Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le Sage, le Voleur, et le Venin.

Henpō Ryūjin
Henpō Ryūjin

Le Sage, le Voleur, et le Venin. Empty
Sam 6 Avr 2019 - 15:28
Vivre ou mourir, une condition de l'existence. Le jeune voleur se retrouva un peu déboussolé à la suite de sa défaite plutôt cinglante à Kaze no Kuni. Loin de se laisser abattre, il exécuta bien quelques contrats sans importances pour continuer à accumuler de l’argent, cependant à ce moment-là l'électron libre, ne fut plus tout à fait certain de vouloir se rendre à Âme. En fait, si ; il était certain de vouloir s’y rendre, mais était-ce le bon moment ? Était-il suffisamment fort pour cela, tant physiquement que mentalement ? Le jeune arrogant n’avait pas l’habitude de douter de lui, et pourtant cette fois, il hésita. Debout face aux deux étendus devant lui, il se mit à douter. Un concours de circonstances ou du destin l’avait amené près de la frontière entre trois pays. Vers l’est, Âme no Kuni, vers l’ouest Hayashi no Kuni, alors que lui se trouvait toujours au Pays du vent. Ses racines le tiraillaient pour qu’il se dirige vers l’est, mais il y avait autre chose… Quelque chose qui lui donnait envie d’explorer les bois d’Hayashi no Kuni, un sentiment presque mystique… Il avait besoin de se ressourcer avant de se confronter à son histoire. Et puis, il avait besoin de s’entraîner. Il était encore bien trop faible pour avoir perdu contre un Kumojin d’un niveau à peine supérieur au sien. Ce fut finalement tranché. Il irait à Hayashi avant de se rendre à Âme…

Il n’eut guère envie de s’éterniser aux frontières et à découvert en ces temps troubles. Les dernières révélations qu’avait amenées l’homme au chapeau sur la scène internationale ne firent que renforcer ses propres convictions. Il n’était pas certain de pouvoir faire confiance à l’homme au chapeau, mais le voleur était bien trop arrogant pour laisser passer la moindre des opportunités. Peut-être que cela causera sa perte. Un jour à n’en pas douter même, s’il ne changeait pas...
Arriver dans un nouveau pays était toujours pour le jeune homme une grande satisfaction. Le déserteur des Institutions du Rempart savait qu’un jour probablement, il serait confronté aux autorités auxquelles il fut lié. Chaque changement de pays était donc pour lui comme une défiance supplémentaire envers les autorités sus-citées. Il ne mit pas de temps pour trouver la forêt qui faisait la renommée du pays dans lequel il se trouvait. Après avoir un peu avancé afin de trouver un petit bourg ou autre, il décida de faire une pause. Il s’installa sur la cime d’un arbre immense, même s’il fallait bien se l’avouer la plupart des arbres possédaient ici des proportions démesurées. Pour le voleur qu’il était, dormir hors d’une auberge ou d’un quelconque lieu destiné pour cela, était toujours une mise en danger supplémentaire, mais demeurait son quotidien. Afin d'accroître sa vigilance et de minimiser les risques, il avait comme certains animaux adopté un sommeil polyphasique. De très courtes phases de sommeil, réparties plusieurs fois dans la journée. Cela avait qui plus est un autre avantage, car la méthode réduisait assez fortement la durée de sommeil sur une journée, et ainsi, il gagnait beaucoup de temps. Le seul désavantage était peut-être qu’il fallait réussir à conserver une certaine régularité ce qui n’était pas toujours évident.

Une fois reposé, le blond se redressa pour contempler la forêt alentour. Il eut presque l’impression d’être encore dans un rêve… Alors qu’il était reparti depuis une petite heure, il s’arrêta. Il y avait quelque chose d’étrange, du genre qui ne lui revenait pas. Il n’avait pas changé de direction, à aucun moment. Pourtant, il aurait juré qu’il venait de revenir là où il s’était assoupli… Et ce n’était pas la première fois qu’il éprouvait ce sentiment. C’était peut-être la deuxième, voire troisième fois. Alors certes, un arbre reste un arbre, mais à partir de cet instant, il commença vraiment à douter de sa conscience. Calmement, il observa alors le paysage l’entourant. Définitivement, quelque chose clochait. Plus l’adrénaline montait en lui, plus il sentait une certaine inquiétude croître en son for intérieur. Tout cela n’était guère naturel. Il était en train de réfléchir. Tout laissait à penser qu’il fut piégé dans une illusion. Mais pourquoi faire cela, surtout que pour l’instant, mis à part le faire tourner en rond, il n’avait subi aucun dommage. Il ne sut pas trop comment réagir. Il tenta de canaliser son chakra pour sortir de ce genjutsu, mais il fut relativement médiocre pour cela. Il sentit une certaine panique monter en lui. C’était loin d’être habituel pour le Seigi, et il se douta que se devait être un effet secondaire de l’illusion. Cependant, il ne pouvait pas en faire grand-chose. Il se sentit alors pour une nouvelle fois dans sa vie, si faible, si incapable et si vulnérable. Un peu comme le jour de la mort de ses parents. Derrière son visage dur, le blond était assailli par ses sentiments. Lui qui avait pourtant passé sa vie à les repousser, ne se repliant que sur lui pour garder les souvenirs de sa famille intacte quitte à développer un ego démesuré. Néanmoins, son hubris n’était pas en mesure de le défendre face à lui-même.


☽☾ Alors jeune homme, que me vaut l’honneur de votre présence ici. Avez-vous, ne serait-ce que l’once d’un plan pour vous sortir de ce pétrin ?
☽☾ ?! Montre-toi ! Qu’est-ce que tu m’veux, hein ?!
☽☾ Mauvaise réponse, petit cancrelat. Indiqua la bestiole en se montrant la vue de Gekkō. Il claqua alors sèchement des doigts.Rupture. Sachez jeune homme, que vous êtes ici chez moi, et que vous avez profané mon territoire. En particulier, vous avez endommagé un objet m’appartenant. J’ai tué pour moins que cela naguère. Nonobstant, je vais être magnanime aujourd’hui, et vous proposer un marché. Vous m’aidez pour refaire ce que vous avez profané, et je vous laisse la vie sauve.

Seigi était pantois face à ce qui se trouvait devant lui. Un animal aux teintes bien vives, qui n’avait pas la moindre hésitation dans ses paroles. Sa petite taille ne le rendait pas bien effrayant, même si ses couleurs auraient dû mettre la puce à l’oreille du jeune homme. Il avait déjà entendu parler et vue des Kuchiyoses s’exprimer alors qu’il était encore à Jōheki, ce ne fut donc pas tant ça que le fait que ce souvenir soit rattaché à Jōheki qui le troubla.

☽☾ Me tuer ? Toi ? Ahahaha, très drôle et comment papy ? Dit-il en cherchant son arbalète. Alors que sa main s'apprêtait à s’y poser, l’animal intervînt.
☽☾ À votre place, je ne toucherais pas à cela. La gâchette a été enduite de poison par mes soins tout à l’heure. Vous n’avez sans doute rien senti à cause de ma petite taille et de votre somme. Pourtant, cela n’en est pas moins réel. Et puis, même si vous étiez en mesure de me tuer, je vous conduirai dans la tombe à mes côtés grâce à mon poison.Conclut-il en scrutant les couleurs sur sa peau.

Gekkō s’avérait hésitant. Bluff ou pas ? Telle était la question. L’amphibien n’eut pas l’air de plaisanter et l’illusion fut bien réelle. Et pour faire une telle illusion, il fallait bien s’y connaître un peu. Le voleur était un peu dos au mur. Il choisit d’accepter l’offre et de ne pas prendre de risque. Si la situation évoluait, il aurait peut-être moyen de tirer son épingle du jeu.

☽☾ Je choisis de te croire. Lâcha-t-il finalement en écartant sa main de son arbalète. Tu veux quoi ?
☽☾C’est très simple…

[...]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9406-achevee-henpo-ryujin-100#79369

Le Sage, le Voleur, et le Venin.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: