Soutenez le forum !
1234
Partagez

La croisée, suite et fin [Kumojin]

Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Mer 26 Juin 2019 - 14:48

La croisée, suite et fin

Quelque part à Hayashi - Soir

Kumojin présents à Hayashi






Notre séjour à Hayashi avait été fort plaisant, du début à la fin, mais malheureusement toutes les bonnes choses avaient une fin, et ainsi sans grande surprise l’heure de notre départ de ce pays avait sonné. C’était un endroit que j’appréciais énormément en dépit de tout ce qui avait pu s’y produire, et à le quitter dans cette situation je ressentais presque de la culpabilité, presque. Ce fut donc en début d’après-midi alors que l’état de la Sendai me semblait être revenu à la normale et sûre qu’elle endurerait le voyage vers Kaminari ; que je donnai le signal à la troupe Kumojin.

Rapidement le matériel que nous avions emmené avec nous fut rangé, ou scellé dans certains cas ; et après une heure tout au plus nous nous retrouvions devant l’immense porte de la cité que nous ne tardâmes pas à franchir sous les regards indifférents de ses gardes, sans même un au-revoir d’un officiel, comme si nous n’étions que de simples touristes sur le départ.

Et tant mieux, car je n’aimais pas les cérémonies, les faux-semblants et ce genre de facéties sans valeur. Peu importait dans le fond, nous savions ce que nous avions fait ici, et le Seigneur de cette nation savait à qui, en partie, il devait sa vie.

Même si nous avions été défaits sur tous les plans au cours de notre escapade au pays du bois, je soupçonnais que comme moi, les autres Kumojins composant notre groupe, n’étaient pas vraiment déçus de partir, et même sûrement contents de retrouver enfin leur pays, leur village et leurs amis.

Mais avant cela, il nous fallait encore marcher, longuement, avant d’y parvenir. Hayashi n’était pas un grand pays par sa superficie, mais ses forêts de par leur densité et les dangers dont elles regorgeaient ; ne nous faciliteraient pas la tâche. A quelques kilomètres maintenant de la première trace de civilisation, au milieu de la forêt, de ses immenses arbres ; je pris la parole, succinctement.

-Anzu, si tu le peux, essayes de détecter l’éventuelle présence de chakra, en dehors de la nôtre, aux alentours. Lui adressais-je certaine qu’elle serait capable de nous prévenir en cas d’approche suspecte. Nous ferons une pause dans quelques heures ; nous ne serons pas sortis de cette forêt avant la nuit. Lançais-je aux autres alors que nous continuâmes notre marche vers le pays de la foudre.

Si je ne m’étais pas trompée, nous serions sortis de l’enfer vert en milieu de matinée le lendemain ; et après il nous faudrait traverser le pays du feu et enfin, au bout du quatrième jour nous serions à Kumo. Et nous verrions ce qu’avait voulu dire l’homme au chapeau.

Ainsi, j’observais notre petite troupe, m’assurant que personne ne s’était égaré, ou ne manquait –encore- à l’appel ; et à priori, tout était « ok ».


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Jeu 27 Juin 2019 - 0:35

La croisée, suite et fin.


Le plus long de tous les voyages. Le plus éprouvant. Kanna avance, le cœur lourd, la tête pleine d’images et d’histoires sombres. Chiaki, toujours en tête de leur petit troupeau, semble de plus en plus fatiguée, son corps ne supportant plus les voyages d’une si longue durée. Le manque de chakra l’affaiblit plus que jamais, lui rappelant à quel point l’Homme est faible lorsqu’il n’est pas doté de cette surpuissante énergie. Arrivée à sa hauteur, la blanche lui met un doux coup de tête contre la main. Le mâle aux cheveux bleus à ses côtés l’aide de son mieux, mais il ne peut plus la porter suffisamment loin pour lui permettre de continuer. Après avoir marché à côté d’elle pendant un temps, la métamorphe décide de faire comprendre à la chirurgienne qu’elle peut reculer, se retrouver à côté des autres : elle prend la main, désormais. Tout ira bien, le chemin ne lui est pas inconnu.

Ils arrivent désormais là où tout reprend, aux prémices de leur nouvelle existence. Sombre, complexe, cette dernière aura au moins l’avantage d’être une aventure détonante. Kanna soupire. Il aura fallu tant de temps pour trouver un endroit qui lui plaise, tant de temps pour s’y intégrer, pour y vivre comme une vraie citoyenne … Et tout a disparu en un claquement de doigts. Une guerre, de la violence, puis la fin de tout. Peinée, la blanche fait néanmoins bonne figure : marcher la tête droite, haute, ses pattes assurées foulant le sol avec grâce. Il ne faut plus jamais courber l’échine, elle ne le sait que trop bien.

Là-bas, à Hayashi, il y a tous ces êtres surpuissants qui vont apprendre la nouvelle, qui n’auront pas eu la chance de se battre pour leur patrie. Retenus ici pour une expédition diplomatique, ils n’ont pas pu jouer un rôle dans la chute de Kumo. Ils ne pourront que l’apprendre, sans pouvoir sauver les nuages. Peut-être que Sazuka, Raizen et les autres ne voudront pas se battre, finalement ? Peut-être que tous ces gens décideront de faire demi-tour ? Kanna n’en est pas certaine. Au fond, elle ne l’espère pas. Il faut des gens pour reprendre Kumo, pour récupérer le village merveilleux qu’est le sien.

La blanche se fie à son flair, qui lui indique que des silhouettes se trouvent non-loin. Elle pourrait alerter tout le monde, leur dire qu’il y a un problème, mais non. Kanna n’en fait rien. À la place, elle se tourne, extatique.

« Nous y sommes. »

Techniquement, ils sont dans la forêt, loin de toute civilisation. Difficile de déchiffrer un tel message, quand on n’a pas le nez fin de l’hybride, mais peu importe. Incapable de se contrôler, elle avance un peu plus vite, enjoignant les autres à la suivre. Kanna est plus confiante que jamais. Même si les nouvelles sont mauvaises, retrouver tous ces gens lui fait un bien fou.

Patte après patte, sa silhouette quitte les arbres et l’ombre pour se glisser dans la lumière, visible au regard de tous. Elle s’assoit, sa queue fouette l’air rapidement.

« On m’a dit qu’il y avait une réunion par ici ? »

La blanche tourne doucement la tête pour indiquer ceux qui arrivent derrière. Elle se redresse.

« Je suis porrrteuse de sombrrres nouvelles, malheurrreusement. J’aimerrrais parrrler à Sazuka, si possible. Et à Raizen. Je pense que ça vous intérrresserrra tous les deux. Tous les autrrres sont avec moi, n’ayez crrrainte. »

Ce n’est pas un voyage de plaisir. Ce n’est pas une classe verte. C’est le début d’une nouvelle histoire triste.

Spoiler:
 


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre https://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Metaru Anzu
Metaru Anzu

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Jeu 27 Juin 2019 - 18:05
L'expédition va enfin rentré à la maison, Anzu savait qu'elle était l'origine de ce départ retardé, à cause de son état qui faisait qu'elle était dans le coma pendant 4 jours. Sazuka pense que c'est à cause de la résonance suivi de sa surconsommation de chakra, la Sendaï ne pouvait qu'être d'accord avec elle, cette corruption a dû avoir un impact assez violent sur son chakra pur, et celui-ci a réussi avec difficulté à s'en protéger, certainement au prix de sa sensibilité sur ses affinités, mais aussi de sa force vitale, elle a dû être épuisée physiquement en plus d'avoir consommer beaucoup de chakra, l'excès étant pour protéger la femme médecin. Enfin, la violette a invoqué son cher ami Freki, son kuchyose qu'elle a obtenu sur ces terres, un fier chacal de 2 mètres qui a pris cher niveau attaque. Sa fourrure montrait encore quelques marques de brûlures, et elle pouvait voir que son fier compagnon se sentait honteux.

- Navré de t'avoir laissé toute seule, mon rôle était de te protéger, j'ai dû fuir pour éviter la mort ...

- Allons Freki, tu as été utile, ne te flagelle pas plus que ça.

Elle pouvait ressentir cependant, malgré la honte qui lui tient au coeur, qu'il a l'air d'être ressorti grandit de ce combat. Certes, sa fourure présente encore des marques qui finiront par partir avec le temps et il reste un kuchyose assez petit par rapport à un kuchyose de base, mais Anzu pouvait ressentir un certain gain de puissance chez son camarade canidé, malgré le fait qu'il n'a pas repris toutes ses forces. Elle lui caresse sa fourrure alors qu'elle se trouve sur son dos alors que le canidé commence sa marche en compagnie des autres membres de l'expédition.

Enfin, Sazuka souhaite qu'elle se remette a scanner la zone, ce qu'elle fait en restant sur le dos de Freki tandis qu'elle prévient les autres qu'ils vont faire un campement avant le soir. Comme son kuchyose lui sert de jambes, elle peut se permettre de lancer une détection plus poussée, ce qui lui permet de passer non seulement à travers les arbres, mais aussi de pouvoir récolté plus d'informations sur les présences qu'elle détecte. Et justement, elle détecter une présence composée d'une poignée de shinobis qui s'avancent vers eux.

- Je ressens la présence de plusieurs shinobis, leurs intentions ne semblent pas hostiles. Ils se dirigent vers nous et visiblement, la rencontre sera inévitable. Restons sur nos gardes au cas où.

Anzu a aussi détecter qu'une présence s'est détaché de ce groupe, se trouvant au loin de la forêt. Celle-ci semble plus hostile, plus agressive, et pourtant, ce chakra semble ressembler à certains points à celui d'Itagami. Cela n'augure rien de bon, la violette repense à ce que Sazuka lui a dit à propos des paroles de l'homme au chapeau, elle espère vraiment que ce n'est pas ce à quoi elle pense.

Le groupe continue de marcher jusqu'à ce que la nuit commence à tomber. Anzu pouvait encore sentir la présence des autres alors que Freki, lui, se posait pour se reposer un peu alors que le campement se mettait en place. Cependant, elle prévient les autres lorsque la présence est à porté, la rencontre va finir par se faire, et la première à parler parmi ceux qu'elle a détecter est un chat blanc.

Un message pour Sazuka ? Celle-ci doit-être dans le coin, mais la Sendaï se doute déjà du contenu de ce message, vu les sombres nouvelles dont elle parle, puis les mots de l'homme au chapeau ... cela ne pouvait conduire qu'à un scénario possible ...

- On a perdu Kumo ?

C'était dit toujours avec le moins de tact possible, mais Anzu avait toujours du mal avec ça, le "tact". Mais elle se posait tout de même des questions : qui a réussi cet exploit ? Est-ce un village caché ou une armée dont on ne connaît pas l'existence ?

Elle regarde le visage de tout le reste du groupe, hormis Chiaki, sa soeur et Kumiko, ce qui lui fait demander pourquoi Itagami l'a laissé seule ici, elle ne reconnaît personne. Chiaki semble silencieuse, comme tous les autres, et hormis une jeune femme aux cheveux roux, tous portent encore l'insigne kumojin. L'un d'eux d'ailleurs se précipite d'un coup vers eux en criant le nom de Raizen, elle soupire en voyant que le Meikyu semble avoir du succès même avec les gamins on diraient. Elle se demande ce qu'on lui trouve de spécial, certes, c'est un héro de Kaze, mais tout de même, l'admire-t-on à ce point ? Visiblement c'est le cas, enfin, jusqu'à ce qu'il se mette à ouvrir la bouche.

Quand à la présence qu'elle pense être Itagami, elle a envoyé deux clones pour voir de qui il s'agit.

_________________

La croisée, suite et fin [Kumojin] 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/u784
Yamanaka Kururi
Yamanaka Kururi

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Ven 28 Juin 2019 - 13:54



Vous partiez enfin de ce pays… Et tu n’étais pas mécontente. Cet endroit tu l’appréciais malgré tout car il t’offrait de beaux paysages, mais rester ici, le symbole de votre échec ; n’avait aucun sens. Alors comme tout le monde, tu participas aux préparatifs qui furent courts d’ailleurs, et tu te mis en route avec le reste du groupe.

De nouveau sur la route cette fois pour rentrer chez toi, tout paraissait bien organisé, sous contrôle. Tu avais compris que la Senda, celle qui s’intéressait beaucoup aux « capacités » des autres, étaient aussi très douée pour ressentir les choses, alors vous étiez en relative sécurité. Et puis, après avoir assisté à l’apparition d’un dieu, et à la puissance d’un seul homme ; que pouvait il vous arriver de pire ??

Plusieurs heures passées dans la forêt et déjà le soir approchait, ce qui n’avait pas échappé à l’Ikeda. Tu savais le temps qu’il vous faudrait pour rejoindre Kaminari et n’étais donc pas étonnée de comprendre que vous allez devoir passer une nuit de plus ici. Vous progressiez, vous progressiez ; puis à un moment la Sendai se mit en alerte.

Elle avait détecté une présence, en approche. Et comme le prévoyait la procédure, votre groupe s’était arrêté, prêt à entrer en contact avec potentiel ennemi. Oui toi tant que tu savais pas si quelqu’un ou quelque chose n’était pas de ton côté, tu le considérais comme ennemi, une façon de penser qui t’avait permis de ne pas te faire surprendre contre cette « Blizzard ».

Et finalement, c’est un visage que tu reconnus, sans connaître vraiment la personne- qui sorti d’entre les fourrés au détour d’un arbre. Si tu te souvenais bien, elle s’appelait Kanna Sasaiki ou un truc du genre. Une personne qui connaissait Sazuka, encore une…

Ce qu’elle dit te laissa perplexe un instant jusqu’à ce qu’Anzu pose la question. C’était à ton avis du moins tout ce que les kumojin qui avaient assistés et entendu les paroles de l’homme au chapeau, redoutaient. Alors sans attendre tu parlas…


« Que faites vous ici ? »

Demandais tu en premier lieu... car normalement personne d'autre ne devait venir ici...

« S’il y a quelque chose à dire, ce serait mieux de le faire devant tout le monde non ? Kanna-san ? »

Oui tout le monde devait être au courant de ce qu’ll avait pu se passer, tout le monde devait savoir si l’homme au chapeau avait parler pour parler ou s’il avait été annonciateur d’un mauvais présage !




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9790-yamanaka-kururi#83092
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Ven 28 Juin 2019 - 23:10

Suivant le groupe, pour une fois, Raizen était assez silencieux, se contentant de réfléchir aux nombreux événements qui s’étaient produits lors de ce voyage haut en couleur. Une des choses qu’il aimait faire après tout voyage était de recenser tous les événements s’étant produits pour en faire un bilan mental et savoir ce qu’il changerait pour les prochaines fois. Si on veut, c’était un processus intéressant pour archiver ses souvenirs et porter son attention sur certains épisodes particuliers comme celui de l’homme au chapeau. Même si ses paroles n’étaient pas très concrètes ni aisées à interpréter, le tout le tracassait au point même d’en ressentir une certaine inquiétude. Muet, il préférait ne pas donner de voix à cette émotion qui le rongeait de l’intérieur. Après un tel choc chakratique, tout semblait avoir changé de sens et les choses risquaient d’être à jamais différentes. Pourtant, il ne saurait dire comment.

Ainsi, plongé dans ses réflexions, il laissa le groupe prendre de l’avance d’un point de vue détection de menace. Sa réflexion était si intense qu’il n’eut littéralement aucune réaction lorsque Anzu indiqua détecter la présence d’individus venant dans leur direction. N’ayant pour seul réflexe que d’activer ses propres sens chakratique, il put arriver à la même conclusion grâce à l’entrainement offert par la Sendai. Simplement, une essence chakratique plus proche semblait déjà plus familière. Qui était-ce ?

Cette réponse ne tarda pas à arriver tandis qu’il aperçut Kanna et le Tadao, deux personnes qu’il avait initialement rencontrées à Kaze. Si la phrase de Kanna indiquait clairement qu’elle était porteuse de mauvaises nouvelles sensiblement aussi intense qu’Anzu osait le prononcer, le comportement du jeune homme était plus qu’inquiétant. Étant la représentation même de la spontanéité et de la transparence, le Meikyû ne pouvait qu’en conclure que quelque chose de délicat s’était produit. En l’observant, il pouvait d’ailleurs y cibler de nombreuses blessures qui étaient suffisamment fraiches malgré les pansements pour ne pas avoir totalement guéri. Il n’était pas médecin, mais l’évidence était plus que présente sachant qu’il avait plus ou moins ouvert quelques plaies à travers ses récents exploits physiques.

-Détends-toi, ça va aller.

Passant son bras autour de son épaule pour venir le soutenir, le Meikyû se rapprocha de son groupe avant de lâcher.

-Je connais la meilleure guérisseuse, elle se chargera de toi un peu plus tard. Pour le moment...

Pour le moment, son regard était plongé dans celui de Kanna. Ayant encore grandi depuis leur dernière rencontre, il lui fit un léger hochement de tête en guise de salutation. Même s’il était heureux de la voir, les circonstances ne se prêtaient pas à de joyeuses retrouvailles. Au contraire...

Effectuant un second hochement, le Meikyû seconda les paroles de Umeka en guise d’approbation. Il ne servait à rien de travailler la forme d’un message pour le véhiculer. L’expérience se chargerait de filtrer les émotions et les états d’âme qui suivraient l’annonce des plus mystérieuses...


_________________
La croisée, suite et fin [Kumojin] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Daruma Rumi
Daruma Rumi

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Dim 30 Juin 2019 - 5:16
La croisée, suite et fin.
« OI! RAIZEN! RAIZEN! RAIIIIZEEEEEEEN! »

Un élan de confiance, l’oublie de la tristesse, l’espoir d’un rêve aux mauvaises intentions. Peut-être commençait-il à halluciner, ça expliquerait la soudaine présence du tatoué, comme s’ils partageaient un chemin lié. Il avait cru courir dans le vide pendant de si longues minutes, c’était un peu perturbant de voir le second groupe de kumo dans son champ de vision. Même si certaines têtes remuaient certains souvenirs, Sora ne vénérait que Raizen. Comme si l’homme possédait la clé de la solution. Comme si en un claquement de doigts, l’empire s’évaporerait.

Sans diminuer la rapidité de son approche, le Tadao bondit sur le Meikyu et bloqua ses jambes autour de sa taille et l’enlaça sans le relâcher une seconde. Il le serra avec toute ses forces restantes avant de retomber les deux pieds au sol. Ses genoux tentèrent de plier, signe qu’une perte de contrôle arrivait progressivement. Heureusement, un bras l’aida à le soutenir et c’est avec un faible sourire que le brun resta coller à son interlocuteur. Peut-être était-il trop tactile, mais ce simple geste en disait long sur la joie du chapeau de paille de revoir le maître des corbeaux. Celui-ci le rassura sur ses nombreuses blessures, lui promettant les soins d’une kunoichi. Sazuka, probablement. Un prénom familier, mais sans réel visage. C’était peut-être la blonde au gros nez, ou.. hum.. miss cheveux violets. Ou la femme qui fait grave peur et que j’ose pas la regarder.

« Nous avons perdu… » murmura-t-il, presque sans voix.

Le manipulateur des portes tentait réellement de prendre sa place et expliquer tout le schéma de la guerre, mais de simples murmures incompréhensible sortir de sa bouche. De loin, le Tadao ressemblait à un éphèbe complètement dingo. Son précieux chapeau se glissa miraculeusement devant son visage, bloquant la vue de ses larmes et de sa moue déçue. Un tel spectacle ne serait pas utile lorsque Chiaki ou Kanna, en bref les adultes, parleraient des vrais sujets. Lui-même ne se considérait pas apte à aborder le terrain verbal. Pour l’instant, Sora restait un fantôme.

« Raizen, je suis désolé. »

Des mots trop sincères pour son esprit si naïf. Le Kazejin souleva doucement son chapeau pour croiser les prunelles de l’homme, mais aussi pour constater tous les gens réunis. Deux groupes de kumojins, loin de l’empire, unis dans un destin chaotique. Vers la gloire de la vengeance.
(c) AMIANTE


_________________
La croisée, suite et fin [Kumojin] Mdhd
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8480-ko-terminee
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Jeu 4 Juil 2019 - 0:55




Les sens d’Anzu ne l’avait pas trompée, un groupe de shinobi s’était bel et bien dirigé vers nous, mais pas n’importe lequel. Des ninjas provenant de Kaminari, de Kumo. Lorsque je les vis apparaître d’entre les feuillages d’un arbuste je fus d’abord surprise. En effet voir d’autres Kumojin ici me laissait perplexe, pourquoi étaient-ils venus jusqu’ici sans que nous n’en fûmes informés. Et, avant même que la métamorphe ne parle, les pièces du puzzle qu’avaient été ces derniers jours se mirent en place dans les méandres de mon cerveau.

Quatre jours. C’était à peu près le temps qu’il fallait à un shinobi entraîné pour rejoindre Hayashi. Le temps qu’il avait fallu à la Sendai pour se remettre de ce qu’elle appelait la résonnance. Il y a quatre jours c’était aussi celui où nous avions combattu, à Hikari. Le jour où l’homme au chapeau avait tenu ces propos si étranges, si énigmatiques. Ainsi, ce que j’espérais être une hypothèse peu probable semblait maintenant revêtir l’apparat de la chance, une très forte chance ; plus qu’une coïncidence.

Alors que chacun se montrait au fur et à mesure, autant de civils que de shinobi d’ailleurs ; que chacun y allait de sa remarque, de sa réaction ; moi j’observais le groupe qui nous faisait maintenant face. Les scrutant, cherchant quelque chose du regard. Une personne. Si l’hypothèse était telle que je le pensais ; alors ceux-ci étaient soit des survivants, soit des déserteurs. Mon regard resta quelques seconds figé sur la jeune femme que j’avais rencontrée à Tetsu. Les marques qu’elle présentait ne pouvaient prêter à aucune interprétation. Elle s’était battue. Comme les autres.

Et, alors que Raizen semblait vouloir épauler l’un des jeunes ninjas, sortant de mon silence j’intervins.

-Kanna, où est la Sandaime Raikage, Metaru Reiko ? Demandais-je d’une voix monotone, le visage stoïque, presque glacial. Une question pouvant paraître idiote, mais j’avais compris, à force de réflexion, ce qu’il s’était passé là-bas. L’expression de leurs visages m’indiquait que l’homme au chapeau n’avait fait que nous énoncer la vérité. Et les mots qui passèrent mes lèvres ne seraient pas sans le faire comprendre à Kanna S’il est arrivé ce que je pense, il y a alors trois solutions possibles. Avais-je repris alors que je m’approchais d’elle. Tu dois le dire. Achevais-je en la fixant, comme si à cet instant elle était l’unique interlocutrice que je pouvais avoir.

Comme j’avais appris à le faire lorsque j’étais enfant afin de me protéger des mots et des coups, je laissai mon esprit se vider de toutes ses préoccupations, de tous ses doutes et de tout ce qui pouvait éventuellement me blesser. Un mécanisme de défense que l’on nommait : la dissociation. Une protection face à la souffrance.



Revenir en haut Aller en bas
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Sam 6 Juil 2019 - 12:34

La croisée, suite et fin.


Une ombre, rien de plus qu’une ombre. Si elle sourit et qu’elle a l’air totalement normale, Kanna n’est en réalité qu’une ombre. Voir ces gens, croiser leurs regards à tous, lui rappelle qu’ils ont failli. Tous, autant qu’ils sont, ne représentent plus qu’une poignée de gens qui ont tenté de se battre en vain. Ils ne sont que l’ombre de ce qu’ils étaient. Des combattants déchus, qui n’ont plus aucune raison de se proclamer ni combattants, ni vainqueurs. Parce qu’ils ont tout perdu.

Tout le monde se rassemble, s’approche. Les mots s’échangent, s’emmêlent pour ne mener qu’à une seule finalité : ils veulent savoir, tous. Ils ont le droit, au fond. La réalité doit être connue de tous, car ils ont vécu à Kumo, eux aussi. Ils étaient membres de ce village. Ils n’ont pas pu le sauver. Ils n’ont rien pu faire. Ils ont simplement devant eux les ruines de leur passé. Sora l’a dit à Raizen, Sazuka l’a compris, Umeka réclame des réponses. Face à leurs interrogations, Kanna ne peut que soupirer. Il faut le dire. Il faut l’admettre. Car ainsi est la vie. Ainsi est le fardeau qu’ils porteront désormais sur leurs épaules.

« Kumo a été attaqué par l’Empirrre du Feu. Contrrre leurrrs trrroupes, nous n’avons rien pu fairrre. Nous avons perrrdu le village. »

Elle détourne le regard. Le silence. Difficile, lourd. La réalité s’abat sur sa tête, lui éclate en plein visage. C’est ce qu’ils doivent admettre, désormais. Kumo n’est plus.

« Cerrrtains sont restés, cerrrtains les ont rejoints. Nos trrroupes sont disperrrsées un peu parrrtout. Ces jeunes gens sont ceux qui ont suivi Sentetsu Chiaki, lorrrsqu’elle a décidé de mener une rébellion. La même Chiaki qui, suite à la vague que nous avons tous ressentie, a perrrdu complètement l’usage de son chakrrra. »

Ses prunelles azurées se déposent sur la brune, au loin, qui se repose entièrement sur son compagnon. Ses forces ne sont plus, elle n’est plus qu’une simple chirurgienne, incapable de livrer bataille. Kanna prendra probablement sa place, à terme.

Les yeux du félin balayent la zone et reviennent sur Sazuka, face à elle, qui lui pose la question fatidique : où est la Sandaime Raikage ? Elle détourne le regard. Une autre vérité difficile à admettre.

« L’homme à la tête du convoi, un blond aux cicatrices sur le visage, l’a décapitée. Il s’est prrrésenté à nous avec sa tête dans les mains. Metarrru Reiko a prrrobablement tenté de l’affrrronter … Et elle en est morrrte. »

Kanna ne peut rien ajouter à ces explications. Il n’y a rien de plus à en dire, au final. Ils ont perdu, tous autant qu’ils sont. Si parmi les troupes hayashijines se trouvent les meilleurs ninjas de Kumo, ces derniers ne peuvent que regarder de loin ce qui est arrivé aux nuages. Il n’y a plus rien. Plus de souverain, plus de cohésion, juste les ruines sur lesquelles marche un homme, à la tête de son Empire.

« Je suis désolée. »

Les trois derniers mots tombent comme une massue. L’impuissance du chat, l’impuissance de tous, face à la surpuissance explosive et ravageuse de l’adversaire. Comment avancer, maintenant ? Kanna mêle ses prunelles aux iris ambrés de Sazuka. Comment va-t-elle réagir ? Alors que le monde semble s’être arrêté autour d’elles, va-t-il enfin repartir ? Ou disparaître, comme le reste ?

Tic, tac, tic, tac. Incessante litanie du temps qui ne passe que trop lentement pour délivrer les réponses tant attendues par le chat.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre https://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Yamanaka Kururi
Yamanaka Kururi

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 15:28



Il valait mieux vivre la dure réalité que se bercer d’illusions et de mensonges. Dans les mots que prononça la chatte aux pattes noires il n’y avait clairement pas de place pour le déni ou le doute. Ce qu’elle avait dit concordait avec les paroles de l’homme au chapeau. Tu aurais pu être abasourdie, sonnée par cette annonce mais… non. Tu ne t’emportais pas, mais restais parcontre silencieuse, tu réfléchissais un peu. Tu observais les autres, aussi. Les réactions de chacun mais surtout celle de l’Ikeda qui s’était montrée presque clairvoyante en usant de son esprit logique de scientifique.

« Pas besoin d’être désolée Kanna. C’est comme ça. »

Lâchas-tu quand même, en la regardant brièvement. T’étais une militaire, un soldat au service d’une nation et d’un village ; et ce que venait de décrire la kunoichi ressemblait à une déclaration de guerre, pure et simple. Mais toi, dans tout ça il y avait quelques points qui te chagrinaient ; outre le fait que Kumo soit tombé aux mains d’un ennemi dont vous n’aviez jusque-là pas la connaissance. Comment une force venant d’hi, un pays si troublé, avait pu atteindre aussi facilement le cœur de la foudre ? Y avaient-ils à Kaminari des espions, des informateurs ou des traitres à leur solde pour permettre une telle opération ?

Comment celui qui était alors au temple, source de sa destruction ; avait-il pu savor ce qui était arrivé à des lieux d’Hayashi ? Il était devin ? Ou alors simplement lié à cette opération d’une façon ou d’une autre ? Et enfin, dernier point qui faisait monter ton inquiétude : Sazuka. Tu savais qu’elle avait –aussi- une relation avec la Raikage, une relation qui n’était pas secrète contrairement à la votre ; enfin, beaucoup moins du moins. Comment allait-elle réagir à cette double triste nouvelle ? La perte de l’endroit qu’elle avait fini par considérer comme sa maison, et d’une personne pour laquelle elle était restée et avait changé ?

Tu l’observas un moment alors que d’autres paroles tintaient la forêt qui semblait s’assombrir de minute en minute. Elle semblait… très calme. N’avait eu aucune réaction, mais pas un regard non plus, pour quiconque et même pas pour toi. Tu avais l’impression qu’elle regardait dans le vide, ou quelque chose de lointain. Plusieurs minutes s’écoulèrent et tu repris de nouveau la parole.

« Kumo n’est qu’un village ! Tant que des Kumojins respireront ; peu importe où nous nous trouvons ! »

Tu frappas du poing dans ta main accompagnée des mouvements frénétiques de Gyomo toujours enroulé autour de ton buste ; comme pour asseoir ce que tu venais de dire. Et c’était en plus l’occasion rêvée pour voir qui étaient les vrais patriotes. Tu étais prise d’un nouvel élan lorsque la voix monotone, plate de l’Ikeda t’interrompit.

-Il va faire nuit. Nous allons camper ici, et nous verrons… ce que nous ferons.

Et comme, pour donner le pas à cet ordre indirect, toi, comme d’autres, comme akina ou encore cette fille aux cheveux roux que tu ne connaissais pas ; vous vous mîtes à l’œuvre ; pour dresser le campement.

Suivant scrupuleusement la procédure, et surtout pour ne pas penser à tout ce qui avait pu se passer à Kumo, ni ce que ceux revenus du pays de la foudre avaient pu traverser ; tu étais partie ramasser du bois, plus loin. Tu t’étais absentée pratiquement deux heures et lorsque tu revins, tu déposas le bois et constatas que tous se tenaient autour d’un feu ; debout ou assis… Ils discutaient de la « suite ». Tu regardas les gens, et t’attardas longuement sur la Directrice… Ecoutant toujours les propos des uns et des autres tu attendis une accalmie pour t’immiscer dans la conversation :

« Sazuka est la plus haute autorité présente, de Kumo. Avec Itagami… Si nous sommes toujours des Kumojin… Nous devons toujours respecter la hiérarchie. »

Avais-tu dis en croisant le regard des deux femmes que tu venais de citer. Pour toi, c’était clair comme de l’eau de roche, la structure devait primer ; et ce n’était pas parce que le village était tombé que kumo avait perdu ; bien loin de là. Et tant que vous seriez toujours capables de marcher, cet « empire du feu » n’aurait pas gagné.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9790-yamanaka-kururi#83092
Metaru Anzu
Metaru Anzu

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 17:35
Ainsi, l'homme au chapeau avait bel et bien raison, Kumo est pris ... Anzu devrait être surprise, devrait certainement se mettre à pleurer de la perte de sa maison, ou bien elle devrait se montrer désolé pour les autres de ne pas avoir été là-bas lorsque ça s'est produit, mais le savoir à l'avance, même si Sazuka l'a prévenu que cela ne voulait rien dire, lui a déjà permis de se préparer à l'entendre, cette nouvelle. Kanna, le chat, souhaitait le dire qu'à leur représentant, mais elle s'est retrouvée contrainte de le dire aux autres, cela ne servait rien après tout de transformer un message qui est déjà clair. Cependant, Anzu semble plus surprise d'entendre dire que la résonance les a touché à Kumo.

- Donc vous avez aussi été victime de cette "vague" là-bas ...

Elle observe Chiaki, tentant de capter son chakra : son corps en est totalement démunie, pas la moindre once de chakra se retrouve en elle, comme si on l'a siphonné de son chakra. Ses théories se confirment donc, s'être infiltré dans la capitale d'Hayashi malgré l'interdiction du seigneur local s'est révélé finalement très instructif.

Elle observe donc Kumiko s'approcher d'elle, Seina dans ses bras, venir se blottir malgré le grand chacal qui s'est posé contre la violette qui était concentré à inspecter le chakra de la chirurgienne qui l'avait aidé. Elle semble contente de la voir, tandis qu'Ume, sa petite soeur qui n'est toujours pas convaincu de leur lien de parenté, reste en retrait, une vraie copie miniature. Avant même que Kumiko dise quelque chose, elle lui caresse les cheveux, puis lui dit.

- Je sais où se trouve ta mère ne t'inquiète pas, je vais essayé de la faire parvenir ici, j'ai envoyé des clones à sa recherche.

Elle sourit, bien qu'ayant l'air triste, à la violette, puis lui demande de porter Seina, ayant besoin de se soulager les bras. La voilà donc avec un énergume à peine plus grand que son bras dans les mains, l'observant avec un air dépité. Comme on s'occupe de ce genre d'enfant ? Elle continue de la regardé, avant qu'Ume vienne finalement à sa rescousse.

- Je prends le relais, tu n'es vraiment pas douée avec les enfants en très bas âge.

La borgne la prend donc dans ses bras tandis que Kuu se pose, Anzu soupire tandis que le chacal faisait tout pour ne pas rire devant cela. Enfin, Sazuka lui dit qu'il va faire nuit, donc qu'ils allaient poser un campement. La violette compte donc en profiter pour descendre du chacal, préparer quelques papiers : si la résonance a réussi à parvenir à Kumo, alors il fallait prendre des précautions.

Pendant que le campement se construit, la violette passe son temps à déchirer des papiers, sous le regard du chacal qui, malgré son envie d'aider, ne peut pas faire grand chose du à son manque de pouce opposable. Cependant, Itagami finit par revenir au campement, ses clones ont fait un bon travail, et ces derniers, après lui avoir montré où elle se trouve finit par disparaître, renvoyant toute l'expérience acquise à Anzu qui se met à rosir légèrement.

Mais elle se rattrape, elle profite qu'Umeka prenne la parole et qu'Itagami soit de retour pour finalement attirer l'attention sur elle, chose qu'elle fait ... rarement. Mais c'est urgent.

- Excusez-moi tout le monde, j'ai besoin de votre attention.

S'approchant du groupe qui se constitue du plus de kumojins, un tas de bout de papier à la main, assez pour qu'il y en ait deux par personnes.

- Vous avez tous ressenti cette "vague" étrange il y a quelques jours. Cette vague s'appelle "la résonance", pour ceux qui n'étaient pas à Hayashi à ce moment-là, elle a été créé lors de la libération du Dieu des Éléments par l'Homme au chapeau. Cette résonance, comme certains ont pu le sentir, a pour effet de corrompre le chakra que nous possédons à plus ou moins grand échelle.

Elle se tourne vers Chiaki, puis vers la position théorique de Sazuka, deux personnes dont elle sait du coup que la résonance à été effectif.

- Certains n'ont pas dû sentir beaucoup de changements, d'autres ont même dû n'avoir eu temporairement qu'une perte d'équilibre ou autres effets bénins. Cependant, les effets de cette vague peuvent varier du changement de sensibilité qu'a notre chakra vis à vis des affinités à la perte de contrôle total de notre chakra. Cela peut se résumé, comme pour Chiaki, pour notre chakra qui se vide de nos corps, mais aussi, des témoignages que j'ai pu entendre de la plupart d'entre vous, de votre affinité qui a pris le dessus sur votre corps, ou d'un équilibre entre cette affinité et la plupart d'entre vous, faisant ainsi de vous des assimilateurs. J'ai aussi entendu certains dire qu'ils ne peuvent manipuler les affinités ou leur capacité clanique après cette vague, cela est aussi à prendre en compte.

Elle finit par montrer ces fameux bouts de papiers qu'elle a déchiré pendant tout ce temps, elle allait y venir.

- Vous connaissez tous ce test, il vous permet de pouvoir connaître l'affinité ou les affinités auxquels vous êtes sensibles, je vous demanderais donc à chacun de repasser ce test, afin que vous ne découvriez pas pendant un combat que vos affinités ont changé. Je vous remercie de votre attention.

Elle laisse donc les personnes commencer à tester leur sensibilité, c'était primordiale de faire ce test après un phénomène pareil : un changement d'affinité veut dire qu'il va falloir s'entraîner à les maîtriser, même si, pour la Sendaï, cela reste assez anodin comme problème, mais pour certains d'entres eux, cela risque d'être plus grave.

_________________

La croisée, suite et fin [Kumojin] 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/u784
Suzuri Akina
Suzuri Akina

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 19:06




La Raikage est morte, voilà qui est fâcheux. La Suzuri ne l’avait jamais vraiment portée dans son cœur, parce qu’elle était une Metaru. Mais elle respectait son titre et sa fonction, tout comme la force dont elle était dotée et qui n’avait pas suffis, étonnement ; à vaincre l’envahisseur. On aurait pu croire que la jeune femme à lunettes n’avait que faire de qui avait pu arriver, mais il n’en était rien. A vrai, elle était sous le choc, elle pensait à ceux et celles qui avaient sûrement perdu la vie lors des affrontements. Egoïstement, elle espérait qu’aucun Suzuri n’avait été blessé ou tué. Et, ce qui de tout la perturbait le plus fut sans doute la Grande Bibliothèque dont elle l’intendante.

Laisser tout ce savoir aux mains d’une nation ennemie… C’était impensable, et pourtant réel ; malheureusement. Mais la Senshi avait raison ; tant qu’eux étaient toujours là ; Kumo était loin d’avoir perdu. Cela lui rappelé ces histoires, et ces livres d’Histoire qu’elle avait pu lire… Tant qu’il y a de l’espoir… Ils allaient devoir réfléchir, et rapidement ; à la suite des évènements. Ils allaient devoir faire leur deuil rapidement, ne pas s’égarer en tergiversation ; et réfléchir. Mais pour l’heure, tous semblaient un peu trop assommés par la nouvelle, et c’était logique ; et comme eux Akina n’y échappait pas. Elle ne savait que dire…

Il n’y eut à cet instant précis, alors que la gladiatrice tentait de rendre au groupe un souffle nouveau, qu’une personne qui se détacha de la situation et qui sembla même un instant ne pas en être préoccupée. Etait-ce une manière de se voiler la face ? De se défendre face à la douleur ? Ou était-ce autre chose… Akina ne connaissait que trop bien la réponse, malheureusement. Elle connaissait l’Ikeda mieux que la plupart de ceux alors présents.

Sous cet ordre la jeune femme à l’art animé répondit présente, et comme la Gladiatrice se mit au travail. Elle s’éloigna du groupe tandis que d’autres… faisaient ce qu’ils avaient à faire ; et commença à déballer tout ce qu’elle avait empaqueté au début de la journée. Les tentes…

Plus tard dans la soirée ; les Kumojins –ceux qui le souhaitaient- s’étaient retrouvés autour d’un feu alimenté par les branches recueillies ci et là. La discussion tournait évidemment autour d’un sujet, le même. Kumo.

Sur un point Umeka avait raison, s’ils étaient tous toujours Kumojin, alors ils devaient tous œuvrer dans le même sens, et agir en tant que tel.

-Merci Anzu. Répondit la bibliothécaire en prenant un morceau de papier. Ôh, elle savait à quoi ils servaient ces bouts de papier, mais depuis longtemps elle savait qu’elle n’avait pas la capacité d’utiliser son ninjutsu pour autre chose que sa toile fantomatique. Alors elle le rangea dans sa poche, sans s’en préoccuper davantage. Oui, autant que vous vous en assuriez. Continua-t-elle en replaçant ses lunettes, avant de rebondir sur un autre sujet. J’imagine que… nous n’allons pas rester à Hayashi, je me trompe ? Mais… nous ne pouvons pas retourner à Kaminari… pas pour le moment… Soupira-t-elle. La voie sembla un instant sans issue, mais frénétiquement ; la Suzuri chercha dans son sac –celui où toutes ses affaires pour l’expédition d’Hayashi étaient empaquetées- et en sorti un tas de feuilles reliées entre elles par des ficelles noires. C’est le livre… Enfin, une copie du livre que Suzuri Wu a dérobé à Kumo. Reprit-elle en serrant le tas de feuilles contre elle. Il y a… l’académie « ninja » à Joheki. Celle qui forma les premiers shinobi… Il doit y avoir là-bas des personnes capables de comprendre ce qui y est écrit… Des sages… Ou, quelque chose comme ça… Dit-elle avec un sourire fébrile.

-Nous pourrions peut-être nous y rendre, tous ensemble. Cela nous rapprocherait de Kaminari et nous pourrions en apprendre plus sur cet écrit… Finit-elle d’expliquer. Kumo était « perdu », mais il n’était pas la seule priorité. Il ne fallait pas oublier l’homme au chapeau ; et ce livre l’avait aidé à libérer… ou à sceller ce dieu des éléments…




_________________

La croisée, suite et fin [Kumojin] 2qg3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Mar 9 Juil 2019 - 2:27

Soupirant, le fil d’actions et de réactions qui se déroulèrent devant ses yeux le laissa inactif. Ne réagissant pas de manière anormalement surprise ou autre, Raizen se contenta de froncer légèrement les sourcils. Comprenant de mieux en mieux ce qui avait dû se produire, il trouvait cela relativement délicat de constater que l’ennemi était apparut à Kumo au moment où une partie des Kumojins de haut grades étaient absent du village. Est-ce que leur présence aurait changé le sort de Kumo ? Il ne préférait pas s’y attarder pour le moment, prenant toujours le temps de digérer la totalité des informations.

Pour une fois, le Meikyû restait muet, regardant et observant d’un œil concentré la manière dont l’être humain s’organisait naturellement dans un moment où l’instinct de survie primait. Parmi ceux-ci, de nombreux eurent des réflexes plus ou moins étonnants. Révélant un charisme qu’il n’avait pas eu le temps de côtoyer par le passé, le côté guerrier d’Umeka relevait bel et bien que Kumo existerait même au-delà du village. Savoir que certains Kumojins n’avaient pas prêté allégeances ne faisait que renforcer ce même sentiment qui les unissait. Comme plusieurs, ils auraient possiblement pu quitter et fuir, en mettant de l’avant leurs propres quêtes personnelles. Pourtant, ce n’était pas du tout le cas, sachant qu’ils étaient tous pour ou moins regroupé pour une raison : dans l’espoir qu’une étincelle se produise.

Tout comme la résonance ayant percuté de nombreuses personnes, ils représentaient indirectement le mouvement des Kumojins le plus radical. Si certains avaient préféré rester sous le joug de Teikoku sans se résoudre à fuir, n’empêche que leurs cœurs devaient indirectement porter la couleur du village de la foudre, sans pour autant y être de manière permanente.

Soupirant, Raizen remercia Anzu pour la feuille qu’elle venait de lui offrir. La tranchant d’une main pour la séparer, il n’eut aucun mal à la froisser subtilement grâce à ses affinités toujours similaires. En guise de courtoisie, le Meikyû avait réalisé le test. Or, celui-ci était éphémère compte tenu des circonstances. Avant de penser aux tactiques et éléments éphémères, il fallait se concentrer sur les grandes lignes, chose qu’Akina ramena sur la table.

-Je seconde Akina sur cette idée.

Souriant légèrement tandis qu’il avait été muet depuis un bon moment, le Meikyû reconnu pour ne pas tenir sa langue ouvrait finalement les lèvres. Ayant songé longuement à la manière dont il devait positionner la suite des choses, il tenta de diriger légèrement la conversation vers ce point d’intérêt.

-Nous aurions très bien pu rester à Hayashi, mais la situation y est présentement trop instable pour que nous y soyons confortables. De plus, au regard de la conquête de l’Empire du Feu, je ne voudrais pas que notre présence apporte un fardeau supplémentaire aux terres de ce pays.

Balayant d’un bref revers cette première possibilité, il amorça la seconde :

-Plusieurs d’entre nous sont de Kaze, mais suite à une mission effectuée en compagnie d’Itagami, bien que nous pourrions nous y installer, un des régents du nom de Ryoga Garyosen, bien qu’il me tolère, est un ancien Kumojin qui déteste les Kumo. Il serait donc préférable de ne pas se positionner dans un endroit aussi prévisible sachant que Kaze ne s’est probablement pas encore positionnée par rapport à cette soudaine conquête. Garder contact avec Kaze restera tout de même important pour des motifs ultérieurs que j’expliquerais plus tard grâce à mon positionnement sur le sujet.

Soupirant de nouveau, le regard et le ton du Meikyû dégageaient tant de nonchalance qu’on pouvait presque y lire un détachement total par rapport à la situation. Pourtant, ce n’était pas du tout le cas. En se concentrant sur son chakra, on pouvait presque y lire une mutation qui indiquait en tout point qu’il était perturbé. Se mélangeant indirectement à l’adrénaline, son aura était bien différente. Bien que nonchalant, son air était pourtant concentré, témoignant aisément qu’il était en réflexion profonde.

-Les tests d’affinités demeurent importants, mais comme l’a mentionné Umeka, la hiérarchie prime pour coordonner le groupe que nous représentons. Savoir où nous irons l’est aussi, mais avant tout, je tiens à souligner que nous représentons les derniers survivants de Kumo plus ou moins libre et je suppose que si nous en sommes là et que nous ne sommes pas parties, c’est bel et bien dans un objectif. Donc, à moins que quelqu’un ait des intérêts contraires, je suppose qu’il en revient à la personne la plus proche de l’ancienne Kage de prendre les rênes du groupe. Pour la suite, tout dépendra de la manière dont nous nous organiserons en fonction de nos objectifs, mais nous aurons fort probablement tous un rôle important à jouer, quoique soit nos décisions futures.

Raizen n’était pas du genre à suivre la hiérarchie aveuglement. Or, sachant qu’elle était cohérente, il préférait faire confiance à Sazuka avec la suite des choses au lieu de tout remettre à néant pour tout rebâtir. Après tout, ils n’étaient pas prêts à remettre aveuglément les clés d’un groupe à n’importe qui. Bien qu’il appréciait Itagami et qu’elle était importante pour le village, son positionnement dépendrait fort probablement de leur ligne directrice, car seule Sazuka avait des caractéristiques invariables dans le contexte.


_________________
La croisée, suite et fin [Kumojin] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Endo Hoshiyo
Endo Hoshiyo

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 17:57




Jamais auparavant l’Endo n’avait assisté à ce genre de rencontre ou de discussion. Si certains semblaient résolument avoir accepté la situation et se tournaient déjà vers le futur ; d’autres en revanche restaient bien silencieux à l’exception de quelques mots. Sans forcément y être invitée, la rouquine s’était jointe au groupe de ninjas et autres civils, autour du feu. Elle les écoutait avec un intérêt certain ; et plus elle les écoutait et les observait plus ces personnes lui paraissaient « normales » ; loin des monstres qu’on lui décrit par le passé, loin d’être personnes haïssables. Cela dit, l’Hijine ne les connaissait pas vraiment… Comment pouvait-elle alors réellement savoir ?

Puis, alors que l’homme aux tatouages, qui devait être un « gradé » du village des nuages, termina son observation et eut fini de porter ses recommandations ; la chauffeuse de bain tourna sept fois sa langue dans sa bouche et se prépara à parler. Jamais auparavant elle n’avait été aussi soucieuse de ce qui allait sortir d’entre ses lèvres. Ce fut donc sous leurs regards plus ou moins neutres vis-à-vis d’elle qu’elle s’exprima de sa voix fluette.

-Si vous ne retournez pas à Kumo vous ne serez pas considérés comme des déserteurs ? Dit-elle avec une innocence non feinte. Parce qu’elle ne connaissait pas le fonctionnement de ces grands villages, mais savait en revanche qu’ils avaient un système militaire… Et qu’un militaire quitte son poste, abandonne son devoir… c’était un déserteur en principe… Mais peut-être était-ce différents chez les shinobi ? Oh… je m’appelle Endo Hoshiyo, je faisais partie des assaillants de Kumo. Histoire que vous sachiez à qui vous parlez… Dit-elle avec un sourire gêné. Il était inutile de leur mentir, surtout pas devant cette femme aux étranges r qui connaissait la vérité.

Aussiôt ces quelques mots prononcés, elle se tut ; se disant que dans le fond elle n’avait peut-être pas, pas encore, la légitimité pour soulever ce genre de problème. Puis, certains regards pensants avaient sur elle un effet… « calmant ». Bien que…

-Mais moi… j’veux bien vous aider, que ce soit en allant à Joheki ou ailleurs ! Ajoute-t-elle finalement en levant un doigt comme pour signifier que c’était important… même si cela ne l’était pas dans le fond.




_________________
La croisée, suite et fin [Kumojin] F70m
Revenir en haut Aller en bas
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 18:15

La croisée, suite et fin.


La première à réagir est Umeka. Si, habituellement, la jeune femme se montre effacée et n’agit pas de la manière la plus abrupte, cette fois, son courage et son optimisme font sourire Kanna. C’est la première à s’engager réellement sur la voie d’une rébellion possible, à raison : S’il reste des habitants des nuages, alors il reste toujours le village. Il ne faut pas se laisser abattre. C’est une défaite, mais la guerre n’est pas encore perdue. Les ninjas présents ici peuvent totalement renverser la balance, l’hybride en est convaincue.

Les iris azurés balayent les alentours, se déposent avec bienveillance sur chacun d’entre eux. Sazuka est restée, comme à son habitude, plus ou moins effacée, silencieuse. Kanna n’ose pas imaginer les réelles émotions qui la parcourent actuellement. Même si elle n’en dit rien et paraît aussi neutre que d’habitude, l’hybride sait pertinemment qu’elle n’est pas insensible. Son village est perdu. L’endroit pour lequel Sazuka travaille, où elle a bâti une réputation, un métier. Toutes ces choses lui ont été arrachées par des personnes mal-intentionnées qui considèrent que Kumo est à eux, pour une raison X ou Y. La métamorphe l’observe, mais décide de ne pas lui poser plus de questions. Il ne faudrait pas la brusquer.

La brune finit par se manifester et décide d’établir un camp, ici, pour la nuit. L’avantage, c’est qu’ils pourront, ainsi, tous se retrouver. Kanna s’installe et met la main à la pâte autant que possible pour aider à monter les tentes. Bien qu’elle pourrait totalement camper dehors, sans se poser de questions, l’hybride comprend que d’autres aient besoin de cela pour pouvoir dormir. C’est sûrement plus confortable que l’herbe.

Le temps défile tranquillement, au gré des conversations sur leur village. Les questions vont bon train, ainsi que les idées pour une possible reprise des nuages. Kanna écoute, observe. Installée sur le sol, elle a la tête posée sur l’épaule de Sora, bien trop contente de l’avoir retrouvé pour le laisser lui échapper.

Les petits papiers viennent jusqu’à elle. Kanna n’a jamais réalisé ce test, alors elle l’enfourne simplement dans sa poche pour éviter de passer pour une idiote. Ses affinités sont … eh bien. Elles sont ce qu’elles sont, le temps lui dira.

Akina finit alors par sortir un livre de son sac, en expliquant qu’ils devraient aller à Jôheki, pour essayer de le déchiffrer. Le visage de Chiaki se déforme d’une grimace peu plaisante. Après l’aveu de sa perte de chakra, voilà qu’ils lui rappellent cet épisode déplaisant. La pauvre petite n’a pas une seule minute pour elle. Kanna laisse sa main vagabonder sur la cuisse de Sora, pensive. Jôheki, hein ? Pourquoi pas, au fond. L’immaculée n’est pas du genre à se rebeller dans ce genre de cas. Elle suit, c’est tout. Ce pays lui est inconnu, ce sera une bonne manière de découvrir un peu plus du Yûkan. Ce n’est pas elle qui va s’en plaindre, en tout cas.

Néanmoins, elle avoue avoir une petite idée derrière la tête. Lorsque Raizen et la petite Hoshiyo, qui les accompagne finalement, finissent de parler, Kanna décide de se manifester à son tour.

« Tout d’aborrrd, merrrci pour votrrre motivation et votrrre courrrage. Je suis confiante, pour Kumo. Je suis cerrrtaine que nous parrrviendrrrons à récupérrrer notre village. Pour Jôheki, eh bien, je vous suis. Cela m’a l’air d’êtrrre une bonne idée. Tout comme le fait de choisir Sazuka pour êtrrre le leader de nos opérrrations. Ceci dit, j’aimerrrais émettrrre une réserrrve. Nous sommes trrrès prrroches de Kaze et, même si nous ne nous y rendons pas pour nous y installer, peut-êtrrre pourrrions-nous y laisser quelques uns de nos membrrres, qui y ont vécu par exemple, s’y rendrrre pour des raisons diplomatiques, ou prrrofiter de leur prrroximité avec le pays pour y régler quelques affairrres encorrre en courrrs. Je peux tout à fait les accompagner, si vous le souhaitez, je pense avoir les capacités nécessairrres à leur prrrotection et, qui sait, peut-êtrrre pourrrions-nous apporrrter de bonnes nouvelles ? »

Kaze, si près et pourtant si loin. Terres de son départ, qui l’ont vue perdre toute sa vie pour la bâtir une nouvelle fois. Aura-t-elle la chance d’y retourner ?


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre https://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Uzumaki Sazuka
Uzumaki Sazuka

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 18:40




J’écoutais, j’acquiesçais à ce que disaient les uns et les autres sans vraiment participer à la discussion. Depuis que Kanna avait expliqué ce qu’il s’était passé durant absence, alors que nous étions occupés par d’autres dangers, mon esprit et ma concentration semblaient se livrer une féroce bataille. L’un s’efforçant de trouver une solution et l’autre tentant de rationnaliser, de me maintenir calme. Mais plus chacune des personnes alors présentes prononçaient de mots et plus j’avais l’impression de perdre ce contrôle que j’avais toujours exercé sur moi-même.

Tous étaient déjà en train d’élaborer la suite, de mettre en avant leurs idées ; et moi j’avais la sensation d’être en marge de tout ça, à côté ; à les observer. Les yeux dans les flammes, je sentis dans ma main la contraction presque imperceptible de l’abducteur du pouce, comme un léger spasme. Mon regard se déporta sur celle-ci et je pus y apercevoir un léger tremblement. Je n’avais jamais vu ça auparavant, mes mains n’avaient jamais tremblé, même blessées. Alors, comme pour lutter contre ce phénomène, je fermai et serrai le poing.

J’avais redressé la tête, Raizen venait de terminer son exposé et derrière, aussitôt, la petite rouquine dont le visage ne me revenait pas prit la parole. La désertion. C’était un sujet… sensible. Et quoi que nous fassions par la suite… Puis, lorsque qu’elle parla de son rôle dans cette « affaire », qu’elle était l’un de nos ennemis ; j’écarquillai les yeux. Le brasier qui nous séparait n’était qu’un ridicule obstacle entre elle et moi, et l’envie irrépressible de lui faire du mal gagnait lentement le plus profond de mon cœur ; jusqu’à ce que d’un soupir je balaye ce désir.

Cette gamine avait eu de la chance que, malgré tout, mes principes forment toujours autour des personnes de son genre comme une barrière invisible, une protection face à ce dont j’étais capable.

-Umeka l’a dit. Kumo… n’est qu’un village, il n’existe qu’au travers de nous. Où que nous soyons, si nous avons toujours cette « volonté »… alors nous n’avons pas besoin de nous trouver entre ses murs. Prononçai-je d’une voix monotone. A une autre époque, dans une situation équivalente ou proche, sans doute me serais-je simplement détachée de tout ceci, j’aurais tourné le dos et serai partie, ni plus ni moins. Mais dès l’instant où Kanna nous avait appris ce qu’il était arrivé, qu’ils avaient tué Reiko… Quelque chose semblait s’être brisé.

Et en parlant de ce qu’elle nous avait appris…

-Le pays du feu a déclaré la guerre à notre pays ; nous reprendrons Kumo et Kaminari. Continuais-je alors que le niveau de ma voix faiblissait à chaque mot. Nous irons à Joheki… pour nous organiser. Faites ce que bon vous semble, Kanna. Nous avons visiblement des priorités… différentes. Ajoutais-je en la fixant. Le poing toujours serré, scrutant chacun des visages dans mon champ de vision je repris : Je dois… me retirer. Puis je me retournai, leur tournai le dos, avant de m’éloigner d’un pas vif ; m’enfonçant dans la forêt.


Spoiler:
 



Dernière édition par Ikeda Sazuka le Ven 12 Juil 2019 - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Kururi
Yamanaka Kururi

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 19:08



Tu devais fournir un gros effort pour ne pas décrocher de toutes ces discussions. Dans tout ça tu ne voyais rien de concret à part la proposition de rejoindre Joheki. Toi, quel que soit l’endroit ça t’allait. Kaze avait toujours été l’allié de Kaminari mais qu’avait dit le Meikyu faisait du sens pour une fois. A quoi bon vouloir aller se mettre des bâtons dans les roues avec ce pays de toute façon trop chaud et trop plein de sable ? Par contre tu trouva la présence de cette nouvelle tête rouquine assez étrange… mais si elle était là, si la kunoichi qui avait guidé l’autre groupe l’avait accepté ; que pouvais-tu y redire ? Même Sazuka l’avait apparemment accepté.

D’ailleurs tu l’observais elle plus que les autres depuis maintenant un petit moment. Tu avais l’impression qu’elle était comme d’habitude mais à force, tu avais appris à la connaître et à reconnaître certains signes. Tu ne parlais pas de ses mains biensur, tu n’avais rien vu ; tu n’étais pas une experte. Mais en revanche qu’elle ne rebondisse sur la question de la désertion… oué tu trouvais très bizarre sachant que vous aviez à peu prés la même vision des choses. Et de même quant à sa réaction vis-à-vis de la demande de la yasei. Durant toute votre présence à Hayashi elle avait toujours était claire même si elle vous laissait des libertés.

Et là ? vraiment trop bizarre… Jusqu’à ce qu’elle annonce son retrait, sans même t’adresser un regard ni rien d’autre. Que venait il de se passer ? Tu te demandais… Pourtant t’avais pas l’impression qu’elle avait été si affectée par tout ça… à moins que… qu’elle ne cache tout, tout ce qu’elle ressentait. Cette femme qui apparaissait assez souvent gentille et impassible auprès des autres était en vrai particulièrement insondable ; tu commençais à avoir de l’expérience en terme de Sazuka.

« Hum… je vais voir ! attendez là ! »

Tu avais contourné le feu, et tu quittas le groupe en direction de la forêt, pour la rattraper.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9790-yamanaka-kururi#83092
Sharrkan
Sharrkan

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 19:40
Hayashi, le pays du bois. Super beau, je devais l'admettre. L'odeur de la forêt, les bruits des arbres qui craquent dans le vent, toutes ces sensations que je n'avais plus ressenties depuis longtemps me submergeaient, me faisant ressentir une pointe de nostalgie. J'étais venu plusieurs fois avec mes parents en étant plus jeune, mais la dernière fois était lorsque je faisais le chemin en sens inverse pour rejoindre Kumo. La vie n'est qu'une boucle, au fond. On naît poussière, puis nous redevenons poussière à la fin de notre vie.

Enfin bref, l'ambiance aurait pu être super relaxante si on ne s'apprêtait pas à lâcher une bombe énorme sur le petit groupe de Kumojins qui étaient venus à notre rencontre. Outre ça, je ressentais un certain malaise, l'impression de ne pas être à ma place. Beaucoup se connaissaient, se retrouvaient, et j'avais l'impression d'assister à un moment intime qui ne me regardait pas. La seule personne que je connaissais dans le groupe en face était... La sale gosse de la bibliothèque. Gé-nial. Au final, je ne connaissais pas beaucoup de monde de notre groupe avant le voyage, à part Itagami qui ne ressemblait plus du tout à la femme avec qui j'avais fait un entrainement. Heureusement que j'avais mon Kyohei à mes côtés, même si lui aussi n'était toujours pas redevenu normal.

J'aidais sur le camp de fortune que nous avions établi, essayant de me rendre utile ici et là sans discuter inutilement. Et pourtant, j'avais envie de poser un million de questions... Mais le moment n'était pas opportun. Trop sérieux, trop solennel. Même là où nous étions tous assis autour d'un feu, comme une bande de potes en camping, sauf que la moitié du groupe était des déserteurs et qu'on avait pas de chamallow. Je n'avais rien à dire à propos des tests d'affinités ou de la hiérarchie, alors je me contentais de hocher la tête de temps en temps.

Cependant, lorsque le-type-qui-avait-l'air-important du groupe en face (Raisin ? J'étais vraiment nul pour me souvenir des prénoms) annonça qu'il serait sûrement impossible de s'établir à Kaze, je ne pus m'empêcher de lâcher un mot.

« - Oh... »

Le silence devenait difficile à garder. Au fond, j'avais espéré que le groupe déciderait naturellement d'aller dans le désert et que je n'aurais pas à choisir entre me préparer à reprendre Kumo et rentrer chez moi. Ou alors, Kumo était chez moi ? Tout devenait sacrément compliqué. Mais quand Kanna reprit la parole pour proposer que quelques membres aillent quand même à Kaze, je ne réussis pas à me retenir, à nouveau :

« - Oh ! »

Le même mot, mais d'un ton bien différent du premier. Je me tournais vers Kyohei, un sourire hystérique sur le visage. Dans l'euphorie du moment, je l'avais même secoué un peu en lâchant des "Ouais ! Ouais !" avant de me souvenir où je me trouvais et avec qui. Et de ce que je pouvais voir, celle qui était apparemment la cheffe désignée (Sakura ?) était pas vraiment contente. Aïe, je venais déjà de me mettre la boss à dos ? Ça s'annonçait pas trop bien pour la suite...

_________________

La croisée, suite et fin [Kumojin] Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 5:44

Suivant attentivement le comportement de chacun, la suite des choses ne vint aucunement surprendre Raizen. Ayant plutôt l’impression d’être un témoin participant, il ne put s’empêcher un léger rictus en coin au regard du comportement de Sazuka. Connaissant la relation qui unissait celle-ci à Reiko, bien qu’une partie de lui considérait la mort de Reiko comme étant inévitable, il savait tout de même que ceci devait être un moment difficile pour la femme pourtant impassible. S’il y avait bel et bien une surprise, c’était bien dans son aptitude à garder son calme même dans une situation aussi renversante. C’était impressionnant, mais à quel prix...?

Disparaissant sous de brèves paroles témoignant de divergences soudaines, Raizen passa sa main dans sa chevelure avant d’observer l’Ikeda partir. Si la suivre était tentant, il préférait la laisser en paix ou plutôt en compagnie d’Umeka qui venait soudainement de la rejoindre. Rien de ce qu’il pourrait dire n’aurait d’impact sachant qu’il lui avait clairement indiqué être contre le régime imposé par Reiko à plusieurs reprises. Pour le moment, le plus important demeurait la fameuse Hoshiyo et son commentaire.

Assez absente depuis le début, elle avait touché deux points assez importants, le fait de devenir des déserteurs et le fait d’avoir soudainement changé de camp ? Bien qu’être déserteur était un sujet qu’il aimait, n’en voyant pas l’intérêt, le Meikyû préféra l’ignorer. Toutefois, il avait quelques questions pour celle-ci. Avec un peu de chance, si ce qu’elle disait était bel et bien réel, ils sauraient obtenir des informations sur l’ennemi avant même de pouvoir commencer leur mouvement de rébellion. Du moins, si seulement c’était aussi facile...

- Endo Hoshiyo ? Enchanté. Me permets-tu un court dialogue ?

Souriant, il préféra changer son approche en évitant de mentionner son nom pour le moment.

- Plus sérieusement, je parle beaucoup, mais j’ai 4 questions assez précises à te poser si tu le permets.

Attendant son approbation, son regard la sondait, cherchant calmement à examiner son non verbal. Quoiqu’il arrive, avoir une personne du camp allié était beaucoup trop facile, surtout si elle les avait aidés pour ensuite les rejoindre. S’il avait été à la place du chef des opérations à la tête de l’Empire, il aurait probablement chargé un de ses soldats d’enquêter sur les mouvements rebelles en les infiltrant tout simplement. Quoi de mieux en guise de couverture qu’un changement d’humeur... Si on veut, c’était une très belle manière de mettre un terme à la rébellion avant même qu’elle ne commence ou au point névralgique. Dans tous les cas, sachant qu’il était le seul à avoir un passé lié à la police, Raizen était le mieux placé pour mener ce genre d’enquête.

-Concernant Kaze, il serait possible que j’y aille aussi. Toutefois, je tiens à préciser qu’il sera important de faire excessivement attention sachant que la position de Kaze par rapport au changement est encore indéterminée. Il faudra aussi que le voyage soit excessivement court. Nous disperser en ce moment n’est en aucun cas une bonne idée sachant que nous divisons nos forces déjà restreintes. Il faudrait donc que ce soit un passage assez rapide pour que nous puissions aller là où nous devons vraiment aller. Au regard du fait que je suis connu à Kaze, je ferais cavalier seul pour éviter que vous soyez plus ou moins identifié comme faisant partie de mon groupe si jamais ils ont déjà des espions. Les nouvelles vont vite à Kaze comme vous le savez déjà, ce sera donc un voyage à vos risques et périls s’il est entamé et il faudra éviter les hautes instances pour le moment...


Une pause

-Je propose donc de se rendre à Joheki et de se concentrer sur notre objectif principal qui est de posé les structures et les fondations. Se diviser n'est pas optimal compte tenu des circonstances et rien ne nous empêchera d'effectuer ce genre de voyages plus tard. La situation n'en sera que plus stable. Tout comme plusieurs d'entre vous, je suis Kazejin, donc le désir d'y retourner est tentant, mais chaque chose en son temps.

Martelant son positionnement sur ce voyage risqué, le Meikyû n’y voyait aucune plus value groupée, mais que des bénéfices personnels. Il devait en effet y retourner pour sonder les hauts gradés Meikyûs sur le livre que lui avait offert Akina, mais aussi pour en apprendre davantage sur certains éléments liés au clan. Or, il ne comptait pas y passer plus de deux jours et le faire maintenant. Autrement, il attirait beaucoup trop l’attention. Dans un scénario comme celui-ci, chaque geste était un mouvement sur un échiquier et le premier à faire une erreur fatale se retrouveraient 10 coups en arrière. Dans ce même élan de comédie, le Meikyû ne savait aucunement avec qui il partageait ce jeu de stratégie. Pourtant, le stratège fou qui sommeillait en lui voyait clairement se dessiner un combat stratégique des plus intéressants. Pour en arriver là, nombreuses étapes devaient être franchies. Sans quoi, il serait trop tard. Chaque seconde était comptée et les aiguilles du pendule pointaient déjà vers eux, c’était à leur tour.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Endo Hoshiyo
Endo Hoshiyo

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 13:22




La jeune Endo ne comprenait pas tout ce qui se racontait, mais dans le fond peu importait ; elle avait dit à celle aux drôles de « r » qu’elle leur apporterait son aide dans la mesure de ses capacités –qui étaient bien ridicules- afin qu’ils défendent la souveraineté de leur nation.

La raison de la rouquine n’était pas très compliqué, si dans un sens la vengeance du pays du feu sur celui de la foudre était légitime, qu’il asservisse un peuple alors qu’elle-même en tant qu’Hijine avait pu malgré tout jouir de sa liberté ; alors la nation du feu et l’empire qui semblait être né avait perdu à ses yeux toute sa légitimité.

N’ayant pas son mot à dire sur la prochaine destination qu’envisageaient ces rescapés du perfide acte de ses « compatriotes », Hoshiyo se contenta donc d’écouter, et de dévisager ceux et celles présents à ce petit meeting autour du feu. Puis, d’un instant à l’autre alors que l’homme qui parlait beaucoup parlait toujours, elle comprit qu’il s’adressait à elle.

Un peu surprise elle se pointa du doigt et acquiesça à sa demande. Répondre à des questions ne semblait pas déranger la jeune manipulatrice de chaleur, après tout elle avait joué franc jeu avec la chatte –la fille aux cheveux délavés- alors un peu plus, un peu moins…

Dans toute cette histoire ce qui l’inquiétait bien qu’elle était là pour apporter son aide, était la naissance de ce qui ressemblait à une dissension. La femme aux cheveux noirs et au regard perdu était partie et ses derniers mots prêtaient à une légère interprétation. Que voulait-elle dire par « se retirer » ? Une retraite ? un départ ? une pause ?

C’était trop flou pour que la voyageuse puisse vraiment comprendre… Puis au final elle verrait bien ce qu’il se passerait le lendemain, et les jours suivants. Mais commencer à se disperser comme ça… Hoshiyo savait que ça n’avait pas que du bon pour être elle-même potentiellement dissipée en général.

Enfin et malgré son manque de légitimité dans la discussion, elle se permit de partager son avis ; parce que, parfois, plusieurs avis et mêmes étrangers valaient mieux qu’un ou même quelques-uns…

-Oui vaut mieux un endroit tranquille et je n’ai jamais entendu dire qu’à Joheki il se passait des choses… perturbantes. Finit-elle rapidement de sa petite voix fluette. Du coup… Nous.. partons dès demain ? Demanda-t-elle quand même sans oublier de dire « nous ».




_________________
La croisée, suite et fin [Kumojin] F70m
Revenir en haut Aller en bas
Metaru Itagami
Metaru Itagami

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 14:12
La croisée, suite et fin [Kumojin] RP_Akina_dark_forest

Lorsque les clones d’Anzu et moi-même arrivâmes auprès de l’originale, les survivants avaient déjà rencontré la délégation que Kumo avait envoyée à Hayashi… et de par les différentes expressions que je percevais sur chacun d’entre eux… il était assez aisé de comprendre qu’ils avaient à leur tour reçu la fameuse « mauvaise… très mauvaise nouvelle ». Sur nombre d’entre eux je pouvais discerner le choc, chez d’autre le déni, chez d’autre encore un manque particulier de réactions, comme si depuis le départ ils s’y attendaient. À en entendre les murmures et ce qu’avait dit Anzu tout à l’heure, ceci faisait aussi partie des plans de l’homme à chapeau.
Le regard devenu plus sérieux, j’avais préféré garder le silence suite aux interventions de chacun, non pas qu’encore une fois je me rééclusais ; non… j’apprenais… du moins j’essayais d’apprendre à accepter que présentement nous ne puissions en aucun cas changer le passé.

Levant le regard, je tombai sur Kuu et un quelque pas derrières Ume chan, gardant dans ses bras la petite Seina… Un fin sourire s’étira naturellement sur mes lèvres, sourire que je dédiais non seulement à mes filles, mais aussi aux futures que je leur espérais ; future que je ne me voyais point laisser s’échapper.
M’accroupissant pour prendre la jeune Metaru dans mes bras, je tendis l’autre, faisant signe à Ume de s’approcher. C’était fou à quel point An-chan et elle était similaire, comme elle, sa petite sœur réagissait comme un animal perdu entre la peur et la méfiance, mais fini après quelques secondes, par s’approcher, me tendant Seina visiblement dans l’idée qu’elle était la seule raison pour laquelle je l’avais fais venir, mais en profitai pour la joindre elle aussi à cette réunion familiale. Certe Ume n’en faisait pas directement partie, mais dans le sens où j’étais responsable de son statut d’orpheline, la prendre comme une de mes filles ne paraissait que naturel. Comme l’aurait fait son aînée, je la sentis se débattre pour tenter d’échapper à cette marque d’affection… mais comme j’avais fait pour son aînée, il était hors de question de la laisser essayer de se réfugier dans un monde loin de ce dont elle avait présentement le plus besoin, une personne qui lui montrait qu’elle comptait en tant que personne… et non en tant qu’arme comme ses défunts parents voulaient le lui faire croire.

Lorsque je finis par les lâcher, ce fut pour y voir une Kuu étouffer un rire devant une Ume rouge pivoine… tenant ses distances, elle me tendit Seina qui semblait elle aussi rire du nouveau teint écarlate de celle qui la portait.
Tu me la gardes un moment… ? Elle a l’air de bien se sentir chez toi. Fis-je en poussant gentiment Seina chan vers elle, un sourire que je voulais bienveillant sur les lèvres. Lorsque je finis par reporter toute mon attention sur ce qui avait été dit jusqu’à présent, c’était en étant bel et bien conscient des différents avis de chacun.

L’idée d’Anzu chan qui était de vérifier d’éventuels changements de nos affinités primaires était en soi l’une des plus importantes. Si dans un premier temps ceci m’avait, sembler étrange, voir tout le monde acquiescer me rappela des cas particuliers de personnes qui s’étaient vu déposséder d’une chose qui faisaient normalement partie de leur être. *… devoir recommencer de zéro l’assimilation et la compréhension de ses affinités… pire, de son kekkai… … ça doit être déroutant… *
Le regard froncé sur le fameux papier, j’en avais réclamé plus d’un, aussi bien pour moi, que pour Kuu chan et la petite sœur de la Sendai… Ceci dit, le moment actuel n’était pas propice à cet exercice. Des décisions étaient prises, Notamment la proposition de Raizen de garder leur actuel chef d’Expédition, ainsi que celle d’Akina chan de partir pour Joeki. Pour des raisons dont j’étais bien trop consciente, Kaze qui nous aurait apporté certains bénéfices était Off limites… il fallait dire que son actuel dirigeant était un déserteur de Kaminari… Et pour le coup… Joeki faisait sens.

Si pour la chute de Kumo j’avais toujours du mal à accepter de ne pas en être principalement responsable, comprendre et déchiffrer le livre qu’était venu nous voler ce vieux félon m’était présentement d’une importance capitale… à l’époque j’avais volontairement fermé les yeux sur l’importance potentielle de ce document… mais actuellement… après coup, je ne pouvais qu’être sure d’avoir fait une erreur… * Perdre une vie ce jour-là… en aura peut être sauver des dizaines… * Pensai-je le regard posé sur Chiaki.
Ce choix terriblement naïf et arbitraire était une des preuves les plus flagrantes que je n’étais pas faite pour diriger ; du moins… pas celle que je suis présentement… peut-être… … … non. J’étais loin d’être qualifié pour être responsable des quelques survivants présents… le choix du Meikyu était… plus que judicieux.

Que devais-je faire ? Que devais-je dire … Que… … non, en réalité dans mon état présent parler n’était point une bonne idée. J’avais fini par me calmer, mais savais mieux que quiconque à quel point j’étais encore bouleversée par les évènements de Kumo gakure… je me devais de me reprendre, de faire le point… de choisir… un but… certain bien moins féérique que celui que j’avais poursuivi jusqu’à présent. Baissant le regard, tripotant machinalement le seul bracelet d’Hisao que j’avais pu sauver, je levai les yeux vers l’un des élèves de celui-ci, conversant avec la jeune fille qui tirait beaucoup trop sur les « R ».
J’aurais voulu lui parler de son maitre, voulu lui dire qu’il avait mené un combat dantesque, voulu lui faire savoir qu’il était resté aussi redoutable qu’il l’avait connu, emportant avec lui plusieurs dizaines d’Hijin dans la tombe… mais… je n’avais pas les mots, ou plutôt ne pouvais les affirmés… n’ayant point été là pour lui… étant arrivée après coup pour sauver cette relique de son passé… je n’avais rien pour ne serait-ce qu’encenser un peu plus l’existence de l’homme avec lequel j’avais décidé de passerelle reste de ma vie… rien… que des souvenirs.

Lorsque nos regards se croisèrent, je ne finis que par acquiescer ses précédents dires, l’idée comme quoi il valait mieux que Sazuka prend la tête de l’expédition, comme l’idée de partir à Joeki… bouche cousue… le cœur lourd, je finis par faire volte-face, les doigts se resserrant sur le bracelet de l’Akahoshi, les yeux sur la fille qu’il m’avait donnée…

Pour toi aussi… je dois me ressaisir… Seina chan… Murmurai-je…

_________________
La croisée, suite et fin [Kumojin] True_kuu

Ma Naïveté nous a perdu... ça ne se reproduira pas


La croisée, suite et fin [Kumojin] Ica3

Mother of two beatiful Angels
Spoiler:
 


[ Merci pour les Kits Raikage Sama ! ]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami
Metaru Anzu
Metaru Anzu

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 16:02
Après cette distribution, bien qu'elle pouvait attendre d'après Sazuka, on commençait déjà à planifier la prochaine destination. Où allez ? C'était une bonne question, Anzu écoute attentivement l'ancienne responsable de la bibliothèque, se demandant d'ailleurs comment elle va survivre sans la Suzuri qui s'en occupe. Il est vrai qu'il y avait cet ouvrage qui a été volé par le Saint-Père, qui a permis à l'homme au chapeau de pouvoir libérer ce fameux dieu du désert, et d'après la clé, il s'agirait d'un sceau très complexe que seul lui a réussi à décoder. Allez à Joheki pour en parler auprès de ses sages est une bonne idée, mais après, la demoiselle se souvient que la clé est avant tout un Meikyu, peut-être fallait-il plutôt se tourner vers eux, après tout, eux, ont réussi à concocter un sceau capable de sceller un dieu, peut-être est-ce du coup un sceau similaire.

Enfin, Kanna, la femme chat qui roule beaucoup trop les r, leur dit qu'elle souhaite faire un détour à Kaze, Anzu est plutôt contre. Si les kumojins commencent à se disperser, alors ils vont devoir attendre longtemps avant de pouvoir concocter la libération de Kumo. D'abord faire une base à Joheki lui semble importante, après seulement ils pourront commencer à allez à droite et à gauche, c'est ce que pense le Meikyu. Elle se demande d'ailleurs s'il compte toujours l'emmener à Kaze après l'avoir rendue muet, mais la demoiselle a d'autres projets à revoir à la hausse ... d'autres projets qui font qu'elle va devoir attendre un peu plus pour en savoir plus sur son "clan". Elle va devoir revoir à la hausse ses priorités ... elle va devoir s'entraîner dur, mais probablement continuer à guider Raizen dans sa manipulation de la sensorialité.

- Je suis d'accord avec Raizen pour ma part.

Même si elle compte rester à Joheki, et puis, peut-être qu'elle va pouvoir enfin trouver de la lecture là-bas, ça évitera qu'elle se tourne sur l'alcool et le chocolat pour s'occuper un peu l'esprit. Quand à Hoshiyo ... elle est déjà en train de prier intérieurement pour elle, généralement, même un interrogatoire "court" de Raizen est une torture à ce qui paraît. En même temps, quand on ne sait pas tenir sa langue ... Elle jette ensuite un œil sur Itagami qui est en train de s'occuper de Kuu, probablement encore perdue dans ce qu'elle peut faire ...

- Ne devrais-tu pas te reposer Anzu ?

Son chacal lui redemande la question, cela fait en effet un moment qu'elle est active, et elle ne s'est pas encore entièrement remis, d'où l'invocation de Freki qui se trouve encore proche d'elle, coucher sur le côté à attendre la Sendaï. La violette s'approche de lui, puis se met assise à ses côtés.

- Si, je dois prendre un peu d'avance pour me réveiller la nuit pour faire mon tour de garde ...

Même si la cause pour laquelle elle ne s'est pas remise, c'est en partie pour tenter d'apprendre un peu de sensorialité à Raizen alors qu'elle devait se reposer ... enfin, elle va devoir faire plus attention à l'avenir, surtout qu'elle a dépenser finalement bien trop de chakra lors de cet "entraînement". Mais oui, elle va devoir se lever plus tôt que les autres pour surveiller qu'il n'y ait pas de danger, alors autant se reposer avant les autres.

_________________

La croisée, suite et fin [Kumojin] 4fy8
Merci à patate pour l'avatar et Sazuka pour la signature o/

Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine https://www.ascentofshinobi.com/u784
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

La croisée, suite et fin [Kumojin] Empty
Dim 14 Juil 2019 - 20:15

Observant calmement la scène, le Meikyû tentait de voir s’il y avait des points divergents par rapport à ses paroles. Chaque seconde et chaque minute étaient comptées. Ainsi, il n’entendait perdre aucun temps et préférait aller droit au but plutôt que de dialoguer et d’échanger tel qu’accoutumé. Malgré lui, dans les circonstances actuelles, il avait le profil le plus propice pour être un décisionnaire sous l’absence soudaine de Sazuka. Comprenant en grande partie les raisons qui motivaient son absence, il préférait ne pas les communiquer, se contentant de faire ce qu’il fallait sans forcément l’expliquer.

-Si personne n’a rien à redire, d’ici quelques jours, nous partirons en direction de Joheki. Ceci vous laissera le temps de préparer vos affaires, mais surtout de permettre à ceux qui viennent de faire le voyage Kumo – Hayashi de se reposer et de guérir. Le voyage sera long, donc préparez-vous mentalement. Je compte sur vous pour que le voyage se passe dans des conditions idéales et pour être à l’heure ici d’ici 3 jours.

Se faisant de plus en plus assertif dans ses paroles, le Meikyû n’avait aucune gêne à trancher et guider son équipe vers les prochaines étapes.

-Entre temps, si vous avez des questions ou s’il y a le moindre changement, vous en serez informé le plus tôt possible. Je compte aussi relayer l’information à Sazuka pour m’assurer qu’elle est alignée avec cette prise de décision

Alors qu’il aurait très bien pu dire à tout le monde de partir, il n’avait pas fini. C’était l’heure de l’interrogatoire et le faire aux yeux de tous ou de ceux qui avaient un certain intérêt n’était pas une mauvaise idée.

-Je fais totalement confiance à Kanna et je sais qu’elle ne t’aurait pas amené sans raison Endo. Toutefois, j’aimerais que tu répondes à ses 4 questions :

-Pourquoi faisais-tu partie de l’Empire du Feu à la base ?

-Quels sont les motifs t’ayant poussé à quitter l’Empire du Feu après la conquête pour rejoindre les Kumojins ?

-Décris-moi la hiérarchie Hijins ainsi que ses membres importants

-Pourquoi devrions-nous te faire confiance après avoir aidé Hi ?


Lui demander quelles étaient ses intentions futures était intéressant, mais elle aurait fort probablement répondu de manière relativement générique. Pour plusieurs, ses questions pouvaient sembler bateau, mais au-delà des réponses pouvaient se lire d’autres éléments qui sauraient confirmer si elle était digne de confiance ou pas.

Entre temps, le Meikyû venait de finir l’écriture d’une lettre résumant le contenu de la réunion sur un parchemin qu’il avait fait apparaître en libérant un de ses sceaux. Y déposant par la suite un sceau qui visait à sceller le contenu de la lettre avec un code que seul un utilisateur de fuinjutsu saurait déceler, il roula le contenu avant de faire apparaître son corbeau. Fidèle compagnon du Meikyû, malgré sa taille importante, il restait sa meilleure garantie pour délivrer un message à la bonne personne.

-Spero, amène ça à Sazuka, c'est important.

Toisant le Meikyû du regard, il en attrapa le contenu avant de sonder le visage de tous les membres présents pour l’expédition.

-Mhmm...

Attendant de vérifier qu’il n’y aurait aucun désagrément ou point divergent, ce n’était qu’une question de minutes avant que Spero n’aille délivrer le message à Sazuka concernant les prochaines étapes.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

La croisée, suite et fin [Kumojin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: