Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Vestiges (ft. musashi)

Invité
avatar

Vestiges (ft. musashi) Empty
Ven 5 Juil 2019 - 17:36

La voie du bushido
Le bokken fend l’air silencieusement, pupilles closes et respiration profonde, tu cherches cet instant où le vide transcende le reste du monde. Délicat murmure dans cette quête incessante jusqu’à parvenir à l’équilibre, pouvoir briser les lois de cet univers, réalité abjecte, doux rêve qui parcours ta carcasse. Léger frisson qui suis la courbe de ta colonne vertébrale, vibration délicate qui fait échos jusqu’à tes hanches tandis que tu te repositionne lentement au rythme de tes inspiration, relâchant alors légèrement l’emprise sur le sabre de bois. Puis vient la libération, tu lèves l’arme d’entraînement au dessus de ton crâne, avant de l’abattre silencieusement vers le sol tout en expirant. Exercice basique que tu répètes une nouvelle fois, renforçant ainsi ta concentration, jusqu’à parvenir à t’isoler de ton environnement. Instant suspendu, loin des tracas du quotidien, loin des murmures du passé, un simple moment de paix durement acquise au fil de nombreux tourment. Harmonie étrange qui vient t’envahir, étais-ce donc cela la paix intérieur ? Tu parvins finalement à l’effleurer, ne serais-ce que brièvement. Éclat d’espoir qui brille dans tes yeux tandis que ceux-ci se rouvre lentement, le cœur emplit de fierté, tu pus enfin relâcher, laissant le vide et le silence t’envahir, tu profites quelques minutes de cette sensation unique qui s’écoule à travers ton être, effaçant brièvement ce délicat brasier qui n’a eu de cesse de te tourmenter toute ta vie. Le démon en toi qui s’apaise, se laisse bercer par le son du silence.

Tu te places dès lors en position seiza, déposant ton bokken à ta droite avant de prendre une profonde inspiration, méditant longuement sur cette réalité que tu partages avec le monde entier, sur la quête du samouraï, une longue errance vers le vide, guide sincère de ton épée mais aussi les jeux de pouvoir qui corrompent la pureté du bushido. Intense réflexion qui vient troubler l’harmonie difficilement acquise, divers vérité qui réveille lentement le démon qui t’habite. Humanité devenu funeste poison qui vient corrompre l’esprit, colère devenu unique maître de ta lame au fil du temps. Un nouveau soupir, lassitude si familière face à ces vices, fragilité de l’enfant que tu persiste à être, cela malgré les années qui s’écoulent. Finalement, ce qui brise définitivement cet instant paisible est la porte du dojo qui s’ouvre, laissant entrer dans la pièce fraîche une brise ardente qui attire ton attention. Par réflexe, tu te tournes vers la silhouette inconnu tout en te relevant et en faisant volte-face.

« Bienvenue au dojo du clan Nagamasa. Je crains que depuis les récents évènements qui ont troublé Iwa, le responsable des lieux ne puissent plus jamais accueillir qui que ce soit. Mais je suis Nagamasa Midori, puis-je vous aider en quoique ce soit ? » Un accueil des plus commun qui te ramène quelques mois plus tôt, le dojo accueillant encore de jeunes shinobi curieux des arcanes du bushido, un lieu plein de vie. Contraste nette face à l’état actuel des lieux, poussière s’accumulant dans les coins tandis que tu te tiens seul face à l’inconnu qui vient d’entrer. Une intrusion particulièrement surprenante, cela faisait plusieurs semaine que le lieu d’entraînement n’avait plus accueillit un externe du clan en son cœur.




Revenir en haut Aller en bas
Han Musashi
Han Musashi

Vestiges (ft. musashi) Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 0:31

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vestiges.


Vestiges (ft. musashi) Iwa12

------------------------------------------------------

Musashi se dirigeait vers le domaine des Nagasama. D’ordinaire, il n’aimait pas s’aventurer dans les quartiers résidentiels, mais là il n’avait pas trop le choix, surtout s’il voulait en savoir plus sur le Bushido. En effet, environ trois jours s’étaient écoulés depuis sa rencontre avec Mitsuo, un samouraï étranger, lié par sa mère à cet illustre clan dont Musashi n’arrêtait pas d’entendre parler. Ce Mitsuo l’avait jugé indigne d’apprendre les arts des samouraïs, ne manquant pas de le « massacrer » avec d’autres phrases, que le Genin avait du mal à accepter. Musashi était cependant resté maître de lui, chose qu’il savait faire le mieux, et avait finit par obtenir du mystérieux samouraï un bouquin qui était censé l'aider à apprendre les préceptes de base du Bushido. Ainsi, le natif de Kaze avait passé un certain temps à étudier ce bouquin, ne manquant pas de soulever ses interrogations dans son calepin, comme il avait pour coutume de le faire.

Le livre de Mitsuo contenait les enseignements de sa mère, une Nagasama. Voilà pourquoi Musashi tenait absolument à se rendre dans leur dojo pour voir de ses propres yeux la pratique du Bushido. Il avait encore beaucoup à apprendre, mais ce qui l’intéressait le plus, c’était d’abord de comprendre. Il espérait trouver Hisa, maintenant surnommée l’amazone, au même titre que Toph et Gabushi. Elle avait toutes les trois méritées leur titre, car sans elles la récente guerre aurait sûrement pris une toute autre tournure. Pas que les combats et les victoires des autres étaient de moindre importance, mais plutôt parce que sans la défaite de Mamushi, le fameux sort n’aurait jamais pu être brisé. Bref, une fois chez les Nagasama, l’épéiste n’avait pas l’intention de s’attarder longtemps, car, d’une, il n’appréciait pas d’être confiné dans une petite salle, comme l’étaient les dojo, et de deux, il appréciait encore moins se retrouver au milieu d’une foule qui criait à tout bout de champ, en agitant leur bout de bois dans tous les sens. Oh non, la foule, ce n’était vraiment pas son truc.

Vêtu de ses tenues traditionnels, avec sa cape en moins, Musashi marchait d’un pas serein, se rapprochant de plus en plus de sa destination. Dire bonjour, poser ses questions, obtenir les réponses, et s’en aller… voilà ce qu’il avait prévu. Cependant, il était bien placé pour savoir que les choses ne se déroulaient jamais comme prévue… Une fois suffisamment proche du dojo, le Genin était surpris de n’entendre aucun bruit, comme si le Dojo était totalement vide. Il se demandait si des combats avaient eu lieu par-ci, chose qui lui semblait difficile à croire au vu de l’état des résidences voisines, et même celle des Nagasama, qui semblait parfaitement intacte. S’efforçant de ne pas trop penser, le manieur du cristal frappa à la porte, puis se permis d’ouvrir et d’y entrer, une fois qu’il eu l’autorisation. Il fut surpris de ne pas y trouver Hisa, mais en y réfléchissant, cela lui parut logique, surtout compte tenu de son récent exploit. Alors qu’il écoutait la personne qui lui faisait face, Musashi observa très rapidement les lieux, constant que peu de personne s’étaient dernièrement aventurées au sein du dojo. Son regard et son attention se posèrent sur la jeune femme qui lui faisait face, elle devait être légèrement plus âgée que lui, ou peut-être même qu'ils avaient le même âge. Peu importait, elle fera l’affaire, se dit-il.

« Bonsoir, Midori-san, merci pour cet accueil et enchanté de faire votre connaissance. Moi c’est Musashi, Han Musashi. » Fit-il, en s’inclinant légèrement. « Je suis venu me renseigner un peu sur vos arts de combat, mais je tombe au mauvais moment peut-être ? De base je suis venu voir Hisa, l’amazone, c’est comme ça qu’elle est désormais surnommée, je crois… C’est l’une des rares Nagasama que je connaisse... Quoique connaître est un grand mot… Enfin vous pourriez tout aussi me renseigner à sa place, si je ne vous dérange pas bien entendu ? » Demanda -t-il, d’un léger sourire.

Observant attentivement la jeune femme, Musashi se vit obliger de reprendre et d'être un peu plus explicite sur la raison de sa visite :

« Si vous avez, au contraire, quelques instants à m’accorder, alors sachez que ce qui m’amène ici est bien simple. Je veux simplement en savoir un peu plus sur le Bushido... en quoi ça consiste et ce que ça représente, concrètement. » Conclut-il, en s’efforçant de sourire et de rester poli.

Simple, dit-il, à voir si la Nagasama trouverait ce sujet simple à évoquer… et à expliquer…



_________________
Vestiges (ft. musashi) D89k
Vestiges (ft. musashi) Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Invité
avatar

Vestiges (ft. musashi) Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 23:10

La voie du bushido
Il se présenta à toi, cherchant, sans grande surprise, la jeune Hisa. Cousine et nouvelle prodige du clan, faisant naître au coin des lèvres un léger rictus débordant d’ironie, une pointe de jalousie au cœur malgré tout. Représentation d’un nouvel échec, elle était celle qui avait pris les armes, celle qui était partie au combat en sacrifiant son innocence alors que c’était ton devoir d’aînée de l’éloigner de tout ceci. Soupir muet, tu ne t’attardes plus sur ce détails, préférant balayer cette pensée d’un bref revers, te concentrant alors sur l’inconnu. Han, Musashi, un nom qui t’était inconnu au premier abord, tout comme le reste de sa silhouette, peut être aperçu brièvement au sein d’Iwa. Mais le village était vaste après tout et les shinobis nombreux, soupir discret tandis que ça question résonne à travers la pièce vide. Comment pouvait-il réellement envisager de déranger ? Sans doute étais-ce la tournure de ton accueil qui posait confusion, n’osant pas réellement aborder sans filtre les nombreuses pertes du clan depuis un peu plus d’un an. Un clan décimé aux fils des missions et des conflits qui déchirent le monde shinobi, sans doute un clan des plus toucher par ces pertes. Tu ne comptais plus le nombre d’aînés perdu sur les champs de batailles, tandis que les anciens s’enferment au cœur même du domaine, préparant un énième stratagème afin d’entré au conseil d’Iwa.

Les pensées vagues, rapidement balayer lorsqu’il reformule son intérêt pour le bushido. Un intérêt qui éveille la plupart de tes instinct, un étrange frisson qui vient te parcourir délicatement l’échine tandis que sur tes lèvres se trace délicatement un tendre sourire auquel se mêle un léger éclat de malice. C’était bien le premier, depuis fort longtemps qui osait posé cette question, qui accordait un réel intérêt à la voie du bushido, au-delà du maniement du sabre. Immédiatement, tu tournes les talons, t’enfonçant un peu plus dans le dojo avant de l’inviter à te suivre. « Je m’excuses, mais je suis la seule qui peut vous accueillir dans cet humble sanctuaire. Ma jeune cousine étant absente, comme vous devez vous en doutez, Musashi-san, et le dernier responsable du lieu… N’est plus des nôtres depuis peu. » Tu marques une pose, l’invitant dès lors à s’installer face à toi tandis que tu reprends ta posture initiale, avant sa soudaine arrivée. « Je crains ne pas pouvoir vous offrir de thé en ses lieux, le dojo étant un lieu de pratique martial, habituellement. Mais vous semblez pressé… Par contre, la question que vous me posez, qu’est ce que le Bushido, est particulièrement vaste. Très vaste. Mais sachez que cette voie repose sur neuf principes immuables. L’honneur. La loyauté. La sincérité. La bravoure. La bienveillance. L’humilité. Le devoir. Le respect. Et... » C’est alors que très légèrement, ta voix vient trembler, consciente de cette faille qui demeure dans une partie de ton être, terrible démon qui te tourmente sans cesse. « Le contrôle de soi. »

Tu viens marquer une pause, un léger soupir, toujours furtif. Un instant presque sacré, pupilles closes durant ces quelques secondes qui semblent se prolonger éternellement. Avant de venir finalement rompre le silence. « Bien que ce soit flou, la voie du bushido repose sur ses préceptes, ils sont immuables. Mais aussi libre a de nombreuses interprétation. C’est une voie complexe qui, de mon point de vue, demande parfois de rejeter son individualité en temps que personne. C’est assez compliqué, mais sur le chemin des samouraï, il arrive souvent cet instant où on doit laisser de côté ses émotions en temps que tels, pour établir un jugement juste. D’où ce que mon père appelait, le vide, l’instant précis où nous ne sommes plus rien et tout à la fois, l’équilibre de ce monde, entre ordre et chaos. C’est ce que tout samouraï devrait recherché, du moins c’est ainsi que je le vois. La paix intérieure d’une certaine manière. Il disait aussi souvent que si nous dégainons notre lame, celle-ci doit nécessairement ôté la vie, sinon c’est un déshonneur. D’où le fait que certains samouraï ne combattent presque jamais sabre dégainé. Bien que ce soit rare à Iwa, mais c’était le cas dans mon village natale. » Tu remémores délicatement cette époque, surprise de t’en rappeler avec tant de précision, tu te souviens de ces magnifiques fourreaux décoré qu’ils arboraient fièrement, une lame qu’ils gardaient silencieuse. Délicat murmure qui s’immisce légèrement dans un coin de ton esprit, qui s’ancre un peu plus profondément en toi.


Revenir en haut Aller en bas
Han Musashi
Han Musashi

Vestiges (ft. musashi) Empty
Lun 15 Juil 2019 - 0:07

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vestiges.


Vestiges (ft. musashi) Iwa12

------------------------------------------------------

« Ne vous en faites pas, cela me convient parfaitement. Merci à vous de bien vouloir me recevoir, Midori-san. » Rétorqua -t-il, en suivant la jeune Samouraï. « Sinon, je l’ignorais pour le responsable du lieu, je vous présente toutes mes condoléances. » Reprit-il, d’un air sincère.

Cette dernière guerre avait malheureusement fait de nombreuses victimes, certains avaient péri sous les mains des mercenaires, d’autres des dommages collatéraux des différents affrontements, et encore d’autres sous le coup de la résonance, cet étrange phénomène qui aurait frappé le monde tout entier. Ainsi, même si le Han n’avait jamais rencontré le responsable du Dojo, il n’empêchait qu’il fût touché et désolé d’apprendre sa mort. Car, au-delà de son affiliation au clan Nagasama, cet homme restait, à ses yeux, avant tout un Iwajin, et Musashi tenait d’une certaine façon à tous les habitants de la cité, sans aucune distinction.

Quoi qu’il en fût, il s’installa non loin de Midori, exactement à l’emplacement qu’elle lui avait suggéré, et il l’observait avec une certaine attention. La jeune femme reprit quant à elle sa posture initiale, avant de confier au Genin qu’elle ne pouvait lui servir du thé, ne manquant pas de lui expliquer la raison. Souriant, il hocha légèrement la tête en guise d’approbation. Il n’était de toute façon pas venu pour du thé. Après la quoi, la Genin souligna que sa question était vaste, chose qu’il avait parfaitement conscience, mais il espérait toute de même une réponse. C’était ce que Midori avait l’intention de faire, puisqu’elle évoqua et énuméra par la suite les sept principes de base du Bushido…

« Le contrôle de soi… » Fit-il, à voix basse.

Voilà un principe qui faisait remonter en lui de nombreux souvenirs, notamment les enseignements prodigués par sa défunte mère. A cet instant, il se rendit compte qu’il en était loin, très loin, mais il s’efforçait de ne pas trop y penser.

Ecoutant la suite avec beaucoup d’attention, le Genin ne peut s’empêcher de se demander ce que Midori voulut dire par « renoncer son individualité en tant que personne ». Une phrase qui semblait lourde de sens et dont il espérait avoir bien interprété. C’était alors que la Genin lui parlait des émotions humaines, souvent désignées comme un grand danger par les nombreux bouquins qu’il avait pu lire au sujet des samouraïs, et pas seulement. La suite n’en fut que plus intéressante, puisqu’elle lui donnait une idée bien plus claire sur le Bushido. Cependant, ce n’était pas encore suffisant, il s’agissait après tout que des principes de base du Bushido…

« Eh bien, ça l’air bien plus complexe que je l’imaginais… » Fit-il, en se grattant l’arrière du crâne. « Feriez-vous partie de ces samouraïs qui se battent sans presque jamais dégainer leur arme ? Cela me semble bien difficile pour ne pas dire impossible... » Reprit-il, d’un léger sourire. « Le « vide » dont vous parliez ne serait-il pas une forme de méditation ? J’ai lu bien de choses au sujet d’un concept qui s’en rapproche, même si j’ignore encore comment parvenir à un tel niveau… » Poursuivit-il, d’un air pensif. « Mais dites-moi, Midori-san, comment est-ce que vous faites pour mettre en pratique tous ces principes ? Vous arrive -t-il de faillir, par moment ? Et surtout, qu’est-ce que vous répondrez à un homme qui viendrait vous voir pour vous demander de lui enseigner votre art, tout en sachant qu’il n’a aucune intention de se plier à ses principes ? » Conclut-il, d’un air curieux.



_________________
Vestiges (ft. musashi) D89k
Vestiges (ft. musashi) Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Vestiges (ft. musashi)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: