Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» CENT SEPT FOIS SOLDAT DU MOIS [PV Daigoro Jin]
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 18:26 par Daigoro Jin

» Absence d'un trio
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 18:24 par Suzurane Gine

» 4/03. Unité n°3
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 16:43 par Asaara Ôji

» La revanche du Hyuga [Tsuyoshi]
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 16:28 par Asaara Kenzo

» 5/02. L'âme du Soshikidan
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 16:26 par Nomura Ieyasu

» Un pont à franchir [Apprentissage / Gozen]
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 16:22 par Nuy Ozuka

» Bogi l'oasis. [x Sharrky]
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 16:05 par Shishi Bogi

» Les Ancêtres des Dunes
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 15:05 par Asaara Ôji

» Un anniversaire pas comme les autres - PV
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 14:35 par Chôkoku Jurôjin

» 2/03. Unité sud
Une grande aventure EmptyAujourd'hui à 14:13 par Takahashi Miya

Partagez

Une grande aventure

Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Lun 3 Juin 2019 - 15:48
♫ Shadow of the Colossus 02 — Prohibited Arts

Printemps de l'An 190, Kaze no Kuni, Temple du Désert, en début de matinée

Une décennie avant que la rébellion aride ne renverse le Premier Cercle et que la tragédie du Dieu du Désert ne bouleverse tout le Kaze no Kuni, les habitants de Taiyô n'avaient jusqu'à lors connu que les tourments territoriaux, infligés par un climat aussi dangereux qu'imprévisible. A priori reconnu comme étant le seul havre de paix dans cette prison d'ergs, la capitale regorgeait pourtant d'inégalités entre les Hommes. Mais malgré ce sillon social creusé par des années vouées à un lent développement, chacun avait le droit de se recueillir à l'Autel du Dieu du Désert, véritable mythe divin partagé par la plupart des tribus de ce pays désertique. Qu'ils soient travailleurs, malades, vieillards, pauvres ou bien aisés, tous avaient été élevés dans cet environnement suffocant avec une pointe de fanatisme dans leur esprit ; et nul ne passait une lune sans s'isoler du monde extérieur auprès de la déité, pas même la horde de notre chère Reikan qui ne faisait alors pas exception.[invisible_edit]

Aussi libres d'esprit ses membres pouvaient-ils être, chacun d'entre eux apportait au Pays du Vent et à ses coutumes, sources de stabilité et de nostalgie, un attachement tout particulier. Cette troupe se composait d'un couple dominant, qui n'était nul autre que celui de Ragna et Shizuka, père et mère de deux enfants à l'avenir prometteur ; c'était autour de ce noyau familial que gravitaient d'autres atomes, d'autres proches à part entière du clan. Aujourd'hui était un jour révélateur pour ces métamorphes, où toutes les branches de la ramure génétique devaient se retrouver au Temple pour discuter de la direction qu'allait prendre la famille. Le Temple du Dieu du Désert était une bâtisse religieuse battant toutes les espérances que l'on pouvait posséder à son égard avant de l'avoir réellement vu ; gorgé de secrets et surveillé en permanence, cette prouesse architecturale gisait au milieu des dunes et des montagnes de rocs.


Sous l'accablante chaleur du soleil à peine levant, une silhouette capuchonnée et de la taille d'un enfant se déplaçait sur le sable brûlant. Le moindre de ses pas engendrait le grincement aigu de l'acier de son équipement de chevilles contre la couverture sablonneuse, avant de la mener jusqu'à l'entrée du Temple si sacré où des fidèles priaient déjà face à l'autel. Elle aussi préservée par un voile sombre mais fin, la jeune fille prit un temps de pause pour relever la tête et zieuter la voûte principale. Elle décortiqua du regard les frises et les bas-reliefs ornant la façade ensoleillée. C'est peut-être la dernière fois que je reviens ici, et pourtant... Un soupir, témoin de sa nostalgie, sortit tout droit de sa gorge suite à sa réflexion intérieure. La dissimulée ferma les yeux et retira sa capuche à l'aide d'une de ses mains, toutes deux couvertes d'un alliage métallique atypique et intriguant. La tête de la gamine s'extirpa alors de la pénombre dont elle avait assez profité, dévoilant une longue chevelure d'ébène ponctuée de parures exotiques et un visage aussi innocent qu'harmonieux. À l'ouverture de ses paupières, deux topazes truandèrent cette atmosphère ardente pour se poser sur le sanctuaire trônant au fond du Temple. Silencieuse, la féline gravit la poignée d'escaliers avec lenteur et caressa de ses pupilles l'intérieur du lieu de recueil, comme si elle n'allait plus jamais le revoir à nouveau. Cet endroit avait beau être régulièrement proie à des tempêtes meurtrières, il paraissait n'avoir jamais épongé le moindre tourment climatique, à tel point que sa conservation pouvait en étonner plus d'un ; c'était à croire que les dévotions presque fanatiques n'étaient pas vaines, offrant protection en toutes circonstances à la tanière du Dieu du Désert. Toutes, sauf celle de sa libération, dont personne n'aurait pu se douter à cette époque encore paisible. De toute évidence, qui aurait pu penser que sous tous ces croyants dormait un Bijû?

Face au spéos, une brise sèche et réchauffante vint balayer quelques unes des mèches primitives de la métamorphe. Le silence était roi, pesant pour certains et lénifiant pour d'autres ; ainsi, Reikan le préserva au mieux afin de profiter de ce dernier moment de culte, jusqu'à ce qu'une imposante ombre grimpe sur son dos pour envahir le sol face à elle, la dépassant de loin. Dès qu'elle eut remarqué et reconnu la silhouette en raison de sa carrure, la petite brune se mit de profil pour relever son minois et adresser un regard accueillant à son père, Yasei Ragna. Ce dernier ouvrit le bras droit sur le côté pour attirer l'attention de sa fille sur le couple et l'enfant à la tignasse écarlate l'accompagnant. Une œillade eut suffit à la future kunoichi pour analyser l'attitude des nouveaux arrivants ; une femme à l'allure plutôt hostile accrochée au bras d'un homme à l'air fourbe mais loyal, couple au teint mat et dont les iris d'or contrastaient étrangement avec la peau laiteuse et les pupilles de rubis de celle qui était censée incarner leur progéniture.[invisible_edit]

« Tu as pris de l'avance, Reikan. Je te présente Keiko et Takeshi, ce sont d'anciens amis à Shizuka et moi. Et voici leur fille, Hanae.
Yasei Reikan, enchantée. »


_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Ven 27 Mar 2020 - 22:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Mer 5 Juin 2019 - 21:02


"Trop chaud... P'pa, on part quand ? J'en peux plus du désert !"

Hanae tient fermement le pantalon de son père, qui refuse de bouger malgré les demandes incessantes de sa fille, et son impatience. Le désert est aride, et la petite est bien contente que la troupe décide de partir de là. Elle n'a jamais aimé cette chaleur étouffante, cette sensation de brûlure sous la plante de ses pieds, et surtout le fait d'avoir constamment soif. Peut-être que les Yasei n'ont pas ce genre d'égards, mais pour une enfant adoptée, trouvée dans un coin perdu et sans aucun parent à proximité, tout ici est hostile. Une large main recouvre alors sa tête, avec à peine plus de force qu'une caresse, et une voix forte et rassurante rompt le silence éphémère que la rouquine a finalement créé en se taisant un peu.

"Allons dans le temple, nous ne pourrons pas y retourner avant longtemps."

La naine saute de joie, et se rend compte qu'elle n'a pas été très maligne en retombant sur ses fesses, sentant le sable brûlant à travers ses habits, et se relevant aussitôt en poussant un petit cri aigu. Après s'être nettoyée, elle rejoint sa mère, pour lui saisir la main, les larmes aux yeux. A cette époque, Hanae était une enfant hyperactive et très énergique, faisant souvent rire ses parents, qui n'ont pas une seule fois regretté de s'occuper d'elle. D'aucuns diraient que cette étrangère apportait un grand bonheur par sa seule joie de vivre. Un homme avait même dit, une fois : "Je me demande si quelqu'un réussira à lui retirer cette force, un jour." en riant fort. Eh bien, quelqu'un y est arrivé, sept ans plus tard...

Lorsque les portes sont visibles, l'enfant lâche la senestre de sa mère, et cours jusqu'à se retrouver dans l'ombre, se vautrant en ratant une marche, puis se relevant en moins de deux secondes, prenant une sorte de pose de la victoire. Personne ne la voit le faire, ce qui est plutôt une bonne nouvelle étant donné le ridicule qu'elle aurait pu se donner. Très vite rejointe par Keiko et Takeshi, elle leur lance un sourire satisfait, trop heureuse de ne plus être en train de cuire. Le trio avance alors un peu plus, la mère de la jeune Sendai approchant un peu plus son père, se collant carrément à lui. Une moue boudeuse sur le visage, la petite murmure une phrase à peine audible:

"Toute façon c'est moi qu'il préfère, papa."

Sa bouderie est interrompue par la venue de deux personnes. L'homme est impressionnant, et la toute petite se cache derrière son père lorsqu'il commence à parler. Elle a le même air qu'un chat apeuré, pourtant il ne devrait y avoir que des personnes gentilles, par ici. Elle ne remarque qu'après l'enfant, du même âge qu'elle sans doute, qui se présente assez vite après que son père ait fini de parler. La rougeoyante comprend avec un peu de retard qu'ils ne sont pas hostiles, et sort timidement de sa cachette. Sa mère prend les devants, en venant s'accroupir devant la toute petite brune et lui saisit le menton pour pouvoir mieux apprécier la vue de ses saphirs.

"Qu'elle est mignonne avec son air sérieux ! Tout le contraire d'Hanae !"

La dernière citée vient au triple galop, jalouse de cette comparaison fort dévalorisante, et s'approche pour prendre la place de Keiko, collant presque son visage à celui de Reikan. Elle reste ainsi quelques secondes avant de s'écarter. Elle hoche la tête, avant de la secouer...

"Hanae, enchantée ! Mais je suis plus mignonne que toi !"

Dit-elle, en croisant les bras et bombant le torse, fièrement. Si elle n'est pas une Yasei, elle a au moins une fierté, et comme dit souvent son père "Si tu n'es pas née intelligente, assure toi au moins de rester fière.", phrase qu'elle aime beaucoup même si elle ne semble pas en comprendre le tout.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Mer 12 Juin 2019 - 15:59
♫ Shadow of the Colossus 02 — Prohibited Arts

Pie. Un oiseau au plumage bicolore et à la longue queue, bruyant et criaid, dont la principale activité se résume à la plus mauvaise des cleptomanies ; en bref, un volatile bien détestable. Ce fut le premier nom d'oiseau qui vint à l'esprit de la petite brune, lorsqu'elle eut malgré elle le minois presque collé à celui de cette presque inconnue. Avec ses saphirs plantés dans les ambres de l'adulte, grands ouverts comme ceux d'un félin interrompu en plein durant sa toilette, Reikan reçut la caresse de Keiko sous son menton sans rien dire. Et sous les airs de fausse provocatrice de la Yasei mûre, la petite fille put distinguer une once de bienveillance à son égard, quoi qu'aux tendances mal placées et à la gestuelle un peu trop intrusive. L'air sérieux sur lequel venait d'appuyer la mère adoptive d'Hanae rayonnait d'ailleurs de plus belle sur le faciès de la gamine. Mais la féline n'eut guère plus de temps pour allonger son descriptif de la femme aux oreilles pointues et velues, étant donné qu'une chevelure rougeoyante eut vite fait de se dresser entre elle et sa pilleuse de regards.

Ses pupilles d'un profond bleu roi roulèrent d'une tête à l'autre, pour se figer dans les rubis de celle aussi grande qu'elle qui avait osé une telle approche. Perplexe, mais loin de se laisser faire, Reikan resta avant tout stoïque face à l'adversité - ou plutôt, la rivalité. Plus... mignonne? La jeune tigresse était loin d'être sotte, mais se rabaisser à une telle comparaison n'avait pas lieu d'être à ses yeux ; en réalité, déjà à l'époque, elle constituait un pur joyau de naïveté raisonnée et d'innocence. Celle qui allait devenir une sublime demoiselle n'avait bien sûr pas encore conscience de ses atouts et de la beauté bestiale que l'ensemble de ses traits, de sa chevelure et des parures ornant déjà à cette époque multiples parties de son corps, constituait. Et que ce soit parmi les grains du Désert ou dans la brume de Kiri, son apparence charnelle, bien que soignée, ne paraissait pas si importante pour l'enfant des bêtes.

« Tu n'es pas d'ici, pas vrai? Tu es pâle comme une morte. »

Bien qu'à peine âgée de six ans, la petite brune possédait déjà un œil d'esthète et un esprit aiguisé au détail près ; ce qui lui permit de faire cette simple constatation, en se référant à la blancheur de la peau de la rougeoyante. Même si la sienne n'était pas aussi orientale que certains, elle était assez hâlée pour témoigner de son appartenance au Désert et de son quotidien presque exotique. Suite à sa remarque, elle roula des yeux comme pour montrer son ennui, sous lequel gisait pourtant un brin de nostalgie quant au Temple. Et la prise de parole de Ragna envers l'autre couple, qui ne laissa pas le temps à la rose rouge de répondre à Reikan, porta aux sommets l'impatience des membres de la troupe, quant à ce qui les attendait.

« Il faudra absolument faire une escale à Taiyo avant le zénith de nôtre départ. Comment s'est passé votre petit bout de chemin jusqu'à lors?
Ça a roulé comme sur des roulettes! Pas un piège ou un brigand en vue pour venir jusqu'au Temple depuis le Sud. Mais je doute que ce sera la même une fois que la capitale sera derrière nous.
J'en doute fortement aussi. D'ailleurs, Ragna, as-tu établis les points de repos avant que nous atteignons les forêts du Feu?[invisible_edit]
Bien évidemment. Je vous montrerai ça une fois le ravitaillement fait.
Qu'attendons-nous, alors? »

Lors de cette discussion d'adulte, la future kunoichi en avait profité pour s'éloigner quelques mètres plus loin, comme si elle souhaitait préserver un silence implacable pendant sa dernière visite en ce lieu. Ses yeux étripaient presque chaque élément de l'intérieur du Temple ; décidément, la féline se préparait déjà à ce fameux voyage, celui qui allait la bercer des années durant. Le redoutait-elle? Certainement pas. Elle avait même hâte de voir de ses propres yeux la beauté du Yuukan, dans laquelle ses parents l'avaient plongé par le biais de tant d'histoires, de tant de souvenirs. La petite se contenta de rester là à observer, jusqu'à ce qu'elle ressente le poids du regard pesant mais bienveillant de son père sur ses épaules. Ce signal l'obligea à détourner les talons de l'autel afin de descendre les marches et retrouver la couverture de sable qui commençait déjà à subir les assauts du soleil.

« Plus rien, maintenant. Allons-y.
Viens, Hanae. Ça te dit qu'on s'achète une surprise au marché de Taiyo?
Et moi, je n'ai pas le droit d'avoir de surprise? MARI INDIGNE! »

Sur le chemin de pierres, Takeshi n'eut même pas le temps d'attraper la main de sa fille adoptive que son crâne avait déjà rencontré la paluche de sa femme, par une ahurissante torgnole droit dans sa tronche. Cette dernière fit son bout de chemin les bras croisés, boudeuse, alors que lui, pleurait à chaudes larmes en touchant la bosse grosse comme un roc qui surplombait sa chevelure grisonnante. D'un air de victime faussement peinée, il proposa à Hanae en levant les bras vers elle de monter sur ses épaules pour le trajet jusqu'au cœur commercial du Désert. Et au fond, il pria. Il pria de toutes ses forces, pour qu'elle ne prenne pas un malin plaisir à titiller le beignet d'hématomes qui gonflait en haut de son front. Et pendant que ce trio semblait animer la tête de la troupe, Yasei et Shizuka restaient aux devants pour guider, se retenant de pouffer de rire, pendant que Reikan leur tenait respectivement la main. Face à eux se trouvaient désormais la dernière ligne droite, avant le début... d'une grande aventure.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Ven 5 Juil 2019 - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Sam 22 Juin 2019 - 14:21
Pâle comme… une morte ? Hanae se fige, se demandant si elle doit rire, s’énerver, pleurer, demander à son père de lui coller une correction ou juste ignorer. Une personne censée serait passée outre, n’aurait pas relevé, et aurait opté pour l’ignorance plutôt que d’entrer dans un jeu comme celui-ci – qui n’en est pas forcément un, étant donné que Reikan n’a que six ans – mais … la Sendai a six ans, et est loin d’être la plus maligne des filles de son âge. Elle se prépare à assaillir verbalement l’autre enfant, mais est prise de court par le beau monsieur qui doit être son père. Même si la brune ne peut le voir, le regard de la rougeoyante est plein de mépris, elle se vengera, tôt ou tard. Grommelant, la naïve laisse cette affaire de côté, se promettant intérieurement de ne pas laisser sa fierté entachée. Les propos de l’adulte rappellent alors à la sauvage que le voyage va enfin commencer. Quitter ce pays, c’est leur objectif sous peu. Mais avant, il parle de passer par Taiyo, un endroit inconnu de l’ignare, qui est donc prise d’une curiosité brûlante à l’idée d’en apprendre un peu plus.

Lorsque son père lui propose de lui acheter quelque chose au marché, les yeux de la flamboyante s’illuminent. Si vite oubliée sa rancune pour la fillette aux saphirs, mais elle resurgira au meilleur moment, sans doute, pour plus d’explosivité.

« Oui ! Je veux une surprise ! Mais ce sera quoi ? Je veux savoir !! »

Manquant le concept de « surprise », l’idiote semble bien insistante, mais Takeshi ne cède pas, trop occupé à masser la bosse que sa femme lui a faite. La petite affiche un sourire narquois, elle, la préférée de son père, après tout, elle est adorable contrairement à sa mère. Enfin, elle aime ses deux parents d’un amour inconditionnel, quoi qu’il en soit. Grimpant sur les épaules de son paternel, elle est satisfaite de ne pas devoir poser les pieds sur le sable bouillant, malgré ses chaussures, quoi qu’elle ne les porte plus, pour une raison inconnue…

« Euh, papa, je crois que j’ai encore perdu mes chaussures… Oh, et c’est quoi Taiyo ? »

Dit-elle, avec une voix d’ange, comme pour faire oublier sa bêtise. Plus loin, elle toise la brune, qui marche d’elle-même. Puis regarde de nouveau la route.

« On t’en achètera au marché, même si je me demande si tu ne devrais pas rester pieds nus. Taiyo, c’est la capitale de ce pays, la plus grande ville dans les environs, tu devrais beaucoup aimer ! »

La voix de son père est enjouée, lui aussi se réjouit à l’idée d’y aller… Et ainsi débute ce voyage, direction la capitale, pour l’instant. Les deux fillettes et leurs familles ne savent pas ce qui se trouve sur le chemin, personne ne le sait d’ailleurs, mais le désert n’est pas un endroit des plus sûrs, et si certains doivent être méfiants, la rouquine se sent invulnérable sur sa monture.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Mar 9 Juil 2019 - 21:57
♫ FMA — Far East Suite

Kaze no Kuni, Taiyo, en fin de matinée

Une heure entière de marche fut nécessaire pour atteindre la Porte Sud de Taiyo. Capitale du Vent, cette cité était tout bonnement un oasis d'abondance, où les plus aisés jouissaient de richesses et les plus pauvres de paix. À elle seule, la ville regroupait plus d'êtres vivants que le Désert en comptait dans son intégralité. Bornée par une végétation dense et exotique, où l'eau ne manquait à personne, les remparts de Taiyo faisaient constamment barrière aux arides tempêtes du Kaze no Kuni et à la vague de sable l'entourant. En ce sens, la capitale n'était accessible que par le biais de souterrains ou par les airs. Cette singularité faisait aussi bien son aménité que sa disgrâce ; à vrai dire, puisque recluse dans les entrailles du sable, Taiyo était encore proie à des mœurs et des traditions que le Yuukan se voulait combattre à ce jour, comme l'esclavage.

Le soleil était à son zénith, lorsque la horde de métamorphes se présenta au tunnel du Sud. À l'entrée même de ce dernier, les éleveurs et les marchands se partageaient déjà le passage, entre bêtes et étals de bonne augure. Le couple meneur qu'étaient les parents de Reikan s'affaira à ouvrir la marche souterraine, alors que la petite brune adressait un dernier regard à l'astre solaire qui berçait le Temple du Désert. Est-ce qu'il sera le même, une fois de l'autre côté? Cette pensée enfantine était franche, mais surtout pleine d'innocence. Notre chère petite changeforme était loin de se douter du long chemin qu'elle allait parcourir, à la recherche du monde entier. Bientôt, ses pieds - ou plutôt ses pattes - goutteront à l'herbe fraîche, aux fleurs, aux cours d'eau et même... à la neige. Le simple fait de s'imaginer ce que pouvait être cette poudreuse blanche, selon les récits de ses deux parents, lui donna le tournis. Mais pour l'instant, il leur fallait effectuer une ultime halte dans cette ville marchande, avant le grand départ.

Les pierres du sous-sol rectiligne étaient froides, presque humides, à l'inverse de la couche sablonneuse qui couvrait les terres du Vent. Accrochée aux mains de sa mère et de son père, Reikan avançait au même rythme qu'eux, sans même oser se plaindre d'une quelconque fatigue ; c'était à croire que cette gamine n'était pas humaine, comparé à la fragile qui était portée par un autre membre de la troupe. Décidément, cette gamine est pleine de ressources. Après tout, c'est la fille de Shizuka et Rag-... Takeshi s'arrêta net, avec la jeune Hanae sur ses épaules. Droit devant, collée au plafond entre lui et le duo de meneurs, gisait une armada de chauves-souris bleutées. Penchées la tête en bas, les chiroptères fixèrent l'homme et sa fille adoptive avec leurs yeux globuleux, qui parfois clignotaient.

NOS AMIES LES CHAUVES-SOURIS:
 

Les yeux de Takeshi s'illuminèrent d'une lueur bien amusante ; et sa femme soupirait déjà de ce qui allait suivre. Sans en prévenir la flamboyante, il fonça tête baissée dans la nuée de chauves-souris pour envoyer la tête d'Hanae dans ces dernières et les faire s'envoler. Il courra parmi elles une bonne dizaine de secondes pour effrayer la gamine, avant de sortir de la nuée de chauves-souris et que celles-ci ne se raccrochent au plafond de roche. Un sourire malin aux lèvres, Reikan le regarda faire du coin de l’œil, attirée par les rires du métamorphe, avant de retourner la tête vers l'avant sans même apprécier davantage la réaction de la fille aux cheveux rouges. L'une d'entre elles s'était déposée sur l'épaule de la brunette, avec un air farouche à la tronche, mais elle ne lui apporta qu'une petite caresse sur le nez, avant qu'elle ne rejoigne ses frères et sœurs. L'air frais, provenant de l'autre bout du tunnel, se faisait déjà ressentir, caressant son épiderme et apportant à son nez les effluves du marché. De l'autre côté, les nomades feraient face à un tout autre monde ; celui des sédentaires. Stable, calme, rassurant, Taiyo incarnait la passerelle vers une vie que tous qualifiaient de normale et paisible. Et la féline avait hâte de savoir si ces éloges étaient mérités. Avant d'en voir le bout et de monter les dernières marches vers la surface, le Lion d'Atlas marqua un temps de pause pour s'adresser à ses pairs.

« Nous entrons dans Taiyo. Je sais que bon nombre d'entre nous y avons déjà mis les pieds, mais ne vous y perdez tout de même pas. Faites un maximum de provisions, pour ce qui nous attend, puis retrouvons-nous à la Porte Nord dans une heure. »

Aussitôt, il tourna les talons et remonta à la surface, relâchant la main de Reikan pour qu'elle se débrouille seule. La clarté du jour, après ces longues minutes de marche dans les profondeurs, eut vite fait de l'éblouir, si bien qu'elle éleva le dos de sa dextre devant son visage. Il lui fallut une poignée de secondes pour s'habituer à une telle lumière, alors que ses oreilles étaient déjà malmenées par la confusion sonore urbaine. La petite fille ouvrit les paupières, pour observer avec une grande attention les bâtiments, les échoppes, les commerces, les nombreux puits d'eau qui jonchaient les artères de Taiyo. La Porte Sud les avaient menés sur une place assez fréquentée, où les pauvres et les riches se mêlaient, bien que distingués par la qualité de leurs accoutrements. C'est donc ça, Taiyo?

Pendant que les membres de la horde se dispersaient de part et d'autre de la place, la Fille du Désert s'avança, à tel point qu'elle se libéra de la douce emprise de la main de Shizuka. Ses pas assurés la guidèrent jusqu'à des étals de bons marchands, où dormaient des fruits gorgés de vie, à côté de poignards capables de la retirer à des êtres dotés de conscience. Sans état d'âme et confiante en sa gestuelle féline, la petite aux cheveux nocturnes apposa l'une de ses paumes sur le manche de l'un d'entre eux pour l'empoigner, sous l’œil peureux du vendeur. Une dernière fois, elle caressa de ses pupilles myosotis la façade des bâtisses aux alentours. Comment des gens... peuvent-ils vivre enfermés dans de tels murs? Ne risquent-ils pas d'étouffer, passé un certain seuil? Dès ses six premiers printemps déjà, la jeune fille se questionnait sur un mode de vie qui était celui de beaucoup, mais pas le sien. Et l'appel de la liberté cognait déjà de toutes ses forces, contre les parois de son âme. Sortie de ses songes, la métamorphe distingua dans le reflet de la lame qu'elle portait une silhouette familière, à la chevelure sanguine, qui s'approchait dangereusement d'elle. Encore elle?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Sam 13 Juil 2019 - 16:21
Sur les épaules de son père, Hanae était à la meilleure position pour parcourir ce désert inhospitalier, malgré la chaleur étouffante qui y résidait. L'heure de marche les séparant de l'entrée sud de Taiyo passa donc assez vite, la petite discutant à peine, perdant ainsi sa joie de vivre habituelle pour laisser place à une fatigue assez étonnante, due au climat omniprésent. Elle maudissait le soleil, intérieurement, pour sa simple existence, qui lui rappelait à chaque jour que Dieu faisait à quel point elle le détestait. Mais un coin d'ombre était en vue, et son sourire parvint presque à se frayer un chemin sur ses lèvres, du moins l'effort y était. Les environs étaient jolis, bien que ce qui l'intéressait le plus était de se réfugier, loin de la chaleur qui lui brûlait la peau. Regardant tour à tour les différents membres de la troupe, l'enfant fût satisfaite lorsque la lumière brûlante ne fût plus sur sa peau et que la fraicheur, toute relative qu'elle était, commençait à se faire sentir. Lorsque Takeshi parla, la rouquine comptait bien lui coller une bonne mandale, lorsqu'il s'arrêta. Le spectacle qui s'offrait à eux était grandiose, de véritables créatures adorables se tenaient là, toutes éveillées, et la sauvage aurait bien voulu les approcher, mais craignait un peu leur réaction. Sa monture n'eût pas la même réflexion et fonça directement vers les chauves-souris, de sorte que la Sendai entra en contact avec certaines, tandis que ces dernières fuyaient, autant effrayées que la jeune fille. D'ailleurs, cette dernière, retenant d'éventuels cris, se débattit un moment avant de bondir loin de son père, revenant plus près de sa mère. Elle adressa une grimace à l'homme, et marmonna des mots, que personne ne put comprendre, mais qui concernaient sa vengeance qui allait venir. Une petite pleine de rancune, voilà ce qu'était l'écarlate, à cette époque.

Le chemin commença alors, au travers de ce tunnel, et la sauvage choisit de continuer à pied, se détachant même de sa mère. Elle aimait beaucoup être portée par ses parents, ou être à proximité d'eux, néanmoins, à cet instant, elle faisait la tête et préférait rester seule, sans pour autant s'éloigner du groupe. Elle constata d'ailleurs une chose, en regardant le dos de la brune qui se faisait passer pour plus maligne qu'elle, avec son air hautain: un bébé chauve-souris était accrochée à ses vêtements, et elle ne l'avait pas vue. Mais à quoi bon la prévenir, qu'elle se débrouille, après tout. Hanae ignora donc cela et écouta Ragna donner les consignes. Pas étonnant que Reikan était si sûre d'elle et qu'elle se pensait supérieure, étant donné que son père était un tel homme. Ne prêtant plus attention aux autres, l'adoptée du désert emprunta son propre chemin, et fût éblouie par le soleil, après être restée quelques instants dans ce tunnel ombragé. Elle aimait un peu trop s'éloigner seule, et ses parents redoutaient toujours que quelque chose lui arrive, ce que la naine pensait impossible...

D'une démarche assurée, la rubiconde s'avança au milieu des étalages, cherchant ce qu'elle pourrait faire acheter à ceux qui l'ont élevée. De la nourriture, des vêtements, des bijoux... Rien ne plaisait à cette petite guerrière, qui préférait la bagarre. Quoi que la nourriture aurait pu la combler, à la nuance près que la chaleur lui coupait tout bonnement l'appétit. Elle s'arrêta alors devant un étalage et des étoiles naquirent, dans ses yeux. Takeshi l'avait suivi, et il savait précisément ce qui avait attiré l’œil de sa fille. C'était la raison pour laquelle, quelques secondes plus tard, la rougeoyante se retrouva avec une sorte de dague longue, en bois, qui faisait tout de même la même longueur que son bras. Elle ne tarda pas à en faire usage, cherchant sa victime du regard... La brune aux yeux bleus la vit arriver, mais était-elle prête à ce qui allait suivre ?

"Reikan, je te défies. Prends l'arme que tu veux... La gagnante... Pourra demander ce qu'elle veut à la perdante."

Le ton, le regard, la posture... Tout indiquait qu'Hanae ne plaisantait, en demandant ce duel en plein milieu de la rue. La jeune fille hautaine allait-elle refuser, faisant preuve de maturité ? Ou accepter pour voir laquelle des deux était plus puissante ? Pour sa part, la Sendai était sûre d'elle, et comptait bien se venger, peu importait la réponse, elle était gagnante que la brune accepte ou non.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Dim 13 Oct 2019 - 13:42
♫ FMA — Far East Suite

Défier. Hanae avait définitivement employé le bon mot, pour sortir la jeune féline de son enclos psychique. Parmi tous ceux de sa génération, Reikan était certainement l'enfant des bêtes qu'il ne fallait pas emmerder avec un duel de pacotille, à défaut de vouloir se payer une branlée monumentale. Non pas parce qu'elle était la fille de Yasei Ragna, non, mais bien pour la simple et bonne raison qu'elle était Reikan, la Tigresse blanche encore endormie. Mais un pouvoir endormi ne sous-entendait pas que son porteur ne s'était pas déjà forgé un caractère de forcenée. La jolie petite brune avait beau être d'un calme à toute épreuve, cela ne l'empêchait pas d'aimer le risque et de s'aventurer dans l'inconnu, pour tester sa personne et chercher de nouvelles façons de dépasser ses limites. En outre, chez la jolie brune, une seule notion dépassait toutes les autres ; le courage, force de caractère, d'audace et de volonté farouche la poussant à avancer coûte que coûte. Et cela valait en toutes circonstances, même face à un piment encore nabot.[invisible_edit]

S'il était question de lutter, Reikan ne le ferait certainement pas avec une arme humaine entre les mains. À vrai dire, l'intérêt qu'elle avait porté à cette lame ne suscitait pas de l'envie, mais bel et bien une maigre réflexion sur son utilité. Alors que les humains s'acharnaient à confectionner des outils en tout genre, ces derniers étaient parfois innés, chez la plupart des membres de sa famille. Comment voulez-vous, avec ces toutes pensées claniques ancrées au plus profond de son esprit, convaincre cette petite fille qu'elle n'était pas à la hauteur d'un combat contre n'importe quoi, contre n'importe qui? L'arme que je veux? L'enfant des bêtes esquissa un sourire espiègle à l'égard de la rougeoyante, lorsqu'elle aperçut la dague de bois avec laquelle jouaient ses doigts. Hanae ne pouvait plus reculer, après cet affront sacrément culotté. Et malheureusement pour elle, la petite fille bestiale avait foi en ses capacités. Si bien qu'elle reposa délicatement la lame aiguisée sur l'étal, sous le regard méfiant du marchand, avant de se tourner totalement vers sa consœur adoptive. Ce fut ainsi les mains vides qu'elle se présenta face à sa future rivale et amie, au détour de la rue. Manifestement, Reikan avait du cran. Après tout, pourquoi s'alourdir d'une arme, quand nos seules poings peuvent faire l'affaire?

« Si tu tiens tant à manger la poussière de Taiyo, alors soit. »

La Fille du Vent haussa les épaules, étirant l'un des fins voiles sombres de sa tenue sur le côté pour qu'il ne constitue plus une potentielle gêne. Sa tête se tourna vers le commerçant de couteaux, lui adressant alors un regard tinté, à la fois de chagrin et de malice. Désolée, mais... Le glas du duel avait sonné, parmi le vacarme mercantile de cette artère de la capitale désertique. Aussitôt, l'une de ses mains s'appuya sur le rebord du stand pour soulever la totalité de son corps vers Hanae, dans une impressionnante contorsion élévatrice. Si d'abord, ses pieds quittèrent brutalement le sable de façon à en expulser une bonne partie sur le rubis ambulant pour l'aveugler, cela ne l'empêcha évidemment pas de porter un coup de ses deux pieds simultanés directement sur elle, dans la continuité du mouvement. Que cela ne porte sur son corps ou sur sa dague de bois, utilisée en guise de protection, il était clair que Reikan préférait d'abord faire reculer son adversaire, afin de ne plus se sentir acculée contre ce bazar de poignards. Sa cabriole se termina par un salto arrière, qui lui permit de retomber de toute son adresse sur une montagne de caisses remplies de lames. Maintenant, il fallait se préparer au mieux à l'assaut de l'orpheline, qui paraissait déterminée à ne pas regretter ses mots, même si cela signifiait qu'elle devrait poursuivre ce duel jusqu'aux tréfonds de Taiyo. Mais la Tigresse blanche était bien loin de flirter avec une quelconque idée de refus retardé, voire même d'abandon.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 10 Nov 2019 - 23:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Ven 18 Oct 2019 - 19:36
Le défi était accepté. Hanae se garda bien de montrer sa satisfaction, elle qui était persuadée de sa victoire à venir. La petite n'était clairement pas la plus futée, ni la plus douée au combat ou encore le plus fin stratège, mais elle avait une ténacité largement supérieure à la normale. Peut-être était-ce par bêtise, ou par excès de confiance, mais la fillette ne craignait pas la bête qui lui faisait face. Les histoires de clans, de fierté ou d'entrainement - et cette dernière partie était assez embêtante - ne lui incombaient nullement. A ses yeux, toutes deux n'étaient au fond que deux filles du même âge, prêtes à en découdre. Reikan devait probablement être bien plus aguerrie qu'elle, et pourtant, sans l'usage du chakra, la différence de force ne pouvait être si grande. L'intelligence, la stratégie, la vision du terrain, tout cela était encore inconnu à la petite Sendai, qui ne jurait que par sa plus grande qualité, en fait: son agilité. De même que pour l'intellect, elle n'était pas très adroite, ni robuste - un défaut partagé par les deux frêles fillettes qu'elles étaient. Une fois que les deux se trouvèrent en place, dans une ruelle très proche, la brune prit la parole en premier, pour lancer une provocation, à laquelle Hanae répondit de la façon qui lui semblait la plus intelligente.

"C'est difficile de manger la poussière, et je sais de quoi je parle !"

Elle tira la peau sous son œil, tout en tirant la langue. Elle restait une enfant, même si celle qui lui faisait face semblait rehausser la moyenne en matière de maturité pour des enfants de six ans. Le combat commença alors, bien trop vite au goût de la rubiconde, qui fût surprise par le sable envoyé par la féline en devenir. Une maigre quantité atteignit ses globes oculaires, le reste prenant la direction du bras qu'elle avait utilisé pour parer tant bien que mal. Elle ne vit pas les coups suivants arriver, mais s'en douta tout de même, et se projeta en arrière comme elle pouvait, se faisant quand même effleurer et donc déstabiliser par l'assaut. Mais elle n'était pas née de la dernière puis, et tout en ne lâchant pas son arme, elle prit appui au sol. Sa main armée frotta au maximum ses organes de vision, lui permettant de voir de nouveau, tandis que la seconde l'aidait à se relever. Une fois sur ses pattes arrière, l'écarlate sonna la contre-attaque, gardant une petite surprise dans sa main libre.

"Tu es jalouse de mes yeux ou quoi ? Même aveugle, je reste meilleure que toi !"

Elle jeta alors son arme - oui, déjà - vers les jambes de Reikan. Certes, ce n'était pas une vraie, mais dans le genou, cela pouvait faire mal, pendant quelques temps. Alors qu'elle se rapprochait, elle en profita pour jeter le sable qu'elle avait ramassé dans son autre main vers les mirettes de la Yasei, comme une revanche pour avant, et en prenant en compte un éventuel mouvement de la brunette, juste avant. Tout cela n'avait qu'un but, au final : tenter de lui asséner un coup de poing si elle était contrainte de bondir ou qu'elle se retrouvait aveuglée. Mais elle pouvait aussi bien se prendre elle-même un coup, à foncer de la sorte.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Dim 10 Nov 2019 - 23:51
♫ Origin — Agito to Kain

Meilleure que moi? Les mots de la rougeoyante résonnèrent comme un écho pourfendeur et fort désagréable dans le psyché de la féline. De tous ceux qu'elle avait côtoyé durant les six premières années de son existence, Hanae avait été la seule à tenir de tels propos à son égard. En effet, il fallait le dire, jamais personne n'avait osé s'en prendre, ni même espéré se mesurer à la progéniture de Yasei Ragna. Par conséquent, malgré son jeune âge, l'égo déjà bien forgé de Reikan eut du mal à éponger les dires de l'adoptée du Désert. Après tout, elle n'était pas la Fille du Lion d'Atlas pour rien ; dans son sang, coulait très certainement un surplus de fierté sans pareille, engrainé par une éducation des plus strictes. Non pas seulement parce que la métamorphe était une gamine pleine de talent et de bonté, mais également pour la simple et bonne raison qu'elle était, depuis sa plus tendre enfance, investie par ses pairs d'un espoir sans nom. À vrai dire, aux yeux de ses proches, la Tigresse blanche en devenir incarnait une étoile née pleine de promesses, si bien qu'elle s'était vêtue, au fil du temps, d'une confiance en elle-même débordante. Aujourd'hui, quand bien même elle n'était qu'une enfant encore fragile sur certains aspects, la changeforme avait déjà un caractère bien trempé, qu'il ne fallait pas s'amuser à titiller ; au risque de s'en prendre une bonne et de regretter.[invisible_edit]

La dague lancée par la rose rouge n'avait fait que rebondir contre le bois des caisses sur lesquelles la féline se tenait. À l'entente de ce choc annonciateur de chute, elle s'empressa de descendre de ce point d'observation stratégique pour rejoindre l'étal de marchandises, d'un petit bond sur le côté. Et elle n'avait pas eu tort, puisqu'une grosse partie des caisses marchandes perdit son équilibre d'antan pour s'écrouler sur le stand de couteaux. Ses paupières plissées n'ôtèrent guère de l'intensité à son regard éthéré, alors même que le sable tout juste jeté par Hanae s'élevait d'ores et déjà aux alentours pour affaiblir la vision de l'enfant des bêtes. Que d'originalité. Souvent copiée, mais jamais égalée. Voici un bien bel exemple de l'avance qu'avait la jolie petite brune sur les enfants de son âge. Hanae était-elle donc destinée à marcher sur les traces de la féline, sans jamais pouvoir espérer la dépasser un jour? Peu importait, parce qu'à cet instant précis, tout ce raffut parvint à faire céder les nerfs du marchand, qui dans ce nuage de poussière, s'arracha les cordes vocales en émettant un cri éreinté lorsqu'il vit toutes ses lames aiguisées se couvrir d'une pellicule de grains. Et pourtant, l'enfant aux cheveux rouges fonçait déjà sans réfléchir vers celle aux cheveux d'ébène, toutes deux n'étant devenues que des ombres en mouvement dans cette petite tornade sableuse. Des silhouettes petites mais vives, dansantes sur le stand d'armes, qui devinrent très vite sources de bien de curiosités pour les passants, au cœur de cette ruelle plutôt fréquentée.

Paf.

Un bruit sourd résonna dans le coin de la rue, sous-entendant que la future dompteuse du chakra venait de heurter de son poing tendu vers l'avant un corps, à sa plus grande joie. Se pouvait-il que le rubis ait réussi à mettre en mauvaise posture le saphir, ou ne serait-ce que le toucher? Le tourbillon de grains prit progressivement fin, porté par le vent brûlant et étouffant du Désert de Kaze, pour révéler ces fameux spectres duellistes. La rougeoyante dominait. Pourtant, le couteau de la déception vint lui empaler les entrailles, dès l'instant où les contours de la silhouette qu'elle chevauchait se révélèrent être ceux d'un... épouvantail de fer et de paille du stand, qui n'avait que pour fonction d'entraîner les futurs acheteurs les plus investis. Sans prévenir, une ombre s'étirait en long et en large au-dessus de la chevelure de feu, trouant la lumière du soleil comme une balle. Personne n'est meilleur... que Yasei Reikan! La ruse de la petite brune, si remarquable, fut éviscérée du regard par les gens du passage, après avoir absorbé leurs souffles. Et dès son atterrissage, elle glissa sur le flanc de celle qui lui tenait tête pour lui faire perdre pied et venir la balayer sans remords. Non pas à l'aide d'une main ou d'un pied, non. La balayette fut si brève que nul, pas même Hanae qui se trouvait finalement aux premières loges, n'eut le temps de remarquer ce qui avait bien pu lui faire perdre son équilibre. Qui sait, peut-être qu'une queue de Tigre trop longue n'en avait que trop marre de rester cachée dans l'ombre?

Bien que la Tigresse blanche avait pu choisir de se relever pour tendre la main à la Dame rouge, elle en décida autrement. Aussitôt redressée sur ses jambes, la féline adressa un regard provocateur et malicieux à sa partenaire de duel, avant d'esquisser un sourire. Si elle ne connaissait la Hanae insolente et souvent maladroite que depuis peu, elle la savait aussi téméraire qu'un buffle. Voyons voir jusqu'où cette tapée du bocal est capable d'aller pour gagner ce duel. Alors, la métamorphe se retourna vers une écurie située à l'opposé de la ruelle, avant de se mettre à courir, s'éloignant manifestement de l'étal du marchand qui, dépassé, assassinait déjà la rougeoyante d'un regard malsain. Allait-elle donc suivre notre chère Fille du Vent pour ne pas se laisser devancer une bonne fois pour toute, ou finirait-elle par perdre la face, trop vide d'ambitions et de rêves?

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 21 Jan 2020 - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Sam 23 Nov 2019 - 14:35
L'assaut de Hanae était parfait, sans aucune sorte d'erreur possible, pourtant sa vision troublée entraina une série d'événements assez incongrus. Elle ne remarquait même pas le marchand agacé, dans cette histoire, trop occupée à tenter de défaire celle qu'elle considérait déjà comme une rivale. Au fond, pour une enfant trouvée au détour d'une rue, sans doute abandonnée par ses parents, qui n'avait toujours été qu'une étrangère parmi les siens peu importe l'amour que lui donnaient ses parents adoptifs, il était difficile de s'imaginer atteindre la hauteur de celle qui était considérée par tous comme la future dirigeante du clan. Et pourtant, peut-être par ambition, ou par stupidité, ou encore par une avidité inégalable, la petite rouge voulait lui tenir tête, et ne pouvait pas l'apprécier pour cela. Enfin, dans l'absolu, elle ne la voyait ni comme une amie, ni comme sa famille, juste comme un moyen de prouver à tous qu'elle n'était pas faible. Cependant, ça commençait mal pour elle, qui frappa dans quelque chose de dur, qui lui fit mal à la main, lui faisant comprendre que cela ne pouvait pas être la Yasei.

"Elle est faite de métal ou quoi ? C'est pas du jeu, pff."

Mais quelque chose la fit basculer, et elle se retrouva vite au sol. Impossible de deviner de quoi il s'agissait, mais c'était sans doute la main ou le pied de la brune. Regardant vers Reikan, la Sendai - qui ne savait pas vraiment ce que voulait dire son nom, ni pourquoi elle le portait - se releva alors que le sable retombait au sol. Voilà que celle-ci prenait la fuite, vers une écurie. Les cris du vendeur en colère ne l'atteignaient pas, ce jour était celui où elle deviendrait l'enfant prometteuse du clan, et autour d'elle, dans sa pseudo-transe provoquée par la première humiliation, un halo rouge se formait, puis disparaissait, à plusieurs reprises. Était-ce une première indication sur ses futures capacités ? Elle n'en était en tout cas pas encore consciente. Prise d'une course folle, elle fonça tête baissée à la suite de la fille aux prunelles de saphir, la rattrapant difficilement, aux abords de l'écurie.

"Tu fuis ? Je te comprends, tu dois sans doute avoir peur de la super moi. Mais bats-toi jusqu'au bout, si tu crois que me balancer du sable ou me faire tomber par terre suffira à me faire abandonner, tu te trompes, madame la princesse."

De la provocation, c'était tout ce qu'elle désirait envoyer à la fille de Ragna, qui semblait un peu trop s'y croire, tout en haut de son perchoir doré. Les yeux de la sauvage montraient autre chose que de la haine, pourtant, envers elle. Il était bien difficile pour une enfant de comprendre des sentiments difficiles et adultes comme la jalousie ou l'incompréhension. Car c'était un mélange des deux qui pouvait se lire au fond de ses rubis. Jalouse de n'être considérée que comme une fille à embrouilles, mal élevée et maladroite, en comparaison à cette fille que tous considéraient comme adorable, classe et déjà forte pour son âge. Les deux étaient opposées, et c'était compréhensible, pourtant la Sendai avait un pouvoir latent que personne ne connaissait, et ne resterait pas éternellement à la traîne. Elle fit mine d'attraper sa lame de bois, qui était restée dans la ruelle pourtant, et sans se rendre compte du geste assez extraordinaire qu'elle venait de faire, elle pointa cette lame factice vers la future reine des Yasei.

"Viens te battre, et sans entourloupes, cette fois. Je te vaincrai avec cette dague en bois."

Mais ce n'était pas du bois dans sa main. Il s'agissait d'une forme d'un rouge vif assez proche de celui de sa chevelure, et essentiellement composé d'une chose qu'elle n'avait même pas encore appris à utiliser: du chakra. Ce chakra était d'une pureté à en couper le souffle, et malgré le caractère involontaire de son utilisation - la flamboyante étant trop obnubilée par la brune - il s'agissait d'une prouesse incroyable pour son âge. On pouvait aussi y voir les préludes d'une maîtrise du chakra difficilement égalable, tant son clan était réputé pour cet aspect, bien que son histoire soit connue de peu de personne, et ses membres pas réellement liés entre eux. Quelle serait la réaction de la tigresse blanche ? Et surtout, Hanae était-elle finalement une ratée, comme elle le pensait tout au fond d'elle ?



_________________
Une grande aventure P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Sam 21 Déc 2019 - 23:10
♫ FMA — Far East Suite

La jeune Yasei éternisa sa course jusqu'au beau milieu des écuries, avant de ralentir la cadence jusqu'à l'arrêt complet. Se pourrait-il qu'entendre l'autre rouquine cracher ses provocations lui fasse de l'effet, au final? Reikan prit la décision de pivoter sur elle-même seulement de moitié, pour ne lui lâcher un regard que d'un seul œil. Au creux de sa pupille se révélait une lueur rougeoyante, d'une beauté et d'une pureté difficilement égalables, sur laquelle la Fille du Lion attarda son attention. Du... chakra. Hanae était dorénavant armée d'une lame à la valeur inestimable, qui sortait du lot parmi toutes celles que l'on pouvait trouver sur les étals des commerces aux alentours. Si Reikan se contenta de rester stoïque durant une poignée de secondes, c'était parce que de ces deux-là, elle était celle qui en savait le plus sur cette énergie si envoûtante, rien que pour avoir accompagné ses proches à certaines chasses. Parvenir à manipuler de façon aussi précise une telle énergie relevait d'ailleurs du miracle, à cet âge. Cette essence, mélange d'énergies physique et mentale, était un don pour certains mais aussi le fruit d'un labeur interminable pour d'autres. C'était même un but impossible à atteindre, pour les plus malchanceux. Dans cette quête de puissance que beaucoup menaient avec hargne, le chakra et la volonté incarnaient les seules données capables de faire d'un faible, un fort. Hanae faisait-elle donc partie de ces gens-là?

La jeune adoptée du Désert ne semblait même pas savoir ce qui gisait entre les doigts de sa main, sur l'instant. Elle était une ignorante, aussi bien vis-à-vis de ses origines que de son potentiel. Et pourtant, qu'est-ce qui avait bien pu l'amener à réaliser une telle prouesse? Son corps n'était habillé d'aucun hématome, ni d'aucune cicatrice. Son esprit, lui, paraissait même avoir été épargné par la fatigue de la méditation. En définitive, la Sendai était une enfant vierge de toutes traces d'un travail acharné, pour obtenir un incroyable résultat qu'elle-même n'arrivait même pas à remarquer. Toutefois, il y avait un point commun entre ces deux jeunes filles, vouées à devenir de grandes guerrières. Les braises d'une volonté infaillible, qui se mettaient à brûler de temps à autre dans les pupilles de saphir et de rubis. Si l'une croyait dur comme fer en ses capacités pour devenir une métamorphe aussi puissante que son paternel, montagne parmi les Hommes, l'autre, espérait obtenir la reconnaissance qui lui était due. C'était là un bien beau duo se disputant la place de celle qui parviendrait à réaliser ses rêves en premier, de celle qui était la plus forte des deux.

Une place que Reikan comptait bien ne pas laisser filer.

« Ne te méprends pas, grignoteuse de sable. Je vais te faire goûter d'autres surfaces encore que la poussière de Taiyo. »

Ses yeux éthérés se détachèrent du poignard chakratique, pour ne garder qu'une vue de l'ensemble du corps de la rougeoyante. Il était temps de montrer, à cette petite pointe d'émergence d'un talent tout juste naissant, ce dont la jeune Fille du Vent était capable, du haut de ses six ans. Comme le lui avait déjà appris Ragna, son père et plus grand maître, la petite aux cheveux d'ébène courba l'arrière de son dos sur le côté et baissa les bras vers l'avant, pour se doter d'une posture tout à fait bestiale. Même si seul le maintien de ses appuis avait changé, c'était comme si Reikan n'était plus une jeune humaine. Elle était une véritable enfant des bêtes, en laquelle coulait un sang plein d'adrénaline, et qui pulsait déjà contre ses veines. Sans attendre, ses cheveux libérés à la racine mais emprisonnés à la pointe par une simple attache se firent bien plus denses, annonçant la couleur d'une phase nouvelle. Les étalons et juments situés à proximité d'elle s'agitèrent, rejetant un stress ambiant en expirant bruyamment l'air de leurs naseaux. Bien qu'ils n'étaient pas sa proie, un petit mais redoutable prédateur était désormais dans l'écurie, les inquiétant jusqu'à pousser des hennissements d'effroi.

Si l'enfant des bêtes s'en amusait, comme pouvait en témoigner son malicieux sourire, l'enfant du chakra pouvait en finir déstabilisée, si elle ne restait pas assez concentrée. De quoi ouvrir la voie à Reikan, celle-ci s'élançant déjà dans un agile bond vers la fille aux cheveux de l'aube, le poing droit écarté puis tendu en sa direction, afin de la frapper de plein fouet. Que cachait-elle donc, pour se présenter de front à sa rivale, alors même que celle-ci était armée?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Lun 6 Jan 2020 - 21:23
L'opposition entre les deux enfants était un peu plus violente qu'elle n'aurait dû l'être. La plupart des petits de cet âge serait plus occupés à jouer qu'à se taper dessus, encore plus des filles, mais pas Hanae et Reikan. Bien qu'elles ne se connaissent encore que peu, chacune semblait s'être fait une opinion de l'autre, et se battait pour des raisons qui lui était propre. De son côté, la rougeoyante voulait prouver son existence, et se hisser au niveau de la brune, voire la surclasser totalement pour montrer à ses parents qu'elle n'était pas qu'une gamine bruyante et fragile, mais bien une combattante qui pourrait aller loin. Armée de son arme en bois - du moins le croyait-elle - elle attendait le prochain mouvement de la Yasei. Sa première utilisation du chakra allait pourtant être de courte durée, bien que tout bonnement impressionnante, au final, mais elle ne le savait pas encore. La réaction de la princesse se fit sans attendre, ses mots d'abord, puis la chose qu'elle fit pour effrayer les bêtes, qui ne passa pas inaperçu, même pour le rubis. Autour d'elles, quelques personnes curieuses avaient commencé à s'attrouper, créant une foule, petit à petit, ce qui allait les empêcher de s'éloigner de nouveau. Ici serait donc le lieu final de leur affrontement tant attendu.

"On verra bien qui grignotera le sable !"

La charge de l'originaire du désert débuta, et la Sendai n'allait pas faire profil bas. Si celle qui était orgueilleuse comptait se ruer sur elle, prenant au sérieux son défi, alors il valait mieux pour la flamboyante qu'elle soit à la hauteur. Si elle ne parvenait pas à la battre, peut-être qu'elle l'impressionnerait au moins, et que Reikan voudrait bien être son ami, après ? Alors elle chargea aussi, son arme au-dessus de la tête, pleine d'une fougue qui lui était habituelle, mais aussi poussée par d'autres sentiments, de nombreux sentiments qui se mélangeaient au sein de son esprit. Ce fût donc au moment où les deux allaient entrer en collision pour lancer leurs attaques que l'arme de jeune fille sembla devenir incontrôlable. Elle ne remarqua qu'à ce moment là, en levant un œil, que ce qui devait être un simple couteau de bois était en fait devenu un poignard de chakra rouge, mais pire encore, celui-ci tendait à devenir une épée, et plus encore. Sa taille ne cessait d'augmenter, et la fatigue frappa alors subitement l'enfant. Le chakra s'évapora et elle trébucha, venant frapper le torse de la métamorphe de son crâne, involontairement, alors que son esprit quittait la réalité.

Ce qu'il c'était passé était simple, la sauvage avait perdu connaissance en ayant utilisé trop de chakra, qu'elle ne contrôlait pas, au point de ne pouvoir en garder que juste assez pour ne pas en mourir. Ce qu'il se passa après n'était pas vraiment de son fait, et la petite brune aurait aussi bien pu la tabasser à mort, ou la ramener auprès de ses parents pour l'aider. Elle pourrait aussi la laisser dormir dans le sable, ce qui serait bien son genre, mais la rubiconde de son côté n'y pouvait plus rien. Allaient-elles se faire gronder pour tout cela ? C'était ce à quoi elle pensait, dans son sommeil, mais rien d'autre, tout n'était que ténèbre, et le repos lui serait bénéfique. A son réveil, allait-elle avoir une amie ? Une ennemie ? Une rivale ? Ou rien n'aurait changé, et elle resterait une étrangère incapable de s'intégrer à cause de son tempérament ? Difficile à dire, il fallait juste se réveiller pour le savoir. C'est donc après un temps inconnu de sommeil qu'elle ouvrit les yeux, et prononça quelques mots:

"Il y a quelqu'un ?"



_________________
Une grande aventure P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Mar 21 Jan 2020 - 16:50
L'élan avec lequel s'était jetée la Tigresse blanche en devenir dans ce qu'elle espérait être une satisfaisante rixe fut fulgurant, pour une petite fille qui n'avait seulement que six hivers derrière elle. L'angoisse des cheveux se transmit lentement aux Hommes traversant la ruelle, jusqu'à faire une entorse à leurs diverses activités. Et la vue d'une telle lame entre les mains de cette gamine, flamboyante à souhait et jusqu'à en piquer la rétine, avait eu le don d'insuffler l'étonnement et l'effroi dans leurs cœurs de civils, eux qui préféraient la tranquillité de leurs bâtisses aux hostilités qui les dépassaient. Mais le spectacle se révéla être de courte durée, dès lors que le poignard incandescent et cracheur d'étincelles se résorbait à mesure que le regard de la Sendai perdait en intensité. Sa conscience fut comme happée par cette gourmande arme, qui avait grignoté sans vergogne le peu d'énergie que son enveloppe charnelle pouvait contenir à son âge.

Il s'agissait d'un fait ; Hanae était téméraire, autant que Reikan était courageuse. Mais quiconque ne respectait pas cet équilibre suprême entre l'énergie spirituelle et l'énergie physique était voué à disparaître prématurément, un jour ou l'autre. Voilà le premier prix à payer pour celle qui avait toute la volonté du monde sans s'être donnée la peine de la rendre concrète. Que cela soit souhaité ou pas, Hanae avait troqué une dure et étouffante réalité à un repos temporaire, quoi qu'agréable.

Yasei Reikan avait promis à sa consœur une petite soupe, faite de sable et de graviers. Mais finalement, elle n'eut même pas à sortir la moindre griffe pour la lui faire goûter. Son bond se termina avec élégance aux côtés de la rousse face contre sable et à l'égard de laquelle l'enfant des bêtes accorda un regard en coin. Ses yeux éthérés en profitèrent pour se promener sur les visages qui les fixaient, avant de retomber sur celui d'Hanae. Les genoux de la brune se plièrent, alors que sa dextre lui servit à mettre sa rivale allongée sur le côté pour constater sa respiration. Je pourrais très bien te laisser crever étouffée par le sable ici. Mais je ne sais pas pourquoi, quelque chose... L'attroupement qui était né derrière la féline recracha alors un faciès familier et surtout, armé. Le marchand de coutelas en tout genre s'empressa de maudire du regard celles qui avaient fait de son étal un terrain de jeu, jusqu'à l'en retourner.

La métamorphe plissa les paupières, penchée juste au-dessus de l'effrontée, sans se douter de ce qui se tramait à son dos. Celle qu'elle estimait sans cervelle avait délibérément une chose de beau et de fort en elle, mais il fut impossible pour la Fille du Lion d'expliquer ce en quoi cela l'attirait tant. Puis, dans la bulle d'intimité qu'était son esprit, elle comprit. Sans aucun doute, Hanae avait du potentiel. Et peu importe ce à quoi il servirait à l'avenir, Reikan reconnut en l'adoptée de sa famille une personne qu'elle pouvait estimer, rien que par ses capacités et sa force d'esprit, qui pour l'instant, se laissait dépasser de façon bien médiocre par les limites de son corps. Absorbée par cette révélation, il fut impossible pour la Fille du Vent de réaliser à temps que le marchand, excédé et vaincu par la colère, s'était déjà rapproché d'elles pour se venger. Si une réaction négative pouvait se comprendre pour un vendeur des dunes qui n'avait rien d'autre qu'un stand comme possession dans Taiyo, l'attitude adoptée par celui-ci parut pourtant excessive, dès lors que ses traits se déformèrent sous la rage et que sa lame s'éleva au-dessus du duo de gamines.

Son ombre d'adulte, vouée à tétaniser les plus peureux, se dressa sur le sable jusqu'à les recouvrir de toute son envergure. Mais Yasei Reikan était loin d'être une lâche. Elle se tourna de moitié et réalisa qu'il était trop tard pour essayer de soulever un autre corps que le sien, si elle espérait s'extirper de cette situation indemne avec la Sendai. Et si la fuite n'était plus une solution, son propre corps ferait l'affaire. La féline, pourtant pas plus grande que son émule, saisit Hanae dans ses bras et se positionna en barrage entre elle et l'arme qui décollait déjà du ciel pour répandre le sang sur la terre. Un acte de bonté qu'elle fit sans réfléchir et qui aurait pu lui coûter son existence... si un autre spectre d'ombre ne s'était pas élevé sur le sol, à cet instant précis. Un reflet d'obscurité en ce jour pourtant si chaud, qui venait de s'imposer pour stopper – ou dévorer – celui ayant perdu la tête.

Yasei Ragna n'avait pas hésité à venir à leur secours.

Un secours qui ne fut pas de refus, surtout lorsqu'il provenait du Lion de l'Atlas. Il empoigna l'enragé qui avait déraillé par le colbac pour l'éloigner des deux filles, puis pour le traumatiser jusqu'à l'entendre geindre. La silhouette du patriarche, révélée au grand jour, ne passa pas inaperçue sur le passage des civils ; si bien que lorsqu'il décida de relâcher le déséquilibré sans même forcer, celui-ci ne put retenir son équilibre et chuta lamentablement en arrière, trop secoué par la poigne du métamorphe. Un métamorphe aux yeux d'acier et au regard menaçant, qui allait entacher sa mémoire d'une empreinte indélébile sans même avoir prononcé le moindre mot ; l'empreinte de la peur. Seule cette émotion fut assez forte pour l'obliger à se relever et s'éclipser au pas de course, en laissant son stand ravagé à l'abandon.

Les autres membres de la famille s'empressèrent de se rapprocher pour récupérer les deux enfants, l'endormie allant dans les bras de son père adoptif qui n'arrêta pas d'exprimer son inquiétude. Si Reikan avait pu s'attendre à des remontrances de la part de son prédécesseur pour avoir risqué sa vie de la sorte, il n'en fit rien et se contenta de mettre en route la troupe vers la sortie du village, après avoir fusillé l'essaim de visages trop curieux. Pour les métamorphes, il était temps de quitter le trou de sable qu'était la ville de Taiyo, la capitale du Vent.

***

➜ Kaze no Kuni, Désert, en fin de journée

Marcher par-delà les dunes du Désert n'était pas une mince affaire, même pour des métamorphes aussi aguerris que ceux de la famille féline de Reikan. Pour autant, cette toute première marche avait été avalée sans aucune plainte. Si la nuit et sa fraîcheur venaient tout juste de retomber, le paysage qui s'offrait au campement improvisé n'en restait pas moins époustouflant. La lune, d'un blanc pur et éclatant, révélait les courbes inconnues d'un territoire aride et instable, sous un angle bien plus reposant que celui du jour. C'était la saison idéale pour espérer traverser le Vent sans trop de sacrifices, et même admirer ses terres jusqu'à en oublier la chaleur qui brûlait aussi bien les organes que l'esprit du moindre malavisé espérant vaincre de telles conditions sans s'y être préparé.

Autour du feu de camp, l'heure était au repos. Keiko et Takeshi, soucieux de l'état de la Sendai qui était devenue leur fille adoptive dès sa naissance, restèrent silencieux près de sa couche. Une inquiétude entendue, malgré le fait que Shizuka l'ait examinée et n'ait rien constaté d'autre qu'une grosse fatigue due à une considérable perte d'énergie. Enfin, le rubis daigna briser les chaînes de ses songes et ouvrit les yeux, à la surprise de ses parents adoptifs.

« Il y a quelqu'un?
Hanae, tu es réveillée! Mais qu'est-ce qui t'a pris d'aller aussi loin dans le marché?!
Takeshi, calmes-toi! »

Emporté par l'inquiétude qui l'avait rongé jusqu'à lors, Takeshi éleva la voix dès le réveil de la rougeoyante. Toutefois, il laissa son épouse l'apaiser et reprit progressivement son calme. Toute la troupe fut présente pour le retour de la Sendai à la réalité, qui en avait rassuré pas mal, ses parents adoptifs en premiers. Pourtant, il y avait une personne qui manquait à l'appel, aux côtés du Lion de l'Atlas et de sa femme ; Reikan. Mais celle-ci n'était qu'allée se réfugier auprès de la sérénité des dunes, assise sur l'une d'entre elles à observer l'horizon bossu et concave. Pour une raison encore inconnue, la féline avait préféré la solitude à la communauté, ne serait-ce que pour un maigre instant d'accalmie. Cette mise à l'écart volontaire n'était cependant pas passée inaperçu aux yeux de ses proches, en ce qu'elle était l'héritière du clan vouée à de grandes choses et qu'aucun de ses agissements n'était à prendre à la légère, malgré son jeune âge. Ce fut alors une Keiko apaisée, pleine de gratitude envers Reikan et ses parents, qui s'adressa à Hanae pour qu'elle puisse s'y retrouver. Sa voix d'habitude pleine d'entrain se fit douce et son regard d'or se plongea dans celui de sa fille.

« Ton père a raison, Hanae. Tu aurais pu y laisser la vie à cause de cette pourriture de marchand, si Reikan n'avait pas... été là. Elle est celle qui t'a sauvé la vie, avant que Ragna n'arrive pour le terrasser. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Sam 8 Fév 2020 - 20:56
Le regard de rubis de la petite fille se porta sur les personnes l’entourant, comme si elle était à la recherche de quelqu’un en particulier. La personne en question n’était pas difficile à deviner, mais les raisons de son observation faste l’étaient un peu plus. Peut-être avait-elle peur que la brune vienne achever ce qu’elle avait commencé, ou bien était-ce un peu plus complexe, les dernières pensées de la rougeoyante avant de perdre conscience étant plutôt tournées vers quelque chose de … différent. Si beaucoup pensaient qu’Hanae détestait Reikan, les sentiments de l’enfant étaient bien différents et plus complexes. Sa jalousie ne la rendait pas haineuse à son égard, mais plutôt envieuse. Elle voulait être proche de quelqu’un que tout le monde appréciait et plaçait sur un piédestal, mais après son attitude et son comportement pathétique, tout cela devenait encore plus impossible qu’avant. Affichant une mine triste, la Sendai ne remarqua qu’après la présence de ses parents adoptifs. Se redressant, elle eût la tête qui tournait, mais n’en fit rien. Si elle était faible et pas très utile de manière générale, elle avait au moins pour elle le fait de ne pas être une chochotte… Excepté pour la chaleur de Kaze à laquelle elle n’avait jamais réussi à s’adapter.

Le monde autour d’elle était étonnant, dans sa petite caboche de gamine « malaimée », elle n’imaginait pas qu’autant de personnes pourraient s’inquiéter pour elle. Néanmoins, comme son état semblait moins préoccupant, le reste de la troupe laissa un peu d’intimité au trio, retournant à leurs occupations du moment, à savoir dormir, probablement. Les mots de son père, puis de sa mère, firent comprendre au rubis qu’elle n’avait pas agi avec intelligence, loin de là, mais plus encore : sa rivale, qui ne la considérait même pas, avait mis sa vie en danger pour elle, avant que Ragna ne les sauve toutes deux. Le visage de la fille au chakra pur se déforma en une mimique entre le choc et l’étonnement pur et simple. Les propos de la féline n’avaient jamais démontré une quelconque forme de respect à son égard, et pour ainsi dire, Hanae était persuadée que sa vie n’avait aucune valeur aux yeux de sa « rivale ». Déçue de beaucoup de choses dans sa façon de faire, elle baissa la tête, les larmes coulant dans un flux très léger. Pas de grandes paroles, ni d’excuses bidons comme à son habitude, mais une phrase un peu trop mature pour elle :

« Désolée, j’ai très mal agi. »

Il fallait beaucoup de sagesse pour reconnaître ses torts, et cela sembla impressionner ceux qui l’avaient élevée de l’entendre parler aussi posément, sans geindre ou inventer des histoires à dormir debout. Ils l’aimaient, peu importe son attitude parfois immature et stupide, mais n’avaient jamais pu la voir de cette façon, comme si leur enfant était devenue adulte pendant quelques secondes.

« Passer du temps avec Reikan te réussit… Si tu ne recommences pas à nous inquiéter comme ça et à te mettre en danger, ainsi que ceux qui t’entourent, alors ce n’est rien. Mais tu iras voir Reikan pour t’excuser et la remercier. »

Ils n’avaient pas besoin de le dire, mais les mots de Keiko étaient véridiques. Cela dérangeait un peu Hanae, qui n’avait jamais parlé à Reikan autrement que pour la provoquer, et inversement. Cela lui prit quelques minutes pour se lever, son corps semblant un peu fatigué pour des raisons qu’elle ignorait, mais elle finit par partir à la recherche de la brune. Cela lui prit un long moment pour apercevoir sa silhouette, non loin d’une dune, et elle lança, assez fort pour être entendue :

« Reikan, il faut qu’on parle… »

La silhouette se retourna, et se dressa sur quatre pattes, se mettant à grogner, puis s’approcha à quelques mètres de la jeune fille décidément malchanceuse. Elle avait confondu une hyène avec la Yasei, dans l’obscurité, se trouvant dans une posture vraiment pas géniale. Qu’allait-il se passer ? Serait-ce la fin de la courageuse Hanae ?




_________________
Une grande aventure P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Dim 23 Fév 2020 - 20:25
Le courage. C'était à croire que Yasei Reikan était née sous son étoile, tant elle faisait preuve d'actes valeureux alors qu'elle n'était pas plus haute qu'un faon. Pourtant, déjà à cet âge, la Tigresse blanche en devenir n'avait peur de presque rien. À l'image de son paternel, la féline était une jeune fille bourrée de talent et de génie, prometteuse dans le sens où elle avait déjà aiguisé un profond sens de la défiance et de la combativité, pendant que d'autres enfants ne pensaient encore qu'à s'amuser avec ce qui leur tombait entre les mains. Plus encore qu'une simple battante, la jolie brune était d'une bonté presque sans pareille, en ce qu'elle ne pouvait s'empêcher de tendre la main à son prochain, et ce même s'il pouvait s'agir d'un ennemi ou encore d'une rivale. Alors que certains auraient pu laisser Hanae à la merci de la folie de ce commerçant, Reikan, elle, lui avait prouvé qu'elle ne la considérait pas comme une moins que rien, mais bel et bien comme une membre de sa famille, aussi irritable pouvait-elle être parfois.

Parce qu'au-delà des liens du sang, l'amour porté par Keiko et Takeshi à l'égard de l'adoptée du Désert n'était pas à négliger, si bien que chacun dans la tribu devait s'investir afin de considérer la Sendai comme étant l'une des leurs. Si cela ne découlait pas forcément de la logique, Reikan et ses pairs l'avaient tout à fait compris sans même avoir eu à en discuter. Une bien bonne et légitime raison, pour justifier le choix risqué pris par la Fille du Lion de l'Atlas dans les rues de Taiyo. Un choix qu'elle ne regrettait d'ailleurs absolument pas, puisque la petite brune était déjà prête à en assumer les conséquences au moment où elle souhaitait encaisser le poignard à la place de sa consœur. Quoi de plus normal que de protéger les membres de sa famille, après tout?

Ce n'est qu'après avoir réfléchi à cet éprouvante après-midi que la Fille du Vent se redressa au bas de la dune, avant de la remonter et de saisir une torche de lumière enflammée pour éclairer son chemin. En revenant sur ses pas, Reikan aperçut la silhouette de la rougeoyante qui s'écartait de la troupe mise au repos par son père. ...Hanae? La féline la suivit et la surprit en train de la confondre avec ce qui semblait être une... hyène, qui ne manqua pas de lâcher un cri sardonique en haut de la dune. Silencieuse, la future dompteuse du Vent se laissa tamponner par la réaction tout à fait normale de sa rivale éternelle, qui reculait par instinct face à la charogne. Une fois à côté de l'enfant du chakra, son regard éthéré resta planté sur la bestiole, avant de lever sa torche en sa direction sans prendre de gants. L'animal effrayé par le feu, élément destructeur sous bien des angles, s'empressa de se retirer dans la pénombre pour ne plus faire parler d'elle.

La métamorphe s'avança pas à pas sur cette couverture presque infinie de sable, avant de s'arrêter au bord de la dune sur laquelle les deux gamines se trouvaient. Son premier réflexe fut celui de planter la pointe de sa torche dans les grains pour ne plus avoir à la tenir, avant de s'asseoir genoux légèrement pliés et de ne tourner qu'à moitié son faciès, partiellement éclairé par la flamme, vers Hanae. Le visage de l'enfant des bêtes était fermé à cause d'un trop-plein de réflexion ; pourtant, elle n'était pas à l'abri qu'un sourire sincère puisse naître sur ses lèvres, à l'issue de la discussion qui se profilait. Par conséquent, la changeforme haussa la voix pour inviter la téméraire à la rejoindre. Qui sait, peut-être que la Yasei et la Sendai, rivales par nature, pouvaient devenir de véritables amies?

« Tu voulais me parler, c'est ça? Je ne suis pas contre, à une seule condition. Celle que tu ne me remercies pas pour ce que j'ai fait, cet après-midi. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Mar 3 Mar 2020 - 22:06

La hyène s’était déjà beaucoup rapprochée, et malgré les capacités littéralement flamboyantes dont avait fait preuve la jeune fille, il lui était bien impossible de battre un animal à son âge. En effet, la rougeoyante ignorait tout du chakra et de son fonctionnement, et elle n’avait qu’à peine réalisé ce qu’elle avait produit en face de Reikan, un peu plus tôt. En bref, dépourvue d’armes et d’éclairage, la petite était en bien mauvaise posture, jusqu’à ce qu’une lumière la fasse sursauter, tout en faisant fuir la bête sauvage. Sa sauveuse était de retour, encore une fois, et réitéra ce qu’elle avait déjà fait dans l’après-midi en sauvant sans doute Hanae de nouveau. Suite à cela, la petite brune posa son flambeau et invita sa rivale à la rejoindre. Méfiante, la Sendai esquissa un mouvement dans sa direction et l’écouta avant de dire quoi que ce soit. Ses mots provoquèrent une petite grimace désapprobatrice sur le visage de la naine, qui venait de se faire voler son idée d’introduction. Réfléchissant à plein régime, l’enfant commença donc à répondre :

« Oui, je voulais te parler. Ce n’est pas parce que tu m’as sauvée que… »

Sa voix, qui montrait encore un certain ton de défi, s’interrompit aussitôt. Comment pourrait-elle continuer de faire l’enfant devant celle qui l’avait sauvé, il y a à peine quelques heures ? Sans parler du fait que cela serait malvenu et très ingrat, il y allait aussi de sa fierté. Beaucoup trouveraient cela offensant d’être sauvé par quelqu’un que l’on veut battre plus que tout au monde, mais les valeurs de la gamine étaient tout autres. Changeant d’attitude en un instant, la rubiconde recommença :

« Je ne vais pas te remercier, même si tu le mériterais. Au lieu de ça, je vais m’excuser, après tout, ça, tu ne me l’as pas interdit. »

Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres. A défaut de pouvoir la remercier, la sauvage pouvait opter pour des excuses, à bien des égards.

« Tu n’avais aucune raison de m’aider, tout à l’heure, alors même que je suis celle qui t’a provoquée, tu aurais dû me laisser mourir… Du coup, je m’excuse de t’avoir provoquée, ou d’avoir été comme j’ai été avec toi, de manière générale. »

Le sourire laissa place à un visage un peu moins rayonnant, un peu plus triste. Loin d’elle l’idée de tenter d’attendrir la jolie princesse, mais elle n’arrivait pas vraiment à contrôler cela. Ce qu’elle s’apprêtait à faire la mettait mal à l’aise, mais elle n’avait pas le choix, il fallait qu’elle lui dise, maintenant que cette rivale avait fait un premier pas dans sa direction, d’une certaine façon.

« Si je suis comme ça avec toi, c’est parce que je suis jalouse. Maman dit toujours que ce n’est pas beau d’être jaloux, mais je n’y peux rien. Je te vois comme une rivale, pourtant je n’ai rien pour t’arriver à la cheville. Je ne suis pas la fille du plus fort des Yasei, ni même une Yasei d’ailleurs. Je ne suis pas belle, ni intelligente, ni douée au combat, ni courageuse… Bref, désolée, mais j’espérais pouvoir te battre pour montrer que je ne suis pas ce que je suis. Dorénavant, je te laisserai tranquille, je ne te ferai plus perdre ton temps. »

Les larmes montant à ses yeux, la petite se détourna, prête à partir maintenant que sa confession était lancée. La fille du Vent n’était sans doute pas du genre à se laisser avoir par de telles déclarations, mais Hanae comptait bien se tenir à ses propos, et revenir lorsqu’elle serait plus forte pour pouvoir se tenir aux côtés de la Yasei, plutôt qu’en face d’elle. Couvrir ses arrières, un beau jour, voilà ce que serait son rêve. Les ambitions de la jeune fille étaient trop grandes, et il ne fallait pas qu’elle les laisse la submerger, car un beau jour, elle pourrait rêver trop grand… comme prendre le contrôle du monde et y faire régner la paix. Une utopie qu’elle serait bien capable d’imaginer…



_________________
Une grande aventure P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Sam 21 Mar 2020 - 17:11
La première réaction de la petite brune ne se fit pas désirer. Ses sourcils se plissèrent petit à petit, témoins d'une légère incompréhension à l'entente des excuses tenues par la rougeoyante. Si cela aurait pu passer comme étant quelque chose de normal pour la plupart, il n'en était rien pour la native du Désert. Son acte, face à ce marchand désemparé et rongé par une folie passagère, n'avait été guidé que par un instinct bestial des plus primaires. Car elle avait appris de ses parents, avant même de savoir parler correctement, que la protection et l'amour de ses pairs comptait plus que tout. Voilà pourquoi l'on pouvait dire que le courage était quelque chose d'inné, chez Yasei Reikan. Et voilà aussi la raison pour laquelle la féline était aussi attachante, malgré la monstruosité de sa nature bestiale et de la grandeur de ses rêves.

Les excuses du rubis n'avaient donc aucun impact, aucune emprise sur l'enfant aux cheveux de jais. Parce que la seule raison qui l'avait poussé à l'aider, quelques heures plus tôt et il y a quelques minutes encore, ne pouvait être exprimée par de simples mots ; seulement par des actes. Il s'agissait là d'un choix de vie, d'une attitude du quotidien qui se cramponnait à une image très rigide de l'honneur ; car tout enfant des Bêtes, pour la famille de Reikan, se devait de développer un esprit protecteur à l'égard des siens. Et ça, la Fille du Lion de l'Atlas l'avait très tôt assimilé, au point de presque en incarner la figure parfaite, digne de son père.

Pourtant, une chose dans le discours de la jeune Hanae vint frapper de plein fouet sa curiosité. Parce qu'elle est... jalouse? Son regard éthéré, qui était resté jusqu'à lors planté sur le manteau sablonneux des dunes, roula jusqu'à celle qui était en train de se confier en toute sincérité. Il fallait dire que bon nombre d'enfants auraient aimé être à la place de la Tigresse blanche en devenir. Mais cette dernière n'avait jamais été confrontée à un tel sentiment ; à vrai dire, c'était même une émotion totalement inconnue à ses yeux. Jamais Reikan avait eu l'occasion de nourrir, comme toute petite fille de son âge, une once de jalousie vis-à-vis d'autrui. Elle était un peu comme ces Bêtes innocentes, incapables de faire preuve d'une telle pensée profondément typique à l'être humain. Un vrai diamant encore brut, que la cruauté de ce monde n'avait pas encore eu la chance d'atteindre.

La Sendai en herbe retenait ses larmes et tournait les talons, mais un bruit s'échappa de la surface du sable. La féline venait de se redresser et, après avoir empoigné le bâton de feu, en brisa une bonne moitié à l'aide de sa cuisse gauche pour la tendre vers l'incandescente et la lui offrir. C'était là, en toute logique, une invitation à renouveler la lutte, quoique plus docile, plus tempérée.

« Tu n'as rien pour m'arriver à la cheville, d'après toi. Dans ce cas, fais tout pour aller jusqu'à regretter ce que tu viens de me dire. Prouve-moi que tu es digne d'être ma rivale, Hanae. »

Ce ne fut que dans l'optique où le rubis lui accorda son consentement, que la métamorphe prit la décision de reprendre le combat jusque tard dans la nuit. Une rixe enfantine mais qui n'en restait pas moins extraordinaire, pour deux gamines hautes comme trois pommes. Sur cette dune, sous une lune printanière, était en train de se nouer les liens d'une solide amitié. Une amitié qui, malgré une douloureuse séparation et les années, aurait la force de subsister quoi qu'il en coûte. Et dès le lendemain, à l'aube, la troupe de métamorphes serait repartie pour une longue marche.

***

Kaze no Kuni, Sud-Est du Désert


Plusieurs jours s'étaient écoulés, épuisants mais suffisants pour permettre à Ragna de guider la horde à un point de ravitaillement le plus proche, qui se révélait être entretenu par les voyageurs du Désert. Bien vite, l'avancée des métamorphes se grippa au profit d'une pause nécessaire autant pour les corps frappés par l'effort que pour les esprits irrités par cette maudite chaleur. Même pour des enfants du Désert, une telle traversée était à craindre, surtout à l'égard des plus jeunes pour lesquels cela pouvait être une première. Ainsi, tous prirent du repos au milieu de cet après-midi marquée par le repos. Même Reikan, qui s'était permise d'aller remplir sa gourde personnelle au puits central et qui, en attendant, regardait son reflet se faire martyriser par les perturbations à la surface de l'eau.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Lun 23 Mar 2020 - 16:55
Hanae avait fait son choix, celui de cesser ces enfantillages, celui de ne plus importuner Reikan qui avait sans doute bien mieux à faire que de perdre du temps avec une fillette qui n’avait rien à faire parmi eux, dans un premier temps, du fait de ses origines, et qui en plus se permettait d’être caractérielle, capricieuse et tout simplement ennuyeuse. C’était une preuve de maturité assez rare chez la Sendai, que de reconnaître son attitude et de s’en excuser, mais pour elle, cela signait aussi un point d’arrêt à cette situation. Elle était trop jeune, sans doute, pour comprendre qu’une rivalité pouvait être plus saine que ce que celle qu’elle ressentait pour la Yasei n’était. Sa fuite fût stoppée par la brune, qui agit d’une façon un peu inattendue. De son côté, elle ne voulait pas voir la « petite peste » s’en aller, et son attitude passée, notamment dans les rues de Taiyô, était une preuve qu’elle la considérait comme de sa famille, de son clan, et l’aimait probablement autant que tous les autres Yasei. Cela, Hanae était incapable de le comprendre, mais les mots de la fille du vent coupèrent court à son acharnement à son propre égard.

Se retournant – après avoir effacé ses larmes – la petite fixa Reikan dans les yeux. Elle aurait pu lui dire qu’elle ne valait rien, qu’elle avait raison sur toute la ligne et de disparaître, mais la brune ne le fit pas. Au lieu de cela, elle incita l’autre fillette à prouver à tous – elle y compris – qu’elle avait de quoi être la rivale de la fille de Ragna. Il était encore difficile de déterminer ce que voulait réellement la Yasei, mais la Sendai voulait tenter, voulait être la rivale de cette cousine adoptive, afin de… Oui, elle ne voulait plus être sa rivale pour être reconnue, ni même pour montrer qu’elle était la plus forte. Son souhait désormais était d’être une personne assez forte pour que celle sur qui reposerait le poids du clan progresse sans cesse en l’affrontant. Cela ne voulait pas dire qu’elle avait abandonné l’ambition de la surpasser, mais simplement qu’un jour elle serait au-dessus d’elle, et qu’à ce moment-là, Reikan ferait tout pour repasser au-dessus d’elle, encore une fois.

« Ne crois pas que tu vas toujours me battre comme cette fois. Je ne connais pas mes origines, et je n’ai personne à honorer en devenant forte, alors je deviendrai forte pour moi-même. Comme ça, papa et maman n’auront pas à s’inquiéter… Et toi non plus. »

Ses derniers mots furent à peine murmurés, mais une fille aux capacités animales pourrait très bien l’entendre, qui sait. L’affrontement reprit alors, durant un temps, dans la nuit. Ne pas la battre pour l’instant n’était pas un problème, au fond, la vie pouvait s’avérer longue pour les plus chanceux, et il y aurait tout un tas d’occasions pour que Hanae devienne plus forte que Reikan… plus forte que tout le monde, même.

***

Quelques jours plus tard, la rougeoyante souffrait dans le désert, plus encore que lors du dernier voyage. A croire que les journées étaient de plus en plus ardentes, à Kaze no kuni. Elle n’était même plus capable de se déplacer d’elle-même, depuis maintenant quelques heures, forçant son paternel à la porter jusqu’au prochain arrêt. L’enfant mit d’ailleurs quelques minutes à pouvoir émerger lorsque le groupe s’arrêta, et on lui suggéra de se rendre au puits pour boire, et remplir les gourdes du petit trio. Marchant difficilement, elle remarqua une présence, et se frotta les yeux pour bien s’assurer qu’il s’agissait de Reikan et non d’une hyène, cette fois. Le résultat était concluant.

« Reikan… Tu as l’air en forme… Je pourrai pas me battre, aujourd’hui… »

Dit-elle en s’écrasant contre le puits. Elle voyait toujours en la brune une rivale, mais n’était plus vraiment encline à la provoquer, et cela n’était pas dû à son état, mais à la discussion qui remontait maintenant à quelques jours. Une question trottait aussi dans l’esprit de la rubiconde, qui avait entendu parler de ça la veille : quand allaient-elles être séparées, et pour combien de temps ? Lorsqu’elles allaient se retrouver, à quel point auraient-elles changé ?


_________________
Une grande aventure P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Une grande aventure Empty
Sam 2 Mai 2020 - 19:22
Beaucoup enviaient la Fille du Lion de l'Atlas pour l’intrigante beauté qu'elle dégageait à travers son enveloppe charnelle. Beaucoup. Sauf peut-être Reikan elle-même, qui n'appréciait pas plus que cela d'apercevoir son propre reflet cristallin dans une eau qui peinait à rester claire. Non pas que la petite brune n'aimait pas le carcan de chair qui était l'abri de son esprit malgré elle, mais qu'elle n'arrivait pas à en distinguer les qualités et les défauts à cause du trop-plein de responsabilités qui écrasait ses épaules d'enfant. Déjà si jeune, la Yasei à la peau dorée par le soleil du Pays du Vent s'efforçait de ne pas finir étouffée sous les implacables exigences de son paternel et des siens, si bien que le sentiment de ne penser et de ne prendre soin que d'elle-même lui était tout bonnement inconnu. Ses premiers pas avaient été guidés par les espoirs de ses proches placés sur son dos et, jamais, elle n'avait fait le choix de dévier de cette route si dangereuse et abrupte. Dès le départ, sa vie avait été livrée au bien d'autrui, sans qu'elle ne puisse faire autrement.

Sans qu'on ne lui en laisse le choix.

Néanmoins, au lieu de se laisser abattre par toute cette masse d'espérances, la Tigresse blanche en devenir cherchait d'ores et déjà un moyen d'en faire sa plus grande force, son plus grand moteur en tant que future fière combattante au service de son clan et des êtres qui lui étaient déjà si chers. La Fille du Vent avait été chérie par ses pairs autant que son destin avait été enchaîné à eux. Mais les remords n'avaient pas su empoigner son cœur, même à l'aube de ses six ans. Et pas une seule fois de son existence future, ils ne sauraient entacher la flamme de volonté qui l'habitait, tant celle-ci brillait au milieu de la nuit noire qui levait petit à petit son voile de satin sur le monde, porté par ses plus grands tortionnaires.

Yasei Reikan vivait et respirait pour la fierté des siens, plus que quiconque ne l'aurait jamais fait. C'était là une implacable et cruelle vérité dont elle ne parviendrait jamais à se défaire, encore moins au-dessus de ce puits perdu au milieu de la mer de grains.

« Je pense qu'il ne soit plus question de se battre sous cet insupportable et épuisant soleil, Hanae. Parce qu'aujourd'hui devrait marquer le départ d'une toute nouvelle ère de notre existence ; celle de l'itinérance. »

Sous cette chaleur de plomb, ses yeux éthérés parcoururent les contours du point d'eau puis celles de la Sendai, non sans avoir les traits de son enfantin minois marqués par une trace d'impatience sur ce qui l'attendait au-delà des sèches frontières du Désert de Kaze. La balade de ses pupilles s'acheva sur l'attroupement formé à quelques mètres à leurs arrières, les métamorphes s'étant réunis en demi-cercle autour de Ragna, Shizuna et les deux parents adoptifs de la rougeoyante. La féline ne put s'empêcher de plisser les paupières, mais ce n'était pas à cause du fait que le soleil se trouve à son zénith. Car rien qu'à l'entente de ce que la conversation qui se tenait non loin d'elles s'apprêtait à leur révéler, la changeforme comprit que ce jour était le point de départ d'un long périple, aussi bien pour le petit rubis que pour l'élégant saphir.

« À seulement quelques kilomètres vers le Sud, le sable ne sera plus qu'un lointain souvenir pour nous tous puisque les terres du Feu sont proches. Keiko, Takeshi, que comptez-vous donc faire? Avez-vous réfléchi?
...Nous allons nous séparer de la horde pour quelques semaines, puisqu'il m'est impossible de passer si proche de la côte Est du Pays du Vent sans faire une halte chez ma génitrice. Ce sera histoire de lui faire rencontrer sa petite fille, qui n'a connu que ces maudites terres arides.
Ne t'en fais pas Takeshi, nous les retrouverons très vite, tu le sais. Disons que... Ragna et Shizuka prendront un peu d'avance sur nous, pas vrai?
Faisons comme ça. Les autres, mettons-nous en route! »

À cet instant, nul n'était en mesure de s'empêcher de sourire en présence de ses frères et sœurs. Keiko et Takeshi s'apprêtaient à se séparer un temps de la masse et, puisque aimants parents, leur première réaction commune fut celle de se tourner vers leur fille. Une enfant qui n'était pas de leur sang et qui pourtant partageait autant leur cœur qu'un être qui aurait été issu de leur chair. Sendai Hanae avait eu cette chance de ne pas faire partie bien longtemps de ces orphelins du monde, grâce à ce couple de métamorphes qui de surcroît allait lui faire découvrir les monts et vallées de celui-ci. Après cette courte pause, la troupe s'activa de nouveau, laissant comprendre aux deux enfants bien différentes que l'heure des au revoirs avait sonné. Une fois les préparatifs terminés, les couples de changeurs de peau se retrouvèrent l'un en face de l'autre pour témoigner de leurs amitiés avant une séparation qui n'était que temporaire. Mais une séparation quand même.

La Yasei au teint hâlé resta auprès de ses géniteurs, avant de déposer son regard myosotis sur la jeune rubiconde qui était devenue sa rivale lors de ce voyage sur le sable. Son visage ne resta pas longtemps de marbre, si bien qu'un maigre et enfantin sourire parvint à étirer ses lèvres, témoin de la joie qui avait envahi son cœur et fait gronder son âme. Jusqu'à lors, jamais la petite féline n'avait dévoilé une once de réelle positivité à l'égard de l'adoptée du Désert. Leurs chemins allaient se scinder pour au moins une bonne poignée de semaines, néanmoins, c'était à cet instant précis que la Tigresse blanche en devenir assuma pleinement l'amitié qu'elle éprouvait envers Hanae.

Yasei Reikan et Sendai Hanae étaient vouées à devenir de grandes amies, dont le lien était aussi solide que le pont qu'elles envisageaient d'ériger entre ce monde et leur idéal de paix.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Une grande aventure Empty
Mer 6 Mai 2020 - 11:25
Hanae n’avait pas la force de ce battre, en ce jour, et ne s’en cachait pas aux yeux de Reikan. Si les Yasei, tous natifs de ces terres et possédant des gênes endurcis pour résister à la chaleur depuis des générations, ne semblaient pas vraiment affectés, la petite rougeoyante, elle, n’en pouvait plus. Elle n’attendait qu’une chose : quitter le désert pour de bon. Si elle y revenait un jour, il faudrait une bonne raison pour l’y traîner. La brune la rassura à sa façon, même s’il était difficile de savoir si c’était vraiment son intention, ou s’il s’agissait juste de sa naturelle franchise. Elle mentionna alors un fait que tous dans la troupe connaissait, le départ et le début de la vie de nomade. Outre le fait de quitter la chaleur aride du désert, l’idée de voyager plaisait beaucoup à l’enfant au chakra pur. Si Kaze, où elle a vécu depuis sa naissance, avait été un frein à ses envies d’explorer les environs, tant la chaleur l’assommait au quotidien, les pays où les températures seraient plus vivables lui plairaient, indéniablement, et elle pourrait enfin s’adonner aux choses qui lui plaisent, comme grimper aux arbres, trouver des coins secrets extraordinaires, ou des grottes mystérieuses. Ses parents n’aimaient pas sa tendance à disparaître, parfois, qui pourrait s’avérer dangereuse pour une enfant, mais de son côté, elle savait qu’elle ne craignait rien, de toute façon. Que pourrait-il lui arriver de mal ?

« L’itinérance… On va enfin partir du désert. C’est le début d’une grande aventure… »

Dit-elle, d’une voix à la fois rêveuse et soulagée. Quitter la chaleur et voyager, voilà deux choses qui plaisaient à l’adoptée du désert. Elle suivit la Yasei jusqu’au groupe, et écouta attentivement. Lorsqu’elle comprit qu’elle allait être séparée de Reikan pendant quelques temps, elle ressentit quelque chose d’inattendu : un pincement au cœur et une pointe de tristesse. Ne l’affichant pas physiquement, la petite ne pouvait pourtant s’empêcher de le ressentir. Il était difficile de prévoir qu’elle pourrait mal vivre d’être séparée de sa toute nouvelle et toute première rivale, mais cela était normal, puisqu’elle ne se doutait pas que ça arriverait, ou du moins pas de si tôt. Elle regarda alors la petite brune, qui semblait lui sourire. C’était subtil, mais rendait son visage déjà doux et mignon encore plus beau. La rubiconde regarda derrière elle, mais il n’y avait personne, alors c’était bien à son attention. Elle lui répondit par un sourire, également, mais bien moins discret, totalement assumé. Elle lui avait sauvé la vie, alors même que la Sendai avait été odieuse avec elle, et maintenant elle semblait l’accepter comme un membre du groupe à part entière. A cet instant, rien n’aurait pu faire plus plaisir à Hanae… Alors que ses parents finissaient de dire au revoir aux autres Yasei, Hanae prononça quelques mots à l’égard de Reikan :

« Nous nous reverrons bientôt, et je serai déjà devenue bien plus forte, Reikan… mon amie. »

Rougissant sur ce dernier mot, elle se retourna et fonça vers ses parents, pour le départ, et la séparation. Une seule chose la dérangeait plus encore que de devoir se séparer de sa toute nouvelle amie : rester un peu plus longtemps dans le désert. Il fallut que Takeshi la traîne au début, alors qu’elle refusait de rallonger le temps passé dans le désert. Rencontrer ses grands-parents l’enchantait, cela dit, car ils étaient les parents des deux personnes qu’elle chérissait le plus au monde, et voulait vraiment les voir pour la première fois de son existence…



_________________
Une grande aventure P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Une grande aventure

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: