Soutenez le forum !
1234
Partagez

Never say goodbye [solo]

Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

Never say goodbye [solo] Empty
Mar 9 Juil 2019 - 0:22
NEVER SAY GOODBYE
Solo

La nuit tombée, Tomoe avait passé toute une journée sans sortir de sa petite maison envahie par une teigne mais qui avait eu apparemment autre chose à faire. A la bonne heure, car la lieutenante avait une affaire plus qu’importe à régler.

Sombre et silencieuse, elle était restée des heures entières assise sur ses genoux dans sa chambre. Une cacophonie sans nom. D’abord au sein de la petite pièce en bataille. Des vêtements partout par terre, et au centre un unique objet. Il était petit, refermé sur lui-même, qui émanait une odeur ferreuse. Le sang dessus qui avait séché en était impossible à faire disparaître. Les yeux rouges, la gorge serrée, pourtant elle n’avait pas les mots. Kô avait été clair pourtant elle s’y refusait presque. Un comble pour la Hannya qui avait demandé explicitement à son camarade de la rejoindre et de mettre un terme à tout ce pourquoi ils s’étaient enfuis. De tourner le dos à leurs sauveurs.

Une inspiration calme qui était en totale contradiction avec les dissonances de son esprit.

Il fallait l’accueillir. Il fallait la repousser. Cette petite voix. Elle l’entendait lui susurrer dans le creux de l’oreille. Les vibrations d’effroi qu’elle ressentait, ceux d’une raison qui prenait sens. Glaciale jusqu’au sang, c’était la prise de décision qui en était pourtant la plus difficile à supporter. Mais il fallait en faire quelque chose. Bien qu’elle appréciait la douce étreinte imaginaire de Fujimi autour d’elle, Tomoe savait que pour avancer il fallait tirer un trait à tout jamais.

. . .

Un sac bien rempli sur le dos, l’Explosive explorait seule et pourtant sans difficulté les hauteurs du pays de la foudre. Rien de comparable avec le pays de la roche après tout, ce n’était qu’un pâle menu fretin pour une native des monts rocailleux. Solitaire et bien silencieuse. Ce qui ne lui ressemblait pas du tout dans un moment pareil. En était-elle seulement capable ?

Montant plus haut encore jusqu’aux premières difficultés respiratoires se fassent sentir. C’était suffisant. Une douleur infligée volontairement car il n’y avait peut-être pas d’autre moyen pour se résoudre à passer à l’acte. Vêtue de simples tissus formant un débardeur et un short, il aurait été étrange pour quelconque ami ou camarade de voir leur Lieutenante sans ses étonnants vêtements à motifs et aux matières si noble. Ceux de sa feue mentor. Cette fois c’était sans aucune parure qu’elle défilait dans les hauteurs, se plaçant devant un vide… Qui la représentait si bien en cet instant.

« Es-tu prête ? » Se parlait-elle ? Non pas cette fois. Les sanglots déjà coulant sur l’une de ses joues mais… Ce n’était pas les siens. Du moins, dans l’esprit de Tomoe c’était ceux d’une femme bien plus importante. Elle ne voulait pas le faire. Mais il le fallait toujours autant. La brunette aurait très bien pu demander à Kô de l’accompagner dans cette épreuve qui lui coûtait bien plus que sa propre vie.

Le deuil n’était pas chose aisée. Le premier, le dernier.

Empoignant son sac par la hanse, la Chôkoku tendit son bras vers perpendiculairement au précipice. C’était le moment. Elle resta cependant quelques minutes comme ça, la seule force dans cet avant-bras qui tenait ses biens les plus précieux.

« Adieu, Fujimi-sensei. » Un bruit sourd. Non pas celui du paquet qui tombait dans le vide mais bien celui de son cœur qui se déchirait à nouveau. Plaies rouvertes. Plaies sur la voie de la guérison. La libération. Le deuil.

. . .

En rentrant, l’aube se levait à peine. Tomoe ne tenait plus rien en main. Elle songea pourtant à sa penderie qui n’avait plus que de vieux vêtements, les anciens kimonos qui avaient vulgairement perdu leur symbole clanique. Peut-être devraient-elle les reprendre, ou bien se permettre quelques achats. Si son style demeurait typique de ce qu’elle avait toujours connu, la Teikokujine comptait bien reprendre le cours de sa vie. Détachant ses cheveux qui avaient repris un peu de longueur depuis qu’elle les avait coupé à Hi, elle relâcha sa frange qui retomba sur son front avant de simplement errer sur les chemins non loin du village des nuages. Avec un peu de chance, personne ne pourrait voir l’état dans lequel se trouvait l’une des Lieutenantes de l’Empire : L’ébène de sa chevelure en pagaille, la noirceur de son regard rougi par l’humidité, son cœur brisé mais fin prêt à être réparé.
code by bat'phanie


_________________
Never say goodbye [solo] JlI2a2Y
Event 5 : l'Homme au Chapeau:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9753-dossier-de-chokoku-tomoe#82791 https://www.ascentofshinobi.com/u1298

Never say goodbye [solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: