Soutenez le forum !
1234
Partagez

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière

Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Lun 1 Avr 2019 - 19:37
Bien que la saison printanière battait son plein à Kiri la Grande, ce n'était pas la paix qui sévissait en son sein. Si des rumeurs s'étaient dispersées parmi les plus hautes instances de la Brume, selon lesquelles un coup d'état se préparait contre l'Ombre de l'Eau actuelle, Watanabe Shiori... les oreilles de Reikan n'avaient pas manqué d'y prendre part. Mise dans la confidence par le biais de Kaguya Sesshū, l'un de ses plus proches compères entre ces murs, la changeforme s'était affairée à ne pas prendre part aux conflits internes. Ceci faisait d'elle une des rares personnes étant au courant de la potentielle tournure des événements, qui se profilaient à l'horizon. Toutefois, elle avait tenu à apporter un soutien préventif à l'orphelinat, qui manquait cruellement d'âmes bénévoles. Et que ce soit entre les missions, les actions de bienveillance ou bien le labeur de ses entraînements inhumains, la tigresse blanche avait été contrainte de s'accorder une journée de repos. Pour ce faire, elle avait jeté son dévolu sur le nid d'accueil de son ami d'enfance ; le Temple Seidou. Malgré le fait que la féline exécrait presque au plus haut point la plupart des adorateurs divins, elle avait fait une place à cette bâtisse religieuse dans son cœur, puisqu'elle allait de pair avec Aditya. Pas un jour ne passait sans que celui-ci n'offre son aide aux moines du Temple du bronze oxydé. De fait, Reikan était systématiquement certaine de savoir où le trouver, et ce à n'importe quelle heure. Alors, en ces temps ombrageux, la métamorphe n'avait pas hésité à choisir cet abri des dieux pour satisfaire la soif d'ataraxie de son âme.

En cette fin d'après-midi et une fois sur place, la nomade fut reconnue en un rien de temps par les fervents servants de la religion, du fait de son style atypique. En effet, le Yuukan ne portait qu'une seule et unique Reikan, à la longue chevelure ébène et à l'accoutrement oriental. Pourtant, contre toute attente, ce n'était pas parce qu'elle portait des préciosités que la féline était une personne imbue d'elle-même. Bien au contraire, puisqu'elle fut accueillie pratiquement à bras ouverts par ces derniers. Même si une partie d'elle culpabilisait de s'autoriser une telle césure, le corps et l'esprit humains avaient tous deux leurs limites. Et elle ne pouvait pas aller à l'encontre d'un tel constat, elle qui subissait déjà la torture de la sédentarité. Au milieu des moines qui s'étaient répartis les tâches journalières d'entretien du Temple, Reikan fit rapidement le tour de l'édifice. Nulle trace d'Aditya. Peu importe, je ne suis pas venue ici pour lui rendre visite, après tout. Après s'être frayée un chemin dans le hall principal et s'être attardée au sanctuaire, la jolie brune s'était introduite au cœur même de la place sainte, qui renfermait un jardin exotique côtoyant presque l'irréel, accessible aux plus curieux. Sans détour, et surtout sans regarder si elle avait été suivie, elle s'était assise à même l'herbe humide, au bord du bassin nébuleux qui trônait au milieu de ce havre de paix. Enfin, la féline put souffler, bien qu'elle gardait constamment le dos droit comme un piquet. Dès lors, pour mieux entrer en communion avec la nature, la tigresse ferma les yeux et plongea dans un état d'apaisement progressif. Un état si quiet qu'il en avait aiguisé l'intérêt des différentes bestioles des environs, à tel point que des oiseaux s'étaient même posés sur elle, sans chercher à la déranger. De toute manière, qui oserait déranger un tigre pendant un tel moment de quiétude?


_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 8 Avr 2019 - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Lun 1 Avr 2019 - 20:52




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN



Kirigakure ne cessait de l’étonner entre ses allers et venues, du temps où il était encore Amiral de la Flotte de Mizu no Kuni. En l’espace de quelques mois, un nouveau commerce et autre troquet ouvrait ses portes, générant des mouvements de certaines foules d’un coin à l’autre de la grande ville brumeuse. Après avoir passé l’après-midi dans la grande tour d'ivoire pour faire parvenir à la Mizukage les doléances et autres accords commerciaux émanants du Conseil de l’Eau, Xûen fut enfin libéré de son fardeau d’intermédiaire et planta là la délégation pour aller se perdre dans le dédale citadin, sans réel but précis. S’il ne s’entraînait pas ou n’était pas en mission, il semblait au Mirage que le vide placé en lui par son anamnèse gagnait du terrain. Bien sûr il aurait pu allé noyer son chagrin et ses pensées noires dans une large pinte mais il y préféra la méditation, héritage de son éducation moniale qu’il avait tendance à parfaire et même à mêler à ses katas.

Et quel meilleur endroit que ce temple aux figures érodés situé dans le village, généralement calme et parfait pour la quiétude. La nuit viendrait et il aurait alors toute la place pour réfléchir, lui et ses rouleaux de recherches, scellés dans un seul attaché horizontalement au bas de dos.

Ses pérégrinations l’avaient rendu sage, mais aussi violent. Calme mais égoïste et misanthrope. La nature de l’homme, même parmi les siens, continuait de l’attrister et il n’eut ce jour pas loisir de voir quelconque criminel à l’oeuvre -tant mieux pour eux.

Bientôt ses sandales foulèrent ce lieu que son entité clanique considérait comme saint. Sans le moindre bruit, il glissa d’un pas félin entre les piliers et les couloirs, seulement trahi par sa large ombre répercutée dans la verdure. Ses yeux mordorés cherchant un endroit propice à la solitude ; et celui qu’il occupait habituellement se targua d’une autre présence humaine, en la personne d’une demoiselle aux cheveux aussi noir que les siens, la peau hâlé par un soleil qui ne brillait pas ici.

Elle semblait s’adonner aux même genre de pratiques que lui et Xûen longea l’enceinte pour finir à quelques mètres d’elle, s’asseyant en seiza. Bien que peu curieux, il jeta un rapide regard à ses traits assez harmonieux puis bifurqua sur son propre reflet dans le petit bassin, qu’il fixa avec intensité une seconde ou deux.

« Je ne t’avais jamais vue ici auparavant. » Il esquissa un petit rictus à entendre les ailes d’un des volatiles, l’aidant à se carapater loin de cette voix gutturale qui avait doucement résonné, de façon presque mélodieuse, dans le silence ambiant.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Lun 1 Avr 2019 - 21:54
Si auprès de sa troupe de nomades, la féline avait appris très tôt à dompter les impétuosités de cette essence qu'était le chakra, elle s'était aussi efforcée à se soumettre à la pratique de la méditation, pour en saisir le sens caché. Mais échafauder un tel enfermement de l'esprit n'était pas chose aisée. En plus d'exiger une concentration psychique sans pareille, il fallait que le corps de l'adepte puisse suivre l'esprit dans cette course folle à l'imperturbabilité. Et si les sages excellaient dans cette pratique mentale, certains mettaient parfois des années avant de s'en servir à bon escient, en y trouvant une réelle utilité. Bien qu'elle n'excellait pas véritablement dans cet art, la philosophie de la changeforme et son attachement à ses racines animales lui permettaient de soulager son âme. Cet apaisement était tel qu'il lui procurait un sentiment que béatitude innommable, au point même d'alléger ses épaules en la délestant de toutes les lourdes charges qu'imposaient le devoir d'un shinobi. Parvenir à l'ataraxie la plus totale, dans un somptueux théâtre de verdure, le temps d'une heure ou deux. Voire seulement le temps de quelques minutes, lorsqu'un tiers se rajoutait à cette équation, déjà bien perturbée par les pensées néfastes hantant la jolie brune.

Ses songes furent délibérément avortés, à l'instant même où celui qui s'était assis non loin d'elle avait daigné élever la voix. Aussitôt, Reikan entreprit l'ouverture de ses paupières, pour dévoiler ses pupilles myosotis. Sans se précipiter, et d'un regard presque prédateur, elle bifurqua la tête sur le côté pour avoir dans son champ de vision le brun l'ayant dérangé. Quelques secondes suffirent à l'indomptable bête pour scruter l'homme du coin de l’œil, lui et le rouleau logé au bas de son dos, pendant que les oiseaux environnants s'écartaient d'elle d'un battement d'ailes. D'où je viens? En temps normal, la métamorphe se serait certainement braquée, puisque extirpée de ses rêveries par un inconnu. Toutefois, elle s'autorisa simplement un haussement de sourcil. Visiblement, le physique et l'attitude de son interlocuteur avaient piqué sa curiosité. Sans détacher son regard du sien, le faciès de la tigresse vint se peindre d'un air accueillant, par l'apparition d'un sourire chaleureux sur ses lèvres charnues. Cet intérêt qu'elle commençait à nourrir la poussa finalement à parler, extériorisant une voix aussi douce que taquine.

« Personne ne m'a jamais vu ici, auparavant. Et c'est bien normal, étant donné que je fais partie de la Brume depuis peu. Yasei Reikan, nomade originaire de Kaze no Kuni. À qui ai-je l'honneur? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Lun 1 Avr 2019 - 23:20




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN



Quand elle ouvrit les paupières, il put voir leur contenu dans ce que l’eau calme et sans remous offrait comme miroir, d’un bleu sombre et flamboyant. Il rattrapa alors ce dernier en y plongeant le cuivre rutilant de ses propres yeux. Il eut la sensation étrange d’avoir affaire à quelqu’un qui n’avait pas l’aura des Mizujins et la suite ne le fit pas mentir, tandis qu’il posait sur ses genoux ses deux mains couvertes de cicatrices fines et déjà presque effacées par le temps et son oeuvre.

Sa voix fut chaude et ses propos plus qu’intéressants ; les Kazejins étaient un peuple nomade, il n’y avait donc rien d’étonnant à croiser un autre enfant du Désert dans les larges murs de la citadelle. Il inclina un peu la tête en guise de salutation et continua de l’observer avant de répondre, tout aussi calmement qu’il l’avait dérangé dans sa méditation.

« Je dois donc te souhaiter la bienvenue. Même si comme toi, je suis shinobi depuis relativement peu de temps. » Il attrapa de sa main gauche une cigarette au fond de sa poche, mais la laissa tomber sciemment de là où elle devait sortir. Ô combien de fois Benkei avait pu le taner avec cela et lui interdire d’en consommer dans ces endroits sacrés ? Avec une pointe de nostalgie, il s’interpella donc comme une révérence au vieil homme et s’abstint ; peut-être était-il là pour lui, après tout.

« J’en oublie la politesse. Je suis Shinkirô no Xûen, fils du Vent. Je servais dans l’armée régulière de Mizu no Kuni avant d’être intégré à l’armée ninja du village de la Brume. » Sans gonfler le torse en citant son poste d’Amiral, il donna tout de même assez de détail pour montrer une certaine sympathie. Bien qu’il n’aima jamais l’Homme, l’Etoile du Matin était assez faible pour éprouver un sentiment différent envers les natifs de son pays sablonneux.

« C’est un bel endroit, j’en apprécie le cadre et la tranquillité. » Il lui rendit son air chaleureux sans qu’on pût réellement déceler si c’était un masque ; peut-être était-il extrêmement bon comédien ? Ses innombrables voyages et rencontres l'avaient forgé, aidé à devenir celui qu'il devait être, que cela lui plaise ou non. Mais au sein de tel endroit, le jeune Xûen s'émerveillant devant les légendaires contes de ses aïeux vivotait chaque fois, un peu plus, un peu moins.





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Mar 2 Avr 2019 - 0:35
Un combattant du Vent. Et qui plus est, un shinobi de l'Eau désormais, tout comme moi. Les doutes qui régalaient l'avidité curieuse de la féline furent estompés, dès lors que l'étranger lui fit part de son identité. Plutôt satisfaite de ce qu'elle venait tout juste d'entendre, elle fit perdurer un sourire quasi-immuable sur son minois. Shinkirô no Xūen. Son nom fut précieusement ancré dans la mémoire de Reikan, qui prit d'ailleurs soin de l'écouter jusqu'à la fin. Ainsi, tout comme la jolie brune, il aimait les choses naturelles et simples. Ce trop-plein de coïncidences obligea la kunoichi à détourner le regard, non pas par timidité, mais par pur contentement. Son regard balaya le bassin d'eau douce et la nuée de nénuphars caressant sa surface, et sur lesquels un crapaud se pavanait.

Suite à la remarque du fils du Vent, Shiroitora imposa un silence d'aplomb, pesant pour certains, mais nécessaire pour elle. Comme si de rien n'était, elle leva l'index de sa sénestre pour permettre à un moineau de s'y poser. Soumis à une attraction encore inconnue envers la tigresse blanche, ce dernier se dodelinait sur son fin doigt comme sur un balancier, et surtout comme s'il était en train de partager quelques anecdotes croustillantes avec la nomade. Lors de cette parenthèse, au cours de laquelle Reikan était retombée de son monde, elle décroisa les jambes pour ne fléchir qu'un genou. Et comme tout volatile devait le faire à cette heure-ci, où le jour exposait ses premières faiblesses, l'oiseau regagna la majestueuse ramure de l'arbre lui servant de maison.

« En effet. Je trouve ça admirable la façon dont les moines se démènent pour redonner aux statues du Temple Seidou leur valeur d'antan. J'aimerais pouvoir posséder la même foi qu'eux, pourtant... »

Les paumes de la changeforme vinrent caresser l'herbe à ses côtés, avant de s'en servir d'appui. Sans se détacher de son sublime sourire, elle délaissa un petit soupir pour témoigner de son éreintement vis-à-vis de la religion. Elle s'accorda un regard discret mais confiant à elle-même, par le biais de l'effet miroir offert par l'eau. La féline fit une fixette sur ses propres éphélides, davantage marquées par les rayons obliques du soleil qui peinaient à transpercer l'épaisse brume du ciel de Kiri. En marquant ce temps de pause, la métamorphe put ainsi choisir ses mots comme il le fallait, obnubilée par le sens du détail.

« Disons que je préfère garder mon énergie pour nourrir mes propres ambitions, et non pas celles des dieux. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Mar 2 Avr 2019 - 22:39




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN




L’Etoile du matin continua de rester dans sa posture semi-fermée, le visage pourtant habitué du sentiment commun des personnes sages en tel lieu, enluminé et presque souriant. Elle sembla petit à petit plus à l’aise, comme si de savoir qu’ils partagaient le même lieu de naissance était une anicroche suffisante pour un dialogue plus amical encore. Il détourna son regard de la personne à ses côtés pour regarder l’envol de la petite créature si faiblarde au charme moins sauvage que gracieux pour ensuite l’observer, tandis que Reikan parlait. La kunoïchi semblait à l’aise tout autant que lui ici, peut-être plus.

Lui avait connu les longues après-midi d’entraînement et les leçons de ses pairs, mais le bon était parfois remplacé par le mauvais et il balaya ses songes d’un revers de main métaphysique sans en paraître destabilisé, contemplant l’horizon, le jardin en fleur -ce qui était de rigueur en cette saison- et la demoiselle.

« C’est honorable et compréhensible, de simples mortels ne peuvent intervenir si desseins divins il y a bien. De là à être de simples spectateurs de nos vies et attendre les coups du sort.. » Il avait beau avoir une partie de lui fermement convaincu que son culte d’enfance avait raison, Xûen n’en démordait pas moins de l’impact que pouvait avoir un Homme sur les temps à venir. Cela revenait à dire que sacrifices et abnégations jusqu’ici n’avaient été que frivoles attentes et aucun homme ne pouvait continuer de marcher avec un tel fardeau sur les épaules.

Les mains au creux de ses genoux, il capta encore une fois les yeux céruléens de sa compagne de méditation. Pour l'heure, il était encore un peu tôt pour vouloir en savoir plus sur lesdites ambitions. « Tu as dit être une Yasei. J’en ai rencontré lors de mes jours à Kaze no Kuni. Tu viens d’une tribu particulière ? Ceux que je connaissais arboraient la particularité de devenir des Bast. Une espèce de félin du désert vénérés il y a de ça des siècles. » Sincèrement intéressé quand cela touchait aux Kekkei Genkai et bien qu’un peu indiscret, il lâcha après quelques secondes son regard pour parcourir l'entièreté de la personne face à lui dont les parures lui en rappelaient d’autres, dans des réminiscences joyeuses bien que anciennes.





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Mer 3 Avr 2019 - 1:03
Après avoir témoigné assez d'intérêt à l'environnement l'entourant, la féline daigna enfin accorder une réelle attention à Xūen, comme si elle cherchait à lever le voile sur les doutes qu'elle avait à son égard. Cet aparté introspectif avait permis à quelques réminiscences lointaines de refaire surface dans son esprit. Ces souvenirs, notamment liés à son enfance et ses premiers pas faits au Kaze no Kuni, parsemaient en elle un goût de nostalgie. Mais la jolie brune ne regrettait pas ce temps passé dans le Désert. Son périple nomade et les obstacles qu'elle avait surmonté en compagnie de ses proches avaient forgé la petite fille sauvage, désormais devenue femme guerrière. Et pour rien au monde, Reikan n'aurait accepté de revenir en arrière pour vivre une vie de civile sédentaire. Elle en était convaincue ; elle ne pouvait continuer à être un grain de sable parmi tant d'autres, dans cette mer de sable. Il lui fallait parcourir monts et mers, plaines et forêts, pour pétrir une culture infatigable, et surtout... pour empêcher l'animosité mondiale de sévir davantage. Depuis bien longtemps déjà, la tigresse blanche n'avait pu se contenter de rester passive, spectatrice devant l'avancée de sa propre existence. La voie shinobi lui avait offert cette opportunité de changer le courant des choses, et ce jusqu'à combattre la fatalité elle-même. Bien qu'encore novice dans le domaine comparé à l'élite de la Brume et les plus grands oppresseurs actuellement portés par le Yuukan, la métamorphe ne pouvait plus reculer face à l'adversité ; pour cela, il lui fallait progresser, faire un pas de plus chaque jour vers l'apogée de sa puissance, même si cela voulait dire qu'elle devait y mettre son âme et ses tripes. Et puisque portée par des convictions aussi nobles que profondes, il lui était impossible de renoncer à son but, déjà bien trop investie dans cette lutte aussi inhumaine que faramineuse. En effet, Reikan ne pouvait pas se limiter à de telles banalités, en obéissant tout bonnement aux présages funestes et en s'abandonnant à la consolation des dieux. Plutôt que de croire en des divinités inatteignables, la changeforme préférait croire en elle et aux efforts qu'elle apporterait pour abattre ce fléau qui rongeait l'être humain : la haine.

Très vite, le fils du Vent s'empressa de creuser davantage quant aux origines de la fille du Yuukan. Son intérêt tout particulier vis-à-vis du clan Yasei la fit sourire, jusqu'à même captiver son regard d'un bleu roi, qu'elle plongea dans ses pupilles ocres. Le mouvement de tête de Reikan fut si enthousiaste qu'il en fit cliqueter ses boucles d'oreilles griffues, symboles même de la singularité de sa tribu. Néanmoins, il semblait qu'elle était loin d'être étrangère aux rumeurs autour du nom de son interlocuteur. Enfin, les bribes de sa mémoire avaient été rassemblées, après un temps de réflexion nécessaire pour recoller les morceaux. Xūen. L'Étoile du Matin.. Décidément, sa famille avait beau être errante et imprévisible, cette dernière n'avait jamais réellement couper les liens avec les terres du Vent, jusqu'à se tenir au courant de la situation politique et militaire du pays. Ainsi, par pure prudence, la féline préféra opter pour la retenue vis-à-vis de son ascendance.

« Depuis bien des lustres, ma horde n'a cessé d'errer aux quatre coins du Yuukan. Et même si nous n'avons pas de palais et ne désirons pas en avoir, j'en suis l'héritière principale. Bien que cela n'aille pas de pair avec la voie que j'ai emprunté et que je n'ai nullement envie d'en changer. »

Les paupières de la kunoichi closes, elle esquissa un sourire, dont la sincérité fut si prononcée qu'elle put en crever le ciel. Ses canines blanches et aussi pointues que des couteaux furent dévoilées au grand jour, ce qui pouvait mettre la puce à l'oreille de Xūen par rapport à ses attributs quelque peu... carnassiers. Vraisemblablement, elle était bien décidée à laisser peser le mystère à ce sujet.

« Et j'ai beau avoir été tenue à l'écart de mon pays natal, il n'empêche que ton identité ne m'est pas étrangère. Que peut donc bien faire l'Etoile du Matin aussi loin des siens, désormais? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Jeu 4 Avr 2019 - 2:24




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN




Ses parures félines avaient la dimension d’indices comme de trompe-l’oeil pour attirer le regard, chose dans laquelle il ne tomba pas, vadrouillant du haut de ses épaules jusqu’à planter son même regard exhalant d’une sensation de sécurité, comme si ce havre de paix se trouvait sous sa protection tant qu’il respirait, avec le calme et la sérénité d’un homme qui avait vécu mille vies. Il continua d’ouïr tout en ne se travestissant pas de quelconque surprise ou d’interrogations forcées sur les traits de son visage qui sembla un temps une peinture intemporelle libre à la contemplation de la féline.

« Soka. Tu es donc une enfant du monde autant que du Vent. L’héritage sait être fardeau comme honneur, selon le légataire. Il est ce que son porteur convient d’en faire. » Xûen ne savait trop bien ce qu’impliquait le patrimoine et les legs d’autrui. L’ombre de Benkei semblait flotter sur chacune de ses décisions, comme le fantôme d’un passé avec lequel vivre en harmonie se trouvait autant un bonheur qu’une plaie, un doucereux parfum qui venait prendre le goût des cendres. Pour l’heure, le seul qu’il humait était celui des fleurs et de la demoiselle, sur lequel il avait du mal à mettre des mots en pensées. Ses paupières presque hermétiques à la lumière, positionnée ainsi, elle avait l’élégance suave des Kazejins, celle-là même que les siens dégageaient quand l’accalmie était de mise.

« Ahah. Je suppose que j’ai adopté ce pays, au moins autant qu’il l’a fait pour moi. Kaze restera Kaze, et je saurais répondre présent à son appel comme je l’ai toujours fait. » La petite voix de crécelle au creux de son oreille lui chuchotait qu’il arrivait trop tard, quand les siens furent décimés. Mais il était en paix avec son lui du passé, ses choix. L’était-il ?

« Sauf que j’ai aussi mes responsabilités ici désormais, en tant que Jônin. » Ce n’était pas aussi privatif que du temps où il dirigeait l'entièreté de la flotte de l’Eau, mais cela restait un travail de tous les instants ; qu’en serait-il quand il devrait former la nouvelle génération ? Prenant le temps de la jauger, comme si toute micro-expression était passée au crible derrière ce simple rictus satisfait mais loin d’être enjoué, Xûen continua.

« Tu as l’air d’en savoir plus sur moi que l’inverse, chose dont je n’ai pas l’habitude. C’est fâcheux. » Réitérant son invitation, un léger sourire narquois se dessina, presque taquin. Il se demanda un instant si le contenu de son précieux rouleau ne pouvait pas faire une heureuse en la personne de son interlocutrice ; de tous ses manuscrits, l’un pourrait bien la satisfaire. Bien sûr, ce monde était à ses yeux basé sur un principe d’équivalence. Qu’est-ce qui pourrait bien faire pencher la balance ?




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Jeu 4 Avr 2019 - 21:47
Ainsi, Xūen est Jônin. La métamorphe n'en attendait pas moins, venant de l'une des figures de la rébellion sanglante du Désert. Néanmoins, si une partie d'elle se révélait être assez fière de ce constat, une autre restait perplexe. Faire la rencontre de cet homme, qui plus est dans un endroit pareil, forçait la féline à se remettre en question quant à sa décision de prendre un repos pendant toute une après-midi. Elle n'avait pas le temps de se reposer sur ses acquis, comme elle avait pu le faire pendant sa traversée des continents ; toutefois, l'odyssée de Reikan ne faisait que commencer. Dubitative, elle accorda une œillade tourmentée au bassin, avant que le gradé ne captive son attention une nouvelle fois en lui faisant remarquer son mutisme vis-à-vis de sa propre personne. En réponse au sourire teinté de malice du Fils du Vent, la jolie brune haussa un sourcil.

L'espace d'un instant, Shiroitora eut l'impression que le temps s'était figé. Bravant les interdits de la physique véritable et malmenant son intellect, elle explora en un rien de temps la voûte de son esprit pour rétorquer à la constatation de son interlocuteur. Mais Reikan fut vite déroutée, lorsqu'elle fit face à un néant sans nom ; sa vie était une énigme aux yeux de tous, et cela incluait même les siens. Le mystère de sa propre existence, tiraillée entre l'humaine envie d'assouvir ses intérêts personnels et la noble aspiration à satisfaire ceux du monde entier, pesait lourdement sur ses épaules. Et elles peinaient à rester solides sous le poids de ses espérances. Un silence presque pesant avait surplombé l'écoulement de l'eau environnante. Cependant, c'était sans compter sur la perspicacité de la carnassière, que cette taciturnité fut éventrée, après qu'elle se soit confrontée à elle-même dans l'arène de son psychique.

« N'est-ce donc pas glorifiant d'être connu par une personne n'ayant cessé de parcourir le Yuukan jusqu'à lors, si loin du Désert? »

La tigresse blanche avait retrouvé son assurance naturelle - ou du moins, elle l'extériorisait à nouveau. Son minois se peignit d'un air audacieux, alors qu'elle avait plissé ses paupières pour accentuer leur forme en amende. Devrais-je... lui en dire davantage à mon sujet? En cet instant précis, il était impossible d'estimer, d'un œil d'esthète extérieur, le physique de la kunoichi. En tant que jeune femme de son âge, Reikan semblait n'être ni laide, ni belle. Son attitude témoignait aussi bien d'une douceur que d'une poigne de fer à l'apparence inégalable. Et bien que les traits harmonieux de son visage attiraient parfois la convoitise de la gente masculine et la jalousie des dames, elle inspirait également la crainte. La pénible crainte de l'inconnu, celle d'une âme trop énigmatique, nébuleuse et imprévisible. Une angoisse entièrement justifiée, étant donné le caractère profondément espiègle de la métamorphe. Mais Xūen ne semblait pas s'en inquiéter, puisque certainement aussi malicieux qu'elle. Ce ressenti la poussa à tâter du bout des doigts un potentiel terrain d'entente entre natifs du Kaze no Kuni et combattants. Qui sait, peut-être espérait-elle suivre le chemin de son confrère pour faire connaître son nom à travers le Yuukan, au nom d'une des nobles causes qu'elle défendait?

« Tu n'as pas à savoir grand chose sur moi. Pour les civils qui ont croisé ma route, je suis Shiroitora, l'indomptable bête qui ne se déplace jamais sans une pépite d'or sur elle. Pour nous, les shinobi, je suis... »

Après avoir donné l'indice quant à sa nature animale, Reikan s'appuya de sa dextre contre l'herbe, pour se redresser d'une traite et se tenir de profil. Elle cligna lentement des yeux pour piocher avec précaution les mots qui allaient sans doute composer la fin de sa phrase. Entre temps, sa longue chevelure primitive fut caressée par la brise printanière, annonciatrice du couché du soleil. Et finalement redressée, elle s'exprima à cœur ouvert, un sourire confiant aux lèvres. Allait-elle satisfaire les attentes du Fils du Vent et attiser un peu plus le feu de sa curiosité?

« Celle qui compte changer le cœur des Hommes. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Jeu 4 Avr 2019 - 22:29




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN




Elle sembla réfléchir. C’était une bonne chose et presque un compliment pour le Venteux que de forcer ses semblables à penser ; le premier pas vers le Nirvana d’après les enseignements millénaires d’une caste representée ici, dans ce jardin harmonieux. Malheureusement, contrairement à ses confrères Yamanaka, il ne pouvait se faufiler dans son flux de pensées pour en découvrir les tenants et aboutissants.

« Je mentirais si je disais le contraire. » Effectivement, la fausse modestie étant quelque chose que le Jônin détestait au plus haut point, il aurait été étonnant de le voir s’en parer. Pourtant, chaque acte avait été provoqué par quelque chose, chaque année teintée du sang qui était ou pas le sien. Alors. « C’est plaisant comme ça peut être une tare, si d’aventure je croisais quelqu’un avec de mauvaises intentions. » Le jeune Xûen aurait sûrement laissé une pulsation de son chakra exhaler pour démontrer sa puissance et le pendant d’une personne à ses trousses mais celui face à Reikan n’en fit rien et se contenta d’hausser légèrement des épaules, avec son calme alcyonien et signature.

À l'appellation prononcée par Reikan, il comprit très vite ce dont était capable la jeune femme face à lui. Les canines affûtés, les atours félins. Le Tigre Blanc, voilà ce qui siégeait de cette façon si voluptueuse face au prodige des Sables.

« De l’or, hein ? Quelque chose te rattache à cela ? » Il se souvint de son ami Tôtoro, manieur de poussière d’or et fut perdu un instant dans son flux de pensée, vite ressaisi.

Quand le vent fit onduler ses mèches ébène, son flair fut embaumé de son odeur féminine ce qui ne lui déplut pas. Mais ses propos étaient bien plus intéressants que ses effluves.

« Voilà une lourde tâche, bien que vertueuse. Tu suis donc la même destination que moi, bien que ce soit par des sentiers différents jusqu’à maintenant. »

Plus la discussion avançait et plus elle semblait proche de ses convictions, quelques détails mis à part. Les temples renfermaient toujours des mystères et des réponses. Mais il ne s’attendait pas à trouver ce genre de dialogue en cherchant la quiétude du monastère, ce qui n’avait rien de déplaisant.

En se regardant d’un oeil extérieur, Xûen se trouva moins froid et cela lui plut. Peut-être que la guérison passerait par autrui, de la même façon qu’il avait été blessé. D’un coup d’oeil, il observa l’astre solaire comme pour chercher instinctivement une confirmation de futurs jours meilleurs.





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Ven 5 Avr 2019 - 0:11
L'espace d'un instant, les restes de la brise soulevèrent une partie du tissu oriental rattaché à son cou. Dorénavant debout, elle prit soin de poser son talon droit contre un galet pour en tirer un appui solide. Il est clair qu'être connu de tous peut aussi avoir des inconvénients. Mais... j'ai l'impression que ce n'est rien comparé au plaisir que cela peut procurer, surtout si l'on s'en tient à de bonnes actions. Manifestement, la brune et le brun étaient sur la même longueur d'onde. Bien qu'adeptes des hostilités et conscients des plus profonds vices humains, ils étaient tout deux des êtres normalement constitués, capables de faire prospérer le calme d'un lieu saint comme celui dans lequel ils s'étaient rencontrés. Et vraisemblablement, Xūen était intrigué par le sujet de l'or. Si les préciosités que portaient la chevelure de la tigresse étaient un signe particulièrement distinctif, cela ne voulait pas pour autant dire qu'elle y attachait une quelconque importance pécuniaire. Il s'agissait là d'une simple affection purement clanique.

« Je ne me lasserai jamais du visage de ceux avec qui je marchande. De la surprise à la panique, j'en ai même vu certains essayer de me forcer la main pour dérober le trésor doré y étant enfermé. »

En tenant de tels propos, le sourire de la métamorphe ne put que se renforcer. Hormis les parures lui servant de bijoux, rien ne rattachait Reikan à de telles pépites pouvant servir de monnaie. La vue de cette richesse provenant de la terre, de pierres précieuses, de roc et d'immenses filons d'or courant telles des rivières à travers la roche, ne faisait littéralement pas broncher son cœur de pierre. Et si il lui arrivait de jouer aux jeux d'argent, ce n'était qu'en vue de redistribuer les gains aux plus miséreux, comme elle en avait eu l'habitude. Ainsi, elle exécrait l'argent, peut-être au plus haut point de tout ce qu'elle pouvait détester en l'humain. Cette avidité profonde pour le pouvoir qu'il offrait séduisait à la fois les plus faibles et les plus forts d'esprit. La changeforme considérait même cela comme étant une maladie ; la maladie de l'or.

« Mais je n'ai encore jamais vu un Homme réussir à forcer la main d'un tigre, ceci dit. Après tout, l'or pur durcit les cœurs les plus tendres. Une chance que l'Étoile du Matin n'ait pas été touchée par ce poison. À moins que les apparences soient décidément trompeuses. »

D'un air taquin, la féline s'obligea à adopter sa mimique habituelle, en tournant de peu le visage de côté et en peignant ses lèvres charnues d'un rictus malicieux. Ses pupilles myosotis baignaient dans l'obscurité du contre-jour, Reikan étant le seul obstacle entre le Fils du Vent et les rayons lumineux de l'astre solaire, qui témoignaient d'une faiblesse croissante. Elle s'autorisa une œillade dans celles de Xūen, puisqu'assez confiante pour ne pas détourner le regard.

« En espérant que cette destination reste inchangée, malgré les obstacles qui se présenteront sur nos routes respectives. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Ven 5 Avr 2019 - 1:44




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN




Il était vrai qu’à la voir ainsi, le quidam lambda pouvait penser avoir ses chances à la détrousser sans vergogne, pensant que l'appellation sexe faible tenait du réel ; chose impensable dans un monde où la force physique n’était rien. « J’imagine qu’ils furent bien reçus. » Un rictus, semblable à une entaille fendit son masque et illumina son faciès du blanc neigeux de sa dentition, son mouvement de tête faisant briller l’une de ses boucles d’oreilles sphérique.

Pour ce qui était de la valeur des choses, il avait sur lui en savoir et en informations, au fond de son esprit, assez pour racheter la plus fastueuse boutique des alentours en ayant assez de monnaie pour payer une tournée générale à la bande de marins assoiffés la plus proche. Mais il n’était pas homme à étaler ses possessions, si ce n’était par ses vêtements soignés qu’il chérissait plus par souvenir que vanité.

La soif de l’or ? Xûen était au-dessus de tout cela et même quand il était encore un chasseur de primes, ses motivations étaient de nettoyer les pays traversés de la criminalité et nourrir les bouches qui lui avaient communiqué tout ce qu’il savait aujourd’hui ainsi que celles des miséreux d’un pays aride comme le leur.

« Elles le sont, mais pas ici en l'occurrence. Je suis un homme de conviction, pas d’argent. Encore une similitude.. » Voilà qu’elle était debout, tenue de corps qu’il imita d’un mouvement calculé en dépliant les genoux pour se tenir dorénavant face à elle, bien que la vue d’en-dessous n’avait rien de déplaisante.

Dépassant la demoiselle d’une bonne tête et demie, l’obscurité du faux-jour ne l’empêchait pas de voir luire ses deux lapis-azuli d’une emphase railleuse. Il répondit à cela par un petit penchement de tête latéral, avant de détacher de son dos le large parchemin enluminés de kanjis sur lequel étaient dessinés les suivants.

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière UoKkiS3忍法三十六計 未来を考える事は現在を考える事
Ninpō Sanjūroku Kei - Mirai o kangaeru koto wa genzai o kangaeru koto
Précepte trente-six des arts shinobis - Penser au futur, c'est penser au présent

Elle aurait pu les lire si elle s’en donnait la peine ou en avait l’intérêt.

« Es-tu aussi joueuse que ton animal totem ? Envie de parier sur ladite destination ? » Cette fois-ci, pas de masque mais un sourire honnête. Face aux rayons d’Amaterasu qui allait bientôt laisser place à sa soeur Tsukiyomi, il semblait jouir d’un halo luminescent intarissable.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Ven 5 Avr 2019 - 23:15
Reikan suivit Xūen de son regard bleu roi, aussi prédateur que celui d'un félin trop audacieux. Et même si elle était dorénavant dépassée par leur différence de tailles, la féline n'en restait pas moins confiante. Au bord du bassin, le dos droit et les bras le long du corps, elle attendit jusqu'à l'observer détacher le parchemin qu'il portait au bas du dos, à l'horizontale. Soumises à sa curiosité, les paupières de la féline s'en trouvèrent plissées, pour lui permettre de décrypter les écritures traditionnelles ornant le rouleau. Fort heureusement pour lui, bien que les rangs militaires de Kiri la Grande étaient encore jonchés d’illettrés, la nomade - contre toute attente - avait appris à lire et à écrire au cours de ses voyages.

La lecture des kanjis éveilla davantage son intérêt, qui était déjà bien suscité depuis que le brun avait osé l'interrompre dans sa méditation. Un homme de conviction, hein... Dur à croire pour la féline, dont le parcours avait été semé d'embûches, surtout à cause du vice de l'argent qui hantait le cœur de la plupart des bipèdes. Mais l'heure n'était pas à l'amalgame, du moins pas pour une jeune femme comme Reikan, dont l'esprit était suffisamment ouvert pour accueillir des exceptions en son sein. Peut-être fait-il partie de ces rares personnes n'ayant pas encore renoncé à la lumière pour rejoindre l'ombre? De toute évidence, il était trop tôt pour juger de la bonté de cet homme, et estimer si oui ou non il était digne de la confiance de l'indomptable bête. Plongée dans sa torpeur réfléchie, elle en fut aussitôt extirpée par les nouvelles questions du Fils du Vent, qui la firent d'ailleurs esquisser un sourire malicieux à en crever.

« Si tu estimes que le tigre joue quand il te course, alors disons que je suis joueuse. Toutefois, je n'ai rien à parier, si ce n'est des cailloux dorés... ou bien mon honneur. »

Reikan était une compétitrice dans l'âme, c'était fait indéniable. Que cela résulte du lien qu'elle entretenait avec son paternel, mêlant complicité et concurrence, ou bien de ses réactions parfois caractérielles qui la poussaient souvent à dépasser ses limites... la féline n'était jamais satisfaite d'elle-même. Et si elle exigeait beaucoup de sa personne, par son côté perfectionniste, la métamorphe avait tendance d'en réclamer tout autant venant de son cercle de connaissances. Et visiblement, Xūen avait l'air de pouvoir répondre aux tourments de la jolie brune. Je me demande bien... Ses pupilles prédatrices vinrent d'ailleurs caresser le papier du parchemin, se demandant déjà ce qu'il renfermait. De but en blanc, elle fut tentée de le questionner à ce sujet.

« J'imagine que ce rouleau doit renfermer des arcanes profondément sacrées, au vu de sa taille et... de l'importance que tu sembles y attacher. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Sam 6 Avr 2019 - 0:27




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN




Visiblement, sa prose avait eu l’effet escompté à en juger par les enluminures affichées sur les fins traits féminins de Reikan. De l’index, le majeur et l'annulaire, il continua de tenir le rouleau droit face à lui en ne perdant pas un instant le contact oculaire avec la Sauvage.

« Oh, ne te méprends pas. Je ne veux ni argent ni pierres. Ce que je veux, c’est parier sur l’avenir. » En se positionnant de cette façon, il s’affirmait en supérieur, ce qu’il était au vue de la hiérarchie. Mais il ne mésestimait pas la métamorphe ; il s’imposait seulement en guide, sans air supérieur. Cela pouvait porter à confusion mais l’idée n’effleura pas son esprit, trop intéressé par la situation qui mettait en place ses prochains mots, non pas sans quelques bribes de vieux discours remaniés au goût du jour.

« Vois-le comme mon héritage pour ce Pays, pour celui du Vent et pour le Monde. C’est la chose la plus précieuse de toutes mes possessions terrestres, et il se trouve.. » En un temps record, le wakizashi à sa ceinture avait crissé juste assez pour refléter un rayon de soleil et entailler le pouce de son propriétaire avant de retomber et de revenir à l’état scellé.

« Qu’une partie pourrait intéresser Celle qui nourrit ses propres ambitions. Celle qui veut changer le coeur des Hommes. » Pendant qu’il parlait sur un le sempiternel ton détaché mais se teintant d’un début de chaleur, un large panel d’inscriptions mêlant sanskrit et fûinjutsu fut révelé. Le langage des siens, qu’il était l’un des derniers à savoir lire. La page tiré par sa main droite, il plaqua le tissu déroulé sur l’herbe et appliqua sa paume sur l’un des cercles prévus à cet effet, faisant apparaître deux rouleaux.

« Ils m’ont été offerts en remerciement par une Horde de gens doués des mêmes aptitudes que toi ; pour que mes frères les copient et les ajoutent à l’immense bibliothèque millénaire. Cela a été fait et je ne peux en tirer ni connaissance, ni intérêt non-pécunier. Qu’en est-il de toi ? » Au sol, posé là où la main de Xûen s’était imprimée précédemment, gisait deux rouleaux bien plus petits, scellés. L’un possédait la mention ‘Furtivité’, l’autre ‘Bestialité’. Il les attrapa et tendit sa main vers elle. Se rendait-elle au moins compte du pourquoi le Sage Sabreur en venait à ce genre d’offre ?





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Sam 6 Avr 2019 - 2:21
Si d'habitude, la tigresse blanche aurait été rebutée à l'idée de se sentir inférieure à quelqu'un, elle s'était faite à l'idée de s'y conformer dans les circonstances imposées par la hiérarchie, sans toutefois risquer que sa dignité en prenne un coup. Bien qu'élevée par de fiers nomades parfois caricaturés comme étant de véritables bourreaux d'enfants par les sédentaires, l'enfant qui résidait en la métamorphe avait appris à faire la part des choses, pour respecter autrui et les statuts lui étant rattachés, afin d'en apprendre davantage de sa part. En ce sens, ce léger ressenti d'illégalité fut rapidement gommé par un besoin croissant de savoir et de progrès, qui venait forcément des aînés.

Un sourcil haussé, Reikan dévisagea sans vraiment le vouloir l'adepte du Bushido. Un héritage? Une partie m'intéressant? Tant de choses se bousculaient dans son esprit, qui essayait de démêler l'issue la plus probable de ce mystère, dont le brun s'apprêtait à lever le voile. Le pouce ensanglanté, il prit soin de dérouler sur l'herbe, et sous les yeux curieux de Shiroitora, le fameux rouleau. Une vague de kanjis et de cercles d'encres prirent l'air, jusqu'à ce que Xūen pose la main sur l'un d'eux. Et dans un petit pouf de fumée blanchâtre, se dégagèrent deux parchemins scellés de taille minime. D'une œillade assez attirée, la féline s'autorisa à saisir leurs mentions respectives pour en prendre connaissance. Furtivité et... Bestialité? S'agirait-il... Le regard de la changeforme jongla entre ces derniers et leur propriétaire, qui vint d'ailleurs à les lui tendre. A priori, un temps de réflexion lui était nécessaire. Tiraillée entre l'acceptation et le refus, Reikan n'osa même pas lever sa dextre pour saisir ce qui lui était tendu. Se faire offrir de tels secrets de la sorte, sans rien donner en retour, était quasi inenvisageable pour la féline, qui en paraissait presque gênée.

« Je t'avoue n'avoir développé mes aptitudes claniques que sous les conseils avisés de mes prédécesseurs, jusqu'à lors. Un tel parchemin n'a jamais trouvé place entre mes mains. Et puis... »

La métamorphe plongea ses yeux dans ceux de Xūen pour s'assurer d'avoir son accord, avant de baisser ces derniers sur le duo de rouleaux. Les fins doigts de sa main droite s'obligèrent une remontée sous l'offre du Fils du Vent, sans pour autant la défaire de l'emprise du Jônin. Je ne sais pas encore ce qu'ils renferment, mais au vu de leurs indications... il se pourrait bien qu'ils puissent me servir de guide. Mais...

« Navrée, étant donné que tu ne sois pas un malade de l'or, je n'ai rien d'aussi précieux à t'offrir en échange de ces rouleaux. »

Soulevée par ce surplus de bienveillance et de bonne foi, Reikan en avait oublié le principe même de l'héritage, qui consistait à recevoir des générations passées les éléments particuliers d'un patrimoine tout aussi singulier. Le cœur sur la main - peut-être un peu trop, parfois -, la féline fut prise par le doute, suite à son aveu. Le Fils du Vent allait-il l'estimer digne de son legs, alors qu'ils venaient à peine de se rencontrer?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Dim 7 Avr 2019 - 3:24




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »

ft. @YASEI REIKAN




Elle sembla hésitante, non pas qu’elle n’était pas intéressée, mais Xûen comprit. Il n’était pas aisé d’accepter quelque chose d’autrui sans le rétribuer, si tant était que l’éducation se rapprochait de la sienne. Pourtant, ce fut en toute bonne foi et sans arrières-pensées que le Guerrier du Désert se permettait ce leg ; pour Kirigakure et son désir de la faire prospérer. Pour la nouvelle génération, bien qu’il n’était pas beaucoup plus vieux qu’elle. Et aussi parce qu’une partie de lui voulait nourrir le bas instinct qu’était son ego ; il n’était pas homme à rabaisser autrui, sa faiblesse s’insinuer paradoxalement dans sa bonté.

Effectivement, le samurai porteur de Brise-Glace ne se voyait pas quitter le Yukan et le monde physique sans le marquer de son empreinte indélébile. Ce geste n’était donc, si vu de façon complètement pragmatique, qu’une tentative de donner de l’élan pour ricocher sur l’océan d’un destin inconnu la pierre qu’était Reikan. Mais qualifier sa bonté en ne la jugeant que sur cette facette de Xûen était très loin de la vérité englobant un tout plus large.

« Oh. Je ne suis pas en attente d’une compensation, quelle qu’elle soit. » Un mince filet opalin s’échappa d’entre ses lippes. « Dispose-en et rend-les utiles. Qui sait, d’aventure c’est peut-être toi qui saura me guider, dans le futur. »

Effectivement, il n’était pas à l’abri qu’à son tour, la féline Kirijine soit elle aussi en possession de quelque chose dont il aurait besoin. Bien que son esprit n’eût pas à l’idée un quelconque concept de retour équivalent, Xûen croyait au karma dans toutes ses formes les plus diverses. Une épaule sur laquelle haleter pendant une guerre, un mot qui changerait sa perception d’une chose, un rouleau sur l’histoire du chakra et sa création. Tant de possibilités qu’il faudrait une décennie pour les énumérer.

« Je t’en prie, ne te gêne pas pour moi. » Finit-il par lâcher, pour l’inviter à ne pas se gêner pour les parcourir. Si elle n'arrivait pas à déchiffrer quelque arcane, il serait en mesure de l'aider. Doucement, il pivota quelque peu et lâcha l’océan de ses yeux pour parcourir la petite mare et y chercher un signe de vie animale, avant de faire quelques pas et de craquer sa nuque de façon sonore.

Qu’est-ce que la journée lui réservait encore ?


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Dim 7 Avr 2019 - 13:18
L'hésitation s'était emparée de l'indomptable bête, pendant un laps de plusieurs secondes. Et bien que l'envie de se saisir des deux rouleaux sous ses yeux la démangeait, curieuse de connaître la richesse de leur contenu, elle resta parfaitement stoïque. Mais ce fut sans compter sur la perspicacité des propos de Xūen, qu'elle fut convaincue d'accepter ce don. J'espère de tout cœur en être digne et, au mieux... être capable de te guider toi aussi, à l'avenir. Les fins doigts de sa dextre se faufilèrent avec douceur sur les rouleaux lui étant tendus, permettant à la féline de refermer sa prise sur eux et de s'en saisir. Elle leur décrocha un regard dubitatif, dans lequel régnait une pointe d'impatience quant à la découverte de ce qu'ils pouvaient renfermer. Et le feu de cet empressement ne pouvait être que brasier, considérant le fait que Reikan n'ait été formée que par son père et maître jusqu'à lors, n'ayant ainsi que les connaissances de sa horde. Son esprit était décidément bien friand d'en apprendre davantage de la part d'autrui, surtout en compagnie d'un natif du Désert.

« Je tâcherai de les rendre utiles, sans l'ombre d'un doute. Je te remercie pour la confiance que tu places en moi, Xūen. »

Sans l'once d'une gêne, et après avoir été réconfortée par la franchise du Fils du Vent, la métamorphe mit à mal l'ouverture d'un des rouleaux sans en abîmer le papier. D'un œil soucieux du détail, elle en scruta l'intérieur pour s'imprégner des inscriptions, en haussant un sourcil. Décidément, le hasard fait bien les choses. Vraisemblablement, Reikan fut assez satisfaite de ce qu'elle pût trouver entre les lignes de ce premier parchemin, si bien qu'elle préféra ne pas ouvrir le second pour ne pas mettre de côté la conversation avec le Jônin. Et bien qu'elle ne croyait pas à la fatalité du destin, elle essaya de se persuader que venir ici, pour trouver le repos manquant à son âme en plein après-midi, était le fruit d'un instinct presque sacré. Elle planta ses pupilles éthérées dans celles de Xūen, tout en esquissant un sourire sincère et teinté d'une profonde malice.

« Je compte bien progresser au plus vite pour pouvoir te rendre la monnaie de ta pièce, quitte à ce que mon labeur finisse par m'assassiner. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Lun 8 Avr 2019 - 1:19




« DEUX MAINS QUI COMBATTENT PEUVENT FAIRE PLUS QU'UN MILLIER JOINTES POUR LA PRIÈRE »





La façon dont s’éclaira son visage en dit assez à l’ancien apatride sur l’intérêt du contenu à ses yeux. Voilà qui n’était pas vain, après tout, pour ce que ça coûtait au Kazejin. Il n’était pas homme à s’épancher tel un robinet de philosophie et de son savoir. Mais aux côtés de la Yasei, c’était l’ancien Xûen qui reprenait quelques temps vie et c’était une sensation délicieuse. Celui qui n’avait pas connu les horreurs de la guerre, celui qui croyait que ses pairs pourraient se dépasser pour présenter un front uni contre les déboires présentés sur la Voie par le monde extérieur. Puis vinrent les déceptions, les plaies et la dure réalité.

Il avait bien changé, en son for intérieur. Pourtant, c’est un Xûen souriant et accordant une mince parcelle de sa confiance. Un essai, ou plutôt un pari comme il l’avait présenté.

« Tu m’intéresses, Reikan. Mais morte, n’oublie pas que la dette dont tu penses être débitrice ne sera jamais payée. » Une moue discrète et amer fractura son faciès. Il fit un pas vers elle, afin que sa voix n’ait pas à porter, comme s’il voulait n’être entendu que d’elle, comme si les murs avaient des oreilles.

« Nous nous reverrons bientôt, Tigresse. D’ici-là, peut-être pourras-tu me montrer ce que contenaient réellement ces parchemins. » Le vent sembla soudainement se lever. Un souffle puissant et localisé. Mais ce n’était que le Mirage qui avait disparu, ne laissant que son effluve musquée et contrastée avec celles présentes dans ce jardin.

Un déplacement si rapide qu’il en avait tiré un surnom qui lui collait à la peau ; dépeignant parfaitement le rêve dont il avait été privé. Un simple mirage, phénomène rare et provoqué par plusieurs circonstances rares. Réunies pour déclencher l’illusion, vouée inexorablement à disparaître.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière Empty
Mar 9 Avr 2019 - 19:11
Les paupières de Shiroitora s'écarquillèrent a minima, à l'instant même où le brun fit un pas vers elle aussitôt sa confidence faite. Moi qui ait déjà offert ma vie en sacrifice au Yuukan, me voilà débitrice d'une dette. Serais-je donc maudite à n'en plus finir? La changeforme cligna des yeux et manqua de relâcher un petit soupir amusé, après s'être heurtée à la remarque du Jônin. Un rictus formé au coin des lèvres, elle n'accorda qu'un sourire malicieux à son interlocuteur, en guise de réponse à ses propos. La longue et brune chevelure de la féline fut soulevée par la brise printanière, probablement accentuée par le déplacement instantané du Fils du Vent. Un clignement bref des paupières lui suffit alors pour saisir son départ, restant quelque peu perplexe quant aux dernières paroles de Xūen. Cessant de se perdre dans le décor, son regard profond vint caresser les parchemins qui se tenaient dès à présent entre les fins doigts de l'une de ses mains. Et après quelques secondes de réflexion, ces derniers s'empressèrent de resserrer leur emprise sur leur nouvelle propriété. De toute évidence, je ne compte pas mourir de sitôt. Pas tant que... Son esprit marqua un temps de pause nécessaire, pour permettre à son bras droit de ranger convenablement ses trouvailles à sa ceinture.

Une fois que ce fut chose faite, un pivotement des talons en direction du coucher de soleil s'offrant à elle fut inévitable. Au milieu de la verdure paradisiaque qu'abritait le Temple Seidou, Reikan délaissa une dernière attention aux lumières du jour, qui faiblissaient de minutes en minutes. Pas tant que je serais embourbée dans ces marécages brumeux. Sa tête fut la première à se détourner du crépuscule naissant, avant que l'indomptable bête ne prenne la direction du hall principal de la maison des dieux.

Pendant que les moines s'affairaient à ranger les derniers encens encore fumants et à préparer la venue de l'astre lunaire, la tigresse blanche fit une halte à l'entrée même de la bâtisse religieuse, pour déposer une pépite d'or dans la boîte en chêne des dons. Si ce geste avait un aspect tout bonnement symbolique aux yeux de Reikan, qui vouait un profond respect aux ascètes s'occupant de ce Temple... pour ces derniers, la valeur de cette pépite dépassait celle de tout autre obole. Et ceci fut d'ailleurs parfaitement illustré, lorsqu'un moinillon s'empressa d'ouvrir la boîte en vue de clore cette journée, pour constater la présence de la pépite en son sein. Tout comme la féline qui avait été revigorée par son passage au jardin divin, la foi en la bonté humaine de ce jeune garçon fut immédiatement ranimée à la vue de cette offrande quelque peu démesurée.

Fin.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Deux mains qui combattent peuvent faire plus qu'un millier jointes pour la prière

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: