Soutenez le forum !
1234
Partagez

Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2]

Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] Empty
Dim 2 Juin 2019 - 1:34
Je l’avais senti… Ce changement, ce petit chamboulement au tréfonds de mon être. Il s’agissait d’un mini tsunami que je sentais grandissant en moi. Pour l’instant timide, je savais que le phénomène allait opérer progressivement au fil des jours une mutation complète. La chose s’est manifestée le jour de l’attaque sur Iwa. Après les combats, alors que je me trouvais encore dans le commissariat, j’y ai remarqué ces nouvelles capacités. Du moins la toute première. Celle-ci en réalité était passagère, car plus jamais depuis ce jour je ne l’avais goûté à nouveau. Il s’agissait d’une vision plus accrue qui m’était offerte par le pouvoir de mon dojutsu. J’avais eu pendant un court instant, eut la possibilité de prévoir une action ou plutôt une activité imminente. J’avais ainsi vu venir des ninjas près de l’endroit où je me trouvais alors que dans la réalité, à l’instant où j’eus cette vision, il n’en était rien. Cette possibilité, pour ne pas dire, cette capacité s’était éteinte presque aussitôt qu’elle m’était apparue. Je n’avais plus eut le loisir de la ressentir. Seulement, il y avait autre chose…

J’étais dorénavant profondément lié par la terre. Pour je ne sais quelle raison, j’appréciais à marcher pied nus, à m’agenouiller et à plonger mes mains dans le sable. La sensation m’était agréable, probablement aussi agréable que celle que ressent un amoureux de la mer lorsqu’il y plonge. Au départ, je n’avais guère compris le truc. Moi qui sortais de deux jours d’hospitalisation, dès que mes pieds foulèrent le sol, je me sentis revigoré. Un sentiment de paix, de sérénité et de puissance m’envahirent à telle enseigne que je fermais les yeux afin de savourer l’instant présent. Ce sentiment avait été puissant. Bien plus puissant que tous mes moments seul à seul avec les femmes. Car c’était bien à ces moments que j’avais eu à vivre de puissants moments de communion. Dès que j’avais posé les pieds au sol, dès que mes mains s’enfouirent comme d’elles-mêmes dans le sol, je compris que j’étais dorénavant lié. Ma nature avait changé. J’étais dorénavant lié à terre. Et peut-être même plus…

Peu après ce premier épisode digne d’une expérience mystique, je m’étais rendu compte que je ne parvenais plus à produire de techniques raiton. Le raiton était pourtant mon affinité primaire de base et ce, depuis l’enfance. Presque dès le moment où je su activer mon dojutsu je savais également produire de l’énergie raiton. A vrai dire, depuis mes cinq ans… Comment cela pouvait-il s’expliquer si ce n’est à cause du phénomène de résonance ? Je m’étais appliqué à tenter de faire revenir mes anciennes sensations, mes anciennes capacités… En vain. Jamais plus je n’étais parvenu à reproduire ne serait-ce que la moindre étincelle d’énergie raiton. Tout ce qui semblait affinité raiton avait disparu. Disparaître n’était d’ailleurs peut-être pas le terme approprié. Mon énergie raiton avait laissé la place à celle du doton.

Je dus bien m’y faire. La résonance est un phénomène complexe que peu de gens sont parvenus à expliquer. Tant que l’histoire demeurait au stade de mythe, du moins en ce qui concerne l’origine même de ladite résonance, certains ninjas ou civils, certains hommes tout simplement n’allaient jamais parvenir à faire totalement le deuil de leur être passé. J’étais un peu dans ce cas, même si quelques jours de désorientation et de remise en question puis d’acceptation de mon être nouveau me permirent d’aller de l’avant. Après tout, j’étais tout de même un privilégié. Certains avaient perdu toute capacité shinobi avec la résonance. D’autres étaient tout simplement morts, tués par leur propre capacité, comme ce fut le cas avec de nombreux Borukan.

Pour ma part, j’étais à présent Hyûga Tsuyoshi. Possesseur de dojutsu fonctionnel et nouvel manieur du doton. La chose ne serait probablement pas pour déplaire à la cousine Toph et son dojo… Quelque chose me disait cela dit, que j’irais beaucoup plus loin que les nombreuses prouesses dont elle était capable. Ce quelque chose n’était pas l’ego ou un quelconque esprit de rivalité. Non… Il s’agissait tout simplement d’un sentiment enfoui au fond de moi. Un sentiment qui me faisait clairement comprendre que tout comme j’avais senti dès les premiers instants que j’étais un nouveau maître de la terre, de la même manière j’avais acquis un nouveau don bien plus complet…

_________________
Spoiler:
 


Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] Empty
Mer 5 Juin 2019 - 3:03
Ma première nuit à l’hôpital suite à l’assaut sur Iwa… je dois dire qu’elle fut plutôt affreuse. Je n’avais cessé d’avoir des cauchemars. Des cauchemars liés aux combats, à la destruction d’Iwa, mais aussi à Tête Bouc. Celle-là elle revenait souvent. Elle me hantait littéralement. A deux reprises cette nuit-là, j’avais vu la kunoichi et ses cornes sortant du haut de son crâne le tout avec cet air absolument bestial et carnassier. A deux reprises, après avoir eu cette image dans mon esprit, je m’étais réveillé en sueur. Il m’avait fallu boire de l’eau, me recoucher et patienter de longues minutes que le sommeil daigne me gagner à nouveau. Mais curieusement à deux reprises, un songe cette fois, suivant le cauchemar. Le songe, c’était ainsi que je pouvais l’appeler, s’articulait autour de cette chose en moi. J’en étais conscient à chaque fois au réveil… Je me retrouvais dans une vallée de sable, un désert entourant un oasis au loin. A chaque fois j’essayais de me rendre vers l’oasis histoire d’éviter de crever de déshydratation au beau milieu de la chaleur et du sable. A mesure que je m’avançais vers l’oasis, celui-ci semblait plus distant que jamais. On aurait dit un mirage et pourtant, au fond de moi je savais que tel n’était pas le cas. Après un temps qui me parut des heures à marcher, je comprenais alors que le désert n’avait pas cette dimension mortelle pour moi. Lorsque la prise de conscience intervenait, je comprenais alors que le sable était devenu mon allié, une partie intégrante de mon être.

Alors je me baissais, fort de ce sentiment, et posais un genou au sol. Le contact avec le sable m’était agréable. Je posais la main au sol et laissait ma paume se gorger de sable. Sentir tous ces grains de sable dans ma main me procurait un sentiment de sérénité pour ne pas dire de sécurité. Je ne me sentais pas ainsi avec le raiton. Bien entendu, en tant qu’ancien manipulateur du raiton, il m’était très difficile de voir ou de toucher pour ne pas dire de côtoyer la foudre régulièrement. Même pendant les temps pluvieux, où le tonnerre grondait et que les éclairs zébraient le ciel, il m’arrivait rarement de me sentir autant en symbiose avec cet élément. Pourtant le raiton était mon élément tout comme je sentais que le Doton l’était désormais puisqu’il avait pris la place de la Foudre. Seulement, cette nouvelle affinité avec le sable était différente. Je ne saurais l’exprimer mais je le sentais. A deux reprises j’avais eu ce songe. A chaque fois il s’arrêtait au moment où je relâchais le sable vers le sol. A ce moment-là, je me réveillais invariablement.

Lorsque j’eus la chance de quitter l’hôpital, dès que j’arrivais chez moi, je me déchaussais et me mit à marcher pieds nus dans la cour. J’essayais de retrouver ce sentiment particulier qui m’avait animé lors de ma première nuit à l’hôpital. La retrouver était difficile. Je ne parvenais qu’à trouver un petit sentiment de joie détonant avec ce que j’avais ressenti. Ce sentiment de joie et concordait avec ce que je ressentais parfois lorsque je manipulais encore le raiton. Mais cela demeurait différent de ce que j’avais vécu en songe. J’avais beau mettre la main au sol, reproduire les gestes à l’identique, de mon songe rien n’y faisait. J’étais même allé jusqu’à me retrouver au sol, dans la cour de chez moi, avec pour seule mise mon caleçon afin de maximiser mon ressenti, mais rien. Toujours rien. J’étais pourtant resté longtemps au sol dans cette posture. Si longtemps qu’un de mes cousins était venu me trouver dans cette posture pour me demander à quoi je jouais. Je lui expliquais alors rapidement que mon affinité avait changé et que j’essayais tout simplement d’être à l’écoute de mon nouveau pouvoir. C’est alors qu’il me fit remarquer qu’il n’y avait pas meilleure manière d’être à l’écoute de mon pouvoir que de le mettre en pratique ou du moins, d’apprendre à le produire à volonté. La chose était bien pensée. Je décidais alors de me relever et de m’y mettre. Hasard des choses… Ce cousin était manipulateur du doton. Il allait me servir de professeur.

_________________
Spoiler:
 


Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] Empty
Mer 5 Juin 2019 - 3:35
Chikara, mon cousin Hyûga me demanda avec insistance de bien vouloir me vêtir. Il voulait bien m’enseigner à utiliser mon affinité Doton mais certainement pas dans cette tenue. Il voulait que je m’habille. Je me levais donc et exécutait le bon vouloir de mon cher parent. Chikara était un Hyûga sévère, comme beaucoup d’autres. La sévérité avec laquelle nous étions éduqués nous empêchait de pouvoir avoir un caractère différent, de pouvoir être laxiste. Un Hyûga laxiste, oui au fond cela existe bien entendu, mais c’était plutôt rare. La compétition au sein du clan était terriblement accrue. Déjà entre membres de la même branche, la rivalité était forte, à fortiori entre membres de branches différentes. Un membre de la branche principale subissait plus de pression indirectement qu’un membre de la branche secondaire. Un mec de la principale se devait d’être fort. Il ne pouvait souffrir d’être le plus faible de sa génération et encore moins d’être plus faible qu’un membre de la branche secondaire. Voilà la raison pour laquelle il était difficile de trouver un laxiste au sein du clan, la difficulté était partout et personne ne pouvait dormir sur ses lauriers bien longtemps.

Je revins au bout de quelques minutes auprès de Chikara. Il me regarda d’un air satisfait, prêt à me faire souffrir autant que je le lui permettrais. Chikara était un membre de la branche secondaire. Il me devait respect et obéissance. Seulement il savait qu’aussi durs étaient les entraînements, jamais je ne me défilais. Ne serait-ce que pour préserver mon honneur. Chikara était depuis bien longtemps un de mes sparring-partener. Il savait qu’il n’avait pas intérêt à tuer à l’entrainement un de ses princes. Il m’enjoignit de m’asseoir en tailleur. Je répondis à son invitation.

Dans un premier temps, je devais méditer. Méditer les yeux fermés et tenter de ressentir la terre en dessous de mes pieds, tout autour de moi. La terre, dès l’instant que l’on se trouvait à l’extérieur d’un bâtiment, était après l’air, l’élément le plus simple à ressentir. Il était quasiment omniprésent. Il me fallut plusieurs minutes avant de passer au stade attendu. Je commençais à ressentir la présence de la terre. Je sentais la chaleur qui sortait du sol et montait vers le ciel. On aurait dit la respiration terrestre. Etait-ce possible d’ailleurs ? Je poursuivais pourtant ma méditation. Des minutes durant, une demi-heure, bientôt une heure avant d’entendre la voix de Chikara. Elle me guidait. Il me demandait de m’apprêter à recevoir la terre entre mes mains. Je devais d’ailleurs les présenter paumes ouvertes. Je répondis à la sollicitation. Chikara y déposa deux mottes de terre. Elles étaient fraîches il me sembla ressentir le sable qui bougeait à l’intérieur comme répondant à mon chakra. Mais ce n’était probablement qu’une sensation.

Au bout de quelques temps, Chikara me demanda quelque chose. Il voulait que j’essaye de faire bouger la terre que je tenais dans le creux de ma main. Je devais réaliser cet exercice sans composer le moindre mudra, en faisant circuler mon énergie chakratique au niveau des paumes. Réaliser le mouvement m’était possible, seulement je n’avais pas un grand espoir de réussite. A la première tentative je compris pourquoi j’étais si sceptique sur mes chances de réussites. J’avais réussi à faire passer du chakra sur les paumes de mes mains, là où se trouvait la terre. A l’image des techniques d’adhérence utilisée par n’importe quel shinobi de bas niveau, la terre s’était collée à mes mains. Je n’avais réussi à réaliser meilleure prestation. Ouvrant les yeux je reprochais la chose à Chikara. Il se mit alors à rire avant de me dire qu’il voulait tout simplement voir si je pouvais réaliser pareille prouesse. Je me mis alors à l’insulter avant de lui demander de me donner un exercice à hauteur de mes capacités actuelles. Ce qu’il fit. Je devais dorénavant tenter de faire bouger une motte de terre à mes pieds. Il me montra les mudra à composer, et m’expliqua le principe. Il s’agissait de faire passer son chakra dans ses pieds afin de pouvoir l’injecter dans la motte de terre voulue pour ensuite pouvoir se permettre de la faire bouger.

_________________
Spoiler:
 


Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] Empty
Mer 5 Juin 2019 - 11:44
Alors que j’essayais de me relever, je remarquais que le sable sur lequel j’avais laissé mon emprise ne semblait pas vouloir retomber de mes paumes. Pourtant j’avais supprimé la technique d’adhérence que j’avais activée un peu auparavant. Il fallut que je me frotte les mains l’une contre l’autre pour que le sable tombe et disparaisse. Étrange phénomène que voilà. Pourtant je passais outre, concentré sur la technique que je devais réaliser. Je devais faire bouger la motte de terre que l’on avait laissée à mes pieds. Conscient du procédé, conscient que j’étais capable de le faire, conscient du fait que je pouvais réaliser la technique et que je l’avais déjà fait sous d’autres variantes, je m’y attelais.

Concentré, j’exécutais les mudra. Ceux-ci me permirent d’activer mon réseau d’énergie chakratique de telle façon qu’il devint plus en adéquation avec l’affinité doton qui grandissait en moi de jour en jour. J’injectais alors mon chakra dans le sol et le guidait vers la motte de terre. Cela était déjà une prouesse dont je ne m’imaginais pas capable. Jamais de ma vie je n’étais parvenu à envoyer mon chakra dans la matière ainsi. Enfin, je parvenais à le faire à travers les techniques des coups du Hakke. C’était presque similaire mais la chose demeurait différente. Mon chakra trouva son petit bout de chemin jusqu’à la motte de terre. Il s’y engouffra. Et alors que je maintenais le lien entre cette partie de mon chakra dans la terre et moi-même, je m’appliquais à faire bouger la motte de terre. L’exercice consistait à la déplacer. Ma première tentative me permis de secouer la motte de terre plutôt que de la faire bouger d’un côté ou d’un autre tel qu’escompté. C’était déjà un résultat positif.

Satisfait je portais mon regard vers Chikara. Ce dernier me fit un sourire. Un sourire qui signifiait que le résultat n’était pas mal en effet. Un hochement de tête plus tard, je me remettais au travail. Même exercice, même mudra, le chakra que je distillais dans le sol et que je maintenais actif et en lien avec moi. Cette fois ci la terre fit plus que se secouer. Elle s’éleva sur quelques centimètres, un peu de façon plus ou moins concentrique, oscillant de gauche à droite maladroitement. J’étais encore loin du résultat des maîtres en Doton mais c’était un excellent début pour une seconde tentative. Je poursuivais alors ainsi toute la matinée durant. Cet exercice fut mon nouveau jeu. Celui auquel je me laissais aller avec plaisir au point que Chikara jugea bon de me laisser à cette activité jusqu’au lendemain. Le soir, au coucher du soleil, j’étais parvenu à élever la motte de terre au-dessus du sol sur environ un mètre. J’avais même réussi à soulever deux mottes de terre éloignée l’une de l’autre de deux mètres chacune sur quelques centimètres de haut.

Fatigué à la fin de la journée, mais heureux, j’étais allé me coucher le cœur léger bien conscient que j’avais bien avancé par rapport à ma maîtrise du doton. La nuit vint et un nouveau songe avec. Un songe qui semblait se dérouler tout juste après celui de la première nuit à l’hôpital. Vous savez ce moment où je plongeais ma main dans le sol que j’en sentais la composition et que ce sentiment de sérénité m’envahissait… Cette fois-ci, au moment de relâcher le sable, je remarquais quelque chose de nouveau. Le sable demeurait dans ma main. Comme ce matin. Il demeurait collé à la paume de ma main. Comme s’il ne voulait plus jamais me lâcher. Comme si nous étions liés par simple contact. Le sable était là, les grains de sable allant et venant entre la terre et la paume de ma main sans que l’ensemble ne quitte l’un ou l’autre. Le tout oscillait harmonieusement entre la terre et ma main. Se pouvait-il que la maîtrise du doton confère pareilles possibilités ? Je me réveillais alors dès que j’essayais de faire un mouvement pour me saisir du sable en question. A mon réveil mes questions demeuraient intactes tout autant que le sentiment que ce songe semblait bien réel. Pourtant, je n’avais pas quitté mon lit de la nuit…

_________________
Spoiler:
 


Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195

Des bouleversements et une vie qui change du tout au tout... [Solo/CS2]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: