait avec ses doigts, légèrement gênée, elle n’avait jamais parlé autant, n’étant pas habituée, elle laissa un certain blanc se glisser entre les deux shinobis. Reprenant du poil de la bête, le petit rubis avait juste besoin d’être mis en confiance. Elle se permit de se lever, sa petite taille faisait qu’il devait avoir les yeux posés sur le bas de son innocente poitrine. Elle s’avança vers lui, rétrécissant leur proximité, il était temps de s’occuper des bandages. Se penchant légèrement, sa longue chevelure de sang pendant sur le côté, elle chercha le bout de départ puis commença à retirer les mètres de bandes, tournant autour de lui quand il fallait passer par le dos. Ses gestes étaient précis et délicats, la kunoichi savait que la peau était sûrement collée aux bandelettes et ne souhaitait pas lui faire de mal. Pendant qu’elle s’affairait à terminer le premier travail, elle continua la discussion, restant tout de même concentrée sur ses actions.

— « Cette histoire d’évasion a mis une folle pagaille dans le village et à l’hôpital. Votre équipe est arrivée, tu étais le plus blessé, nous t’avons pris en charge rapidement. Tout a l’air de s’être calmé aux premiers abords, mais je pense que tout le monde au fond est en feu… En tout cas, les habitants vous sont reconnaissants, vous avez mis à terre l’un de ces captifs. »

Elle s’arrêta, les bandages retirés, son regard reconnaissant lui étant adressé. Ses pupilles chaleureuses se posèrent sur le corps meurtri par les blessures. Bien évidemment, c’était beaucoup plus esthétique que la première fois, mais il y avait du travail et c’est elle qui s’en chargerait. Elle analysa son torse parsemé de petites égratignures qui commençaient à cicatriser doucement, d’autres entailles étaient plus profondes, les fils refermaient celles-ci petit à petit, puis il y avait cette balafre volumineuse, dont certains fils s’étaient détachés, d’où la couleur rougeâtre de la bande à cet endroit-là, qui devait le faire énormément souffrir. Son visage se teint d’une certaine peine pour lui, elle n’imaginait pas ce qu’il pouvait endurer… Elle songea à la procédure de soin qu’elle utiliserait aujourd’hui.

— « Abuto san, je ne pense pas que tu auras à me supporter beaucoup de fois, je vais déjà utiliser du ninjutsu médical pour les blessures les moins importantes, comme ça, il n’y aura plus besoin de fil, elles auront juste besoin de cicatriser tranquillement. Pour la plus importante, je vais essayer d’amoindrir la douleur, mais mes capacités ne permettent pas une guérison complète, je vais donc devoir recoudre à certains endroits. Pour commencer, je vais d’abord nettoyer à l’aide de cette eau stérilisée ton torse, il en a bien besoin ! Je m’excuse d’avance si je m’appuie sur toi pour nettoyer. »

La jeune rousse lui offrit un autre petit sourire puis s’arma de compresses qu’elle trempa dans l’eau confectionnée pour nettoyer les plaies. Elle posa sa main au niveau du genou pour s’appuyer et commença à nettoyer les plaies faisant preuve d’une extrême douceur, mais d’une précision parfaite : elle devait nettoyer efficacement sans ouvrir de nouveau les plaies. Durant le soin, les yeux rivés sur son travail, le silence de concentration qui régnait entre eux ne lui convenait pas, elle était curieuse d’en savoir plus sur l’Iwajin. Elle ne savait pas réellement par où commencer, n’ayant pas l’habitude de questionner les personnes qu’elle côtoyait. La rousse pensa au fait qu’elle ne l’avait jamais vu dans les parages auparavant.

— « Je ne t’ai jamais vu auparavant Abuto san, cela ne fait pas longtemps que tu es installé à Iwa, je suppose ? J’ai constaté que tu avais une équipe aussi, c’est bien pour l’entraînement et les missions ! Le village te plaît ? Il est vrai qu’avec les derniers événements, ce n’est pas facile de se poser dans un endroit nouveau, et je suppose que cette histoire est loin d’être terminée… »

La Chiwa n’avait pas beaucoup d’informations concernant l’évasion et cette île mystérieuse, juste le nécessaire pour comprendre que c’était très sérieux. Sa main droite tapotant chaque blessure avec délicatesse, elle changea l’eau entre temps afin de s’occuper de la plus impressionnante blessure, avant de continuer la suite, elle attendit une réponse de son camarade d’arme.


_________________
Visite médicale [Chiwa Aimi] 90lv
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Mer 10 Avr 2019 - 15:05
« C’est bien ça … Tu m’as donc vu dans cet état critique … Enchanté donc, ange gardien. Ce n’est rien, prend le temps qu’il te faudra, je ne risque pas d’aller bien loin de toute façon. »

Ce fut avec une certaine surprise que le blessé se vit transporté jusque sur le confortable siège disposé sur sa terrasse, d’une aide qu’il n’attendait pas forcément, du moins pas de cette façon. En le voyant dans cet état, la fameuse Eisenin avait accouru avec une passion notable pour se caler sous son bras et l’alléger d’un fardeau non négligeable, si bien que ce simple contact le réconforta dans les soins qu’elle risquait de lui apporter. Finalement elle ne semblait pas si froide et distante que le laissa deviner les premières secondes de leur rencontre.

Suite à ses paroles, l’homme tatoué acquiesça la demande de son interlocutrice avant de faire un peu le tour de la terrasse depuis ses iris flamboyants jusqu’à s’attarder sur les affaires disposées tout autour, notamment ce sabre. Ainsi donc savait-elle aussi se battre en dépit de ses connaissances en termes de jutsus médicinales ? Intéressant … Pouvait-on donc conjuguer des techniques de guérison en plein champ de bataille ? Ou plutôt, utiliser ce répertoire de jutsus aussi bien offensivement que défensivement ? Ce serait là surement un bon sujet à aborder auprès de son invité si le temps le lui permettait.

Mais pour l’instant, il se plongea entièrement dans le rôle de patient en la voyant revenir dans sa tenue Kaki qui mettait davantage en valeur sa chevelure de braise, le corps entier abandonné à sa disposition. Son attention divagua sur les moindres détails de ses préparatifs et de ses manipulation dans un silence contemplatif, admiratif, presque religieux. Il se contentait juste d'acquiescer ses directives implicites, sa silhouette se mouvant selon les doigts fins et délicates de la demoiselle dont la timidité s’envolait peu à peu visiblement.

« Je vois. C’est surement normal avec tout ce qui se passe en ce moment, disons que mon séjour à l'hôpital m’a permis de constater cette surcharge de travail. Mais d’un autre côté, c’est une chance pour moi, je tombe sur la bonne personne pour s’occuper de moi. Je ne dis pas non à te revoir, au contraire. »

Pourquoi pas après tout ? Mignonne, sympathique, et surtout plus bavarde qu’il n’aurait pu le penser. Cela changeait un peu des innombrables médecins en blouse blanches mornes et trop habitué à enchaîner les patients pour s’adonner à des discussions véritables. Attention à ne pas se méprendre … Le coeur d’Abuto appartenait déjà à une charmante femme du nom de Ryoko, de laquelle sa fidélité naturelle ne pouvait dévier. Pas que les charmes de la guérisseuse ne suffisent pas, mais ce lien outrepassait certaines habitudes masculines. En ce sens, le fait de se retrouver à proximité des atouts féminins de son invité ne l’embarrassa pas comme cela aurait pu être dans d’autres circonstances, décochant plutôt un sourire un coin sur l’audace dont elle faisait preuve dans l’application de son métier.

Malheureusement, la teneur de ses déclarations vinrent rattraper une partie sombre du tableau, une réflexion que se faisait déjà le colosse avant qu’elle n’entre dans la maison …

« En effet … C’est suite à cette pagaille qu’on s’est rendu sur place. Il y avait parmi les habitants de ce village des connaissances, certains proches liés à mes employés, des personnes qui toutes était tué malheureusement … Le calme est de retour, cependant, beaucoup de villageois pleurs en silence derrière les murs. Moi même, je vais devoir rendre visite un par un à ces familles en deuil, leur montrer que nous sommes encore là pour les protéger. C’est aussi pour cela que j'espère guérir le plus rapidement possible ... »

Le visage du Mugirawa s’assombrit légèrement devant ce fléau qui tombait de nul part et les responsabilités pesant sur ses épaules. Il se plongea intensément dans ces rêveries et ces imaginations au point de ne pas sentir la douleur provoqué par le retrait des bandages et le regard compatissant de sa partenaire. Son agenda se montrait déjà chargé mais surtout, le soldat ne se sentait pas encore comme un héros ou quoi que ce soit du genre, juste un ninja impuissant réalisant que la justice ne faisait encore une fois pas vraiment partie de ce monde … Ce ne furent seulement que les demandes de la jeune femme qui le ramenèrent à la réalité, un peu perdu.

« Ah … Euuh hum, oui tu peux y aller. Ca va, je ne crains pas trop la douleur, même si je n’ai pas trop le choix dans mon état. »

L’artisan émérite se laissa faire entièrement, essayant tant bien que mal de ne pas exprimer l’intensité de la souffrance que lui procuraient ses plaies sous la stérilisation obligatoire avant l’opération. Il demeura motivé jusqu’au bout afin d'apercevoir comment fonctionnait les jutsus médicales et la forme que cela pouvait prendre via le chakra, sans aucun autre outil pour régénérer ses cellules. La façon dont sa capacité le soignait n’était pas vraiment identique, puisque cela se résumait à la suture, le détachement de membre ou le fait de se reconstituer après ça. Alors que ses pupilles restaient concentré sur ses mains délicates, le Genin pris soin de s’intéresser à la discussion aborder par la Chiwa.

« Cela fait quelques mois oui, presque une demi année. Avant de venir dans ce village, j’avais plutôt le statut de civil. Disons que je dirige une grande société, dont le corps de métier réside dans la fabrication d’armures et de tenues de combat pour les ninjas essentiellement et aussi pour le reste du monde. Ce sont mes premiers pas en tant que Shinobi, même si je les côtoyais déjà bien avant tous ça. Depuis, j’ai eu l’occasion de m'insérer dans une équipe, comme tu l’as remarqué. Mais ce ne sont pas vraiment ceux que tu as vu à l'hôpital. »

Il marqua alors une petite pause histoire de reprendre son souffle.

« Je pense que le village commence à me plaire oui. C’est un peu différent de mon quotidien de commerçant, c’est difficile à décrire. On découvre une autre facette du monde, des gens et de la réalité du terrain. Mais avec l’histoire de cette prison et de ces criminels, la donne change maintenant. Le village et ma société sont liés maintenant. Du coup je ne compte pas partir de si tôt. »

Abuto pris alors des appuis sur son fauteuil à l’aide de ses bras et se redressa un peu pour prendre une position plus confortable, toujours concentré sur la façon de procéder d’Aimi.

« Et toi, qu’en est-il ? Tu es là depuis longtemps ? Je ne savais pas vraiment que les médecins pouvaient aussi se battre, du moins utiliser leur talent sur le champ de bataille. C’est un beau sabre que tu as là. Tu maîtrises aussi le Bukijutsu donc ? Pour tout dire, il y a encore beaucoup de choses que j’ignore sur les arts ninjas, même si mes entraînements avant d’affronter ce prisonnier m’ont déjà appris pas mal de choses. Le fait de pouvoir soigner par le chakra par contre … C’est différent … Et ça m’intéresse à vrai dire. Tu as l’air de t’y connaitre. »

Un sourire se dessina sur ses lèvres comme pour appuyer le compliment, avant de tourner la tête vers l'arrière, admirant le paysage aérien.

« Je me dis que cela aurait pu nous servir là bas, sur place, après avoir tué ce fameux Kibo. Tu as déjà été confronté à ce genre de situation, Aimi ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Mer 10 Avr 2019 - 22:29
Visite médicale

Pour l’avoir vu dans un état critique, oh ça oui, elle l’avait vu, elle s’était même demandé ce qu’il s’était passé pour qu’il arrive ainsi. Mais les talents médicaux des médecins ont vite fait disparaître la gravité des dégâts, même s’il y avait encore du travail. Elle fut étonnée d’être surnommée ange gardien, ce n’était pas dans ses habitudes, mais cela la toucha. C’était un patient poli et agréable qui se laissait faire, il écoutait les directives de la douce sans rechigner. L’homme mature continuait de répondre à ses paroles, la jeune femme continuait de préparer les soins tout en écoutant attentivement sa voix grave et calme. Si même lui avait constaté que l’hôpital était débordé… Il faudrait juste un peu de temps pour que tout se remette en ordre, Aimi ne s’inquiétait pas pour cela. La Chiwa rougit en comprenant qu’il était content que ce soit elle qui soit venue le voir, pour une fois qu’elle ne repoussait pas les gens… C’était aussi peut-être, car elle faisait un effort pour se montrer… Plus gentille ? On dirait que ça paye. Le voyant sourire, il semblait amusé, n’avait-il pas l’habitude de voir un médecin exercer ? Elle lui rendit le même sourire.

L’ambiance changea soudainement lorsque la jeune femme lui avait fait part de la situation de panique qu’il y avait eue à cause de cette attaque. Elle comprit que ce n’était pas un épisode dont il avait forcément envie de ressasser. L’Eisei Nin fut attristée d’apprendre que dans les pertes, il y avait aussi des connaissances à lui. Cet épisode marquera les esprits pendant longtemps et il sera difficile de se remettre de tout cela et encore plus pour les familles endeuillées. Aimi trouvait que l’homme avait un esprit chevaleresque, mais elle était d’accord avec lui, les habitants avaient besoin qu’on leur montre qu’on était toujours là pour les protéger, que les shinobis et médecins formaient le rempart qui maintiendrait le pays de la Terre. Le visage de son patient du jour s’assombrissait encore plus, l’inquiétant davantage.

— « Je suis sincèrement désolée pour les proches que tu as perdus, je sais combien cela est difficile. Tu es quelqu’un de bien, ce n’est pas tout le monde qui prendrait de son temps pour rassurer les gens, tu me ressembles à ce point. Et je vais tout faire pour que tu sois remis sur pied rapidement. »

La jeune femme se voulait réconfortante et rassurante, comme toujours, elle lui offrit un petit sourire. Elle s’était occupée de retirer son bandage délicatement, n’appréciant pas le voir souffrir sous ses mains, mais elle n’avait pas le choix, c’était un mal pour un bien. Abuto avait donné sa permission pour qu’il s’occupe de ses soins, de toute façon, il n’avait pas vraiment le choix, même si encaisser la douleur pouvait être compliqué, elle le savait à force de côtoyer les blessés et les malades. Une fois qu’elle termina le nettoyage, elle pouvait enfin se mettre à l’attaque. Elle posa tout le matériel qu’elle jetterait plus tard. Ayant déjà en tête comment elle allait procéder, elle se concentra et effectua des mudras rapides avant de poser ses mains fraiches sur le torse bouillant de blessures de son vis-à-vis. Une douce et chaleureuse lumière vert clair jailli de sa main : le travail pouvait commencer. Alors que ses mains s’attardaient sur chacune des plus minimes blessures qui disparaissaient à vue d’œil, elle écoutait l’Iwajin répondre à ses interrogations. Elle avait raison quand elle constatait qu’elle ne l’avait jamais vu auparavant, il était là depuis peu. C’était un homme d’affaires qui dirigeait une entreprise d’armures et de tenues de combat pour les shinobis ou autres, Aimi sourit, pensant à la petite boutique d’armes que son père tenait. La douce hocha de la tête bien que son regard rougeoyant fixait ses mains qui glissaient lentement sur ses blessures superficielles.

Le jeune homme lui expliquait qu’il débutait en tant que shinobi, et qu’il possédait une équipe. Elle s’en était douté quand elle avait vu venir une charmante demoiselle aux cheveux pourpres et bien évidemment, Musashi, ses joues se mirent à rougir en pensant à la seconde personne, avec qui elle avait passé une agréable soirée. Erreur de sa part, il ne faisait pas partie de son équipe, ce qui la surprit, n’ayant pas croisé d’autres personnes venir dans sa chambre, mais elle avait pu passer à côté. Aimi tiqua sur le fait qu’elle n’avait même pas d’équipe, ce qui attrista son regard, se demandant si un shinobi voudrait bien d’elle comme élève. Ses mains passèrent sur les blessures suturées, qui se refermaient doucement, faisant tomber les fils chirurgicaux, la médecine était vraiment unique. La jeune femme hochait de la tête tout en continuant ses soins. Elle était contente de savoir qu’Iwa lui plaisait et qu’il comptait rester au vue de la situation.

— « Dans ce cas, bienvenue dans le village, avec quelques mois de retard ! Mon père tient aussi un commerce, sûrement moins conséquent que le tien, il vend des armes pour les shinobis du pays. Tu verras qu’Iwa n’est pas si éloignée de ton quotidien, c’est un village très commerçant et militaire, tu t’y plairas. En effet, j’ai vu une jolie fille venir te voir souvent, puis j’ai croisé aussi Musashi…San…»

Le rubis ne pouvait contrôler son embarras, elle avait envie de se mettre des gifles quand elle était comme ça, on pouvait lire son âme comme dans un livre ouvert. Se raclant la orge, elle se re concentra sur ses tâches journalières. Le Genin prit appuie sur son fauteuil pour se redresser, la jeune femme recula alors légèrement afin de le laisser faire puis continua aussitôt. Une fois que la doucereuse s'était chargée des blessures superficielles et un peu plus profondes, elle s’attarda sur la plus grosse balafre. Par chance, il n’y avait pas d’infection. Le but était de recoller les tissus les plus profonds et de stopper les saignements. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser le tout, progressant de plus en plus, elle était fière de pouvoir rendre ses techniques plus efficaces. Un jour, elle pourra soigner les blessures profondes d’un coup. Le chakra vert diminua petit à petit, disparaissant complètement. Soupirant de soulagement, la jeune femme se redressa et adressa un sourire à Abuto. La tâche n’était pas terminée, elle chercha dans son kit une petite boîte où étaient logés une aiguille et du fil médical. Pendant ce temps, l’homme aux cheveux sombres s’intéressa à sa personne, c’était à son tour d’être questionnée et de répondre.

— « Pour ma part, je suis arrivée il y a quatre ans à Iwa, après le décès de ma mère. On a décidé de déménager et de nous installer au village où mon père a ouvert une boutique. »

Elle sourit, même si celui-ci était plus aussi joyeux qu’avant, à chaque fois qu’elle pensait à sa mère, c’était toujours peu agréable. Abuto s’intéressa à son katana, appréciant qu’il complimente celui-ci. Étant donné que les soins étaient moins urgents, la jeune femme se permit de prendre une petite pause.

— « C’est Hinoken, mon katana, je l’ai trouvé dans la boutique de mon père, je ne le quitte plus depuis. Je pratique le Kenjutsu en effet, en plus des arts médicinales. Et bien sûr qu’on peut utiliser les deux arts ! Au contraire, cela peut-être très utile, imagine la capacité de pouvoir soigner tes alliés ou te soigner, voire utiliser l’iroujutsu offensivement ! En tout cas, c’est ce que je souhaite, pouvoir soigner et pouvoir me défendre et protéger le village. Après, comme pour tout, il y a des contraintes, tu es plus facilement à la merci de l’ennemi quand tu soignes, il faut vraiment maîtriser la chose.»

Aimi était passionnée quand elle parlait de l’irou, on voyait dans sa voix et son regard que c’était sa passion et qu’elle aimait en faire part. Elle remarqua même que l’homme blessé face à elle semblait intéressé par l’art médical. L’épéiste fut touchée de ce compliment discret, elle était fière que les gens constatent ses capacités, elle ne pouvait pas se sentir plus honorée que dans ces moments-là, ou alors, quand elle sauvait des vies ou qu’on lui montrait leur reconnaissance.

— « Et bien, les shinobis possèdent des réseaux chakraiques, qui permettent d’utiliser du chakra grâce aux mudras ou d’autres cas d’exception. On possède aussi des affinités élémentaires qui nous permettent d’utiliser les éléments grâce au chakra. Et d’autres peuvent travailler leur chakra pour soigner, ou même utiliser offensivement, ça peut faire des dégâts, mais je n’en suis pas encore à ce stade ! Enfin, je loupe sûrement pleins de choses, mais voilà. »

Il était certain que si elle avait été là avec eux, la donne aurait été différente, les dégâts auraient sûrement étaient moindres… La douce se ressassa son passé durant quelques secondes, repensant à cette scène qui marqua son âme pour toujours.

— « Il est vrai qu’avoir un ninja ayant les aptitudes sur le terrain aurait été très utile, mais ce n’était pas le cas malheureusement... Et oui… Enfin… Quand il y a eu l’attaque de Kiri sur Iwa, un shinobi du village est mort entre mes mains, car je n’étais pas capable de le soigner, c’est ce qui me motive encore plus à continuer dans cette voie. Rien ne m’arrêtera. Sauf la mort peut-être…»

La douce lui envoya un sourire complice. Elle soupira et attrape le fil et l’aiguille.

— « Je te préviens, ça ne va pas être une partie de plaisir Abuto. »

Elle démarra les sutures, habituée à cela maintenant, elle avait appris à le faire quand ses jutsus ne suffisaient pas encore. Le fil traversant la peau et rencontrant l’autre côté de la lésion, elle continuait de façon minutieuse, concentrée. Son intérêt pour la médecine lui fit penser au ninja blond qu’elle avait rencontré quelques semaines avant, lui aussi voulait se lancer dans cette voie, et elle était heureuse de pouvoir lui apporter son aide. Pour lui faire oublier ce moment désagréable, elle prit la parole.

— « Musashi m’a fait part de son intérêt pour la médecine, est-ce une idée que vous avez en commun ? Si tu possèdes le désir et la motivation, tu y arriveras. Il faudra aussi de contrôle parfait du chakra, ce n’est pas une tâche facile. Mais avec une volonté de fer, on arrive à tout. J’ai prêté mes livres à Musashi, lui conseillant de connaître le corps et les réseaux chakraiques parfaitement. Ensuite je passerai à la pratique, peut-être que je pourrai aussi t’aider ?»

Si la jeune femme pouvait lui offrir la capacité de venir en aide à ses coéquipiers, son désir de protéger les siens, elle serait heureuse. Aimi attrapa sa petite paire de ciseaux et coupa le fil à la fin de la dernière suture. Le dos de sa main passa sur son front, elle souffla, heureuse d’en avoir terminé avec tout ça.

— « J’en ai finis pour mes petits soins de la journée, mais si tu souhaites, je peux rester encore pour qu’on discute de tout cela ! Mais je t’interdis de bouger, repose toi, tu en as besoin. Une fois que tu seras en forme, là tu pourras te défouler tant que tu le souhaites, mais pour le moment, repos ! Est-ce que tu veux boire ou manger quelque chose ? »

Un doux sourire aux lèvres de la belle, quitte à faire l’infirmière à domicile, autant prendre soin de lui jusqu’au bout, et si cela lui permettait de partager son expérience du monde shinobi…



_________________
Visite médicale [Chiwa Aimi] 90lv
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Ven 12 Avr 2019 - 15:38
Peu à peu, les âmes et les langues se délièrent dans ce coin isolé du village d’Iwa où le silence et le calme régnait en cette heure de la journée, de sorte à n’avoir comme compagnie que le chant des oiseaux et divers résidant bestiaux dans les environs. le simple fait de goûter au mélange de ces détails simples mais enivrant suffisait à chasser les mauvais songes et se plonger dans des rêveries hors du temps, hors du monde. Ainsi, l’aménagement de cette terrasse ne tenait pas du hasard, puisque cette partie de son appartement constituait un point de recueillement et de ressourcement utilisé bien souvent.

Et pourtant, l’homme d’affaire parvint à plonger dans son inquiétude sans forcément s’en rendre compte, se détachant pas mal du contexte et oubliant presque la présence de la demoiselle. Heureusement que ses capacités ne se limitaient pas qu’à soigner des plaies, puisqu’au fil de ses paroles complices, l’expression du blessé repris des couleurs jusqu’à mettre de côté momentanément ses soucis pour se concentrer sur le faciès de son interlocutrice, dont la facilité à rougir en fonction des évocations l’intriguait fortement. Elle voyait donc en lui quelqu’un de bien et même des similitudes entre eux … Une bonne positivité rafraîchissante.

Mieux, le colosse assis sagement sur son siège décrocha un instant ses pupilles de l’aura chakratique qui lui parcourait la chair avec une certaine magie pour affiner son regard et essayer d’imaginer la relation qu'entretenaient Musashi et la belle Aimi. Une fois de plus, ses joues prirent une teintes rosés plus intense que d’habitude et un embarra notable bien qu’il n'eut pas la volonté de s'engouffrer dans ce sujet peut être intime ou gênant. Ou alors se faisait-il des idées ? Possible … Après tout son histoire avec Ryoko s’avérait récente et naturellement l’adrénaline de cette union se répandait sur sa vision des autres.

Bien sûr, ce serait encore trop hâtif de la harponner sur ce sujet. Le tour de présentation lui revenait et contrairement à ses attentes initiales, Aimi se montrait finalement comme une personne très sociable et capable d’alimenter la conversation encore plus que le pouvait Abuto en dépit de ses qualités d’orateurs exigés par le métier de chef artisan. En ce sens, rabaissant sa tête qui fixant un instant les nuages pour évacuer le stresse lié à ces derniers événements, ses pupilles revinrent vers l’Eisenin avec une motivation nouvelle, plus apaisé. Les deux Genins avaient beaucoup de points commun, à sa grande surprise.

« Je suis désolé pour le décés de ta mère. Mais je pense surement connaitre ou en tout cas avoir déjà eu affaire à ton père. Nous avions souvent affaire avec les commerçants et artisans du village d’Iwa, même si notre affaire s’étend sur le monde. »

Il lui rendit ses sourires, l’attention toujours éparpillé entre sa boite à outil, ses manipulations et le reste de son savoir faire qui prenait davantage d’ampleur au fur et à mesure que ses blessures reprenaient des couleurs. En même temps, cela lui permettait de se concentrer sur ses réponses en dépit des décharges de souffrances liées aux aiguilles et sutures, forcément moins agréables que celles réalisé par son Jiongu.

« Hmm … Ton Katana a même un nom ? C’est amusant ça. Tu dois vraiment y tenir. Je comprend, alors on peut faire les deux à la fois. Je ne vais pas te mentir, depuis mon séjour à l'hôpital, ça me trotte dans la tête. Tu as surement du le voir lors de l’intervention des médecins, mon corps en lui même n’est pas constitué comme ceux des autres ninjas. Disons que je maîtrise le Jiongu, une capacité innée qui compose mon corps d’une matière noir, filaire, un peu à la manière de muscles ou d’organes. Je sais que c’est un peu spécial … Mais comme tu le fais toi, avec le Kenjutsu, je songeais à ce que pourrait en donner l’association entre ces fils noir et ce chakra étrange que tu utilises, qui te permet de refermer mes blessures. Bien sûr, cela ne change rien à mon réseau chakratique … Il me faudrait étudier cela plus en profondeur. »

Le guerrier au teint bronzé venait de se lancer dans une explication un peu lourde et longue mais cela mettait au moins le contexte sur l'intérêt qui l’animait dans cette rencontre, outre la visite destinée à entretenir son corps. Mais sur le coup, il se remémora la remarque de son invité sur la mort qu’elle avait essuyé entre ses propres mains et l’impuissance engendré par ce genre de situation malheureuse … Ce devait être marquant, pas évident à évoquer. Ce ne serait surement malvenue de rebondir et lui demander des détails sur ce sujet, ne désirant pas trop éveiller de mauvaises émotions durant sa pratique de la médecine. Il se contenta d'acquiescer d’un mouvement honnête et sincère de compréhension avant de rebondir sur une note plus joyeuse et intéressante.

« Ahaha … Comme ça, Musashi t’as déjà consulté à ce sujet ? Je savais qu’il s’y intéressait aussi, mais de là à me prendre de court sur ce sujet … C’est un bon guerrier avec un fort potentiel. Il ne cessera jamais de m’étonner. »

L’artisan émérite marqua une petite pause, souriant en extérieur comme en son for intérieur sur la hâte et l’ingéniosité de son collègue, déjà sur le coup. Ils pourraient finalement être deux à l’embêter sur ce sujet et devenir peut être des élèves.

« Cela nous fait un point en commun de plus. Musashi est comme un frère pour moi, même si nous n’avons aucun lien de sang. Disons que ces derniers moment ont forgé des liens important entre nous. D’ailleurs, la jeune demoiselle que tu as vu c’est Ryoko, ma petite amie. Avec tous ces liens qu’on forme entre nous, on commence à former un petit clan, disons. Mais puisque Musashi et moi risquons maintenant de devenir tes élèves, tu risques surement d’intégrer aussi ce petit groupe. »

D’un simple clin d’oeil, le soldat aux allures tribal lui transmit un signe amical et une invitation palpable à rejoindre leur petit club, bien que ces derniers ne formassent pas d’équipe à proprement parler. Il s’agissait plus d’une sorte de réseau de Genins et de Shinobi qui commençaient à réaliser des projets ensembles, sur le long termes et dont la confiance mutuelle dénotait des autres ninjas plus formelles, solitaires et réservé. Après tout, elle disposait de toutes les qualités nécessaires pour s’y intégrer et Abuto avait encore beaucoup de choses à lui demander par rapport à ses explications et l’Irou. Malheureusement, le temps passait vite et l'infirmière de luxe envoyé dans sa demeure venait déjà de terminer la teneur de sa première visite. D’ailleurs, sur les ordres ou directives qu’elle lui lança, le jeune homme leva les bras en l’air comme un innocent prêt à se dédouaner.

« Ah … Promis, je ne bouge plus, ne me jetez pas en prison ! »

Ses lèvres lâchèrent alors un rire amusé devant cette petite pointe d’humour avant de reprendre un peu de sérieux.

« Si tu n’as rien de pressé, je suis plutôt volontiers pour que tu reste. J’ai encore beaucoup de choses à te demander. Après tout, je ne suis pas le seul à devoir me reposer un peu. Je vais t’obliger aussi à te détendre un peu et me tenir compagnie pour aujourd’hui. Pourquoi pas grignoter quelques petit truc en effet … Hmm … Ce serait normalement à moi de te servir, mais ce serait gâcher tes efforts de guérison … Tu peux faire comme chez toi, prend ce que tu veux si tu as faim aussi. Il y a tout le nécessaire dans la cuisine et le petit bar en face de celle-ci. Ne te sens pas gêné, prend aussi ce qui te ferait plaisir. »

Il hocha alors la tête, obligé de s’en remettre à la jeune demoiselle quant au servir de table qui leur servirait à eux deux de toute manière. Au moins, pendant le temps où elle irait chercher tout le nécessaire, le guerrière à la chevelure d'ébène s'empressa tout de même de remettre un peu en état la terrasse et en faire un petit coin de paradis alors que les rayons du soleil commençaient à mettre en exergues les plantes et pots de fleurs disposé tout autours, sans compter les recouvrement de bambous pour les dissimuler partiellement de visiteurs incongrus. En dehors des fauteuils aux allures de pouf moue et confortable demeurait aussi deux sortes de transats bien plus épais, si jamais cette dernière voulait se débarrasser des tensions cumulés avec son travail. Bien ….

Après plusieurs secondes furtives et rapides, le Shinobi inspira un coup afin de profiter de ce spectacle et se vider l’esprit pour revenir sur les mentions effectués par la Kunoichi pour lister les idées à évoquer et peut être lui demander des démonstrations plus précises. Sa silhouette ne devait pas tarder à traverser cette porte à priori …

« Tiens … Prends tes aises et installe toi comme tu veux. Tu le mérites après tout. »

Ses iris d’un rouge sang chercha à scruter rapidement la préparation amenée par son invité et se releva ensuite vers elle, le faciès exprimant un merci silencieux, un peu désolé pour l’effort. Décidément, on aurait dit un véritable handicapé pour le coup … Une chance qu’elle soit ici.

« Alors, tu as prêté tes livres à Musashi ? Tu aimes aider les gens, plus que le commun des mortels en tout cas. C’est une qualité que j’apprécie beaucoup, même si on n’en rencontre pas tant que ça. Il me faudra surement me les procurer aussi, ce serait un bon début. Mais pour le moment, j’aimerai surtout en connaître les possibilités, jusqu’où l’on peut aller, voir même dans les cas extrêmes. J’imagine que ce milieu doit aussi avoir ses légendes, ses prouesses et bien des récits à ce sujet … »

Abuto lui laissa un temps de pause pour réfléchir à ça de façon légère et surtout se servir de ce qui lui ferait plaisir des mets amenés depuis la cuisine. En fait, sa curiosité allait surement dans une autre direction que celle de Musashi, ayant déjà perçu d’autres prouesses des mains de possesseurs du Jiongu.

« Bon, je doute que tu sois facilement impressionnable … Mais par exemple nous, possesseur du Jiongu, pouvons parvenir jusqu’à nous détacher de nos membres, d’une partie de notre corps voir même de muter complètement et changer la structure et la composition de notre corps. Je conviens que cela puisse paraître … Dérangeant … »

Comment allait-elle réagir ? Hmm ...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Sam 13 Avr 2019 - 0:17
Visite médicale

Si toutes les visites médicales étaient toutes aussi intéressantes et fructueuses que celle-ci, Aimi allait en redemander. S’attendant à simplement réaliser les soins, repartir comme si de rien était, elle était tombée sur une personne avec qui elle avait plusieurs points en commun. De plus, il était gentil, amusant et portait un intérêt au monde des shinobis ainsi qu’à la médecine tout comme elle, cela rendait les échanges riches. Une brise d’air passant être les deux protagonistes faisant virevolter ses cheveux flamboyants, la Chiwa appréciait beaucoup ce petit coin, c’était calme et très charmant, on s’y sentait à l’aise. Elle était contente de constater que ses paroles réconfortantes faisaient mouche, l’air maussade disparaissait offrant des traits plus apaisés, plus légers. L’homme présenta ses excuses concernant le décès de sa précieuse génitrice, encore une fois, elle lui offrit un sourire complice, lui faisant signe de ne pas s’inquiéter pour cela, bien que l’épreuve était douloureuse, elle s’était fait à l’idée depuis bien des années qu’elle ne la reverrait plus et se devait d’avancer et de grandir pour la rendre fière. Aimi hocha positivement de la tête lorsqu’il mentionna ses contacts avec son père, c’était fortement possible, elle n’était pas surprise. La douce ne se mêlait pas vraiment des affaires de son père, même si elle lui venait en aide quelques fois, leur relation était tendue : depuis qu’il se montrait dur avec elle et qu’il occupait son temps à gérer les affaires, elle s’était braquée et renfermée sur elle, la jeune femme arrivait à s’ouvrir avec les gens, mais avec lui, c’était vraiment difficile. Le Genin trouvait amusant le fait qu’Aimi avait surnommé son katana, elle haussa des épaules, trouvant cela normal, c’était son précieux sabre.

— « C’est le premier outil shinobi que j’ai utilisé, mes parents ne voulaient pas que je m’initie à l’art ninja, alors je m’entraînais seule dans mon coin, c’est pour ça que j’ai toujours ce petit côté… Réservé… »

La douce lui sourit, fière de parler de son compagnon d’armes qui était un magnifique katana. Abuto continuait sur sa lancée pendant ses soins lui expliquant que les derniers événements l’interrogeaient beaucoup concernant l’Iroujutsu, chose qu’elle pouvait très bien comprendre, ayant déjà ressenti ce sentiment d’impuissance auparavant. Il lui parla alors de la particularité de son corps à composer une matière noire filaire : le Jiongu. La jeune femme fut interloquée face à cette découverte, elle avait remarqué des particularités physiques. Elle posa sa main sur son menton réfléchissant à ce qu’il lui disait, c’était une capacité vraiment étonnante.

— « J’avais constaté des particularités sur ton corps en effet, mais c’est vraiment quelque chose d’unique ! Je suppose que tu peux faire tellement de choses avec cette capacité. Pour ma part, je m’entraîne à combiner le kenjutsu avec mon affinité élémentaire, je n’ai pas encore eu l’idée de combiner l’Iroujutsu, mais merci de m’y faire penser. Hum… As-tu déjà pensé à utiliser ta capacité sur les autres ? Pour recoller des membres ou autre ? »

Aimi était vraiment intriguée. Jour après jour, elle découvrit les facettes de ce monde, peu de temps avant, elle avait découvert grâce à un certain genin blond la capacité d’utiliser le cristal, elle était loin de tout savoir. L’iwajin s’était montré compréhensif vis-à-vis du fait qu’elle ne voulait pas s’étaler sur son passé, la douce préférait avancer vers l’avenir, elle lui était reconnaissante. Ses paroles sur Musashi la surprirent sur le coup, à l’entente de son nom, son embarras revint au galop : c’était plus fort qu’elle et elle ne comprenait pas pourquoi. La jeune femme repensa à leur rencontre fortuite, il l’avait interpellée sans être sûr que c’était la bonne personne, le destin avait bien fait les choses. Puis s’en était déroulée une invitation à dîner afin d’en découvrir plus sur eux et sur leurs projets mutuels, la jeune femme lui avait proposé son aide de façon désintéressée, l’idée de pouvoir diriger quelqu’un dans la voie de la médecine très alléchante. Elle était d’accord sur l’éloge qu’il fit du Genin au cristal, elle ne l’avait pas vu se battre, mais elle ne doutait pas de tout le potentiel qu’il possédait. Aimi repensa à la rose cristallisée qu’il lui avait offerte, elle était en sécurité chez elle, ses joues s’empourprèrent en repensant à la scène, c’était aussi la première fois qu’elle se permettait d’embrasser – bien que ce soit sur la joue – quelqu’un d’autre qu’un de ses parents. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, c’était la première fois qu’elle ressentait cela et c’était si perturbant qu’elle ne pouvait poser une définition à tout cela. C’était arrivé très vite, de manière spontanée et bien qu’elle laissait les choses se dérouler au fur et à mesure du temps, la présence du blond lui manquait. Secouant la tête, elle ne s’était pas rendu compte qu’elle s'était perdue dans ses pensées.

— « Oh… Pour tout t’avouer, c’est un heureux hasard… Musashi m’a abordé afin de prendre des nouvelles de toi au départ, il n’était même pas sûr que ce soit moi la personne qu’il cherchait… Il m’a confondu avec l’infirmière qui venait vous voir… »

Elle ne contrôla pas la moue boudeuse sur son visage, mais n’y fit pas attention, elle n’était pas du genre à ne pas assumer ses émotions, même si cela pouvait être embarrassant.

« Je possédais des informations sur ton dossier qui l’ont éclairé. Puis il m’a invité à manger et… au fur et à mesure… On a discuté et il m’a fait part de son intérêt pour l’Irou et je lui ai proposé mon aide, il est très motivé.»

Abuto lui fit part de sa relation fraternelle avec Musashi, c’était aussi ce qu’il lui avait dit ce fameux soir, elle ne comprenait pas en quoi cela consistait, mais ça avait l’air bien d’avoir quelqu’un sur qui compter, un frère d’armes et camarade. Il lui expliqua que la jolie femme aux cheveux lavande était sa petite amie, la jeune femme écarquilla légèrement les yeux, surprise, elle ne savait pas qu’on avait le temps d’avoir un partenaire en ces temps de guerre. Elle pensa alors à Musashi en rougissant et haussa des épaules, quoi que… Il lui expliquait qu’il ne formait pas d’équipe officiel, mais que les trois étaient inséparables. La douce ressentit une légère jalousie, son petit côté solitaire cachait simplement un désir de trouver des personnes avec qui elle pourrait partager sa passion et sa vocation de shinobi. Les derniers mots d’Abuto réalisèrent un vœu qui résidait au plus profond de son aide, lui disant que peut-être, elle pourrait faire partie de leur petit « clan ». Ne sachant pas où se mettre, elle détourna les yeux alors qu’elle avait terminé ses sutures.

— « Je ne sais pas quoi dire Abuto… Ca me touche vraiment beaucoup… Je n’ai jamais fait partie d’un groupe en soit… Sauf pour les missions ou entraînements, je n’ai jamais établi de lien plus… amical… Sauf peut-être avec lui… Enfin ! Je suis contente de savoir que tu as quelqu’un dans ta vie que tu aimes, elle doit être une fille formidable ! Ce sera un plaisir de faire partie de votre entourage en tout cas. »

Voilà qu’elle perdait en assurance et se remettait à bégayer à chaque phrase, n’osant même pas parler de ses liens avec Musashi, nettement fortifié au fil de leur rencontre, comme si elle savait expliquer cela de toute façon. Aimi soupira et offrit un réconfortant sourire à son patient et futur disciple. Elle lui intima de ne pas bouger, devant se reposer après les sutures réalisées. Il la fit rire lorsqu’il s’amusa à faire le clown. Se calmant aussitôt, il lui déclara qu’il avait encore pleins de choses à lui demander, la jeune femme hocha de la tête positivement, l’écoutant sérieusement. L’homme était très attentionné pensant même à son repos, elle lui sourit, ravie de pouvoir lui tenir compagnie et lui apporter toutes informations dont il avait besoin.

— « Merci de te montrer aussi accueillant avec moi Abuto. Je vais nous servir du thé et je vais voir ce qu’on peut grignoter avec cela. Je n’ai rien prévu aujourd’hui, donc je suis à ta disposition pour la journée ! »

Se levant de son confortable fauteuil, elle attrapa le matériel à jeter et rentra dans la pièce bien plus chaude qu’à l’extérieur, elle se dirigea vers la cuisine et se débarrassa de l’équipement usé. La rousse attrapa des tasses et de quoi faire un thé vert qui leur ferait le plus grand bien. Elle trouva une petite boite de pâtisserie locale, salivant à l’idée de croquer dedans, elle haussa des épaules : pourquoi pas ? Ce n’était pas dans ses habitudes de cuisiner, elle n’avait pas vraiment le temps en ce moment.
Quand elle revint plateau à la main, avec la tasse de thé et la boite de petits mets, l’homme avait réarrangé la terrasse alors qu’elle lui avait dit de ne pas bouger, elle soupira d’exaspération : on ne les arrête jamais ces hommes.

— « Si j’avais de quoi t’attacher, je l’aurais fait… Enfin… Merci, mais fais attention s’il te plaît. Bon, je suis désolée, je ne suis pas un as culinaire, j’ai pris ce qu’il y avait. »

Elle posa le plateau sur une des petites tables et lui fit signe de se servir. L’homme prit de nouveau la parole, s’intéressant aux livres qu’elle avait prêtés à Musashi. La jeune femme faisait le tour de la terrasse tout en l’écoutant, analysant les ravissantes plantes. La Chiwa avait le cœur sur la main, c’était certain, elle avait ce besoin d’aider les autres, c’était une belle qualité, mais qui pouvait aussi se retourner contre elle si des personnes aux mauvaises attentions désiraient utiliser son altruisme. La jeune femme se pencha sur les pétales et les respira doucement avant de prendre la parole.

— « Tu pourras demander à Musashi concernant les livres, c’est un plaisir de pouvoir contribuer à votre apprentissage à tous les deux ! Le monde de la médecine est immense, tu sais Abuto, même moi, j’en connais une infime partie… Je sais qu’on peut utiliser son chakra pour soigner, pour donner de son chakra aussi, régénérer des cellules, analyser les blessures. Ensuite, on peut l’utiliser offensivement : avec de l’entraînement, je pourrai sûrement utiliser celui-ci en scalpel pour blesser de façon interne, j’aurai aussi la possibilité de l’utiliser pour gagner en force considérable. Tellement de choses, peut-être même que j’en oublie encore ! Entre nous, en ce moment, je m’intéresse aussi à d’autres façons de soigner, comme par le biais des plantes médicinales, c’est très intéressant. Mais j’ai tellement à apprendre encore… Si tu es vraiment motivé, je te conseille de passer à l’hôpital pour demander conseil aussi, et la bibliothèque est un bon endroit pour s’informer, et enfin… Sortir du pays et découvrir le monde. »

Elle envoya un regard amusé à Abuto, c’était aussi un de ces objectifs, elle souhaitait apprendre et ce n’était pas en restant indéfiniment à Iwa qu’elle y parviendrait, elle le savait bien. Le rubis du village de la Roche vint s’installer et attrape la tasse avant d’avaler le liquide aux saveurs végétales et fraiches. Elle soupira d’aise et se cala dans le fauteuil fermant les yeux quelques secondes afin de profiter de cet instant reposant. Elle pourrait parler de médecine durant des heures. La voix grave du Genin parvint à ses oreilles, la faisant se redresser légèrement, attentive. Ce que l’homme lui expliqua sur ses capacités très étonnantes ne l’étonnait même pas en fait, elle était très curieuse et se demandait comment cela se passait. La chose ne devait pas être forcément agréable à voir en soit, mais elle apportait un intérêt grandissant sur ce qui lui était inconnu, elle était attirée par le mystère. Aimi attrapa un petit gâteau et le mangea avec appétit avant de prendre la parole :


— « Je suppose que n’importe qui pourrait trouver cela étrange et dérangeant, mais je ne suis pas n’importe qui. » Elle lui adressa un fin sourire aux lèvres. «Je n’imagine même pas le potentiel que tu pourrais développer si tu es capable de faire ça, en plus de la médecine. Quand tu parles de modifier la structure de ton corps, tu parles de l’endurcir par exemple ? »

Avide d’apprendre et analysant les choses avec une certaine aisance, elle le questionnait avec une certaine précision, souhaitant des réponses concises, elle n’aimait pas tourner autour du pot. La douce s’enfonça dans le siège de nouveau et contempla le ciel, émettant des hypothèses.

«Je me disais qu’avec de l’entraînement, en fusionnant le chakra médical et ta matière noire, tu pourrais atteindre tes cibles et les blesser sur leurs parties externes comme internes. Enfin… J’ai prévu de passer à la pratique avec Musashi dans quelque temps, je pourrai faire la même chose avec toi aussi quand tu auras déjà assimilé les bases théoriques ! »

Attendant des réponses à ses questions, ses pensées s’envolèrent, se détendant elle aussi.



_________________
Visite médicale [Chiwa Aimi] 90lv
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Dim 14 Avr 2019 - 15:24
Difficile de savoir où allait le menait vraiment cette idée naissante dans un recoin de son esprit, même si de nombreux facteurs s’imbriquaient lentement dans les dédales de son caractère d’entrepreneur et de commerçant concernant le clan évoqué tout à l’heure. Aimi semblait heureuse, touché et éventuellement partante pour intégrer ce petit groupe qui commençait à émerger des récents événements tombé sur le village caché d’Iwa, tant positives que négatives. Plus le temps avançait au travers de ses entraînements et rencontres, plus le recroisement des connaissances et habiletés diverses autours de lui inspirait la réalisation d’un projet plus grand.

En effet, Iwa comptait déjà plusieurs grandes générations de Shinobi dont la réputation était déjà inscrite dans son histoire, mais le danger qui régnait à l’extérieur de ces contrés risquait de mettre en péril leur survie, voir de leur pérennité. Lui voyait plus loin que ça, plus loin que le rôle de simples soldats de contentant d’améliorer ses aptitudes au combat. Tout comme l’ingéniosité et l’innovation que sa société se devait de tenir dans la fabrication d’armure pour demeurer concurrentiel sur le marché, le potentiel qu’offrait la manipulation du chakra et ses usages faisait émerger en lui le désire d’exploiter ces possibilités infinis de manière différente, plus impactant …

Le projet était encore dans ses balbutiements, encore en formation alors que se formait peu à peu une promotion pleine de promesse destinés à remplacer si ce ne fusse surpasser les meneurs déjà présents et reprendre le flambeau. En ce sens, la demoiselle venue pour le soigner constituait une mine d’or tant ses suggestions et ses avis concernant la médecine et leurs capacités mutuelles résonnaient avec ses propres interrogations. Il ne comptait pas la laisser partir comme ça, sans assouvir la moindre goutte de curiosité qui égayait ses instincts actuels, renfermé derrière ce corps incapable de bouger correctement.

« Et bien … Moi qui pensait paraître un peu étrange avec les capacités que je t’expose … C’est vrai, tu n’as pas l’air d’être n’importe qui. Du moins, je sens que tu as une curiosité particulière même si tu disais ne pas paraître amicale aux premiers abords … Disons que tu arrives à voir au delà des apparences, tu ne regardes pas forcément ce que sont les gens mais plutôt ce qu’ils contiennent à l’intérieur. C’est un peu une particularité que je ressens facilement, du moins grâce à mon métier. »

De par sa bonne volonté, l'infirmière désignée avait apporté un plateau suffisamment fourni pour les occuper tout le long de la discussion qui se profilait, geste que remercia l’hôte d’un signe de la tête et d’un sourire partagé, confiant vis-à-vis de son ressenti partagé envers elle. Et puis, si Musashi avait réussi à établir un lien déjà poussé avec elle jusqu’à obtenir son aide pour apprendre l’art des soins et obtenir ses livres personnelles, il ne devait pas vraiment se tromper.

« Non, je n’ai malheureusement encore jamais appliqué ma matière filaire noir sur les autres. La plupart des connaissances que j’ai à ce sujet viennent de ma famille et de leurs prouesses, puis aussi ce que m’a enseigné mon mentor au niveau théorique avant de venir dans ce village. Mais oui, je peux faire beaucoup de choses au niveau de ma constitution, comme changer totalement de forme et d’apparence, que ce soit à l’intérieur de mon corps, à l’extérieur ou les deux. Durcir, renforcer la densité et le maillage de les fils, les utiliser pour recoudre ou blesser aussi, cela me réserve encore beaucoup de secrets … Tout comme toi et ton sabre, je compte mener ma capacité le plus loin possible. »

Il vint se servir alors du bon liquide réchauffé à l’intérieur d’une tasse aux allures de bol, de ce délicieux thé qui ne serait pas de refus au coeur de cette terrasse relaxante. Il s’installa confortablement, repensant à la menace humoristique qu’elle lui avait adressé sur le fait de l’attacher, ne manquant pas de lui décrocher un sourire amusé. Un comble pour un possesseur du Jiongu.

« Oui, je compte bien venir te voir en compagnie de Musashi pour commencer à pratiquer surement après ma période de convalescence. Peut être que cela me donnera l’occasion de te présenter aussi Ryoko ? Je pense que vous allez bien vous entendre. »

Souhaitant un peu détendre l'atmosphère quand à la flopée d’informations transmises à son invité, le Mugirawa adressa un clin d’oeil complice à la demoiselle, d’un air assez familier comme si il l’avait déjà adopté dans le groupe.

« Régénérer des cellules, guérir, donner son chakra … C’est encore mieux que ce que je pensais. En fait, on peut facilement détacher et rassembler certaines parties de notre corps, mais surtout du fait que ce soit notre nature. Par contre, pour réaliser ce genre de prouesses auprès d’une autre personne, ce serait très difficile, ou surtout, la personne en question souffrait beaucoup trop ou ne serait peut être pas capable de retrouver les fonctions nécessaires pour que ce soit utile. C’est surtout la situation du Kage et de son bras qui m’a aussi un peu fait tilté. Cela va au delà d’aider simplement ses alliées. Je me dis que … Avec ton aide et tes idées, celles de Musashi et son cristal, avec le temps, pourquoi ne pourrions nous pas espérer faire avancer la médecine, carrément ? »

En dépit d’un aspect utopique quant à sa déclaration, un fond de vérité très sérieux reposait sur ces dires, dont la teneur prenait même des allures d’une voie, d’un échange mutuel sur des années capables de mettre en commun plusieurs capacités pour aboutir à des choses plus ingénieuses encore. C’est de la même façon qu’il procédait pour la création de nouveaux concepts d’armures, allant directement voir sur le terrain les batailles et armées en jeux pour comprendre leur besoins et combiner plusieurs facteurs.

« Par contre, pour la partie offensive c’est flou malgré ce que tu m’as expliqué … Comment conçois-tu cela ? Des scalpels ? On peut réaliser ça via le chakra et s’en servir un peu comme des lames en quelque sorte ? Ou est ce autre chose ? Et la super force, j’en ai déjà entendu parler. Seulement entendu malheureusement, jamais vue en action. Concrètement, tu as déjà vu des exemples, je veux dire, comparé à un utilisateur de Taijutsu basique ? J’ai déjà affronté Yanosa sur ce sujet, mais il ne disposait pas de l’Irou. »

Abuto pris une pause, sirotant son thé dont la vapeur lui réchauffait agréablement le visage, l’air de songer à ce qui se faisait d’impressionnant dans ce domaine tellement vaste.

« Je pense que tu auras le temps de te renforcer avec Musashi le temps que je récupère totalement avec ces semaines à venir … Donc pourquoi pas me montrer ça ? Pour les combiner avec mes fils, du moins sur le point offensif, c’est encore vague. Ce serait une image un peu comique mais ça ferait de moi un peu comme un micro chirurgiens … Comme un dentiste quoi ? Ahaha ... »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Dim 14 Avr 2019 - 18:45
Visite médicale

Pour Aimi, c’était absolument nécessaire de ne pas se contenter de ce qu’elle pouvait apercevoir aux premiers abords, elle préférait regarder plus profondément, chercher ce qu’il y avait derrière les apparences. C’était une belle qualité que la Chiwa possédait, ne pas juger sur le moment et apprendre à découvrir. C’était aussi son côté très curieux qui contribuait à cela, elle avait ce besoin d’analyser tout ce qui passait par ses yeux. Ainsi, la médecine était vraiment son domaine de prédilection. Abuto fut conforté de constater que la jeune femme n’était pas l’une de celles qui s’offusqueraient de toutes les étrangetés de la vie, bien au contraire, cela l’intéressait grandement. Elle lui offrit un sourire et hocha de la tête, étant d’accord avec ses paroles qui lui faisaient plaisir.

— « Chacun est comme il est, je serais qui pour m’offusquer que tu possèdes des caractéristiques hors du commun ? Enfin… Merci ! Contente de voir que tu partages ce point de vue. »

Trêve de bavardage et passons au vif du sujet, les deux camarades se sustentaient tranquillement partageant leurs idées plus impressionnantes les unes que les autres. L’homme lui expliquait qu’il n’avait jamais utilisé ses capacités sur autrui. Elle acquiesçait tout en l’écoutant attentivement. Elle était impressionnée de savoir que tant d’individus pouvaient posséder des capacités si mystérieuses, d’autant plus qu’elles pouvaient être extrêmement utiles dans le monde shinobi. La jeune femme avait assimilé toutes les informations qu’il lui offrait, n’en perdant pas une miette. Posant une main sous son menton faisant mine de réfléchir, elle prit la parole, levant le doigt tel un professeur.

— « Tu as un potentiel très large, pouvoir se défendre efficacement tout en infligeant des dégâts, c’est vraiment intéressant. »

Les deux Genin prirent une gorgée de ce doux thé qui réchaufferait toute froideur en ce monde. Tout était simple, léger, l’ambiance agréable en cette douce journée. Elle s’attendait à ce qu’il ait en projet de venir la voir avec Musashi et elle était complètement d’accord avec cela, lui faisant savoir en hochant positivement de la tête. La douce fut touchée qu’il lui propose de rencontrer sa dulcinée, l’embarrassant légèrement, le rouge aux joues, se lier d’amitié avec une fille ne lui était encore jamais arrivé, mais pourquoi pas ?

— « Tu es bien évidemment le bienvenu pour la pratique, sache tout de même qu’il va falloir acquérir un contrôle de chakra vraiment impeccable ! Et je serai honorée de rencontrer Ryoko-san, merci de la confiance que tu m’accordes et de m’accueillir ainsi alors qu’on ne se connaît que très peu. »

La jeune femme passa une main derrière la tête grattant légèrement sa chevelure rougeoyante face à tant de familiarité envers elle, c’était très étrange comme sensation, mais ce n’était pas désagréable pour autant.
Reprenant son air sérieux, elle scannait chaque mot de son interlocuteur qui s’en suivit. En effet, comme pas mal de capacité, l’Iroujutsu était un concentré de beaucoup de possibilités, il fallait juste les trouver et les maîtriser. Il lui expliquait qu’il serait difficile d’exercer la capacité filaire sur autrui compte rendu des répercussions sur eux. Il s’attarda sur le sujet délicat de leur Tsuchikage qui avait perdu son bras lors de cet événement ayant eu lieu à la prison mystérieuse. La jeune Aimi aurait aimé avoir les capacités de le lui rendre, mais c’était bien trop complexe, et même une réunion de toutes leurs connaissances ne suffirait pas à l’heure actuelle. La Chiwa comprenait complètement ses motivations. Elle hocha de la tête, très emballée par l’idée de rassembler tous leurs savoirs et de ce qu’ils pourraient apprendre au fur et à mesure du temps. Faire avancer la médecine ? Carrément.

— « Je comprends qu’il soit compliqué d’exercer vos capacités sur autrui. Mais je me disais, réaliser des sutures sur un blessé avec tes fils ? Enfin… Ce sont des hypothèses qui mériteraient réflexion, je pense… Concernant la situation de notre Tsuchikage, je rejoins ton sentiment, je me sens toute aussi impuissante… Une chose est sûre, je compte bien faire mon maximum pour apprendre, découvrir monts et secrets sur cette capacité, et je serai honorée de pouvoir faire avancer la médecine à vos côtés. Je suis certaine que nous pourrions unir tous nos savoirs pour une bonne cause ! Je prends tout ceci très au sérieux, et je constate que toi aussi. »

La douce femme lui adressa un simple sourire, lui faisant savoir que l’idée était plaisante. Les idées, ce n’était pas ce qu’il manquait à la jeune femme, surtout concernant son propre apprentissage des techniques liées aux différents domaines sur lesquels elle travaillait. Il lança même un sujet qui la travaillait beaucoup en ce moment, le côté offensif du ninjutsu médical, une chose encore bien floue pour la douce, mais elle s’était suffisamment renseignée pour pouvoir commencer l’entraînement quand elle en trouvait le temps.

— « Moi-même, je découvre petit à petit le côté offensif du ninjutsu médical, c’est en interrogeant les confrères à l’hôpital qu’on m’a donné des petits exemples. »

La jeune femme se leva devant Abuto et soupira un petit coup avant de brandir son poing vers le ciel azur. Se concentrant durant quelques secondes, du chakra bleu entoura le poing gigotant doucement.

— « Pour atteindre ce type de technique, il faut avoir une excellente capacité de contrôle de son chakra. Il n'est pas difficile de faire apparaître son chakra sur son poing tu me diras. Mais le doser précisément et le relacher au moment propice pour offrir le maximum de dégâts, là est toute le difficulté ! C’est avec aisance qu’on peut faire ce qu’on souhaite ensuite avec son chakra. Si le chakra servant à soigner est vert, celui servant à attaque est d’une couleur basique. Il est nécessaire d’avoir un dosage parfait dans la technique que tu souhaites utiliser. Enfin… Je te dis ça, mais je ne l’ai pas encore pratiqué, mais c’était la suite de mon apprentissage. En effet, si je veux protéger le village, les soins ne me suffiront pas. Si je réussis à maîtriser cette technique, je serai capable de réduire ta terrasse en morceaux. »

Un regard amusé et un clin d’œil à son encontre, elle prit de nouveau son air sérieux. La main de la douce se déplia légèrement ensuite, les doigts levés vers le haut, serrés les uns contre les autres, la douce se concentra plus férocement, faisant apparaître de nouveau un chakra bleuté, légèrement plus vif et instable.

— « Je ne maîtrise pas encore le scalpel de chakra, même avec un contrôle parfait du chakra, toute chose demande son temps et son entraînement, mais avec de la persévérance, on arrive à tout. Si j’ai bien suivi mes petits cours, le scalpel – si bien sûr, on sait s’en servir – permet de causer des dégâts internes sans entailler forcément la peau de manière visible. À un simple niveau, tu peux te contenter de couper des tendons ou des ligaments, mais si tu pousses la technique et que tu l'évolues, je suppose que tu peux même atteindre des organes. C’est une technique vicieuse et dangereuse, mais elle nécessite un contrôle parfait. Je sais, je me répète là-dessus, mais c’est important ! Enfin… J’ai encore du pain sur la planche… En tout cas, je me disais que même avec tes fils de chakra, tu pourrais reproduire la chose, mais je ne sais pas si c'est possible, ça reste une hypothèse à exploiter.»

La jeune femme stoppa l’utilisation de son chakra et se reposa sur le fauteuil confortable, épousant parfaitement ses jambes et son fessier. Il lui parla ensuite du Taijutsu, puis utilisa Yanosa comme exemple. Ce nom lui était très familier étant donné qu’elle l’avait pris en charge quelque temps auparavant, une vraie bête de combat. Elle souriait à la pensée qu’elle allait sûrement bientôt s’entraîner avec lui.

— « Après, je n’ai jamais vu quelqu’un exercer ces techniques à proprement parler, que des mots, des témoignages. Concernant Yanosa-san, je n’ai pas encore pu le voir à l’œuvre, mais les deux capacités sont étroitement liées. Pour bénéficier de la puissance d’une attaque chargée en chakra comme je t’expliquais, il faudrait qu’il possède cette fameuse maîtrise du contrôle de chakra. Je pense même à me développer dans ce domaine aussi, imagine la capacité à se battre au corps-à-corps tout en adressant des coups puissants sans difficulté ? Après je n’en sais pas plus à ce niveau, je ne suis pas adepte du Taijutsu… Pour le moment… »

La jeune femme posa son menton sur sa main et rêvassa quelques secondes, s’imaginant les dégâts qu’elle pourrait octroyer. Abuto mentionna de nouveau Musashi avec qui elle avait prévu toute une panoplie d’entraînement et de cours, et pas qu’au niveau médical. Repensant au blond la prenant par les mains la remerciant d’avoir accepté de l’aider, elle se mit à rougir.

— « Reprends des forces Abuto et je vais faire de toi un fin chirurgien ! J’ai prévu des petits entraînements avec Musashi, en plus des cours médicaux. On a besoin de parfaire notre Kenjutsu ! Je te promets que quand j’aurai maîtrisé ces petites techniques offensives, tu seras le spectateur de mes démonstrations ! Mais commençons déjà par la base, il faut déjà savoir à quelle partie du corps tu auras affaire quand tu devras soigner un compagnon ! Mais je ne doute pas qu’avec de la volonté, tous les deux, vous deviendrez de fiers détenteurs de l’Iroujutsu ! Du moins, je m’engage dans cette voie-là ! »

La jeune femme brandit son pouce et lui offrit un grand sourire.



_________________
Visite médicale [Chiwa Aimi] 90lv
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Lun 15 Avr 2019 - 17:21
Un concept intéressant en soi … D’une part, le cristal pour appliquer des propriétés de conservations, de stases voir même de purifications. D’un autre côté la matière filaire noir et sa manipulation direct pour recoudre, remplacer des systèmes organiques ou nerveuses, recoller des membres. L’art des sceaux pour palier aux parties complexes du réseau chakratique et réaliser des rituels complets de guérison en profondeur. Enfin, l’ensemble relié aux connaissances de l’Iroujutsu et de la section spécialité dans les concoctions que souhaitait maîtriser Aimi, future médecine en herbe. Les trois membres hypothétiques de cette association encore balbutiantes offraient déjà des perspectives très prometteuse que l’artisan n’osait imaginer.

D’ailleurs, au fil des réponses de son invité de la journée, l’idée de faire parvenir une lettre auprès de sa société, notamment la partie recherche et développement, pour obtenir des renseignements approfondis sur ce genre de projet naquit dans son esprit de façon palpable. Le cas du Tsuchikage était un bon exemple, ou plutôt une grande étape puisque la médecine Iwajin s’avérait en plein essor, au point de concerner des personnes de tous bords, même de simples Genins. Bien, c’était donc décidé pour le Mugirawa, après une étude de la partie théorique et une concertation avec son frère d’arme sur ce projet, le duo irait organiser un rendez vous avec la fameuse Chiwa pour la partie mise en pratique. Cela risquait de bien compléter la visite prévu à l'hôpital pour remercier et se concerter avec l’équipe en charge de leurs soins.

Mais venait maintenant une autre partie des plus intéressante de sa rencontre du jour, celle des démonstrations de la puissance offensive des arts médicinales.

« Que … Quoi, carrément réduire ma terrasse en miette avec un seul coup de poing ? On peut en arriver jusque là juste avec la maîtrise du chakra ? »

Il n’en fallut pas plus pour orner son visage d’une expression d’étonnement et une allure totalement interloqué. Les yeux écarquillés, le colosse aux muscles assez imposants se demandait bien comment un si petit poing pouvait décharger une telle énergie en dépit des explications parvenu à ses oreilles. Le dire était une chose, mais l’envisager, l’imaginer, en comprendre toute l’étendue une autre. Devant la silhouette redressée de la demoiselle, les mains de blessé montèrent légèrement face à ses propres pupilles, paumes ouverte vers le ciel.

« Un contrôle parfait du chakra … C’est un peu comme ce qu’on nous demande pour grimper sur des surfaces verticales, comme un arbre ou un mur, de façon très grossière … Mais en bien plus poussé j’imagine ? Du moins, je n’ai jamais vue une personne déployer autant de chakra en une seule fois, à part de prisonnier qui manipulait le chakra à l’état pur pour en faire des armes palpables. Voyons voir … »

Curieux, envieux et dérieux dors et déjà s’imiter sa partenaire, le guerrier tatoué essaya tant bien que mal de faire apparaître le même genre d’aura autour de ses moins mais avec une densité bien moindre et de qualité totalement basique, similaire au chakra utilisé au niveau des pieds pour grimper sur des surfaces lisses. Une fois cette étape lancé, il se concentra de nouveau pour essayer de doser un peu plus et atteindre un nouveau palier de maîtrise de chakra à l’aveugle, sans vraiment avoir une idée de résultat à obtenir. Malheureusement, la quantité amassé à la surface de ses poings s’évapora, trop sollicité dans lui donner la qualité exigé.

« Raaah … C’est plus facile à dire qu’à faire ... »

Ces mots n’étaient pas forcément destiné à l’Eisenin dont les démonstrations s'enchaînaient de plus belle, s’étouffant plus dans un marmonnement personnel comme pour se blâmer. En effet, impossible pour lui de l’interrompre ou de rater la moindre de ces apparitions bleutés, azuré, vertes et de formes différentes, au point d’y porter une attention extrêmement immense. On aurait dit un enfant émerveillant, découvrant une magie encore inconnu et sage comme une image devant ce spectacle. Bien sûr, chaque conseil, chaque descriptions se gravait plutôt deux fois qu’une dans sa mémoire sans la quitter.

« Pour résumer, surforce avec une concentration de chakra relâché directement, scalpel de chakra pour les dégâts internes et la précision, puis enfin, ce que tu m’as déjà montré, le chakra vert pour guérir et régénérer les cellules … Le tout accordé uniquement par une maitrise pointu du chakra. C’est parfait, tu m’en montre déjà bien plus que j’en espérais … Je n’imagine même pas ce que ça donnerait une fois ce chakra maîtrisé injecté à travers ma matière filaire noir. Franchement, ça m’a régalé, même si je ne pense pas pouvoir imiter ça de suite comme toi … Au moins, je garde en tête la maîtrise du chakra pointu que je peux travailler sans forcément risquer de réouvrir mes blessures. »

Il la laissa alors terminé, les deux protagonistes reprenant de leur aise dans ces fauteuils confortables avant de se resservir un peu au niveau des pâtisseries pour s’occuper un temps. Jusqu’ici, Abuto n’avait pas songé à maîtriser le Taijutsu, simplement l’avait-il confronté via Yanosa et ses talents, d’où le lien effectué. Même si Aimi ne semblait pas trop le connaître ou en tout cas pas tant ses facultés, une association direct s’avérait possible, voir nécessaire à priori. Peut être lui faudrait-il retourner le voir un de ces quatre, histoire d’en discuter, voir si ce dernier en savait plus sur le sujet. Ses lèvres rendirent alors le sourire qu’elle lui adressa après sa promesse de faire d’eux médecins, ce qui ne manqua pas de le galvanisé malgré ses allures de momies.

« Merci Aimi, je compte sur toi pour ça, même si ça te fait du travail en plus. Certes, pour l’instant je peux pas vraiment bouger mais … Je ne serais pas contre un petit programme concocté de ta part pour m’exercer en solitaire, sans impliquer l’aspect physique pour l’instant. J’ai pas mal de blessures mais m’exercer au moins pour le chakra, sa maîtrise peut être déjà un bon début et réveiller un peu mon énergie vital, histoire de ne pas le laisser à l’abandon. Bien sûr, je ne compte pas forcer, pas au point de compromettre mon rétablissement. »

Son regard se porta alors vers elle, déterminé dans sa demande. Il ne comptait pas rester là à rien faire, et puis connaissant son caractère, il lui fallait au moins quelque chose pour se défouler, détourner son impatience et ne pas rester trop en retrait par rapport à eux qui risquaient de vite évoluer pendant ce temps.

« Et sinon, comment ça se passe ta vie à Iwa ? On a beaucoup parlé de moi, mais pas trop de toi. Je veux dire … Avec Musashi par exemple, ou d’autres personnes de notre promotion, je veux dire, sur le plan social. Quelles sont tes projets personnels ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Lun 15 Avr 2019 - 19:55
Visite médicale

L’après-midi passait rapidement et la visite médicale s’était transformée en concentré de projet et la jeune femme avait l’impression de s’être fait plus qu’un patient, mais un… Ami ? Camarade d’armes ? Disciple ? Un peu tout cela en même temps. Les explications très précises de la jeune kunoichi avaient fait mouche après d’Abuto qui semblait réellement emballé pour tout cela. Lui aussi lui avait donné l’eau à la bouche en proposant ce petit projet avec lui et Musashi, la rousse était avide de connaissance, de découverte, ce serait vraiment un tremplin pour la science et le monde shinobi s’ils réussissaient. De plus, Iwa avait besoin de cela, si en plus d’être une cité militaire et commençante de renom, elle pouvait se développer davantage scientifiquement, que rêver de mieux ? Même si ce n’était qu’une idée naissante, elle méritait qu’on s’y attarde plus précisément. Le genin semblait surpris de sa déclaration concernant les poings chakraiques dont la force ferait trembler des maisons, Aimi n’était pas étonnée, on pouvait faire tellement de choses avec le chakra… Elle était cependant fière d’avoir eu l’impact escompté, que de mieux que donner l’eau à la bouche ?

— « Oui, on part du même principe que pour grimper sur un arbre ou marcher sur l’eau en fait. Cependant, les personnes pratiquant l’Iroujutsu ont de base une bonne maîtrise de leur chakra, parfait même. Même si tu as une réserve supérieure à la mienne par exemple, si j’utilise le dosage adéquate à chacune de mes techniques, j’en perdrai moins, car je n’en gaspillerai pas, tu vois ? Tu en es capable, mais je suppose que c’est plus difficile pour quelqu’un dont la maîtrise n’est pas innée. Il te faudra t’armer de persévérance ! »

La jeune femme posa ses mains sur ses hanches prenant une position confiante, elle sourit de façon réconfortante et encourageante. La jeune femme l’observait s’atteler à la tâche. Il faisait apparaître du chakra sur sa main comme tout le monde, mais ce n’était pas encore l’effet recherché, ce qui était normal, il fallait choisir la bonne dose de façon extrêmement précise, ce n’était pas évident. Le second essaie se vouait à un autre échec, car cette fois-ci, il y avait été un peu trop fort. L’entendre marmonner de mécontentement la fit sourire, elle connaissait cela, ayant elle-même vécu cet épisode.
Le Mugirawa lui fit un résumé de ce qu’il avait compris de ses paroles, elle hochait de la tête positivement, d’accord avec lui. Elle imaginait aussi le potentiel du shinobi brun s’il arrivait à fusionner les deux capacités, elle préférait l’avoir comme allié. Enfin, il y avait du chemin avant que cela arrive.
La jeune femme avait promis à Abuto qu’elle l’aiderait lui et le blond à devenir de bons shinobis médecins. Il semblait prendre cela très au sérieux, faisant sourire Aimi, fière de son nouveau disciple.
Il la remercia alors lui mettant un peu la pression, elle n’avait jamais encore donné de cours ou fait apprendre quoi que ce soit à quelqu’un, elle tentait de se débrouiller du mieux qu’elle pouvait et de partager son expérience au mieux. Il lui demanda de lui proposer un petit programme pour apprendre à maîtriser le chakra, pendant qu’il guérisse. Elle savait qu’il ne ferait pas de grabuge s’il tenait à la vie de toute façon.

— « C’est la première fois que je suis une sorte de sensei pour quelqu’un, alors pour deux personnes… Ahah… Mais j’aime vraiment cela, peu importe le temps que ça me prendra, ne t’en fais pas pour ça ! Te concernant, tu peux très bien travailler sur ton chakra, premièrement pour ne pas te rouiller, puis pour être prêt pour la pratique. J’ai analysé tes essais, deux cas se sont offerts à moi : le premier, tu as simplement tenté de doser ton chakra dans ta main, c’était léger mais pas assez conséquent. La seconde fois, tu y es carrément allé trop fort et donc le chakra n’a pas tenu le coup. Pour pratiquer le ninjutsu médical, il faut être extrêmement précis, tu n’auras pas le droit à l’erreur en temps réel. On n'en est pas encore à soigner ou autre, mais déjà, tu peux t’entraîner chez toi. Le but est de maintenir ton chakra de façon continue gardant une dose identique pendant quelques secondes : il ne faut pas que ça finisse par s’amoindrir, et il ne faut pas non plus que tu forces trop. J’espère que je suis claire, c’est compliqué à expliquer ahah. »

Elle espérait que ses consignes seraient claires, si elle pouvait l’aider d’une façon ou d’une autre, elle allait essayer. La jeune femme s’étira, l’après-midi arrivant bientôt à son terme. Abuto prit de nouveau la parole la questionnant sur sa personne. Surprise, elle pensa à sa vie sociale qui jusque-là, n’avait pas été fleurissante, seulement depuis peu, cela avait drastiquement changé, surtout quand elle pensait à Musashi… Son embarras de retour, elle détourna les yeux, il avait l’air de quelqu’un à l’écoute et il connaissait le blond, elle ne devrait pas avoir peur de sa réaction.

— « Ma vie à Iwa… J’ai l’impression qu’elle débute maintenant en fait… J’ai toujours été focalisée sur mon entraînement et j’étais peu réceptive aux autres, j’étais même… Désagréable je le sais. Mais les temps changent, je grandis et je me rends compte que si je veux m’épanouir, je dois m’ouvrir aux gens. J’ai établi quelques liens, notamment avec le personnel de l’hôpital ou certains patients comme Yanosa ou toi… Je m’entends bien avec Mashiro que je connaissais avant, mais que j’ai revu il y a quelque temps. Mes projets personnels… S’arrêtaient à devenir un excellent shinobi médecin. Je rêve aussi de parcourir le monde et de découvrir pleins de ses mystères. Puis… Il y a Musashi… Je ne sais pas si tu as connu ça… Enfin, je suppose que si avec Ryoko-san… Moi-même, je ne comprends pas, je n’ai jamais vu quelqu’un de cette façon. Mais je sais que j’apprécie quand il est près de moi et ce qui m’énerve, c'est que je suis tout le temps perturbée, puis je suis en même temps heureuse ! Raaaah. Qu’est-ce qu’il m’arrive ?»

La jeune femme posa ses mains sur son front, elle qui gardait toujours le contrôle, avec lui, elle perdait tous ses moyens, il lui offrait une vision de la vie qu’elle ne connaissait pas et c’était nouveau. Elle sentait qu’elle devait passer pour une enfant découvrant la vie, mais c’était un peu ça pour le coup. Elle se leva vivement et marcha sur la terrasse, elle ne savait plus où se mettre.

— « Je pense que je vais y aller, tu as besoin de repos et je dois ramener mon rapport concernant tes soins à l’hôpital ! Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu peux me trouver à l’hôpital, aux terrains d’entraînement ou à la boutique d’armes de Tetsu, c’est mon père, mais tu dois déjà le savoir. »

La douce trouvait déjà l’accueil d’Abuto très sympathique, mais elle ne voudrait pas abuser plus longtemps puis elle devait s’affairer. Aimi enfila son long manteau noir et son katana puis rangea son petit kit de soin.

— « Merci Abuto pour tout et pour tes conseils en matière de sociabilité et j’ai été ravie de faire ta connaissance. Prends soin de toi et on se retrouve plus tard pour de nouvelles aventures ! »

La Chiwa s’inclina respectueusement face à lui et lui adressa un sourire sympathique, il était temps pour elle de quitter les hauts quartiers.



_________________
Visite médicale [Chiwa Aimi] 90lv
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Visite médicale [Chiwa Aimi] Empty
Mar 16 Avr 2019 - 1:06
D’aucun ne se rendait compte au milieu de cette conversation pleine d'intérêt, mais le temps passait rapidement, très rapidement à en croire les signes avant coureurs qui les entouraient. D’une part le ciel dont la couleur avait changé de teinte un minimum, perdant un zeste de sa fraîcheur matinale pour arborer un peu plus d’ensoleillement et de clarté. Puis, le bruit très léger et lointains de la populace qui se mouvait de plus en plus, avec assez d’impact jusqu’à ce recoin du village pour se rendre compte de l’heure avancé de la journée. Enfin, la position même de l’astre solaire, même si pas évident à deviner de par ce ciel partagé qui présageait déjà un bon moment de passé.

Peut être le blessé en demandait-il un peu trop à la demoiselle qui risquait surement d’avoir encore des tâches à faire dans son rôle de médecin et surtout de Kunoichi, alors que lui devait rester cloîtrer ici pour ne pas défaire ces bandages fraîchement apposées. En tout cas, il ne lésinait pas à boire les paroles de sa partenaire sans en rater une moindre goutte, surtout lorsque celle-ci passa au programme demandé pour s'entraîner en son absence, le temps de récupérer. D’ailleurs, ce dernier n’hésita pas à sortir de son short mi long cargo son calepin fétiche pour noter tous les versants du résultat à obtenir durant cette petite initiation en solitaire.

Elle pouvait largement compter sur lui pour répéter cet exercice autant de fois que nécessaire, même si pour le coup son caractère ne se prêtait pas forcément à la patience. Mais dans ce cas précis, le fait de sauver ses alliées et ne plus revivre la situation contre ce prisonnier constituait une motivation on ne peut plus suffisante pour balayer tous ces détails et le lancer dans cette voie. Sur chaque phrase, sur chaque mot le guerrier tatoué hochait la tête avec une concentration évidente sur le visage, muet comme une carpe. Il n’avait rien à ajouter, rien à demande puisque Aimi s’avérait suffisamment clair et précise. Dans le pire des cas, il une lettre ferait l’affaire.

Lorsque l’Eisenin finit de lui fournir les étapes de son programme initiatique, le colosse mit de côté son calepin et son stylo dans l’idée de le reprendre plus tard, un peu après son départ et effectuer une synthèse plus générale de tout ce qu’il avait appris aujourd’hui. Un geste utile puisque des révélations plus croustillantes l’attendaient au demeurant, notamment sur une personne précise parmi le parcours relationnel parcouru par son hôte. Au final, les deux se ressemblaient dans leur parcours dans ce village, si ce ne fusse que Abuto disposait d’une aisance particulière au niveau de sa locution, son approche vers les gens ou la diplomatie tout simplement. D’ailleurs, elle aimait aussi les voyages. Cela tombait plutôt bien, puisque Musashi et lui s’étaient déjà investis dans leurs allégeance envers le Manazuru, la section militaire spécialisé dans l’exploration et la diplomatie.

Mais visiblement, son frère d’arme ne possédait pas que des potentiels cachés au niveau des arts Shinobi … Il fut bien étonné de la voir se confier de la sorte à lui ouvertement sur ce qui paraissait être le début d’une relation amoureuse, ou en tout cas un profond coup de coeur à en croire la réaction de la Chiwa. Le sauvage au teint bronzé ne put que tirer un sourire en coin, avec une pointe de fierté en son fort intérieur puisque Musashi résidait en une place fraternel pour lui. La réconfortait dans ce qu’elle ressentait aurait peut être été souhaitable mais c’était surement un sujet que Ryoko devait gérer mieux que lui, même si sa propre maturité n’était pas en cause. Simplement qu’en tant qu’homme, il n’avait pas trop l’habitude de ce genre de conversation direct, même si ça l’amusait.

« Ahaha … Hmm … Je pense qu’il va me falloir te présenter Ryoko plus vite que prévu. Tu comprendra peut être mieux ce que cache ce genre de sentiment … Mais je ne dirais rien, c’est promis. »

Son rire n’exposait rien de moqueur mais plutôt un peu d’admiration et de bonheur, si jamais ses sentiments se confirmaient.

« En tout cas, je t’encourage à continuer dans cette voie. Tu verras qu’au fur et à mesure, tu ne sentira plus aucune gêne au contact des gens. Ce sera même un besoin. »

Il lui adressa alors un clin d’oeil furtif avant de la voir se raviser pour partir et rassembler ses affaires, avec une petite part de gêne évidente quant à cette histoire avec Musashi. Aprés des pas sur la terrasse, elle finit par se dire prête pour le départ et le remercia pour son accueil. Bien que peu capable de bouger, le colosse se redressa tant bien que mal pour au moins la raccompagner spirituellement comme il se fallait.

« Très bien Aimi, je te retiens pas plus longtemps … Merci de t’être occupé de moi. Je retiens tous tes conseils, et lorsque nous nous reverrons, ce sera déjà différent, tu verras. Ne t'inquiète pas, si jamais il m’arrive quoi que ce soit, je t’enverrai une lettre, à toi à l'hôpital. bon courage et prends soin de toi aussi. »

Il inclina alors la tête pour lui rendre son geste de respect avant de la laisser partir tranquillement et mettre fin à cette longue journée … Du moins, pas avant d’avoir reposer tout cela au propre, sur papier.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Visite médicale [Chiwa Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: