Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» [MB] L'humanité prévaut [Tsuyoshi]
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 10:58 par Hyûga Tsuyoshi

» Aux Ombres du Yuukan
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 10:30 par Shinrin Hanzo

» La tentation du Serpent
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 10:28 par Medyūsa

» Préparer la conquête de l'ouest
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 10:12 par Bakuhatsu Kenpachi

» [MLB] Vrais mensonges
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 10:12 par Soejima Yenno

» 03. Changer de zone
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 10:01 par Shinrin Hanzo

» 11. Signaler un bug
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 9:37 par Nara Zenjirō

» Direction Mizu no Kuni [Solo]
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 9:33 par Medyūsa

» Ascent of Shinobi a quatre ans !
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 9:31 par Sakai Iroha

» Capacités histoire de famille [Background/CS2]
Le Tellurique EmptyAujourd'hui à 8:42 par Metaru Akagi

Partagez

Le Tellurique

Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le Tellurique Empty
Mar 28 Mai 2019 - 13:55
La résonnance. Ce phénomène inexpliqué, dont l’origine restait un vague mystère à l’heure actuelle pour le tout venant d’Iwa et du Pays de la Terre dans son ensemble, avait eu des conséquences des plus concrètes. Le guerrier à la toison rouge avait vu sous ses yeux des dizaines de personnes, shinobis comme civiles, en subir les conséquences plus ou moins fatales. Beaucoup étaient morts, mués en masse de chakra élémentaire incapable de se maintenir et dont l’essence vitale s’était dispersée. D’autres, peut-être aussi nombreux, avaient vu leur chakra se manifester comme jamais auparavant, voire se manifester pour la première fois tout court. Yanosa lui, comme d’autres assimilateurs il l’imaginait, avait perçu et expérimenté cette vague d’énergie comme un mur de parasites, qui avait totalement brouillé ses sensations et sa connexion à son pouvoir. Il s’était trouvé incapable de le contrôler correctement, et avait subi des changements de phase indésirables pendant plusieurs jour après les événements qui avaient frappé le village. Mais alors qu’il avait tâché de s’atteler à la résolution de ce qu’il pensait être un problème, l’Oterashi avait réalisa qu’il percevait la situation à l’envers, car plutôt que de le limiter, cette altération profonde avait en réalité abattu pour lui des barrières qu’il pensait immuables.

Ses transformations se faisaient avec plus de fluidité, avec moins d’effort, et plus que jamais, même si cela lui coûtait d’admettre que cela n’était pas dû directement à son entraînement, Yanosa se sentait en harmonie avec son pouvoir, en phase avec ce qu’il avait toujours été sans le savoir. Les enseignements de Tenzin n’y étaient pas pour rien, cependant, et avaient ouvert l’esprit de l’Oterashi en lui permettant d’être réceptif à sa chimie particulière. Et c’était donc aussi en partie grâce à lui que ce jour-là, profitant d’une accalmie inespérée, le pugiliste avait décidé de plonger, tant physiquement que psychiquement. Son corps et son esprit aspiraient au repos, à une pause, tiraillés qu’ils étaient au quotidien par ses cicatrices. Seule sa symbiose complète et absolue avec la terre Mère lui permettait, l’espace d’un temps privilégié, d’effacer tout à fait ces douleurs par trop familières, et Yanosa avait besoin de ce moment purement égocentrique et égoïste pour pouvoir se tourner à nouveau vers les tumultes à venir avec énergie.

Il chercha alors, errant presque dans les rues, le centre approximatif du village, son coeur géographique, l’épicentre de ses énergies, et le trouva non loin de l’Académie Hashira. Il humecta l’air frais du matin, pour conserver un dernier point d’ancrage avec le monde de la surface, se rappeler son odeur. Puis, aussi naturellement que si il allait se coucher, il s’allongea, et laissa son chakra répondre de lui-même à la sensation renvoyée par la terre. Petit à petit, il disparut ainsi, fusionnant avec le sol, jusqu’à ne devenir qu’un souvenir invisible se forant un chemin sans effort ni excavation vers les strates inférieures. Sans vraiment s’en soucier, il franchit les limites des sols apprivoisés par l’Homme en épousant tout à tour les formes des tuyaux en métal et des fondations souterraines en bois, avide de retrouver au centuple les sensations qu’il avait touché du doigt pour la première fois dans le dojo de Tenzin. Et, peu à peu, il y parvint.

Le « vacarme » sensoriel de la surface se taisait progressivement, passant du murmure à l’écho distant jusqu’à totalement disparaître. Et à la place… La force, en excès incommensurables. La tension, millénaire et froide, des pression implacables et inexorables. L’ampleur des énergies qui s’évertuaient à livrer leurs batailles éternelles le saisit de façon encore plus puissante que la dernière fois. Sans s’en rendre compte, l’Oterashi s’enfonçait toujours plus loin dans cette sérénité de conflit permanent, dans laquelle il se retrouvait parfaitement, dans toute sa quiétude et ses paradoxes, embrassant la violence naturelle d’un monde plein de paix. Sa course se mit malgré tout à ralentir, tandis que le guerrier tellurique se trouvait absolument à l’endroit même où il souhaitait être, où il aurait souhaité demeuré si tout n’avait été qu’abstraction. Mais alors que son essence s’immobilisait, sereine, dans les profondeurs primales d’Iwa… Une lance brûlante s’empara de ses sens.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le Tellurique Empty
Mar 28 Mai 2019 - 22:46
La brûlure s’éteignit aussi vite qu’elle était survenue. Dépourvu de cœur dans sa forme actuelle, c’est tout l’entité qu’il était qui ressentit l’extinction de cette sensation déchirante, qui était montée en lui telle une vague chaude et saisissante. Pendant un long moment, l’Oterashi resta ainsi, immobile, roche parmi la roche, submergé par l’émotion qui l’avait envahi. Car bien plus qu’un simple ressenti thermique, c’était bel et bien une empreinte de sentiments très concrets qu’il avait perçu, mélange indistinct de colère, de peur et d’agression. Et pourtant, il savait que c’était impossible. Aussi vivante que pouvait être la Terre, aussi en phase qu’il pouvait être avec elle, il n’était pas possible qu’elle lui ait communiqué des émotions aussi tangibles et perceptibles. Quelqu’un, ou quelque chose en tout cas de foncièrement vivant, devait en être à l’origine, mais l’idée qu’un tel être existe, encore plus profond dans les entrailles terrestres qu’il ne l’était déjà, lui était inintelligible. Toutefois, si il y avait bien un trait de caractère qui était indissociable de Yanosa, c’était bien sa curiosité de toutes choses et de tout savoir.

Aussi, après un long moment passé à ressasser ce qui venait de se produire, le tellurique décida de plonger encore davantage à travers les strates de roche et de minéraux pour chercher la source de ce pic brûlant. Et pendant ce qui lui parut une éternité, rien. C’était à peine si, à un moment donné, il remarqua que les échanges thermiques se faisaient plus actifs. Il avait franchi et même tout à fait dépassé les frontières de la terre froide et isolée de la surface, et se retrouvait à présent dans les antiques royaumes inférieurs. Là où, supposément d’après plusieurs cultures, se nichaient les démons de la pire espèce. Mais dans les faits, pas de démon : seulement la chaleur, omniprésente, saturant chaque parcelle de chaque recoin de tout cet ensemble millénaire. Soudainement, Yanosa se sentit presque tomber, en proie à une gravité à laquelle il n’était plus habitué. Son corps se reformant en chair et en os, il ouvrit les yeux et contempla l’obscurité totale. Une cavité, se dit-il. Il faillit s’en détourner, fusionner à nouveau totalement avec le plafond de ladite cavité pour la contourner, mais ses yeux s’accoutumant au noir, il se ravisa au moment où une lueur orangée très diffuse lui apparut au loin sur le côté, au niveau du sol.

Prudemment, il sortit alors tout à fait du plafond en y marchant la tête en bas, rejoignant le sol sans se risquer à sauter pour éviter de se tordre bêtement la cheville. Pas à pas, l’Oterashi s’approcha ensuite de la lueur qui s’intensifiait à mesure qu’il avançait. Il progressa à tâtons, passa au-dessus d’une masse rocheuse qu faillit le prendre en traître… puis fut ébloui si fort qu’il crut un instant que se rétines avaient brûlé. Il se voila le visage avec ses bras, qu’il changea en pierre pour absorber l’intensité phénoménale de chaleur qui émanait de la petite ouverture. La lumière jaune orangée, saisissante d’abord, se fit plus supportable, juste assez pour que le guerrier rouge puisse en identifier la source.

« Oh, meerde... »

Si des Borukan avaient pu voir ce qu’il voyait en cet instant précis, peut-être se seraient-ils extasiés devant cette scène, mais ce fut plutôt une forme d’effroi qu’il ressentit. En contrebas, une masse de lave bouillonnante et aux confins indéfinis s’étendait, un grondement sourd et continue bourdonnant aux oreilles de Yanosa pour témoigner de l’effervescence du milieu. La destruction, voilà ce que lui évoquait cette découverte. Elle prenait à présent le dessus sur toutes les autres sensations plus ambivalentes qui lui étaient parvenues auparavant, mais pour autant, se dit-il, cela n’expliquait pas le pic brûlant qui avait assailli ses sens plus tôt. Il avait devant lui une manifestation purement naturelle, une démonstration redoutable de la Terre Mère, devant laquelle les Hommes n’étaient finalement que des fétus de paille. Le problème, l’énorme problème, c’était que ce danger mortel se trouvait très précisément sous leurs pieds à tous, eux les shinobis et civils d’Iwa. Et comme pour donner corps à ses craintes et les illustrer, l’Oterashi sentit soudain une vague secousse remuer la croûte terrestre, et il réalisa alors que la masse de magma n’était vraiment pas si éloignée. Une bulle explosa, et manqua de jaillir par l’ouverture, et alors que le guerrier tellurique songeait à persévérer, ses sens furent à nouveau saisis de fureur. Une fureur… qui n’était pour une fois pas la sienne. Le magma se mua à nouveau, et une lampée alla lécher la paroi juste sous lui.

Déstabilisé tant physiquement que mentalement par ces irruptions simultanées, Yanosa manqua de tomber en arrière, et prit sans doute une décision autant motivée par le bon sens que par la peur. Il sauta vers le plafond, s’y accrocha en commençant à se transformer, et jeta un dernier regard en arrière avant de retourner se fondre dans la roche, fuyant l’inconnu, fuyant ce qu’il ne parvenait pas à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le Tellurique Empty
Sam 1 Juin 2019 - 12:21
Il n’avait jusque là jamais vraiment essayé de se mouvoir le plus vite possible sous sa forme rocheuse en étant totalement fusionné avec son élément, mais aujourd’hui, par la force des choses, Yanosa se trouva dans un contexte particulièrement propice aux pointes de vitesse souterraines. Habité par la peur assez irrationnelle que le flot magmatique qu’il avait aperçu ne soit à ses trousses, il propulsa la masse de chakra Doton qu’il était vers la surface aussi vite qu’il le put, submergé d’émotions et de sentiments dont il n’était même pas certain qu’ils lui appartenaient vraiment. Et après ce qui lui parut une éternité de « sprint » vertical, la lumière du jour déposa sur lui sa chaleur tandis que son corps approximativement reformé jaillit littéralement du sol au beau milieu de l’un des terrains d’entraînement de l’Académie Hashira. Il souleva un nuage de terre et de poussière, son corps retrouvant ses couleurs humaines et retombant dans la foulée aussi sec sur la terre ferme et rocailleuse.

Il ne s’en était pas vraiment rendu compte, mais il avait consommé pour sa remontée fantastique une quantité faramineuse de chakra, et son corps le lui rappela bien lorsqu’il tenta de bouger pour se retourner sur le ventre, ses coudes contre le sol. Depuis la déferlante d’énergie qui était survenue après la bataille, tout était devenu un peu plus facile, plus intuitif, moins énergivore, mais malgré tout, parcourir une telle distance aussi rapidement l’avait littéralement drainé. Quelques dizaines de mètres de plus, se dit-il alors, et il se serait peut-être retrouvé dans l’incapacité de maintenir sa transformation correctement par manque de chakra. Tâchant de se raisonner et de reprendre son souffle, l’Oterashi repassa en revue ce qui venait de se produire. Pouvait-il avoir imaginé tout ceci, dans un délire quelconque lié à sa connexion avec la Terre Mère ? Le magma, lui, était bien réel, c’était une certitude, mais ce qui semblait se trouver en son cœur, plus bas encore, ne pouvait pas décemment exister sans défier toutes les lois de la physique, même en prenant en compte les prouesses incroyables des shinobis.

Peu à peu, face contre terre, Yanosa reprit ses esprits. Ses cicatrices le ramenèrent bien vite à la dure réalité, le remettant en phase avec la vie à la surface. Si il parlait de tout ça à qui que ce soit, ne risquait-il pas de passer pour un fou ? Et pourtant, n’était-il pas de son devoir d’informer ses camarades, les familles et les amis qui habitaient à Iwa qu’ils avaient élu domicile au-dessus d’un volcan endormi ? Le pugiliste devait là faire preuve de pragmatisme, dissocier le vrai du faux, l’utile de l’indispensable, l’avéré du brumeux, mais en cet instant précis, il ignorait si il en était vraiment capable. La disparition du Yondaime avait, qui plus est, laissé un grand vide, et l’Oterashi ne visualisait pas d’interlocuteur parfait pour partager ce qu’il venait d’expérimenter. Sauf… lui. Il releva la tête, bien décidé à commencer quelque part et à garder la tête froide. A marche forcée, il se mit en route vers les Hauts plateaux, plus précisément vers le Dojo de son senpai, Tenzin. En chemin, il ordonna ses pensées comme il le put, se remettant en question plusieurs fois avant de se faire à nouveau confiance sur ce qu’il avait vu et senti là en bas. Quelques temps plus tard, sans parler à personne en cours de route, il arriva donc au Dojo dans l’espoir d’y trouver son initiateur.

Il franchit le seuil, inondé d’un calme reposant qui tranchait diamétralement avec les grondements souterrains, et en appela à l’éolien, dont il avait vaguement perçu l’essence avant d’entrer.

« Tenzin, senpai… ! Je dois te parler, c’est… c’est très important… ! Lança-t-il en provoquant un écho. Iwa.. C’est à propos d’Iwa ! »



@Konran Tenzin
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Le Tellurique Empty
Lun 3 Juin 2019 - 20:45
Les jours passaient et Iwa semblait s'en remettre plutôt bien. Pour ma part je passais une grande partie de mon temps en ville à aider les villageois et au mieux le Conseil pour gérer cette nouvelle situation. Et bien que je n'avais pas à me plaindre de cette situation dans un sens, elle était par côté bien plus épuisante mentalement que de livrer combat. Après avoir accompli mon devoir de shinobi de la Roche, j'étais retourné vers mon dojo. Celui-ci avait subi quelques dégâts mineurs au cours de l'invasion, mais je me devais tout de même de le reconstruire. Qui plus est, lors de mon dernier affrontement contre Ryoko, cette dernière avait fait un grand trou dans l'un de mes murs. Je n'avais pas eu le temps de demander à Toph de venir le réparer auparavant, et actuellement elle avait bien assez à faire de son côté pour que je l'embête avec ce genre de bêtises. Au lieu de cela, j'avais décidé de le faire à l'ancienne. Des morceaux de pierres, du ciment, et le tour était joué. Qui a dit qu'on ne pouvait pas s'improviser maître du doton de temps en temps ? Bon, c'était assez évident que ma réparation ne serait pas aussi belle et nette que celle qu'aurait pu faire Toph, mais le plus important était qu'elle tienne la route.

Alors que les heures passaient et que j'étais en train de nettoyer mon dojo de fond en comble, des pas se firent entendre à l'extérieur. Un élève ? Non, j'en doutais, et si c'était le cas ç'aurait été bien dommage qu'il arrive avec un si mauvais timing. Après tout j'étais justement en train de faire le ménage pour pouvoir ré-accueillir au plus vite mes élèves de l'Académie. Il était à prévoir au mieux de rapidement retourner à une activité normale, non seulement pour dynamiser Iwa, mais aussi parce que les jeunes devaient continuer à s'instruire et à devenir plus fort, pour un jours prendre la relève. Bientôt, ce serait à eux de protéger le village, qu'elle devienne une cité impénétrable. Mais alors que je me faisais ces réflexions, une voix retentit au loin, résonnant entre les murs du dojo Tendo. Une voix que je reconnus aisément comme étant celle d'un camarade Iwajin, et surtout d'un congénère assimilateur. Oterashi Yanosa. Je l'avais rencontré quelques temps auparavant -ou du moins il m'avait contacté- au sujet de ses capacités fleurissantes. Sa voix semblait alarmée, recelant une impression d'urgence, et ses mots ne faisaient que confirmer cette impression. A propos d'Iwa ? Je fronçai les sourcils, lâchai mon balais, et me dirigeai rapidement vers le géant d'argile.

-Yanosa-san, une urgence à propos d'Iwa ? De quoi s'agit-il ?

Pourquoi venir me voir moi ? J'étais certes son supérieur hiérarchique, cependant si cela était si urgent qu'il y paraissait, il aurait peut-être été plus opportun d'aller directement voir les hautes instances du village. A moins que...? La seule raison pour laquelle il m'apparaissait plus logique qu'il vienne m'en parler à moi était que ce qu'il avait à me dire était en rapport avec l'assimilation. Il avait "découvert" ses capacités il y avait peu, mais il possédait des qualités sensorielles notables et ses dernières s'en étaient retrouvées potentialisées par l'assimilation. Un assimilateur doton pouvait avoir recourt à des perceptions qui étaient par certains aspects presque aussi terrifiantes que celles des Hyûgas. Je fronçai à nouveau les sourcils, mes muscles se tendant immédiatement alors que ma voix prenait un ton sérieux. Nous venions de sortir d'une crise, je n'avais aucune envie de me retrouver avec une nouvelle crise sous les bras.

-Tu as senti quelque chose dans la Terre ?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Le Tellurique Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le Tellurique Empty
Mar 4 Juin 2019 - 13:24
Quand il aperçut enfin Tenzin sur le côté balais à la main, l’Oterashi commença à se sentir mieux. Plus détendu, plus apte à formuler ses pensées de façon cohérente. L’éolien avait cet effet sur lui, cette capacité rien qu’en le regardant de bénéficier de sa sérénité naturelle, celle-là même qui cachait en réalité la force de déchaîner des tempêtes. Yanosa aussi, à sa façon, était capable d’atteindre cet état de grâce, mais il ignorait toujours, au fond, si il désirait réellement y accéder, de peur d’en oublier qui il était vraiment. Pour cette raison, et aussi à cause du sujet qui l’avait amené jusqu’au dojo Tendô, le pugiliste se retendit presque aussitôt en approchant à grands pas du Chûnin aux cheveux bleus. Si il avait senti quelque chose ? Le mot était faible, et le tellurique dut faire un effort conscient pour ne pas partir dans une explication désordonnée tous azimut de ce qu’il avait expérimenté. Lorsqu’il arriva finalement à la hauteur de l’éolien, le pugiliste aux cheveux rouge ne put réprimer des gestes de main pour accompagner ses paroles.

« Ça va au-delà d’une simple sensation Tenzin, je… je ne sais pas à qui je peux parler de ça, à qui je peux en parler sans que les conséquences ne m’échappent complètement. Mais je sais que je te fais confiance. Ecoute… dit-il en se détournant du regard de l’éolien comme pour se rappeler précisément des faits. Depuis cette vague d’énergie, après la bataille, mes liens avec la Terre, avec mon pouvoir, se sont renforcés, et… j’ai réussi à trouver une forme de paix, là en bas, dans les profondeurs. Mais, tout à l’heure, j’y ai aussi trouvé autre chose. En continuant, toujours plus bas, je suis tombé sur une cavité, et depuis cette cavité, j’ai… J’ai trouvé un lac de magma, Tenzon. Et pas un petit. Il s’en est fallu de peu.. que je me fasse toucher par l’explosion d’une bulle de lave.

Je crois… qu’Iwa a été bâtie sur une bombe à retardement. 
»

Prononçant ces derniers mots, Yanosa avait à nouveau rencontré le regard de Tenzin, avant de s’en détourner, presque honteux. Le mot volcan n’avait pas franchi ses lèvres, mais même si il n’était pas un expert technique en la matière, il savait faire la différence entre un flot de lave claire et un bassin de magma stagnant et potentiellement sous pression. Mais ce qui fit baisser les yeux à l’Oterashi en cet instant, c’était le doute. Il plaçait sa confiance en Tenzin, c’était un fait, mais pouvait-il lui confier tous les aspects de sa découverte ? En son coeur, la sensation de lance brûlante était encore fraîche et vivace, et il devenait difficile pour le Genin de nier sa réalité. Si il ne pouvait pas en parler à son senpai, il ne pourrait probablement en parler à personne.

« Et… il y a autre chose. La raison… qui m’a poussé à plonger encore plus profondément. Je crois...non. Je suis presque sûr… d’avoir perçu des émotions qui venaient d’en bas, encore plus bas que le magma. Je n’ai aucune idée de ce que ça peut signifier, si… j’ai pu imaginer ces sentiments, ou si ils ont pu provenir de la Terre elle-même, mais… Ils étaient forts. Très forts. Tenzin, je… je sais pas quoi faire de tout ça, à qui je dois en parler ou pas. J’ai l’impression d’avoir déterré une mine, et de devoir demander à quelqu’un de marcher dessus. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Le Tellurique Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 20:53
Ce n'était qu'après m'avoir vu que l'Oterashi sembla se calmer un peu et reprendre un certain calme. Une situation qui ne dura cependant pas suffisamment longtemps pour que cela ne me rassure. La tension était palpable non seulement dans son regard, mais aussi dans les muscles de son corps, et face à cette inquiétude je ne pus que me faire contaminer et je plissai des yeux en attendant les mots de l'assimilateur doton. Des mots qui tardaient à venir alors que je voyais dans son expression qu'il cherchait de l'ordre à mettre dans le chaos de ses pensées. Lorsqu'il finit par s'exprimer, c'étaient avec une agitation palpable que je ne lui avais jamais vu alors que ses mains fendaient l'air pour illustrer ses propos. Et ces derniers avaient en effet de quoi être assez inquiétant. La bonne nouvelle était que cette chose qui nous avait tous frappé et qui avait rendu certains shinobis incapables de maîtriser leur chakra avait renforcé le lien de Yanosa à ses capacités tout juste sorties de terre. La mauvaise nouvelle était qu'Iwa était visiblement bâtit sur un volcan. Et pas un petit volcan il semblerait.

Je ne crus pas utile de lui préciser que sous sa forme assimilée, il ne risquait pas grand chose de la lave qui sommeillait sous notre cher village. Mais s'il tombait dedans, bien qu'il ne mourrait pas, les choses ne seraient certainement pas une partie de plaisir pour en sortir. Mais alors que je regardais Yanosa, son regard fuit soudainement le mien, et j'en déduis qu'il n'avait pas fini de me parler. Il restait encore quelque chose. Et une fois de plus, cette chose ne payait pas de mines. J'adoptai une posture relâchée et avenante pour mettre à l'aise l'assimilateur, et après quelques secondes, il finit par me révéler ce qu'il ne disait pas. Et une fois de plus je lus entre les lignes de ce que voulait dire le shinobi de la Roche. Des sentiments forts ? Les différentes hypothèses énoncées par le géant d'argile étaient inquiétantes, mais si j'avais à choisir, j'aurais préféré que la Terre soit en colère. L'autre solution impliquait des choses bien trop effrayantes...

-Je vois...Ce que tu dis est assez inquiétant.


Si les impressions de l'Oterashi s'avéraient exactes, cela voulais dire que quelqu'un -ou quelque chose- avait été enfermé dans ce volcan. Quelque chose qui était assez en colère et assez fort pour que Yanosa le ressente à travers la terre. Je soupirai. Je ne savais pas exactement ce que cela voulait dire, mais si c'était exacte, cela signifiait que ce volcan, cette lave, était en fait une prison pour ce qui se trouvait à l'intérieur. Et qui disait prison, voulait dire que quelqu'un -ou plusieurs personnes- l'avaient enfermé là-dessous. Et par ailleurs, que le village soit construit sous un volcan n'était très certainement pas anodin non plus. Ce qui voulait dire qu'il y avait une manière d'en être sûr, ou en tout cas de se renseigner. Il n'y avait pas mille personnes à Iwa qui avaient un lien aussi fort avec la lave. Je fronçai les sourcils et m'approchai de Yanosa et posai sa main sur son épaule.

-Merci de ta confiance et de m'avoir confié ce que tu avais ressenti. Cela pourrait s'avérer décisif pour le futur d'Iwa. Ce qui veut dire..Qu'il faudra qu'on ait une discussion avec le Conseil. Auquel tu m'accompagneras. J'attesterai de ce que tu diras. Il semblerait qu'on doive discuter avec les Borukan...

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Le Tellurique Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le Tellurique Empty
Ven 7 Juin 2019 - 21:13
Iwa, dors et déjà au cœur d’un crise, était potentiellement en proie à un autre danger mortel, qui lui provenait jusqu’à preuve du contraire d’une source totalement naturelle, contrairement aux récents périls rencontrés. C’était d’ailleurs bien là ce qui causait le plus de remous dans l’esprit du guerrier aux cheveux rouges, car si celui-ci était prêt, volontaire et impatient d’affronter tous les ennemis de son village, et par extension de son pays, sa témérité avait ses limites, et il était impossible de se battre contre un volcan. Ou alors, il allait qu’on lui explique comment. Il y avait, bien sûr, de quoi relativiser l’urgence de la situation : Rokkusuité qui avait servi de base au village caché, avait déjà prospéré de nombreuses années sans rencontrer de problème, et aucune donnée, aucun phénomène précurseur n’annonçait une éruption imminente ou même dans un futur proche de ce puits de magma. Et pourtant.

La seule présence de ce volcan, la seule possibilité infinitésimale qu’il puisse entrer en activité, cette probabilité infinme, elle suffisait à faire planer une épée de Damoclès au-dessus de la population d’Iwa, une lame de fond prête à les faucher tous en un claquement de doigt. Et l’impossibilité de pouvoir y faire quoi que ce soit, en l’état, c’était là que demeurait toute la tension qui habitait l’Oterashi. Tenzin, face à lui, se coulait apaisant et modéré, et cela ne surprit pas Yanosa outre mesure. C’était même peut-être pour ce trait de caractère qu’il lui connaissait qu’il était venu lui parler de ça à lui et à personne d’autre. Pour autant, alors que son regard croisait le sien, le tellurique faisait face à une dure réalité, celle que l’éolien, en dépit de son calme et de sa sérénité, n’était lui non plus pas en position de désamorcer cette situation, pas plus que lui ne l’était. Mais, comme une bouteille jetée à la mer, Tenzin y alla malgré tout de sa proposition, invitant le pugiliste aux cheveux rouges à participer à une session du conseil pour y exposer sa découverte.

Un aveu d’impuissance, en quelque sorte, qui offrait à Yanosa une tribune pour informer les hautes instances du village. A cette idée, le tellurique marqua un temps de recul, ne sachant trop si il était judicieux d’éventer l’information, raison pour laquelle il avait d’ailleurs choisi de n’en parler qu’à l’éolien. Cependant, ce dernier ferait bien ce qu’il voudrait de son témoignage à présent, et il était trop tard pour les regrets.

« Je… Je sais pas, Tenzin. Est-ce que ça risque pas de mettre les mauvaises personnes à cran ? Je veux dire… Borukan ou pas, est-ce qu’il y a quelqu’un, où que ce soit, qui peut quoi que ce soit contre un volcan ?… Je veux bien… raconter ce que j’ai vu, à ceux que tu jugeras nécessaire, je te fais tout autant confiance là-dessus, mais je vois pas où ça peut nous mener… J’ai pas vraiment l’habitude de paniquer, ou d’être en détresse, mais là... »

Il marqua une pause, détournant le regard.

« Là je vois pas comment envisager la sécurité d’Iwa à long terme. C’est tout bonnement impossible… Si il y a des solutions… alors il va falloir aller les chercher loin, très loin. »

L’Oterashi se mura un moment dans le silence, pensif et toujours sous tension. Parler de sa découverte à quelqu’un lui avait enlevé une petite part de son poids, mais cette information risquait malgré tout de le ronger de l’intérieur. Sur un ton plus neutre, qu’il tâcha de contenir, Yanosa reprit.

« J’ignorais, en tout cas… que tu faisais partie du conseil. La responsabilité qui pèse sur lui, en ce moment… est assez énorme. J’aimerais être plus utile que je le suis aujourd’hui, et au lieu de ça… je ramène d’autres problèmes sur la table. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Le Tellurique Empty
Ven 7 Juin 2019 - 22:34
Mes quelques mots n'avaient pas faits grand chose pour rassurer l'Oterashi. A vrai dire, je comprenais sa nervosité et son inquiétude. Bien que je calme une apparence calme et sereine, mes pensées jaillissaient à toute vitesse, se bousculaient dans ma tête à m'en donner mal au crâne. Cependant, j'avais appris grâce à des années de méditations et de batailles, que céder à la panique n'avait jamais aidé personne à résoudre quelconque problème, bien au contraire. C'était une information sensible, qu'il était impératif de dispenser avec jugeote. Cependant, seul, je ne pouvais rien faire. Cela ne voulait pas dire que je n'allais rien faire. Yanosa semblait penser que personne ne pourrait mettre Iwa en sécurité. Pas avec ce volcan en dessous de nos pieds. Il semblait cependant oublier une chose qui était essentielle dans chaque bataille que l'on menait, et pour toutes les batailles qu'il y avait à venir. Cependant il allait falloir apporter quelques nuances à ce que je venais de dire à l'Oterashi, car il semblait avoir compris de travers certaines choses.

-Je ne fais pas partie du Conseil, non. Je ne fais pas parti d'un des clans majeurs. Et j'aimerais moi aussi être plus utile à ce dernier. Mais nous faisons ce que nous pouvons à notre échelle...Et c'est pour l'instant le mieux qu'on puisse faire.

Je soupirai. Même si j'avais prononcé ces mots, la même frustration me rongeait. Le Conseil était loin d'être au complet, et il était aisé d'imaginer la charge qui reposait sur les épaules de Toph actuellement. Il serait peut-être bon finalement d'attendre quelques temps avant de parler au Conseil. Mais une chose était sûre, il allait falloir en parler.

-Tu n'as pas amené de nouveaux problèmes, Yanosa, tu n'as fait que découvrir un problème qui était déjà là. Mais avant d'envisager de pouvoir faire quoi que ce soit pour cela...Il faut nous renseigner. Ceux qui ont construit ce village étaient les Borukan. Le Clan de la Lave. J'ai envie de croire qu'ils n'ont pas construits ce dernier sur un volcan sans raison. Cela m'étonnerait. Le tout est de savoir pourquoi, avant d'envisager une solution...Si solution il y a.

Je pris une légère pause, d'un air pensif.

-Par ailleurs, il serait peut-être bon de laisser le Conseil souffler un peu. Une fois qu'il s'en sera un peu remis, peut-être irons-nous leur parler. En attendant...ça te dérangerait de surveiller -en toute sécurité bien évidemment- ce volcan ? Si tu notes quelque chose d'étrange, parles moi en...De même, si tu préfères qu'on garde cette information pour nous et qu'on cherche à se renseigner nous-même avant d'en parler au Conseil, je te soutiendrai...

Après tout, il était celui qui avait fait ces découvertes. S'il avait des préférences sur le sujet, il était tout à fait normal que je l'écoute. Mais si jamais il préférait qu'on le fasse discrètement dans un premier temps...il allait falloir être prudent. C'étaient le genre d'informations qui ne fuitaient pas facilement, et cela demanderait une vraie discrétion à toute épreuve de se renseigner sans faire de bruits.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Le Tellurique Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le Tellurique Empty
Mar 11 Juin 2019 - 0:30
Assez rapidement, l’éolien corrigea Yanosa sur son assomption du fait qu’il aurait été l’un des membres du conseil permanent. Il fallait dire, à sa décharge, que la formulation de son « invitation », le genre que l’on aimait d’ordinaire plutôt éviter d’ailleurs, laissait plutôt supposer qu’il faisait bel et bien partie du conseil, mais il n’en était rien. L’Oterashi se rappela alors, en écoutant Tenzin, que l’assemblée en question n’était effectivement composée que de membres influents de clans reconnus, tels les Hyûga ou les Borukan, et en tant qu’assimilateurs, lui ou Tenzin n’avait aucun droit d’y siéger. Une logique du nombre, mais aussi et surtout de l’influence qui allait avec, que le pugiliste aux cheveux rouges aurait pu avoir à cœur de renverser si il n’avait pas eu des préoccupations bien plus urgentes et pressantes que ces considérations politiques. Constater l’impuissance relative de son senpai, en tout cas, ne lui inspirait pas grand-chose de positif.

« Hm, oui bien sûr, je comprends… C’était idiot de ma part. »

S’en suivit un brin de soutien venant de l’éolien, qui tâcha de réconforter un tant soit peu Yanosa, mais les mots avaient, en pareilles circonstances, assez peu de poids, et il aurait fallu un miracle pour que le guerrier rouge parvienne à lâcher prise pour ne plus se sentir oppressé du tout par ses pensées fatalistes et morbides. Les Borukan. L’Oterashi avait bien sûr pensé à eux, lors de sa petite expédition improvisée. Ce qu’il ignorait jusque là, c’était qu’ils avaient participé à large part à la construction de la cité, et si on pouvait entrevoir pour cela d’obscures raisons d’ordre symboliques ou de vénération, cela n’enlevait en rien le danger final et inévitable que représentait un tel phénomène tellurique sous leurs pieds à tous.

« Sans vouloir te manquer de respect senpai… on peut avoir envie de croire des tas de choses… mais ça n’en change pas plus les réalités. Et la réalité, là, tout de suite, c’est qu’au moindre mouvement de plaque, à des centaines de kilomètres d’ici si ce n’est plus… y a plus de village. »

Tenzin tenta ensuite de tempérer les ardeurs angoissées du pugiliste, l’invitant, en quelque sorte, à s’occuper en monitorant lui-même l’activité sismique dans les profondeurs d’Iwa, ce qui pourrait dans les faits bel et bien l’aider à gérer ce stress assez inédit auquel il était en proie. Mécaniquement, le guerrier rouge hocha la tête plusieurs fois en regardant sur le côté, à la fois satisfait de sa décision de parler de sa découverte à l’éolien mais aussi frustré de ne pas avoir été gratifié d’une information ou de quoi que ce soit de foncièrement positif relativement à ce menu problème qu’il avait découvert.

« Dès que l’occasion se présentera… on en parlera… On ne peut pas faire autrement, de toute façon. J’essaierai… Je vais garder les souterrains à l’oeil. Il n’y a eu aucun phénomène magmatique dans l’histoire de la cité, mais maintenant que je sais, je ne pourrai plus faire comme si de rien n’était. Même en essayant. Merci. De m’avoir écouté. Je sais que je peux te faire confiance. »

D’un pas encore nerveux mais amplement plus mesuré que lorsqu’il était arrivé, il tourna alors les talons pour se diriger vers la sortie du dojo de l’éolien. Lui tenir la jambe plus longtemps était inutile, et il allait falloir qu’il s’attaque à des activités autrement plus physiques pour essayer de purger tout ça de son système. Il salua distraitement d’un signe de la main le jeune assimilateur de vent, disparaissant ultimement sou les rayons de soleil à l’extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Le Tellurique Empty
Lun 17 Juin 2019 - 0:13
Pendant encore quelques minutes la discussion perdura? Je fis signe à Yanosa qu'il n'avait pas à s'excuser pour sa mauvaise interprétation et son sentiment d'inutilité partagé, car après tout il ne pouvait pas savoir et je le comprenais parfaitement. Et bien que je ne désirais pas lui mentir, voir son air s'affaisser un peu alors qu'il constatait mon manque évident de solution immédiate n'était pas aisé pour autant. J'aurais voulu pouvoir le rassurer, mais à l'heure actuelle je doutais de pouvoir faire quoi que ce soit pour arranger la situation. Cependant, je ne partageais pas l'attitude défaitiste de l'Oterashi. Et ses quelques mots qui suivirent ne firent que me conforter dans l'idée qu'il était assez pessimiste quant à l'avenir du village. La découverte qu'il venait de faire semblait grandement le perturber, et lui peser. Sans le prendre pour un manque de respect le moins du monde, j'accueillis les paroles de l'assimilateur avec un sourire de réserve. Son raisonnement était bon, cependant, il ne semblait toujours pas avoir saisi la portée de ma pensée. Cependant son air résigné me dissuada de pousser plus loin. Avec un sourire contrit, je hochai la tête bien au courant des risques sismiques. Puis haussai les épaules.

-C'est probable, en effet.


Pour une raison qui m'apparaissait à présent évidente, nos inquiétudes ne portaient plus exactement sur le même sujet. Il s'inquiétait de la destruction du village. Mais ce n'était pas tant cela qui me dérangeait. Comme je l'avais dit, si les Borukan avaient construit le village sur un volcan, c'est qu'ils devaient avoir leur raison. Et cela impliquait qu'ils devaient certainement se douter que ce dernier n'exploserait pas au premier risque. Auquel cas, ils auraient fait en sorte d'épargner la vie des milliers d'habitants du village de la Roche. Ce qui me faisait donc penser que le volcan était là pour une raison bien précise. Mais pour quelle raison ? Telle était la vraie question. L'assimilateur finit par me me remercier et me saluer, après avoir accepté de surveiller les basses sphères terrestres, et tourna les talons pour s'en aller. Je le saluai à mon tour avant de tourner les talons à mon tour pour m'enfoncer à nouveau dans mon dojo.

-A bientôt, Yanosa-san. Merci de t'être confié à moi. Je tâcherai de m'informer d'ici là, si je peux.

Puis je partis à nouveau me mettre en hauteur sur le haut de ma tour en regardant vers le sol pour une fois au lieu de regarder vers le ciel. J'étais seul, mais cela ne m'empêcha pas de sourire.

-Yare yare, que nous caches-tu...?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Le Tellurique Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739 https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702

Le Tellurique

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: