Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 3/01. Unité Ichi
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 4:24 par Shimajima Yugure

» 3/05. Nara et Bakuhatsu
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 3:39 par Nihito Meho

» Maeda Hori
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 3:24 par Maeda Hori

» L’Île aux cailloux bleus
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 1:41 par Uzumaki Sazuka

» Bagarre, patrouille et discussion [Eri Hagashin]
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 1:25 par Hagashin Eri

» 2/03. Unité sud
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 0:37 par Raibura no Kyūsei

» 4/04. Unité n°4
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 0:15 par Seiun

» 2/01. Unité nord
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 0:03 par Mawehara Miyuki

» 3/06. Nagamasa et Naari
L'appel de la mer EmptyAujourd'hui à 0:02 par Kawano Una

» Dans l'ombre des Kaguya [PV Nobuatsu Saji / Kaguya Wutu-Fuku]
L'appel de la mer EmptyHier à 23:28 par Kaguya Shitekka

Partagez

L'appel de la mer

Yamanaka Jun
Yamanaka Jun

L'appel de la mer Empty
Sam 1 Juin 2019 - 17:12
Le village s’activait depuis quelques jours. Les récents évènements successifs qui avaient frappé encore et encore la Brume n’avaient visiblement pas encore mis à genoux ses habitants. Bien. Penché par-dessus une table consistant en une simple large planche de bois supportée par des tréteaux rudimentaires, le Yamanaka examinait attentivement la carte de Mizu no Kuni que l’un des marins qu’il avait recrutés lui décrivait.

Contremaître Juki Masao:
 

Capitaine de navires marchands pendant un long moment, le savoir faire du bonhomme lui était plus que profitable alors qu’il discutait avec lui durée, rationnement et effectifs nécessaires aux différents navires pour que les traversées à venir soient le plus rentable. Sur le reste de cette portion du port autour d’eux les autres recrues s’affairaient ardemment. Certains cousaient les voiles, d’autres faisaient le tri des débris bien trop nombreux échoués sur la plage et d’autres fabriquaient tonneaux, caisses et toutes autres pièces auxiliaires de tout bon navire marchand.

Son appel d’offre avait connu un franc succès, quoi de plus normal après tout ? Il promettait de subvenir aux besoins de ses équipages et de leur famille en cette période de crise où énormément d’entre eux n’avaient plus d’endroits où travailler, et leur donnait en plus de cela un but : celui de venir en aide à Kiri en prenant en compte leur potentiel et savoir-faire.

- Oui Masao, nous concentrer principalement sur Uka et Obon semble être la meilleure option pour nous charger en vivres. Mais il faudrait d’abord qu’une partie de la flotte fasse étape à Buntan pour réquisitionner quelques conteneurs supplémentaires avant de prendre les voiles pour Uka. Les ressources d’Aato pourraient également contribuer à la reconstruction du village. Et il faudrait également envoyer quelques navires faire le tour des côtes des autres îles, notamment celles de l’île centrale. J’ai quelques noms de commerçants qui pourraient être susceptibles de nous aider en supplément.

Ils avaient tablé tous deux sur une douzaine de navires : trois partiraient pour Buntan puis Uka, trois pour Obon, deux pour Aato et quatre autres feraient les îles restantes lors de leur premier trajet. Des objectifs quelque peu ambitieux, mais ils avaient réussi à rassembler la main d’œuvre nécessaire, Masao ayant été plus qu’utile en rassemblant son ancien équipage et ceux de ses connaissances. Ne restait que les navires. Regardant sa montre, le Yamanaka sourit alors qu’un petit hibou se posait à ses côtés sur la table.

Akifumi:
 

- Ils arrivent Yamanaka-Sama !

- Bien, merci Akifumi, je te laisse les guider jusqu’au chantier en bord de plage.

Le petit hibou dodelinant de la tête de contentement d’avoir bien travaillé, il dégagea ses ailes et repartit de plus belle auprès des nouveaux arrivants afin de les accueillir et les guider à l’espace qui avait été dégagé exprès en prévision de leur venue.

Incitant son contremaître à venir avec lui, le blond se dirigea lui aussi vers le terrain, accueillant Arata d’un frottement du bonnet alors qu’il saluait de la main son homologue blond, il regarda d'un sourire moqueur Akifumi se poser tout naturellement sur le bonnet du plus jeune, sûrement en signe d'affection.

- Merci à vous d’être venus et de m’aider pour le coup. J’ai cru comprendre que vous vous connaissiez… ? Me doutant que tu ne t’y connaissais pas trop en charpenterie de marine Aditya, j’ai demandé à Arata de récupérer quelques plans dans son lieu fétiche. Il parlait également d’une charpentière aux dons similaires aux tiens - Otoe c’est ça non - peut-être que tu la connais déjà toi aussi ?

S’adressant aux deux héros de Mizu, le Yamanaka attendait l’arrivée de la cinquième personne alors qu’il réalisait qu’il n’avait pas introduit l’homme avec qui il était venu.

- Ah mais pardon excusez j’suis mal poli, Arata, Aditya, j’vous présente Juki Masao, mon contremaître pour ce projet. Masao navigue sur les eaux de Mizu no Kuni depuis quoi, maintenant une bonne vingtaine d’années ? Je lui ai demandé de participer, car je pense que son œil expert ne sera pas de trop si ça vous dérange pas.

Ne restait qu’à attendre la charpentière prodige dont son petit coéquipier lui avait parlé … et espérer qu’Aditya se sente mieux. S'il était encore perturbé par cet étrange malaise qui avait parcouru tout Kiri suite à la capture de Sanbi, ils allaient être bien embêtés.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5218-yamanaka-jun#41172 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t7417-yamanaka-jun-carnet-de-route-uc
Meikyū Arata
Meikyū Arata

L'appel de la mer Empty
Dim 2 Juin 2019 - 15:44
Ce jour-là Arata avait rendez-vous près du port Nagarasa, c'était le jour de la grande mise en mouvement du projet de son comparse Jun Yamanaka. Le nouvellement promu chunin avait pris les devants sur beaucoup en organisant une expédition maritime pour ravitailler la brume en vivres, matériaux et autres besoins primordiaux pour le village.
Le rôle d'Arata était simple, il avait mis Jun en contact avec une charpentière naval de génie et il avait trouvé des plans de construction naval de grande envergure. C'est ainsi qu'il avait rencontré Otoe du clan Shinrin expatrié depuis Hayashi no kuni, il y a dix ans. Elle a trouvé du travail sur les chantiers navals de Kirigakure no sato, quel lieu plus approprié pour une charpentière. La trentenaire se sert de son pouvoir héréditaire de manipulation du bois pour travailler sur des navires de bonne facture.
Avant de venir au rendez-vous, Arata avait fait valider les plans récupérer à la bibliothèque à Otoe qui y avait fait quelques annotations. Le genin se retrouvait donc à marcher depuis son appartement en direction du port Nagarasa les bras chargés de parchemins enroulés. L'image était amusante du haut de son mètre soixante-huit le garçon était complètement masqué par le papier seul un œil était visible derrière les rouleaux de parchemins.

Lorsqu'il arriva, il n'avait même pas remarqué être arrivée justement ni la présence à proximité d'Aditya, Jun le salua comme toujours d'un frottis de bonnet qui faisait autant plaisir qu'il agaçait l'adolescent.

Akifumi, je ne suis pas un perchoir, dit Arata d'un ton semi-amusé semi agacé.

La surprise des serres du hibou lui avait fait lâcher plusieurs parchemins au sol, heureusement le temps était sec et le papier ne s'était pas abîmé sur les quais de Nagarasa. Poliment Arata salua son partenaire d'entraînement occasionnel manipulateur de mokuton, puis confirma la présence prochaine d'Otoe la charpentière.
Jun leur présenta enfin l'homme qui l'accompagnait un homme marqué par la mer, le contremaître Juki Masao d'un coup Arata se rendit compte qu'il était entouré de blond. Il se sentait comme un têtard au milieu d'une marre à têtôt. Il connaissait beaucoup trop de personnes aux cheveux blonds au village décidément, Rinon, Idon, Jun, Aditya et le nommé Shironome aux cheveux blancs. Encore heureux il avait Akane comme chef d'équipe, une brune aux cheveux noirs de jais.

Bonjour, c'est un plaisir Masao, je suis Arata, Meikyū Arata. Tiens en parlant de brune, enfin non laissez tomber, je vois Otoe là qui arrive, dit-il en pointant du menton une jeune femme aux cheveux bruns.

Otoe avait l'air très garçon manqué, cheveux lisse attaché en un chignon imparfait sur le haut de la tête laissant retombé une masse de cheveux sur l'épaule droite. Visage rond, l'air d'une femme boulotte, mais pourtant sa chemise de lin couleur sable et son pantalon en peau de bête de cuir tanné et complètement rapiécé se cachait une musculature de charpentier. Elle est pour ainsi dire bien charpentée, mesurant un bon mètre quatre-vingt-dix, une peau au teint bronze, Otoe est une femme qui ne passe pas inaperçue.

Shinrin Otoe:
 

Hoy, bonjour la compagnie, c'est ici la bande de joyeux lurons, les expéditionnaires du dimanche prêt à tout pour ravitailler cette bonne vieille brume, s'égosilla Otoe de sa voix nasillarde ! Ah, salut la binocle tu as bien gardé les plans que j'ai annotés j'espère, on se met au boulot quand vous voulez, je suis Otoe, argua-t-elle d'un ton déterminé.

La trentenaire tendit la main vers Jun prêt à la broyer sous sa puissante main et sous sa personnalité pleine de gouaille.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Aditya
Aditya

L'appel de la mer Empty
Lun 3 Juin 2019 - 16:52
L’appel de la mer

ft. Yamanaka Jun & Meikyū Arata


Été 203, Port Nagarasa, village de Kiri.


L’esprit accaparé par les récents évènements survenus à l’hôpital général, Aditya n’avait pas remarqué que son chemin vers le port Nagarasa arriverait bientôt à terme s’il en croyait les deux silhouettes qu’il distinguait devant lui : Jun et Arata étaient déjà sur les lieux, à l’évidence. Hâtant le pas, il eut tôt fait de les rejoindre et d’adresser un signe de tête respectueux au contre-maître et aux autres personnes présentes qui s’affairaient à faire débuter ce projet de grande ampleur. L’ascèse adressa un regard à ses comparses avant de ne se joindre à la discussion ; entre lui et le Meikyū, il se savait entouré de personnes compétentes et pouvait ainsi se permettre de partir plus en détail à propos de ce pour quoi ils s’étaient réunis. Si leur voyage à Hayashi pouvait attendre quelques lunes, le Yamanaka semblait vouloir prendre le large le plus tôt possible.

« Tu as bien fait. S’il m’est facile de visualiser comment reconstruire un Dojo, tracer les détours d’un navire sera une première. Merci pour ton aide, Arata. », dit-il avec un sourire. Ils n’avaient pas eu l’occasion de se recroiser après leur discussion au Takotako, mais des récents échos qu’il avait pu avoir, lui aussi avait participé à la bataille contre le Dieu de l’Eau, au même titre que Jun. « Otoe, tu dis ? Je crains de ne pas la connaître mais… j’avoue que cela m’étonne. Je pensais être le seul à manier le bois au sein de la Brume. »

Aditya délaissa une œillade à l’encontre d’Akifumi, ce hibou taquin qui avait poussé Arata à se défaire de tous ses rouleaux. Et après que Jun leur ait adressé quelque mot à propos du contre-maître, il se présenta à lui en suivant la même voie que le Meikyū qui semblait s’être entremêlé les pinceaux et les pensées. D’un coup d’œil, il avisa la silhouette qu’il leur avait indiqué : s’il était tout à fait ignorant quant à l’existence du clan Shinrin pour le moment, le fait d’être entouré d’une comparse rendrait pour lui la chose bien plus facile. Devant cet air enjoué, le blond lui adressa quelques mots, histoire de la mettre au fait de son identité.

« Aditya, enchanté. »

Alors qu'il lui témoignait le même respect qu'au contre-maître, sa dextre s'abaissa vers l'un des parchemins délaissé par le plus jeune, dénouant la corde qui le maintenait clos du bout des doigts. De l'autre il en déroula le contenu, ses yeux retraçant les courbes de chacun des schéma afin de s'imprégner plus en détails de ce qu'il allait être mené à créer, aux côtés d'Otoe. Mais à la vue des nombreux autres rouleaux qui jonchaient le sol, ce modèle de navire ne devrait pas être le seul. Ainsi, il releva une œillade vers le Yamanaka ; il saurait sûrement quel type de bateau devrait être forgé, et combien.

« Par quoi veux-tu que l'on commence, Jun ?»




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yamanaka Jun
Yamanaka Jun

L'appel de la mer Empty
Lun 3 Juin 2019 - 18:47
Saluant la nouvelle arrivante un peu rustaude d’un air reconnaissant malgré ses piques qui auraient eu le don de l’agacer si cela n’avait pas été contre-productif, le Yamanaka montra patte blanche alors qu’Akifumi se repositionnait sur l’épaule de son maître, une moue boudeuse sur son petit visage emplumé, déçu d’avoir été chassé de la sorte.

Apostrophé par Aditya, le Yamanaka se craqua légèrement l’auriculaire avant de relater à l’aide de son pauvre vocabulaire technique les attentes qu’ils avaient identifiées jusqu’à maintenant.

- Etant donné que nos premiers et principaux trajets se concentreraient sur la mer intérieure de Mizu no Kuni où les eaux sont relativement calmes, les trajets courts et les fonds parfois traîtres, Masao me conseillait de partir sur des petits navires de fret. Des tartanes c’est ça ?

Laissant Arata chercher dans sa paperasse alors qu’il donnait le nom du navire imaginé, il haussa un sourcil en direction du contremaître pour qu’il complète l’analyse en des termes plus précis et dicte la marche à suivre si celle-ci convenait aux autres intervenants ici présents. Comprenant que c’était à lui, Masao prit la parole d’une voix quelque peu hésitante de peur de se ridiculiser devant la femme qui semblait s’y connaître bien plus que lui en la matière.

"Juki Masao:
 

- O-oui c’est ça. Des grandes tartanes, des petits navires de fret relativement faciles à concevoir je pense. Vingt mètres de long environ, très facilement manœuvrables, une centaine de tonneaux entreposables au grand maximum… nous pensions en lancer une bonne dizaine initialement et compter sur les courtes distances et un roulement d’équipage pour assurer un approvisionnement décent malgré la contenance bien moindre de plus grands pavillons qui représenteraient de plus grands défis à concevoir mais aussi à naviguer.

"Grande Tartane:
 

Peu glorieux mais Jun ne s’était de toute façon pas imaginé diriger dès le début une armada de galions. C’était d’ailleurs en raison de la fragilité de sa flotte qui se voulait pratique qu’il avait demandé de l’aide pour les protéger.

- Si cela vous semble être la meilleure idée en stock bien sûr Otoe. Il ne s’agirait de toute façon que d’une flotte initiale, créée dans l’urgence afin de répondre à un besoin immédiat. Une fois lancés, nous pourrions envisager un partenariat … plus durable.

Petit sourire, il se garda la question dans un coin de sa tête. Pas sûr de base qu’elle ferait ça bénévolement, mais dans tous les cas elle ne continuerait pas indéfiniment à faire dans la charité. Et s’il voulait la rémunérait il fallait d’abord lancer le business.

- Hmm … nous … nous avons débarrassé ce coin de côte pour vous permettre de pleinement exercer votre art m’dame … et m’sieur.

Masao montrant le terrain, il se gratta la barbe d’un air inquiet et à la fois curieux de voir ces talents de création et manipulation de bois dont il avait tant entendu parler.

- Pour ce qui est de la réalisation du premier modèle peut-être pourriez-vous expliquer pas à pas le gros des étapes à Aditya, étant donné qu’il manipule comme vous le mokuton, quitte à ce que vous affiniez derrière ? Ca vous permettrait de gagner pas mal de temps je pense.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5218-yamanaka-jun#41172 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t7417-yamanaka-jun-carnet-de-route-uc
Meikyū Arata
Meikyū Arata

L'appel de la mer Empty
Lun 3 Juin 2019 - 23:19
Enfin les présentations étaient faites, blond un avait présenté blond deux à blond trois et à brun un quand à lui brun un avait présenté brune deux qui s'était présenté à sa façon à la tripoté de blonds.
Par conséquent sous l'impulsion de l'interrogation d'Aditya, le Yamanaka commença à dégrossir son idée en commençant par la priorité, la constitution d'une flotte assez potable pour transporter la marchandise d'une île à une autre. Quelque chose qui tiendrait la route pour faire plusieurs allers et retours afin de ravitailler en continu Kirigakure no sato. Jun semblait avoir réfléchi à la question avec son nouveau petit pote blond Masao le marimo. Mer intérieure de Mizu no kuni égal mer calme égale pas trop de vagues égals petite mer égale récifs égals danger égal donc petits bateaux, ce qui nous donne des tartanes. A l'annonce du choix des embarcations, Arata roula des yeux l'espace d'une seconde. L'érudit repensait à l'après-midi entière qu'il avait passé à la bibliothèque de Kiri pour trouver tout un tas de plan de bateau tous plus grandiose les uns que les autres. Cette session de recherche avait commencé par la découverte des premiers plans qu'il avait amassé ceux des tartanes... Si Jun avait commencé par ça, ils auraient perdus moins de temps et tandis qu'il maudissait intérieurement le grand blond, il souffla de manière bruyante. En quelques secondes, il avait retiré les plans de tout son fatras pour les étaler au vu et sû de tous sur la table de travail installer en extérieur.

Durant ce temps, Masao expliquait avec brio le pourquoi du comment le choix de ce navire, un choix dont tout le monde devait se foutre car après tout il était contremaître et eux shinobis. Les charpentiers Otoe et Aditya avaient juste besoin de savoir qu'elle forme donner au bazar, mais chacun écouta avec attention et politesse.

La grande brune cette fois intervint alors qu'on lui expliquait que l'ensemble de la zone était aménagé pour son travail et celui de son tout nouvel apprenti utilisateur de mokuton.

J'y vois aucun inconvénient, les plans d'une tartane ne sont pas compliqués, il faut avant tout une base, la quille pour la tartane le tout est de lui donner la bonne forme, expliqua la grande femme. Voyez plus tôt.

Otoe forma plusieurs mudras avec ses mains avant de générer de son chakra mokuton une poutre de bois allongé et recourbé en son bout avant pour une trentaine de mètres. Le bois tomba lourdement au sol près des cales installé sur le port.

Alors qu'est-ce que vous attendez, houspilla la charpentière aux ouvriers qui avaient les yeux éberlués. Redressez-moi cette quille et calez là bon sens, s'égosilla-t-elle alors qu'elle lançait de nouveau mudras à la suite créant plusieurs poutres de bois épaisses et courbes qui semblaient une à une former les pièces d'un puzzle géant.

Tout le monde la regardait éberlué maintenant, Arata avait les yeux qui brillaient.

Aditya, tu sauras faire facilement ça, j'ai encore le souvenir de cette poutre de bois qui sort de ton corps fichtrement impressionnant, lança le genin.

L'adolescent vint près de Jun pour lui souffler quelques mots en grognant:

J'avais trouvé les plans des tartanes depuis un moment, si tu me l'avais dis plus tôt, bref, grogna-t-il façon boudeur. Dis-moi un peu à quoi te suis-je utile, désormais ?


Dernière édition par Meikyū Arata le Jeu 6 Juin 2019 - 0:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Aditya
Aditya

L'appel de la mer Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 0:26
Aditya adressa un regard au contremaître après avoir entendu les propositions de Jun qui semblait préférer quelques navires de fret pour le début de son périple. Et au fur et à mesure que Masao expliquait plus en détail ce qu’ils recherchaient tout deux, son attention fut redirigée sur les plans récupérés où trônaient les schémas outrageusement détaillés d’une grande tartane, tout ce dont le blond avait besoin pour s’assurer d’être à même de manipuler son bois avec précision. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’il entendit le Yamanaka avancer ses pions dans l’espoir d’un plus ample partenariat avec cette fameuse Otoe. Comme d’habitude, Jun ne perd pas le nord.

Son regard revint sur le charpentier lorsque celui-ci l’invita, lui et la jeune femme, à rejoindre le terrain défriché qui leur servirait de plan de travail. S’il n’avait encore jamais créé de construction aussi imposante, il ne s’en inquiétait pas pour autant : il suffirait d’augmenter les ressources en chakra allouées. Et comme pour répondre à ses élucubrations mentales, sa comparse marqua le début des hostilités en créant depuis ses paumes une large poutre recourbée à son embout, en tout point semblable à celles inscrites sur les plans confiés par Arata. Après quelques essais et embryons, celle-ci se rendit sur la large place destinée à leurs efforts tandis que les hommes de Massao s'afféraient à soulever la première quille formée : sans attendre, Aditya suivit son aînée afin de débuter sa tâche au plus vite sous le regard critique du Yamanaka. Quant à l'adresse du Meikyu, le blond lui répondit avec un sourire confiant : leur combat remontait à plusieurs semaines désormais, si ce n'était quelques mois, mais il demeurait visiblement bien ancré dans son esprit, au même titre que lui.

Ainsi dès lors que ses pas l’eurent mené à ce fameux coin, ses mains se trouvèrent sous le signe du serpent afin de former les prémisses d’une coque à bateau sur une large zone devant lui, d’abord fine, puis de plus en plus épaisse. Sa construction était à moitié crée, à la manière d’une coupe sur le côté afin qu’il visualise pleinement l’avancement de la partie intérieure avant de la refermée. Les sourcils froncés sous la concentration, il poursuivit son ouvrage jusqu’à ce que la coque ne soit suffisamment haute. Les formes étaient grossières, certes – la plupart des détails étaient laissés au bon vouloir d’Otoe qui s’y connaîtrait sûrement bien mieux que lui – mais le principal était là. Aditya veilla à ce que la coque ne demeure pas totalement formée afin que sa comparse puisse avoir une vue sur l’intérieur et effectuer les changements nécessaires, tandis qu’une excroissance de bois vint former le mât principal. D’une œillade accompagnée d’un sourire poli, il invita la jeune femme à prendre part à la formation du navire.

« Jun, tu pourrais venir jeter un coup d’œil ? Histoire de savoir si nous devons ajouter quelque chose de plus avant de refermer la coque et de terminer le gros du travail. »


[…]


Quelques temps plus tard, Aditya était parvenu à déterminer l'apport exact en chakra qu'il lui faudrait dépenser pour parvenir à l'avènement de l'un de ces navires. Et si l'objectif progressait de plus en plus vu le nombre de navire peuplant le port, quelques exemplaire supplémentaires ne seraient pas de refus. Alors qu'il était afféré à former la quille d'une nouvelle tartane, l'ascèse glissa un regard à Otoe, adjoint de quelques mots marqués par la curiosité.

« Je vous avoue que je suis assez... étonné de voir tout ce que vous êtes capable de faire. Comment êtes-vous arrivés à maîtriser aussi précisément votre don ? »

Bien que son visage demeurait tourné vers la demoiselle, Aditya ne perdait aucune once d'attention quant à effigie se formant entre ses doigts.




[invisible_edit]

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Lun 10 Juin 2019 - 15:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yamanaka Jun
Yamanaka Jun

L'appel de la mer Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 19:54
Etonné, le Yamanaka regarda le petit brunet de son équipe, visiblement ronchon alors que la rustaude partait au travail, alpaguant les ouvriers censés l’aider pour qu’ils viennent justement en renfort au lieu de rester ébaubis devant ses première prouesses. Masao accourant, il enjoignit les marins sur place à assister la femme bien charpentée alors qu’Aditya se dirigeait également vers elle.

- Te le dire plus tôt ? Pourquoi faire ? Si tu crois que je me contenterai d’une dizaine de bicoques tu ne me connais finalement pas si bien que ce que je pensais…

Princier, les brais croisés, il gardait son regard rivé sur le chantier qui débutait sous ses yeux, la scène lui procurant déjà une certaine satisfaction.

- Si tu as peur d’avoir travaillé pour rien, ne t’en fais pas ce ne sera pas le cas, le reste de tes plans sera utilisé à bon escient. Tout comme ta trouvaille. Cette Otoe a l’air de s’y connaître… Bien joué. Quant à ton utilité, maintenant, c’est simple : tu vas pouvoir pleinement jouer ton rôle de mascotte.

Son visage se parant d’un sourire, il tourna la tête en direction du nabot avant de continuer, taquin puis curieux.

- Et toi, où en est cet entretien avec notre formidable Mizukage ?

* * * * *

- Tant que le tonnage est suffisant sans prendre le risque que le bateau coule tu sais moi et mon expertise en construction navale …

S’étant rapproché de la coque en formation sur invitation d’Aditya, le Yamanaka devait avouer ne pas trop savoir quoi dire. Après tout à chacun son domaine de connaissance … Adressant un signe à Masao pour qu’il se rapproche, celui-ci donna son feu vert pour la structure, toujours impressionné de ce à quoi il assistait, précisant que de toute façon ils se chargeraient d’installer cales et autres pièces mais qu’en effet la structure de la charpente semblait ne manquer de rien.

* * * * *

La journée avança sans accroc, le chantier évoluant rapidement sous les œillades du Yamanaka quelque peu occupé par sa discussion avec Arata dont il avait de nouveau mis l’intellect à contribution pour qu’il challenge l’analyse des destinations commerciales sur base de ses connaissances de l’archipel et de ses déductions qui pouvaient éventuellement différer des siennes et de celles du contremaître.

Ses hommes restaient toutefois correctement aidés : Akifumi et deux autres petits rapaces aussi peu impressionnants que lui avaient en effet été missionnés par le Yamanaka pour répondre aux besoins en victuailles et eau de chacun, la plupart des ouvriers ne semblant pas être contre le fait d’être épaulés par les petits hiboux servants, heureux comme tout de contribuer malgré leur rôle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5218-yamanaka-jun#41172 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t7417-yamanaka-jun-carnet-de-route-uc
Meikyū Arata
Meikyū Arata

L'appel de la mer Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 22:27
Otoe regardait d'un œil attentif le jeune Aditya qui utilisait comme elle son don héréditaire afin de façonner quilles, puis lattes et enfin poutre des futurs tartanes de la flotte Yamanaka. Elle trouvait particulièrement doué le jeune homme, mais se garderait bien de lui dire ce n'est pas avec des compliments qu'on apprend, mais avec des critiques constructives lui répétait toujours son vieux maître charpentier. Lorsqu'il n'y a rien à redire sur le travail mieux vaut s'abstenir ajoutait-il très souvent après cela.
Le vieux briscard ne travaillait plus depuis longtemps, mais il avait encore la force de le faire et surtout d'enseigner à Otoe. Elle en avait vu des vertes et des pas mures avec le vieux sage, mais elle n'était pas mécontente de savoir faire ce qu'elle faisait, elle était la charpentière navale la plus en vu de Mizu no kuni à peu de choses près.

Après son coup de bourre, les ouvriers du chantier s'étaient mis à bosser d'arrache pied, on se demandait bien pourquoi d'ailleurs, Otoe avait des doutes sur le fait qu'un simple chunin puisse payer tout ce beau monde. L'appel de la générosité et de la solidarité ce serait une explication rationnelle, mais la femme de poigne avait vu assez de choses pour savoir que les Hommes avec un grand H n'avait pas toujours le cœur sur la main. Un village détruit était une chance pour ses ouvriers de trouver du travail à foison ne pas se le faire payer est un luxe que peu peuvent s'offrir.

Quoi qu'il en soit, Otoe cessa ses rêvasseries tout en reprenant son travail et en écoutant la question assez personnelle posée par Aditya. Une question personnelle certes, mais la rustaude n'avait pas vraiment de secret et ne se cachait pas de son passé. La réponse ne se fait donc pas attendre et elle répondit:

Je suis du clan Shinrin d'Hayashi no kuni, c'est un don héréditaire chez nous, je ne connais aucun cas de maîtrise du mokuton en dehors de notre clan, tu dois y être rattaché d'une quelconque manière je suppose, balança-t-elle sans vraiment prendre de gant. J'ai donc naturellement ce don et j'ai été shinobi avant de me reconvertir, lacé des combats. La charpenterie me plaît et le travail artisanal du bois est agréable et reposant. Depuis, plusieurs années maintenant je ne fais que travailler cet aspect de mon don ce qui explique ma dextérité particulière, finit-elle par dire.





Pendant ce temps, Arata écoutait les paroles rassurantes de son comparse à l'ego développé s'imaginer chef d'une grande flotte commerciale. Il avait de l'ambition, il fallait bien l'admettre, mais bizarrement ces projets d'avenir ne concordait pas vraiment au rôle d'un kirijins. Peu de choses échappaient au Meikyū et sous ses airs ingénus, il remarquait bien les subtilités des paroles de Jun. Il voyait déjà Otoe comme un partenaire commercial intéressant, quelque chose lui disait aussi que Masao n'avait pas été choisi au hasard, Aditya devait lui plaire aussi quant à son cadet de l'équipe de Shinpuu son intellect était utilisé depuis déjà quelques temps par le cerveau Yamanaka.
L'adolescent laissa couler la vanne de Jun sur le fait qu'il n'était qu'une mascotte, il se savait plus important aux yeux de son ami. Et surtout il le savait plus taquin avec lui qu'avec quiconque sous prétexte qu'il était plus jeune, plus petit et qu'il l'avait déjà battu une fois. Peu importe.

Une fois Jun, Masao et Arata d'accord sur les destinations commerciales, les chemins maritimes à emprunter et surtout le nombre de navire ainsi que la cadence des allers-retours. Un pour un à chaque fois qu'un navire arriverait avec des provisions d'autres devaient repartir. Et ainsi de suite. Non, le projet avançait très bien et avec l'aide d'Otoe et d'Aditya, le chantier ne durerait pas plus de deux jours et les navires pourraient partir en fin de semaine une fois le bois traité pour prendre la mer...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Aditya
Aditya

L'appel de la mer Empty
Lun 10 Juin 2019 - 16:00
D’une main, Aditya se munit d’une gourde apportée par l’un des hiboux de Jun, tandis que de l’autre, il remerciait le rapace d’une brève caresse. Une nouvelle fois, l’animal fut comme prit d’un frisson, ses plumes se mouvant au grès de ses mouvements, l’air visiblement ravi de pouvoir être d’une quelconque aide pour son signataire. Alors que l’oiseau s’envolait pour venir en aide aux charpentiers qui, eux aussi, auraient bien besoin d’un peu d’eau, le regard du blond revint se poser sur Otoe, bien décidée à répondre à sa question.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la franchise avec laquelle la jeune femme avait débité ses paroles l’avait surpris, en un sens, bien que ce soit une qualité qu’il appréciait tout particulièrement chez autrui. Ses prunelles se tintèrent d’intérêt lorsqu’elle mentionna le Pays du Bois dont il était lui-même originaire, une terre qui aurait portée en son sein un clan dont il ignorait tout, et qui pourtant, partageait les mêmes dons qu’il lui avait été conféré depuis sa naissance. Résultat de nombreuses mythes, le clan Shinrin demeurait aux yeux du blond une légende que bon nombre de ses comparses n'avaient eu vent que par le bouche à oreille, une ombre flou qui s'était étendue et cachée au sein des forêts verdoyantes. Et bien qu'il se sache lui-même orphelin – sa mère adoptive lui ayant révélé la nature de sa naissance dès l’instant où il avait été en mesure de le comprendre – penser qu’il pouvait avoir une quelconque ascendance clanique avec la charpentière l’étonna profondément. Non pas que ce n'était pas possible – d'après elle, il n'existait aucun manieur du bois qui n'y appartenait pas, et Aditya se serait bien garder de la contredire avec le peu d'informations qu'il détenait à ce sujet. Simplement... il ne s'était pas attendu à se voir révéler de telles informations en venant en aide à Jun. Mais le temps n'étant vraisemblablement pas aux discussions, il tâcherait d'en apprendre plus de son côté. Peut-être même que ses camarades et la jeune femmes en savaient d'avantage à ce sujet et qu'il pourraient les questionner une fois que leur travail au port fut terminé.

« ...Je vois. Je pensais que le clan Shinrin s'était éteint avec la disparition de la Cité Ancestrale, il y a plusieurs années. D'aussi loin que je puisse me souvenir, ce gouffre qui la remplace aujourd'hui a toujours existé. »

Sans plus de cérémonies, l'ascèse poursuivit son travail avec ardeur afin que le nombre de bateaux réclamés par le Yamanaka soient opérationnels dès la fin de la soirée, bien que son esprit demeurât embrumé par cette sinueuse information que lui avait confié Otoe.

Bientôt, de nombreuses effigies de bois prirent place au sein du port Nagarasa, une fois que leur assemblage eut été correctement formulé par les deux manieurs. Quinze silhouettes, au total, formeraient la flotte première que Jun leur avait demandé. Et bien qu'Aditya devait s'avouer quelque peu fatigué après un travail aussi acharné, il ne s'abandonna pas pour autant à l'apathie ; après tout, il lui faudrait encore venir en aide au village et reconstruire les nombreux bâtiments qui s'étaient mués en ruine après le coup d'état du clan Hokkyokusei. L'un d'entre eux, plus particulièrement, était sans nul doute le plus important. Sans palais de la Brume, Kiri avait perdu de sa prestance.

Alors que le blond terminait de se repaître de l'eau qui gisait au fond de sa gourde, il emboîta le pas à Otoe qui avait tôt fait de revenir aux côtés de ses comparses, visiblement en pleine discussion dont il ignorait le sujet. Néanmoins, cela ne l'empêcha pas de le mettre au fait sur ce qu'il avait sûrement déjà remarqué.

« Tout est prêt, Masao, Jun. Votre flotte pourra prendre la mer dès que vous serez en mesure de le faire. »

Si son regard oscilla l'espace d'un instant sur la jeune femme, empreint d'une fervente curiosité quant à ce clan dont il n'avait entendu que de brefs échos. Mais quelque part, il n'osait pas la questionner plus en détail à ce sujet. Si l'idée d'appartenir à un clan le troublait – Aditya n'était pas de ceux à renier leur existence en apprenant que leurs origines étaient tout autre que celles avec lesquelles il avait vécu toute sa vie, non – il considérait encore son village natal, Ensō, et sa mère adoptive comme les seuls choses ayant forgé l'homme qu'il était aujourd'hui.

Néanmoins... il ne pouvait s'empêcher d'être attiré par cette idée qu'au sein du Yuukan, il existait des êtres auquel il appartenait, et dont l'existence avait été voilé à sa vue tout ce temps. A quoi ressemblaient-ils ? Quelles étaient leurs coutumes, leur mode de vie ? Une nouvelle fois, cette curiosité qui le taraudait à chaque fois qu'il faisait face à une chose inconnu s'était éprise de lui, et elle ne semblait pas déterminée à le quitter de si tôt.




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yamanaka Jun
Yamanaka Jun

L'appel de la mer Empty
Lun 17 Juin 2019 - 20:06
Passant sa main sur la coque de l’un des navires alors que la résine appliquée par des ouvriers qui étaient repassés derrière les deux manipulateurs du bois venait de sécher, le Yamanaka eut un petit sourire. Devant lui quinze silhouettes massives se dessinaient. Et même s’il restait encore quelques travaux à faire notamment les voiles, les cordages et les appliques en métal, le reste avait été dégrossi. Les bateaux n’avaient rien d’impressionnant en eux-mêmes mais le blond s’avouait extrêmement impressionné de la productivité du duo et de ses hommes.

- Merci Aditya, c’est parfait, vraiment.

Retirant sa main et se détournant de la silhouette, il regarda le chûnin qui lui avait parlé. Otoe discutant activement avec Masao, le Yamanaka se concentra donc uniquement sur le jeune homme.

- Merci pour tout encore. Quelques jours pour fignoler tous les gréements et compagnie et nous pourrons partir. Tiens-moi au courant si tu veux te joindre au voyage. J’essaierai de faire passer un message dans un journal local en cas de manque de gardes ou négociateurs et s’il y a quoique ce soit que je puisse faire pour te rendre la pareille dis le moi.

Akifumi se posant sur son épaule, le Yamanaka claqua des doigts, se souvenant d’une chose.

- Ah j’y pensais, il y avait bien quelque chose que je voulais aborder avec toi. Tu parlais d’Hayashi no Kuni non ? Récemment j’ai eu vent d’une rumeur circulant sur une arme d’une puissance inouïe qui pourrait s’y trouver. Si d’aventure tu t’y rends peut-être serait-il bon que tu creuses la question ? Tu sais, faire main basse sur cette arme de légende avant que d’autres shinobis ne mettent le grappin dessus si ce n’est pas déjà fait. Il était question de traverser la pluie en provenance du feu pour trouver cette arme. Donc partir de Hi pour se rendre à Ame, géographiquement la piste d’Hayashi faisait sens… Je demanderai à Akifumi de t’envoyer l’énoncé exact de la rumeur.

Remerciant le blond encore une fois, il remercia aussi le petit nabot binoclard et son contremaître, restant un peu plus longtemps avec Otoe, pour lui demander une éventuelle faveur supplémentaire à savoir construire le gros de ses futurs locaux, tâche que la charpentière finit par accepter, séduite par son autre proposition de contrat sur le plus long terme, contrat effectif une fois que ses rentrées d’argent se mettraient en place. Ils allaient enfin pouvoir ouvrir boutique.

* * * * *

Akifumi:
 

- Comme promis Aditya-sama !

Tout content de lui, le petit hibou sortit le rouleau de sa sacoche avant de le tendre au blond à la longue chevelure dorée, l’encourageant à l’ouvrir pour s’assurer qu’il était satisfait de son service avant de repartir.

Rumeur:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5218-yamanaka-jun#41172 https://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri https://www.ascentofshinobi.com/t7417-yamanaka-jun-carnet-de-route-uc
Aditya
Aditya

L'appel de la mer Empty
Lun 24 Juin 2019 - 14:56
Aditya arracha ses yeux de la silhouette de la jeune femme s’étant présentée comme une membre à part entière de ce clan sylvestre, les Shinrin, pour adresser sa pleine attention au Yamanaka dont le simple regard suffisait à retranscrire toute la gratitude qu’il éprouvait pour leurs travaux. Il fut étonné, un instant, de sa proposition, celle de l’accompagner à travers l’archipel sur ces mêmes navires. Mais ce sentiment s’effaça bien vite au profit d’une profonde curiosité lorsqu’il évoqua les rumeurs qui entouraient le Pays du Bois : s’il regorgeait bien évidemment d’autant de mystère que l’on pourrait en imaginer, personne ne s’osait à déclarer les connaître. Après tout… la disparition de la cité des Moines en était la preuve ; aucun natif de la forêt, ni peut-être même du Yukan, ne savait ce qui était advenue d’elle, une fois remplacée par cette brèche béante et mortifère il y a bien des années. Dans un sourire humble, l’ascèse le remercia à son tour. Et lorsqu’il jugea qu’il était préférable de le laisser à ses occupations maritimes, il prit congé de sa compagnie, à lui et à Arata, en sachant qu’il ne s’écoulerait peut-être qu’une poignée de jour avant qu’ils ne se retrouvent à nouveau.

Et cela ne manqua pas. Le soir-même, alors qu’il se délectait du calme serein et de la fraîcheur qui habitait le manteau nocturne, la frimousse d’Akifumi vint de nouveau lui tenir compagnie au sein du temple Seidou, arborant toujours son air si singulier ; à la lisière de la taquinerie et de la jovialité. Rompant sa méditation, il adressa une œillade à l’oiseau qui avait trouvé le repos à ses côtés, au bord de la marre qui trônant au cœur du jardin intérieur. Ses serres crissèrent sur les lames de bois avec amusement lorsqu’il se rapprocha de l’ascèse, un nouveau message tenu dans son bec qui se déformait sous les traits d’un sourire animal. Ses doigts vinrent parcourir ses plumes folles, provoquant toujours ce même frisson chez la bête qui semblait apprécier ce genre d’attentions.

D’un geste simple, il s’empara de la missive qui contenait les fameuses informations et rumeurs que lui avaient promises le Yamanaka. Alors qu’il fit glisser le cachet la retenant fermée, ses genoux se déplièrent, et sa silhouette se redressa droitement.

« Attends-moi-là. »

Après s’être voilé au regard curieux de l’oiseau quelques instant, ses brins dorés revinrent se délecter des rayons lunaires tandis qu’entre ses mains siégeaient une petite coupelle d’eau et un large biscuit rond. Alors qu’il reprenait place sur le bord de cette terrasse, il déposa l’objet devant ce petit gabarit. Aditya glissa ce palet de nourriture sous le nez d’Akifumi avec un sourire, avant que ce dernier ne s’en empare en roulant ses ailes de gratitude. Son regard s’attarda quelques instants sur sa mine joyeuse avant qu’il ne parcoure des yeux les inscriptions de cette fameuse rumeur.

Au fond, il finissait par apprécier cet oiseau. Et le retourner auprès de son maître repu de son trajet était la moindre des choses qu’il puisse faire pour le remercier.


Spoiler:
 




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

L'appel de la mer

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: