Soutenez le forum !
1234
Partagez

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa

Aller à la page : Précédent  1, 2
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Sam 13 Juil 2019 - 16:36
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La rubiconde n’avait pas froid aux yeux, prônant haut et fort qu’elle deviendrait la meilleure cliente du mystérieux lutin céruléen. Le monde des emplettes était impénétrable, mais avait ses propres lois. On pouvait même dire que le commerce était une guerre invisible, et bien plus sanglante que celle opposant des nations s'entre-déchirant depuis la nuit des temps.

« ... » -songeur-

Le commerçant s’empressa de noter sur son calepin les nombreuses demandes de sa future meilleure cliente, acquiesçant de son regard ambré, prismatique et vide. Cela faisait beaucoup de marchandise pour un premier achat, mais vu que l’apprentie alchimiste venait à peine de commencer à s'intéresser aux arcanes vespérales de la transmutation, cela n’était pas vraiment surprenant. Le gnome sortit alors une sorte de ficelle de sa poche, qui s’anima tel un serpent goguenard et s’enroula de lui-même autour du crâne de sa cliente.

« Hum, je vois, je vois. » -fixant la rouquine, avant de noter toujours dans son carnet de commande les mensurations du crâne de celle-ci- « Des effets violets et rouges, je vois. Virugilu Abulo peut vous confectionner ce genre de pièces, mais ses créations ne sont pas données. Votre carte de fidélité vous sera livré prochainement, remplissez ce formulaire. » -tendant une feuille inquisitrice à la demoiselle-

Le célèbre créateur Tsuchijin aux intérêts multiples, Virugilu Abulo, était sans aucun doute l’un des artisans les plus huppés du Yuukan. Mais quand on aimait les arts obscurs, il ne fallait pas faire l’impasse sur la crème de la crème en matière d’équipement après tout. La jeune femme semblait douter sur les premiers ingrédients à acquérir, de par un souci de prudence évidente. Elle ne voulait sans doute pas finir comme les précédents alchimistes qui s'étaient fait explosés ou empoisonnés eux-même.

« Vous avez raison Akahime-san. le mieux est de cibler un secteur où la concurrence est faible, afin d'être en monopole dessus. Avec la saison estivale qui approche, les demandes sont portées sur les potions de beauté. »

« Certes, le marché est saturé de viles potions aux effets psychotropes et néfastes pour la santé. » -soupirant- « Alors que les décoctions plus saines, comme la plus extraordinaire que Muramasa-san ait inventé, sont peu connues. Ce saint homme a réussi à fabriquer une potion qui fait prodigieusement croître le décolleté des demoiselles de manière vertigineuse. La potion Oppai, sa plus grande et ingénieuse invention. » -vantant les mérites du Borukan-

« Allons, apporter de l'aide aux demoiselles qui sont tristes et complexées par leurs formes n'est le devoir de tout médecin soucieux de ses patientes. Ce n'est pas grand chose. » -toujours modeste, le Parangon esquisse un fin sourire mystérieux-


« La plus grande invention que le Yuukan ait connu de toute son existence, je vous le dis ! » -se mettant à ricaner de manière fallacieuse, avant de se reprendre en toussotant lorsqu'il se tourna vers la Chiwa qui devait surement être désabusée par cette conversation un peu trop machiste pour une jeune fille en fleur- « Dites-moi, gente demoiselle. Vu que la facture est assez salée, j'ai un marché à vous proposer. Certains clients ne m'ont toujours pas payé leur commande et je n'ai pas le temps d'aller m'occuper de leur tirer les bretelles. Si vous arrivez à faire rentrer dans l'ordre ces mauvais clients adorateurs des arts de la nécromancie du dimanche, je vous ferais un prix en plus des 10% de remise fidélité. Qu'en dites-vous ? »




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Mer 17 Juil 2019 - 15:08


Avide soif d’apprendre




C’était une optimiste, une boule de positivité qui ne cessait de briller chaque jour, alors elle était très sérieuse quand la jeune femme déclarait qu’elle deviendrait sa meilleure cliente. Un regard amusé lancé vers le directeur de l’académie, parce que même si elle le respectait, la situation faisait qu’elle pouvait se permettre plus « d’aisance » avec lui, tout en restant courtoise bien évidemment. Comme à son habitude, le corbeau de la Roche se contenta de rester silencieux et elle ne s’attarda donc pas sur ce sujet. Avec le plus de sérieux possible, la Chiwa déclara ce dont elle avait besoin à Kuro. C’était beaucoup, devait-il se dire, mais en même temps, si la rubiconde souhaitait se lancer dans cette voie des plus limbique, il fallait qu’elle ait tous les outils en main. Soudain, une sorte de ficelle vivante vint tourner autour de sa petite frimousse, ses iris écarlate tentaient de la regarder mesurer le tour de sa tête.

Virugi quoi ? Arquant un sourcil, cette langue qui lui était étrangère interpella Curiosité, celle qui la poussait à vouloir tout découvrir. Tout n’était pas donné hein ? Une moue boudeuse se dessina sur le faciès de la pierre précieuse sanguine, ce n’était pas surprenant. Ici, la qualité primée sur tout, mais Aimi ferait tout pour pouvoir payer tout le matériel désiré. Hochant de la tête, la jeune femme posa le formulaire sur le comptoir et remplit les informations demandées, son écriture était fine et délicate. Une fois terminé, la kunoichi lui tendit le formulaire. Son attention se porta à nouveau sur l’élégance même, tandis qu’il lui donnait raison, lui faisant naître un doux sourire sur ses lèvres roses. Des potions de beauté ? Pourquoi faire ? La genin pouvait comprendre que certains soient attirés par les artifices mais… enfin… Et son regard d’ignorante s’agrandit en apprenant de la part du petit hôte que Muramasa avait aussi créé une potion pour… faire grandir la poitrine des femmes ? Instinctivement, son regard se posa sur sa poitrine qui se développait plus lentement que la normale, et si ? Non, non, non ! Elle n’allait pas se laisser influencer par la magie vertueuse de cette concoction ! Tout arriverait à point nommé… Tellement de générosité, ce chevalier ténébreux qui venait au secours de ces demoiselles, que ferions-nous sans lui ?


« Vous pensez vraiment à tout Muramasa-san… Votre générosité pour nous, demoiselles, en serait touchante, à se demander ce que vous y gagnez vraiment… Pensez-vous que je devrais aussi m’en abreuver ? Il est vrai que pour mes dix-huit années, je ne suis pas très développée… »

Cet esquisse mystérieuse sur son visage donnait tout sauf envie de croire à une innocente générosité, qu’est-ce qu’il pouvait bien lui cacher encore ? Alors, autant essayer de le désarçonner en lui posant des questions invasives, même si cela la faisait rougir de plus belle. Et Kuro qui semblait vanter ses mérites… Il était vrai que commercialement parlant, c’était tout bénéfique pour lui, parce que beaucoup devaient convoiter cette préparation. Se raclant doucement la gorge, l’Iwajin rousse reprit son regard complètement innocent, écoutant attentivement les dires de ce mystérieux apothicaire. Un marché proposé qui semblait très intéressant, si cela lui permettait de pouvoir acquérir ce qu’elle souhaitait tout en mettant hors de nuire à ces adeptes des arts de la non-vie. Un poing dans son autre main, prête à se lancer dans cette funeste quête, elle prit la parole gaiement.

« Bien sûr que nous allons nous occuper de ces vils retardataires, vous pouvez compter sur nous, nous discuterons prix après ! N’est-ce pas Mura..masa ? »

Parce qu’il était tout bonnement hors de question qu’elle aille s’afférer sans le Borukan à ses côtés. Alors, pleine d’entrain, la doucereuse se retourna dynamiquement vers la sortie prête à aller faire payer ceux qui semblaient avoir oublié de régler leur facture. Ses pas décidés s’avançaient vers la sortie, mais, elle s’arrêta nette et se retourna lentement vers eux, un sourire gêné sur son visage. Aimi avait oublié une petite information à son carnet interne.

« Euh, c’est pas où ?»

_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Ven 19 Juil 2019 - 16:13
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La Chiwa semblait se méprendre sur le saint parangon et sa potion miraculeuse, ce qui était assez commun pour les non-initiés qui voyaient le mal partout.

« Akahime-san, n'y voyez pas le fantasme de l'homme, alors qu'il n'en est rien. Il ne s'agit que de la nature créatrice de l'alchimie à travers le prisme de l'altruisme de la médecine. » -acquiesçant de légers mouvements de tête, la larme aqueuse coulant le long de sa joue marmoréenne-

Aider les demoiselles qui étaient peu gâtées par dame nature, était le devoir de chaque instant de tout médecin. Tout comme il fallait sauver les femmes au décolleté trop volumineux de ces pernicieux mal de dos en prodiguant les soins nécessaires, en tout bien tout honneur. Etre un homme de science était un parcours semé d’embûches et e pièges pouvant mener les plus candides à une triste aliénation de l'esprit, mais aussi de l'âme.

« De plus, il serait faux de dire que l'arme la plus dévastatrice d'une Kunoichi n'est pas ses formes. Selon les légendes des anciens temps, il est dit qu'une princesse a causé une guerre sans précédent entre deux nations, juste à cause de la convoitise des hommes à son égard. Alors que les deux pays étaient en bons termes, l'un des princes est devenu fou de la jeune femme et à profiter d'un sommet diplomatique pour l'enlever. Ce qui a bien sûr provoqué les foudres de celui à qui elle était destinée. Je passe les détails un peu trop scabreux et incestueux, mais imaginez que cette potion tombe entre de mauvaises mains, et ce sera le début d'une longue nuit sombre et emplit de terreurs à travers les quatre coins du Yuukan. » -dit-il, d'une voix sérieuse et grave-
« Aucun homme ne peut résister aux charmes d'une demoiselle qui cultive ses atouts à leur paroxysme. Dans le meilleur des cas, il devient fou, mais dans le pire, il sèmera la graine de la destruction de l'humanité. » -ajustant sa coiffe sur le haut de sa tête- « C'est bien pour ça que le Rentanjutsu est l'art le plus obscur de tous. Sa puissance est incommensurable si elle est utilisée de manière avisée. Mais un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. » -sortant une feuille et commençant à dessiner quelque chose avec application-
« Akahime-san, vous avez dû remarquer que toute Iryô-nin dispose de formes prodigieusement développées, et cela est en fait tout à fait naturel. Cela vient de la synergie avec le chakra médical ancré en eux-mêmes. Jeunesse, beauté... Perfection tenant du divin sur tous les points physiques et intellectuels. Plus vous évoluerez dans les arcanes de l'Iroujutsu, et plus votre corps se développera de manière irréelle, sans aucun artifice. » -fixant la rouquine d'un regard délitescent-
« Si les femmes médecins ont des décolletés incroyables, je vous laisse imaginer, gente demoiselle en pleine éclosion, où se situe l'équivalent pour ces messieurs Iryô-nin. » -terminant son dessin de manière fébrile, puis écartant les mains de manière disproportionnée afin d'imager sa pensée nébuleuse-
« Enfin, ne retirons pas trop de mystère à toutes ces légendes universelles. Vous les découvrirez par vous-même, Akahime-san. » -concluant la conversation qui prenait une tournure assez rocambolesque- « Allons nous occuper de ces mauvais payeurs. »
« Tenez, gente demoiselle, l'adresse et le nom des freluquets, avec une carte faite main. La rue des boulangers, à côté de la boulangerie "chaud comme la braise", et la vilaine nécro qui m'a arnaqué se fait appeler la reine des réprouvés, et dirige un service de pompes funèbres assez... louche. Elle a pas mal de larbins sous ses ordres, soyez prudents. » -œil inquiet, mais plus jaune qu'un canari radioactif- « Bonne chance. »
« Tiens, cette adresse est dans le coin le plus dangereux du quartier d’Iwajuku. Pas étonnant que vous ne vouliez pas y traîner, Kuro-san. Je vois parfaitement où se situe la boulangerie vu que j'ai effectué une mission là-bas.» -jetant un rapide coup d’œil à l’affreux gribouillis du lutin magique-

Le Borukan connaissait bien les lieux, pour avoir effectué une mission des plus pittoresques concernant l'avancement de la médecine Iwajine. Il avait même aidé l'apprenti boulanger qui adorait les melon pan, lorsque ce pauvre bougre s'était fait agressé par le gang d'Estebaku qui sévissait dans la zone. Ce genre d'expédition était périlleuse, car Iwajuku était sombre et empli de terreurs.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Sam 5 Oct 2019 - 11:55


Avide soif d’apprendre




Sa remarque à demi-choquée avait fait mouche, la réaction du corbeau de la Roche n’avait pas tardé, s’offusquant de ses sous-entendus et se justifiant de l’altruisme de la médecine dans le rôle de cette fabrication. Cette petite larme, qui coulait, ajoutait un effet mélodramatique à la scène, tandis qu’Aimi posait une main derrière la tête, une moue gênée se dessinant sur son faciès : quel être sensible… Si c’était vraiment son désir, de leur venir en aide, c’était plutôt généreux de sa part en soi, même si la rubiconde avait du mal à saisir ce niveau de dévotion pour la gente féminine, concernant leur forme. Mais soit… Le directeur de l'académie urenchérit, il ajouta que les formes voluptueuses de ces créatures n’en faisant pas forcément les armes les plus dévastatrices. Lui contant qu’une guerre avait été déclenchée juste à cause de la convoitise des hommes à l’égard d’une princesse. Sa folie pour la dite l’avait poussé à la kidnapper et l’autre homme n’avait guère apprécié, attisant sa colère. La Chiwa était bien ravie qu’il lui passe les détails de cette histoire bien ténébreuse et elle comprenait alors, l’importance de ce remède et des conséquences désastreuses qui pourraient en découler s’il tombait entre de mauvaises mains.

Muramasa avait narré le tout si sérieusement, que les pupilles carminées de la doucereuse fixaient sa silhouette attentivement, une petite sueur se laissa même couler le long de son front. Avalant difficilement de travers, la rousse hocha de la tête. L’Eisei nin ne pensait pas qu’une femme qui mettait ses atouts en valeur pouvait causer autant de gravité, quand elle se regardait, Aimi se disait qu’elle était loin d’être ce genre de personne. Le Rentanjutsu… Même en lui expliquant tout cela, sa soif d’apprendre ne diminuait pas, bien au contraire, elle était curieuse et souhaitait même en savoir plus. Bien sûr que non, la Chiwa ne souhaitait pas l’utiliser à des fins sombres et périlleuses, mais un grand pouvoir en sa possession lui permettrait peut-être d’atteindre ses objectives de la bonne manière, et non en créant une guerre aux quatre coins du monde… Même si certaines idées effroyables lui avaient traversé l’esprit une fraction de seconde.

Son attention se porta de nouveau sur le Borukan, lui expliquant que la synergie avec le chakra médical permettait des choses surprenantes, comme le développement physique de l’individu, de façon positive. Les petites années qu’elle exerçait, n’avaient pas l’air de vouloir se montrer généreuses avec elle… Ce n’était pas quelqu’un qui voyait par le physique, mais quand on la traitait comme une gamine, cela en devenait irritant, parce qu’elle était médecin ninja de la roche et qu’elle méritait d’être traitée ainsi. Ses informations précieuses n’étaient pas tombées dans l’oreille d’une sourde en tout cas. Le petit hôte au chapeau pointu ajouta une parole des plus grisante, suivie de gestes qui firent rougir immédiatement la jeune femme, comprenant très bien où il voulait en venir lorsqu’il parlait de l’éclosion des hommes, et sans le vouloir, elle avait lancé un regard à Muramasa avant de se racler la gorge. Tout ça allait un peu trop loin… Fort heureusement, le directeur coupa nette à cette conversation qui tanguait vers un monde qu’Aimi était loin de connaître.

Il lui tendit un papier contenant toutes les informations mystérieuses nécessaires à leur quête de justice. Les deux médic nin allaient se lancer dans une aventure morbide et sombre, elle le sentait, et cela la faisait frissonner d’effroi. Reine des réprouvés… Elle méritait une correction celle-ci, se disait-elle. Muramasa ajouta qu’il connaissait déjà les lieux et qu’ils se situaient dans un coin du quartier d’Iwajuku très peu recommandé pour sa dangerosité. La Chiwa n’avait pas forcément peur, mais elle se demandait sincèrement ce qu’il pouvait bien s’y trouver, pour qu’on parle de cet endroit ainsi.


« Très bien Kuro-san, vous pouvez considérer que c’est déjà fait. Allons-y, Muramasa-san. »

La Genin était décidée, ses objectifs étaient une priorité pour elle et s’il fallait passer par ce sombre épisode pour pouvoir commander son matériel. Passant la porte de la boutique fantastique, la rousse observa le papier signalant un chemin vers la droite, qui ne donnait pas envie qu’on s’y presse. La lumière n’était vraiment la bienvenue et les individus qui longeaient le passage n’était pas très accueillants, mais aux côtés de Muramasa, se collant limite à lui de peur d’être touchée par l’un de ces individus, elle ne risquait rien, hein ? Son regard écarlate se posa sur ses iris dorés.

« D’après ce dessin, la boulangerie a l’air de se trouver dans cette direction. Je compte sur vous pour ne pas me laisser seule dans ces lieux étranges…»


_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Dim 13 Oct 2019 - 15:26
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Les gribouillis difformes du lutin chapeauté étaient si infâmes que le médecin se demandait comment la rubiconde réussissait à le déchiffrer. Non pas que les adeptes de l'Iroujutsu s'avéraient dignes des plus grands calligraphes du Yuukan, bien au contraire, étant réputés pour leur écriture sibylline de détraqués mentaux, mais les talents de scribe de Kuro étaient à l'apogée des ténèbres les plus tentaculaires. Muramasa laissait à la Chiwa le soin de les guider, tandis qu'il scrutait les tristes silhouettes qui nimbaient les lieux de leur sordide présence. Le décor était morbide, peu rassurant, mais fidèle à la réputation du quartier si célèbre que les légendes noires y naissant à foison. La rouquine paraissait un peu inquiète de se retrouver seule dans ce labyrinthe, ce qui était naturel. Mais fort heureusement, le parangon l'accompagnait dans cette ballade aux confins des milles et unes aliénations de ce monde. Acquiesçant, tout en prenant une taffe de son poison préféré, le Borukan confirmait les propos de sa collègue des arts médicinaux.

« La boulangerie est juste là. » -montrant la direction-

Quelques embranchements plus tard, les vaillants aficionados du scalpel arrivèrent devant une bien sinistre enseigne, correspondant plus ou moins au plan incompréhensible et portant bel et bien l'enseigne mortuaire. Effroyable, le lieu semblait abandonné depuis des siècles, menaçant même de s'écrouler à tout instant. Juste en face, de l'autre côté de la rue, un immense immeuble flambant neuf se dressait fièrement, plongeant dans l'ombre son modeste voisin. Des hurlements rauques et étranges faisaient échos, avec une diablerie cathartique. Il s'agissait apparemment d'une salle où des hommes virils et musclés venaient s'entraîner afin d'entretenir leur corps de titan. Surement un commerce conceptuel et très exotique, qui commençait à prendre un fabuleux essor. N'ayant point le temps de niaiser, le fier ténébreux ouvra la porte du repère de la reine des réprouvés, entrant avec fière allure dans l'antre tamisée. Une gamine albinos était en train de prendre une collation derrière le comptoir poussiéreux et rongé par les insectes dévoreurs de bois. Surprise, elle affichait un air ahuri, faisant montre de son irresponsable candeur. Il n'y avait aucun doute possible, il devait s'agir de la terrible nécromante endettée. Néanmoins, nulle trace de ses sbires dont Kuro avait évoqué l'existence. Très étrange, mais cela facilitait grandement le travail.

« La reine des réprouvés, je présume. » -dit-il, avec une conviction assurée-

« Nous sommes fermés, nous ouvrons dans une demi-heure. » -ignorant les propos du divin parangon, surement pour continuer à s'empiffrer-

« Vous avez été une vilaine fille, donc si vous ne voulez pas rembourser Kuro-san, nous allons devoir vous mettre une bonne grosse fessée. » -mettant en garde la greluche que le scalpel de damoclesu était au dessus d'elle-

Outrée, la demoiselle se mit à trembler comme une possédée, tout en affichant une moue particulièrement salée.

« QUOI !? Encore ce satané lutin ! Je lui ai déjà dit que je le rembourserai dès que je pourrais ! Les temps sont durs et j'ai même pas de quoi rénover mon commerce ! En plus ce pervers arrête pas de me harceler... Un vrai détraqué, encore pire que les autres ! Il m'a proposé de le payer avec mes petites culottes... » -trépignant de manière mécontente- « Il vous envoie quand même pas pour... que vous me voliez ma culotte... » -commençant à s’inquiéter et à mettre ses main devant sa jupe, totalement indignée, tout en portant un regard accusateur à ses deux détracteurs-

La situation était terrible, car la nécromante ne disposait pas de quoi payer ses factures. Comment la Rubiconde allait faire pour résoudre l'épineux problème qui se présentait face à elle ?



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Lun 18 Nov 2019 - 15:31


Avide soif d’apprendre




Grâce à son analyse parfaite des dessins presque incompréhensibles de l’hôte chapeauté, la rousse guida le sibyllin dans les étranges rues Iwajuku. Le regard de la rubiconde ne pouvait s’empêcher de fixer n’importe quelle présence, qu’elle soit rassurante ou non, tandis qu’elle cherchait cette fameuse boulangerie. Les boutiques ne donnaient pas envie qu’on y entre, ou au contraire, certains pourraient y être attirés comme des pantins possédés. Fort heureusement, la Chiwa était très saine d’esprit. Grâce aux connaissances des lieux de Muramasa, leur duo était parfait pour se retrouver entre les allées sombres et les culs-de-sac nombreux. Quelques pas plus tard, les deux adorateurs des arcanes médicaux se retrouvèrent devant une bâtisse ressemblant à d’autres : sinistre et pas très attirante. C’était évident que des adeptes de la mort siègent ici, personne d’autre pourrait aimer ce genre de lieu… Le délabrement des structures faisait plutôt peur et alertait qui que ce soit qui s’approchait de fuir, comme si tout allait s’effondrer d’une minute à l’autre. Muramasa n’hésite pas alors à entrer dans l’antre de la reine des réprouvées. Aimi, hésitant légèrement durant quelques secondes, se décida à le suivre en restant dans son dos, timidement.

En passant son minois sur le côté, discrètement, la doucereuse put observer une jeune fille à la chevelure immaculée prendre une collation tranquillement. L’état du comptoir faisait peur, et même elle, qui n’était pas une demoiselle difficile en terme de propreté, n’aurait pas posé son doigt dessus. La surprise sur ses iris améthyste témoignait qu’elle ne s’attendait pas à le savoir ici. La Chiwa, ne se sentant pas vraiment à son aise, laissa le mystérieux directeur prendre la parole et tenter de gérer la situation. Lorsqu’il la prénomma par le surnom qu’on lui avait donné, elle fit comme si de rien était et nous expliqua qu’ils étaient fermés. Ne sachant pas quoi faire, ce fut le Borukan qui continua en y allant droit au but, un peu trop même. Aimi le regarda même avec un air aussi ahuri que la demoiselle précédemment, ne pensant pas qu’il pouvait s’y prendre de manière aussi brouillonne… Au fur et à mesure que la nécromante se défendit, le visage de la rubiconde se décomposa petit à petit, elle n’appréciait pas trop la tournure et rougit fortement alors qu’elle que l’ingénue pensait qu’ils étaient là pour lui voler ses sous-vêtements. Bon, il fallait qu’elle agisse… Le rubis de la Roche s’approcha légèrement en secouant ses mains de gauche à droite.


« Ca suffit ça suffit ! Vous vous méprenez, n’écoutez pas ce bourru, il ne sait pas s’exprimer. Nous sommes là parce que Kuro nous a expliqué qu’il n’avait pas été payé. Vous nous dites que vous n’en avez pas les moyens et je veux bien vous croire… » finit-elle par dire en regardant l’état des lieux qui était pitoyable. « Seulement, nous devons trouver une solution pour que tout le monde soit satisfait. Concernant ce harcèlement, soyez certaine qu’il ne le refera plus. Maintenant, il faut aussi pouvoir régler les fournitures fournies. N’y a-t-il pas des produits qui pourraient intéresser Kuro ou un moyen de vous aider à rénover votre commerce pour que vous puissiez faire des recettes et pouvoir payer une partie de votre dû ? par contre, je ne veux pas de coup bas, mon partenaire fait froid dans le dos, comme vous avez pu le voir, alors je vous déconseillerai d’essayer de lui mettre un coup dans le dos… »

La kunoichi soupira un long moment après avoir autant parlé, avant de se placer de nouveau aux côtés du Borukan. Même si l’hôtesse semblait plutôt innocente, elle préférait se méfier des apparences. Elle espérait que tout le monde pourrait sortir satisfait de cette histoire, parce que la rousse aussi aimerait bien retourner à ses affaires.



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Mer 11 Déc 2019 - 23:29
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La situation était gravissime, car la gourgandine albinos réfutait la triste réalité des choses. En effet, la nécromante faisait mine de ne pas reconnaître ses torts et qu’elle était bel et bien une dévote des forces les plus obscures que le Yuukan n’ait jamais connu. Pire encore, la greluche - haute comme trois pommes, ou plutôt cranes squelettiques - osait jouer les saintes ni touche, accusant le pauvre et candide lutin au chapeau ocre des pires vices à son encontre. Le médecin n’était point dupe, au contraire, étant habitué à la félonie habituelle des adorateurs de la mort. Les goguenards se plaisaient à cacher leur nature perfide, afin que le scalpel de la justice ne vienne point faucher leur âme noircie par les ténèbres. Avant que le divin parangon n’ait eu le temps de tanner le cuir - séance tenante - de l’odieuse menteuse à la langue viciée et à l’esprit particulièrement tordu, la rubiconde en herbes intervint afin de calmer les ardeurs.

Alors que le Borukan pensait que sa jeune collègue allait le soutenir et elle-même pourfendre - à coup de cravache - la morue osant défier l’expertise sans faille de la médecine avec un grand M, il n’en fut malheureusement rien. En effet, la Chiwa traita même de qualificatifs peu flatteurs le vaillant défenseur de la veuve et de l’orphelin. Stupéfaction, yeux plus ronds que des Akimichi boulimiques pouvaient se retranscrire sur les traits élégants et raffinés de l’homme de raison. Une langue si habile et affûtée ne saurait point s’exprimer ? Que nenni, messire !La rouquine semblait avoir des idées farfelues, mais le rusé renard envisagea qu’il s’agissait sans nul doute d’une stratégie qui visait à endormir la nécromante délavée afin de parvenir à la démasquer. La ruse était finaude !

Néanmoins, le fier érudit joua la comédie à pied levé avec une prestance qui aurait pu déchirer les cieux et ouvrir la voie vers les étoiles les plus stellaires existant au firmament des insondables galaxies que nul ne connaîtrait jamais.

« Bourru ? Bourru, mouah ? » -prenant un air indigné, pour ne point dire totalement outré- « Akahime-san, pensez-vous vraiment que ce bon vieux Kuro-san se livrerait à pareilles ignominies ? Enfin, cela voudrait dire qu’il serait un détraqué notoire. Le genre de triste sieur sans once de crédibilité. » -clin d’œil, clin d’œil-

Muramasa était un prodige dans l’art du théâtral et du subterfuge, ce qui ne manquait point de s’illustrer parfaitement en cet instant précis où il fallait la jouer fine afin de prendre à son propre jeu la dangereuse succube déguisée en petit chaperon blanc. Le médecin regarda la démone blanche dans les yeux, puis soupira avec une grandiloquence aveuglante en faisant montre de toute sa déception.

« Il est vrai que Kuro-san est un sacré queutard, mais il reste un professionnel ne mélangeant point travail et plaisir. Savez-vous pourquoi ? Il aime l’argent plus que tout, tout simplement. La fameuse fibre commerçante l’habite.. » -petit sourire, œil perçant le vespéral même sous les nitescences diurnes du zénith-

La vilaine adoratrice de zombis et autres squelettes se mit à froncer les sourcils, montrant alors toute la véhémence qui demeurait en son fort intérieur.

« Bourru votre collègue ? Un vrai connard votre ami ! Surement un pervers comme ce fichu gnome ! » -lançant un regard noir au Borukan- « Mais vous, belle madame aux poumons disproportionnés, vous avez parfaitement compris la situation. » -dit-elle à la Chiwa, de manière amicale-

L’idiote venait de tomber dans la machine infernale de sa propre damnation éternelle. La célèbre technique secrète interdite du bon médecin et du méchant docteur était après tout infaillible.

« Lancer de fausses accusations calomnieuses est quelque chose de grave. N’aggravez pas votre cas, reine des réprouvés. » -mettant en exergue la punition, en faisant subtilement signe de la main-

Evidemment, la piqûre de rappel ne fut pas au goût de la demoiselle, qui se mit à hurler comme une furie hystérique à l’encontre du bon samaritain en blouse blanche.

« Qu… Quoi ?! Goujat ! Pervers ! » -mettant une giffle pour châtier le détracteur qui osait lui faire face-

Violence aggravée sur représentant des arts obscurs de la médecine en exercice de ses fonctions (plus ou moins), Jonin émérite de niveau international de surcroît. Les carottes étaient cuites, pour ne pas dire calcinées à ce niveau-là. Les jeux étaient faits, mais punir la donzelle avec si peu de charges ne suffisait point aux yeux du Borukan, car il était de son devoir sacré de punir les vilaines filles comme elles le méritaient et à hauteur de l’infamie de leurs crimes. Les charges incombant à la simple supposition de l’exercice de la nécromancie se suffisaient à elle-même. Heureusement qu’il existait en ce triste monde tragique des défenseurs de la lumière la plus pure et immaculée.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des villages cachés. Cependant, la tempête s’esclaffa avec violence , brisant la roche de son courroux dantesque et ravageur. Une horde de personnages aux muscles saillants et virils fit irruption de manière rocambolesque dans la crypte de la reine des réprouvés. Quelle était cette diablerie ? Un véritable zoo…

Un coup de théâtre digne des plus grandes tragédies Yukaanites des temps anciens ?

La sournoise faisait-elle enfin tomber son masque ? Surement les sbires de la détraquée qui se tapissaient dans les ombres, ne pouvant se retenir d’intervenir pour aller à la rescousse de leur maîtresse adorée qui était acculée et menacée par la plus terrible et implacable escouade médicinale que le monde n’ait jamais connu depuis la nuit des temps. Un des simiesques guerriers se permit même de littéralement traverser une des vitres en l’explosant dans un déluge de poussière cristalline rebondissant contre son torse digne d’un adepte des arts ancestraux et primordiaux du Taijutsu à son plus haut niveau, scintillant de mille feux à travers une nuit d’encre.

Tout cela était irréel… Et pourtant... Les vaillants défenseur de la médecine se retrouvaient encerclés par des dégénérés torses-poil plus baraqués que des gorilles chargés de produits interdits et hérités des plus sombres arcanes du Rentanjutsu.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Lun 30 Déc 2019 - 20:53


Avide soif d’apprendre




Son idée était géniale, ruser pour s’attirer la sympathie de la gamine en compatissant en mettant tout sur le dos du Borukan était une initiative qu’elle se félicitait d’avoir eue. Le fait de ne pas en avoir parlé à Muramasa avant était encore mieux, surtout après la mine déconfite qui s’afficha sur son beau visage. Aimi s’excusa intérieurement auprès du corbeau qu’elle respectait profondément avant de continuer son mélodrame et de croiser les bras lorsqu’il s’indigna de ses précédentes paroles. Le directeur de l’académie devrait penser à prendre la voie de comédien parce qu’il en faisait tellement tout un cirque que ça frôlait le grotesque, mais cela semblait marcher aussi. En tout cas, le petit clin d’œil en coin fit comprendre à Akihime qu’il avait compris sa petite idée ce qui l’envoya rassurée. Soudain, le corbeau prit un air bien plus calme et sérieux, ce qui surprit la kunoichi, tandis qu'il défendait Kuro le professionnel, celui qui aimait les affaires et qui aimait qu’on paye son dû, ce qui était normal.

La gamine albinos se mit à réagir alors au quart de tour, insultant par la même occasion Muramasa. La rubiconde dévisagea la nécromancienne, faisant presque sortir ses yeux de ses orbites face à autant de grossièreté de la part d’un si petit corps. Même si elle était amicale avec elle, là ce n’était pas possible. Cette demoiselle venait de montrer son vrai visage.


« C’est bien gentil pour mes poumons, mais je ne peux pas accepter vos insultes envers mon sensei, c’est…»

Aimi ne termina pas ses paroles que le médecin en herbe prit la parole pour se défendre de ses graves accusations et le regard de la rouquine se faisait bien plus dur à son attention. Bon une fois de plus, le Borukan ne faisait pas dans la dentelle, mais maintenant qu’elle comprenait le personnage, la Chiwa le laissa faire. La claque partit sur le visage, suivi de toutes les injures possibles à son encontre, une main vint se poser devant la bouche de l’apprentie alchimiste, très choquée par ce geste plein de violence envers cet homme si élégant. Que faire ? Ce ne serait pas une vilaine gifle et des accusations qui allaient les aider à savoir si elle était l’auteure de ces manigances morbides. Mais l’enfant à la chevelure blanche semblait les aider, en faisait appel à une horde de singes humains qui semblaient obéir qu’à une seule personne, leur hôte. Face à ce groupe de sauvages bavant de violence, Aimi recula contre Muramasa et attrapa sa manche par instinct tandis qu’une sueur coulait le long de son front. Ce n’était pas normal, ils n’étaient clairement pas humains ces individus : on aurait dit qu’ils avaient ingéré une quantité de drogues qui dépassait tous les continents.

Encerclés par ces montagnes prêtes à leur sauter dessus à tout moment, la manipulatrice de katana fronça les sourcils, observant les brutes.


« Je suis désolée ma belle demoiselle, mais votre collaboration avec ce pervers connard sonne votre punition ! Vengez votre maîtresse en leur donnant la sanction que méritent ces envoyés de cet adorateur de culottes !»

C’était n’importe quoi, comment pouvait-elle faire passer ces deux iwajins qui venaient simplement aider un lutin qui cherchait seulement son dû, pour les méchants ? Biceps à la taille monstrueuse gonflés à bloc, ils bondirent sur les deux adeptes des arcanes médicaux tandis qu’Aimi sortait son katana de son fourreau pour se protéger d’un premier coup-de-poing plus gros que sa tête. Ils étaient forts et boostés, il allait falloir trouver une solution pour se sortir de ce zoo tout en trouvant une solution pour récupérer l’argent de Kuro.

« Muramasa-san ! Si vous avez un petit tour de magie, c’est maintenant qu’on en a besoin ! Je vais essayer d’en retenir le plus possible !»

Petite esquive en se baissant –merci à la petite taille- par si, contre-attaque par-là, le but de la combattante était de les repousser autant que possible grâce à son maniement du katana et son futon, mais ils étaient trop forts et trop grands et bien trop nombreux et bientôt, les bourrins ensevelissaient la kunoichi qui n’arrivait pu à les repousser, le Borukan était sa seule solution.





_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Mer 1 Jan 2020 - 21:28
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Il y avait quelque chose de pernicieux dans le village caché de la Roche. En effet, le sombre quartier qui répondait au surnom d’Iwajuku était le tertre d’une ombre aussi noire qu’une nuit sans lune. Il ne fallait point être finaud pour comprendre immédiatement qu’il s’agissait, tout comme le vieux proverbe du sage du canyon millénaire le disait si justement, d’une boite de chocolat bien sucrés et gras. On ne savait jamais sur quoi on allait tomber. La vile nécromante venait de faire tomber le masque, révélant son visage d’adoratrice des ténèbres et déversant une armée d’hommes virils et musclés à l’apparence tenant davantage du singe sauvage que du gentilhomme disposant d’une irréprochable étiquette.

La rubiconde semblait surprise par ce rocambolesque coup de théâtre, agrippant de sa petite main la pelisse vespérale du divin parangon qui lui-même était loin de s’attendre à une arrivée aussi horrifique. En effet, voir tous ces goguenards malandrins exhiber sans une once de retenu leurs muscles bien trop charpentés pour être naturels. Il s’agissait des sbires de l’albinos qui attendaient en se tapissant dans les ombres, ce qui pouvait paraître un poil déconcertant vu qu’ils s’avéraient bien trop moches pour passer inaperçus. Il était peu probable que ces derniers disposent du moindre talent dans les arcanes obscures de la dissimulation, pourtant ils venaient d'apparaître comme par magie. Était-ce un rêve, ou était-ce la réalité ?

Le Borukan fronça les sourcils, humant que la situation venait de dégénérer et que l’affrontement était inéluctable. Néanmoins, il en fallait plus pour décontenancer le vaillant défenseur des arts médicaux. La Chiwa était elle-même plus que partante pour une rixe envers ces invités de mauvaise augure, partant à l’assaut de la horde la lame au clair afin de les trancher comme des shashimi. Le regard affûté du médecin comprit qu’il s’agissait d’aliénés plus chargés en substances interdites du rentanjutsu qu’un laboratoire d’alchimiste chevronné. Avant qu’il n’arrive à mettre en garde sa collègue, cette dernière était déjà encerclée et acculée par plusieurs dizaines de forcenés se jetant sur elle comme un sumo boulimique sur un plateau de sushi après trois jours de diète acharnée.

« Un tour de magie... » -cherchant une solution dans les méandres de son esprit malade-

La seule solution était d’utiliser une des plus secrète et effroyable arcane de la nuit des temps. L’utiliser était lourd de conséquence, mais l’intégrité physique (et aussi surement psychologique) de la jeune femme en dépendait. En effet, la Chiwa allait dans le meilleur des cas finir écrasée vivante sous une montagne de muscles et de testostérone en liesse. Une fin peu enviable, même pour la plus rubiconde adepte du scalpel et de la seringue.

Invoquant la puissance primordiale qui sommeillait en son auguste personne, le Borukan ,’eut point le temps de canaliser son énergie en une ultime attaque et de la relâcher sur le zoo hérétique qu’un gaillard à l’œil vicié, mais avisé, interrompit la querelle avec une voix gutturale et grondante.





« Monsieur Borukan ? Vous ici ? » -reconnaissant l'illustre manieur des arts obscurs, puis faisant un signe de main sommant les gougnafiers d’arrêter l’assaut-

Faisant palpiter ses biceps disproportionnés, le rustre personnage en imposait de par sa carrure digne d'un colosse au diapason de sa fougue masculine. Décidément, on pouvait se demander pourquoi tous ces gugusses se baladaient torse-poil, mais apparemment ça ne choquait personne. Étrange.

Le Directeur de la plus prestigieuse académie de renommée internationale se retint une seconde de répondre aux palabres du dégénéré, se demandant d'où il pouvait connaitre l'érudit le plus proche de la perfection en ce triste monde tragique.

« ... Plait-il ? » -affichant un air pour le moins circonspect-

La greluche délavée commençait à perdre patience', n'appréciant point que son sbire le plus dévoué ne s’exécute point et fasse montre d'un semblant de personnalité. Mais le pire était que les autres zouaves obéissaient à celui semblant le leader de la troupe de singes qu'ils constituaient.

« Cette vile sorcière nous a assujettis en nous fournissant des produits alchimiques très addictifs, mais indispensables à notre passion. Sauvez nous de cette vile greluche et de ses méfaits. Nous combattrons à vos cotés ! » -Bombant fièrement le torse- « L'heure de la révolution à sonné mes frères de salle de muscu ! » -s'adressant à ses collègues qui commençaient a tressaillir de rage à l'encontre du tyran-


« Bande de bons à rien ! Très bien, vous allez tous moooouurrrirreuh !!! » -folle de colère et complètement hystérique- « Technique ultra-secrète de la cohorte mortifère !!! » -lançant son ultime art nécromantique-

Un sceau mortifère apparu de la morue aux cheveux blancs, se répandant à une vitesse inouïe sur le sol. Soudain, des dizaines de mains squelettiques commençaient à surgir du sol telles des taupes émergeant des entrailles de la terre. Il s'agissait surement d'un puissant sceau de stockage servant à libérer des morts vivants pour annihiler les âmes des pauvres mortels.

La Chiwa commençait tout juste à effleurer les bizarreries d'un monde où aucune once de logique ne semblait régner. Après tout, Iwajuku était sombre et emplit de terreurs...


_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Mar 21 Jan 2020 - 18:54







Que quelqu’un la sorte de ce cauchemar. Comment en étaient-ils arrivés là ? Aimi avait suivi le parangon dans les sombres rues d’Iwajuku en quête de réponses et d’apprentissages. Voici qu’elle se retrouvait face à une petite fille à la facette diabolique. En plus de ça, celle-ci avait à ses côtés une troupe de gorilles drogués à leur paroxysme. Son prince ténébreux était à ses côtés et seuls contre le monde des limbes, ils devaient se défendre coûte que coûte. Ils grognaient, bavaient, ce qui poussa la Chiwa à faire une grimace de dégoût. Comment pouvaient-ils supporter tout cela ? Le Yuukan, était-il si sombre et rempli de terreurs que cela ? Rien qu’à y penser, cela faisait froid dans le dos. Les deux shinobis se demandaient bien comment ces brutes étaient parvenues à se présenter face à eux sans qu’ils ne les aient remarqués avant, s’en était très troublant.

Ils ne semblaient donc pas très coopératifs, tandis que ces singes se lançaient à corps perdus sur les deux Irou nin. La rubiconde n’eut trop pas le choix de se défendre à l’aide de son katana, contrant le plus possible les attaques grossières de ces monstres. Pourtant, même toute la volonté du monde ne suffisait pas, ils étaient bien trop nombreux et forts pour son petit corps frêle. La seule chose qu’elle put faire, c’est de demander à l’aide avant de se retrouver à suffoquer sous ce tas de muscles exubérants.

Tandis qu’elle voyait ses forces s’amoindrir et qu’elle pensait que sa vie allait lui être retirée bien brutalement, son souffle reprit vie tandis qu’elle retrouvait sa liberté tant recherchée. Il lui fallut une longue minute pour comprendre qu’elle venait d’être sauvée par le summum du muscle bombé, son héros, un singe tout comme eux ? Peu importe, elle le remerciait mille fois. Les hommes au métabolisme anormal semblaient écouter le super musclé. Ils expliquèrent alors que la petite fille, qui était encore plus mauvaise qu’elle le pensait, était la cause de leur changement. La situation prenait une tournure surprenante, maintenant, ils se trouvaient à leur service et voulaient se battre contre la reine des morts.

Malheureusement pour eux, la colère de l’albinos était de taille et elle comptait le leur faire payer en les… tuant ? Non ça allait bien trop loin ! L’Eisei nin se releva alors, son arme à la main, faisant face avec les autres à une ribambelle de mains squelettiques qui sortaient du sol.

Parce que cette sorcière pensait vraiment qu’elle allait intenter à la vie de la rougeoyante ? Parce qu’elle pensait vraiment qu’elle allait réduire à néant tous ses projets ? Hors de question ! Tandis que les membres sans vie se lançaient sur eux, Aimi se plaça devant le Borukan et se positionna avec son Katana. Elle y concentra une grande quantité de chakra futon, intense et tranchant. Ses pupilles vermeilles fixaient devant elle et d’un geste, elle frappa devant elle tandis qu’une grande et fulgurante lame de vent s’envola dans leur direction.
L’attaque découpa les bras d’os en deux, tandis que la gamine diabolique hurlait sa haine La genin lâcha son arme et inspira profondément tout en réalisant des signes incantatoires pour recracher une bourrasque qui repoussera tout sur son passage, y compris la reine des damnées, mais sans blesser. Tout s’envola, les papiers, les documents, y compris des tonnes de billets que l’hôte tentait de rattraper. Ahurie, la Chiwa se tourna vers le corbeau en montrant la demoiselle du doigt.


« Regardez ! Elle nous a menti, elle avait pleins d’argent ! Empêchez-la de s’enfuir !»

Ordonna-t-elle à leurs nouveaux alliés sur musclés de la rattraper, tandis qu’elle essayait de s’enfuir avec une tonne de billets. Les singes injustement drogués sautèrent ensemble vers elle, avant de l’ensevelir de leur poids insupportable.

« Que faisons-nous, Muramasa-sensei ? Il faut aider ses hommes, punir cette fille et retourner voir Kuro !»

_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Sam 1 Fév 2020 - 2:42
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Sous un retournement de situation assez rocambolesque, pour ne pas dire improbable, la querelle entre les vaillants défenseurs de la médecine et la sournoise manipulatrice des morts venait de prendre une tournure fantasmagorique. En effet, les alliés de la démone, ou plutôt ses esclaves tout en muscles, se rebellaient contre l’oppression afin de se libérer de leurs chaînes. Bien sûr, la mutinerie poussait la vilaine dans ses derniers retranchements, l’obligeant à user de ses arcanes de la non-vie pour châtier dans les règles de l’art ses détracteurs. Fort heureusement, la rubiconde ne l’entendait point de cette oreille, bravant les mains cadavérique tentant de la peloter en les tranchant avec fougue. Terminant par une bourrasque dantesque envoyant voltiger la gredine et le mobilier, qui révéla alors une pluie de ryô emplissant la lugubre et sinistre pièce. La sournoise maîtresse des zombies était donc bel et bien pleine aux as, ce qui était plus que logique avec ses activités frauduleuses. Muramasa n’avait pas grand chose à faire, à part admirer le spectacle. Un spectacle qui s’avérait d’ailleurs fort distrayant. Alors que la greluche tentait de sauver les meubles en tentant désespérément de ramasser le plus de butin possible avant d’effectuer une retraite stratégique. La bande de gorilles tout en muscles fut des plus utile, se ruant sur la goguenarde afin de l’écraser de leur poids imposant comme le demandait la Chiwa. Il s’agissait d’une technique effroyable, sûrement inspirée par le fameux clan AKimichi.

« Naon !!! Mon argent !!! » -hurlant comme une possédée- « Bande de singes !!! Je vous maudit !!! »

L’amie de l’Iroujutsu semblait dubitative sur la marche à suivre, demandant l’opinion de son confrère sur la suite des événements. Le Borukan était un peu perplexe, mais répondit avec une minutie digne de son panache.

« Bien joué, Akahime. Le Saru Gang, vous nous avez été d’une aide précieuse. » -dit-il, n’oubliant point les nouveaux alliés de la justice- « Avec tout cet argent, je pense que la note de Kuro va être remboursée. Mais n’oublions pas de rendre aux singes ce qui appartient aux singes. » -usant d’une verbe assez nébuleuse et métaphorique-

Les hommes virils et musclés étaient en liesse, acclamant les vaillants médecins les ayant sauvés des griffes d’une succube assoiffée d’argent. Néanmoins, les pauvres bougres étaient complètement assujettis aux substances alchimiques et ne pouvaient plus s’en passer.

« Vous êtes trop bon, Borukan-sama. » -remerciant le divin parangon, avant de se tourner vers la rougeoyante rouquine- « Et vous être trop bonne vous aussi, chère demoiselle. » -ne connaissant point encore la manieuse du scalpel- « Mais comment allons nous faire, mes frères et moi-même, sans notre dose quotidienne de protéines alchimiques ? »

Un problème des plus importants, mais qui était aisée à résoudre

« Aucun problème. » -esquissant un sourire- « Cette Oujo-san rubiconde sera votre nouvelle fournisseur. Elle s'apprête à ouvrir un commerce avec des produits alchimiques totalement sain et très abordables. » -faisant un clin d’œil à sa collègue- « Quand à la vilaine adepte des arts de la non-vie, un séjour dans les geôles froides et humides de la Roche me semble inévitable. »

Décidément, les voies du Rentanjutsu étaient impénétrables. Néanmoins, la Chiwa n’avait pas encore ouvert son commerce qu’elle venait de gagner une clientèle des plus fidèle et musclée.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Ven 28 Fév 2020 - 11:32






Si les espoirs s’étaient enfouis sous la sombre menace de la manipulatrice des damnés, ce retournement de situation changeait la donne. Ce fut un nouveau souffle de vie qui s’échappa des lèvres de la kunoichi, libérée du poids de ces hommes drogués. Tout cela semblait si irréaliste qu’Aimi avait du mal à reprendre ses esprits ainsi que ses marques. L’enfant diabolique semblait perdre la tête. Savoir que ses esclaves aux muscles sur dosés se retournaient contre elle la mit dans une fureur sans nom. Mais ce fut sans compter sur la détermination de la Chiwa et le désir de sortir d’ici au plus vite. La genin ne se laissa pas dépasser par la tentative offensive de la nécromancienne et fit une démonstration de ses dons avant de terminer par une jolie bourrasque de vent. Tous les masques tombèrent alors, tandis que les billets s’envolaient autour de l’albinos, paniquée. Celle-ci semblait essayer de sauver son argent désespérément sous les regards amusés des Irou-nins. Sournoisement, celle-ci tenta alors de se faufiler vers l’arrière de la boutique pour s’échapper de leurs griffes. Alerte, la rubiconde fit signe à ses nouveaux alliés de l’arrêter avant qu’elle ne s’en sorte encore une fois. Ni une ni deux, les « singes » se lancèrent dans une harmonie parfaite sur la petite silhouette, l’écrasant sans vergogne. Pour l’avoir subie, la kunoichi ne pouvait que compatir, ou pas.

Ne sachant pas comment la suite pouvait se dérouler, l’Eisei nin demanda à Muramasa son avis. Son enthousiasme fit sourire Aimi de plus belle. Elle hocha de la tête, complètement d’accord avec ses sages paroles. Le chef de l’équipe des bras musclés les remercia, mais leur confia ne pas savoir comment se sortir de cette dépendance protéinique. C’était là un problème important en effet. Mais l’élégant corbeau avait déjà là toute la réponse. Et lorsque celui-ci pointa la rousse en tant que nouveau fournisseur, elle lui lança un regard interloqué. Ce n’était pas comme si elle connaissait déjà tous les secrets des arcanes alchimistes… Mais il avait raison sur la nature de son commerce et de ses bonnes intentions. Rougissant légèrement, la kunoichi sourit et passa une main derrière sa tête. Pouvoir acquérir d’une clientèle aussi dévouée et fidèle ne pourrait que lui apporter que du bon.


« Je vous promets de vous fournir tout ce don vous aurez besoin dès que j’aurai ouvert commerce cher Saru gan. L’irou gang vous doit une fière chandelle ! Quant à elle, comme le dit mon cher confrère, elle appréciera que vous la déposiez aux geôles d’Iwa. »

Un regard écarlate sur posa sur le bout de main qui sortait de la montagne de surhommes, une bonne punition pour une vilaine demoiselle. Et la voilà qui commençait à parler comme Muramasa…

« Je vais ramasser l’argent, et nous allons pouvoir retourner voir Kuro-san. Et voici l’adresse de mon futur commerce, mes amis. »

Déclara-t-elle après avoir emprunté de quoi écrire et un support dans la boutique sans dessus dessous. Une fois que tout était en ordre, les deux Iwajins quittèrent la sordide boutique en direction de celle de leur hôte chapeauté.

Après quelques bifurcations et les mains pleines de sacs remplis d’argent, les deux adeptes des arts médicaux arrivèrent chez Kuro. Ils déposèrent les liasses devant lui, complètement médusés par autant d’argent, ses pupilles jaunes, tournant dans tous les sens.


« Cette nécromancienne ne vous posera plus de problèmes Kuro-san, et je pense qu’il y a largement de quoi payer vos factures ! »

Elle offrit un regard complice vers le Borukan, fière du succès de leur mission. Maintenant, comment allait-il les remercier ?




_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Dim 1 Mar 2020 - 22:31
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La justice était aussi implacable que la roche venue des cieux lointains et s'abattant dans les méandres des vertes contrées immaculées. L'équipe des arcanes médicinales venait de braver tous les dangers et de sortir victorieux d'une querelle les opposant à une dangereuse nécromante sans foi ni loi. Sans compter qu’ils venaient de libérer les pauvres innocents simiesques qui étaient devenus les esclaves du tyran aux griffes acérées et funestes. Fort heureusement, la conclusion se mouvait dans un chapitre mortifère se refermant, afin de laisser place à l'allégresse de jours plus heureux.

Alors que la folle aux cheveux albes et affreusement long était en train de littéralement se faire écraser sous une montagne difforme et grotesque de muscles, le chenapan de toujours, médecin jusqu’au bout des ongles, se permit de sortir de son manteau de ténèbres et de jais, un encensoir afin de se requinquer un peu. Alors que le parangon allumait prestement la cigarette crépitante dans un râle cauchemardesque, la Chiwa prenait les choses en main, s’occupant de rassurer les pauvres gorilles qui seraient sûrement très bientôt en manque de protéines alchimiques.

« Vous êtes trop bonne, belle demoiselle. Nous avons hâte, mes amis et moi-même, de pouvoir acheter vos produits. » -dit-il, bombant le torse et affichant un sourire étincelant de malice- « Nous ne manquerons pas de remettre aux forces de l’ordre cette vile démone assoiffée de ryôs et de malfaisance. » -continuant à faire montre d’une virilité toute en muscle- « Le Saru Gang sera votre plus fidèle et viril client. » -se mettant à rire de manière inquiétante-

Muramasa écoutait attentivement l’échange entre la rubiconde et les hommes adorateurs de produits dopants, remarquant que l'apprentie alchimiste avait la fibre commerçante et un réel don pour faire la promotion de son futur atelier de potions.

« Excellente initiative. Ramassons tout cet argent avant qu’il ne disparaisse.» -bourrant ses poches semblant infiniment profondes de pléthore de liasses bien épaisses et gouleyantes- « Kuro-san sera surement ravi. Bon boulot, très bon boulot. » -remerciant l’armée des douze singes qui venait de les aider à résoudre une affaire paraissant herculéenne-

Quelques péripéties plus tard, les défenseurs de la veuve et de l’orphelin étaient de retour dans l’échoppe du lutin maléfique. Le Borukan sortait de ses poches d’innombrables billets, comme s’il pleuvait de l’argent de manière miraculeuse, tandis que la Aimi présentait des baluchons rondement bien remplis. Le gnome semblait faire une crise d’épilepsie tant il n’avait jamais vu autant d’argent si délicieux et abondant, néanmoins la situation était sous contrôle.

« La nécromante a été châtiée et votre argent dûment récupéré. » -croisant les bras, fixant l’énorme chapeau jaune canari-

« MAGNIFIQUE ! » -suant à grosse goutte- « Oujo-san, pour vous récompenser, votre première commande sera offerte, en supplément d’une remise à vie de 50%. » -dit-il, fixant de ses globes jaunâtres la Chiwa- « Je savais que vous réussiriez cette entreprise, muhahaha !!! » -rigolant, tout en s’agrippant aux sacs remplis de ryôs comme pour leur faire un calin-

Décidément, le Yuukan était sombre et emplit de terreurs. Cependant, l’autoproclamé Irou Gang pouvait se targuer que de toujours vaincre le mal, quel qu’il soit.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t9077-borukan-muramasa
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 Empty
Mar 3 Mar 2020 - 19:21






 Elle venait gagner une clientèle bien étrange et distinguée. Le rire qui termina ses fières paroles l’embarrassèrent quelque peu, tandis qu’elle essayait de rire elle aussi. Une main vint frotter l’arrière de sa tête. Au fond, la jeune femme était contente, ils s’étaient tous alliés pour défaire la sorcière des damnés et elle allait pouvoir les aider à prendre des produits sains qui ne les mettraient pas dans une sauvage dépendance. Alors, pour leur montrer sa fierté et sa joie, Aimi tenta de bomber elle aussi le torse, fière, poings posés sur les hanches, tel un fier membre de l’Irou gang. 

Son attention se porta sur le corbeau qui la félicitait, celle-ci sourit à son camarade. Ils amassèrent le plus d’argent possible, se remplissant littéralement les poches avant de saluer la troupe simiesque et de retourner chez Kuro. Arpentant les rues sombres de l’Iwakuju, la Chiwa se disait bien que ce n'était vraiment pas le type d’endroit dans lequel elle aimait traîner. Pourtant, elle sentait qu’elle pourrait y faire des découvertes terriblement intéressantes. Arriva-t-elle à mettre sa raison de côté par moment pour s’y aventurer ? C’est le destin qui choisira. 

La scène qui s’en suivit à la boutique de l’homme chapeauté fut rocambolesque à souhait. Les billets pleuvaient sous un Kuro en larme et tendant les bras vers le ciel. Ils avaient réussi leur mission, et de manière digne. Plus qu’heureux, celui-ci s’exclama envers la rubiconde, lui offrant sa première commande ainsi qu’une remise très alléchante. Surprise, la jeune femme posa une main sur sa poitrine avant de s’incliner. Le lutin semblait bien apprécier l’argent, les oubliant presque, préférant enlacer les sacs de billets. Il n’était pas mauvais, mais très matérialiste… 


« Ce fut un plaisir de vous aider, sachez que je serai une de vos plus fidèles clientes et je vous remercie pour votre très généreux geste Kuro-san !  »

L’hôte semblait déjà parti dans un autre monde, laissant la genin et le directeur de l’académie livrés à eux-mêmes. Aimi se tourna alors vers le Borukan et lui sourit. 

« Merci Muramasa-san pour cette belle aventure, vous m’avez permis de pouvoir me lancer dans le monde de l’alchimie, je vous suis reconnaissante et j’espère pouvoir travailler avec vous à l’occasion ! Pouvez-vous me raccompagner à la sortie de cet endroit ? J’ai peur de m’y perdre…  »

Il était temps pour elle de quitter le sordide monde d’Iwajuku. Il ne fallait pas rester trop couvert par l’ombre qui vivait ici, au risque d’en perdre sa lumière. Mais, le Yuukan était-il si sombre et emplit de terreurs que cela, quand l’aura de l’Irou gang battait fièrement ? 





_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa - Page 2 H2t6
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: