Soutenez le forum !
1234
Partagez

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan

Yasei Kaname
Yasei Kaname

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 21 Nov 2019 - 17:32

Sang d'encre ft. Yasei Reikan



La grande muraille était derrière lui pour de bon. Avec elle, toutes les procédures d'identification, de fouilles, les mises en gardes. Un peu de sa liberté l'attendrait au seuil de la porte de la cité militaire, se languissant de son retour d'entre les soldats. Un poil excédé et fatigué, le grand roux priait d'ores et déjà les dieux, pour qu'ils lui ménagent un peu de répit - les traversées de l'océan, puis celles des terres et des marécages, couplées à l'incertitude quant au bien-être de celle qui partageait son sang, l'avaient considérablement tendu. En entrant, il ne s'attendait à rien, si ce n'est de l'austérité, d'autres interrogatoires, et peut-être même de mauvaises nouvelles.

Il ne fallut néanmoins pas bien longtemps à l'océan pour noyer ses craintes. Le son des marées, des remous et l'embrun marin baignaient le quartier sud du village, à quelques pâtés de maison de l'océan, d'une atmosphère bien plus relaxante qu'il ne l'aurait imaginé. La nature, une fois de plus, avait su apaiser le coeur de l'un de ses fidèles enfants.

Sa route longeait les quais, reliant le sud au nord, ce qui lui permit de profiter de la côte et de son horizon paré des premières lueurs orangés un chouïa plus longtemps. Sa destination, indiquée sur un plan de fortune que lui avait fourni le soldat qui lui avait fait traverser les marais, était le temple Seidou, ou plutôt le quartier environnant - sans adresse précise, malheureusement. Kaname n'était pas à cela près, cependant ; la recherche, il en avait mangé toute sa vie. En tant que nomade, chasseur, et mercenaire.

Aux faubourgs côtiers se succédèrent les hautes bâtisses caractéristiques des grandes villes qu'il ne côtoyait que trop peu. Les quartiers résidentiels, plutôt uniformes, s'étendaient à perte de vue sous ses yeux. Face aux soldats regagnant leurs familles çà et là, la mine enjouée mais marquée par le labeur, le Yasei esquissa un léger sourire. Plus qu'attendri, il s'amusait de la duplicité des hommes, dont il faisait lui-même l'objet à sa propre manière. Entraînés pour tuer sans faillir, ils n'en restaient pas moins humains au fond. Tout n'était, encore une fois, qu'une question de perspective.

Enfin, le temple s'offrit à lui, immanquable. Il jurait presque avec son entourage, au sein d'une entité aussi compacte qu'un village caché, terré derrière ses défenses. Quelques fidèles s'affairaient sous le porche, qu'il voyait depuis l'embouchure du sentier qui menait à l'édifice. Repliant sa carte, Kaname s'avança sur le chemin, saluant respectueusement les moines et croyants sur sa route, avec son habituel large sourire.

Il ne s'arrêta qu'après avoir aperçu ce qu'il recherchait : un ancêtre, très certainement présent depuis un bon moment en ces lieux. Un puits de savoirs et de sagesse - une personne bien plus à même de pouvoir l'aider que le quidam. D'un raclement de gorge, il attira son attention, avant de s'incliner respectueusement.

« Je suis Yasei Kaname, et j'aurai bien besoin de vos lumières, dit-il, en se redressant promptement face à l'ascète. Je recherche ma jeune soeur, Yasei Reikan, qui vivrait dans les environs ; les cheveux longs et noirs, probablement parée de richesses venues d'outre-mer... »




_________________

···
« #8a0707 »


Dernière édition par Yasei Kaname le Lun 16 Mar 2020 - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 https://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 12 Déc 2019 - 21:34
Été de l'An 203, Village de Kiri, Seidou no Shinden

Aujourd'hui, l'aventure, la vraie, existait encore et rattrapait même ceux qu'elle avait bercé puis élevé, un jour ou l'autre. Pour Yasei Reikan, ce jour tant attendu semblait avoir pointé le bout de son nez, reposant à la fois sur les épaules carrées de l'un des hommes les plus importants de son existence et sur une lettre de la plus haute importance, cachetée par la cire de la Cité Brumeuse. À la veille d'un grand départ pour le Pays des Neiges, nouvelle étape à franchir pour celle qui souhaitait couvrir le monde d'une aura de paix, personne ne s'attendait toutefois à une telle réapparition du Fils du Lion, et certainement pas la Fille du Lion elle-même. Après trois ans de séparation depuis cette douloureuse perte, dont un passé à se former au développement du chakra, la métamorphe s'était presque surprise à s'adapter, certes avec du mal, à la sédentarité, contre-partie même d'une formation aussi qualitative au sein d'un des villages les plus méfiants et reclus du monde extérieur. Pour autant, cette incontournable privation de liberté n'avait pas été bornée de défauts jusqu'à lors ; bien au contraire, elle lui avait même apporté bien des ressources.[invisible_edit]

Prononcer l'identité de la Tigresse blanche, au sein même du hameau qui abritait sa tanière et qui lui devait en partie la vie, n'était pas sans conséquences. Pour cause, à l'intérieur du Temple Seidou, régnait un paisible et harmonieux silence qui fut brisé par l'approche de Kaname vis-à-vis d'un ermite, qui se défit de sa méditation, sans même rechigner. Ai-je bien... entendu? Sous sa chevelure et sa barbe grisonnantes, plutôt atypiques pour un être qui se prétendait serviteur des divinités traditionnelles, le moine se remit sur pattes, avant de se retourner afin de faire face à l'individu qui lui portait une requête assez singulière. Une démarche qui valut, à cet étranger à la crinière de feu, une première impression plutôt froide de la part de l'ancien, alors que celui-ci le fusillait de son regard émeraude. Pourquoi diable un tel accueil, me diriez-vous? Pour la simple et bonne raison qu'en ces lieux, celle qui avait été peinte par les mots du vagabond, avait presque sa place aux côtés de statues de bronze oxydé pour ces ascètes, témoignant sans le moindre détour du profond sentiment de reconnaissance que le corps spirituel vouait envers les sauveurs de l'Eau.

« Suivez-moi. »

Le vieux sage emprunta le sentier principal habillé de dalles en escalier, de petits coins de jardins humides et d'un bas nuage de brume à l'allure éternelle. Si le quartier profitait d'un calme délicat, une poignée de commerces avait su s'y bâtir une place, et ce sans même porter atteinte à cette accalmie presque perturbante. C'était comme si cette maison des dieux et des guerriers ancestraux de ce bout de terre emprisonné des mers était le centre d'une bulle temporelle, à tel point qu'elle avait contaminé l'ensemble du secteur d'une aura moniale, qui tranchant délibérément avec l'aspect militaire du village. Ce ne fut qu'en bas de ce bâtiment de pierre excentré, que l'homme de foi daigna enfin apporter des réponses au Yasei, même si sa réaction avait pu lui intimer que sa frangine ne se trouvait pas loin. Et sans même le savoir, il fit une révélation des plus inattendues, pour l'individu qui n'avait pas revu la chair de sa chair depuis bien des saisons déjà.

« Je ne vous cache pas ma surprise quant à la nature de votre demande, Yasei Kaname. Malgré tout, je ne peux qu'être ravi de faire la connaissance d'un proche d'une Héroïne de l'Eau. Montez jusqu'au logement n°12 pour l'y trouver, et que les dieux vous accompagnent pour le restant de votre existence. »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mer 18 Mar 2020 - 14:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Kaname
Yasei Kaname

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Lun 16 Mar 2020 - 13:38

Sang d'encre ft. Yasei Reikan


La mine dure du moine prit presque au dépourvu le vagabond. Il répondit à son regard intense par un haussement de sourcils, à la fois étonné d'une telle réaction et piqué dans sa curiosité. Suite à l'injonction de le suivre, l'ascète laissa planer un lourd silence sur leur étrange cortège, au milieu des jardins autrement plus calmes que les docks qui les avaient précédés. Le nom de sa soeur était-il vraiment assez puissant pour susciter une telle méfiance ? D'autant plus qu'il s'agissait là d'un religieux - et dans l'inconscient de Kaname, tous les croyants étaient de gentils bonshommes vieillissants et accueillants.

Ce n'est qu'arrivé au pied d'une série de marches menant à une série d'appartements qu'il fut fixé. Le titre d'Héroïne de l'Eau avait été lâché, et sonna comme une blague un poil trop sophistiquée à l'oreille d'un Yasei un peu trop largué pour en saisir la chute. Son expression déconfite et penaude tira au moine un petit soupir, précédant son départ. Si Kaname n'était pas si perdu dans ses songes, il aurait probablement pu l'entendre grommeler dans sa barbe à propos des jeunes et de leur désinvolture, presque indigné de l'ignorance du frère de l'une des guerrières victorieuses du Démon de l'Eau.

Grand bien lui fasse. Il était préférable pour lui de garder comme dernier souvenir de l'ancêtre son ultime bénédiction ; il en avait bien besoin.

Le nomade s'avança enfin, s'élançant à l'assaut des dernières marches le séparant encore de sa cadette. Une étrange sensation de vide s'empara petit à petit de son être, grandissant à mesure qu'il s'approchait du battant de la porte portant le numéro douze qu'on lui avait indiqué. À quoi devait-il s'attendre ? Serait-il reçu comme le lâche qu'il était, après son départ impromptu ? Aurait-il la force d'affronter Reikan ? Son insouciance d'antan l'avait quitté il y a bien longtemps - et en cet instant précis, il la regrettait amèrement.

Jamais ses jambes ne lui avaient semblé aussi lourdes. Il pesta en silence contre lui-même, face au battant verni de la porte du logement de celle que l'on avait baptisée l'Héroïne de l'Eau. Quelques secondes s'écoulèrent, avant qu'un soudain coup de sang ne le pousse à abattre son poing trois fois sur le bois, peut-être un peu plus fort qu'il ne l'aurait voulu. Qu'est-ce que j'ai à perdre ? Je suis là, de toute façon, s'était-il dit, pour se rendre un peu de sa consistance soudainement envolée.

Et ainsi, il se figea à nouveau. Une étrange vague de froid le parcourut, de la tête aux pieds, comme si son sang s'était tout à coup refroidi. C'était en général ce qu'il ressentait, après avoir agi sur un coup de tête - une chose qui lui était, il en conviendrait, assez familière.

Cette tension était on ne peut plus naturelle, cela dit. Le Titan à la crinière de feu s'apprêtait à retrouver le Tigre blanc, après de longs mois qui lui semblèrent, en cet instant précis, être des années.




_________________

···
« #8a0707 »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 https://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Mer 18 Mar 2020 - 17:46
♫ Gareth Coker — Separated by the Storm

Les rayons d'un soleil mourant s'échouaient désormais sur la Cité Brumeuse, créant un intrigant jeu de lumière avec cette masse nuageuse qui la rendait si mystérieuse. La fin de cette journée pointait le bout de son nez et à cette heure, Yasei Reikan empruntait le chemin de sa demeure, vêtue de son accoutrement de Chūnin et de son brassard de Capitaine de la Main de la Justice. Mais à peine eut-elle pénétré le quartier du Temple Seidou en pente, que la féline ne passait pas inaperçu, comme à peu près à chaque fois. Les enfants de la Brume, qui résidaient dans le coin, avaient pris pour habitude de forger leur fascination rien qu'en regardant le retour d'une Héroïne de l'Eau, s'immisçant parfois brièvement sur sa route pour lui porter toute l'admiration qu'ils éprouvaient à son égard. Ici, la Tigresse blanche était connue pour son acte héroïque depuis l'attaque du Démon à trois queues.

Ici, la Tigresse blanche était chez elle.

La Fille du Vent adressa un regard au Temple du bronze oxydé, au sein duquel l'un des ascètes la salua en revenant sous le toit de cet abri des dieux. Reikan courba l'échine vers l'avant pour lui rendre la pareille, sans vraiment se poser davantage de questions. Très vite, elle arriva au bas des escaliers de sa bâtisse et grimpa ses marches, sans se douter de ce qui l'attendait en haut de ces dernières. Ses longs cheveux d'ébène se laissèrent caresser par la brise embrumée, avant de retomber en cascade sur ses épaulières de lions dorés. Quant à ses pupilles, celles-ci restaient plutôt éteintes. La Fille du Lion de l'Atlas était une jeune femme très appréciée en ce lieu ; pourtant, demain, il lui faudra le quitter pour rejoindre les terres glacées du Pays des Neiges et remplir une mission des plus importantes. C'était comme si son cœur était déchiré entre la peur de s'éloigner de Kiri, sa nouvelle patrie, et l'excitation de partir à la découverte de la banquise voisine. Enfin, les sveltes jambes de Reikan parvinrent lentement mais sûrement à engloutir les dernières qui la séparaient encore de son logis.

Et ce fut à cet instant-là, alors qu'elle se préparait pour un repos bien mérité, qu'elle l'aperçut.

Comme si un spectre venait de se profiler sur le pas de sa porte, Reikan écarquilla les yeux, au fond desquels vint à nouveau grésiller cette flamme d'éther si singulière. Ses boucles d'oreilles griffues cliquetèrent, tant l'arrêt en haut des escaliers fut brutal. Ces cheveux qui avaient poussé, cette carrure, cette posture, ces traits lorsque son visage s'était retourné. Il ne fallut que peu de temps à la jolie brune pour reconnaître celui qui n'était autre que son frère ; Yasei Kaname. Celui qui l'avait abandonné sans prévenir, après le traumatisme vécu sur les terres souillées de sang de la Pluie. Celui qui avait choisi de devenir un fantôme, pour éviter d'affronter la dure réalité des choses. Il était probablement la dernière personne qu'elle s'attendait à rencontrer, à deux pas de son appartement.

Aussi fière que son père, avec le bandeau marqué de l'insigne de Kiri en plus sur le front, la Tigresse blanche ne put s'empêcher de fermer son poing droit dans le vide jusqu'à en faire blanchir ses phalanges. Un frisson la parcourut des pieds à la tête, hérissant presque sa longue et bestiale chevelure de jais. Mais la changeforme se retint de laisser sa hargne la guider. Une myriade de souvenirs ne manqua pas de la frapper, rendant ses pupilles plus brillantes qu'elle ne devrait l'être en temps normal. La colère et la tristesse étaient en train de se battre en son sein. Mais aucune des deux ne put prendre l'avantage sur l'autre. Seule une expression eut la chance de se peindre sur son sublime minois parsemé d'éphélides ; celle de la rancœur.

Son sang cessa de tambouriner contre ses veines, au même rythme que sa gorge se dénouait.

« Que fais-tu ici, Kaname? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Kaname
Yasei Kaname

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Ven 20 Mar 2020 - 23:05

Sang d'encre ft. Yasei Reikan


Déjà pas très serein, le Yasei fut pris au dépourvu par l'arrivée de sa soeur. Comme un idiot, il resta figé, les épaules tournées vers la porte, mais le regard bien dirigé sur elle, de côté. L'expression qu'il découvrit sur son visage suffit à l'achever - et très vite, ses épaules s'affaissèrent d'un cran.

S'il avait cru, l'espace d'une seconde, qu'il pourrait encaisser... il s'était trompé. Une désagréable impression de déjà-vu, et la sensation d'être étranglé, privé de son souffle ; voilà ce qu'il ressentait. Cela faisait presque quatre années qu'il n'avait plus été la cible d'un tel regard. L'espace d'un instant, Kaname se sentit l'envie de fuir à nouveau. Il recula même d'un pas incertain, avant de se figer. Qu'est-ce que je... j'ai fait ? se dit-il alors.

Après quelques secondes de mutisme, le géant qui semblait bien frêle réussit à rassembler son courage. Ou du moins, ce qu'il en restait.

« Contrairement à... et ll s'interrompit aussitôt, ravalant un commentaire mal placé à l'égard de son père - qui aurait très certainement aggravé son cas, déjà désespéré. Tu es à Kiri, et tu me demandes pourquoi je suis venu te voir ? »

Sa voix tonna, non sans rappeler celle du Lion. La colère, portée par l'inquiétude, avait forcé le passage au travers de son être écrasé par les remords, la tristesse, la honte. Le soulagement, s'il était bien présent, n'arriva pas à s'exprimer. L'étreinte qu'il ressentait, loin d'être de celles qu'il aurait aimées, l'oppressait profondément. De quel droit osait-il prendre une position moralisatrice sur celle qui, contrairement à lui, avait su continuer à vivre auprès des siens ? Il n'en avait pas le droit, et ne l'aurait jamais.

Maladroitement, il se protégeait, en essayant de placer le blâme sur celle qu'il était pourtant venue retrouver, traversant littéralement monts et marées. Maintes fois, il inspira, chercha ses mots en vain. Aucun mot ne lui échappa cependant. Il ne savait pas s'il devait s'excuser ; pour quoi s'excuser ; si les excuses suffiraient, même, à éponger tous ses torts.

Sur son visage devenu monolithique, il n'y eût bientôt plus la moindre trace d'émotion. Le chaos était absolu, et avait réduit les apparences en miettes. Le titan à la crinière de feu était totalement immobile, les bras le long du corps, les yeux abaissés. Il était aussi silencieux qu'une tombe.

Il n'avait, probablement, rien à dire. Rien qui lui permette de chasser cette expression du visage de Reikan. Alors, il se tut.




_________________

···
« #8a0707 »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 https://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Sam 21 Mar 2020 - 14:06
Dans un ciel parfois bien assombri par la malveillance des Hommes, Reikan était devenue cette charmante étoile, source de bien des lumières. Cet astre chaleureux mais également terriblement froid, en ce qu'il pouvait parfois paraître cruellement inatteignable. Par la quête qu'elle avait décidée de mener, la féline avait presque appris à baisser le voile sur ses émotions et à faire passer la grandeur du courage et de l'honneur avant tout. Obnubilée par la puissance, la Tigresse blanche grignotée par l'envie dévorante de progresser fournissait une masse surhumaine d'efforts au quotidien, pour devenir digne de tous ces espoirs que les siens avaient si égoïstement reposé sur elle. Au point d'en devenir fiévreuse, quelques fois. C'était quasiment dire qu'elle avait mis de côté son humanité et les désirs les plus anodins qui en découlaient, pour se vouer de façon intégrale à la réalisation de ses plus grands rêves.

Certains appelaient ça, une machine à espoirs.

D'autres, une femme aux ambitions particulièrement dangereuses.

Mais alors, de quel côté se rangeait donc Yasei Kaname, sur ces escaliers? Même la première concernée était incapable de répondre à une telle question. Non pas qu'elle doutait de l'estime que son frère lui portait, mais plutôt que le tonnerre qui grondait en son cœur l'empêchait de penser avec lucidité. Rongée par un mélange d'émotions particulièrement amères, la réaction du Titan à la crinière de feu fut juste en mesure de souffler sur les braises d'un feu qui n'attendait que de jaillir au grand jour. La Fille du Lion de l'Atlas avait été piquée par les paroles provocatrices de sa propre chair, alors même que celle-ci n'avait été capable d'aucun courage jusqu'au dernier jour où elle l'avait vu, sans se douter qu'elle ne la reverrait pas jusqu'à lors.

Plus encore, la nomade qui n'avait jamais cessé d'adorer le monde entier se sentit attaquée, en ce qu'elle était tombée amoureuse de la Cité Brumeuse malgré elle. Une pointe de regrets vint trouer sa cage thoracique, mais elle fut aussitôt retenue et brisée pour ne pas percer son cœur. La féline s'empêchait de renier son affect pour le peuple de Kiri, affect qui lui avait permis de défendre au mieux l'Archipel face au Démon à trois queues. Si elle portait avec fierté le bandeau de la Brume et qu'elle disposait d'une résidence fixe en son sein, elle n'en restait pas moins un esprit libre. Elle n'en demeurait pas moins Yasei Reikan, la Tigresse blanche. Qui plus est, quelqu'un qui n'avait pas abandonné les siens sans prévenir, sans explications. Au départ, la jolie brune avait même rejoint ce village à contre-cœur pour l'amour de ses pairs, dans le seul but de gagner en puissance et de pouvoir être à même de les protéger face à toute menace. Mais elle n'avait pas su rester insensible au besoin de protection constant du Pays de l'Eau, malgré la tonne de responsabilités qui pesait déjà sur ses épaules.

Au vu de la complexité sentimentale de la situation, la fière Yasei aurait pu se laisser bercer par la colère, que son frère et les tourments qu'il avait ramené avec lui avaient fait naître en elle. En haut de ces escaliers, une simple métamorphose de sa tête et une bonne morsure auraient été bien assez efficaces pour le faire taire, en le réduisant en lambeaux pour lui faire payer sa lâcheté d'hier et son toupet d'aujourd'hui. Mais n'y avait-il finalement pas d'autres issues que celle-ci, pour ce frère et cette sœur? La poigne de Reikan se rendit moins éprouvante pour ses propres doigts, au fil que sa réflexion se frayait un chemin dans cette mer de négativité. Combien de nuits avait-elle passé déjà, à se demander quel type d'homme il était devenu? Combien de journées de dur labeur avait-elle enduré pour être à la hauteur aux yeux de leur père, alors que lui n'avait fait que fuir ses responsabilités d'aîné? Probablement des centaines.

Assez pour la pousser à vouloir lui foutre une énorme raclée, maintenant qu'il se tenait devant elle. Surtout, lorsqu'elle aperçut...

...qu'il arborait le symbole d'un clan étranger, sur son kimono. Ainsi elle se tourna à moitié sur le côté et dressa sa dextre pour le pointer du doigt sans gêne, le visage torturé par la contrariété et la hargne.

« J'ai pris la décision de rejoindre Kiri, certes. Mais je n'ai jamais renié mes origines, moi. Celui qui est parti sans la moindre explication n'est pas dans le droit de porter un jugement sur le moindre de mes actes. Par contre, je compte bien te faire payer le prix de ton départ. Sauf si... tu souhaites reculer une fois de plus face à l'adversité, Yasei Kaname? »

Derrière ces dures paroles, les pupilles éthérées de la Tigresse blanche épluchèrent avec intensité, presque obsession, celles de son frère. La silhouette de la métamorphe se détourna de son logis, pour reprendre le chemin des escaliers, traverser les ruelles et sauter par-dessus la barrière d'un terrain vague et de s'installer en son centre. Là où tout citoyen ne pouvait se risquer, Reikan garda un minois criblé d'animosité en attendant que Kaname daigne la rejoindre pour régler ses comptes.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Kaname
Yasei Kaname

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Ven 19 Juin 2020 - 11:32

Sang d'encre ft. Yasei Reikan


Le doigt tendu de la jeune femme aurait très bien pu être la flèche d'un archer, ainsi dardé vers lui, menaçant. L'expression de la jeune femme n'y arrangea, elle, rien du tout - en cet instant précis, le géant honni de ses pairs se sentait purement et simplement menacé. Lui qui avait toujours eu l'ascendant physique, et qui semblait d'ailleurs toujours l'avoir, se trouvait pourtant coi face aux mauvaises ondes émanant de sa cadette. Pour l'observateur indiscret - et malavisé -, le rapport de force entre les deux Yasei pouvait sembler en faveur de Kaname; mais ce serait omettre le trait le plus fondamental les définissant, et en l'occurrence, les dissociant: des deux, il n'y avait qu'un seul véritable héritier des bêtes.

Pourtant, le roux se surprit à sentir son pouls s'emballer, au lieu de s'étouffer comme la flamme se mourant. Menacé et acculé, l'humain avait tendance à se figer, à sentir son être sombrer au fond de sa propre carcasse, ses sens inhibés par son propre organisme pour l'empêcher de s'autodétruire face au stress intense et dévastateur. Là, ce que Kaname ressentait n'était en rien comparable à cet état léthargique, qu'il avait d'ores et déjà expérimenté fut un temps. Envolé, le chaos qui l'agitait. Disparue, l'appréhension de ce choc à l'issue incertaine.

Il ne restait qu'une question, suite aux paroles dures que lui avait lancé sa soeur, avant de s'écarter vers un endroit plus apte à accueillir leurs retrouvailles. Qu'en est-il vraiment ?

Qu'en est-il vraiment de nos progressions ? Ai-je fini par atteindre ce cap critique dans mon cheminement personnel ?

Il avait laissé parler sa soeur, encaissant ses reproches plus aiguisées que certaines des lames qui l'avaient blessé lors de son périple, avec la dignité du pénitent. La menace de lui faire payer sa lâcheté sonna à ses oreilles d'une drôle de façon. Il aurait pu se sentir d'autant plus blessé, ainsi épinglé de vive voix par celle qui lui était chère. Pourtant, il y voyait une occasion de s'exprimer par le combat, loin des mots et de sa manifeste maladresse à les saisir, à les employer. Il y voyait la possibilité de s'évaluer - car sa lâcheté si bien soulevée par Reikan, au final, n'était que la conséquence de sa faiblesse d'antan. Était-il désormais capable de marcher la tête haute, avec la certitude de pouvoir protéger les siens par ses propres moyens ?

Il n'y avait qu'un moyen de le savoir, et sa soeur le lui offrait sur un plateau d'argent, bien que cela ne soit pas fait de la plus agréable des manières. Mais qui était-il pour s'en plaindre ? C'était de sa faute, après tout.

D'une main, il défit les noeuds retenant le baluchon de tissu qu'il s'était noué autour de ses robustes épaules, avant de le déposer au pied de la porte du domicile de Reikan. Ses quelques effets personnels y reposaient: un journal contenant le récit de ses voyages, divers rouleaux d'instruction, une broche forgée pour représenter le même symbole que celui ornant son kimono de jais, ainsi qu'un couteau fraîchement aiguisé. Il lança un coup d'oeil à la parure cuivrée, présent de son unique maître et preuve de son « appartenance » symbolique à la famille Saotome. Après quelques instants d'hésitation, il la ramassa, pour la glisser dans les replis de son habit ample. Elle pourrait bien lui porter bonheur, en ce moment plus que crucial.

Aussi prêt qu'il puisse l'être, le Yasei s'élança à la suite de sa cadette, empruntant les toits du quartier résolument bien calme pour repérer le terrain vague qu'elle avait investi. Le vide se fit spontanément dans sa tête, tandis qu'il cheminait rapidement vers la scène de leur imminente confrontation. S'il se laissait dominer par ses émotions, il n'aurait pas l'occasion de démontrer sa valeur au combat. Bien que ce soit fondamentalement triste, le colosse ne s'estimait présentement qu'au travers de sa force - et c'était précisément ce qui lui permit de faire taire tous les à-côtés qui entouraient sa présence à Kiri pour se recentrer sur le combat seul. Un mal pour un bien, d'une certaine façon.

Ses zori frappèrent le sol poussiéreux du terrain, tandis qu'il atterrissait face à son adversaire. Son buste se redressa presque fièrement, tandis qu'il se plaçait en posture de combat, dominant de toute sa taille la silhouette de la jeune femme lui faisant face. Plus que sérieux, il était froidement déterminé, faisant abstraction de tout pour focaliser ses forces et son esprit tout entier dans la bataille à venir. Ses ambres étaient portées sur celle qui l'avait défié, qui lui avait suggéré de choisir la facilité en fuyant; et si d'aventure elle s'y plongeait, l'héroïne de Kiri n'y trouverait que la résolution du roux.

Les enjeux étaient bien trop importants pour qu'il puisse se permettre le moindre faux pas. Ainsi, comme paré d'œillères mentales, il se forçait à oublier l'identité de la femme qu'il s'apprêtait à affronter. Il ne pourrait autrement se résoudre à l'attaquer sérieusement... car c'est ce qu'il s'apprêtait à faire.

Un simple signe de la main gauche de Kaname, le Tairitsu no In - signe de la Confrontation -, sonna le début des hostilités. Il était prêt à se livrer à corps perdu dans le combat, et se contenta d'attendre la réponse de sa partenaire du jour avant d'agir.

Ce simple signe, pourtant anodin pour les shinobis, représentait pourtant une mise en bouche de ce qui attendait la soldate de la Brume. Kaname, qui n'avait jamais vraiment porté son intérêt sur le Ninjutsu, s'était accaparé cette posture traditionnelle qu'on ne lui avait, de mémoire de Yasei, jamais enseignée. La libellule cousue d'un fil immaculé au col de son habit prenait, désormais, une toute autre envergure...




_________________

···
« #8a0707 »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 https://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan Empty
Lun 22 Juin 2020 - 21:09
Même si elles révélaient sa puissance, rares étaient ces occasions où l'amertume avait la force de s'emparer de l'esprit de Yasei Reikan. Comme une égratignure de l'âme qu'elle cherchait à éponger et soigner depuis longtemps, la féline avait essayé de tirer un trait sur le passé pour avancer sans risquer de s'embourber dans les méandres de ses souffrances et de ses regrets, nés de l'abandon de Kaname, lorsqu'il s'était volatilisé après la mort de leur mère. La vue de ce symbole étranger qui trônait sur ses habits ne fit qu'envenimer la situation. Celle qui avait décidé d'abandonner sa propre personne pour offrir un amour inconditionnel aux siens ne pouvait y percevoir qu'un affront envers tout le clan qu'elle chérissait plus que tout. Plus qu'elle-même. Réceptacle des profonds espoirs de ses proches, Raion no Musume* avait su croître en fierté autant que leur paternel.

Et aujourd'hui, toute cette superbe avait envie d'exploser au grand jour.

Toujours, les changeurs de peau avaient senti couler en leur creux cette terrible audace qui pouvait les mener tant à leur perte qu'à la victoire de leurs combats. Si la moindre cellule de la Fille du Vent en était bourrée, Kaname lui aussi n'était pas un Yasei pour rien. Dépourvu de tout attribut bestial et collé à son humanité, il trouvait pourtant le courage de se confronter à sa jeune sœur qui excellait depuis sa jeunesse dans le domaine de la métamorphose animale. Mais à quel prix allait-il payer sa bravoure, face à elle? D'aucuns craignaient la beauté d'ailleurs pour ce qui se cachait en son cœur et attendait patiemment cette chance de muter son corps d'humaine en celui d'un féroce prédateur. C'était là une peur guidée par la raison, tant la monstruosité était à ne pas écarter. Il n'y avait plus que ces fourmillantes étoiles derrière le rideau du jour pour prier que Reikan ne cesse, pas même une seule seconde, d'être cette lumière dans ce monde rempli de noirceur. Même à l'égard de celui qu'elle voyait comme un parjure.

« Je vais te réduire en charpie et le symbole que tu oses endosser avec, Kaname. »

Son poing droit serré venait de se dresser à l'encontre de son propre frère pour lui témoigner toute son animosité mais également, toute sa volonté de faire des Yasei un clan uni. Dès le départ, le Fils du Lion avait morcelé ce rêve qui reposait déjà sur les épaules de sa cadette à son plus jeune âge. Mais elle avait été loin de laisser son départ la submerger et enterrer son objectif. Bien au contraire. L'enfant des Bêtes n'avait jamais été aussi déterminée à faire de ce fantasme une réalité pour tous les changeformes. Même contre sa chair, la jolie brune se battrait sans retenue afin d'y parvenir. Sa dextre retourna auprès de son buste pour formuler un mudrā, avant de glisser ses fins doigts près de ses lèvres charnues. De celles-ci naquit une volée d'aiguilles tranchantes faites de Vent, aussitôt propulsées en direction et à mi-distance du corps entier de son vis-à-vis.

résumé:
 

*Raion no Musume (獅子の娘, litt: Fille du Lion)

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Sang d'encre ··· ft. Yasei Reikan

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: