Soutenez le forum !
1234
Partagez

Début d'un Empire

Yamanaka Jun
Yamanaka Jun

Début d'un Empire Empty
Mer 22 Mai 2019 - 20:33

Ses pas résonnaient lentement à mesure qu’il se déplaçait à travers les ruelles étrangement silencieuses, seul le clapotis de ses bottes contre la fine couche de boue se faisant entendre alors que quelques heures plutôt le village tout entier résonnait des cris déchirant de la Bête, de ses adversaires et de ses victimes. La lune déjà bien haute dans le ciel restait inchangée, comme si aujourd’hui avait une journée comme les autres.

Combien étaient morts ? Il n’en savait encore rien. Mais les dégâts avaient semblé être d’une ampleur inouïe alors qu’ils avaient survolé le village et le monstre qui les menaçait. Kiri à peine remis d’une guerre civile qui avait coûté la vie à nombre d’entre eux s’était vu de nouveau acculé, soumis encore une fois à la violence qui existait en dehors de ces murs et que la hiérarchie semblait vouloir oublier à les garder de la sorte enfermés.

Quels idiots. Plus actifs, les Kirijins auraient possiblement pu être davantage mieux préparés dans leur combat contre le Dieu de l’Eau et ces shinobis à la puissance terrifiante qui étaient venus l’épauler dans son offensive, mais aussi face aux mercenaires qui avaient envahi leur village deux semaines et demi auparavant. Sous-préparés, une bonne partie des effectifs avait payé le prix de ces erreurs. Quoi de plus surprenant quand un village employait ses ressources à accomplir des tâches plus ridicules les unes que les autres.

Il avait décidé de jouer le jeu de ces incompétents jusqu’à présent mais c’en était fini. A présent il ne suivrait que ses propres règles. Et bien qu’il devrait continuer à faire bonne figure, il suivrait enfin sa propre voie... et tenterait d’entraîner à sa suite autant de shinobis que nécessaires, pour peu qu'ils le méritent. Si le village n’était pas apte à les préparer au monde extérieur, il les préparerait lui-même et ferait en sorte de cultiver leurs talents pour leur permettre à terme d'accomplir leurs propres objectifs.

Arrivé au port, la légère brise qui soufflait depuis la mer lui donna un léger frisson, son corps se contractant au contact de la fraîcheur de la nuit alors qu’il admirait les flots enfin calmes de la baie … et les innombrables débris qui y flottaient. La flotte principalement marchande amarrée avait subit de lourds dégâts, et en se rétractant suite au incessants raz-de-marée, les eaux avaient emportées avec elles bien des choses …

Remontant la jetée, il s’arrêta finalement devant un bâtiment. Ravagé comme tant d’autres, l’enseigne partiellement arrachée pendant sinistrement sur le côté. Plusieurs pans de la façade étaient ouverts, le Yamanaka en profitant pour y rentrer. Qui à cette heure et vu l’état de la bâtisse viendrait l’en empêcher ? Invoquant son plus jeune animal, celui-ci dû sentir la solennité du moment, probablement informé du massacre par son aîné retourné sain et sauf au Nid à plusieurs centaines de kilomètres de là.

Akifumi:
 

Se positionnant sur son épaule, celui-ci se rendit utile, sortant une petite lampe à huile de son sac et la tenant devant eux afin d’éclairer leur chemin. Silencieux, le Yamanaka avança avec assurance, la boue de ses bottes claquant contre le bois mouillé alors qu’il n’hésitait dans son avancée que lorsqu’il devait éviter un obstacle. Bon nombre de salles s’étaient effondrées sous les flots et autres projections, mais son chemin restait clairement tracé. Montant à l’étage il arriva devant une porte qu’il crocheta sans soucis avant d’ouvrir dans un grincement lugubre.

S’avançant en direction du bureau, il ouvrit le tiroir de droite, en sortant les quelques affaires afin de s’intéresser de nouveau au tiroir maintenant vide. Activant le mécanisme caché, il souleva la petite plaque de bois qui s’était détachée pour révéler le double fond et plus particulièrement son contenu. Tendant la main, il attrapa le carnet de cuir, témoin d’une vie frauduleuse dont son propriétaire avait suffisamment profité jusqu’à maintenant. Car il avait en effet eu affaire à lui par le passé ... ou plutôt son subalterne qui lui avait tout révélé malgré lui.

Alors en mission pour une énième fois au sein de Kiri, il s’était retrouvé à surveiller un entrepôt non loin afin d’en garder une cargaison d’armes en vue de leur export le lendemain pour les îles côtières alentours. Le but d'une telle cargaison ? Armer au mieux les populations pour qu’elles puissent plus facilement se protéger des bandits que Kiri ne jugeait visiblement pas être de son devoir d’éradiquer plus que de raison. Mais un cadre de la compagnie dans laquelle il se trouvait cette nuit et qui était en charge du transport avait engagé sa propre main d’œuvre, décidé à détourner la cargaison appartenant pourtant aux autorités Kirijines. Des directives qu’il avait appris plus tard comme provenant de son supérieur, qui avait évité les accusations en négociant un accord avec des bureaucrates corrompus.

Quel genre d’homme revenait sur sa parole de la sorte. Le Yamanaka se savait narcissique et prêt à tout pour réussir. Cependant même lui avait un tant soit peu d’honneur pour ne pas voler le pain aux démunis, surtout quand la raison de ce manquement n’était motivée que par le désir du profit. Le carnet dans ses mains, il défit la ficèle reliant le manuscrit avant de le feuilleter. Fournisseurs et clients principaux, routes maritimes, notes sur la durabilité et les conditions de transport des différents types de bien, toute une vie d’expérience y étaient accumulées. Se permettant un petit sourire en arrivant sur les parties moins légales de son opération – officiers à soudoyer, contacts de mercenaires et contrebandiers principalement-, il referma l’ouvrage.

- Assure-toi que plus rien ne soit utilisable. Une fois fait, tu pourras rentrer auprès des tiens. Bonne nuit Akifumi.

Le messager acquiesçant et quittant son perchoir, le Yamanaka sortit du bâtiment alors que derrière lui il commençait à entendre les échos de la destruction du cadet des hiboux. Après tout, il valait mieux s’assurer que la concurrence ne puisse jamais se relever quand on débutait une affaire. Finissant sa marche sur la jetée du port, il admira une dernière fois la mer avant de se retourner en direction des bâtisses écroulées situées aux extrémités et bien plus touchées que le reste. Ici conviendrait bien. Mais pour ce faire il aurait besoin d’aide.

Rentrant chez lui alors que le ciel commençait à se couvrir et que le village replongeait dans l’obscurité. S’asseyant enfin à son bureau en tâchant de ne pas réveiller sa sœur, il se mit enfin au travail. Une chose était sûre : la nuit allait être longue. Mais peut-être en vaudrait-elle le coup.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5218-yamanaka-jun#41172 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t7417-yamanaka-jun-carnet-de-route-uc

Début d'un Empire

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: