Soutenez le forum !
1234
Partagez

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA]

Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] Empty
Mar 2 Avr 2019 - 15:41

FUNÉRAILLES


À Yaogakure no Kuni

Yaogakure. Mon village, ma famille, j’étais de retour à la maison, des semaines après mon départ en partance pour la cité militaire du pays de la Terre. Towa était à mes côtés et j’étais prête à pénétrer dans l’enceinte de notre forteresse sauvage.

À peine avais-je passé un pied, qu’un garde sonnait un cor. On annonçait mon arrivée comme il se devait, moi la fille du chef du clan, celle qui était partie pour rejoindre les shinobis et celle qui n’avait pas suivi son sang lorsque ce dernier fut banni. Je pouvais voir que le village était en plein effervescence, tout le monde participait au préparatif des funérailles qui allait avoir lieu ce soir. Je serrais les mâchoires et la boule qui était logée dans le creux de mon ventre ne cessait pas de se mouvoir. Je n’étais pas bien, j’essayais de garder bonne figure, mais la peur et le stress commençait doucement à m’envahir.

« Bon retour parmi nous, Princesse Sae. Veuillez patienter quelques instants, l’Ancienne ne devrait plus tarder. » Me disait le garde qui avait sonné du cor à l’instant.
« Très bien, nous attendrons avec Towa. » Disais-je en regardant le rouquin qui m’accompagnait tout en se tenant à ma hauteur.

Ils ne nous restaient plus qu’à attendre que la vieille femme arrive. L’Ancienne était l’une des personnes les plus respectée du village de par son grand âge, un siècle d’existence ; mais surtout à cause de son pouvoir qui lui permettait de recevoir les messages de nos Dieux à travers ses songes. Chaque vision qu’elle voyait était révélée à la populace Yaoguaï et chacune d’entre elle s’était toujours réalisée, ce qui rendait le don de l’Ancienne quasi-mystique.

D’un pas lent et entouré de deux sauvages, l’ainée de Yaogakure arrivait à notre autour. Elle affichait une mine abattue. Qui étaient morts ? Certainement des guerriers qui ne lui étaient pas apparus dans ses rêves. Elle n’avait pas dû voir leur mort, sinon elle n’afficherait pas pareil visage. La petite femme arrivait enfin à notre autour, elle congédia les deux gardes qui l’avait accompagné jusqu’à nous.

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] 190402033309583009

« Ma petite Sae, je suis heureuse de te voir ici malgré les mauvaises nouvelles que je vais t’annoncer. Je suis ravie de te voir aussi Towa. » Lançait la vieille.
« Qui sont les valeureux combattants qui ont rejoint nos aïeux, Ancienne ? » Le ton de ma voix montrait de l’inquiétude et je commençais à redouter le pire.
« Allons à l’intérieur pour en discuter. » Disait l’ainée.

J’acceptais la proposition de l’Ancienne et je me tenais à sa droite, tandis que Towa se mettait à sa gauche et nous l’escortions jusqu’à ma demeure. Des visages me saluaient quand je traversais le village pour gagner mon ancienne habitation. Chaque sauvageon remplissait une tâche précise pour les funérailles, nourriture, instruments de musique, flambeaux et ornement sur le bateau funéraire.

Une fois à l’intérieur, nous nous installions à la table où des victuailles étaient disposées sur cette dernière. Cette nourriture était pour moi et Towa à cause de notre voyage depuis la cité militaire du pays de la Terre. Il était temps de reprendre la conversation où elle s’était arrêtée.

« Je t’écoute. » Laçais-je nerveusement.
« Waishi Fujimi, Waishi Honma, Yaoguaï Genkû et Yaoguaï Senkû sont tombés. » Disait l’Ancienne.

Un lourd silence venait de s’abattre dans la pièce principale.


Dernière édition par Yaoguaï Sae le Sam 6 Avr 2019 - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Yaoguaï Towa
Yaoguaï Towa

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] Empty
Mar 2 Avr 2019 - 19:08
Towa ne savait pas vraiment pourquoi, mais il appréhendait encore son retour à son village natal. De mémoire, il n'avait prévenu personne de son départ pour Iwagakure lorsque l'Ancienne le lui avait demandé... et il appréhendait le comportement et réaction de ses compatriotes lorsqu'ils le verraient. Et, ça commençait comme il se l'imaginait. Le garde sonnait le cor pour signaler l'arrivée des deux sauvageons expatriés, ce-dernier ignorait totalement la présence de Towa. Il pouvait le comprendre, Towa aurait probablement réagi de la même manière à sa place.

L'Ancienne allait arriver pour nous accueillir. Le rouquin resta silencieux, ne prit aucunement la parle. Que pouvait-il dire ? Sae devait être la seule à parler, c'était après tout la princesse de Yaogakure. La fille du chef. L'ancienne arriva bien vite, accompagné par deux Yaoguaï.

Ancienne. Déclara-t-il cordialement avant de secouer discrètement la tête négativement, comme pour lui signaler qu'il ne lui avait pas tout dit.

Elle préférait parler à l'intérieur, cela devait être plus grave qu'ils ne l'avaient jusque là penser. Qui étaient-donc les victimes ? Que s'était-il passé ? Towa se plaça à la gauche de l'Ancienne pour se diriger jusqu'à la demeure de la Princesse Sae.

Toujours silencieux, Towa s'installa et écouta les paroles de l'Ancienne. Le silence s'abattit d'un coup en entendant les noms des morts. Towa fut le premier à prendre la parole, moins abasourdi par cette mort.

Que s'est-il passé ? C'était là ce qu'ils devaient savoir en premier lieu. Etait-ce dû à des Kumojins, présent sur les terres du Bois ?

_________________
Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] X74h
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5649-yaoguai-towa https://www.ascentofshinobi.com/u663
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] Empty
Mar 2 Avr 2019 - 23:09
Towa était le premier à prendre la parole brisant le mutisme qui s’était installé dans la pièce. Aucun son ne pouvait sortir de ma bouche pour le monde, j’avais l’impression que l’on venait de me poignarder en plein cœur. Genkû, Senkû, Fujimi et Honma étaient tombés. Comment ? À eu quatre, ils formaient une escouade dévastatrice. Je ne comprenais pas.

« Malheureusement, nous ne savons pas ce qu’il s’est passé. Nous n’avons trouvé les corps que des jours plus tard. Dix pour être précise. » Disait l’Ancienne.

Dix jours, autant dire qu’il n’y avait plus aucun moyen de savoir ce qu’il s’était réellement passé. Tant que personne ne se vanterait pas d’avoir abattu les deux sauvages et les dragons jumeaux, leur mort demeurerait un mystère. Je fermais le poing, sentant la colère et la tristesse me monter. Je ne devais pas verser de larmes devant autrui, je devais les ravaler et la garder en moi jusqu’à ce que je me retrouve seule.

Je me décidais à prendre la parole et je fixais la vieille femme.

« N’as-tu rien vu ? D’habitude, les Dieux t’envoient des visions pour te prévenir quand la mort frappera prochainement l’un des nôtres ! » Lançais-je à la centenaire.
« Ce n’est pas leur mort que j’aie vu, le présage et l’avertissement céleste était pour quelqu’un d’autre. » Disait-elle avec regret.
« Qui ? Qui as-tu vu mourir ? » Répliquais-je aussitôt. Je commençais à ne plus contrôler mes émotions.
« La réponse n’est pas importante pour aujourd’hui. » Disait-elle timidement.
« Je t’ai posé une question ! Tu dois me répondre ! » Hurlais-je.

Je venais de me lever de ma chaise, l’une de mes mains balayait les victuailles qui se trouvaient devant moi. Je voulais cette réponse sur le champ et l’Ancienne allait me la donner quitte à lui faire cracher le morceau.

« La tienne. Ta fin est proche Yaoguaï Sae. Les Dieux me l’ont montré, la Mort te surveille et elle est sur toi. » La centenaire avait répondu.

Un nouveau silence s’installait dans la pièce. Alors, la dernière vision qu’avait eue l’Ancienne me concernait. Je ne m’attendais pas à cette révélation. Je m’asseyais de nouveau sans faire le moindre bruit. Je ne pensais pas que mon existence allait bientôt prendre fin. Certains diront que la vieille femme racontait n’importe quoi, mais ici à Yaogakure, ses visions étaient d’or.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Yaoguaï Towa
Yaoguaï Towa

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] Empty
Mer 3 Avr 2019 - 18:29
Towa était le premier à prendre la parole, briser ce silence qui s'était installé à la suite des noms énumérés des victimes. Sae devait être sous le choc, discrètement, il la regardait mais elle semblait vouloir rester forte. Enfin, il ne pouvait pas venir vers elle, pas devant l'Ancienne. Il irait la voir plus tard, éventuellement. Malheureusement, l'Ancienne n'avait pas plus de renseignements sur l'auteur de ces meurtres mais il devait être sacrément puissant pour avoir réussi à terrasser ces quatre individus.

Sae reprit la parole, s'engagea dans un discours avec l'Ancienne. Towa restait observateur de la scène, ne réagissant guère lorsqu'elle s'énerva, envoyant balader la nourriture placé devant elle. Lui savait déjà la réponse. Finalement, l'Ancienne ne pouvait guère cacher plus longtemps cette information et elle lui avoua que c'était bien la Princesse qui était la cible première de la Mort. Celle-ci arriverait bientôt sur elle, silencieusement, sans répondre, la sauvageonne s'était rassise.

Princesse... Je ne pouvais pas vous le dire, ce... c'est la raison pour laquelle j'ai été désigné par l'Ancienne comme votre protecteur et donc ma venue à Iwagakure. Towa tentait de peser ses mots, parler judicieusement.

Mais, ce n'était pas le moment de parler de ça. Des nôtres étaient morts. Il fallait enquêter sur cela.

Nous devons élucider leurs morts. Déclara-t-il en premier lieu.

_________________
Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] X74h
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5649-yaoguai-towa https://www.ascentofshinobi.com/u663
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] Empty
Jeu 4 Avr 2019 - 23:26
Une nouvelle fois, ce fut le rouquin qui brisait le silence qui venait de faire sa réapparition. Dès qu’il prit la parole, je le fusillais du regard. Il m’avait menti en ne dévoilant pas les informations qu’il avait eues en sa position et ensuite il voulait enquêter sur la mort de nos disparus alors que nous avions déjà la réponse ?

« Tu veux élucider la mort de nos frères et de notre sœur ? Nous savons déjà qui sont les responsables ce sont ces maudits étrangers qui foulent notre terre sacrée. Si Mokko était un vrai dirigeant, ils auraient fait sonner les cors pour que nous chassions ses envahisseurs. » Lançais-je à Towa.
« Sae, c’est plus complexe que cela … » La vieille centenaire n’avait pas le temps de terminer sa phrase.
« Je m’en moque ! Tu m’entends vieille folle ! Tu as donc vu ma mort et tu crois que Towa arrivera à l’arrêter ? Et toi, tu le savais depuis le début et tu me l’as caché alors que je suis ta princesse ! Sortez de ma maison avant que je n’appelle les gardes ! » Terminais-je par dire.

Une fois que les deux Yaoguaï étaient sortis et une fois seule, je laissais libre cours à ma colère, renversant, détruisant tous ce qui me passait sous la main. J’étais enragée, non pas parce qu’ils étaient morts en combattant comme des valeureux sauvageons qu’ils étaient, mais parce qu’ils me laissaient seule et que devenir la cheffe des sauvages sans eux à mes côtés n’avaient plus aucune importance. Je m’étais toujours vue sur le trône de mon père où Senkû siègerait à ma droite, Genkû à ma gauche et les Dragons Jumeaux en ombre protectrice. Maintenant, cette vision n’était plus qu’un fantasme qui ne se réaliserait jamais.

Je me rasseyais sur ma chaise devant les ruines de la pièce principale et je fermais les yeux demandant aux Dieux de bien vouloir m’éclairer et de me donner un but dans cette vie courte qui me restait à vivre.

***

L’Ancienne décide de revenir une heure après avoir été congédiée. Elle informe Sae qu’elle a reçu une lettre d’un dénommé Tanuki-Tsuki et d’une Tomoe. La jeune femme prend les dispositions nécessaires vis-à-vis de ces deux missives. ici

***

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] 190404112142303949

La cité sauvageonne de Yaogakure est en plein préparatif. La grande place du village est en effervescence puisque les Yaoguaï s’occupent d’ériger un immense bûcher où les corps de Senkû, Genkû, Honma et Fujimi seront brûlés afin que leurs âmes puissent regagner le royaume des combattants où festoient pour l’éternité les sauvages tombés l’arme à la main. Une fois le grand bûcher terminé, un cor retentit, signifiant à tous les Yaoguaïs hormis le chef, sa fille et l’Ancienne de se rendre à la place centrale de la cité pour rendre l’hommage aux quatre guerriers disparus. Les funérailles pouvaient commencer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878
Yaoguaï Towa
Yaoguaï Towa

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] Empty
Ven 5 Avr 2019 - 19:39
Elle était énervée. Towa pouvait aisément le comprendre mais à ce point-là ? Il avait du mal. Peut-être avait-il fauté en ne lui dévoilant rien, mais les consignes de l'Ancienne avaient été claires : elle ne devait rien savoir de ses songes. Ainsi, il le lui avait caché, il ne voulait pas la mettre dans un état pas possible lorsqu'elle apprendrait que la Mort veillait en effet sur elle. Le sauvageon roux s'était promis de la protéger, il n'était pas du genre à ne pas respecter une de ses paroles.

Elle s'énervait à la fois contre le roux et la vieille... Towa ne savait quoi dire, mais il ne voulait pas se dédouaner. Après tout; il aurait dû tout lui dire : elle était la Princesse et lui un simple soldat du clan. Il n'était pas grand chose.

Sache que je te protégerai contre Elle. Et qu'elle le comprenait : il irait jusqu'à donner sa mort à lui pour Sae. Puis, ayant simplement dit ces mots, il suivit les directives de la Princesse du Clan en quittant sa demeure accompagné de l'Ancienne.

Le jeune guerrier s'occupa de vaquer à ses affaires. Bon nombres de ses semblables l'évitait, mais il se contentait de se rendre à sa propre demeure et d'attendre. Que pouvait-il faire d'autre ?


***

Le cor sonne. Il signifiait que les funérailles allaient débuter. Le sauvageon s'était vêtu des affaires de deuil, bien qu'il n'avait que peu côtoyer ses guerriers, il n'en restait pas moins qu'ils avaient marqué l'histoire du clan et honneur leur devait être fait.

Towa se posa le plus proche possible du magnifique et géant bûcher. Le sauvageon cherchait du regard la Princesse, elle n'était pas encore présente, mais ce ne serait tarder.

_________________
Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] X74h
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5649-yaoguai-towa https://www.ascentofshinobi.com/u663
Yaoguaï Sae
Yaoguaï Sae

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] Empty
Sam 6 Avr 2019 - 23:27
Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] 19040609555165119

La plus grande de toutes les bâtisses du village de Yaogakure était celle du chef de la tribu des Yaoguaïs. Pendant que les nobles guerrières et guerriers se préparaient à se réunir autour de l’immense bûcher funéraille qui avait été érigé en plein centre du village des sauvageons, Yaoguaï Dokaï l’homme le plus fort du pays du bois, l’ultime guerrier maitrisant les arcanes des Portes Célestes, sa fille Yaoguaï Sae manieuse du Satetsu comme la déesse Gamyûsa qui avait rejoint l’un des trois villages Shinobis, et L’Ancienne femme la plus âgée du village considéré comme l’oracle des Dieux étaient réunis autour des quatre dépouilles. Chacun des corps était recouvert d’un linceul blanc, des armes, des bijoux, des pièces, des peaux de bêtes ainsi que des fleurs étaient déposés sur chacun des disparus. Un puissant cor retentissait, signifiant que le rite allait pouvoir commencer. Il était temps de prononcer les dernières paroles avant que les gardes n’arrivent pour prendre ceux qui avaient mérité le repos éternel en compagnie des plus grands guerriers Yaoguaï qui avaient foulé cette terre autrefois.

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] 190406101757346162

« Les enfants de mon frère se rêvaient de me défaire, les voilà morts ! Que cela te serve de leçon ma fille, la faiblesse n’amène que la mort et rien d’autres. » Lançait Dokaï de sa voix grave.
« Les Dragons Jumeaux sont eux aussi tombés, mon Roi. Il ne fait aucun doute que ceux qui les ont vaincus n’étaient pas des simples guerriers. » Disait l’Ancienne.
« Tu n’avais pas vu leurs morts dans un de tes songes Ancienne, cela ne peut signifier qu’une chose, ils ne valaient rien aux yeux des Dieux, sinon ils t’auraient prévenu que ces quatre enfants se dirigeaient pour le festin éternel. » Dokaï affichait un sourire narquois sur sa face bourrue.
« Il ne fait aucun doute là-dessus. » La vieille centenaire ne cherchait pas à contredire son chef, elle ne le connaissait que trop bien.
« Mais, le plus risible est qu’ils t’ont envoyé une vision de ma faiblarde de fille ! La Mort est sur elle depuis que sa crétine de mère s’est interposée pour la sauver. » Les prunelles ténébreuses de mon paternel étaient posées sur moi.
« Les Dieux ne peuvent pas être compris par les Hommes. S’ils m’ont envoyé ce noir songe, c’est qu’ils pensent que la Princesse à un rôle à jouer. » Disait la vieille femme.
« Elle n’a aucun rôle à avoir. Elle n’est que honte et déshonneur. Le sang qui coule dans ses veines et peut-être le même que le mien, mais elle n’a rien d’un vrai guerrier Yaoguaï. Ancienne, il te suffit de la regarder, elle ressemble à ces misérables shinobis. Toi qui pensais obtenir de la force en allant dans une cité militaire cachée, observe le corps de celui que l’on nommait autrefois le Guerrier de 1000 ans ! Sa vie s’est terminée le jour où il a quitté son si précieux village ninja. Tu es devenue encore plus faible que le jour où tu es partie. » L’homme colossal me pointait de son monstrueux doigt.
« Je ne vous contrarierai pas Père, pas en ce jour. Senkû, Genkû, Honma et Fujimi ont gagné le droit de festoyer jusqu’à la nuit des temps avec nos aïeux. » Disais-je à mon tour en m’approchant de chacune des dépouilles où je déposais un dernier baiser sur chacun des corps en terminant par le Guerrier de 1000 ans. « Le jour où je reviendrai sur ces terres, tu pourras voir mon père à ta table. » Marmonnais-je de façon inaudible.
« Il est temps, Mon Roi, Princesse. » L’Ancienne sonnait du cor.
« Plus vite nous finissons cela rapidement, plus vite nous pourrons festoyer à notre tour ! » Seule les soirées intéressaient mon vaniteux paternel, les hommages il n’en avait que faire.

Des gardes arrivaient et prenaient les dépouilles des sauvageons morts. Ils ne nous restaient plus qu’à suivre le cortège qui nous devançait. D’un pas lent, je suivais l’Ancienne et mon père fermait lui la marche comme il était de coutume. Le Chef devait être la dernière personne à arriver sur les lieux du bûcher.

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] 19040610210014111

Tout le peuple Yaoguaï était présent, amassé autour de l’immense bûcher qui faisait plusieurs mètres de haut où un navire sans voile avait été posé au-dessus. Le bateau devait permettre à nos morts de pouvoir voyager jusqu’à notre paradis où il n’était que combat et festin. Aucunes larmes ne coulaient sur mes joues, il ne le fallait surtout pas sinon cela signifierait que l’âme des combattants tombés au combat serait damnée pour le reste de l’éternité. Les Dieux n’aimaient pas les larmes des femmes. Je devais être fière, car ils avaient eu la mort que tous sauvageons rêvaient d'obtenir, à savoir mourir l’arme à la main et non de maladie ou une mort causée par la faune ou la flore. Les premiers chants commençaient à raisonner. Les Yaoguaï ne formaient plus qu’une seule entité. Les percussions commençaient à frémir. Il était temps que les Dieux nous entendent et acceptent que ces guerriers rejoignent le paradis.

L’Ancienne levait les bras et suppliait nos créateurs dans nos dialectes anciens. Les voix les plus graves surgissaient dans les foules, entamant les chants en langues anciennes. Les pieds frappaient le sol. Les torches s’illuminaient.

« Qu’ils festoient pour l’éternité ! » Criait l’Ancienne dans sa voix stridente.
« GLOIRE À FUJIMI, HONMA, GENKÛ ET SENKÛ !!! » Hurlait le peuple à son tour.

On me confiait la torche qui mettrait fin à la vie terrestre de mes cousins et des dragons jumeaux. Chaque pas que je faisais en direction du bûcher, me rappelait un souvenir que j’avais vécu avec l’un des quatre guerriers. Les coups sur les tambours étaient beaucoup plus rapprochés à chaque mètre que je faisais. Je tendais le bras vers les bûches et ces dernières s’embrassaient.

« Que leurs corps redeviennent poussières et que leurs âmes soient immortelles ! » L’Ancienne criait toujours.
« GLOIRE À FUJIMI, HONMA, GENKÛ ET SENKÛ !!! » Hurlait le peuple.

Les flammes se développaient rapidement et en quelques minutes un brasier illuminait le village des Yaoguaï. La vie terrestre de Fujimi, Honma, Genkû et Senkû était terminée. Une nouvelle vie s’offrait à eux, et moi je devais continuer la mienne jusqu’à les rejoindre à mon tour. Ainsi était la vie.

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA] 190406095551198123
CI-GÎT:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa https://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 https://www.ascentofshinobi.com/u878

Funérailles — [YAOGUAÏ TOWA]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: