Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le chant du loup et de la rainette - [Zeref]

Mokushi Amaya
Mokushi Amaya

Le chant du loup et de la rainette - [Zeref] Empty
Dim 7 Avr 2019 - 15:22
Lorsque sonne le Glas
D’une connaissance absurdement rejetée
Entends-tu le chant de la grenouille ?


Je ne rêvais pas cette nuit là. L’obscurité s’était emparée de moi, m’enfonçant dans des profondeurs que je ne pensais jamais visiter. L’émotion avait été trop forte, la fatigue trop lourde, le soulagement, éphémère… Nul cauchemar, nul réminiscence, nul tigre sublime et dangereux, nul loup, nul homme au regard grenat, juste ce vide, ce repos salvateur. On aurait pu croire que je dormis dix ans, moi la première. Et pourtant, dès le lendemain, ce fut bien l’aube qui me réveilla. Les rayons du soleil sur mes paupières, cette chaleur douce et délicieuse, ce battement de coeur où rien n’existait encore, c’était le moment que je chérissais dans la journée. Intemporel. Mais il ne durait jamais. J’ouvrais les yeux tout en restant immobile. Les évènements de la veille reprirent leur place dans ma mémoire et je ne pus retenir un sourire. Nous avions réussi. Certes, j’étais inquiète pour mon camarade de mission, après tout, il avait été blessé… Même si c’était superficiel, le climat de Kiri facilitait si bien les infections que j’espérais qu’il ait pris grand soin de sa plaie. Une part de moi me rappela qu’il n’avait pas l’air d’avoir besoin d’aide et qu’il devait avoir déjà vu bien pire. Mon amateurisme aurait pu nous coûter la vie, s’il n’avait pas réagi. Je m’asseyais sur le bord du lit de fortune et mes pieds nus sur le sol froid me firent frissonner, frisson qui remonta le long de mes jambes nues aussi et de mon ventre. Je m’étais donc dévêtue ? À quel moment ? Tout en passant une main à ma nuque, je regardais autour de moi. Ma tenue et mon équipement traînaient à l’entrée, preuve que cela ne m’avait pas demandé beaucoup de temps, ni d’attention.

Lèves-toi, Amaya… Tu oublies quelque chose…

La matinée se passa sans heurt, du moins, si l’on omettait les quelques courbatures dues à mon escalade du hangar et ma chute sur le tigre. La douche que je pris me dénoua assez pour que je puisse courir, déambulant dans les rues, ajustant mes foulées, routine qui me permettait de me détendre tout en rendant plus endurant mon corps. J’avais finis le tout au détour d’un restaurant pignon sur rue, et les nouilles que j’avais dégustées me donnaient l’impression d’être les meilleures jamais goûtées. Alors que je sortais de chez moi, mon encre au fond du sac et mes parchemins en dépassant, je fis une halte sur le péron.

Tu oublies quelque chose…

Lorsque j’arrivais au coeur du village, néanmoins, je me rappelais enfin. Mes yeux s'agrandirent et je levais les yeux vers les nuages et le soleil qui perçait timidement, ce même soleil que je venais d’esquisser. Comment avais-je pu oublier ? Le dojo. La proposition de Zeref. Ma grenouille. Je posais une main à mon coeur, incapable de bouger, comme si le temps s’était à nouveau arrêté, mais pas pour le meilleur. Trop d’informations affluaient dans mon cerveau, mais celle qui dominait était bien la peur. Mon corps agit bien avant que je ne pris la décision de ne faire quoi que ce soit. J’arrivais rapidement devant le dojo. J’avais toujours mon sac avec moi, mais je n’étais pas mal habillée pour m’entraîner. Au pire, je savais qu’il y avait toujours ce qu’il fallait sur place. J’étais bien en avance, aussi, je pris effectivement le plis d’enfiler une tenue d'entraînement rapidement. Un peu trop grande, elle pouvait ressembler à un kimono en un peu moins ample, surtout que je serrais fort les liens autour de ma taille. Dès lors que ce fut fait, je posais mes vêtements à côté de mon sac, à l’extérieur du tatamis, et commençait à m’échauffer avant qu’il arrive. Et surtout, surtout, éviter de ne penser à rien qui puisse s’approcher de ma grenouille. Lorsque je jugeais avoir suffisamment exercer chaque muscle ou presque de mon corps, je m’arrêtais pour boire juste assez avant de me mettre à courir puis enchaîner diverses flexions et bonds, faisant progressivement monter ma chaleur corporelle. C’est là que je le vis entrer. Un peu gênée, je ne sus pas vraiment comment réagir aussi j’attendis, gauche. Je levais la main, mais le dojo était assez grand pour qu’il ne me remarqua peut-être pas.

_________________
Le chant du loup et de la rainette - [Zeref] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc https://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

Le chant du loup et de la rainette - [Zeref]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya]
» Le chant des rossignols [Ft. Koenji Toya]
» Il faut se méfier du chant de la sirène [Ft. Ikezawa Shojito]
» Au Loup de Mer [Katsuko]
» Ce que je ne sais pas. [Zeref]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: