Soutenez le forum !
1234
Partagez

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji]

Date Junko
Date Junko

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Lun 29 Juil 2019 - 16:31

Junko considérait l'édifice avec son regard d'or le plus froid. Elle n'était rentrée au dojo qu'une seule fois, et elle n'en gardait pas un souvenir très encourageant pour une seconde visite. Cette fois-là, elle avait pris part à une sorte de bagarre générale dans les locaux, et s'était retrouvée sans vraiment le vouloir impliquée dans les combats. Pourtant, elle était revenue. Par curiosité, surtout. Elle voulait voir à quoi ressemblaient les lieux quand ils n'étaient pas peuplés d'une foule de shinobis en chaleur. Après tout, de toutes les rumeurs qui lui étaient parvenues, le dojo ressortait comme l'un des bâtiments les plus emblématiques du village, et parmi ses plus beaux. Surtout, c'était le repaire de quelques-uns des plus farouches guerriers de Kiri. Elle savait qu'à sa tête il y avait un des noms les plus grands de la Brume. Elle en frémissait d'avance.

Elle devait bien admettre que les lieux étaient propices à toute la concentration nécessaire à un bon entraînement. Elle n'aimait pas ces sortes de hangars où l'on se serrait les uns contre les autres, où chacun polluait l'air de ses cris, et où certains prenaient leur pied pour s'exercer. Elle était une femme solitaire, et ayant besoin de calme par-dessus tout. Et elle devait bien reconnaître que les alentours du dojo lui convenaient parfaitement sur ce point. Elle n'avait croisé presque personne sur sa route. Les échos des quelques entraînements qui se déroulaient dans le lointain ne lui parvenaient que très affaiblis par la distance, à demi-effacés dans l'air.

Pourquoi être revenue ici ? Parce qu'elle avait très récemment pris conscience de sa propre faiblesse. Une faiblesse qu'elle n'avait pas même conçue véritablement dans son esprit, avant qu'un certain Okiko lui fasse mordre la poussière dans ce qui devait pourtant être une séance d'exercice nocturne amicale. En se faisant rouster, elle avait compris tout l'écart de puissance qu'il y avait entre elle et certains autres prodiges de la Brume. Et, loin de se laisser abattre par cette défaite, elle avait senti renaître en elle la flamme de la guerrière, si longtemps entretenue dans les arènes d'Asosan. Elle était une kunoichi, par conséquent elle était amenée à mettre sa vie en jeu quand Kiri le demanderait. Or, pour l'instant, elle n'était pas capable de défendre correctement sa vie. C'était ce qu'elle avait toujours redouté, et c'était cela précisément qu'elle voulait corriger.

Alors, vers qui se tourner ? Elle ne pouvait décemment pas espérer parcourir un tel chemin seule. Vers Aditya, son sensei ? Certainement pas. Elle aurait préféré se passer la corde au cou immédiatement plutôt qu'aller montrer à cet homme qu'elle avait besoin de son aide. Face à lui, elle se faisait un devoir de ne montrer aucune faiblesse. Alors qui ? Le choix était grand. Kiri ne manquait pas de guerriers. Peu cependant avaient une aussi grande renommée que Nobuatsu Saji. Elle ne l'avait jamais rencontré, jamais vu. Mais, quand elle passait encore le hasard de ses journées dans les maisons de plaisir, elle avait capté les rumeurs et les bruits. Elle en avait suffisamment entendu pour se forger une image de cet homme, certainement déformée par les ouïe-dire, mais qui lui semblait encourageante. Si elle voulait devenir l'élite, alors autant s'adresser à l'élite.

Et à présent elle était là, devant le grand dojo. L'édifice la dominait de toute sa formidable stature. Elle était farouchement déterminée. Elle passa la porte, et entra dans la grande salle.

La pièce était vaste, mais vide. Vide à l'exception d'une seule personne. Un homme, qui se tenait en son centre. Mais était-il celui que Junko était venue chercher ? Elle-même n'aurait su le dire. Alors, d'une voix d'impératrice, elle lança à l'adresse de cet inconnu:

"Ola ! Je suis Date Junko, et je suis venue réclamer l'aide de Nobuatsu Saji !"


_________________
A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Mar 30 Juil 2019 - 15:00
L’un des plus grands guerriers”, “le maître”, “l’homme aux treize millions de ryôs”, nombreux sont les qualificatifs de celui que l’on connaît sous le pseudonyme du Sabreur Muet qui n’est plus muet, le Nobuatsu à la combinaison noire moulante laissant transparaître tous les détails de sa musculature, en particulier son abdomen et ses pectoraux saillants. Sauf qu’à ce moment de la journée, quand l’astre solaire annonce le milieu de la journée, le chef du légendaire clan des Sabreurs ne s’entraîne pas, il mange au restaurant de nouilles d’à côté.

La rouquine pénétrant le Grand Dojo est encore loin de se douter de l’identité de la personne qu’elle vient d’interpeller, puisque celle-ci n’est autre que le Gardien au physique d’armoire à glace qu’il est difficile de confondre avec la silhouette svelte du bretteur masqué. Sur la figure renfrognée de la brute armée, on peut lire une expression sadique qu’il affiche à chaque fois qu’il fait la rencontre d’un pauvre Genin souhaitant passer l'Épreuve des Lames sur l’île d’Ue et rejoindre les Sabreurs. Nombreux sont les pauvres candidats qui se sont fait hospitaliser, il ne tient alors qu’à la visiteuse de ne pas subir le même sombre destin.

Ah encore un candidat pour devenir Sabreur. Très bien. En garde!” Une phrase prononcée sur le vif, suite à quoi il charge immédiatement sur la Genin avec l’intention de la hacher menu.

Des lamelles de viande longuement rissolées dans l’huile de cuisson enduisant le teppan, les carottes, les oignons et le poivron finement découpées pour donner cet effet croquant en bouche, tout cela mêlé à des nouilles parfaitement sautées et s’imprégnant de l’ensemble des arômes… Le yakisoba parfait du petit gourmand. Saji ne se lassera donc jamais de voir le chef du restaurant cuisiner sous ses yeux, cela lui rappelle la façon de faire de son père lorsqu’il lui cuisine des nouilles pour son anniversaire, des nouilles particulièrement longues et qu’on appelle les nouilles de longévité afin de souhaiter une longue vie à celui qui le consomme.

Itadakimasu!” Joignant les mains et inclinant légèrement la tête, le bretteur masqué remercie tous ceux qui ont permis à ce repas de voir le jour.

C’est gourmand, c’est croquant. C’est tout ce qu’il aime, traversé par un frisson face à ce délice du palet, il profite de chaque seconde tandis qu’il savoure les nouilles sautées, son plat fétiche qu’il commande à chaque fois qu’il vient dans cet établissement à quelques pas du Grand Dojo. Pas vraiment tous les jours mais la plupart du temps, il lui arrive d’ailleurs d’alterner avec des brochettes de poulet. C’est donc la peau du ventre bien tendue que le Sabreur retourne au sanctuaire de l’entraînement pour y retrouver le Gardien, qui vient tout juste de démarrer les hostilités avec un candidat. Ou plutôt une candidate. Voyant que cette dernière ne porte pas de sabre sur elle, le Sabreur s’interroge.

Heu… Es-tu sûr qu’elle vient pour l'Épreuve des Lames?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Date Junko
Date Junko

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Mar 30 Juil 2019 - 16:27

"Sabreur ? Certainement pas !"

Les protestations importaient peu. D'ailleurs, l'homme ne les avait certainement pas entendues car déjà, sabre au clair, il filait droit sur Junko, avec la ferme intention de lui faire subir le plus de dégâts possible. Tout Genin de base aurait été pris au dépourvu par un tel assaut, et aurait sans doute terminé ses jours en triste carpaccio, sous les coups d'un fou furieux qui n'avait pas même eu la présence d'esprit de se présenter. Mais Junko n'était pas de ces faibles esprits. Elle avait passé sa vie au combat, elle. Toute son existence n'avait été dévouée qu'à une seule cause: sa propre sauvegarde. Alors, elle était une habituée des attaques surprises.

Le tranchant du sabre se heurta à un kunaï qu'elle avait tiré de sa poche. Le tintement des fers s'entrechoquant sembla résonner dans la vaste salle une éternité, comme un instant figé dans l'existence. Puis très vite, l'action reprit son cours normal. Junko évita un nouveau coup visant sa tête en s'accroupissant simplement. Elle s'apprêtait à frapper son agresseur au ventre, quand elle sentit le souffle de la lame sur sa droite. Crénom, il est rapide le bestiau. A nouveau, elle se fit un rempart de son kunaï. Mais le choc, puissant, la projeta en arrière. Elle vola sur quelques pieds, et retomba finalement sur ses pattes avec souplesse.

"Hors de mon chemin, maraud ! Je ne viens pas pour me battre avec toi !"

Mais ses mots n'avaient aucun impact sur l'enragé, qui repartait déjà à l'assaut. Junko allait composer une série de mudras pour mettre un terme à cette mascarade, quand une nouvelle voix résonna à l'entrée de la salle.

Son assaillant se figea en entendant ce nouvel arrivant, et elle-même s'arrêta dans l'exécution de son jutsu. D'instinct, elle sut à qui appartenait cette voix. Elle jeta un regard par-dessus l'épaule du gardien des lieux, toujours suspendu dans son dernier mouvement. Un homme à la carrure de guerrier. Un corps sculpté pour le combat. Sans aucun doute, c'était lui qu'elle était venue trouver, et pas l'espèce de bovin qui s'était empressé de la charger.

"Je ne sais pas ce qu'est votre Epreuve des Lames, mais non, je ne viens pas pour ça. Alors vous - elle s'adressait au gardien, qui, cette fois, semblait avoir remarqué qu'elle parlait -, vous me ferez le plaisir de me lâcher la grappe."

Puis, laissant là son assaillant, elle s'approcha de Saji. Il avait une certaine aura, c'était indéniable. C'était sans doute là le lot des plus grands maîtres de leur art ... Pourtant, lorsqu'elle s'adressa à lui, ce fut d'une voix qui ne trahissait que la détermination la plus parfaite, et avec une lueur farouche dans ses yeux d'or. Son bandeau frappé aux armes du village enserrant son bras gauche, elle l'apostropha ainsi:

"Je suis Date Junko. Je suis venue réclamer votre aide dans un problème qui ne concerne que moi. Néanmoins, j'ai bon espoir que vous m'assisterez. Après tout, le sorte de Kiri ne dépend-il pas du bon entraînement de ses Genins ?"

Elle ne connaissait pas le personnage, et ne savait pas sur quelle corde tirer pour s'assurer de son soutien. Cependant, connaissant sa réputation de soldat loyal et dévoué à la cause du village, elle avait opté pour cette approche. Une manoeuvre malicieuse, qui se révélerait peut être superflue, si le coeur du guerrier était aussi pur que certains le rapportaient.


_________________
A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Jeu 8 Aoû 2019 - 15:14
Les attaques fusent à une vitesse affolante, pas assez pour déstabiliser l’inconnue ceci dit, grâce à ses instincts elle parvient à dévier les coups de taille féroces du Gardien, à en esquiver un qui lui aurait valu de perdre la tête s’il n’avait pas eu le réflexe de s’accroupir immédiatement. Une frappe transversale qui n’est pas donné à tout le monde d’éviter, l’oeil du Nobuatsu continue de suivre le duel avec attention jusqu’à ce que le choc des lames projette la kunoichi en arrière, retombant sur ses quatre pattes. Elle se met à parler mais le tintement métallique des lames occulte sa voix, jusqu’à ce que l’apparition du sabreur masqué ne vienne interrompre les hostilités.

Comme un chien de garde répondant à la voix de son maître, le Gardien cesse de se montrer agressif envers le visiteur qui n’a rien demandé, enfin si, il souhaite seulement s’entraîner sous l’égide du sabreur masqué. Ce dernier venant d’apparaître, il pourrait peut-être s’occuper de la requête de la demoiselle à peine décoiffée par la tempête des assauts. Plus de peur que de mal heureusement, le Grand Dojo n’aura pas à ajouter une énième facture d’hôpital à son budget. Pour la kunoichi ou le Gardien? Qui sait.

Hogo-sha (保護者 litt. Gardien), auriez-vous la dégaine facile ces temps-ci? Notre visiteur ne possède même pas de sabre ni de gaine, comment voulez-vous seulement qu’il passe l'Épreuve des Lames...

L’air consterné il se tient la tête tandis que l’homme à la carrure colossale présente sobrement ses excuses. Il se retire discrètement comme si de rien n’était tandis que le Sabreur écoute attentivement la requête, laissé seul à seul avec la dénommée… Date Junko, laquelle a donc fait le chemin jusqu’ici afin de s’entraîner sous l’enseignement du chef Sabreur. Faisant une pause afin de réfléchir à cette demande pour le moins incongrue, mais directe, il ne peut que saluer la motivation du genin, montrant une certaine flamme dans son regard, ou ne serait-ce que la couleur naturelle de ses pupilles qui donne cette impression?

Je vous avoue que je n’ai pas l’habitude d’enseigner à d’autres apprentis que ceux de mon école. Vous avez raison sur un point cependant: ce n’est qu’à travers la transmission des savoirs que nous pouvons garantir un avenir prospère à notre nation…” Des mots qui résonnent étrangement dans la bouche du Kaminarijin. “... Le Complexe shinobi vient d’ouvrir d’ailleurs, peut-être l’avez-vous déjà visité? Je suis spécialiste de la lame comme vous le savez sûrement, je ne suis pas sûr d’être le meilleur pour vous enseigner quoi que ce soit.

Tournant son regard en direction d’un portrait immense surplombant le grand hall, celui de son prédécesseur et ex-Godaime, le sens du devoir l’enjoint de laisser une chance au Genin de se justifier.

D’accord. Quelles sont vos faiblesses? Au combat entendons-nous bien.” Des choses difficiles à avouer mais qui prouveraient de sa part un esprit analytique et une lucidité très appréciées par le Jounin, peut-être que ce dernier consentirait alors à la prendre sous son aile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Date Junko
Date Junko

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Jeu 8 Aoû 2019 - 17:12

Junko était satisfaite de voir s'écraser celui qui avait été son agresseur inopiné, et qui, face à son maître, ne semblait plus être qu'un bon toutou qu'on avait rabroué, et qui, après avoir embêté avec un peu trop de hardiesse l'innocent passant de la rue, avait fini par se terrer dans sa niche. Junko dut se retenir pour ne pas lancer en direction gardien des lieux le regard le plus altier et le plus méprisant qu'elle connaissait, accompagné bien sûr d'un sourire de la même farine. Elle se contint, préférant à sa propre satisfaction, éphémère, les bonnes grâces du maître des lieux, qui pouvaient lui faire espérer de suivre ses enseignements, à titre exceptionnel.

Car elle avait d'abord été déçue de voir qu'il semblait réticent à la prendre sous son aile. Elle était prête à lui opposer toutes sortes d'arguments: qu'il n'était pas moins bien placé qu'un autre pour lui enseigner quoi que ce soit, qu'il ferait certainement mieux l'affaire que son va-nu-pied (littéralement) de sensei, Aditya, qu'il ne pouvait décemment pas douter à ce point de ses propres capacités, lui qui avait été un héros de Kiri plus que tout autre dans les derniers événements qui avaient secoué le village ! Mais il se ravisa de lui-même, sans qu'elle ait besoin de le brosser dans le sens du poil. Visiblement, son argument avait été décisif: le devenir des jeunes pousses de Kiri semblait le préoccuper plus que tout. Pas vrai ?

Elle ne put retenir un haussement de sourcil quand il lui posa sa question. Evidemment qu'il entendait ses faiblesses au combat. S'il avait eu quoi que ce soit d'autre en tête, elle n'aurait pas manqué de le deviner et se serait empressée de lui envoyer un coup bien senti dans les valseuses. Non mais. Elle était prête à pas mal de choses pour obtenir ce qu'elle souhaitait, mais elle n'était pas encore tombé assez bas pour vendre son corps et son coeur dans le seul but d'accroître ses capacités au combat ... Il en faudrait bien plus pour la pousser dans de telles extrémités.

Pas la peine de s'emballer, de toute façon, puisqu'il n'était ici en aucun cas question d'acheter son corps ou quoi que ce soit d'autre d'aussi sordide. Sans doute des semaines entières passées dans les bordels de la ville avaient-elles fini par lui corrompre un peu les idées, en lui faisant voir le mal partout ... Elle se focalisa plutôt sur la question qui lui avait été posée, et qui était pour elle une évidence:

"Ma faiblesse principale est la défense. Rien de plus, rien de moins."

La réponse lui était venue naturellement: dans ses entraînements successifs, avec différents membres du village, le point négatif qui était le plus ressorti était son incapacité à se défendre efficacement et à se soustraire aux assauts de ses adversaires. Et ses propres attaques suffisaient rarement à mettre lesdits adversaires suffisamment en difficulté pour qu'elle puisse faire tourner le combat définitivement en sa faveur ... C'était donc ce point-là qu'elle devait chercher à approfondir en priorité avec le maître.

"Je n'ai aucun problème pour inonder mes adversaires de coups, pour les tanner jusqu'à l'épuisement, mais dès lors que l'on réplique, j'ai tendance à très vite tomber à court d'arguments. Voilà mon plus grand problème."

Elle avait retenu un "C'est grave docteur ?". Mais ses yeux d'or témoignaient sans doute assez nettement de son souci de voir le Cavalier accéder à sa requête. En tout cas, c'est ce qu'ils semblaient refléter ...


_________________
A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Mar 20 Aoû 2019 - 17:30
Le Sabreur a certes déjà entraîné des Genins, et ce sur de multiples domaines, un spectre assez large d’enseignements allant de la maîtrise du chakra à l’exécution de jutsus plus avancés, et pourtant, jamais n’a-t-il reçu de demande aussi abrupte de la part d’une parfaite inconnue, enfin si, il a bien enseigné l’art de l’esquive à un Gladiateur qu’il avait vu s’entraîner dans le Grand Dojo. Et justement, il semblerait que cette même difficulté à mobiliser son corps en situation de combat se pose pour la rouquine, dont le regard de braise reflète sa détermination.

Il est classique pour les shinobis aux débuts de leur parcours de se heurter à ce problème, qu’ils s’agisse des apprentis de son Dojo ou d’élèves qu’il a pu prendre sous son aile, l’art de l’esquive est une technique universelle. Lui-même a dû passer par là dans ses premières années de formation au kenjutsu, son maître lui rappelait sans cesse que se défendre était tout aussi important qu’attaquer, si ce n’est plus, un bretteur mort est un bretteur qui ne peut plus attaquer, et ce faisant tous les efforts doivent être concentrés dans la maîtrise de la distance entre soi-même et son adversaire de façon à ne pas se laisser surprendre.

Je vois. Figurez-vous que c’est une technique que j’ai beaucoup l’occasion d’enseigner, je n’aurai donc aucun mal à vous transmettre les fondamentaux de l’art de la mobilité, la philosophie ainsi que la méthode pour mieux vous mouvoir à travers le terrain. Bien sûr ce que je vous apprendrai là ne suffira pas à atteindre l’objectif escompté, pas en quelques heures. Il faut des jours, voir des semaines, pour perfectionner votre technique et atteindre un résultat presque parfait.” On peut néanmoins espérer qu’avant qu’ils se séparent, elle finisse sur une performance décente, ce qui serait normal. “Acclimater vos muscles aux efforts et répéter, encore et encore, jusqu’à ce que tout devienne naturel.

Son introduction terminée, il fait un signe de tête à la dénommée Junko, pour qu’ils trouvent une place libre plus loin dans le Grand Hall, le centre étant occupé par un groupe d’apprentis révisant leurs katas en parfaite synchronie.

Venez.

Tous deux passent devant le grand portrait d’une femme aux cheveux blonds accroché côté 上座 kamiza (litt. côté élevé), le regard azur ne laissant aucun doute sur son identité. Il s’agit de la Godaime qui était aussi la Cheffe de clan, un autel sur lequel est déposé de l’encens embaume la salle et diffuse un sentiment de tranquillité. En hommage à ce qu’elle a apporté au clan, ainsi qu’à la Brume, le Nobuatsu a en toute déférence consacré cet espace au centre du sanctuaire de l’entraînement à sa mémoire. Accrochés au mur, des sabres, des calligraphies rappelant les grandes lignes de la philosophie du Grand Dojo. Le centre du Grand Hall étant occupé, il leur faudrait trouver une place sur le côté. Les regards de certains apprentis fusent dans leur direction, aussitôt qu’ils remarquent l’inconnue accompagnant le maître des lieux.

Concentrez-vous sur votre entraînement!” Lance le Sabreur masqué aux élèves distraits par sa présence, ou serait-ce à cause de la personne qui le suit? Il se tourne vers Junko. “Quelques heures devraient suffire. Si vous ne maîtrisez pas du tout l’esquive, même sous sa forme la plus basique, alors nous pourrions essayer de l'apprendre à plusieurs niveaux? Seul changent la vitesse et l’amplitude du mouvement, enfin. On peut peut-être commencer par une démonstration.” Sans rien ajouter de plus, le dos droit sur lequel sont accrochés ses deux nihontos, la main en face de lui, il invite la Genin à l’attaquer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Date Junko
Date Junko

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 8:14

Junko eut un faible sourire en comprenant que le maître des lieux accédait à sa requête, mais elle se dépêcha de le réprimer. Elle ne voulait pas se montrer trop enthousiaste, et de toute façon tout restait encore à faire. Si l'assurance de suivre les enseignements d'un des plus illustres soldats de la Brume était une première garantie de parvenir à ses fins, il lui faudrait encore mettre du corps à l'ouvrage et se montrer une digne élève. Après tout, elle ne savait rien des méthodes d'enseignement du sabreur, ni même de son caractère. Peut être se montrerait-il un maître incompétent. Ou peut-être serait-il d'une rudesse qui rendrait stérile tout effort ... Qui sait ? Elle n'en donnerait pas moins le meilleur d'elle-même. Elle était habituée à la rudesse. Et surtout, elle était têtue.

Elle fut amusée par les quelques regards que jetaient en leur direction quelques apprentis distraits. Malgré le sermon de leur maître, elle leur jeta un sourire. Un sourire charmeur, mais aussi emprunt d'une certaine hauteur. De toute évidence, elle était fière de suivre les enseignements particuliers du sabreur. C'était un honneur, dont elle avait conscience mais qu'elle jugeait somme toute assez normal. Rappelons que la jeune femme avait une certaine idée d'elle-même, qui n'était pas des plus humbles ...

Elle hocha la tête en signe d'approbation à la proposition de son tuteur du jour. Autant partir de la base. S'ils devaient répéter des enseignements qu'elle avait déjà reçus, alors ça lui donnerait l'occasion de rafraîchir ses connaissances. Sinon, elle ne pouvait que s'enrichir des apprentissages d'un si illustre personnage. Il dégageait une aura assez impressionnante ... Figure d'autorité dans ce lieu presque sacré de la force militaire du village, Nobuatsu Saji apparaissait véritablement comme une élite de la Brume. Junko n'aurait su dire si c'était sa seule stature ou sa conjugaison avec l'ambiance si particulière du lieu, mais elle éprouvait une certaine nervosité.

Elle se mit cependant à son tour sur ses appuis. Il y eut un instant de flottement, où rien ne se passa. Elle eut même l'impression que les bruits des exercices autour d'eux s'étaient estompés - mais était-ce son imagination ou étaient-ils épiés par tout le reste de la salle ? Puis, en un clin d'oeil, elle passa à l'attaque. Elle se jeta en avant, ses poings déjà armés, et délivra à l'adresse du sabreur toute une volée coups. Poings et pieds s'entremêlaient pour délivrer l'assaut. Et pendant qu'elle effectuait sa danse guerrière, Junko observait attentivement les mouvements de son tuteur ...


_________________
A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Mer 28 Aoû 2019 - 13:38
Dans une position de combat telle qu’on a rarement l’occasion de le voir, c’est à mains nues que le Sabreur se défend face à la kunoichi dont il a pu apercevoir quelques manoeuvres lorsqu’elle a tenté d’esquiver les attaques pachydermiques du Gardien, certes plus rapide que la moyenne, néanmoins relativement faciles à anticiper. Le Grand Hall qu’ils partagent avec le groupe d’apprentis bretteurs vire au silence complet, les kiais se noient au moment où la kunoichi aux cheveux couleur capucine s’élance en avant dans une danse martiale vivifiant sa beauté aux yeux de l’audience. Trop charmés par la prestance sublime de la femme au charme empoisonné pour décrocher leurs pupilles de ses mouvements harmonieux, alternant coups de poing et coups de pied, ils observent avidement la kunoichi tandis que l’adversaire en noir d’ébène ne semble pas réagir à l’approche rapide de son vis-à-vis, sur le point de lui asséner une salve de coups de plein fouet.

Les premiers coups sont si proches qu’ils semblent glisser sur le torse du Sabreur, se contentant de reculer de quelques pas - la garde baissée car l’exercice est moins de bloquer les coups que les éviter, maintenant une distance suffisante pour ne pas être touché. La kunoichi au contraire tente de réduire la distance et le frappe avec la même virulence, faisant preuve d’une certaine agressivité dans son style. Pour chaque pas où elle avance, le jounin recule, s’alignant parfaitement sur le rythme de son adversaire s’avançant vers lui. Son talon touche le mur derrière, impossible de reculer davantage. A ce moment il effectue une roulade latérale afin de se dégager d’un coup de pied trouvant le mur… Il se redresse en jetant un coup d’oeil à la trace de poing creusée dans le bois, avant que son regard ne revienne sur la kunoichi. Difficile de deviner à travers le masque du Nobuatsu son expression faciale: est-il impressionné ou au contraire déçu de la performance de la genin? Ou bien est-il en train de calculer le montant de la facture qu’il lui remettra à la fin de la séance afin de dédommager le Grand Dojo des dégâts occasionnés à la structure? Rien de tout cela pour l’instant, il se contente de reprendre la parole.

Comme tu as pu voir, tout l’intérêt de l’esquive est d’amener ton adversaire à croire qu’il peut te toucher, pour en fait le faire attaquer dans le vent et épuiser ses forces inutilement. Tu peux ainsi te dérober d’une attaque au corps-à-corps comme ici et contre-attaquer immédiatement, avec beaucoup plus d’efficacité que si ton adversaire était déjà en position de garde et prêt à intercepter ton coup. Pour cela. Tu dois apprendre à observer ton adversaire, comprendre son schéma de pensée, son intention derrière chaque attaque. Cherche-t-il à faire un coup puissant, un coup rapide, ou juste pour tester ma défense? Tout dépend du style du combattant.

Décrochant un bokken du râtelier d’armes, le Sabreur effectue quelques moulinets afin de détendre son poignet et ressentir le poids de l’arme en bois de bambou, afin de mieux le manier. Il referme ses deux mains sur le pommeau dans un style kendô, extrémité de la fausse lame en avant, dirigée vers Junko. Immobile tel une statue l’espace de quelques instants, ses pieds décollent du sol, il part à l’assaut, lançant une série de coups de taille verticaux et horizontaux en tâchant de modérer l’intensité de ses attaques afin de laisser le temps à la kunoichi de s’accoutumer. à cet entraînement insolite.

Spoiler:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Date Junko
Date Junko

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Dim 22 Sep 2019 - 10:24

Junko ne s'était pas attendue à ce que ses coups fassent mouche, et de toute façon, là n'était pas le but de l'exercice. Ce qui importait véritablement, ce n'était pas le déploiement d'efforts et de techniques qu'elle mettrait en oeuvre, si impressionnants fussent-ils pour leur public de novices, mais bel et bien la réplique que Saji ne manquerait pas d'exécuter. Et en effet, chacun des coups que donna la jeune femme à son égard ne rencontra que de l'air, à l'exception du tout dernier qui s'écrasa avec fracas contre le mur du Dojo, y laissant une empreinte marquée. Un léger flottement, pendant lequel Junko ne put rien deviner des pensées de son maître du jour. Puis la leçon reprit.

Les enjeux de l'exercice étaient clairement exposés: l'esquive semblait même indispensable, à en entendre Saji. Et à vrai dire, Junko était assez de cet avis. Elle regrettait sa faiblesse, son inaptitude à maîtriser cette parade pourtant si utile. Plusieurs fois déjà elle avait pu constater qu'une simple esquive pouvait épargner bien des efforts à son utilisateur, pour peu qu'il s'en serve bien et surtout au bon moment. Surtout, elle ouvrait une fenêtre de tir sans égal pour contrattaquer. C'était peut être là le plus gros avantage de cette technique, et celui qui intéressait le plus Junko. Elle connaissait la valeur de ses attaques, savait combien ses poisons pouvaient se révéler dangereux. Le seul problème était de faire mouche.

Elle se douta dès qu'elle vit Saji s'emparer de l'arme factice qu'il n'y aurait pas de répit. Elle se remit aussitôt sur ses appuis, sans un mot. Il n'y avait pas à parler. Cet entraînement était efficace, comme elle se l'était imaginé et comme elle l'espérait. Après tout, son professeur n'était pas n'importe qui.

Ca, c'était certain. Elle en eut la preuve avec les premiers coups qu'il donna dans sa direction: la lame de bois fendit l'air avec adresse, et décision. Le coup était précis, expérimenté. Surprise par la perfection de l'assaut, Junko fit un pas en arrière qui se révéla trop ténu pour esquiver complètement l'assaut. La lame lui érafla le bras, laissant dans son sillage une douleur cuisante. Elle avait mésestimée la portée de l'arme, bien différente de celle de ses seuls poings. Elle ne se laissa pas prendre une nouvelle fois: elle évita le second coup parfaitement. Mais là n'était pas la difficulté: il lui fallait tenir la cadence.

Pour cela, il lui fallait avant tout observer les attaques, tout en les esquivant, en comprendre le rythme et se calquer dessus pour anticiper les coups. C'était difficile. Une dimension de combat complètement différente de celle à laquelle Junko était habituée. Elle était une femme d'instinct, une bête lorsqu'il s'agissait de se défendre. Là, il s'agissait d'analyser, de comprendre, et pas seulement de réagir. Le challenge était de taille. Pourtant, elle avait la nette impression qu'elle en ressortirait fortement grandie si elle parvenait à le surmonter.

Elle ne fut pas épargnée par les coups. Elle en reçut quelques-uns, surtout au début. Mais elle ne laissa pas échapper un seul cri de douleur. Chaque balancement de la lame qui l'atteignait n'était qu'un rappel de plus lui prouvant son inexpérience. Et chacun de ces rappels ne faisait qu'accroître sa détermination, sa fureur, sa force. Finalement, elle se retrouva à son tour acculée contre le mur du Dojo. La solution était évidente, elle l'avait déjà vue: elle baissa la tête, faisant s'échouer l'épée de bois contre la paroi, et se laissa emporter dans son élan en une roulade qui la porta assez loin de Saji pour pouvoir éviter toute autre salve de coups.

Elle se réceptionna sur un genou, une main à terre. Elle était haletante. Les endroits de son corps où elle avait été touchée lui manifestaient à présent toute leur douleur. Mais elle n'en laissa rien paraître. Elle connaissait la douleur. Elle l'avait apprivoisée depuis longtemps ...


_________________
A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Lun 23 Sep 2019 - 3:56
Les rôles inversés, le Sabreur devient celui qui attaque et la kunoichi celle qui reçoit, autrement dit, tori et uke. Ainsi commence l’exercice, avec une mise en jambe pour tester les réflexes de la jeune femme. Sans l’once d’une hésitation, elle s’exécute en esquivant la succession de coups de bokken du Nobuatsu, qui même en ayant conscience que son partenaire n’est que Genin, ne retient pas beaucoup ses coups. Même s’il s’agit d’une lame en bois, il serait imprudent de croire qu’un coup porté avec un minimum d’élan n'occasionnerait pas de douleur importante.

L’expert de kenjutsu retient dans sa peau la mémoire d’innombrables séances à pratiquer la voie de la lame, sous la supervision d’un mentor relativement sévère, n’hésitant pas à le frapper à chaque écart de forme ou manque de vitesse. C’est aussi cette sévérité qui a permis à l’homme d’aujourd’hui de se forger, et désormais, c’est avec la même rigueur qu’il enseigne aux apprentis, et à cet instant, à cette kunoichi ne lésinant pas dans ses efforts pour échapper aux attaques successives du jounin. Ce dernier poursuit, en tâchant de miser davantage sur la vitesse et la précision que la force, car ceci reste un entraînement consistant à ne pas se faire toucher.

C’est un semi-échec au départ, puisqu’elle se fait érafler au bras, laissant une trace écarlate sur sa peau nivéenne. Sa réaction est immédiate, puisqu’elle évite le deuxième coup avec justesse cette fois. Plus elle esquiverait de coups, avec succès ou pas, plus elle réaliserait le principe-même de la technique. Il ne s’agit pas tant d’user de ses réflexes que de son sens d’observation, avoir une bonne perception de l’espace - comme tout bon combattant au corps-à-corps et savoir mesurer l’allonge de son adversaire de façon à ne se prendre aucun coup, en restant hors de portée. Ce n’est pas une question de vitesse, puisque naturellement, le jounin est plus rapide que la genin. Cette dernière doit donc réfléchir, ce qui n’est pas chose aisée quand votre corps est sollicité, que vous êtes en danger ou fatigué…

La série de coups de sabre en bois s’achève lorsque Saji frappe le mur de son bokken et que la kunoichi se déporte sur le côté dans une roulade, le genou à terre, elle tente de récupérer. Sur sa peau, de multiples tâches rouges contrastant avec la blancheur de sa peau. Reposant la pointe de son bokken contre le sol, ses deux mains appuyées sur le pommeau, l’homme au masque prodigue ses conseils:

Nous n’arrêterons l’exercice que quand tu auras fini d’être touchée. Et cela ne sera le cas que quand tu auras compris la clé pour esquiver. Ce n’est pas une astuce, cela s’apprend avec l’entraînement, il faut habituer ton oeil à suivre du regard les choses mouvantes, et dans ton esprit, anticiper leur trajectoire.

Ce n’est pas quelque chose qu’elle pourrait acquérir en un entraînement, mais après plusieurs jours, voire des semaines pour maîtriser parfaitement la technique. Ici, il s’agit simplement de lui enseigner les bases qui lui permettraient de progresser et se perfectionner en autodidacte, au gré des situations qu’elle rencontrerait dans le futur.

Observe jusqu’où je peux frapper, la distance totale de mon bras et de mon épée.” Saji lève sa lame devant lui, afin que Junko se positionne au bout et conserve cette distance tout le long du deuxième essai. “Recule quand tu me vois avancer. Fais un pas de côté quand tu me vois frapper dans l’axe. Baisse-toi quand j’effectue une taille horizontale.

Suite à ces consignes, le Sabreur reproduit bêtement les attaques dans l’ordre énoncé avec un compte à rebours (“une, deux”), les répète un certain nombre de fois, puis augmente la cadence, jusqu’à les exécuter dans le désordre, élevant considérablement la difficulté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Date Junko
Date Junko

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Ven 11 Oct 2019 - 9:59

Junko se releva, encore haletante. Il y avait longtemps qu'elle ne s'était pas entraînée avec une telle ... intensité. Cet exercice auquel la livrait Saji était différent de ce qu'elle avait expérimenté depuis son arrivée à Kiri. Cette fois-ci, elle sentait qu'elle avait affaire à un maître différent. Ce n'était pas vraiment une technique qu'il essayait de lui apprendre, du moins elle le ressentait comme ça. C'était presque comme s'il essayait de lui inculquer les vertus de l'effort acharné, de la répétition, du travail sans relâche. Ces vertus-là elle les connaissait déjà. Le travail répété, elle l'avait connu dans les arènes d'Asosan, avec l'objectif ultime pour la motiver. Mais à présent, une dimension tout autre se présentait à elle. Car elle comprenait à présent d'où venait l'aura qui semblait émaner du maître du Dojo. C'était celle du combattant sans faille, invincible.

Elle se remit sur ses appuis. Et la valse recommença, toujours sous le regard des apprentis, comme médusés par la scène. Ce genre d'enseignement devait être assez rare pour qu'ils se détournent de leur propre entraînement. Junko fit un pas en arrière quand Saji avança, un pas de côté quand il tailla à la verticale, et elle se baissa quand il tailla à l'horizontal. Il ne faisait qu'appliquer les mouvements qu'il avait dits. Que lui arrivait-il ? Se ramollissait-il ? Avait-il pris Junko en pitié devant son incapacité à exécuter parfaitement l'exercice ?

Certainement pas. Déjà, le rythme s'accélérait. C'était léger, d'abord, mais bientôt les coups du maître bretteur se firent plus vifs, plus secs, plus durs à éviter. Mais Junko avait maintenant une sorte de cadre de base, une catégorisation de chacune de ses attaques, et, en correspondance, la manière adéquate d'esquiver ladite attaque. Elle n'était plus livrée à l'inconnu, et, cette facilité aidant, elle parvint à se soustraire à chacun des mouvements de la lame de bois dans un premier temps. Ses gestes n'étaient plus qu'instinct. Elle se baissait, se fendait, reculait comme le lui dictait la partie la plus animale de son cerveau.

Enfin, il sembla qu'ils avaient atteint leur rythme maximal. Les attaques de Saji s'enchaînaient à une vitesse presque mécanique, et toujours avec autant de précision et de perfection dans le mouvement. Junko s'efforçait de se caler sur le même tempo, sur le même automatisme, sans y parvenir aussi bien qu'elle l'aurait espéré. Elle comprenait cependant maintenant ce que Saji avait en tête quand il lui avait dit qu'elle ne maîtriserait cette technique qu'avec de l'effort, de la répétition acharnée. Il fallait qu'elle se rentre dans le crâne l'esquive jusqu'à perdre l'idée même de l'esquive. Tout ne devait plus être qu'instinct.

Une première éraflure, puis une autre. Elle faiblissait. Ses muscles commençaient à protester de leur fatigue. Mais elle persévérait, poussant son corps dans ses retranchements, forçant ses membres à lui suivre dans son effort. Un coup. Sec. Droit sur le crâne. Elle vit flou, eut une sorte de hoquet, et tomba évanouie.


_________________
A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Mer 23 Oct 2019 - 17:02
Si le début semble relativement chorégraphié, chaque geste suffisamment ample pour laisser de la marge à sa partenaire d’entraînement dans ses esquives, le Sabreur se montre de moins en moins caricatural et accélère ses attaques une fois que l’apprentie s’est ajustée au tempo. La difficulté se ressent immédiatement au premier palier de vitesse franchi. Mais peu importe le type d’attaque, l’important étant que la genin apprenne à se servir de ses yeux pour anticiper les assauts, et laisser son corps être guidé par l’information visuelle remontant jusqu’au cerveau. Cependant que les échos du bokken caressent le vide et par moment effleurent la peau de la genin, le son s’amplifie et l’attention des autres apprentis se tourne vers le duo tellement appliqué et impliqué dans l’apprentissage qu’ils ne semblent pas remarquer les yeux se fixant sur eux.

Aussitôt qu’augmente la difficulté, la kunoichi doit désormais se défendre sur un registre différent, sans pour autant totalement perdre ses repères. Dans sa mémoire musculaire se sont imprimés des automatismes, l’intervalle entre la réception du message visuel et la réaction du muscle diminuant peu à peu. Elle peut deviner derrière chaque début de geste, une direction, derrière chaque attaque une intention. Telle est le but de l’exercice, de lui montrer que tout n’est pas que réflexe, mais essentiellement… de l’observation. Constatant que malgré ses quelques bavures ici et là, elle a assimilé l’essence de la technique au lieu de se se perdre dans la superficialité mécanique des mouvements, l’important est que maintenant que le principe est acquis, elle n’aurait plus qu’à développer le reste avec de l’entraînement.

Le rythme, la lame en bois part et revient. La vision de la genin devient plus floue et ses pas plus approximatifs. Les coups se succèdent, et les erreurs aussi. C’est lors du dernier enchaînement que le Sabreur trompe sa vigilance par un combo sans y mettre davantage de vitesse, mais en tentant de brouiller la direction vers laquelle arrive la prochaine attaque. Prise à contre-pied, et probablement engourdie par la fatigue, son corps l’abandonne dans l’ultime coup de taille descendant en arc de cercle sur le sommet de son crâne. C’est le souffle coupé que les apprentis regardent la scène, craignant que le maître ne fende la tête de la kunoichi à court d’énergie. Le tranchant du bois s’arrête net grâce à un parfait contrôle, frôlant le cheveu de la rousse qui s’effondre quand même, moins par la force du coup que par le cumul de fatigue et de douleur. Même si de loin, on aurait dit que sa partenaire venait d’être assommé par le bretteur - ce que certains apprentis croient voir par manque d’expérience et à cause de la distance, mais il n’en est rien.

Tout redevient calme et les apprentis restent figés. Remarquant le silence et n’entendant aucune lame danser, Saji tourne lentement la tête et constate l’indiscipline de ses disciples, les yeux encore scotchés sur l’inconsciente Junko couchée sur le sol en tatamis du Grand Dojo. Saji leur répète une ultime fois de reprendre leur séance habituelle, tandis qu’il pose un genou à terre près de la kunoichi pour tenter de la réveiller de sa voix, jusqu’à ce qu’elle ouvre enfin les yeux.

Tout va bien?

Il se dit après réflexion qu’il y est peut-être allé trop fort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Date Junko
Date Junko

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Dim 24 Nov 2019 - 9:50

Les paupières de Junko papillonnèrent un instant avant qu'elle puisse les ouvrir tout à fait. Elle ne savait combien de temps elle était restée inconsciente, mais elle estimait que ce ne devait pas avoir été très long. Les élèves du dojo étaient toujours à leur place, autant qu'elle puisse s'en souvenir, et avaient repris leurs exercices. Elle s'en voulut aussitôt d'avoir perdu contenance au point de s'évanouir. Ce n'était vraiment pas ce qu'elle attendait d'elle-même, et surtout pas l'image qu'elle voulait donner à son maître du jour. Qu'allait-il penser d'elle ? Qu'elle n'était même pas en mesure d'encaisser un entraînement ? Voilà qui était bien pitoyable ...

"Oui, ça va ..."

C'était tout autant une vérité qu'un mensonge. Elle n'était pas vraiment blessée, mais tous les muscles de son corps semblaient lui faire mal. Elle s'était surmenée, de toute évidence. Mais là encore, sa longue expérience des entraînements qu'on réservait aux gladiateurs lui avait appris à ne pas tenir compte de l'épuisement, de la douleur, et de toutes ces limites que le corps créait. On lui avait seulement appris à être forte, et à faire abstraction d'elle-même puisque, dans ce temps-là, elle n'était personne. Un objet, simplement, que l'on faisait combattre. Rien de plus.

Elle essaya de se redresser, et dut bien vite renoncer. La protestation de ses membres avait été vive et claire: elle resterait à terre pour l'instant, merci bien. Dans ces conditions, difficile de reprendre l'entraînement. Elle ne s'imaginait pas vraiment remettre ça, et de toute façon elle n'était pas certaine d'en avoir envie dans l'immédiat. La perspective de se prendre une nouvelle tannée ne l'excitait guère.

"Désolée, mais je pense qu'on va devoir s'en tenir là pour aujourd'hui. J'y suis allée un peu fort, je crois ..."

Un avoeu de faiblesse qui lui coûtait, mais qui était nécessaire. Et puis, elle s'en voulait plus à elle qu'à Saji de l'avoir mise dans cet état. Si seulement elle avait été plus forte, elle aurait pu éviter de se retrouver comme une loque. Malgré toutes les illusions qu'elle avait pu avoir sur ses propres compétences, elle réalisait une fois de plus qu'il y avait un monde entre ce qu'elle avait appris du combat dans les arènes d'Asosan et ce que l'on enseignait à Kiri. A Asosan, on lui enseignait la déconsidération de sa vie pour prendre celle des autres. A Kiri, elle devait apprendre à préserver sa propre vie autant que celle des autres.

"Merci, en tout cas, pour votre temps. J'imagine qu'il est précieux."


_________________
A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji] Empty
Mar 26 Nov 2019 - 12:27
Voyant la kunoichi se relever après plusieurs minutes dans les bras de Morphée, le Sabreur soulagé de la voir recouvrir de sa fatigue hoche de la tête lorsque la dénommée Junko le remercie de lui avoir accordé de son temps, en lui faisant comprendre que ce n’est rien. Enseigner aux genins fait partie des devoirs d’un gradé. En observant le visage quelque peu désappointé de la rouquine, sûrement embêtée de s’être évanoui face au maître d’armes, il tente de lui glisser quelques mots d’encouragement afin de l’accompagner dans ses futurs efforts.

Si vous saviez le nombre de fois où je suis tombé dans les pommes à l’entraînement devant mon propre maître, vous ne me croiriez pas. Gardez à l’esprit que rien n’est acquis quand il s’agit d’apprendre un jutsu, et que le résultat viendra tant que vous continuez à donner votre maximum.

En espérant que ces paroles l’aident à perfectionner sa technique, mais aussi lui faire comprendre à demi-mot qu’elle a accompli un bon travail lors de cette séance très physique et dont le rythme serait bien trop soutenu pour les apprentis, il a remarqué aussi le style de pugilat relativement instinctif de la femme... un art martial? Probablement pas. Sa façon de se battre ne ressemble à aucune technique de taijutsu qu’il ait pu voir jusqu’ici, ce qui a suffi à relever son intérêt et lui faire accepter la requête de la genin. Par pure curiosité. On aurait dit un mélange d’arts martiaux, un style que l’on acquiert en observant plusieurs personnes se battre dans la rue.

Où penses-tu qu’elle a appris à se battre?” Une voix qui entre en résonance avec ses pensées et qui a visiblement remarqué la même chose que lui.

Le Gardien arrive aux côtés de Saji tandis qu’il regarde la kunoichi s’en aller tranquillement. Tournant nonchalamment la tête en direction de son confrère, il reste silencieux pendant un moment, son regard revient devant lui alors qu’il lui répond en croisant les bras.

Je n’arrive pas à mettre le doigt dessus, peut-être aurais-je dû lui demander. Elle a un caractère bien trempé en tous cas.

Tous ces genins qui se donnent à 100% pour devenir plus fort et protéger le village. Cela me donnerait presque envie de reprendre du service!

Voilà plusieurs années que le vieil homme avait décidé de quitter les Sept pour se consacrer à la protection du Grand Dojo, un rôle sédentaire et moins fatiguant que de partir sans cesse en mission. Il lui arrivait des fois d’avoir ces moments de nostalgie de quand il était jeune, et de les partager avec Saji qui n’en avait pas vraiment cure, il répondait souvent la même chose d’ailleurs.

Oui.

Sur cette dernière réplique laconique, le Nobuatsu tourne les talons pour reprendre le cours normal de la journée, en commençant par sermonner les étudiants qui se sont montrés dissipés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779

A la rencontre du maître [Nobuatsu Saji]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mur du son [Nobuatsu Saji]
» Feu & Glace | Nobuatsu Saji
» Au rapport [Pv. Nobuatsu Saji]
» Sabres et sables [PV : Nobuatsu Saji]
» Nouvelles | Nobuatsu Saji

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: