Soutenez le forum !
1234
Partagez

Business, fraudes et jeux d'argent [Chiwa Aimi]

Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

Business, fraudes et jeux d'argent [Chiwa Aimi] Empty
Lun 27 Mai 2019 - 15:55
Business, fraudes et jeux d'argent [Chiwa Aimi] E_fina10


« Non c’est bon, on peut y aller maintenant. »

Fidèle à sa nature énergique et porté sur l’action, le soldat du village de la roche ne s’enquit d’aucune préparation ou d’aucun confort avant de prendre le pas de la rubis qui remit ses affaires avant de sortir. Le trajet en lui même ne s’avéra pas des plus longs, surtout à l’allure offerte par la capacité des shinobis à courir rapidement sur de longues distances. Pourtant, la petite escapade accorda tout de même le bénéfices de plusieurs doutes au Mugirawa quant à la situation à résoudre, surtout l’un de ses aspects les plus spécifiques : La relation entre Aimi et son père. Malgré les quelques descriptions faites par sa partenaire d'entraînement, il ne visualisait pas vraiment la chose ni la façon dont ça se passerai une fois sur place, si jamais ce dernier devait ou non intervenir, s'immiscer dans leur rapport …

De préférence, le colosse n’aimait pas trop se mêler de ce genre d’histoire relation à part quand la situation l’exigeait vraiment. Mais cette fois, le choix ne s’offrait pas vraiment à sa personne. En effet, si les problèmes causés par le fournisseur perdurait depuis plus longtemps que ne le laissait croire l’Eisenin, ces deux là risquaient d'avoir passé pas mal de temps en froid ou en tout cas dans l’incompréhension … Exactement le même genre de scène qui l’accompagna toute son enfance durant, entre son paternel tout le temps en voyage et sa famille laissé pour compte, sans connaître l’issue de ces départs de longues durée en dépit de leur nature commerciales … Décidément.

Mais c’était peut être aussi cette référence qui poussa le guerrier à la chevelure d'ébène à s’engouffrer dans les rues commerçantes en compagnie de la rubis jusqu’à peu à peu découvrir le décors dans lequel évoluait la petite boutique charmante des Chiwa. Il ne tarda pas à faire un rapide balayage depuis ses pupilles flamboyantes sur la bâtisse avec ses nombreuses marchandises et décorations inévitables, sans compter le nom affiché en hauteur : Les armes de la roche. Un petit nom sympathique et assez chaleureux, de quoi donner un élan de patriotismes à tous ces futurs ninjas en herbes. Combien d’aspirant devaient passer devant ces boutiques en espérant un jours acquérir l’ensemble des outillages shinobi et les utiliser librement, avec autorisation … Pas mal.

Ce ne fut qu’une question de temps avant que le duo ne puisse pénétrer à l’intérieur sans se hâter, Abuto laissant naturellement faire la fille du commerçant avant d’intervenir dans quoi que ce soit. Une simple réponse aux salutations respectueuses du vénérable commerçant visiblement plutôt fatigué et peu en forme …

« Bonjour. »

Il ne put vraiment aller plus loin, Aimi prenant de suite la relève sur une conversation vers laquelle l'artisan porta toute son attention. Il était assez étrange de la voir dans ce genre d’attitude, avec sa gestuelle et ses mimiques bien plus embarrassé que d’habitude et surtout plus poignant que d’habitude … En temps normal c’était amusant, mais dans ce cas, il pouvait facilement ressentir sa détresse et les soucis qui existaient entre les deux personnes. Pour autant, même si c’était bientôt son tour de parole, legrand gaillard n’avait surement pas le luxe de s’imposer de suite comme le messie … Il devait y aller étape par étape, mettre en confiance son interlocuteur. Après tout, ce dernier allait peut être se sentir offusqué de cette visite … Qui sait ?

« Enchanté monsieur. Aimi m’a déjà fait part de ses inquiétudes sur vos affaires et concernant ce mystérieux fournisseur … Du moins, j’ai aussi ma part là dedans, j’ai pas mal insisté. Vous ne me connaissez surement pas, mais nos deux secteurs d’activité se rejoignent. Vous avez de belles marchandises dans cette boutique … Des marchandises de qualités. La vente d’arme et d’outillage ninja n’est pas un secteur facile, je me trompe ? Vous n’êtes pas le seul dans cette rue … »

Le colosse prit une petite pause histoire de marquer l’importance de ses compliments et ses interrogations évasives à double sens ayant pour but d’introduire indirectement le sujet du fournisseur sur le tapis. Ou plus précisément du contexte des problèmes rencontrés.

« Quant à moi, je suis armurier, artisan armurier et héritier d’une entreprise familiale. Autant vous dire que j’ai d'intérêts communs sur le marché d’Iwa, même si nous ne sommes pas spécialement localisés ici. Nos fournisseurs et nos contacts ne sont pas de nature bien différentes. Malheureusement, la concurrence est rude et en dépit des apparences de justice, on rencontre beaucoup de litiges derrière les coulisses de ce quartier. »

Il mimait en un sens le fait d’être installé en ces lieux et de faire partie directement de sa gestion, même si la famille Midora opérait à une bien autre échelle que celui d’un quartier local. Leur production de masse était assez différente des transactions d’une boutique unique, mais le principe demeurait toujours le même. Exposer sa propre situation aiderait peut être au responsable de la bâtisse d’accepter au moins d’écouter son offre.

« Et vous, qu’en est-il ? Comment se porte vos affaires ? Je veux dire vous comparé aux autres, aussi bien vis-à-vis de vos concurrents que de vos partenaires. Êtes vous plutôt serein dans vos affaires ? »

Si Aimi lui avait expliqué les choses en surface, il voulait l’entendre de sa bouche et surtout voir les points sur lequel l’homme paraîtrait hésitant ou fébrile par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine https://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo https://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Business, fraudes et jeux d'argent [Chiwa Aimi] Empty
Mer 29 Mai 2019 - 10:40


Business, Fraudes et Jeux d’argent




Aimi n’aimait pas tourner autour de pot, elle préférait en venir aux faits rapidement et surtout pour cette situation délicate. La Chiwa voyait que ça n’allait pas avec son paternel, elle s’en voulait de ne pas avoir insisté plus, mais il était compliqué de savoir quoi que ce soit avec un père aussi fier, elle espérait simplement qu’il mette ce sentiment de côté afin de régler ce problème mystérieux. Après lui avoir confié qu’ils étaient là pour lui parler de cette histoire de fournisseur, on pouvait lire de la surprise sur le visage épuisé du chef de famille, il ne pensait pas que son unique enfant était si inquiet pour lui. Le vieil homme voulait simplement régler cette affaire tout seul, ne souhaitant impliquer personne. Seulement, il comprenait bien qu’Aimi ne lâcherait certainement pas l’affaire. Il soupira un coup, épuisé et las de tout cela avant de faire le tour du comptoir d’accueil et de s’adosser à celui-ci, croisant les bras, hochant la tête, invita Mugirawa à s’avancer.

Abuto commença à prendre la parole, tout en restant très sérieux et courtois, ne souhaitant sûrement pas irriter le géniteur. Il confia qu’il avait insisté pour en savoir un peu plus, étant donné que leurs deux secteurs d’activité étant étroitement liés. Il complimenta les articles du magasin, étant une fierté pour le patriarche, il ne pouvait pas mieux dire pour lui faire plaisir. En effet, Tetsu prônait la qualité à la quantité, même s’il y avait assez d’armes pour satisfaire un client, il préférait qu’ils soient de meilleure qualité même s’il devait en acheter plus souvent. Son père semblait être très attentif aux paroles du manipulateur filaire et la kunoichi se contentait de se tenir sur le côté, bras croisés elle aussi, agréablement surprise par le professionnalisme que son ami pouvait exercer. De plus, cela semblait faire mouche, car son père était très concentré, portant un intérêt soudain sur le brun.

Il le laissa continuer ses paroles, se présentant comme artisan armurier et héritier d’une entreprise familiale, la rousse arqua un sourcil, il ne lui avait jamais précisé ce fait, que sa société était liée à sa famille… Il faudrait qu’elle lui en demande plus un de ces jours. Son statut justifiait donc de cet intérêt pour le marché de la Roche. En effet, la concurrence était rude dans un monde où la guerre pouvait faire rage, et tout n’était pas rose, sous-entendant qu’il voulait survenir à une multitude de problèmes et il était certain que Tetsu était baigné dans quelque chose de sombre et qu’il ne parvenait pas à s’en sortir. Le Mugirawa l’interrogea par la suite sur ses affaires, savoir si tout se passait bien. Le paternel inspira un grand coup, un vieux sourire discret arborant son visage marqué par les années.



« Je vois où tu veux en venir jeune homme. » Il se tourna tout d’abord vers l’épéiste, son visage s’adoucissant. « J’aurais préféré que tu ne sois pas impliquée dans cette histoire Aimi, c’est le rôle de ton père de protéger ce foyer. Mais je suppose que tu ne lâcheras pas l’affaire hein ? De toute façon, j’en ai marre de tout ça. » Il se tourna vers Abuto ensuite. « Je salue ton professionnalisme, tu dois savoir ce qu’est la fierté de voir son affaire marcher à merveille ? C’est ce qu’il se passe ici, la boutique se démarque de par sa qualité et sa transparence. La concurrence est rude, nous sommes nombreux à proposer toute sorte d’attirail pour nos combattants. C’est là que chacun cherche à faire affaire avec le meilleur fournisseur. S’il arrive que je forge mes propres armes avec des matières premières de qualité, certains articles sont fournis par ces firmes. » Il soupira prenant un temps d’arrêt, laissant le Mugirawa assimiler ses dires. « C’est honorable de ta part de vouloir nous venir en aide, Aimi a de la chance d’avoir des camarades capables de cette prouesse, même si cela me gêne un peu, je suppose que du fait de ton statut, tu sais qu’avec les fournisseurs, ce n’est pas toujours rose... Tout se passait très bien avec Heiki kōjō, c’est une entreprise qui sait très bien se vendre et qui promettait de fournir du matériel de qualité. C’était donc naturellement que j’ai fait affaire avec eux. Jusqu’à ce que je me rende compte que tout n’était pas aussi parfait que je le redoutais. J’ai eu des retours de clients me disant que certaines armes étaient émoussées ou se brisaient plus facilement que la normale. De plus, le coût de ce matériel est assez conséquent, ce n’était pas un problème, s’il n’y avait pas ces retards de livraisons et ce défaut de fabrication. Pourtant, croyez-moi que je fais toujours très attention à ce que je vends. Alors… Je suis allé les voir il y a peu, j’ai demandé à rencontrer le patron, ce Sakimoto, avec les outils en question et il a complètement nié, je n’en croyais pas mes oreilles. J’étais un très bon client, et quand je lui ai fait part de mon souhait de clore le contrat, il a viré au rouge… Il m’a fait comprendre que s’il coulait, il me ferait couler, moi et ma fille avec lui et il a sous-entendu que tout n’était pas réglo dans ses affaires. Alors l’autre fois, quand je suis revenu, je l’avais bien rencontré, mais je ne voulais pas t’inquiéter Aimi, je cherchais un moyen de pouvoir me délier de lui, mais toute porte menait à de grosses répercutions sur la pérennité de l’entreprise et… je ne voulais pas qu’ils s’en prennent à toi. »

Un silence de mort régna dans la pièce, la Chiwa fixait ses pieds, abasourdie par ce qu’il venait de déclarer. Au grand jamais elle ne s’était imaginée que c’était si compliqué et dangereux, comment n'avait-elle rien vu ? Pour qui se prenait ce fournisseur ? Profiter de l’innocence et la gentillesse d’un commerçant qui veut juste faire perdurer son affaire et faire vivre sa famille ? Mettre la pression sur cet homme qui avait déjà beaucoup vécu et qui était fatigué ? Une soudaine colère envahissait la rousse, il était hors de question de laisser passer cela.

« Je ne vois pas comment sortir de tout cela, peut-être que ton entreprise a déjà entendu parler de ce fournisseur ? Mais vous ne devriez pas vous mêler de ça tous les deux, je sais à quoi tu penses Aimi, je te connais très bien. Je vais finir par m’en sortir… »

Le rubis marmonna des paroles incompréhensives, son père la connaissait un peu trop bien, mais c’était mort, hors de question de laisser passer cela.

« Otosan… Tu as vu dans l’état que cette histoire te met ? Et tu penses que je peux rester les bras croisés à rien faire parce que tu es fier ? Je n’ai pas envie de perdre le seul membre de ma famille, ni ma maison ! Mais je ne sais pas quoi faire, moi non plus… »

Son regard écarlate se porta sur le brun, la Chiwa lui envoya un air désolé, cette histoire était déroutante et Aimi était gênée qu’il soit témoin de tout cela. Maintenant, il leur avait proposé son aide, alors s’il savait quoi que ce soit…

_________________
Business, fraudes et jeux d'argent [Chiwa Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037

Business, fraudes et jeux d'argent [Chiwa Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: