Soutenez le forum !
1234
Partagez

Les voyages d'Eirin (solo)

Sabaku Eirin
Sabaku Eirin

Les voyages d'Eirin (solo) Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 8:28
Ete 203, Ame no Kuni – Kaze no Kuni

Mon périple qui avait à peine commencé a subitement été interrompu, sur ordre de mon grand-père – un membre éminent de la Banque, un dirigeant à la poigne de fer –. Ce dernier indique qu’une affaire familiale nécessite ma présence au plus vite au sein de Kaze no Kuni. Les détails n’ont pas été révélés. La Famille, et le secret lié à celle-ci, deux éléments clés qui n’auguraient rien de bon. En effet, ma famille était tout simplement chaotique : un grand-père rigoureux et considéré comme inhumain par certain, une mère folle et isolée, un père qui a décidé de s’isoler pour s’occuper de sa pauvre épouse et la famille maternelle qui refusait de parler avec la famille paternelle … les raisons d’un quelconque drama familiale étaient donc nombreuses.

En soit, je n’ai pas à me plaindre : je déteste quitter le confort de ma demeure. Enfin, et surtout, je pourrais consulter enfin un médecin compétent. Ma douleur à l’œil devient toujours plus intense, et est sensible de jour en jour à chaque élément : la lumière, le vent, l’humidité … J’ai fermé avec grande peine les yeux durant cette dernière semaine, et malgré toutes les prescriptions faites par un médecin au sein d’Ame no Kuni que l’on dit « compétent » et « de confiance ».

Adieu l’humidité suintante d’Ame no Kuni, et bonjour la douce chaleur de Kaze no Kuni … j’ai tant hâte de sentir à nouveau les grains de sable sous mes pieds !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6632-sabaku-takara-la-precieuse#55343 https://www.ascentofshinobi.com/t6680-sabaku-eirin-carnets-de-route#61954 https://www.ascentofshinobi.com/u84
Sabaku Eirin
Sabaku Eirin

Les voyages d'Eirin (solo) Empty
Ven 11 Oct 2019 - 13:46
Été 203, Kaze no Kuni - Tsuchi no Kuni

La somptueuse demeure de Sabaku Eirin était en effervescence en cette belle journée. Les domestiques accouraient dans tous les sens, les mains chargés tantôt de tissus, tantôt de coffres, tantôt de libres. Deux personnels – la dame de compagnie et le majordome de famille de la rousse – avaient chacun un pupitre, un rouleau et un encre, enregistrant tout objet déposé. Enfin, un garde surveillé attentivement ce butin somptueux dans six caravanes. Cinq étaient destinés aux villages cachés dont elle allait visiter. Le sixième était cet amas réservé à quelques dignitaires qu’elle avait promis de rencontré durant ce long périple entreprise.

Dans cette folle effervescence, la maîtresse des lieux prenait toujours à cœur de déambuler dans les couloirs, donner soit des ordres, soit des compliments. Elle savait qu’une armée était fainéante ou démoralisée sans un Général pour les superviser et les inspirer. Cependant, aujourd’hui, elle faisait à cette règle dorée, préoccupée par un tout autre problème : son œil. Elle avait consulté deux experts de sceau, sans aucun lien avec le clan Meikyu – famille dont était issue sa mère – et leurs verdicts étaient tombés, implacable. Un sceau était bien apparu dans son œil, mais ce n’était ni un sceau espion, ni un sceau ennemi. C’était le sceau de l’Ancêtre du clan Meikyu.

Que devait-elle donc faire maintenant ? Toute son existence avait été basée sur cette certitude qu’elle était civile, que la science et le savoir l’emportaient sur la force offerte par le chakra et que ces combattants n’étaient qu’une bande de bête barbare. L’idée d’avoir rejoint les rangs de ces derniers l’horripilait. Sa situation n’étant pas suffisamment grave, voilà qu’elle se fatiguait ou perdait connaissance à tout bout de champs. Tant de raisons pour annuler ces visites commerciales, ou les déléguer à des mains compétentes. Malheureusement, annuler serait un manque de respect et déléguer une tâche aussi importante serait trop suspicieux pour son grand-père et surtout une chance gâchée de briller au sein de la Banque – et se rapprocher du trône dorée de Dirigeant.

La seule solution trouvée était de cacher l’œil, l’empêcher de voir. Évidemment, à nouveau, elle avait à soigner les apparences. Dès lors, elle avait adopté un style varié et étrange, mais qui avait su conquérir les cœurs des hautes sphères oisives de Kaze : des foulards, des perles ou encore des fines tiges métalliques souples qui retombaient mollement du haut de son crâne, jusqu’à l’arrière de ses oreilles. En raison de l’épaisseur, elle pouvait en profiter pour coller un discret caché œil dont les fils se perdaient dans une chevelure complexe.

- Ma Dame, les Caravanes sont chargées et prêtes au départ, entendit-elle soudainement. C’était la voix du majordome.
- Soulignez bien à tous ces domestiques, anciens comme nouveaux, que j’ai compté chaque tableau, tapis, couvert, verre Ou tout autre objet précieux. S’il en manque un seul, que la personne craint ma fureur. Et aussi que …
- « Tout le monde paie ses dettes à la Banque ». Telle est la devise de votre grand-père, ainsi que la vôtre, compléta le sage homme à l’âge bien avancé.

Elle remercie d’un hochement de tête, avant de disparaître dans quelques couloirs, puis dans le septième caravane qui allait lui servir d’habitat pour les prochains jours ou jusqu’à une prochaine visite.

Et la traversée du désert débuta, avec l’ajout de marchands au fur et à mesure. Car oui, Sabaku Eirin n’était pas la seule à avoir à marchander et surtout, sa présence était rassurante. D’une, les marchands aimaient en profiter pour faire des propositions commerciales à l’une des fortunes du pays, et deux, il était connu qu’elle faisait appel à la meilleure garde quand il était question de voyager et surtout avec des trésors où présents.

Un trajet qui se déroula sans grande difficulté, chacun connaissant les routes ou ayant des connaissances qui les aidaient à traverser différents obstacles. La seule difficulté rencontrée fut aux frontières, le temps d’expliquer la raison de l’importance du convoi, et la garantie que les marchands réguliers prendront différentes routes pour leur commerce, alors qu’elle et ses six autres caravanes se dirigeaient droit vers Iwa.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6632-sabaku-takara-la-precieuse#55343 https://www.ascentofshinobi.com/t6680-sabaku-eirin-carnets-de-route#61954 https://www.ascentofshinobi.com/u84

Les voyages d'Eirin (solo)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: