Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Still water [Kuzuei Domo]

Date Junko
Date Junko

Still water [Kuzuei Domo] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 22:57

Les clients se précipitaient ce soir. L'ambiance était festive. C'était une de ces soirées d'été comme il y en a tant dans la saison. Le soleil n'était pas encore tout à fait couché, et pourtant il était déjà tard. Il plongeait le village dans une clarté sombre, rougeâtre, crépusculaire. On avait commencé à chanter dans les rues, l'alcool coulait déjà à flot. Les lanternes rouges étaient comme des lucioles discrètes dans la lumière du soir. Et les passants des papillons de nuit qui tournaient autour. Une joyeuse danse, qui se répétait tous les soirs, régulièrement, qu'il pleuve ou qu'il vente. Les plus déterminés ne faisaient plus attention à la météo. Et toujours ils recommençaient. Junko s'était habituée à ce défilé quotidien.

Elle l'observait depuis la fenêtre de l'établissement où elle avait élu domicile. Les clients étaient nombreux, et leur flot presque continu. Mais elle ne s'en préoccupait pas. Même ceux qui étaient assis à sa table pouvaient très bien faire leur vie sans qu'elle ait besoin de leur prêter attention. Ils conversaient calmement. C'était le genre de clients qu'elle préférait: ils n'étaient pas ivres, et pouvaient se passer de sa compagnie. D'ailleurs ... Elle se leva, dans un bruissement d'étoffes, et, se tournant vers ses clients:

"Pardonnez-moi messieurs, mais je dois vous fausser compagnie. L'appel de l'air frais ... Je vous souhaite une agréable soirée."

Elle leur sourit, ils la saluèrent, et elle les quitta. Elle se dirigea vers le fond de la salle, où une petite cache était dissimulée derrière un rideau de soie rouge. Un homme se mit sur son chemin. De petite stature, l'air passablement agité, il s'efforça de la toiser.

"Où est-ce que tu vas ? Tu laisses tes clients comme ça, maintenant ? Tu te crois tout permis ?

-Mon cher gérant, vous apprendrez que je ne me soumets qu'aux permissions que je m'accorde moi-même. Et si elles ne vous conviennent pas, j'en suis désolée."

Elle écarta le bonhomme d'un doigt, et poursuivit son chemin. Dissimulée derrière la tenture, elle se débarrassa de son lourd manteau, et le troqua contre son bandeau de kunoïchi, qu'elle noua autour de son bras gauche. Elle préférait toujours s'en munir quand elle sortait. Il évitait quelques mésaventures. Cette précaution prise, elle se faufila par une porte dissimulée, et disparut dans le soir.

Il n'était pas difficile de se frayer un chemin parmi la foule des badauds. La plupart étaient déjà passablement alcoolisés. Et, de toute façon, il y avait trop de monde pour qu'on fasse attention à elle. Même avec ses longs cheveux de feu relevés en un chignon sophistiqué et ses parures d'or, elle parvenait à se fondre dans la masse, et à évoluer sans encombre dans la direction qu'elle souhaitait. Elle avait envie d'air frais et de calme. Elle se dirigea vers le port.

Elle avait fréquenté les lieux dans ses tout premiers jours à Kiri. Les quais avaient l'avantage de ne pas être fréquentés par grand monde, si ce n'est les marins qui y travaillaient. Elle y avait trouvé un refuge, au milieu des entrepôts. Peut être était-ce ce qu'elle cherchait encore ce soir. Les quais étaient presque déserts. Elle s'assit au bord de l'eau, et resta là, les jambes dans le vide, le visage balayé par les embruns. Elle aimait ces soirées d'été. Elle avait l'impression qu'elles pouvaient durer éternellement. Et en même temps, elles la rendaient triste. Peut être parce qu'elles étaient éphémères.

Non, en fait elle les détestait.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kuzuri Dōmō
Kuzuri Dōmō

Still water [Kuzuei Domo] Empty
Sam 22 Juin 2019 - 13:46



Quelle étrangeté…

L'homme avait bien des facettes, bien des natures et ce n'était qu'en quittant ses terres d’origines qu'il était possible pour un individus d'avoir ne serait-ce qu'un bref aperçus d'à quel point le monde pouvait être différent de ce que l'on croyait. Certains se plaisaient à vivre de la terre, à sentir l'air frais et sauvage des forêts et des montagnes. Ils chassaient et cueillaient pour la plupart, subsistant à leurs besoins en prenant directement ce qu'ils trouvaient dans cette nature abondante et verdoyante. Puis, en arrivant à Mizu no kuni, le carcajou ouvrait les yeux sur de nouvelles perspectives, de nouvelles façon de vivre…complètement étrangères aux sienne. Lui qui, pourtant, avait déjà vu les clans des berges nordiques de Yuki chasser les animaux sur la banquise, il n'avait jamais vu autant d'activité maritime qu'il pouvait en voir sur l'archipel. Les navires étaient incroyables, mais encore plus leurs équipages. Ils étaient, selon lui, ce qui se rapprochaient le plus de véritables « mâles » dans cette communauté aseptisée, et il admirait leur travail pour le peu qu'il avait observé jusqu'ici. Un travail de longue haleine, épuisant et qui forgeait le caractère surtout. Déjà, comment un homme pouvait-il s'abandonner aussi facilement au grand bleu? La simple idée de quitter la terre ferme à nouveau lui donnait la nausée. Non pas qu'il n'appréciait pas d'être au large et de sentir l’air salin de l'océan lui chatouiller les narines, mais cette sensation de n'avoir aucun point de repère, d'être perdu dans un grand vide, le rendait inconfortable…et s'il devait être honnête avec lui-même…le terrorisait à vrai dire. Pourtant…il avait l'habitude de parcourir les étendues blanches et sans vies de Yuki no kuni. Peut-être était-ce l'idée de ne pas avoir un pied à terre finalement…chose certaine, il affronterait cette peur irrationnel et s'habituerait à vivre sur le grand bleu.

…mais pas aujourd'hui…

Non, car pour l'heure, la créature nocturne qu'il était s'amusait à trimballer sa carcasse dans les différents docks du port Kirijin, profitant de la clarté qu'une lune presque pleine et brillante avait à offrir en plus des quelques lumières allumées ci et là pour permettre aux quelques travailleurs de bien s’orienter autours des entrepôts. L'air y était agréable, quoique mélangé avec quelques effluves de fruits de mer et de poissons d'eaux salés à l'occasion. Il n'y faisait ni trop chaud, ni trop froid et la mer était calme, le son de ses petites vagues offrant une bande sonore tranquille à ses déambulations tardives. Les mains posées sur ses hanches, les pouces accrochés à cette large ceinture de cuir qui retenait son kilt du même matériel, il s'arrêta non loin d'une autre personne qui, vraisemblablement, était là pour les mêmes raisons que lui. Elle semblait perdue dans ses pensées, les jambes pendouillant au dessus de la mer, ses mains bien posées sur le bord du quai pour lui offrir une prise et un soutien. En plissant les yeux légèrement, histoire de forcer ses yeux à mieux dessiner les menus détails sur cette femelle, il réalisa qu'il l'avait déjà rencontré quelques jours auparavant, à peine. Ils s'étaient croisés brièvement dans le dojo, de manière assez brutale d'ailleurs. Ce simple souvenir lui valu un sourire en coin et un petit ricanement étouffés derrière ses lèvres fermées.


-Domo
Hmhmhm!!! Je vois que tu t'es bien remise de la bataille!




Revenir en haut Aller en bas
Date Junko
Date Junko

Still water [Kuzuei Domo] Empty
Sam 22 Juin 2019 - 22:09

Junko fut arrachée à sa mélancolie estivale par une voix derrière elle. Elle tourna aussitôt le regard vers la source de cette intrusion. Ses yeux étincelaient d'une lueur farouche. Elle détestait être prise de court. Ca faisait immanquablement remonter à la surface ses instincts de gladiatrice, forgée pour le combat. Elle aurait très bien pu sauter sur ses deux pieds et se lancer à l'assaut immédiat de celui qui l'avait interrompue dans sa rêverie. Qu'est-ce qui l'en empêcha ? Mystère. Peut être s'était-elle adoucie au contact du peuple kirijin, nettement plus tranquille que celui qu'elle avait connu à Asosan. Cette seule pensée la révoltait. Perdre ses réflexes de défense, c'était baisser sa garde. Baisser sa garde, c'était s'exposer un peu plus à la mort.

Elle mit un temps à reconnaître l'homme qui lui faisait face. Peut être parce qu'à leur dernière rencontre il n'avait fait que la charger comme un boeuf sans vraiment lui laisser le temps d'imprimer son visage. Pourtant, le souvenir de cette précédente entrevue lui revint peu à peu en mémoire. Et elle n'en était pas tout à fait ravie. A vrai dire, l'antipathie qu'elle éprouvait déjà pour l'individu - qui l'avait dérangée dans sa contemplation purement lyrique de l'instant présent - s'en trouva renforcée. Elle eut même envie, l'espace d'un instant, de lui rendre la monnaie de sa pièce, et de faire usage de ses poisons pour lui nécroser allez savoir quelle partie de son anatomie. Elle se retint, cependant, plus par crainte des conséquences qu'un tel geste engendrerait que par réelle bonne conscience.

Elle ne répondit pas au salut - qui n'en était pas un - de l'énergumène. Elle se contenta de le considérer avec une moue dégoûtée, avant de reporter son regard vers la mer. Elle aurait bien aimé se replonger dans ses songes, mais la magie de l'instant s'était envolée, et n'allait certainement pas revenir vu l'état de passable agacement dans lequel elle s'était mise. Et ce simple fait ne fit que renforcer son agacement. Elle poussa un soupir rageur et, adoptant le ton de voix le plus altier et méprisant qu'elle put trouver, jeta ce seul commentaire à l'adresse du malandrin:

"Si tu es venu pour te faire pardonner, tu peux tout de suite mettre les voiles. Et si tu es venu pour autre chose ... Eh bien, ça ne m'intéresse pas non plus. Alors autant ne pas perdre notre temps, hm ? Bonne soirée, et adieu."

Elle se leva, et, lui tournant ostensiblement le dos, commença à marcher le long des quais. Elle n'aimait pas les soirées d'été, mais tout de même, elles étaient empruntes d'une mélancolie si particulière, qui était parfois un miel pour les coeurs qui savent y goûter. Et ce plaisir si spécifique venait d'être gâché. Junko en était dégoûtée. Elle aurait mieux fait de le laisser sur le carreau. Elle en aurait peut être tiré plus de satisfaction ...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726

Still water [Kuzuei Domo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: