Soutenez le forum !
1234
Partagez

Prévoir le pire, déjouer le meilleur

Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Mer 24 Avr 2019 - 3:56
Prévoir le pire, déjouer le meilleur
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Lignes11

Pour vous situer le contexte … . Depuis peu, notre jeune Azuma se ballade avec sur lui un parchemin des plus précieux. Obtenu de façon étrange, par un don anonyme à l’Académie qui lui a été remis pour des raisons aussi logiques de non importantes, le Kagerou l’a dans un premier temps accepté pour le poser chez lui et ne plus s’y intéresser. Mais depuis peu, son Art requiert de lui de nouveaux et nombreux centres d’intérêt. Car à travers ses recherches, le jeune homme a rapidement compris que le secret dans le contrôle de pantins de combat était de savoir prendre son ennemi dans une toile dont il ne saurait se défaire. Être capable de le contourner, de le duper, de le piéger et de le retenir prisonnier serait désormais le meilleur moyen d’arriver à ses fins, lui si chétif et timide.

Le parchemin prend alors tout son intérêt ; car il s’agit d’un domaine bien particulier, souvent apprécié des Kuguts-masters. L’utilisation de poison de diverse puissance sur les armes ou comme outil, sous forme liquide ou gazeuse, est considérée comme le moyen ultime de renverser une situation complexe par l’affaiblissement temporaire ou définitif de l’adversaire. En empruntant ce chemin, nul doute qu’il sera plus aisé de se débarrasser de certains poids lourds à l’avenir. Et ce peu importe la réputation qui en suit. De toute façon, le jeune Azuma est trop renfermé sur lui-même pour se préoccuper de l’image faiblarde et gamine qu’il renvoie au naturel.

Ayant étudié ce parchemin pendant un temps, il en a compris les subtilités et les attentes. En somme, ses effets sont minimes mais pratiques : engourdir un adversaire est déjà un atout important dans un affrontement en live ! C’est l’occasion de lui mettre la pression, de multiplier les coups pour diminuer sa capacité à se défendre, voire encore pour fuir et se mettre à l’abri. Un poison débilitant … pratique ! Mais subsiste un problème ; au-delà de la partie mécanique, détaillée dans ce parchemin et somme toute assez simple, c’est le poison en lui-même qui représente un défi pour le Genin. Même sans maîtriser les bases, il faut être un sacré idiot pour ignorer qu’il faut manipuler ce type de produit avec beaucoup d’attention. Et les poisons, il en existe des tas ! Il faudra donc se renseigner davantage pour savoir lesquels sont utilisables, comment, pour combien de temps, avec quels effets, etc.

C’est dans ce but que les pas du rouquin le mènent de nouveau à cette bibliothèque de l’Académie qu’il a déjà fréquenté à quelques reprises ces dernières semaines. Le plus clair de ses journées se font entre ce lien, son atelier-maison-garage, et les quelques boutiques qu’il visite pour s’équiper. Rien de très socialisant, même s’il commence à nouer de bonnes relations avec certains commerçants. N’est-ce pas la spécialité d’Iwa, après tout … . Arrivé dans le hall central, le garçon hésite un instant. C’est bien beau de recourir à chaque fois à la bibliothèque, mais saura-t-il dans quel ouvrage chercher ce qui l’intéresse ? Comment simplifier ses recherches cette fois-ci ?
Son choix se porte sur un supérieur passant d’un couloir à un autre à cet instant précis. Il sait sans doute comment l’orienter efficacement, lui qui est constamment sur place.

» Senseï – je sollicite votre aide pour un point particulier …
_ Ha, Azuma … . Je t’écoute, mais fais vite.
» Je voudrais me documenter sur les poisons et antidotes existants. Ce sont apparemment des armes classiques pour un marionnettiste …
_ Hmmm oui, c’est vrai … . Pour les poisons, je ne sais pas trop vers qui te diriger ; ce n’est pas vraiment notre branche et nous n’avons pas de laboratoire sur ce sujet. En revanche, pour les antidotes, tu trouveras certainement quelqu’un là-dessus travaillant en médecine, je pense …
» Merci, Senseï …

La discussion idéale ! Courte, rapide et sans embarras pour un introverti comme Azuma ! Avec cette information, il peut sereinement se diriger vers la section attribuée aux apprentissages médicaux de l’Académie. Son rythme monotone et vide de vie le rapproche bientôt de la section, dont il franchit timidement la porte. Ici, avec un peu de chances, il trouvera ce qu’il recherche … .

@Chiwa Aimi

_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Mer 24 Avr 2019 - 12:04


Prévoir le pire, déjouer le meilleur.




Peu de temps était passé depuis son entraînement avec Yanosa et Aimi se remettait petit à petit de cet épisode plein de révélations pour la douce, qui avait appris énormément sur elle, autant sur le plan psychologique que physique. D’ailleurs, même son corps ne l’oublierait pas de sitôt. C’était surtout son épaule gauche qui avait pris le plus cher et elle avait dû se la remettre en place alors que le rouquin l’avait déposée chez elle, elle lui avait été très reconnaissante d’ailleurs. Décidée à ne pas utiliser ses soins, il lui avait fallu quelques jours pour se remettre, les doigts de sa main droite recommençaient à se plier parfaitement et les bleus disparaissaient petit à petit. En un clin d’œil, elle aurait pu tout effacer, faire comme si ce mal n'était qu'un cauchemar, mais ce serait tricher et la rousse ne voulait pas faire ça à Yanosa, elle tiendrait parole. Du coup, elle n’avait pas fait grand-chose ces derniers jours, ne s'était pas présentée à l’hôpital, elle reprendrait l'entraînement bien rapidement avec la bête Iwajin ou encore son blond préféré. En attendant, elle préparait l'apprentissage médical pour lui et Abuto qu'elle convoquerait rapidement.

Elle était actuellement en train de faire du tri dans sa bibliothèque. Depuis sa rencontre surprenante avec Muramasa qui s’en était suivi une journée pleine de surprise, elle avait appris bien des choses avec lui. Avant leur maladroite approche, elle avait rendu visite à ce charmant petit apothicaire qui proposait des plantes afin de réaliser des onguents ou des ingrédients pour créer des remèdes antipoisons. Il s’en était suivi une petite explication avec le gérant et il lui avait prêté son précieux manuel qui recelait bien des trésors. Elle l’étudiait tranquillement, apprenant différents types de plantes qu’il pouvait exister, elle l’aimait beaucoup et n’avait même pas encore terminé de le lire.

Prenant avec elle un livre sur les plantes, bienfaisantes comme toxiques, ainsi qu’un autre livre sur les différents pays de ce monde, étant intéressée par la végétation de Hi et l’avancée technologique de Kumo, elle aimerait vraiment pouvoir s’aventurer vers ces deux contrées. Bien qu’elle économisait son argent pour les ouvrages de sa bibliothèque ou ses équipements ninjas et médicaux, ceux-là appartenaient à la bibliothèque de l’académie qu’elle avait emprunté et il était temps de les ramener. Ce fut donc dans cette optique que la douce quitta la boutique de son père et qu’elle se dirigea vers la précieuse bibliothèque de l’académie Hashira. Arrivant sur les lieux qu’elle connaissait très bien étant donné qu’elle avait étudié ici et qu’elle venait très souvent y lire dans ses moments de détente, ce ne fut pas étonnant qu’elle soit saluée par les personnes qu’elle croisait. Se dirigeant vers l’antre qui regorgeait d’innombrables ouvrages, récents ou plus vieux, de tous les thèmes possible, elle murmura discrètement un « Sumimasen » alors que les lieux étaient plutôt bercés d’une atmosphère silencieuse et calme. Peu de personnes étaient présentes et cela arrangeait la kunoichi qui aimait être tranquille quand elle venait ici. Elle avança vers le bureau principal de la pièce dont la chaise était vide puis posa ses deux livres dans le panier qui servait au dépôt des ouvrages empruntés.

La Chiwa se dirigeait alors à travers les étagères contemplant les reliures des livres, passant devant des parchemins plus anciens puis vers le fond, un coin assez imposant, celui où la jeune femme aimait se murer dans un silence, s’enfermant dans une bulle et s’abreuvant de toutes les pages qu’elle pouvait découvrir. Elle était à la recherche de nouveaux livres qui pourraient la renseigner davantage sur n’importe quelle branche de la médecine qui pourrait l’aider à progresser. Soudain, elle aperçut une silhouette masculine qui semblait perdue au milieu de tous ces bouquins, alors qu’elle s’approchait curieuse, elle constatait qu’elle ne l’avait jamais vu auparavant ici. Ses cheveux étaient courts et aussi rouges que les siens et son visage paraissait jeune et enfantin, ses pupilles toutes aussi perçantes fixaient les étagères. La jeune épéiste soupira et s’approcha de lui, n’ayant pas pour habitude d’aborder les gens comme cela. Seulement, quand il s’agissait de son domaine de prédilection, si elle pouvait venir en aide à ceux qui s’intéressaient aux mêmes choses qu’elle, alors elle n’hésiterait pas. Accompagnée d’un petit sourire gêné aux lèvres, elle pencha sa tête sur le côté.


« Sumimasen ! Est-ce que je peux t’aider ? Je vois que tu as l’air de rechercher quelque chose et je connais bien l’endroit ! »


Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 13:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Mer 24 Avr 2019 - 12:36
L’intervention du petit rat de bibliothèque est la fois attendue et redoutée. Dans les faits, Azuma est tout sauf ouvert, social et ouvert d’esprit. En fait, face à la petite souris, placez un bon vieux Le Robert des Mots : éternel, sur place, prenant la poussière sans rien demander à personne, périclitant avec les années. Vous avez désormais une belle métaphore de la rencontre qui se préfigure. Trop timide pour montrer son soulagement, mais embarrassé à l’idée que c’est son minois déconfit qui a justifié cette intervention fortuite, le Kagerou tarde à prendre la parole face à une personne pleine d’entrain et de volontarisme.

» Heuu … bonjour … . Je cherche un, un livre sur les … les poisons …

Bonjour à vous, chère étrangère ! Je suis un psychopathe en fuite, je cherche de nouvelles méthodes de tuer les gens, et j’ai la biographie de Jack l’Eventreur sur la table de chevet. Auriez-vous un livre sur la dissection bestiale en fond de coupe-gorge à votre disposition, s’il vous please ? Cette façon de présenter les choses, de façon à la fois innocente et malaisante, a tout pour faire fuir la jeune bénévole ! Réalisant son erreur et sa bêtise, le rouquin se prend la tête entre les mains et secoue vigoureusement ce qui lui sert de tignasse, comme si les idées allaient se remettre en place toutes seules. Appréhendant la fuite, il tend un bras en avant pour intimer un « stop », et tente de se justifier !

» En fait ! En fait j’ai reçu un parchemin ! …

Un parchemin, oui. Il est vrai qu’ils ne sont pas courants, et que leur usage est assez limité. Encore faut-il avoir la chance d’en avoir un sur un domaine précis qu’on maîtrise, et qui peut se révéler d’une quelconque utilité pour soi. Sinon, reste à en faire don, ou à le mettre dans la pièce approprié au dessus du trône sacré. Pour Azuma, il s’agit de la première situation ! Un don dont il ne connaissait pas l’auteur, mais dont il espérait aujourd’hui tirer les profits. Il est plus que temps qu’il explique la raison de sa présence ici ; d’autant que chaque seconde et hésitation a de quoi le rendre suspect.

» J’ai reçu un parchemin expliquant comment appliquer un poison d’engourdissement sur des armes. Je trouvais ça intéressant, mais je voulais surtout trouver des antidotes au cas où je le manipule mal … .

Ouais … . T’inquiète pas, mon gars ; on a compris que tu es très habile de tes deux mains gauches et de tes six doigts et demi … . Maintenant, la présence d’Azuma dans ces rangées de livres est tout à fait compréhensible ! N’importe qui voulant visiter ce domaine particulier – et dangereux – doit savoir prendre des précautions ! A-t-il la chance de tomber sur la bonne personne, ou celle-ci pourra-t-elle au moins lui indiquer où se documenter efficacement ?

_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Mer 24 Avr 2019 - 17:29


Prévoir le pire, déjouer le meilleur.




Attendant un signe de sa part, la jeune femme espérait ne pas lui avoir fait peur, elle n’était pas vraiment douée pour venir vers les gens qu’elle ne connaissait pas, et le visage peu confiant du jeune homme ne l’aidait pas à l’encourager dans cette fois. Peut-être qu’il avait simplement envie d’être tranquille et la douce s’en excusait d’avance. Seulement, son regard alerté faisant comprendre qu’il avait besoin d’aide et elle voulait être cet appui. Il prit soudainement la parole, timidement, la saluant, l’épéiste se rapprocha un peu pour écouter ses paroles qui diminuaient en intensité sonore : il cherchait donc un livre sur les poisons ? À croire que le destin l’avait fait venir ici exprès pour lui venir en aide, la douce se demandait alors sur quel type de poison s’intéressait-il, Aimi n’était pas la plus apte à l’aider sur le sujet de façon précise, mais ses petites lectures pourraient peut-être l’aider.

Elle le vit soudainement prendre sa tête enfantine entre ses mains et la secouer ce qui l’étonna, se sentait-il… bien ? Puis il lui tendit alors le bras comme pour l’empêcher de bouger ce qui la fit sursauter, qu’est-ce qui lui prenait ? Un parchemin ? De quoi parlait-il ? En quoi est-ce qu’elle pourrait le renseigner sur un parchemin ? Son regard interloqué fixait le jeune homme qui semblait paniqué, elle ne comprenait pas ce qu’elle avait fait pour le rendre dans un pareil état. Elle posa sa main derrière sa tête et se frotta les cheveux légèrement embarrassée, elle qui voulait simplement le conseiller… Elle attendait alors, espérant une explication de sa part ce qu’il fit aussitôt.

Alors qu’il lui expliquait alors que ce parchemin recelait simplement un petit cours sur l’application d’un poison d’engourdissement sur des armes, la jeune femme ouvrit la bouche dans un O, comprenant alors ce qu’il essayait de lui dire depuis le début. La jeune femme sourit alors, trouvant l’individu plutôt amusant. Aimi posa une main sur son menton, faisant mine de réfléchir.


« Je vais peut-être pouvoir t’aider ! Enfin, je ne suis pas adepte du domaine des poisons, mais j’ai lu beaucoup de choses et je m’y intéresse aussi ! Je suis Chiwa Aimi, Genin et médecin d’Iwa, et toi ? »

Elle essayait de le mettre en confiance, sinon elle aussi se retrouverait encore plus embarrassée et ils n’arriveraient pas à s’échanger des paroles logiques. Elle fit mine de regarder les étagères et cherchait un livre précis sur les poisons. Elle l’attrape et le tendit au jeune roux.

« Je suppose que je ne t’apprendrai pas quelque chose de nouveau, mais les poisons sont à manier avec beaucoup de précautions. En effet, une goutte d’une toxine visant à contaminer tout un village pourrait réduire celui-ci à néant. Je sais aussi qu’il y en a plusieurs types, ils peuvent être indolores, invisibles à l’œil nu. Ils peuvent mettre du temps à faire effet, ou être mortel très rapidement, ou paralyser, comme tu en parles… Enfin, il y a tellement de choses à savoir, même-moi, je découvre ce domaine. Peut-être que tu pourrais aller voir le Docteur Borukan Muramasa, il est aussi le directeur de l’académie, il s’y connaît bien mieux que moi là-dessus, mais je ne crois pas qu’il soit disponible là. »

La douce se sentait un peu inutile en ce moment même, elle aurait aimé pouvoir l’aiguiller davantage, mais elle se contentait de lui montrer cet ouvrage. Par contre, concernant les antidotes, elle pourrait peut-être l’aiguiller un peu plus. Elle leva le doigt, tel un digne professeur, elle essaierait de l’aider avec toutes les connaissances qu’elle possédait.

« Une fois que tu auras le poison, tu pourrais faire l’antidote. Car, pour réaliser celui-ci, tu auras besoin du poison en question à l’état brut pour pouvoir créer le remède avec des plantes par exemple. Sur cette étagère, tu as tous les livres qui mentionnent les plantes, il y a aussi un apothicaire dans le coin commerçant dédié à la médecine, peut-être qu’y aller pourrait te faire une idée de ce dont il y a dans les livres, peut-être même que le gérant pourra t’aider, il est très aimable. D’ailleurs, il m’a prêté un ouvrage très intéressant, je te partagerai mes connaissances quand je l’aurais finis ! »

Elle repensait maintenant à sa demande précise, concernant les armes et le poison, elle n’avait pas pensé à ce genre de chose, mais c’était très ingénieux. Elle voyait les poisons en gaz, les venimeux dus aux morsures d’animaux, mais les appliquer sur des armes, c’était très ingénieux.

« Peux-tu m'en dire plus sur ta façon de te battre ? Enfin, tu souhaites utiliser ton poison sur des armes si je comprends bien ? Je n'y avais même pas pensé ! Ça m'intrigue beaucoup ! Oh, et si tu as des questions, n'hésite pas, j'essaierai de te répondre au mieux. »

C'était fou comme Aimi pouvait se montrer bavarde lorsqu'il s'agissait de son domaine de prédilection, elle pouvait en parler durant des heures, elle espérait qu'il ne se sente pas étouffé ou agressé par sa personne...




Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 13:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 12:35
Le flux de paroles submerge littéralement Azuma, qui n’a jamais été un grand causeur ! en dehors de ses domaines de spécialisation, bien évidemment. La jeune femme est serviable, amicale et de bonne intention ; mais elle ne s’arrête pas une seule seconde ! Au point qu’en peu de temps, une question en est devenue dix, et que l’ensemble fait ricochet dans la malheureuse cervelle de notre introverti, qui ne sait plus par où commencer pour lui répondre. La gêne se matérialise peu à peu sur son visage qui change frivolement de couleur, d’un blanc pâle à un rouge pivoine des champs. Ses épaules se ramassent, il se sent comme écrasé ! Et s’il ne répond pas assez vite ; va-t-elle se fâcher ? Être déçue et tourner les talons ? Son inaction risque-t-il encore une fois de lui faire perdre le fil de cette action ?

Prenant son courage à deux mains, espérant interrompre le torrent de paroles qui le balaie tel un tsunami, il balbutie quelques mots pour mettre de l’ordre dans cette conversation et dans sa tête.

» Je … je suis Azuma Kagerou … et je viens du Temple de la Terre … . Je suis aussi Genin.

La présentation mériterait un peu plus de punch, de vie, d’entrain ! Enfin … quand on connaît le bonhomme et qu’on est prêt à faire preuve de patience, on sait qu’il n’a rien de méchant. Tout au plus, il faut calculer sa dialectique et laisser quelques temps de pause pour qu’il puisse glisser une ou deux réponses dedans.
Présentant le fonds documentaire de façon érudite, Aimi démontre qu’elle est une habituée des lieux. De toute évidence, elle a pris la médecine au sérieux, et compte s’y plonger à corps perdu. Ce qui paraît étrange, ce sont ces quelques bleus superficiels toujours apparents sous-cutanée à quelques endroits. Qui a dit que les Medics-Nin n’allaient pas sur le front … . Lui présentant son monde, elle livre également une information des plus précieuses pour le marionnettiste : le directeur de l’Académie, un certain Bokuran Muramasa, serait un spécialiste sur une large palette de domaines médicaux et associés. Le rencontrer serait certainement une belle opportunité d’en apprendre plus ! Mais pour le coup, cela ne fait qu’augmenter le rythme cardiaque de notre ami. Rencontrer le maître des lieux en personne ?! Il a tout fait pour ne pas se faire remarquer pendant son séjour à l’Académie, et il ne tient pas à figurer dans le registre des gens étranges à surveiller de près … .

Le fait de savoir l’existence d’un apothicaire en centre-ville est également une information des plus précieuses ! Assez étrange, car en vadrouillant ces derniers jours, Azuma n’a pas remarqué l’estimée boutique du personnage. Sans doute son attention était-elle dirigée vers d’autres intérêts, alors que le poison et la santé ne faisaient pas partie de ses priorités immédiates. Il sait donc où se rendre prochainement pour trouver des réponses à certaines questions. Maintenant, il tient à profiter de la présence de la Chiwa, qui semble ouverte à l’échange de connaissances et à lui expliquer moult chose sur ce domaine obscur.
Quand elle l’interroge sur ses compétences, le Kagerou fait une mine gênée. Le Genin aux cheveux rouges n’est pas habitué à échanger aussi longuement, et sa naïveté l’a déjà amené à livrer tous les secrets d’une de ses marionnettes il y a peu ; à Yanosa. Tiens, Yanosa ! N’est-ce pas lui qui avait mentionné le nom de la demoiselle un peu plus tôt ?

» Pour le coup, c’est un cadeau et je ne sais pas vraiment comment l’utiliser correctement … . Je suis marionnettiste, et je suppose que le mécanisme permet d’enduire les armes de mes pantins de ce type de poison … .

C’est une supposition tout à fait exacte en l’occurrence, mais qui révèle l’ignorance de l’ancien locataire monacal. Il n’a jamais exploré ce domaine, pas même dans ses pensées les plus enfouies. Par conséquent, il se trouve dans une situation quasi-similaire à celle d’Aimi, si ce n’est pire ! Mais cette possibilité d’en découvrir les tréfonds devient intéressante, et à la surprise générale, c’est le gringalet qui pose une question maintenant !

» Ce poison pour engourdir peut être pratique pour mes techniques. Mais j’ignore s’il existe des poisons plus virulents ! Est-ce que tu sais si certains peuvent cibler des organes précis ? Ou affecter sur une plus large zone ? Ce genre de poison doit être dangereux et très contrôlé, non ? J’espère qu’il en existe déjà des antidotes … .

_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 13:58


Prévoir le pire, déjouer le meilleur.




Alors qu’elle avait déballé son attirail de paroles sans prendre en compte le pauvre iwajin en face d’elle qui semblait se décomposer au fur et à mesure, son visage passant de la neige à un rouge tomate. Il semblait se recroqueviller légèrement, Aimi avait l’impression de lui avoir fait peur. Elle se claqua mentalement se disant que son enthousiasme pouvait faire peur… Elle posa ses bras devant lui et les secoua, légèrement paniquée.

« Excuse-moi si je vais trop vite, ce n’était pas mon intention de t’embarrasser… Gomen… »

Le visage abattu, elle espérait qu’il n’allait pas fuir face à tant d’enthousiasme de sa part. C’est alors qu’il se présenta simplement et timidement. La douce soupira, rassurée de voir qu’elle ne l’avait pas traumatisé de toutes ses paroles. Elle hocha la tête silencieusement, ne souhaitant pas le couper dans ses réponses, elle serait patiente avec lui. Il semblait donc assimiler toutes ses explications, elle espérait vraiment pouvoir lui venir en aide ! Puis elle s’attarda sur sa personne, essayant de comprendre quel était son type de domaine, très curieuse, comme toujours. Il lui expliqua alors que cet étrange parchemin était un don et qu’il ne savait pas s’en servir. Il lui apprit alors qu’il était marionnettiste et qu’il comptait utiliser ce parchemin pour imbiber les armes de ses pantins. Elle réfléchit alors quelques secondes, trouvant cette idée vraiment très intelligente, la rousse n’aimerait pas alors se faire toucher par une arme qui pourrait être empoisonnée, cela pourrait drastiquement changer la donne lors d’un combat. Ce fut surprise, qu’Aimi l’écoutait alors lui poser des questions très pertinentes, la douce connaissait déjà la réponse, lui ayant déjà expliqué précédemment à quel point un poison pouvait être très dangereux en fonction de ses composants.

« Et bien, je n’avais jamais entendu parler des marionnettistes ! Tu es le premier que je rencontre, c’est un domaine très intéressant Azuma ! »

Elle lui sourit, essayant de simplement le mettre plus à l’aise, alors qu’ils conversaient sur ces capacités très originales.

« Il est certain qu’il existe des poisons beaucoup plus virulents, c’est peut-être même pour ça qu’il y a pas beaucoup de livres là-dessus. Je sais qu’il y a aussi des toxines à visée anesthésiante, capable d’endormir quelqu’un. » Elle prit une petite pause, ayant compris qu’elle devait se montrer plus douce, puis reprit. « Et il est possible qu’en fonction des composants du poison, certains, injectés à un endroit précis, visent à attaquer un organe précis, j’en suis même certaine. Ce sera à toi de découvrir les différentes manières de créer un poison pour tes marionnettes. » Elle marchait alors doucement se déplaçant sur sa gauche afin de s’appuyer sur une table placée pour étudier puis croisa les bras, qui lui faisait encore un peu mal, la douce grimaça légèrement et reprit un visage neutre, ne voulant pas qu'il la voie douiller. « Et je pense qu’il existe forcément des antidotes pour chaque poison que tu réaliseras, les ingrédients par contre… Je sais qu’il faut principalement le poison en question et ensuite, il faut tester en mélangeant plusieurs plantes ou produits, je pense. Il faudra réaliser pleins de tests, et surtout être très vigilant et ne pas se blesser avec une arme imbibée ! »

L’Eisei nin lui adressa un sourire léger, elle savait qu’il n’était pas bête et qu’il devrait faire attention. Elle se tut quelques instants, espérant qu’il avait bien assimilé toutes ses paroles, elle pouvait vraiment parler énormément. La douce était maladroite, mais savait lire sur le visage des gens, comme on pouvait lire aussi facilement en elle, alors elle tentait des approches plus douces et moins « agressives ».

« J’espère que je ne vais pas trop vite, encore une fois, ah ah… Excuse-moi, je sais que je peux vite m’emporter. Moi-même, je m’intéresse depuis peu aux soins des plantes, aux diverses façons de guérir autrement que le ninjutsu médical et le poison est un sujet très large qui m’interpelle beaucoup. »

Ses paroles étaient très solennelles, elle se montrait polie et ne souhaitait pas paraître envahissante non plus, ayant compris qu'il pouvait être facilement s’embarrasser. Cependant, elle ne lui cachait pas que si elle pouvait en apprendre plus, et ce, en l'aidant dans ses recherches, ce serait vraiment bien. Ses pensées retournèrent sur ses marionnettes, elle l’analysait discrètement, pleins de questions à la tête.

« Cela ne doit pas être évident de confectionner des pantins, tu te sers d'elle pour te battre ?»

Une simple question, elle savait que parler de son domaine de prédilection l'aiderait à se mettre plus à l'aise et la curiosité de l'épéiste de la Roche faisait qu'elle voulait en savoir plus sur ce type de pratique.


Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Dim 12 Mai 2019 - 9:53
L’instant de panique est passé, mais Azuma ne peut pas garantir de ne pas continuer à perdre des cheveux ! Depuis qu’il a reçu ce don exceptionnel, il se pose naturellement de nombreuses questions sur son usage, qu’il veut ciblé et pratique. De cette discussion, il obtient donc beaucoup ! Le fait de savoir que d’autres poisons sont possibles ne fait qu’étendre sa palette déjà bien grande. Un ravissement, pour un chercheur et perfectionniste comme lui !
Pourtant, cela ne fait que venir avec davantage de doutes et de questions. Le poison est-il moralement utilisable en situation de combat ? S’il empoisonne quelqu’un, doit-il avoir l’antidote sur lui au cas où ? Et que fait-il s’il blesse malencontreusement un allié ? Rien de tout cela ne le rassure, et plus il en apprend, plus il se demande s’il peut se permettre d’aller dans une telle voie.

La jeune Aimi ne lui fait pas de reproche sur son intention d’utiliser des drogues. Sans doute est-elle aveuglée par son amour pour la science sous toutes ses formes, ou trop intriguée par la rencontre avec un marionnettiste – homme aux étranges talents et à la présence masquée. Elle fait remarquer son propre intérêt pour les plantes ; son art de la médecine la contraint sans doute à s’intéresser à ce genre de chose. Ce pourrait être le début d’un partenariat fructifiant ! encore faut-il qu’elle accepte de travailler dans ce domaine … . Et tout d’un coup, la timidité de notre Kagerou revient à la charge. Oser lui faire une demande serait sans doute de trop. Après tout, elle vient de lui fournir bon nombre d’informations sans contrepartie. Poser la mauvaise question pourrait ruiner cette nouvelle relation, et renvoyer notre rouquin à l’âge de la méditation en monastère.

La question sur les marionnettes semble ridicule, mais Azuma n’ose pas relever. Il n’est pas doué pour les piques et remarques cinglantes, lui qui a pris habitude d’en être la cible. Mais en soi, à quoi peut bien servir une marionnette pour un ninja si ce n’est pour combattre ?! Ce n’est cependant pas une raison pour se moquer. Parfois, on est victime des colibris, et il est temps d’être considéré en tant que tel !

» Oui … c’est vrai que ça prend beaucoup de temps … c’est quelque chose d’assez compliqué à monter …

Cette discussion prend la tournure de celle qu’il a eu avec le Guerrier rouge quelque temps auparavant ! Il avait disserté pendant un temps avec ce dernier, se retrouvant même de force, à l’extérieur, à faire une démonstration qui lui avait presque coûté sa tête et sa marionnette ! Quelque part, notre jeune homme se dit qu’il ne court pas ce même risque avec son interlocutrice. Dans le même temps, il garde à l’esprit qu’il ne veut pas tout dévoiler une nouvelle fois ! Il serait périlleux que les mécanismes dissimulés de ses créations fuitent et lui coûtent une mission, voire la vie.

» D’ordinaire, avec les différents mécanismes et le temps d’apprentissage pour les utiliser correctement … il faut … un minimum de trois mois, je dirais.

Un temps considérable ! C’est d’ailleurs pour cela que l’ancien locataire des moines de cette terre n’a fait jusqu’à présent qu’une seule mission. Le reste du temps, il le passe dans son entrepôt-atelier-maison et au marché pour trouver de nouvelles pièces. Récemment, il espérait trouver quelque chose qui puisse l’aider à rééquiper automatiquement les bras articulés de sa création. Mais pour l’instant, rien de nouveau … . Cela prendra certainement un peu de temps.
Sa volonté de cacher certains traits de son identité ne doit pas pour autant l’afficher comme quelqu’un de malpoli. Cette jeune femme lui a apporté une aide précieuse, et si le temps le permet, il espère pouvoir collaborer plus étroitement avec elle. Ses informations et connaissances seront aussi utiles pour ses futures créations, qui sait ! Pus tôt Azuma s’était fait la réflexion de don désintéressé de sa part ; sans doute est-il temps de proposer une contrepartie adéquate ? Sera-t-il capable de faire cette offre de vive voix … .

» Heu tu - - tu m’as bien aidé, merci … Je peux te proposer .. heu, un café ?

Il l’a dit, félicitations !! Notre Kagerou devient un homme adulte !
Attends ; c’est pas une demande de rencard, quand même ?!

_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Dim 12 Mai 2019 - 16:18


Prévoir le pire, déjouer le meilleur.




« Enfin, surtout, n’oublie pas que peu importe le poison que tu utiliserais, il faudra en connaitre l’antidote… Cela serait malheureux qu’il arrive un accident ! »

La douce kunoichi de la rose préférait appuyer une nouvelle fois cette idée, il était important qu’il sache dans quoi il se lançait et qu’il pense à toutes les éventualités. Ensuite, la jeune femme s’était intéressée aux capacités du jeune homme timide, même si ses questions pouvaient paraître très évidentes voir logiques, c’était un bon moyen pour faire la conversation. La douce penchait sa tête sur le côté, très curieuse de ce qu’il répondrait, peut-être qu’il lui ferait remarquer que c’était logique… Mais non, rien ne vint, il ne semblait pas rétorquer à ses paroles hypothétiques. Il répondit qu’en effet, cela prenait du temps et que ce n’était pas aisé de monter une marionnettiste et la jeune femme le croyait. La douce donnait déjà beaucoup de patience dans ce qu’elle entreprenait à l’hôpital et se disait que cela devait être pareil dans la fabrication de ces pantins. Il semblait rester évasif dans ses réponses, était-ce l’embarra ou le fait de vouloir garder le secret de ses dons pour lui ? Les deux étaient honnêtes. Il revint à la charge en lui expliquant qu’il existait divers mécanismes et qu’il fallait un certain temps pour apprendre chacun d’eux.

L’Eisei Nin hochait positivement de la tête, l’écoutant sérieusement, il disait que cela pouvait durer trois mois et elle était surprise, ne pensant pas que cela pouvait prendre autant de temps. La rousse trouvait cela très honorable de sa part, de donner autant de temps dans la confection de ses « compagnons » d’armes. Il était très passionné, elle n’en doutait pas une seule seconde. Un silence naquit entre les deux avant qu’il prenne de nouveau la parole pour la remercier de son aide et de ses conseils, elle était très contente d’avoir pu être utile, elle qui pensait lui avoir fait peur. Étonnamment, il lui proposa par la suite de prendre un café en sa compagnie. La Chiwa ne cacha pas sa surprise, elle qui pensait qu’il allait prendre les jambes à son coup et s’enfuir sans attendre. Il semblait lui-même étonné de sa question, comment devait-elle l’interpréter ? Elle croisa ses mains faisant mine de réfléchir, elle ne voulait pas l’envoyer bouler non plus, et voulait le rassurer en même temps. Elle pourrait en profiter pour lui proposer une collaboration ? La jeune femme aux longs cheveux vermeil hocha de la tête en souriant.
.

« D’accord ! Mais à deux conditions ! La première, je prendrai un thé ! La seconde, nous pourrions discuter du poison et d’une éventuelle collaboration si cela te dit ? »

La Genin de la Roche sourit de nouveau, tout était d’opportunité à travailler avec des camarades pour s’améliorer. Elle fit signe de la tête de la suivre quittant la bibliothèque pour trouver un endroit où il pourrait s’hydrater tout en conversant. Non loin de l’académie se trouvait une petite rue où ils tomberaient sûrement sur un lieu adéquat. Durant leur marche silencieuse, la jeune femme réfléchissait déjà à comment entamer le sujet. Une question lui vint à l’esprit.

« As-tu entendu parler du Rentanjutsu ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Dim 16 Juin 2019 - 0:57

Très étrangement, la proposition est acceptée ; ce qui place Azuma d’autant plus dans l’embarras ! D’après ses lectures sur les relatons sociales et courtoises, il était évident d’offrir un cadeau ou un instant de détente en remerciement pour un service rendu. Mais la théorie est toujours à la stratosphère de la pratique ! Et autant il avait trouvé on ne sait où le courage de cette invitation, mais maintenant qu’elle est acceptée, il ne sait pas vraiment où se mettre !
La jeune femme a certainement conscience de cette peur panique qui envahit le nouveau Genin d’Iwa. Avec sourire et douceur, elle lui propose de changer de boisson – pourquoi pas – et d’en profiter dans une échoppe à proximité. Après tout, la chose convient parfaitement, les consommations en bibliothèque étant fort peu recommandées de peur qu’un accident n’abîme un ouvrage. Apprécier cet instant à une bonne table pour parler de … poison ?! On est toujours dans la théorie et non dans la pratique pas vrai ?! Sinon, la « pause-café » pourrait bien mal finir !!

Répondant à ce sourire radieux par une grimace contrite et coincée, les deux jeunes gens abandonnent là leurs occupations respectives, et empruntent le chemin de la rue passante qui introduit la bibliothèque dans le quartier. Les environs sont assez vivants, les gens vaquent inconscients à leur quotidien sans s’interroger sur qui ils croisent, ni ils les reverront au lendemain à la même heure. Il ne faut pas oublier que, malgré les nombreux civils zonant dans les environs, une partie importante de ces individus sont des ninjas prêts à se mettre en danger au quotidien. Un bien curieux mélange, quand on sait que la paix vit sur le financement de contrats martiaux ; et vice versa.

Se laissant entrainer, ne doutant pas que la jeune femme sait où elle veut aller, Azuma se contente d’emboîter le pas et de chercher désespérément du regard une anomalie ou un fait divers faisant office de sujet de discussion. Restant quelqu’un de très renfermé, il n’est pas du genre à engager la conversation ; en particulier avec une fille, même si à la réflexion cela ne change pas grand-chose. Sa personnalité est à l’opposé de ce que devrait être tout jeune adulte s’assumant un minimum : ouvert, curieux, et interactif avec son entourage. Cette offre de café est sans doute le piège qui le révèlera l’évidence même. Il n’est pas fait pour tailler bavette autour d’une tasse, d’une touillette et d’un mini chocobon.
Preuve en est que c’est bien Aimi qui entame la conversation ! Après avoir abordé la thématique du poison, de quoi peut-elle bien vouloir parler ?! En réalité, c’est assez étrange ! Le marionnettiste s’attendait à être perçu comme un psychopathe pour avancer cette hypothèse pratique sur le champ de bataille ; et c’est finalement elle qui remet le couvert ?! Qui est le vrai psychopathe dans cette affaire ?!

Le propos avancé n’augure pourtant rien de bon. Car, à moins d’avoir mal entendu ce qui vient d’être dit, le Kagerou n’a pas compris un seul instant de quoi il s’agissait … . Le Rentan Juce ? Une … boisson locale, sans doute ? N’ayant aucune idée de quoi il retourne, il n’y a pas grand-chose à dire, si ce n’est soulever la juste question et tâcher d’en apprendre un maximum sur les coutumes locales et cultures étrangères.

» Huuumm … C’est un gâteau, non ?

… Ce mec … est un abruti … .

_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Dim 16 Juin 2019 - 22:29


Prévoir le pire, déjouer le meilleur.




Ah le Rentanjutsu, cet art si grand et si mystérieux pour la jeune femme, qui le découvrait petit à petit, grâce au corbeau Borukan. Si son vis-à-vis était intéressé par le poison pour ses armes, il fallait qu'il connaisse le domaine de la concoction des toxiques, des antidotes, des onguents, c'était indéniable. Après, ce qu'il en ferait... Les deux iwajin se promenaient donc dans les rues de la cité rocheuse, tandis que le village était éveillé à son comble. Aimi resta silencieuse au début, voyant qu'Azuma n'était pas très à l'aise avec les gens, elle n'avait pas vraiment envie de le traumatiser encore une fois. C'était pour cela, que la douce rousse avait de nouveau pris la parole, lui demandant s'il connaissait le monde du Rentanjutsu. Son camarade semblait hésitant, comme s'il réfléchissait, tandis qu'il se rapprochait de la petite taverne qu'elle connaissait bien, non loin de l'académie. Quand il répondit, la Chiwa ne put s'empêcher de rire légèrement, posant une main sur sa bouche. Son innocence et son ignorance le rendaient adorable, si elle avait pu avoir un petit frère, c'était ainsi qu'elle aurait souhaité qu'il soit, pour pouvoir le protéger et être bienveillante avec lui. .

«Pas vraiment non, Azuma-san. Nous sommes arrivés, installons-nous, que je vous explique amplement. »

La jeune femme l'invita à rentrer, tandis qu'elle le suivait et qu'elle lui fit signe de se poser sur une table à part, se doutant qu'il n'aime peut-être pas être à côté d'autres personnes. La kunoichi posa ses fesses sur un fauteuil très confortable, une petite table siégeant au milieu alors qu'un autre siège moelleux était installé en face. En attendant qu'on prenne leur commande, la jeune femme porta son attention sur le jeune rouquin, en souriant doucement.

«Le Rentanjutsu est un peu le monde des alchimistes, c'est l'art de concocter des poisons, des antidotes, des baumes, des soins avec des herbes, c'est pour cela que je te posais la question. Encore une fois, Muramasa-san est un adepte dans ce domaine, je suis certaine qu'il pourrait t'aider sur bien des interrogations.»

Le serveur arriva pour leur prendre leur commande en boisson, Aimi savait déjà ce qu'elle prendrait et se permit donc de prendre la parole en premier, demandant du Seicha de Mai : un thé vert qu'elle affectionnait particulièrement pour ses touches de fraîcheur végétale et florale. Une fois que le marionnettiste prit sa commande, l'homme repartit aussitôt. La Chiwa soupira légèrement, ses deux mains jointes posées sur ses genoux, tandis qu'elle observait les lieux légèrement bondés. Le silence allait devenir pesant si elle ne faisait rien. Peut-être qu'il finirait par prendre confiance et que lui aussi aurait des sujets à proposer. En attendant, l'épéiste allait devoir se lancer.

«Alors Azuma, toi qui viens du temple de la Terre, comment trouves-tu le village d'Iwagakure ?»

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Ven 21 Juin 2019 - 1:19
Entrant dans les lieux, ne cherchant pas à décider de quoi que ce soit – ce serait trop prise de tête – Azuma suit très simplement les indications et recommandations qui lui sont faites. On s’assoit là ? D’accord. On boit du thé ? Okay. Pour le coup, c’est lui la marionnette ! Il ne contrôle absolument rien ! Non pas qu’il s’en désintéresse ou qu’il soit facilement influençable ; ce dernier point peut encore être contesté. C’est avant tout qu’il ne sait comment prendre l’initiative dans ce genre d’occasion. Toute sa vie durant, il a été fidèle et obéissant, répondant à chaque commande de la part des Supérieurs du Temple. Aujourd’hui, il ne se pose guère de question. Il attend qu’on lui confie des missions, et espère faire de son mieux. C’est encore la seule chose qu’il peut calculer par lui-même ! Une tasse de thé … les enjeux sont trop flous, et les considérations trop larges ! Il préfère encore la mission !

Prenant place là où on l’y invite, il pose mécaniquement une petite pochette à côté de lui, de la taille d’un sac en bandoulière. Ce n’en est pourtant pas un ; mais celui qui le remarque observe qu’il s’agit d’un petit sac de cuir, avec une zipette pour l’ouvrir en deux, comme un porte-monnaie. Son argent de poche pour payer sa part sans doute ? C’est tout de même étrange qu’il le sorte aussi ostensiblement.
Lorsque le serveur se présente, Aimi voit droit au but. Elle connaît les lieux, elle sait ce qu’elle veut : elle est clairement en terrain conquis ! Pour le Kagerou … et bien, le thé s’est toujours apparenté à de l’eau chaude dans lequel on met des feuilles mortes. Bref, de quoi se brûler la langue pour un goût fade qui rappelle l’automne. Pour autant, il ne renoncera pas à un café, liquide qu’il connaît et saveur amère qu’il maîtrise. D’un ton hésitant, il lève le doigt comme pour désigner une liste invisible ou obtenir l’autorisation de parler, et donne sa commande d’une voix chevrotante.

» P-pour moi, ce sera … heu … disons, un café serré ? Non, allongé. Va pour allongé …

« Va pour allongé » mais t’as pas l’air d’être sûr de ton choix, mon gars ! Un sacré phénomène, ce Kugutsu-master ! Timide, associal, renfermé, c’est à se demander pourquoi il a choisi une voie qui mène à la lutte à mort et au travail d’équipe ! Mais finalement, la façon dont le Ninja s’isole au quotidien et loin du reste de la civilisation, n’est-ce pas ce qui correspond le mieux à sa personnalité … .

La rouquine Chiwa explique plus amplement ce qu’est finalement le Ren-tan-jutsu. Ce qui devient tout de suite plus clair pour le jeune homme … qui réalise sa bêtise. Qu’est ce que ca pouvait bien être d’autre ?! Décidément, il n’est pas encore pleinement habitué à ce monde de shinobi. Ne souhaitant pas renouveler sa bourde, il est attentif aux explications qui lui sont donnés. Il va sans dire que ce domaine a l’air particulièrement complexe, et demande beaucoup de travail et d’abnégation. Ce n’est pas évident de se consacrer entièrement à une tâche, ou à une passion ; et ici, Azuma sait pertinemment de quoi il parle. Pourtant, il ne se rappelle pas d’où vient cette lubie de construire des marionnettes. Dans le même sens, on peut s’interroger sur l’esprit d’une personne cherchant à concocter des poisons … . Mais il y a un des mentors en tout ; et ici, celui qui semble tout indiqué est ce Muramasa, qui serait l’expert dans ce domaine. Être présenté sera sans doute la prochaine étape. Pour remercier la belle de cet exposé en détails, le timide rouquin lâche ses mots les plus flatteurs :

» Merci … j’espère pouvoir rencontrer ce Muramasa dont tu me parles … Tu sais beaucoup de choses ! …

……ouiiii ? Okay, c’est tout ? Alors autant pour moi pour les propos flatteurs et les compliments.
Les commandes tardent à venir ; il faut dire qu’il y a du monde. Mais c’est très inconfortable pour Azuma qui pense déjà à son atelier et à comment intégrer les conseils du jour dans sa création de demain. En levant les yeux un instant, il remarque avec stupeur que son interlocutrice est toujours là ! Non pas qu’il s’attende à son départ, mais elle est laissée ainsi dans un silence glacial entre eux, alors qu’il ne fait aucun effort pour s’intégrer ou pour animer cette conversation ! Le faire, oui ; mais comment, et à quel sujet ? C’est un mélange de honte et d’intense réflexion qui s’empare de lui. Il bataille intérieurement pour trouver de quoi discuter. Mais encore une fois, c’est l’héroïne du jour qui trouve le sujet de conversation. Elle a bien du courage ; et ce qu’elle trouve sans doute attachant deviendra bientôt juste chiant … .

» En fait … je ne sais pas vraiment comment l’expliquer. J’ai toujours vécu au Temple, et je ne connais pas les autres villages ninjas … . Je ne sais même pas combien il y en a, même si on a du me le dire à l’académie pour ma formation de base … . Mais je dirais … qu’il est vivant. Animé.

Oui, effectivement, c’est le cas ! Mais il faut y voir là une comparaison avec son lieu d’origine. Au temple, tout est solennel : du lever au coucher, de la lecture des textes sacrés à la promenade du midi. Tout est ritualisé, et donc prévisible. Un village ninja, ou un village, ou même n’importe quel autre lieu doué de civilisation, apparaît dès lors comme le point d’accueil d’un concert de Iron Maiden au Hellfest !

» Et de ton côté ? Tu es ici depuis longtemps ? Je crois que le village est récent, mais tu as certainement une histoire …

_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Ven 21 Juin 2019 - 11:36


Prévoir le pire, déjouer le meilleur.




Les deux iwajins étaient installés sur les fauteuils confortables de ces lieux chaleureux et charmants. Aimi, qui connaissait déjà bien l'endroit, avait demandé un thé, qui contrairement à ce qu'on pourrait croire, possédait des vertus intéressantes et une saveur sucrée. Parce que les choses fades, ce n'était vraiment pas son truc. La Chiwa observait Azuma prendre sa commande à son tour, toujours d'un air timide, ce qui le rendait touchant. Un café hein... La doucereuse n'avait jamais aimé ce genre de breuvage, trop corsé pour elle. Si on pouvait penser qu'en tant que médecin, qui travaille sans cesse à l'hôpital, avait besoin de se délester de cette boisson chaude, pour tenir la route, la rousse n'en avait pas besoin.

En attendant le retour des boissons, la kunoichi aux longs cheveux écarlate expliqua au marionnettiste les caractéristiques des arcanes alchimistes. C'était un monde vaste qui pourrait l’intéressait, enfin, surtout la partie poison, de ce qu'elle avait cru comprendre. Il semblait être très attentif à ses paroles et donc, l'Eisei nin s'appliquait à être la plus claire possible, ne souhaitant pas l'agresser d'informations denses. Il la remercia, espérant pouvoir rencontrer le mystérieux corbeau. Le directeur de l'académie était quelqu'un d’inaccessible aux premiers abords, mais elle était certaine que si le Kagerou faisait ses preuves, comme elle, il lui viendrait en aide. Et oui, la Chiwa savait beaucoup de choses, c'était une personne très curieuse et rigoureuse. Quand quelque chose l’intéressait, la rubiconde mettait tous les moyens en œuvre pour en savoir davantage. En tout cas, Aimi ne manqua pas de constater qu'il avait tenté, de lui faire un... compliment ? À sa façon en tout cas, et cela, lui faisait plaisir parce qu'il essayait de faire des efforts. Pour le remercie, la jeune femme lui offrit un petit sourire.


«Si tu veux, je pourrai essayer de vous organiser un rendez-vous ! Et merci, Azuma... En effet, je lis énormément et je m’intéresse à beaucoup de choses, c'est sûrement ma grande curiosité, ahah...»

L'épéiste émit un petit rire gêné, tandis qu'elle passait une main derrière sa tête. En attendant les commandes qui tardaient à cause du nombre important de clients. Les deux genin se retrouvèrent de nouveau dans une situation peu confortable. En effet, le silence régnait entre les deux iwajins et cela allait finir par devenir pesant si personne ne faisait le premier pas. Encore quelque temps auparavant, Aimi n'osait pas parler ainsi, elle était bien plus à l'aise dans la conversation avec autrui. Alors, c'était à elle de faire le premier pas, une nouvelle fois, mais elle ne lui en tenait pas rigueur. La Chiwa était très patiente. Le roux prit donc la parole. Il avait donc vécu au temple toute sa vie et ne connaissait pas beaucoup de choses concernant l'extérieur. Mais en effet, on pouvait dire que la cité était vivante et animée.

«Oh, je vois, je comprends. En effet, en tant que village commerçant et militaire, il y a un certain... dynamisme. Si tu as besoin d'en apprendre plus sur l'extérieur, n'hésite pas à te renseigner à la bibliothèque, sinon je peux aussi peut-être t'aider, je suis là pour cela, après tout. D'ailleurs, ça va, au niveau de l’intégration avec les autres shinobis ? J'ai l'impression que ce n'est pas évident pour toi.»

Aimi fut surprise de l'entendre s’intéressait à son histoire. C'était peut-être plus par courtoisie qu'autre chose, mais c'était déjà un grand pas pour l'humanité !

«Et bien, cela fait maintenant quatre années que je suis ici, avec mon père. Nous vivions dans un petit village non loin d'ici, connu pour ses champs de tournesols qui bordaient mon chez-moi. Mes parents tenaient une boutique d'armes et une forge puis n jour... ma mère est partie, à cause de la maladie. Alors nous avons décidé de venir vivre ici, afin de mieux tourner la page sûrement.»

La doucereuse lui sourit, même si ce rictus sur son visage était moins joyeux que le précédent, mais c'était un peu normal après tout. Mais la jeune femme avait avancé, ce passé était loin, même si elle ne l'oubliait guère. Le serveur arriva enfin avec leurs tasses, les déposant sur la petite table devant eux. La genin le remercia pour mélangea le breuvage un peu avant de le prendre dans ses mains, en faisant attention à ne pas se brûler. Elle approcha son nez des vapeurs qui en sortaient, s'abreuvant de cette odeur délicate, avant de souffler dedans pour refroidir un peu plus vite le thé.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Jeu 4 Juil 2019 - 2:57
Aimi présente les choses simplement, pendant que son interlocuteur boit son café en deux gorgées frappées. Sans chercher à montrer de sympathie ou de pitié, il comprend rapidement que le parcours de son invitée est à la fois hors du commun pour les gens ordinaires, et terriblement classiques pour ceux vivant dans leur monde. Une large majorité de jeunes recrues sont, pour ainsi dire, orphelins de guerre ou familles brisées par les évènements, et qui ont trouvé dans cette milice de l’Ombre une activité les détournant de leur chagrin. Ayant lui-même vécu au monastère, sans connaître ses parents ou ses origines, Azuma se retrouve clairement dans la situation que lui expose la jeune Chiwa.

Que son père tienne une boutique d’armes est en revanche une information de choix ! Pour un ninja qui cherche du matériel constamment, afin d’en équiper ses créations, il faut savoir trouver le bon fournisseur ; celui qui ne trompera jamais sur la qualité, et qui ne lésinera pas sur la quantité. Le tout à un prix abordable pour le combattant mettant sa vie en jeu à chaque mission. Il s’agit ici de trouver la perle rare. Celle qui mérite qu’on plonge dans les eaux abyssales à s’en faire crever les tympans avec pour seul but d’admirer sa beauté avant que la pression de l’eau ne fasse perdre sa vue au plongeur.
Finissant son café, essuyant maladroitement une goutte qui a refusé le grand plongeon dans sa gorge, le marionnettiste reste quelques secondes muet comme une carpe, un sourire coincé aux lèvres, sans détourner le regard mais sans savoir quoi exprimer.
Il finit finalement par lâcher prise sur quelques mots.

» Je n’ai pas connu mes parents … mais ca ne me rend pas triste .. puisque je ne les ai pas connu justement … . Perdre un être cher, je ne sais pas vraiment ce que c’est …

La réponse est maladroite malgré sa grande simplicité. Le garçon est conscient de ce qu’est le concept de mort, pour avoir assisté à des rituels funéraires au temple. Pour autant, jamais ce sentiment – qu’on lui a décrit comme unique, tirailleur et arracheur d’entrailles – ne l’a habité, ni même visité en passant. La situation serait sans doute différente si un malheur arrivait aux moines de son monastère d’origine.
Et dans le même temps, ce manque de connaissances fondamentales définit largement une part de la personnalité atypique du Kagerou.

» Ce serait un plaisir de rencontrer ton père … ou ce maître dont tu me parles. Mais pour être honnête, je me lie peu aux gens du village … . D’abord parce que je suis plongé dans mon travail. Et puis, avec notre métier, on ne peut pas espérer faire de rencontre qui se conserve sur le long terme … en tout cas, c’est ce que je pense … .

Une rationalité qu’on peut lui reconnaître, mais à la sonorité très froide ! « Pas besoin de se faire des amis, tout le monde mourra un jour ou l’autre. » Une vision bien glauque de la vie … . Cela explique certainement ce caractère détaché, et en même temps dévoué dans son travail et ses recherches. Un asocial invétéré ? …
Portant la main à la petite pochette de cuir qu’il a déposé sur la table un peu plus tôt, il en dézippe l’ouverture et se saisit d’un jeu d’écrous, de vis, et d’une petite clé. Ayant noté qu’il a déjà fini sa boisson mais que sa comparse prend son temps, il occupe ses mains – et son esprit – par quelque futilité, agissant sur lui comme une balle anti-stress … .

» D’ailleurs, je pars en mission demain … . Je dois ramener une livraison de bois pour le village … . Ce sera long, j’en aurais pour plusieurs jours, je pense … . Tu fais beaucoup de missions, de ton côté ?

_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Ven 12 Juil 2019 - 10:08


Prévoir le pire, déjouer le meilleur.




C’était à son tour de se confier sur sa vie d’antan, lui faisant part de son village natal, de la disparition de sa parente et de leur déménagement à Iwa, lorsque les reconstructions étaient terminées. De ses iris écarlate qui analysaient tout, elle l’observa effectuer de simples gestes qui le rendaient encore plus adorable, la forçant à sourire elle aussi, il semblait chercher ses mots et rapidement, la déclaration vint rapidement. Azuma lui confiait qu’il n’avait pas connu ses parents, le fait de ne les avoir jamais vu et n’avoir jamais vécu faisait qu’il ne pouvait pas ressentir cette peine qui avait parcouru la kunoichi rousse. Il ne savait même pas ce que c’était et pourtant, c’était tout aussi malheureux. Parce qu’à côté de cette souffrance qui avait ravagé la famille Chiwa, les épisodes de bonheur qu’ils avaient partagé ensemble étaient inestimables.

«Je vois, je suis désolée. Je trouve cela triste dans un sens, parce que même si j’ai été très triste, j’ai aussi eu des beaux moments de bonheur avec elle… Mais je suis certaine que tu rencontreras une personne qui te sera chère, et tu comprendras.»

Une esquisse se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle portait la tasse de thé encore chaud à ses lèvres, le côté frais et sucré vint éveiller son palais, lui faisant beaucoup de bien.. Une autre information avait attiré son attention, le roux souhaiterait rencontrer son géniteur, un maître… Si on voulait oui, dans l’art de la forge et de la fabrication d’armes. Il vendait aussi des accessoires que tout ninja aimait utiliser qu’il ne fabriquait pas, mais tout était d’une extrême qualité. Sa timidité ne devait pas aider pour se lier aux habitants du village. La première raison était légitime, il était souvent difficile de trouver du temps pour profiter avec ses camarades et renforcer les liens. Mais cela n’était pas à négliger pour autant, c’était quelque chose que la kunoichi avait appris avec le temps.

«Je me ferais un plaisir de t’emmener à la boutique, je suis sûre que tu pourrais trouver ton bonheur, et mon père est un vrai maître dans l’art des armes. Je comprends ce que tu veux dire, je suis passée par là. J’étais même pire que cela, j’étais réfractaire à tout type de relation, je restais seule, m’entraînais seule et donc personne n’avait envie de me voir. Et je me suis rendu compte, que maintenir des liens avec ses camarades n’était pas une si mauvaise idée, shinobi ou non, même si un jour tout le monde finit par disparaître. »

Parce que c’était l’évidence même, fallait-il pour autant ignorer tout cela ? Rester seul parce la faucheuse viendrait tous venir les chercher ? C’était une idée qu’Aimi avait longtemps soutenue, jusqu’à se rendre compte que la solitude devenait trop pesante. Enfin, c’était son choix. Ses pupilles carminées se posèrent sur les mains de son camarade qui jouait avec sa petite sacoche, un son métallique attira ses oreilles, , tandis que les dernières gouttes de ce thé exquis venaient de se déferler dans sa gorge. Le jeune genin semblait encore un peu stressé, même si elle essayait de le mettre à l’aise, cela semblait dominer son être.
Il changea soudainement de sujet lui racontant qu’il partait en mission demain.


«Une mission ? C’est bien ça. Pour ma part, j’ai réalisé qu’une mission, mais une très importante ! J’ai eu beaucoup de responsabilités, j’ai dû gérer les soins de blessés à cause d’un effondrement, c’était très fructifiant. J’espère pouvoir en faire d’autres bientôt. Bon courage à toi pour cette mission. »

Mains posées sur ses cuisses, son visage tourna à droite et à gauche, ils avaient terminé leur petite boisson chaude. La rubiconde ne savait pas combien de temps était passé depuis qu’elle avait rencontré le jeune marionnettiste, mais même s’il était sur la réserve, elle appréciait converser avec lui.

«Veux-tu que je te montre où est la boutique de mon père ? Je vais devoir rentrer de toute façon, je pense ! »

Une simple proposition, autant une pierre deux coups. Comme ça, s’il avait envie d’observer les articles vendus ou demander des conseils à son paternel.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kagerou Azuma
Kagerou Azuma

Prévoir le pire, déjouer le meilleur Empty
Jeu 2 Jan 2020 - 2:47
La compagnie de la jeune femme est des plus appréciables. Bon ; on ne peut pas dire que le Kagerou se fasse à cette nouvelle relation, au point de se sentir à l’aise ! Mais il fait des efforts, et l’interlocutrice est patiente. Elle a remarqué très rapidement la timidité qui caractérise le marionnettiste et s’est adaptée à cette personnalité recluse et timide. L’inviter à boire le thé n’est qu’une nouvelle étape dans la création d’une relation sereine et sincère, sans plan secret ou dissimulation d’aucune sorte. Occasion rare dans un monde où tromperie et intérêts personnels sont si présents dans l’ombre … .

Partageant son expérience vis-à-vis de sa mission, Azuma prend bien conscience que les deux jeunes ninjas sont à peu près du même bois. Un passé un peu replié sur soi-même – bien que cela ne semble plus être le cas pour la demoiselle, une faible expérience en ce qui concerne le rôle du shinobi ; et la volonté de découvrir ce monde, sans pour autant se mettre en situation délicate. Avec des efforts et un peu plus d’ouverture et d’implication personnelle, sans doute pourrait-il ressembler à la jeune Aimi, et s’intégrer plus facilement à cet univers nouveau ? Cette mission pourrait d’ailleurs en être le point de départ.

» Je ne suis pas sûr d’avoir le niveau pour une telle responsabilité … . Mais le village m’a sans doute assigné cette mission pour évaluer ce critère précis … . Je ferai de mon mieux en tout cas. Merci pour tes encouragements … .

Faisant mention de la fin de la dégustation et de la proposition de rendre visite à son père, la Chiwa donne le signal pour un potentiel changement de décor. D’instinct, comme pris de panique, Azuma se redresse machinalement au point d’en faire tomber sa chaise ! Dans le même état de perdition, il pose sans ménagement ce qu’il triturait de ses doigts sur la table, pour se pencher et redresser le mobilier qu’il vient de renverser.
La petite mécanique qu’il tripotait depuis tout à l’heure a pris une étrange forme depuis. Deux écrous s’articulent sur une pièce centrale, tandis que deux petites pièces munies d’un ressort se rejoignent. Le tout prend une allure très sommaire, mais pourtant travaillée. Un passe-temps ou une véritable construction ? Peut-être un mécanisme prévu pour une future marionnette … . On peut en tout cas maintenir que le jeune homme est habile de ses doigts pour avoir créé cela tout en maintenant la discussion. Enfin … « survivant » à la conversation serait plus juste, étant donné son état d’esprit.
La proposition semble être la cause d’un tel débordement d’énergie dépourvu de coordination cérébrale. Balbutiant de nouvelles paroles, l’homme se fait aussi compréhensible que possible.

» Désolé, je … avec la mission de demain … des préparatifs … revoir la route … j’ignore si j’ai vraiment le temps de …

La bricole est rapidement récupérée et disparaît dans la petite sacoche à zipette mentionnée plus tôt. Réajustant la place de la chaise, se raclant la gorge, le rouquin réassemble ses esprits, réorganise ses pensées et ajuste sa posture plus droite. Un sourire timide pour montrer que, malgré les possibles progrès de cette agréable promenade, sa personnalité reste désespérément la même. Il a pleinement profité de cette rencontre, et sait qu’il pourra compter sur la jeune femme à l’avenir, en tant que conseillère … en tant qu’amie ? Quoi qu’il en soit, et même s’il est temps de se séparer, elle mérite sa gratitude.

» Je dois me préparer pour mon départ prochain … . Rencontrer ton père sera un plaisir auquel je ne manquerai pas à mon retour … . Mais je dois penser au plus urgent pour l’instant. J’espère que tu comprends … .

Portant sa main dans son dos, il en ressort quelques pièces qu’il pose sur la table afin de payer l’addition. Il y a largement de quoi payer la totalité des consommations. L’homme tient à inviter celle qui lui a fait découvrir ce charmant endroit. Et étant donné qu’il n’a pas été capable d’aligner plus de trois mots correctement de tout ce temps passé avec elle, se rattraper par ses actions est sans doute ce qu’il y a de bien mieux à faire.

» … Et je serai très heureux que l’on se revoie à mon retour de mission. Si tout se passe bien …

Une intention honnête. Une nouvelle rencontre, une belle amitié possible. Si Azuma apprend à la cultiver et à s’ouvrir à l’avenir.


_________________
Prévoir le pire, déjouer le meilleur Pnj_fe11
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5964-kagerou-azuma-simply

Prévoir le pire, déjouer le meilleur

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: