Soutenez le forum !
1234
Partagez

Evolve

Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Evolve Empty
Dim 26 Mai 2019 - 16:54
Les forts vivent.

Les faibles disparaissent, balayés de la surface de la terre comme de vulgaires insectes, la mémoire oublie même les membres de la famille. Vivre n'est pas un cadeau mais un fardeau, mourir est surement la solution de facilité. Dans un monde ravagé par des conflits, par des guerres incessantes, la vie d'un shinobi ne vaut rien. Ils ne sont que des civils dotés d'un pouvoir en plus, comme dans la vie sauvage, la faune s'adapte ou disparaît. Les espèces trop faibles, les prédateurs se reposant sur des lauriers, tout est amené à changer aussi rapidement que subitement. La nature ne fait aucun cadeau, la nature est inébranlable ne laissant aucunes traces des espèces disparus. Les ossements, tout ne fait que suivre un cycle établi et qui ne changera pas, personne ne peut s'opposer aux fondements de la société, aux fondements même du monde. Foutaises, foutaises! Alors quoi, accepter son sort et se rechigner à disparaître du jour au lendemain? Non, non ce n'était pas son mode de vie, ni celui qu'elle voulait adoptée pour son futur proche. Il n'y aurait pas de retour en arrière, elle avait affrontée en quelques temps plus d'adversaires et d'épreuves que dans l'ensemble de sa vie et cela continuerait encore pour un moment. Car tant qu'elle vivrait, tant qu'elle respirerait l'errante ne s'arrêterait guère de guerroyer et de vagabonder sur ces terres hostiles et sauvages. Tant que derrière le masque se dresserait comme des crocs, les traces du passé et à l'horizon rien de bien réjouissant. Ce pays, ce pays avait abrité pendant des années, des siècles peut-être une cité perdue preuve même que ce monde regorgeait d'autant de mystères.

Mais elle n'était guère aventurière, elle n'était qu'une bête sauvage réprimant de plus en plus la stabilité de l'être humain pour laisser courir ses pulsions, pour ne prendre dans cette vie que ce qui l'intéressait. Croquer dedans, après avoir été pendant trop longtemps privée d'une part de gâteau, voilà que le sucré lui devenait soudainement hostile, non le sang, la chair fraîche voilà ce qui l'intéressait. Chasser, ou l'être c'était relativement simple, et en s'abreuvant au plus proche d'une rivière. Elle aperçue, elle aperçue alors un animal à son opposé, un prédateur au sang froid et à la patience inépuisable, n'attendant que le moment propice pour sortir hors de l'eau et saisir sa proie avec force, violence et détermination. Et elle, elle Jun l'errante dont le katana sortait bien trop rapidement ne voyait en cette bête sauvage qu'une insulte de plus, qu'une proie de plus bien facile à dépecer. La chair des reptiles n'était pas tendre, mais la vie ne l'était pas et parfois il fallait se contenter du minimum. Un sourire carnassier se dessina derrière le masque, horrible parodie d'un sourire malsain, une grimace hirsute ne reflétant que trop bien son caractère impulsif et franc. Un moment, un moment son regard rubis se porta sur l'animal qui semblait l'ignorer superbement, la masquée se leva, marcha sans cacher sa présence ni prendre particulière attention. Dégainant son katana, le laissant glisser le long de la berge, sur le sol une fine trace signe de son passage. Elle ferait de cet animal sa première victime, qu'est ce qui changeait? Rien, personne ne changeait spontanément il fallait bien souvent des rencontres, parfois c'était la sagesse, l'expérience et l'âge qui provoquant une certaine maturité, changeait au plus profond l'Humain.

Parfois au contraire, les gens ne changeaient pas, n'y voyant aucun besoin se fermant progressivement du monde extérieur pour s'enfermer, ignorant la nécessité dans ce bas monde de faire des efforts. Le masque s'ouvrit, y dévoilant sa dentition et les vestiges d'un passé pas particulièrement agréable sans pour autant que l'animal ne montre signe instinctif de peur. Il ne bougeait pas, restait immobile semblant attendre quelque chose? Que croyait-il? Que croyait donc cette stupide bête, qu'il serait plus malin qu'une humaine? Plus malin que l'ultime prédateur sur terre? Si le côté primitif de la masquée surgissait trop souvent, elle n'en restait pas moins membre de l'espèce dominante sur cette planète, les shinobis exerçaient depuis longtemps un total contrôle sur la faune, la flore, et même leurs semblables. Elle leva son katana, fit un pas en avant et s'apprêta à charger sa proie. Ce ne serait qu'une chasse de plus, facilité par des pouvoirs spécifiques à sa race.

Ce ne fut rien de tout ça, l'animal bondit, ses yeux reptiliens semblant soudainement s'animer d'une complicité presque humaine, de tout son poids il attrapa par la jambe droite Jun, la shinobi tomba sur le dos, et pour une fois. Pour une fois elle se rendit compte de son erreur de débutante, l'esprit simple des animaux réservait-il donc des surprises? Ce n'était ni l'endroit ni le moment de se poser des questions. Le monde basculait, et le reptile tirait pour l'entraîner vers les profondeurs. Les crocodiles noyaient leurs proies, ne laissant aucune chance avec une pression si forte dans la mâchoire que peu de chose pouvaient libérer de cette emprise. Jun allait-elle finir comme ça?

Avalée par un méchant crocodile?

_________________
Evolve 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886
Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Evolve Empty
Dim 26 Mai 2019 - 17:21
Mourir.

Ce n'était que la suite logique des choses, Jun le savait, la vie ne tenait souvent pas à grand chose. Et beaucoup d'hommes, disparaissaient, les animaux usant d'un avantage naturel sur ceux ne se trouvant pas assez forts pour riposter. Jun était-elle donc de ceux là? Se souvenant des discussions avec Kansei, avec Kei et Yamiko. Se souvenant de son comportement, de sa grande gueule. Oui elle avait une grande gueule, alors était-ce son destin et une ultime ironie de finir dans celle d'un crocodile? Le katana s'enfonça dans la gueule du reptile, tentant de faire levier pour libérer sa jambe qui déjà ne saignait que trop, la douleur provoquant une nouvelle montée d'adrénaline et l'eau se rapprochant toujours plus. Le temps défilait, beaucoup trop vite pour ne réagir autrement qu'avec l'instinct de survie, c'était en vérité son instinct contre celui de l'animal. Elle hurla, pour se donner du courage, pour prouver à son prédateur qu'elle avait aussi en réserve. Elle hurla avec l'énergie du désespoir, cela ne lui ressemblait pas mais peut-être était-ce ça le changement. Et son hurlement recentra la situation sur sa personne, tandis que le katana tentait toujours de faire levier pour libérer sa jambe, son autre main s'arma de la foudre. Elle ne maîtrisait que cet élément, et si elle devait y passer autant tout essayer. L'eau se rapprochait de plus en plus, et avec la promesse de la mort. Alors quoi? Répandre la foudre dans l'eau et s'électrocuter avec? Ce n'était qu'une idée de base, mais étrangement c'était la meilleur, sa main s'accrocha contre la mâchoire de son ennemi, y répandant toute l'énergie dont elle disposait. Mais rien ne semblait y faire, comme si, comme si elle avait bien choisie son jour pour faire la maline et que subitement la nature lui montrait que son insolence avait un prix. Et dans le regard reptilien elle n'y lisait plus une sauvagerie et un manque de conscience, mais bien un regard amusé et emplit de condescendance. La peur, le sang, les émotions se mélangeant pouvaient très bien humaniser l'animal, mais non ce n'était pas ça. Cette chose n'était pas qu'un simple crocodile.

Alors après la peur et alors que la moitié de son adversaire était dans l'eau, ce fut la colère qui prit le dessus. Et le katana ne visa plus la gueule de son adversaire, la peau d'un crocodile, les écailles représentait sa meilleur défense, peine perdue que de tenter de ce côté. Mais son regard, elle ne supportait plus son regard emplit de tout ce qu'elle détestait. Se croyait-il donc aussi fort que ça? Et en comparaison, était-donc si faible? Même si elle devait mourir, elle ne partirait pas sans emporter à cette saloperie une preuve de son passage. De nouveau elle hurla à se casser la voix, et son corps se leva, ignorant sa jambe meurtrie et le sang coulant sur le sol, le sabre chercha un œil. La foudre continuant de tenter de paralyser la gueule ensanglanté, et soudainement le regard de l'animal se fit plus méfiant. Et dans sa gueule il secoua subitement l'errante, heurtant le sol, l'eau et la végétation. Mais tout cela, tout cela n'était rien en comparaison d'une mort certaine. Et Jun planta son katana avec autant de force qu'elle pu en travers de sa gueule. Y cherchant par la même occasion un point de stabilité, il ne voulait pas lâcher prise? Jun ne céderait pas à la panique, merde.

-MEEEEERDEEEE

Son sabre fut subitement le réceptacle de la foudre, s'assurant de répandre l'électricité, de conduire toute cette charge, sa colère, sa haine et peut-être oui peut-être sa survie. L'animal sembla se figer un instant, puis ouvrit sa gueule et envoya valdinguer l'insolente sur la berge en face. Et à cet instant, à ce moment précis ou son dos heurta avec violence le sol, la boue et qu'elle sentit la douleur maintenant grimper en son corps. Jun se demanda si au final il n'y aurait pas fallut abréger ses propres douleurs rapidement et se rendre à l'évidence. Cette bête était un adversaire de taille, et un gabarit au dessus de ce qu'elle pouvait affronter. Son katana était à ses côtés mais à quel prix, elle n'avait fait qu'enrager encore plus l'animal qui semblait maintenant se diriger vers elle. Elle ne pourrait pas marcher, et Jun se rendit fièrement à l'évidence. Sa stupidité, son arrogance et son extrême attitude je m'en foutisme l'avait conduit dans une situation plus que délicate. Se voyant déjà à moitié dans l'estomac du reptile, elle cracha. Et agrippa son sabre, non. Non ce n'était pas finit tant qu'elle respirait, qu'avait-elle dit déjà? Beaucoup de choses, mais tant qu'elle respirait elle ne pouvait se résoudre à baisser les bras. Sinon à quoi bon, à quoi sombrer dans la peur qui paralysait, à quoi se résigner. Se battre, comme elle l'avait toujours fait. Se battre était sa seule option. Et ce crocodile impudent finirait en sac à main comme beaucoup de ses congénères. Ses articulations craquèrent, sa respiration saccadant et la douleur lui donnant des vertiges. Si elle avait mal, si elle sentait encore quelque chose c'était que tout n'était pas perdu. Rien ne l'était, rien ne l'était putain! Elle traîna son corps aussi vite que lui permettait l'état de sa jambe amochée, et pourtant inlassablement la mort à sang froid approchait.

-Viens, viens saloperie je te jure que tu vas pas me digérer.

Contre un tronc d'arbre lui bloquant toute idée de fuite, elle leva sa carcasse. Boitant, se soutenant avec son katana. Ses iris rubis se dilatant, la folie de nouveau qui dansait dans son regard. L'animal semblait presque sourire, elle allait lui retirer cette envie, elle allait lui ôter toute envie hostile. Car il ne pouvait y avoir qu'une solution, qu'une option dans cet affrontement. La mort de l'un ou de l'autre et étrangement Jun ne se sentait pas partante pour finir en apéricube. Encore moins maintenant qu'il y a quelques instants. De nouveau l'animal s'arrêta, une partie de son corps dans l'eau, il attendait. Il attendait le moment propice? Elle pouvait répéter son erreur initial et y passer. Elle pouvait de nouveau jouer avec nonchalance et insolence, avec son arrogance habituel.

Ou évoluer.

_________________
Evolve 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886
Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Evolve Empty
Dim 26 Mai 2019 - 17:57
Ils restèrent un moment, à fixer l'autre, le crocodile n'attendant que l'instant ou Jun montrerait l'ultime signe de faiblesse. Saloperie, à attendre qu'elle se vide de son sang, que la fatigue l'emmène aux portes de la mort pour se repaître de son corps encore chaud. Et Jun n'attendait qu'une chose, que ce gros tas, que cette bête remontre preuve d'arrogance et d'auto-suffisance. La douleur était présente, le danger et l'anémie aussi. Mais parfois, parfois il fallait repousser ses limites. On n'apprenait que mieux dans les échecs, et face à la mort, et Jun réunissait tout ça en ce moment même. Lorsque la queue du reptile commença à bouger, lentement de gauche à droite et que sa gueule s’entrouvrit légèrement et malgré sa passivité, l'errante comprit. Elle comprit que son état ne faisait qu'empirer, et que l'animal devait juger la situation à son avantage. Suffisamment pour prendre moins de précautions, imbécile. Imbécile saurien avide de chair et de sang, elle ferma les yeux. La première image qui lui vint ne fut rien d'autre que l'obscurité et une pair d'iris reptiliens se refermant sur eux même, et une rangée de dents affûtés la dévorant encore vivante. Elle rangea son katana dans son fourreau, inspira pendant quelques secondes. Longuement, évaluant pour la première fois de sa vie, une situation qui n'était pas à son avantage. Puis, puis elle mit sa jambe valide contre le tronc d'arbre, s'appuyant dessus aussi lourdement que possible. Sur sa jambe blessée, elle laissa la foudre l'entourer, elle laissa l’électricité parcourir tout son corps, de ses orteils jusqu'à son bras qui maintenait le pommeau de son katana dans son fourreau. Le crocodile ne faisait que restait impassible, mais désormais sa queue tapait contre le sol, de plus en plus fort. Symbole que quelque chose le tracassait.

Jun effectua des mudras qu'elle ne connaissait que trop bien, trois clones apparaissant à ses côtés. C'était à vrai dire le seul plan, l'unique plan qu'elle avait pu élaborée dans un laps de temps limité. Le reptile semblait de moins en moins enclin à attendre que Jun ne dépérisse d'elle même, son corps tout entier était hors de l'eau. Et sa gueule s'ouvrait de plus en plus, la rapidité ce serait ça qui départagerait les deux adversaires. La rapidité d'exécutions des techniques, et à ce moment précis. Au moment ou les clones s'élancèrent, et ou soudainement le temps sembla se figer l'espace d'une prise de conscience ultime. Elle comprit, Joo Jun comprit pourquoi il n'y avait que des avantages à accepter l'humanité. Parce que l'ancienne elle, aurait déjà finit dans les entrailles du monstre. Malgré sa volonté de survie, malgré des grands discours et des techniques, s'évertuant à affronter sans tactiques, avec pur sauvagerie un animal qui la dépassait dans ce domaine. Mais maintenant, maintenant qu'elle fusait derrière ses clones avec la rapidité de la foudre, maintenant que les goûtes de sang de sa jambe tombait comme la pluie sur la boue, maintenant elle comprenait.

Elle comprenait que l'évolution n'avait pas que des défauts. Le premier clone fut balayé par un revers de queue du reptile, les deux autres chargèrent avec virulence la bête sur ses pattes avant, avec l'épaule, avec autant de force d'impact que possible pour ne serait-ce qu'un instant le lever légèrement hors du sol et de ses appuies. Et l'animal sembla tout d'un coup agrandir ses pupilles reptiliennes, fixant d'un coin de l’œil la trajectoire de l'original. Hélas, hélas Jun avait prit conscience des avantages des arts shinobis. La foudre la propulsa comme un boulet de canon contre le reptile. Au plus proche du danger et de la mâchoire ensanglanté, elle planta ses rubis dans l’œil de l'animal. Une seconde, peut-être deux avant que l'art des samouraï qu'elle avait longtemps négligé ne lui serve plus que jamais. L'ïaï, coup précis, l'art de dégainer sans réellement le faire, du moins assez rapidement pour la plupart des adversaires n'aient guère le temps de réagir. Lorsque la réalité, lorsque le temps reprit son court normalement, tout se passa rapidement.

Les clones disparurent, emportés par une ultime attaque de queue, en revanche le crocodile avait légèrement été emporté par la charge des masquées, et le sang qui giclait désormais en masse, des jets puissants, ce n'était guère celui de l'errante. Les pattes avants de la bête et une partie de sa gueule emportés, taillés par le katana pourtant dans le fourreau de la masquée. L'animal se retrouva sur le dos dans l'eau, et ce fut lui qui pour la première fois semblait hurler comme le ferait un humain blessé. Jun elle à présent ne faisait que plus ressentir les effets de cette utilisation subite et intempestive de son propre chakra, combiné à la douleur de sa jambe rendant son front aussi chaud que celui d'un utilisateur de vapeur. Chancelante sur son sabre, s'écroulant au sol, esquissant un ultime sourire derrière son masque. Putain, elle avait vaincue, elle avait vaincue son adversaire. Un peu de repos. Un peu de repos ne lui ferait pas de mal, et même les rugissements de l'animal blessé ne pourrait l'empêcher de couvrir ses propres hurlements de victoires.

Jusqu'à ce que son esprit hallucinant ne lui offre une vision qui subitement, changea sa victoire en peur panique. De l'eau semblait émerger des dizaines de formes, des regards luisants, jaunes, pourpres et sombres. Et lorsqu'elle se secoua la tête, pour faire disparaître ces hallucinations le décors avait changé du tout au tout. Elle n'était plus sur une berge mais dans une cavité immense, adossé à un rocher sur un minuscule récif, l'eau sombre et noir s'étendait à perte de vue. Et son corps fut prit de tremblements, de tremblements et son masque s'entrouvrit pour y laisser échapper un gémissement.

Le crocodile blessé avait disparu, des centaines de formes reptiliennes apparaissaient tout autour d'elle, partout ou son regard se portait. Sur des rochers, de haut en bas, petits, grands, toutes les espèces du genre semblait être présente. Ce ne pouvait être qu'un mauvais rêve, un cauchemar provoqué par la fatigue et la douleur. Jusqu'à ce que.

Jusqu'à ce que fasse à elle, l'eau semblait se scinder, et la figure qui semblait en sortir faillit la faire tomber dans les pommes. Une haleine fétide, l'odeur de la mort et surtout, surtout une peur viscéral s'emparant de son corps. Jamais, non jamais elle n'avait vu monstruosité pareil, une bête cauchemardesque, dont la taille et l'épaisseur étaient irréelles. Sa gueule entière et son regard terriblement hautain et froid se posèrent sur la petite figure de l'humaine. Son museau, sa respiration manquant de faire envoler Jun. Et lorsqu'il ouvrit sa gueule, Jun se sentit soudainement déjà morte. Mais ce ne fut pas une dernière vision de dents aussi pointus que des katanas, ni les entrailles du monstre qui furent la suite.

-HuMaiNe... Un DeRnIeR mOt?

-Va te faire foutre sale monstre.

_________________
Evolve 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886
Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Evolve Empty
Dim 26 Mai 2019 - 18:27
-PaRdOn?

Tonna si fort la voix du géant, que soudainement la caverne semblait trembler. Des petits morceaux de roches s'écroulèrent autour de sa gargantuesque taille, et il rapprocha encore plus sa gueule grande ouverte de l'errante. Jun dont la situation ne pouvait pas être pire, semblait soudainement reprendre ses vilaines habitudes. Elle se considérait déjà morte, qu'il l'avale maintenant ou plus tard ne changerait pas grand chose. Elle alluma la cigarette dans son masque, puis au regard de la situation haussa les épaules et fit tomber le masque, dévoilant au reptile géant sa gueule blessée, sa dentition particulière et les stigmates de son passé. Tirant sur le tabac, inspirant un moment sans se préoccuper du rugissement bestial de l'animal. Elle maintint son regard rubis dans les yeux géant de la créature qui l'observait. Son corps tremblotant, elle se leva, prenant appuie sur son sabre. Se rapprochant jusqu'au museau du crocodile, puis posa une main dessus pour s'appuyer. L'odeur à vomir et la respiration chaude des narines du reptile n'y changerait rien.


-J'ai dit. Va te faire foutre, c'est limpide non? Tu vas me bouffer comme voulait le faire ton camarade non? Alors abrégeons, avale moi reptile et finissons en, je n'ai pas l'énergie ni la volonté de t'affronter. La différence de taille, la différence de puissance et mon état tout ceci ne serait que perte de temps.

Ce fut le silence dans l'assemblée des sangs-froids, le géant ne bougea pas pendant quelques secondes. Puis sa queue frappa si fort l'eau qu'une véritable vague défila sur les rochers avoisinants, mettant à l'eau ses congénères les plus faibles et petits. Puis son immense taille percuta la surface de l'eau, projetant cette fois Jun contre le rocher, elle ferma les yeux s'attendant à disparaître mais il n'en fut rien. A la place, à la place ce fut quelque chose de chaud et visqueux qui l'enroula, une langue assurément? Adieu le monde, adieu Kumo village qu'elle n'avait jamais su apprécier à sa juste valeur. La liste serait trop longue et elle quitterait ce monde trop rapidement pour la faire. Mais étrangement, les secondes défilèrent et il n'en fut rien. Elle se sentit néanmoins transposée quelque part, sur une plateforme relativement stable et ce fut un toussotement rauque et sec qui força l'errante à ouvrir les yeux. Et ce furent les deux iris jaunes reptiliens, que vu en premier Jun. Elle n'était donc pas morte mais pour quel raison au juste? Jouaient-ils avec la nourriture? Elle avait beaucoup de...

-HuMaInE.... tU eS....AmUsaNtE pOuR un pEtiT êTrE...

-Merci?

-SILENCE! Ne m'interromps pas. Ton insolence a fait ses preuves, tu n'as jamais été amenée ici pour disparaître petite sotte. Tu as vaincu, ce que tu semblais avoir comprit, comme n'étant pas qu'un simpleee reptile.

La voix du patriarche, ou de la matriarche? Impossible à dire semblait soudainement devenue plus fluide et calme. Son immense corps s'enroulant autour du rocher sur lequel trônait l'errante, sa jambe avait été soignée relativement simplement. Une combinaison d'algues et une sensation désagréable de salive, mais à vrai dire pouvait-elle se plaindre? Quand elle ne voyait à l'horizon que des êtres reptiliens et cette immense forme qui continuait de la terroriser, c'était dans sa nature d'Homme de craindre instinctivement un animal qu'elle ne pourrait vaincre. Et cette chose, cette chose elle ne pouvait définitivement le vaincre. La gueule du crocodile, THE crocodile s'ouvrit et de sa langue tomba un rouleau, alors quoi elle avait maintenant apprivoisée des animaux hostiles alors que jusqu'à présent le dernier en date de leur espèce avait voulue la tuer?

-Le règne animal est ainsi fait, et tu sembles presque en faire partie. Tu prendras la place de l'erreur que tu as vaincue, il servira de repas à mes enfants. Les faibles meurent, les forts survivent humaine, encore plus chez mes semblables. Tu as gagnée le droit, le droit de faire appel à mes enfants jusqu'à ce que tu te montres digne de ma personne. Mais n'oublie pas petit être, si tu te montres faible tu finiras comme ta proie. Dévorée par mes soins et par les miens. Disparais maintenant, avant QUE JE NE CHANGE D'AVIS!

Lorsqu'elle se réveilla, car tout ceci n'était qu'un rêve après tout non? Jun était de nouveau sur la berge, la nature n'offrait aucun bruit comme si, comme si plus aucune créatures n'y vivait. Elle se précipita vers l'eau, sa jambe lui rappelant subitement que la douleur était toujours présente tout comme la blessure et les cicatrices qu'elle garderait de cette rencontre si particulière. Son reflet provoqua un recul d'horreur, puis finalement elle s'approcha de nouveau, elle portait. Elle portait un nouveau masque? Dont la dentition n'était définitivement pas la sienne, une blessure sur son crane, une trace de griffes mais qui étrangement ne lui faisait guère mal au contraire cela semblait toujours avoir fait partie d'elle. Une preuve, une preuve du contrat qui liait désormais l'errante et une espèce qu'elle n'aurait jamais cru considérée comme des alliés? Mais les paroles du géant lui revinrent en tête. Ce nouveau masque était une preuve, une preuve de son évolution autant physique que mental.

Car les faibles disparaissent, et les forts survivent.

Et Jun était forte.

_________________
Evolve 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886
Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Evolve Empty
Jeu 30 Mai 2019 - 18:51
Lever l'ancre.

Jeter les voiles, globalement c'est pareil. Jun n'est guère la même, désormais, désormais il y a tant à faire et peu de temps pour le faire. Le monde connu va changer, l’événement d'Hikari en est la preuve, le monde des Hommes affronte surement son heure la plus sombre et rien ne saurait déroger à cette règle. Impossible d'ignorer le contexte, faire sa route entre vents et marées en tentant vainement de garder un cap. Mais sans objectif, sans gouvernail que faire? Que faire alors que l'ensemble des shinobis présent à Hayashi ne sont peut-être plus? Délaisser Kumo, profiter de cet instant pour retrouver ce qu'elle attendait temps. Depuis presque le début de son séjour dans le village de la foudre. Prendre conscience que sa propre personne passe avant tout, et que rien, non rien ne saurait désormais l'empêcher d’exaucer sa volonté et ses pulsions. La foudre lui a beaucoup offert, mais ce pacte, cette alliance avec les reptiles lui prouve quelque chose d'autre. Elle ne peut poser les mots dessus, c'est indescriptible mais pourtant c'est bien présent. Et cela devrait lui donner de la joie, remplir son être si sombre habituellement de bonheur, mais c'est impossible car avec cet avènement. Car avec la force qui vient, qui emplit son être, avec ce nouveau visage, avec ce nouveau corps et cette détermination soudaine. Avec tout ça vient subitement toquer à la porte de son esprit, une nouvelle sorte de folie, la liberté n'est rien si elle n'est pas vécue à fond. Ou se porterait donc son intention désormais? Que faire de sa misérable vie jusqu'à présent? Faire couler le sang, encore et toujours c'est une certitude mais à la dérive sans capitaine pour lui donner une direction, reprenant l'anarchie qui la définissait tout est possible.

Elle est le tout, et ce monde n'est rien.

_________________
Evolve 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886

Evolve

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: