Soutenez le forum !
1234
Partagez

En souvenir du bon vieux temps...

Mu
Mu

En souvenir du bon vieux temps... Empty
Mar 20 Aoû 2019 - 18:12
Il faisait froid et humide au beau milieu d'une nuit sans lune. Le vent glacial traversait les manteaux et les gants, contractait le cuir des fourreaux autour des lames des épées et faisait frissonner les soldats à leur poste. Mu, lui, errait entre les pics des montagnes et pourchassait les nuages qui ressemblaient à des fantômes se précipitant à travers un champ de bataille. Il longea de grands braseros garnis de charbon qui brûlaient le long des remparts d'un avant-poste Hijin, mais ne put sentir leur chaleur emportée et avalée par la nuit.

D'ordinaire, quelques cris d'échauffement ou d'ordres d'officiers couvraient le hurlement familier du vent et devenaient le sujet de plaisanteries mille fois répétées. Ce soir-là, pourtant, tout le monde resta silencieux dans le camp. Les soldats n'entendaient presque rien et ne voyaient pas grand-chose. Un flot épais de nuages tourbillonnants cachait les étoiles et on ne distinguait rien au-delà de cinquante mètres. De toute façon, les bourrasques imprévisibles empêchaient de décocher une flèche avec précision plus loin.

Le même motif se répéta, poste après poste, lieu après lieu. Et pour chacun, Mu les traversa d'un silence pensif, ne brisant qu'en de rares occasions ce mutisme pour signifier sa provenance et sa destination. Il n'existait rien de pire que l'attente, comme tous les soldats, le trentenaire la détestait. Il lui semblait préférable d'être un gradé dans ces moments-là, car on pouvait s'occuper en encourageant ses hommes, ne laissant ainsi pas le temps à l'inquiétude de s'installer.

À même la frontière de deux nations ralliées sous un même étendard, l'Hijin progressait sur un sentier escarpé et à flan de montagne. Son infirmité lui évitait le spectacle vertigineux d'un océan de pierres en contrebas, une fosse où se briser si vos pas déviaient de quelques centimètres. Précis, il usait de sa vapeur pour dessiner les bords du chemin et restait du bon côté du bord de la corniche.

Fatiguée d'un voyage sans repos, la silhouette voûtée de l'aveugle apparut finalement dans la pénombre de l'aube. Et devant elle se dressait la cité d'Urahi d'où émanaient le tintement de ses milles secrets.

Spoiler:
 

_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 https://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174

En souvenir du bon vieux temps...

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: