Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Reconstruction (PV Nara Aizen)
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 18:25 par Nara Aizen

» Trouver sa raison d'être.
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 18:19 par Sendai Anzu

» 飲酒 Une bouteille pour seule amie
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 18:12 par Kogami Akira

» Croisons le fer avec l'envahisseur (Akira)
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 17:58 par Kogami Akira

» 04. Questions diverses
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 17:28 par Meikyû Raizen

» Le nid s’agrandit [PV Teruyo]
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 17:28 par Souhei Toji

» Le clan divin
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 16:30 par Souhei Toji

» 3/03. Unité San
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 14:47 par Chôkoku Jurôjin

» Exploration de Tsuchi no Kuni - MB [Karasu/Shuhei]
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 12:08 par Miyamori Shuhei

» 03. Questions sur le système de combat
Le courrier du cœur [KAGUYA K.] EmptyAujourd'hui à 11:41 par Nara Aizen

Partagez

Le courrier du cœur [KAGUYA K.]

Hinai Nae
Hinai Nae

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 4:15
La chaleur se faisait accablante, tandis que le soleil était à son zénith, et que les petites gens fuyaient sous son rayonnement impitoyable. Il n'y avait que les chameaux, comme Jiro et quelques uns des plus acharnés guerrier du village pour se mouvoir sous l'impérieux astre solaire. Les autres étaient semblable aux insectes, se cachant quand un cataclysme se pointe sous le bout de leur nez. Se tapissant dans un coins d'ombre tel une bête à la recherche d'un point d'eau non exposé, le jeune sabreur faisait jouer sa lame contre l'air, laissant une traînée brillante dans l'ombre, tandis que l'air sifflait sa joie de retrouver un compagnon de jeu.

Les entraînements étaient son lot quotidien, sa peine la plus douce et son poison le plus joyeux. Il se frottait à ses limites, à lui même, au bout de sa personnalité. Il se portait toujours jusqu'à cet essoufflement qui vous donne des hormones de bonheur et de plaisir. Pas besoin de se droguer comme d'autres, ou bien de boire à outrance -bien qu'il aimât ça plus que de raison, quand on avait l'effort dans le sang.

Il attrapa une cigarette dans l'étui en argent qui occupait le fond de sa poche intérieur. Aujourd'hui, il portait un kimono tout simple, composé d'un haut bleu marin qui se reflétait dans ses yeux, et d'un hakama noir des plus traditionnel. Il usa de la chaleur que dégageait son arme pour faire crépiter les particules de tabac au bout de sa cigarette et se laissa aller à une bouffée salvatrice. Il était tout près de l'entrée principale du dojo, et il entendit des voix alors qu'il arrivait à la moitié de sa mort en tube.

- Le maître veut que j'apporte cette missive, mais tu sais ce que l'on dit sur les messagers … C'est souvent à eux qu'on coupe la tête en premier !
- En plus tu dois aller voir un Kaguya, t'as vraiment aucune chance avec ces barbares …
- J'ai peur Kojiro, je crois que je vais arrêter de travailler ici, c'est bien trop dangereux finalement, maman avait raison.
- Donne moi ça, imbécile. Que fit une voix rêche, pincé dans des tons grave et fluctuant. La voix de Jiro.
- Pardon ?
- Tu peux me faire confiance, à qui dois-je apporter ta missive mon petit ?
- Kaguya Kai, fit le gamin avec une toute petite voix.
- Considère que c'est fait alors … lâcha-t-il avec un grand sourire, frottant la tête de l'aspirant qui lui rendit son sourire en se confondant de merci et d'excuses pour sa faiblesse.

Il devait donc se rendre dans le quartier clanique de Kiri, ce qui lui ferait une très bonne occasion d'observer leur dispositions et particularité les plus infimes. Car même s'il était altruiste, Jiro était avant tout un opportuniste, et n'ayant jamais visiter ce coin du village car il fallait toujours une bonne raison de s'y trouver, il savait que cela lui serait très utile pour la suite. Il prit son air le plus détaché, et parcourut les rues du village avec son petit côté guilleret qui faisait de lui une gueule d'ange. On lui aurait donné le bon dieu sans concession, et on l'aurait prit pour l'un de ses imbéciles heureux, que cela ne m'aurait pas surpris. Il faut bien travailler son masque tout les jours, c'est ça le secret d'une bonne couverture. Sans cesse multiplier les détails pour brouiller les pistes. Et sous ses airs de brutasse à l'épée aiguisé se cachait un fin stratège dans tout ce qui était de l'art de se planquer.

- J'ai une missive pour Kaguya Kai, à remettre en mains propre de la part du patron de notre dojo principale, qu'il annonça la bouche en cœur devant les deux Kaguya à l'air patibulaire qui gardait la porte principale du quartier. Une porte, si on veut, c'était une rue surplombée d'une arche en béton ornementée, et c'était le début du territoire osseux, celui des barbares qui se battaient à mains nues. On lui fit signe d'attendre là, aussi prit-il son mal en patience en attendant qu'on le fasse pénétrer sur les terres les plus dangereuses de Kiri pour un être de son espèce.


La main noire elle aussi, ne faisait pas de quartier.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10391-hinai-nae-le-monstre-de-kaminari
Kaguya Kai
Kaguya Kai

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 4:17


le courrier du coeur


domaine kaguya

◊ ◊ ◊

« Kaguya Kai, un jeune homme souhaite vous rencontrez, une lettre est en question. Aucun nom est donné, mais un dojo est mentionné. Préférez-vous que je lui dise de partir ? »

Telle une bête dans une transe sans échappatoire, le genin interpellé ne réagit pas au shinobi qui tentait de lui tirer les mots de la bouche. Celui-ci attendait avec impatience une réponse, préférant retourner à son poste, mais l’enfant Kaguya dominait le terrain d’une façon beaucoup trop dangereuse pour l’approcher. Kai bougeait tel un serpent, accompagné de la force d’un lion. Armé d’une seconde colonne vertébrale, il se déchaînait sur des cibles autonomes qui ne cessaient de bouger dans tous les sens et se relever. L’exercice le poussait à gagner en endurance, mais aussi en agilité.

Après plusieurs minutes, l’attraction prit fin. Comme si tout semblait normal, le colosse se permit de prendre une petite pause et de tourner son regard vers l’individu qui attendait une réponse.

« Non. »

Simple que tout, l’homme plus âgé tourna sur ses talons pour retourner à ce mystérieux messager. Sans surprise, Kai n’aime pas recevoir du courrier, ni de la visite. Qui osait venir gâcher son entraînement ? Sa colère allait certainement être craché. Ce n’était pas la meilleure journée pour entretenir une conversation avec lui. En fait, aucune journée était idéale pour rencontrer le genin. Bien que cela ne lui plaisait pas, le brun fit l’effort de mettre un kimono sur son corps essoufflé. Cela allait durer quelques secondes. Inutile de se présenter. Il n’avait qu’à s’emparer du bout de papier et tourner le dos pour ne jamais revoir cet ignoble personne qui perturbait sa routine.

Oh.

Mais non.

Ses saphirs croisèrent une silhouette masculine et… particulière. Ils eurent de la difficulté à réellement se poser sur un détail, tout semblait lui sauter au visage. Kai dévisagea le messager.

« Bonjour. »

Pour une rare fois, le brun salua son invité. Son plan de repousser le shinobi et de disparaître dans sa chambre ne pouvait pas avoir lieu. Pas avec un spécimen si différent. De la tête aux pieds, tout accrochait ses sens. Mais.. cette longue chevelure blanche lui donna le coup final. Il ne pouvait pas résister à ce trait. Bien que Kai mémorisait tout ce qu’il pouvait voir, son visage ne montrait aucun intérêt, si ce n’est que la noirceur de ses pupilles qui devenait vaste. Pour quelqu’un qui connaît bien le Kaguya, ses paroles trahissaient sa forte curiosité.

« Pourrais-je obtenir le nom de mon invité avant de recevoir cette missive? »

(c) oxymort


_________________


Team 4:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7219-kaguya-kai https://www.ascentofshinobi.com/u974
Hinai Nae
Hinai Nae

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 4:23
A force de faire le pied de grue, on aurait pu croire qu'il était en chantier. Fallait-il qu'il entreprenne le ravalement de façade d'un des grands types patibulaires pour obtenir l'attention qu'il méritait ? Finalement, il se détourna de la violence pour s'asseoir en tailleur sur le sol, son hakama déjà souillé par l'entraînement supporterait très bien le traitement infligé. Il alluma une nouvelle cigarette, inspirant par la bouche et expirant par le nez. Bientôt, oui, tout bientôt il aurait l'occasion de se venger de ce traitement indigne d'un guerrier. Il ne l'avait pas mauvaise, mais qui osait donc le faire attendre devant deux gardes plus bêtes que leur pied, devant un quartier miteux de la ville ? Il se faisait filtrer, et il avait horreur de ça. C'était comme s'il y'avait des gens plus importants que d'autre dans ce bas monde. Alors que l'on avait tous un rôle à jouer, et que sans la base, le haut de la pyramide s'effondre purement et simplement.

Peut-être qu'il avait un petit côté anarchiste finalement… Mais jamais il ne paraîtrait devant qui que ce soit. Jiro était le genre de drille à discuter pour rien, mais surtout à obéir à tout. Son obédience ne faisait aucun doute, sa fidélité était sans faille, sa patience sans limite. Finalement c'est lui qui s'était bloqué tout seul dans ce rôle du gars à qui on peut la faire à l'envers, tellement sa loyauté était semblable à celle d'un vulgaire toutou.

Une ombre s'étira, et s'étira, et s'étira, pour venir le surplomber comme un vautour surveille les carcasses. Il tourna la tête, et se retrouva sans voix devant le physique impressionnant de la "bête". Il existait pareille force de la nature ? Réellement, ce n'était pas qu'un mythe pour endormir les vilains petits enfants ? Il se retrouva en bafouillant, se releva pour sembler moins petit face à son interlocuteur, fit un petit effort vestimentaire en plaquant son kimono contre son corps gorgé de sueur.


- Heu,je … Oui ! Bien sûr … *hum hum* Je m'appelle Jiro Ikaku, enchanté de faire votre connaissance Kai-san ! Il lui fit un sourire en haussant les épaules, comme s'il y'avait quelque chose de drôle dans ce qu'il venait de dire. Il se trouvait un peu maladroit, mais l'entraînement repris le dessus et il calma ses émotions en inspirant une bonne fois pour toute par le nez. Je ne suis que le messager, cela vous vient du grand maître du Dojo principale. Qu'il termina comme on récite un poème, et comme s'il était fier de sa performance, il se lécha les lèvres du bout de la langue.


Missive:
 

Il termina sa cigarette, l'écrasa contre une boite en bois sombre, et fit disparaître le mégot à l'intérieur de la boite, qui disparu elle même à l'intérieur d'une veste.

- Alors, j'espère que c'est des bonnes nouvelles ? On invite jamais à boire le thé dans votre coin du village, ou je suis peut être pas le type de la maison ?

L'art de se faire inviter, première partie. Être indigne de toute invitation.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10391-hinai-nae-le-monstre-de-kaminari
Kaguya Kai
Kaguya Kai

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 4:24


le courrier du coeur


domaine kaguya

◊ ◊ ◊

Kai-san. Ça sonnait étrangement bien, délicat sur la langue de son interlocuteur.. Jiro. Pouvait-il se permettre d’ajouter lui aussi un préfixe? Il ne le connaissait pas, c’était dérangeant. Il n’appréciait pas se faire surnommer si aisément, mais pour la beauté de son nouvel invité et pour le plaisir de l’entendre bafouiller ses mots, il acceptait. C’était déjà si rare de réceptionner quelqu’un sans rester froid. Enfin, il espérait montrer une facette tendre, mais sans se douter du contraire, sa personne n’exprimait jamais la joie.

« Enchanté. »

Encore une fois, une phrase que le brun disait par rare exception. Sans perdre une seconde, sa main alla attraper la lettre du Dojo, sans douceur. Ses yeux voyagèrent sur le contenu et au final, il restait complètement choqué. Même si la voix séduisante l’incitait à lui servir le thé, son corps préférait rester tendu. Avait-il eu une aventure avant la guerre ? Cela l’étonnerait, il ne semblait pas posséder d’indice sur une ancienne relation. Le Kaguya ne ressentait rien envers cette écriture, bien que son égo soit fièrement touché. La missive disparue à l’intérieur de son kimono, cacher du soleil et de la vérité. Le colosse déposa enfin ses saphirs sur Jiro et réfléchit à son audace.

« Je n’invite jamais pour le thé, ni même pour ma famille. » dit-il sèchement. « Suivez-moi. »

D’un signe de la main, Kai invita le Ikaku à le suivre dans ses appartements. Il vivait seul dans un petit coin, éloigné de sa mère. Il aimait la tranquillité et la paix d’un domaine sans activité, et malheureusement, les Kaguyas ne vivaient pas sans mouvement. Un clan fort mouvementé, mais tout de même apprécier.

Dès qu’ils pénétrèrent dans l’antre du dragon, le froid vint les accueillir à bras ouvert. C’était fortement agréable, surtout dans la chaleur de l’été humide. Kai s’activa à faire bouillir de l’eau et se tourna vers le jeune homme.

« Savez-vous si le maître du dojo a une fille ou un garçon? »

Il marqua une pause avant de totalement changer sa ligne de conversation. Il en avait rien à foutre de son admirateur, il savait très bien qu’il allait ignorer son offre de le rencontrer. Ce serait risqué et perdre son dojo pour une folie d’amour, cela ne lui correspondait pas.

« Oublié ma question. Parlez-moi de vous, Jiro.. san. Je ne vous ai jamais avant ce jour, ou peut-être que si. » finit-il dans un murmure. « Je crois que je serais capable de me souvenir d’une telle beauté. »

(c) oxymort


_________________


Team 4:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7219-kaguya-kai https://www.ascentofshinobi.com/u974
Hinai Nae
Hinai Nae

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 4:28
Sésame, ouvre toi. Petite porte infranchissable, Jiro vous disait adieu et partit vers un monde meilleur, accompagné par une brute au regard froid, qui semblait être fait du même type de bois que le sien. Si l'on devait le comparé à une branche, on aurait choisit l'aubépine, noueuse, ancienne, forte. Il ne payait pas forcément de mine face à des géants remarquables comme Kaguya Kai, mais sa force résidait dans son esprit, et dans l'épée qui ceignait sa taille, partageant sa vie depuis deux ans déjà. Elle était son bien le plus précieux, son compagnon le plus fidèle, et même parfois lui tenait-elle lieu de confidente, quand il ne pouvait se confier à personne de la nature de ses émois.

Il faut dire que quand on est un espion, on a peu de vrais amis.

Discrètement, il jeta un regard à la configuration des lieux, aux nombres d'hommes, à la hauteur des murs, au ronde qui se faisaient ou ne se faisaient pas d'ailleurs... Enfin bref, tout ce qu'un bon criminel sait repérer du premier coup d’œil. La panoplie accomplie, il se permit de regarder son hôte le mener à l'écart du domaine principal, dans les terres plus fraîches et humides de la famille Kaguya. Il se fit la réflexion qu'ici, personne ne l'entendrait crier. Et il ne savait pas si cela devait le rassurer.

Kai était patibulaire. Un grand morceau d'homme aux yeux bleus qui vous transperçait l'âme et ne laissait aucune bribe à l'écart. Il ne savait pas où le placer, dans les gentils, les méchants ? Les amis, les ennemis ? (la différence est infime et pourtant elle existe). Perdu dans ses grandes idées d'une famille aussi puissante que le clan que représentait son homologue, il se réveilla à temps pour ne pas ignorer le grand escogriffe.

- Je crois qu'il a une fille, et elle est plutôt jolie de rumeur Kai-san. Fit-il en haussant les épaules, un petit sourire en coin se dessinant sur ce visage déjà éclairé d'une énergie particulière. Il était une crapule, cela se sentait à ses petites mimiques, à ses gestes vif, clairs mais toujours très imagés. Et puis ce petit rire de hyène qui guette sa proie, ses mains blanches qui étaient constellés de tâches plus sombres -des cicatrices, qui ne se gênaient jamais pour intervenir dans la conversation ... Tout chez lui, criait qu'il n'était plus un gamin, mais qu'il en avait l’espièglerie.

Il l'avait dit sur le ton de la conversation. Après tout, connaître son ennemi mieux que soi même était l'une des clefs de la réussite selon son défunt père.

- Je bouge beaucoup, généralement là ou mes pieds me portent, mais parfois j'emprunte un âne pour aller au bout de mes périples ... Il attrapa la tasse que lui tendit son interlocuteur, et la porta jusqu'à sa bouche, afin de souffler dessus à petite goulée. Mais il est vrais que je ne me souviens pas non plus vous avoir croiser ... Un homme au physique si singulier, ne passerait sûrement pas inaperçu ... Fit-il tout en rétrécissant ses yeux, ses paupières faisant comme un étau sur son regard.

Il se gratta la tête avec trois doigts, puis fit de même avec son menton. Il souffla finalement et puis tendis sa main jusqu'à toucher celle de Kai.

- Eh bien tant pis pour le passé ! Nous avons tout le futur pour construire une relation agréable entre nous ...Il lui fit un grand sourire, sa main serrant celle du mastodonte. Il lui semblait retourner en enfance en sa présence, il y'avait quelque chose de très nostalgique que de se retrouver aussi petit face à quelqu'un. Et la nostalgie à toujours un gout doux-amer.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10391-hinai-nae-le-monstre-de-kaminari
Kaguya Kai
Kaguya Kai

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 4:31


le courrier du coeur


domaine kaguya

◊ ◊ ◊

Se laisser influencer ne lui ressemblait pas. C’était une situation problématique et il serait incapable de l’avouer. Devant lui se trouvait un inconnu qui pouvait noter tous les coins du domaine, les personnes et diverses informations pertinentes. Oh ce côté paranoïaque, cela n’allait jamais l’abandonner. Peut-être que cette lettre signifiait rien, un simple montage pour voir sa vie se réduire en cendre ? Hum, un plan intéressant. Devait-il repoussé ce Ikaru? L’empoissonner avec le thé chaud? Ou peut-être accepter sa compagnie comme un gentil garçon sans mauvaise intention? Trois propositions alléchantes, mais une seule réussissait à se créer un chemin jusqu’à la réalité. Pour les prochaines minutes, voir peut-être heures, Jiro allait être son petit prince et il le traiterait bien. Après tout, ce n’est pas sur son territoire qu’il pouvait laisser sa trace. Un meurtre parmi les Kaguya était un suicide assuré. Alors pourquoi ne pas profiter d’une collecte d’information ?

Avec charme et froideur, Kai se permettait de jouer sur une ligne très tendue. Ce n’était pas dans ses forces d’user de son sourire (et cela n’allait probablement pas arriver), alors il pouvait compter sur les paroles pour inciter son interlocuteur à parler, mais aussi… à réellement découvrir qui se cache derrière ce masque de grand gamin. Jiro semblait déjà montrer quelques signes qui le trahisse. Cette façon de s’exprimer, son regard qui scrute tous les centimètres, sa joie. Un personnage trop différent du Kaguya, mais il appréciait le défi.

« Je n’aime pas les filles. »

Un fait comme un autre, mais cela venait confirmer que sa future réponse allait briser un coeur. Un autre. Le brun réussissait toujours à enchaîner les déclarations d’amour et les refuser avec une lourdeur absolument. Sans attendre, il alla chercher une feuille vierge et une plume. Le contenu serait simple.

(RETOUR DE LA MISSIVE
Non merci,
Bonne journée.)

Une entière feuille pour un banal non. Il n’osa pas signer, préférant garder son identité hors de cette échange. Maintenant qu’il pouvait passer à autre chose, le bruit de l’eau lui fit rappeler qu’un thé était attendu. Kai le prépara soigneusement, avant un discret sourire en coin à l’idée d’y ajouter une goutte mortelle. Comme ce serait facile. Lorsqu’il se retourna pour offrir une petite tasse au jeune homme, il dut se cacher les lèvres avec sa main pour éviter de laisser voir son unique sourire. Une mort a été évité sous son toit, quelle drôle d’anecdote.

« Je suis toujours discret et je préfère rester à des endroits spécifiques. Probablement loin de vous et de votre routine. »

Encore une fois, il appréciait le commentaire sur son corps. Il avait bien sûr commenter le physique de son camarade en premier, mais cela restait agréable. Kai se perdait doucement dans son jeu, intrigué d’entendre la suite de la conversation. Malheureusement, une main vint gâcher le calme qui s’installait en lui. Il détestait les contacts physiques, et même ce membre si délicat qui venait caresser sa peau, ne l’incitait pas à changer sa vision des choses. Ses saphirs plombèrent les doigts de porcelaine. Faire un effort. Faire un effort. Faire un effort.

« … Le futur, oui.. »

Sa respiration jouait énormément. Le touchée l’indignait, il souhaitait se retirer au plus loin et de se cacher jusqu’à ce que la lune apparaisse. L’inconfort commençait à être présente sur son visage. Avec une tentative pleine de douceur, Kai repoussa la main loin de la sienne et détourna le regard en rougissant.

« Ne me touchez pas. » il allait presque arrêter à cette conclusion, mais il préférait ajouter un autre morceau. « Ce n’est rien contre vous, je n’apprécie pas qu’on tente de m’approcher d’une telle façon. C’est grossier et inutile. »

Suite à cette déclaration, l’ambiance lui semblait lourde, par sa faute. Il ne touchait pas son thé et gardait ses prunelles loin de la silhouette face à lui. Pour une rare fois, son manque de tact et sa tendance à parler d’une façon si brusque, l’embêtait. Le Kaguya ne pouvait pas entamer une réelle amitié avec ce jeune homme qu’il connaissait depuis seulement un vingtaine de minutes. Ce serait étrange, ce serait perturbant. Pourtant, son côté mesquin et son rire presque animal l’enchantait. Mais comment approche un tel phénomène pour l’ajouter dans ses cartes ?

« Soyons honnête. Vous n’êtes pas un shinobi comme les autres, vous semblez posséder un comportement plus unique, plus situer sur la détection. Votre regard voyage beaucoup trop à mon goût. Cette missive était-elle une solution pour pénétrer le domaine Kaguya ? Ce serait une grave erreur. Et puis, quiconque qui s’informe sur le clan, sait très bien que je ne suis pas le meilleur membre à approcher. Ta main, j’aurais pu la broyer. Bien que ce serait dommage, puisque je ne peux pas cacher être sous le charme de ta voix. »

Le vouvoiement avait quitter la conversation, mais Kai avait enfin décidé d’être un grand garçon et de parler. Alors Jiro, tu veux être mon ami ?

(c) oxymort


_________________


Team 4:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7219-kaguya-kai https://www.ascentofshinobi.com/u974
Hinai Nae
Hinai Nae

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 4:34
Il acquiesça, ne pas aimer les femmes n'étaient pas un tare en soit. Lui même parfois, n'était pas très sûr de ne pas les détester tout simplement. Saleté de petite bête vicieuse, ingénue ou bien libérée, qui se pavanaient dans ce monde avec cette grâce volage, ce petit côté lumineux, cette propension à être trop intéressante ... Non, décidément, il ne savait pas s'il devait les aimer, ou bien les haïr.

- Je préfère de loin un bon Yakitori, personnellement... Qu'il dit dans un petit sourire qui faisait ressortir ses fossettes. Il est vrais que le jeune Ikaku n'était pas un bourreau des cœurs, ni d'autres choses. Il aimait les plaisirs simples de la vie, l'argent, la boisson, la nourriture ... Mais à dire vrais, la complexité des corps et l'exaltation des esprits, n'étaient pas dans ses cordes.

Il trempa les lèvres dans son thé encore brûlant, c'est comme ça qu'il aimait le boire.

La violence verbale le frappa aussi durement que si on lui avait brusquement sauté au visage. Le ton mielleux avait disparu, le regard s'était fait plus dur, plus incisif. Son interlocuteur n'avait pas apprécié sa proximité, et pourtant il allait devoir s'habituer car Jiro était du genre très tactile, très proche des gens. C'était le masque qu'il s'était choisis, car sa véritable ambition était de faire grandir son organisation, et d'éclipser le monde ninja de l'équation du pouvoir. Kai n'était qu'une variable, un jalon sur sa voie, il allait pouvoir l'utiliser pour se hisser plus haut, toujours plus haut, vers le centre névralgique du village. Les Kaguya étaient les fondateurs de Kiri, après tout.

Il choisit de baisser le regard, et de s'excuser platement. Parfois il faut savoir reconnaître ses erreurs, même si c'est difficile à admettre, même si l'on en a pas envie ou que l'on ne voit pas c que l'on a fait de mal. Il avait envahit un espace privé sans réfléchir que cela pouvait déranger son vis-a-vis. C'était son petit côté sans gêne et mal élevé, lui qui n'avait pas reçu une éducation si classique que ça. Quand on grandit dans la pègre, on a certes un certains sens de l'honneur, mais on manque de beaucoup d'étiquette que la plupart connaissent.

- Veuillez m'excuser, je ne suis qu'un petit orphelin qui ne sait pas se tenir. Qu'il ajouta, un peu confus. Encore une fois, il avait dépassé les bornes, décidément c'était une constante chez lui. Il fallait avouer que le sieur Kai était aussi un peu ... soupe au lait ? Il enchainâ sa diatribe sur de la paranoïa pure et simple, bien qu'elle prenne source dans une vérité. Jiro était sûr de n'avoir pas fait de gaffe particulière qui viendrait à trahir son identité.

-... La vérité ? La vérité c'est que vous ne m'accusez que pour m'écouter me justifier ... Qu'il commença par dire, avec un petit sourire en coin et des yeux lumineux. Mais sachez que j'ai intercepté cette lettre pour un acolyte un peu trop peureux du dojo, votre réputation semble faite pour une certaine partie de la population, à tel point que vous procurez la terreur ! Il appuya ses mots d'un petit coup de main avec deux doigts tendu. Est-ce pour cette raison que vous m'interrogez comme si j'étais fautif du moindre mal ? Pour entretenir cette réputation ? Ou bien suis-je un brin suspect avec mon bandeau de Kiri, mon sabre légendaire à la taille et mes cicatrices toutes pour la cause ?

Si on commençait à douter de lui, c'était la fin ...

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10391-hinai-nae-le-monstre-de-kaminari
Kaguya Kai
Kaguya Kai

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Ven 23 Aoû 2019 - 6:49


le courrier du coeur


domaine kaguya

◊ ◊ ◊

Peut-être avait-il abusé sur les accusations. Habituellement, lorsqu’il commençait à s’exprimer, toujours sur une note négative, la personne devant lui s’excuse et le quitte pour ne plus jamais revenir. Et c’est ce qui lui plaisait, mais malheureusement, ou heureusement, Jiro refusait de disparaître. Le jeune homme prenait le temps de répondre avec une longue phrase, beaucoup trop détaillé et réfléchit. Kai souhaitait grogner et répliquer sur un ton tout autant brusque que la première fois, mais il décida de prendre une longue respiration et de plonger son regard dans celui de sa nouvelle connaissance. Cela lui prit plusieurs minutes avant d’accepter que ce Ikaku était un pot de colle sensible. Enfin, c’est ce qu’il devinait. Le Kaguya ne souhaitait pas quitter sa carapace, mais pour le bien de son invité, il fit l’effort d’être plus humain.

Dans une ultime tentative pour se faire pardonner, parce que ses mots n’arriveront jamais à cette étape aujourd’hui, Kai déposa sa main sur celle de Jiro.

« Tout le monde est suspect. Je suis suspect. Tu es suspect. »

Mensonge. Il ne considérait pas du tout sa personne comme suspecte. Kai pouvait se regarder dans un miroir et apercevoir un homme élégant et honnête. Trahir son clan serait la mort, tout comme se mettre à dos Kiri. Il ignorait pourquoi il avait préféré se mettre à la même hauteur que du Ikaku, mais de cette façon, il se sentait plus proche de lui dans un aspect psychologique.

« Arrête de me vouvoyer, c’est inutile maintenant que je te tutoie. Nous avons probablement le même âge de toute façon. »

Mais je suis un Kaguya et je mérite d’être vouvoyé. Le colosse s’étonnait à observer sa main positionner sur l’autre. Un tel contact semblait si farfelu pour lui, complètement sans logique. Est-ce que Jiro appréciait le geste ? Se sentait-il plus confortable ? Peut-être pouvait-il tenter d’ajouter un peu de douceur. Kai laissa son pouce caresser la peau du shinobi. Cela ne dura pas longtemps, mais suffisamment pour que le brun soit tendu.

« Donc… tu es orphelin. » il marqua une pause, ne sachant pas où mener cette conversation. « comment es-tu arrivé à Kiri sans famille ? »

(c) oxymort


_________________


Team 4:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7219-kaguya-kai https://www.ascentofshinobi.com/u974
Hinai Nae
Hinai Nae

Le courrier du cœur [KAGUYA K.] Empty
Lun 26 Aoû 2019 - 0:50
Jiro pouvait sentir les rouages de la réflexion se tordre à l'intérieur du crâne de Kai. Il pouvait sentir son hésitation, il pouvait sentir qu'il cherchait une réponse adéquate. Bien, son petit discours avait fait illusion pour le moment, mais quelque chose au fond de lui lui disait de se méfier de ce Kaguya. Il n'était pas une brute sans cervelle, loin de là. Seulement, si tu es proche de tes amis, soit encore plus proche de tes ennemis disait l'adage, et il se laissait donc convaincre que rester était une bonne idée. Prendre la poudre d'escampette n'aurait fait qu'attirer l'attention sur sa personne de toute manière. Déjà que le Kai était méfiant comme un chien que l'on aurait battu dans sa jeunesse -peut-être que cela se faisait chez les Kaguya ? Alors s'il devait faire des choses un peu excentrique, il sentait que cela pouvait partir en vrille.

Soudainement, sans prévenir, Kai déposa sa main sur la sienne. Sa chaleur se fit sienne et il se sentit connecté à lui. C'était un touché doux, pas comme s'il voulait le frapper ou bien l'accuser, ou le retenir. Non, simplement le rassurer, le toucher, lui faire comprendre quelque chose peut être ? Qu'il avait un cœur ? Qu'il pouvait se tromper ... ? Tout ça était confus.

- Cette façon de penser te perdra, à ne jamais vouloir reconnaître la loyauté, on finit pas perdre tout ceux qui pourrait nous suivre non ?
Qu'il fit en écartant sa main de celle de son vis à vis, mais doucement, dans un geste simplement naturel et non pas comme si le contact lui déplaisait. Il attrapa à deux mains sa tasse de thé, et se délia la gorge.

- Tu as raison, ce n'est plus nécessaire entre nous, mais j'ai l'habitude avec mon maître. Cette phrase pouvait porter à confusion, dans le sens où le seul véritable maître de Jiro, c'était un mafieux un peu plus intelligent que la moyenne. Et plus largement, lui même également. Ce vouvoyait-il dans l'intimité ? Etait-il du genre à parler de lui à la troisième personne ? Tant de questions, et nous avons une infinité de temps pour le découvrir, alors ne nous pressons pas.

Difficile de dire si le contact lui déplut, chez lui, il était naturel de toucher les autres, et donc cette entreprise de Kai fut prise comme un symbole de paix. Jiro pensait avoir ferré son poisson, mais ne criait pas victoire trop vite : comme l'on dit, il ne faut pas vendre la peau du tanuki avant de l'avoir tué.

- C'est exact, je suis seul dans ce monde... Commença-t-il avec une main sur le coeur et l'air grave et triste. Il termina par sourire comme d'habitude, car la vie lui avait apprit qu'une jolie présentation fait toujours plus plaisir qu'un emballage triste et morne. Et bien c'est une longue histoire ... Je crois que je vais me resservir du thé. Il se leva, et en sautillant de petit bond délicat, se dirigea vers la cuisine, fit comme chez lui, attrapa la théière avec une main experte et se servit un godet. Son hôte n'avait pas encore finit le sien, il commença l'histoire sans lui faire face. Imagine-toi un orphelinat en flamme, détruit par des bandits de grand chemin dans le pays du feu. Imagine-toi un petit garçon se cachant dans la large foret de Hi no Kuni. Il a faim, il a froid, il a soif, il a peur. Il veut courir pour se cacher, mais rien ne peut le soustraire au regard de ses ravisseurs, qui le poursuivent sans relâche à travers tout le pays. Puis finalement, au bout d'une course effrénée, il se fait rattraper, craignant déjà les coups et les insultes de ses ravisseurs. Sans aucun doute qu'il va mourir ou finir esclave dans une grande maison bourgeoise du monde. Sans aucun doute, il préférait mourir que de finir enchaîner, il s'arme de son courage et se prépare à s'évader. Quand tout d'un coup, un homme surgit de nulle part et terrasse les maudits criminels. Il les poursuivait depuis des mois, et avait profité de la capture du petit garçon pour les traquer et les tuer. Il avait un compte à régler avec eux, un compte personnel. Mais il était également un bon samaritain, et il se décida à prendre l'enfant sous son aile. Il était un sabreur en mission pour le compte du Mizukage. Il lui raconta des histoires, l'emmena sur les routes, lui apprit à se battre et à évoluer. Puis un jour, sans raison aucune, il prit la poudre d'escampette, sans demander son reste. Il laissa le petit oiseau voler de ses propres ailes, et il lui laissa un kanji profondément ancré dans le sol, un Kanji qui disait "BRUME". Alors l'enfant sait ce qu'il lui reste à faire, il prend le chemin du village de Kiri.

- Et toi, quel est ton histoire ?
Il termina de boire son thé, et essuya ses lèvres du revers de sa manche un poil trop large.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10391-hinai-nae-le-monstre-de-kaminari

Le courrier du cœur [KAGUYA K.]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: