Soutenez le forum !
1234
Le Deal du moment : -60%
Le Petit Marseillais Shampooing infusion thym et ...
Voir le deal
1.31 €

Partagez

Dans notre Empire [Teikoku]

Rei
Rei

Dans notre Empire [Teikoku] Empty
Dim 2 Juin 2019 - 17:21
Quelques jours après la bataille de Kumogakure no Satô...

« Dehors. »

Les quelques savants qui travaillaient au troisième étage du complexe scientifique n’eurent qu’à se retourner pour confirmer leur impression. C’était bien l’Empereur du Feu qui venait de leur toucher un mot, simple et terriblement autoritaire. S’ils auraient pu hésiter à obéir à celui qui restait l’ennemi dans le cœur de certains de ces savants Kumojins, la présence des soldats de l’Empire derrière Yamanaka Rei les dissuada de toute tentative de rébellion ou d’exposer un refus. Ils prirent alors leurs affaires, et laissèrent place.

C’est en soupirant que l’ancien Lieutenant de l’Homme au Chapeau s’avança dans les locaux scientifiques de ce bâtiment si important pour Kumogakure no Satô. En réalité, il n’avait que faire de cet endroit, il lui fallait juste de la place pour converser en secret avec l’ensemble des gradés de son armée présents.

Il monta sur l’estrade devant un tableau, puis se retourna pour faire face à ses hommes.

« Bien, je vous ai rassemblés pour coordonner nos actions pour les prochains jours et prochaines semaines. Nous avons vaincu et conquis l’ennemi, mais comme je l’ai déjà dit, il n’a jamais été question de faire payer à un peuple les erreurs de ses institutions ou de ses chefs. Mes ordres seront clairs. »

Son regard autoritaire l’était d’autant plus lorsqu’il était accompagné de son visage balafré au possible, rappelant que l’Empereur du Feu n’était pas simplement qu’un orateur ou leader hasardeux : il était avant tout un combattant d’exception dont le vécu et les souffrances trouvaient écho dans l’idéal du Teikoku.

« Il est interdit de lancer des traques aux Kumojins qui auraient réussi à fuir leur cité, il y en a peut-être qui en profiteront pour avoir une nouvelle vie loin des horreurs qu’ils ont commises par le passé. Quant aux autres, s’ils préfèrent devenir des lâches abandonnant leur village, leur pays et les leurs, qu’il en soit ainsi. Et pour ceux qui craignent une contre-offensive dans les prochains mois, qu’ils n’aient crainte : si nous avons vaincu un village, nous n’aurons aucun mal face à quelques fuyards. »

Dans l’esprit du Yamanaka, il venait de décrire la première des options concernant les Kumojins. Car à partir du moment où il avait vaincu l’ennemi et décidé de ne pas le massacrer, il fallait savoir quoi faire ensuite, y compris pour les nombreux survivants.

« La majorité des Kumojins sont restés, de gré ou de force ici. Certains auront sans doute l’espoir futile de lever une rébellion de l’intérieur, c’est pourquoi je nommerai prochainement un Régent à ce village, qui aura l’équivalent de mon autorité et de celle qu’aurait eu un Raikage ici-même. Il permettra, avec l’appui de certains membres de notre armée, d’assurer la stabilité de Kumo et de faire fonctionner ce village en le remettant dans une ligne de conduite respectable. »

C’était alors de la deuxième catégorie qu’il avait parlé. Il ne restait plus que la troisième et dernière…

« Enfin, il y a ceux qui ont trouvé un écho dans notre objectif, dans notre rêve, dans notre conduite. Parmi ces Kumojins, certains ont déjà exprimé leur intérêt et volonté de rejoindre le Teikoku. Je veux que vous les rencontriez, les jaugiez, et s’ils méritent selon vous une place dans notre Empire, alors recommandez-les au grade qu’ils devraient avoir. »

L’Empereur du Feu fit un pas en avant, puis descendit de l’estrade comme pour se remettre à la hauteur de ses Capitaines et de ses Lieutenants. Il en regarda certains dans le blanc des yeux à mesure qu’il s’approchait de l’ensemble des rangées.

« Dans notre Empire, il n’y aura pas d’académie : les arts ninjas, la force, l’expérience ne s’apprennent pas dans les livres. Dans notre Empire, il n’y aura pas d’examen superflu, la responsabilité de soldats ne se juge pas selon des critères prédéfinis. Le mérite et la fraternité entre soldats, voilà ce sur quoi sera basé notre armée. Si je vous fais confiance, alors je fais confiance à votre jugement. Si vous recommandez un Héros, vous le serez encore plus vous-mêmes. Si vous recommandez un traître, vous en deviendrez un vous-mêmes. »

Il n’y avait alors plus qu’à conclure.

« Je veux qu’au moins la moitié de nos gradés restent encore un peu à Kumo pour juger et recruter dans nos rangs. Les autres, vous pouvez rentrer à Urahi. J’annoncerai le nom du prochain Régent dans deux semaines. »

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

Dans notre Empire [Teikoku] Empty
Dim 2 Juin 2019 - 19:33
AU CŒUR DU FEU
L'ascension de l'Empire
Le rassemblement au sommet. Suite au premier discours qui avait sonné les cloches de la victoire pour l’Empire du Feu ainsi que quelques jours revigorants pour tous, une seule question s’était très certainement posée dans les pensées de chacun, et Tomoe n’avait pas fait exception –quoiqu’elle ne lui avait qu’à peine traversé l’esprit. Et maintenant ? Cet homme qui les avait visiblement tous embarqué sur une base mensongère. La vérité dévoilée changeait-elle foncièrement quelque chose finalement ? Absolument rien pour l’explosive.

C’est sur le chemin qui montait jusqu’au troisième étage du Complexe Scientifique de feue Kumogakure no Sato que la Hannya en profita pour glisser un œil avisé au sein des gradés qui suivaient l’Empereur incontesté. Où était-il ? Assurément, l’Eclair Vert n’était pas là. Peut-être mort. La Chôkoku repassa son regard une dernière fois lorsqu’enfin tout le monde s’arrêta enfin. Décidément, il n’était pas présent. Qu’est-ce que cela pouvait faire pour l’heure ? Tomoe haussa les épaules et son interrogation s’échappa bien vite de ses pensées. Toujours aussi changeante, toujours aussi éphémère, l’attention de la jeune femme tenta de se concentrer sur ce qui allait suivre. Elle s’était frayée un chemin un peu plus sur la droite mais suffisamment proche pour voir entièrement le Yamanaka. Il ne restait plus qu’à tendre l’oreille.

Le sérieux dont faisait preuve le balafré n’était pas partagé par l’ancienne Tsuchijine. Elle observait ses traits pour tenter de déceler une quelconque information, peut-être une faille. Mais rien. Il était droit. Pourtant, lorsqu’il déclara qu’aucune suite ne serait entamée pour les Kumojins en fuite, Tomoe se mit à sourire. Alors c’était ça ? Après la guerre, plus rien ? Le gros coup qu’il lui avait promis était fait et… Il ne suffisait plus qu’à passer à autre chose ? Soit, pour l’instant. Il suffisait de faire entendre que la continuité de leurs actes devrait être de mise. Car à se retirer de la course alors que l’Empire possédait presque la moitié du Grand Continent, il était hors de question de tout perdre maintenant.

Or, lorsque l’empereur descendit de son piédestal pour les rejoindre, Tomoe le fixa plus encore, ce même sourire aussi carnassier qu’amusé qui ne la quittait plus. Elle ne voyait tout ça non pas dans son ampleur mais bien comme un nouveau jeu, une nouvelle partie. Aucune peur, aucune appréhension, elle ferait comme toujours : Répondre par spontanéité et impulsivité et ce peu importe les situations. Rei avait eu beau prôner un régime qui ne serait pas hostile envers d’autres, pourtant, ses planifications n’étaient pas des plus pacifistes, il tendait même vers du militarisme. Il n’était donc pas si dupe, c’était une bonne chose.

Mais une question lui brûlait les lèvres dont le sourire s’était définitivement perdu. « C’est bien beau tout ça. » Elle s’était d’abord exprimée d’une voix assez calme qui devint subitement portée plus fortement, toujours ce même regard de fierté. « Mais quelle est la véritable suite ? Nous demeurons à Kumo ou à Hi très bien, nous vivons des vies paisibles ? Ca j’en doute monsieur l’Empereur. » L’impatience de Tomoe s’était éveillée et alors qu’elle pencha un peu la tête sans détourner le regard, elle haussa les épaules. « Tout ceci va se savoir. Il me semblait que tu connaissais mieux que ça les grandes nations... » Et la Chôkoku n’avait perdu ni son irrespect, ni son franc parlé. « Si les Kumojins partis ou restés sont loin d’être une menace, dehors, au-delà des montagnes et de la mer, ce sont deux autres nations qui pourraient vouloir nos têtes. J’espère que tu as envisagé cette éventualité…» Tomoe sous-entendait évidemment qu’il ne fallait pas se contenter de tout ceci, malgré la grandeur de leurs exploits. « Alors j’espère que nous ne serons pas les premières cibles mais bien les premiers à frapper. »

La Chôkoku s’arrêta là, sans véritablement attendre une quelconque réponse. Son visage totalement fermé, qui avait fini par gagner le même sérieux que l’empereur.
☾ anesidora



Dernière édition par Chôkoku Tomoe le Lun 3 Juin 2019 - 1:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9753-dossier-de-chokoku-tomoe#82791 https://www.ascentofshinobi.com/u1298
Yoarashi Seiya
Yoarashi Seiya

Dans notre Empire [Teikoku] Empty
Dim 2 Juin 2019 - 23:41
Le feu, il y a maintenant quelques jours, venait de terminer sa bonne pitance sur la foudre et les armées de l'Empire prennent alors place dans l'entièreté du pays ainsi que dans la cité des Nuages. Les Kumojins ne peuvent plus rien contre leur envahisseur et pour le samouraï, cela lui est bien égal. L'objectif était atteint, les ennemis de Hi no Kuni sont soumis à la volonté du feu. Cependant, cette première victoire face aux grandes nations de ce monde possède un goût amer. L'Urawokaku ne sait pas quoi en penser. Car depuis plusieurs jours, voilà que Araho Daiki, l'homme au masque d'or que Ryūzaku pensait suivre dans cette guerre se révèle mort depuis l'ère du Soshikidan, joué depuis ce jour par un seul et même homme; Yamanaka Rei.

Si le Hijin est amer de cette révélation, il en est pas moins fier de voir la citée des nuages en proie aux flammes et à la terreur sous les ordres d'un homme originaire du même pays que lui et dont les motivations et la volonté ressemble étrangement aux siennes.

C'est dans l'ombre, sous un demi préau détruit durant la guerre présent non loin de l'Empereur, caché aux yeux de tous que le 刺客 Shikaku écoute attentivement le monarque plaider son discours quant aux objectifs présents et futurs du Teikoku. Mais dans ce moment de calme, situé après la tempête, l'homme est quelque peu désorienté quant à la résonance que le monde vient de subir. Suite à ces derniers événements, alors que le samouraï terminait quelques kumojins, l'apparence qu'il arborait depuis de nombreuses années sous les traits d'un homme à la chevelure blonde disparu subitement. Cette apparence, qu'il utilisait comme son apparence "naturelle", n'est qu'une énième supercherie sous laquelle il se cachait. Désormais, l'homme est à visage découvert et il ne sait pas pourquoi. Toutefois, il s'en contre fout.

Alors que Rei termine son grand discours, la nouvelle surnommée "L'Explosive" s'avance et commente les paroles du Yamanaka, mettant en doute les idées de l'homme. Du moins, sur l'aspect futur de l'Empire face aux autres grandes nations. Un point sur lequel il n'est pas tout à fait d'accord.


« Je pense que Rei-sama sait ce qu'il fait. Que notre victoire face écho à travers le monde. Les nations du Yukan craindront alors notre Empire et y réfléchiront à deux fois avant d'émettre la moindre envie de nous faire tomber. Même chose pour les Kumojins ayant fuit leur propre pays pour potentiellement créer une armée de révolutionnaire. dit-il, s'avançant face à la lumière. Car il ne faut pas fermer les yeux là-dessus, ni écarter la moindre options quant à une future tentative de ses survivants pour reprendre leurs terres. Néanmoins, je suis d'accord sur un point avec vous Chôkoku-san; il nous faut prendre les devants sur les autres nations. Notamment Iwagakure no Satô, ayant fait alliance avec Kumo pour mettre à mal notre pays. »

Il s'avance alors vers son Chef, témoignant de son aura imposante comme puissante.

« Rei-sama, quoi que l'on fasse, sachez que je suis avec vous. Mais je vous demanderez qu'une seule chose en retour; plus de mensonge. »

Son regard se plonge dans celui de l'Empereur, lui faisant bien comprendre que le mensonge Daiki est bel et bien le premier et le dernier qu'il s'autorise. Et ce, en échange d'une implacable loyauté.

_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9020-yoarashi-seiya-termine https://www.ascentofshinobi.com/t9026-yoarashi-seiya-dossier-shinobi#76024 https://www.ascentofshinobi.com/u1222
Raytōku Kirā
Raytōku Kirā

Dans notre Empire [Teikoku] Empty
Mar 4 Juin 2019 - 14:16

Dans « notre » Empire


-

Il n'y avait pas de feu plus froid que celui d'un village qui tombe, s'agenouille. Les ruines mordues des danseuses fauves se recroquevillaient petit à petit sur elles-mêmes. Comme des enfants punis qui baissent la tête, comme une nature étouffée qui préfère disparaître. Le spectacle n'avait rien de plaisant, pourtant, il était de votre fait. Voilà ce qui naît du tragique, voilà ce que donne la vengeance. C'était un équilibre cruel des choses, vous aviez repris ce qui vous appartenait ; Une dignité, un nom, un passé... et un futur.

Certains visages inertes vous regardaient en spectateurs éternels ; tu voyais leurs chairs fondre et rendre à la terre le superflu, ne laissant que des ossements ternis par les cendres. S'il leur manquait peau et expression, tu pouvais deviner leurs prunelles meurtries et juges de leurs propres bourreaux.

Ce qui devait être une mère, ou une enfant, jonchait le sol, à tes pieds. En position fœtale, prête à retourner à ses origines. Elle avait caché son visage de mains abîmées, occultant une vision qu'elle ne pouvait supporter. Ta paume devient voleuse, s'empare d'une toge blanche qui la protégeait pour t'en recouvrir. L'action avait dévoilé une moitié de corps brisée, presque inhumaine. Le cacher derrière une cape de soie était trahir sa douleur et son envol vers une nouvelle vie ; Les morts n'avaient point de pudeur. Les mutilés, eux, oui.

Finalement, un imposteur se dresse au sommet des décombres. Les vents avaient rapporté à tes oreilles des échos, mais la vérité s'était montrée sans filtre, sans... masque. Daiki n'était plus, à sa place régnait un nom qui avait souvent été assimilé à un groupuscule supposé déchu. Les miettes d'un Shoshikidan muet, prenant aujourd'hui le pouvoir sur un peuple meurtri parce qu'il l'avait été aussi.

Ton unique poing se serre derrière ton drapé de fortune. Tu sentais ta sincérité bafouée par un individu qui s'était amusé à rebondir dessus, sans en avoir la légitimité. Il n'avait ni nom ni noblesse. Il avait joué les pantins de l'ombre, se faisant passer pour quelqu'un dont l'image aurait du être honorée.

Dupée, trahie, et pourtant menée vers tes propres volontés ; Tiraillée entre l'envie de t'adonner à une cause portée par un simulacre et l'horreur d'avoir à obéir à des commandements illégitimes. Un cœur froid et chaud, basculant ça et là tout en écoutant consignes et arguments, débats et questionnements. De nouveaux visages prenaient lumières, comme celui d'une audacieuse dont les mots sans tact clamaient déjà une prochaine offensive sur les terres voisines. Frapper les premiers  pour garantir une sécurité interne et externe ? Tu étais plus de l'avis de jouer sur votre force froide et effrayer plutôt que de faire plier. L'Empire avait désormais un nom et.. un visage balafré. Il faudrait en jouer pour faire taire les plus téméraires .

Les autres lieutenant présents semblaient tous accepter l'imposture comme une tournure vers le futur, là ou tu avais tendance à vouloir faire marche arrière.

- Je serais de ceux qui rentrent vers nos terres.

Dans un salut froid et amer, tu fais voler la toge nacrée et tourne le dos, presque impunément, à un avenir qui t'effrayait. Hi était une terre vengeresse, mais les actes portés en son nom perdaient tout leur sens s'ils n'étaient pas menés par des cœurs sincères.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Borukan Bao
Borukan Bao

Dans notre Empire [Teikoku] Empty
Mar 4 Juin 2019 - 22:43
C'est la seconde fois que je vois l'empereur du feu, et de près il est encore plus impressionnant. Il y a clairement une aura, une prestance qui se dégage de lui. Il nous a fait réunir, nous, les cent originaux de l'attaque sur Kumo – même si nous sommes malheureusement désormais un peu moins, afin de nous parler de l'avenir. Il n'est pas celui qu'il disait être, d'accord, et s'est moqué de nous sur ce point. Mais comme il l'a déjà dit il y a quelques jours, ses objectifs sont les mêmes que nous. Et puis personnellement je ne connaissais pas celui qu'il disait être, alors que lui... Ben ça fait deux fois que je le vois. Donc, au fond, peu importe qui nous dirige et s'il a menti pour ça, tant que ses intentions correspondent aux miennes.

Et pour l'instant de ce que j'en entends, j'aime ce qu'il dit. Ne pas poursuivre les déserteurs, les laisser vivre une nouvelle vie s'ils le souhaitent, ne pas faire payer au peuple les erreurs de leurs chefs... J'adhère complètement, et malgré le fait que je ne sois pas vraiment à l'aise parmi tous ces combattants dans un pays qui n'est pas le mien, je commence un peu à me détendre. L'idée d'une contre offensive me refroidit tout de même un peu. Quelques fuyards ? Et s'ils s'organisent ? J'imagine qu'il sait ce qu'il fait et ce qu'il dit.

Je reste dans mon coin, jouant du bout des doigts avec une petite poupée de bois en écoutant ce qu'il se dit. Je ne suis pas vraiment certaine que ça me concerne, mais là encore j'aime l'idée que certains Kumojins nous aient rejoints. Qu'en est-il des autres pays ? Est-ce qu'on pourra les recruter, eux aussi ? Je lance un regard autour de moi, mais visiblement personne n'ose l'interrompre pour lui poser la question. Quant à moi... Il m'intimide un peu, je dois avouer. Alors je continue de triturer nerveusement a structure mokuton tandis qu'il termine ce qu'il a à dire. Pas d'académie ? Pas d'examen ? C'est vrai que nous sommes des adultes, on ne va pas à l'école. Ce n'est pas de notre âge.

Bien, on dirait qu'il a terminé. Ces quelques jours ont été éprouvants. Moi qui voulait vengeance pour Asahi, je l'ai eue. Elle a été tuée par des Kumojins, et surtout par un utilisateur de matière noire juste parce qu'elle a attaqué un convoi : des choses matérielles. C'était ça qui me motivait. Et puis finalement je me suis rendue compte que je ne voulait pas tuer, je ne voulais pas devenir comme eux. Et pourtant... Un frisson me parcourt en pensant à ce qu'il s'est passé. Je suis devenue une tueuse ?

L'idée de rester ici et apprendre à connaître les habitants de Kumo me plaît bien. Ça doit être intéressant de découvrir de nouvelles meurs et coutumes. Celle de leur montrer que nous ne sommes pas tous sanguinaires aussi. Mais le suis-je vraiment, après ce que j'ai fait ? Je n'ai certes tué aucun civil contrairement à celui qui m'a fait face, et qui n'a pas hésité à noyer alliés comme ennemis, mais je n'ai pas les mains blanches pour autant. Je ne les aurait plus... Alors au final ce pays me rappelle seulement ce que j'ai fait malgré moi. Et puis je vois très bien la façon dont la population m'observe. Cette haine dans leurs yeux, je ne pense pas que je pourrais encore la supporter longtemps, même si j'aimerais aider à leur faire changer d'avis. Mais d'un autre côté je ne peux me résoudre à leur imposer ma présence sur leurs terres, ça doit déjà être bien assez difficile pour eux comme ça.

Mon regard fait le tour de la pièce, tentant de voir des têtes connues. Il vaut mieux que ce soit moi que certains autres ici, non ? Certains sadiques qui n'hésiteront pas à profiter de leur nouvelle position pour profiter des vaincus. On a tous entendu des histoires de ce genre... Mais il y a aussi une possible famille à Hi, d'autres manieurs de bois. Je soupire. Je n'en sais rien, je ne sais pas quoi faire. Rester ici, ou rentrer à Hi ? De toutes manières, le choix n'a pas l'air d'être pour moi : je ne suis pas une gradée, mais une simple recrue. Donc, je rentre.

J'écoute encore un peu ce qu'il se dit, silencieusement. Je suis ravie de voir que la première à prendre la parole va bien. Elle est là, elle aussi. Je ne vois par contre pas les deux aux côtés de qui j'ai combattu. Où sont-ils ? Et je ne connais pas les autres. Je n'ai guère le temps de les chercher davantage, car je tourne brusquement la tête. Est-ce qu'elle est en train de demander... D'attaquer les autres villages ? Je déglutis. Non, nous avons eu notre vengeance. C'est terminé, n'est-ce pas ? Pas d'autre sang à verser... Je ne bouge pas de ma place, attendant que notre empereur réponde, avant de me préparer à rentrer dans un pays plus boisé, qui me correspond mieux.


Spoiler:
 

_________________
Dans notre Empire [Teikoku] Ban1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8849-borukan-bao-future-inventrice-de-renom-ou-pas#74559 https://www.ascentofshinobi.com/t6401-susukai-ineko#53252 https://www.ascentofshinobi.com/u729
Contenu sponsorisé

Dans notre Empire [Teikoku] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Dans notre Empire [Teikoku]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: