Soutenez le forum !
1234
Partagez

Occasion [Sentetsu Chiaki]

Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Jeu 4 Avr 2019 - 2:48

Occasion

Hayashi - Ville du Daimyo

Sentetsu Chiaki



Une demi-journée après les explosions, et après l'arrivée de Chiaki...

Maintenant que les Kumojin avaient été informés des dernières nouvelles notamment concernant le fanatique Meikyû et notre fuite face à Mamushi, je n’avais plus qu’une idée en tête : faire ce que j’avais dit. Surveiller les alentours de la ville, et retourner, à terme, à « l’entaille du monde »; afin de combler certaines questions et éclaircir d'autres mystères.

Mais avant que je ne fasse quoi que ce soit, la Sentetsu était venue me voir, elle semblait vouloir me parler d’une chose plutôt importante. Comme toujours je prêtai assez facilement mon oreille, même aux dires les moins intéressants ; et Chiaki n’y faisait pas exception. Après tout si j'arrivais à endurer les longues phrase du Meikyû...

-Que veux-tu ? Dis-je d’une voix relativement douce mais le visage dépourvu du moindre signe de gaité. Je n’avais aucune idée de ce dont elle voulait s’entretenir avec moi, ni même ce qui l’avait amené ici… Une simple discussion, ou tout autre chose ? Je me le demandais. Et d’ailleurs était-ce un ordre émanant de la Raïkage ou était-ce de sa propre initiative ? Là encore il m’était impossible de savoir, mais dans un cas comme dans l’autre sans doute cela ne saurait me poser un problème, même si ici toute aide semblait être la bienvenue, ou pas.

Je l’observais alors un instant, continuant de marcher le long d’une rue du village ; attendant avec patience d’entendre ce qui pouvait être si important et urgent que cela ne put attendre le retour des Kumojin en leur village… Et je n'avais jamais entendu dire que ce genre de visite alors que des ninjas étaient en mission, était chose courante...



Revenir en haut Aller en bas
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Lun 8 Avr 2019 - 17:56

Occasion.


Le voyage jusqu’à Hayashi n’a toujours eu qu’un seul objectif : rencontrer Sazuka. Cette décision, prise sur un coup de tête, l’a menée là, l’a séparée de sa moitié pour la faire arriver ici, auprès des autres kumojins, certes, mais loin de tout ce qu’elle connaît. Mais il y a certains projets, certaines idées qui ne peuvent pas attendre. Sa supérieure n’était pas là au départ, et Chiaki en a profité pour se balader, croiser de nouveaux visages ou en revoir certains. Mais là, ça y est. Après la prise de parole de Sazuka auprès des autres ninjas des nuages, la voilà disponible pour la brune.

La chirurgienne dépose ses prunelles émeraudes sur la directrice de l’Institut, un sourire aux lèvres. Elles ont commencé par être de grandes inconnues l’une pour l’autre, puis supérieure et subordonnée, puis mentor et élève. Chiaki ne se sent pas particulièrement distante de Sazuka, au contraire. Elle dirait même qu’elle se sent plutôt proche de l’Ikeda, aussi étrange que cela puisse paraître. Cette femme est la seule à pouvoir comprendre ce qu’elle ressent vis-à-vis de la médecine, elle est aussi celle qui maîtrise le même style de combat et manipule le chakra vital. Autrement dit, Sazuka est probablement la seule dans son entourage qui puisse comprendre son désir actuel, l’idée qui lui est venue suite à tous ces événements. Et puis … L’Institut est son Institut, non ? Elle en est la directrice, si une modification y doit être faite … C’est à elle de la décider.

Chiaki marche aux côtés de l’Ikeda et décide de ne pas y aller par quatre chemins. Elle peut avoir confiance en cette femme, plus qu’en n’importe quel autre ninja du village. Peut-être autant qu’à Ryû lui-même, pourtant Ryû est Ryû … Et leur relation est bien différente de la leur. Bien supérieure, aussi. Quoi qu’il en soit.

« Je ne sais pas si tu es au courant de tout ce qui s’est passé à Kumo depuis votre départ, donc je vais te raconter une longue histoire … » Elle soupire. « On commence d’abord par l’attaque de deux prisonniers, ça, je crois que vous n’étiez pas encore partis. Nala et un autre, que nous avons soit repoussé, dans le cas de l’homme, soit tuée, dans le cas de la femme. Il y a d’abord eu ça. Ensuite, il y a eu l’attaque de Suzuri Wo, qui se fait appeler ‘Le Saint-Père’. Il m’a prise en otage en l’échange d’un livre, un livre qui lui semblait très important et qu’il disait avoir écrit. C’était ma vie contre le livre, pour faire simple. Metaru Itagami, Nozomi Ryû et Sendai Yahiko sont parvenus à me protéger du Saint-Père, mais nous avons dû lui remettre le fameux livre. Suzuri Akina a eu l’intelligence d’en faire une copie, mais globalement, ça reste un échec. Enfin, on arrive au contrat. Nous sommes tombés sur un grand nombre de ninjas de tous horizons – dont je ferai un rapport approfondi une fois rentrée au village – qui nous ont attaqués. Nous avons perdu le convoi dont nous étions responsables. »

Chiaki hausse les épaules et s’étire, en tendant les bras loin, loin devant elle, avant de les remettre le long de ses hanches.

« Autant te dire que, dernièrement, les échecs sont plus nombreux que les réussites. Et dans tous ces cas, soit des personnes ont été brutalement traumatisées, soit elles sont été blessées presque mortellement. Comme je travaille avec toi à la branche médicale de l’Institut, je me suis demandé si je ne pouvais pas ajouter quelque chose à tout ça. »

Le vif du sujet. Le plus important.

« Les ninjas médecins présents à l’Institut sont généralement capables de maîtriser à la fois les soins et à la fois la force prodigieuse qui nous est donnée par le chakra médical. J’aimerais mettre ces capacités ambivalentes à profit et créer une petite élite de ninjas médecins au sein de l’Institut, qui serait capable de se battre, mais aussi d’être un vrai soutien sur les champs de bataille. »

Une idée … Plus que poussée, tout de même. Chiaki inspire profondément.

« Je sais que ça paraît gros, dit comme ça, d’un coup, mais voilà ; tu as l’idée principale et la raison pour laquelle je suis venue à Hayashi au lieu d’attendre que tu reviennes. »

Un projet trop important pour rester en sommeil aussi longtemps. Avec les crises géopolitiques traversées par le Yûkan, la Sentetsu ne peut pas se permettre d’attendre. Elle ne sait pas de quoi demain sera fait … Et demain aura peut-être besoin d’une telle unité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Ven 12 Avr 2019 - 16:07




Une riche histoire que me comptait là Chiaki. La jeune semblait avoir été le centre de certaines agitations, ces derniers temps ; qui ne semblaient pas être de son fait, à priori ; heureusement ? Je trouvai donc toutes ces informations plutôt intéressantes, sans pour autant m’en émouvoir, ce monde était ainsi, fait de dangers et de sacrifices inhérents aux shinobi et découlant souvent, trop, de ces derniers. Mais des deux points celui qui retint davantage mon attention fut ce « livre ». La coïncidence était bien trop parfaite, et corroborait finalement tout ce qu’avait pu me dire le « Fanatique » que nous avions aidé et laissé le temps de notre retour dans cette ville, dans « l’Entaille du monde ».

-Akina a pris ce livre avec elle ? Me demandais-je autant qu’à elle. Si c’était le cas, alors je ne savais quoi en penser. Etait-ce une bonne idée d’avoir la clé et la serrure au même endroit lorsqu’on savait ce que leur association pouvait produire ? Il m’était impossible de le savoir ni même de supputer une quelconque hypothèse à ce sujet que je préférais taire, pour le moment. Enfin… Nous verrons ça plus tard. Avais-je repris sans attendre de réponse de la Sentetsu, reportant mon attention sur le second sujet évoqué par la chirurgienne. Pour le reste… de ce convoi, de cette « rencontre » avec le « Saint-Père » ; il était loin de m’appartenir le loisir de la juger. Ce n’était pas mon travail.

Créer une unité de terrain, composée de médecins ? L’idée me semblait bonne, plus ou moins. A vrai dire, malgré le poste que j’occupais et les « talents » que l’on me prêtait ; j’étais assez éloignée de cet aspect opérationnel et n’envisageais que rarement de prêter mes compétences à d’autres situations que celles mettant en danger ma propre intégrité. Et c’était pour cela que je n’avais jamais pensé à « ça », car je n’avais jamais évolué dans cette optique. Néanmoins, qu’elle m’en parle m’étais agréable, en quelques sortes. Oui, car elle aurait aussi pu simplement directement en faire part à la Raïkage et ses conseillers. Je n’étais « que » la directrice de l’institut, je m’occupais de son fonctionnement ; rien de plus.

-Hum… C’est… une bonne idée ? Dis-je pensive. Chiaki ne pouvait pas s’attendre à ce que je m’étende sur ses propos, ses arguments. Je n’étais pas ce genre de personne, apte à la discussion sur de tels sujets ; ce n’était à vrai dire ni dans mes préoccupations ni dans mes aspirations et encore moins dans mes priorités. Mais, si l’ambition de la jeune femme n’était pas la mienne, pouvais-je l’empêcher d’échafauder ce projet ? D’y réfléchir ? Non, je ne le pouvais pas, et ni ne le voulais d’ailleurs. Si je ne partageais pas, ou ne comprenais pas les « visions » des autres ; je m’accordais en revanche toujours à laisser à chacun sa liberté d’agir, dans la mesure du raisonnable et tant que cela ne mettait pas en péril Kumo. Je ne suis pas contre, évidemment, mais… C’est avec la Raikage dont il faut en parler avant tout. Je n’ai pas vocation à autoriser… la création d’une… unité ? Haussais-je les épaules. Mais, que Reiko sache que je suis d’accord, devrait y aider. Souris-je finalement. Mais, les Eisei-nin de Kumo ne sont-ils pas déjà présents sur le... terrain ? L'interrogeais-je. Ce que j'attendais comme réponse était évidemment l'intérêt d'une telle unité... Que Chiaki soit présente ici, comme moi, prouvait que les ninjas médecins n'étaient pas cantonnés à l'institut. Enfin... c'était une question qu'on lui poserait encore, plus tard...



Revenir en haut Aller en bas
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 1:12

Occasion.


L’écoute de Sazuka quant aux récits de Chiaki est plaisante. À vrai dire, même si elle ne répond pas vraiment, même si elle ne juge pas ce qui s’est passé, ni ne donne son opinion, la Sentetsu se sent comme … apaisée. Une sensation étrange. Elle a déballé son sac. Le fait de ne pas avoir de retour à ce sujet, au fond, est peut-être une bonne chose. L’Ikeda ne la contraint pas à en raconter plus, ni à s’étendre sur divers détails. Une autre personne aurait pu le faire et la chirurgienne s’y serait pliée, néanmoins, avoir quelqu’un à qui tout dire, en n’ayant pas de jugement à craindre, ni de justification à donner est … Au fond, c’est tout aussi rassurant qu’une personne qui tente tant bien que mal de lui venir en aide. Parler, simplement parler. Tout déballer et c’est tout.

La seule réaction de la brune se porte sur le livre du Saint-Père, que l’intendante a pris le soin de copier. Si elle l’a amené ici ou non, Chiaki n’en est pas sûre. Peut-être. Mais elle n’a pas le temps de répondre, Sazuka poursuit sur sa lancée. Quelque chose de moins à gérer pour Chiaki, qui ne va pas s’en plaindre. La directrice aura bien le temps de s’entretenir avec la Suzuri, étant donné qu’elles sont toutes deux présentes au même endroit. Un avantage comme un autre, à vrai dire.

Vient alors le cœur du sujet, la réelle raison de la présence de Chiaki à Hayashi. Ce qui l’a poussée à allonger son voyage plutôt que rentrer avec Ryû. L’unité spéciale. Une unité au sein de l’Institut. Un projet étrange qui, pourtant, n’a pas l’air de déplaire à Sazuka. Au contraire, il semble même qu’elle confirme que ce soit une idée intéressante. C’est déjà un excellent point pour la jeune femme, qui se dit que, au moins, elle n’est pas venue pour rien. Alors, évidemment, ce n’est pas gagné, mais il suffit de bâtir une idée sur une idée, de les mettre ensemble pour parvenir à faire quelque chose de bien.

Sazuka rappelle à Chiaki qu’elle n’est pas la Raikage, que c’est avec Reiko qu’il faudrait d’abord en parler. La brune accueille cette remarque avec un sourire. C’est vrai. Mais, comme elle le dit par la suite, son accord est une base initiale, une base qu’elle ne peut pas ignorer. La chirurgienne hoche la tête et sourit à sa supérieure hiérarchique. Jusque-là, tout se tient. La question finale pourrait sembler problématique, mais Chiaki y a beaucoup réfléchi. Elle va donc pouvoir tout expliquer.

« D’abord, j’ai préféré te demander ton avis parce que tu restes la Directrice de l’Institut. Si j’ajoute quelque chose à cette structure, j’aime autant que tu sois au courant avant qui que ce soit. Tu sembles être directement concernée. Avoir ton aval à ce sujet est un très gros avantage, du coup. »

Chiaki sourit, puis met une main sur son menton et tient son coude avec son autre bras. Elle réfléchit. Comment formuler, comment dire les choses …

« Les ninjas médecins de Kumo sont sur le terrain, oui. Mais, pour la plupart d’entre eux, je doute qu’ils soient aussi doués dans le domaine offensif que dans le domaine médical. Je veux dire, à l’Institut, nous avons des médecins qui sont capables de donner naissance à des poisons ou des remèdes surpuissants, nous avons également des personnes qui peuvent soigner de graves blessures mais, avons-nous des ninjas spécialisés autant dans les dégâts que dans le soutien ? »

Elle secoue doucement la tête.

« D’aussi loin que je me souvienne, les deux seules ninjas capables de manipuler leur chakra médical à des fins offensives et curatives, à l’Institut, eh bien … Les deux seules sont toi et moi. Je ne connais pas tout le monde, ceci dit, mais il me semble que les médecins capables de faire les deux ne sont pas légion. Or, nous avons besoin de médecins sur le terrain. Mais nous avons surtout besoin que ces soigneurs ne soient pas victimes de leur position. Il faut qu’ils puissent être polyvalents, être capables de maîtriser leur chakra dans toutes les situations et ne pas être des cibles fragiles. »

Ses bras bougent, alors que Chiaki les croise.

« Je pense que regrouper tous ces médecins, aussi, peut être une bonne idée. Certains sont à l’hôpital, d’autres à l’Institut, d’autres ont décidé de ne pas prendre part aux combats, comme mes parents. Si nous parvenons à regrouper tous ces médecins isolés, alors peut-être pouvons-nous tous apprendre des uns et des autres, et devenir meilleurs encore ? Nous aurions alors des unités médicales aussi dangereuses que salvatrices. »

La brune penche doucement la tête.

« Voilà mon raisonnement. Peut-être n’est-il pas encore complet, peut-être peut-il être amélioré, mais je commence à partir de là pour alimenter ma réflexion. »

Une unité spéciale secrète, qui rallierait une élite médicale capable de mettre des coups mortels … Des démons angéliques, ou des anges démoniaques, dépendamment du référentiel. Cette idée séduit Chiaki, sans hésitation aucune, mais suffira-t-elle pour plaire à Sazuka ? Et, au final, après tout ce travail en amont, est-ce que Reiko acceptera ? Petits pas après petits pas, la brune progresse vers son objectif, prête à donner le maximum pour le réaliser.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Sam 20 Avr 2019 - 17:33




Je comprenais plus ou moins son raisonnement et sa volonté de finalement de donner une structure aux « personnels de santé » de Kumo, même s’il me semblait que celle-ci existait déjà. Comme je lui avais dit, ce n’était pas moi qui décidait de ce qui se créait et ce qui ne pouvait pas l’être à Kumo, néanmoins qu’elle m’en parle… devait sans doute vouloir dire qu’elle avait une certaine forme d’estime que ce soit pour moi ou mon avis. Mais dans le fond je m’en fichais, justement parce que ce n’était pas à moi de décider et surtout que je ne remettrai jamais en question ce genre de décision. Pourquoi ? Parce que la jalousie ou encore les ambitions secrètes m’étaient étrangères, comme beaucoup d’autres choses…

-Eh bien.. Merci pour ta sollicitude dans ce cas, mais ce n’était vraiment pas nécessaire. M’étais-je esclaffée en gardant mon regard sur elle. Cela-dit, l’institut n’ouvrira jamais ses portes aux personnes lambda. Tu parles bien de l’institut ? Dis-je avec un léger rictus. Pas que ces personnes me posaient problème, mais l’institut avait été créée dans un but bien précis : la recherche et l’innovation. Alors n’importe qui ne pouvait prétendre le rejoindre, il fallait plus que des connaissances en embaumement ou dans le domaine médical pour être éligible. Il faudrait déjà commencer par former de vrais Eisei-nin… Enfin, présente ton projet à Reiko-san et aux conseillers, c’est eux qu’il faut convaincre, pas moi.

Apprendre les uns des autres et devenir meilleurs… ensemble. Des mots et une idée qui me déplaisaient fortement, j’avais horreur que l’on tente de « m’apprendre » des choses que je pouvais maîtriser de moi-même. Ô je n’étais pas contre le fait qu’on me mette sur la bonne voix afin de me faire gagner du temps ; mais « jouer » les élèves… Non, j’avais trop donné avec la Sendai pour renouveler l’expérience. Et d’autre je ne voulais pas, non plus, qu’on s’attribue le mérite des prouesses que je pouvais réaliser. Une forme d’orgueil ou fierté assez particulière, superbia dont je ne faisais que rarement preuve, et à vrai que dans cette circonstance.

-Il n’y a de toute façon que dans la pratique que nous pourrons savoir si une telle unité peut avoir une réelle utilité ou si ce n’était au final que de la fumée… Haussais-je les épaules tout en continuant de marcher dans cette rue qui semblait n’avoir de fin… Autre chose à aborder, Chiaki ?





Dernière édition par Ikeda Sazuka le Mar 23 Avr 2019 - 20:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Mar 23 Avr 2019 - 4:24

Occasion.


Chiaki rougit en entendant Sazuka rire. Elle ne sait pas où se mettre. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? À vrai dire, la brune n’a aucune crainte à ce sujet, seulement, elle n’est pas habituée à une telle réaction. Quand sa supérieure lui demande si elle parle bien de l’Institut, la Sentetsu ne sait pas comment répondre. Elle l’écoute, attentive. Au fond, oui, c’est Reiko et les conseillers de Kumo qui sont concernés, pas Sazuka. Du moins, pas directement. Il faudra obtenir l’avis de toutes ces autres personnes … Et leur aval. La partie la plus difficile de tout ce projet, probablement. Chiaki hoche la tête. Ce projet est particulièrement important et il lui tient à cœur, mais il faudra qu’il passe par le système, lui aussi. Et c’est peut-être la partie la plus compliquée de toute cette entreprise.

La brune progresse aux côtés de sa supérieure. Quand elle reprend la parole, son intervention fait mouche. Oui, seul le temps leur dira si cette idée est utile, si elle est applicable et, surtout, si elle a un véritable sens. Si Chiaki ne va pas, finalement, s’élancer vers autre chose. L’Institut étant un domaine d’innovation et de recherche, il est vrai qu’une unité combattante ferait peut-être tache. Cette idée s’ancre dans son esprit et la poussera vers une réflexion mûrie, plus poussée.

Ses pensées reviennent sur Sazuka quand elle lui demande s’il y a d’autres sujets à aborder. La Chûnin réfléchit un instant. Tous les sujets passent en revue dans son esprit, elle se triture les méninges encore et encore, à la recherche de quelque chose, jusqu’à ce que la réponse lui saute aux yeux. Une réponse sûrement attendue par sa Directrice. Chiaki hoche doucement la tête.

« Oui ! Moins de paperasse, ceci dit, plus de chakra médical ! Ça part d’une réflexion, correcte ou non, je ne sais pas. Quoi qu’il en soit ! »

La chirurgienne inspire longuement et reprend la parole. Encore, encore beaucoup de paroles. Mais il en faut, elle n’a pas vu Sazuka depuis tant de temps, maintenant !

« Je me disais, si nous pouvons créer des auras de chakra médical pour couper, comme quand nous créons un scalpel, si nous pouvons créer des auras du même chakra pour soigner … Pourquoi ne pourrions-nous pas créer une aura de ce style mais, au lieu de l’appliquer à quelqu’un d’autre … Plutôt l’appliquer sur nous ? »

Chiaki croise une nouvelle fois les bras sur sa poitrine.

« Une sorte d’aura qui nous permette de nous soigner plus vite, quelque chose comme ça. » Elle inspire. « Comme je sais que tu es plutôt calée sur la question, je voulais savoir ce que tu en pensais. J’ai commencé à travailler à ce sujet, mais je ne pense pas m’y prendre de la bonne manière. Soit j’échoue à la maintenir, soit je n’ai pas l’impression de pouvoir soigner avec. »

S’en remettre, une nouvelle fois, à son mentor de toujours, Sazuka. Directrice, médecin, maîtresse de l’Iroujutsu. Chiaki ne s’étonne plus de la confiance presque aveugle qu’elle place en cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Ven 10 Mai 2019 - 16:43




Je l’écoutais attentivement, ne comprenant pas où elle voulait en venir avec ses histoires d’aura, jusqu’à ce qu’elle précise sa pensée. Je savais que la Sentetsu était plutôt douée mais de là à ce qu’elle pense à cette éventualité, d’elle-même ; je ne m’y étais pas attendue. Et, je ne pouvais le nier ni le cacher, parler des possibilités liées à la maîtrise du chakra vital m’intéressait bien plus que de discuter de l’organisation de l’Institut et du reste… Et pourtant, à priori, c’était aussi ce qu’on attendait de moi.

-C’est possible. Avais-je répondu aussitôt sans expliquer davantage, fixant la jeune femme. Ce que je veux dire, c'est que ce type de jutsu existe. Sa complexité est… à la hauteur de ce qu’il permet. Avais-je repris, toujours aussi sérieuse. Le genre de jutsu que l’on ne pouvait utiliser que dans des cas extrêmes et pour de bonnes raisons, plus importantes que seulement vouloir se soigner ou soigner quelqu’un d’autre. Il y a deux façons d’y parvenir. Soit en passant par le ninjutsu qui demandera une maîtrise parfaite du chakra ; ou en passant par le fuinjutsu. Expliquais-je, pour commencer.

Ce dont elle parlait était un tout autre niveau de la pratique de l’art médical « ninja », que peu d’Eisei-nin, même confirmés ; parvenaient à atteindre. Pas parce qu’ils étaient mauvais ou incapables d’y parvenir ; mais parce que ces jutsu demandaient soit un temps d’apprentissage considérable, surtout lorsqu’on s’y adonnait seul ; ou alors une connaissance des sceaux… très approfondie. Si je n’avais pas eu cette dernière, j’avais eu du temps, beaucoup de temps pour apprendre à maîtriser mon chakra et l’employer convenablement.

-J’ai… développé un jutsu de cette catégorie, que j’ai fini de mettre « au point » à Kumo. Ce dont tu parles est possible… me répétais-je. Mais leur … Enfin, la puissance de ce jutsu réduit drastiquement sa durée… Il est humainement impossible de « maintenir » un tel flux de chakra sur la durée… Simplement, allais-je dire, mais il n’y avait là-dedans rien de simple, en fait. Et même si je l’aidais à comprendre son fonctionnement, il faudrait un long moment avant qu’elle ne puisse l’utiliser convenablement, au cours d’un combat. A la différence des autres jutsu médicaux, celui-ci était davantage conçu pour le combat que pour apporter un appui médical… Enfin, il est sûrement possible de développer un jutsu tel que celui-ci… Mais il demandera certainement… un recours au fuinjutsu.



Revenir en haut Aller en bas
Sentetsu Chiaki
Sentetsu Chiaki

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Mar 14 Mai 2019 - 19:20

Occasion.


Le fait que Sazuka lui confirme que c’est possible réconforte Chiaki. Ses études à ce sujet ne sont pas caduques et tout le travail réalisé jusque-là peut avoir une utilité, si tant est qu’elle parvienne à s’en servir. La brune est piquée, tout son intérêt s’éveille et elle ne laisse pas un seul mot de sa supérieure lui échapper. Sazuka est toujours une valeur sûre en matière de chakra vital, cette fois ne fait pas exception. Intriguée, la Chûnin écoute, s’intéresse, prend en note tout ce qui lui est expliqué. Le Ninjutsu, comme elle le pensait, est le meilleur moyen pour y parvenir. Le Fûinjutsu aussi, probablement, mais elle ne sait pas si cela lui sera possible. Chiaki hoche la tête. Au moins, la base de ses intuitions est confirmée : une très grande maîtrise du Ninjutsu peut la mener sur la bonne voie. C’est déjà un bon point de départ.

Sazuka continue, en expliquant qu’elle a elle-même développé un jutsu de ce style. Chiaki arque un sourcil. L’élève suit le maître, inévitablement. Il fallait bien qu’une personne comme l’Ikeda y ait pensé avant elle. Néanmoins, la brune se demande comment elle est parvenue à la mettre en place. Quelles sont les subtilités de cette capacité, qu’est-ce qui permet sa mise en place. La première chose à savoir, et la Sentetsu s’en doutait, c’est que le chakra demandé par une telle technique est énorme. Parvenir à la maintenir en éveil pendant un long moment reviendrait probablement au suicide. Utile, mais dangereux. La chirurgienne hoche la tête. Cela ne la surprend pas, au fond. Maintenir une aura médicale tout autour de soi, en continu, pour parvenir à soigner les plaies est tout de même … Très coûteux. Rien de bien surprenant. La brune écoute, jusqu’à ce que la doctoresse reprenne la parole et mentionne le fûinjutsu. Un sourire amer étire ses lèvres. Oui, les sceaux sont probablement la meilleure voie à emprunter pour une manipulation totale et parfaite du chakra médical, mais … Peut-être que cela peut s’agencer autrement ? Pour le savoir, elle n’a pas trente-six solutions.

« D’accord, le Fûinjutsu, le Ninjutsu … Je pense qu’à court terme, regarder son application en passant par le Ninjutsu seul peut être une bonne idée. Commencer d’en bas, pour monter progressivement, et parvenir à quelque chose de plus fort et peut-être plus stable en y appliquant la manipulation des sceaux. »

Une première étape, pour pouvoir rendre les choses meilleures … Chiaki ne sait pas si c’est la meilleure solution, si c’est forcément fonctionnel, mais peu importe. Elle veut tout de même essayer.

« Tu pourrais me montrer comment tu t’y prends ? »

Une première prise en main de la situation. Travailler à deux, apprendre à deux pour améliorer leurs connaissances communes … Bien que, une fois encore, Sazuka soit la meneuse de cet apprentissage.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 https://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku https://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne https://www.ascentofshinobi.com/u883
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

Occasion [Sentetsu Chiaki] Empty
Sam 18 Mai 2019 - 4:28




-Te montrer ? L’avais-je reprise en la fixant un moment avant de soupirer. Tu sais combien de temps cela m’a pris ? Et quels sacrifices ? Tu serais prête à subir et endurer des blessures pour le maîtriser ? Lui demandais-je alors, plus par curiosité que par scepticisme, chose que je ne connaissais pas de toute façon… Et je lui demandais donc parce que la plupart des personnes que j’avais rencontrées n’était pas prête à faire ce genre de sacrifice, de connaître la douleur volontairement pour atteindre un objectif. Mais ce n’était pas l’unique raison, mais aussi et surtout parce que ce jutsu revêtait une importance particulière à mes yeux, presque « sentimentale ».

Devais-je aller jusqu’à dévoiler les plus complexes de mes connaissances à cette jeune femme sous prétexte qu’elle savait tenir un bistouri et avait des idées originales ? Là était pour moi toute la question, car dans le fond, finalement ; rien ne me disait que j’aurais véritablement besoin, un jour, d’elle. Alors que l’inverse était déjà vrai… Il me fallait réfléchir, et… me projeter, d’une certaine façon ; dans l’avenir. Chose pour laquelle je n’étais pas douée, bizarrement. Après un moment, il me parut que le plus simple était de formuler la chose de la façon la plus simple…

-Et qu’est-ce que cela m’apporterait de te montrer ça ? Tout en sachant que je me fiche de la reconnaissance. Dis-je en faisant preuve d’une antipathie inconsciente. Non pas pour Chiaki, mais bel et bien pour l’idée même de la reconnaissance qui n’était qu’un synonyme de la redevabilité et l’être… je haissais ça, sans doute autant que les hommes que, pour la plupart, je méprisais. Puis, y songeant toujours, je me disais que de toute façon elle finirait par trouver toute seule… alors à quoi bon la laisser se débrouiller ? Et… cela faisait toujours partie du contrat que j’avais passé avec l’ancien Raïkage… Donc… Aaah… Oublies ça ; j’essayerai de te … le montrer, une fois que tout ceci sera fini.

Tout ce qui se passait présentement à Hayashi passait bien évidemment avant tout le reste, et davantage encore alors qu’un tel jutsu demanderait bien plus qu’une poignée d’heures… ne serait-ce que pour en comprendre les enjeux… et les dangers.



Revenir en haut Aller en bas

Occasion [Sentetsu Chiaki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: