Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro]

Takeo Jomei
Takeo Jomei

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Lun 25 Nov 2019 - 4:44
Difficile de savoir par où commencer, il y aurait tant de choses à raconter, tout comme on pourrait se contenter de garder le silence et résumer les choses en très peu de mots. Takeo Jomei ne se sentait pas bien lorsqu’il s’est réveillé ce matin, la sueur froide perlant entre ses yeux tandis qu’il serrait fermement ses draps entre ses doigts. Avec le temps, les visions d’horreur se faisaient plus rares, plus éparses, plus gérables. Mais les cauchemars étaient toujours là, ils frappaient à sa porte à une certaine date précise, un jour que le jeune homme ne pourrait jamais oublier. Dans un long soupir, il décidait d’aller se débarbouiller le visage, ne serait-ce pour effacer cette sensation de saleté à cause de la transpiration. Le soleil n’était même pas encore levé, comme si le moindre repos lui était refusé, mais il l’acceptait sans broncher et décida de se préparer à aller au Grand Dojo. Quitte à être debout, autant essayer de rendre la journée productive.

Grave erreur de penser qu’il suffisait de quelques heures d’entraînements supplémentaires pour effacer les idées noires de Jomei. Un revers de la main sec de la part de son maître, claquant contre sa joue, balayé ses illusions matinales pour qu’il réalise sa bêtise. Junpachi Issei regarde de haut son imbécile de disciple, la main encore tendu alors que Jomei se remet de la gifle et pose son regard sur son maître. Un dialogue muet se réalisait entre le duo, plusieurs messages arrivant à se transmettre sans qu’aucun des deux ne parlent. Junpachi Issei plongeait son regard dur dans les pupilles du jeune shinobi, et lorsqu’il semblait obtenir la réponse qu’il cherchait, il décida de tourner le dos à son disciple et de se diriger vers la sortie. Sans même accorder un regard supplémentaire à Jomei, il exprimait ses pensées à voix haute :

- Tu n’apprendras jamais si tu continues sur cette voie, gamin.

Il ouvre la porte coulissante de manière sèche, tandis que derrière lui Takeo Jomei s’était prosterné, le front posé contre le tatami alors qu’il fronçait les sourcils, un arrière-goût désagréable lui traversant la gorge. Il avait manqué de respect à son maître en décidant de venir aujourd’hui, incapable de mettre de côté ses pensées tenaces alors qu’il était arrivé à un point critique de son entraînement : il ne pouvait pas rester un disciple éternellement, il a été choisi pour succéder à un pouvoir, un nom, un titre. Mais au fond de lui, Jomei pressentait qu’il n’était que déception, et qu’il avait un long chemin à parcourir, si ce n’est une montagne entière à gravir. Il restait dans cette position pendant quelques heures, ne faisant même pas attention à son estomac en manque de satiété alors qu’il méditait sur son erreur.

La journée passa extrêmement rapidement, puisqu’une fois que les portes du Grand Dojo se refermaient derrière lui, le jeune homme remarquait la nuit qui commençait à eclipser le soleil. Il laissait ses pas le guider à travers les rues de Kiri, ne trouvant pas encore la force de retourner chez lui et de continuer à méditer sur sa condition. Qu’est-ce qui le retenait tant ? Qu’est-ce qui l’empêchait de se détacher de son passé et de reprendre sa vie en main ? Il soupirait en se disant que les fantômes avaient beaucoup plus de poids qu’on ne le pensait. Dans son inattention, il sentait quelque chose lui rentrer dedans, de manière soudaine. Il rouvre les yeux tandis qu’une sensation froide coulait le long de son abdomen, ses yeux remarquant ce qui ressemble le plus à une glace tachetant ses vêtements. En face de lui : un garçon, n’ayant même pas encore l’âge d’intégrer l’académie, pas mal surpris et avec une teinte de peur alors qu’il levait les yeux pour essayer de voir Jomei. Le shinobi n’avait pas une apparence des plus rassurante, ses yeux naturellement durs et froids étant les seules choses perceptibles sur son visage alors qu’il dévisageait l’enfant. Très rapidement, un homme s’approchait pour passer sa main sur la tête du garçon et la forcer à se baisser, l’homme mimant le geste en guise d’excuses alors qu’il parlait :

- Excusez mon fils jeune homme, il n’a pas l’habitude de regarder où il va !
- P-pardon monsieur !

Le shinobi continuait à les regarder avant d’observer autour de lui, remarquant la petite enseigne dans la rue qui vendait le genre de glace qui s’est retrouvé contre son manteau. Takeo Jomei levait lentement la main en guise de signe pour le duo père-fils, leur sommant d’arrêter de s’excuser, avant qu’il se dirige vers le marchand de glace. Quelques secondes après avoir réglé, il revenait avec trois glaces dans ses mains, deux à l’attention du père et du fils alors que Jomei ouvrait pour la première fois ses lèvres aujourd’hui, sa voix rocailleuse par la faim et la soif donnant une teinte assez morose, malgré la sympathie de ses paroles :

- La faute revient à l’adulte qui n’a pas su faire attention. Bonne soirée.

Jomei tournait les talons et s’écarter de plus en plus du duo, chacun avec une glace dans la main. Le shinobi balayait la glace qu’il avait encore sur les vêtements tandis qu’il savourait celle qu’il venait d’acheter, trouvant l’ironie de la situation très amusante. Cette petite intervention lui a permis d’écarter ses sombres pensées dans un coin de sa tête, la faim et la soif refaisant surface, tandis qu’il passait les portes d’un des bars de Kiri pour espérer dîner et écarter davantage ce qui le trouble grâce à l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Lun 25 Nov 2019 - 20:25
Manger une glace à la fin de l'été ? Ce comportement suspect attisa la curiosité d'un Jiro à peine entamé, une bouteille de saké à la main et son fidèle manteau noir passé au travers de ses épaules. Il titubait prou ou peu, et il ne sentait déjà plus le froid de connard qui se dégageait en cette soirée de septembre. Le festival allait bientôt débuter, une procession qui attisait les plus curieux à venir se détendre à la fin officielle de l'été, là ou tout finissait pour les Oni estivaux, pour le vent chaud dans les cheveux, le zénith qui plombait les épaules et les autres joyeuses nouvelles qu'apportait les trois ou quatre mois pendant lesquels les Kirjins étaient à peu près vivable et civilisé.

Mais c'était finit à présent. Plus rien ne serait pareil jusqu'à la renaissance de l'été, bien même que le printemps était rigoureux à Mizu no kuni. La météo de chien, la pluie battant sur les pavés et les visages crispés, les alizés désagréables qui sifflaient sur les cuisses, les bottes détrempées qui faisaient "schplok schplok". Voilà un pain quotidien qui rendrait n'importe qui de soupe au lait à sanguinaire. Le secret de la force militaire de Kiri était enfin dévoilé, le voile était déchiré, la mascarade enfin mise à jour.

Tout cela était un complot contre la main noire, c'était évident. Il siffla entre ses dents silencieusement, et joua avec sa langue piercée. Il avala sa salive et emboîta le pas de l'homme qui poursuivait son chemin à travers la foule. Voilà ce qui semblait être un pigeon de première, foi d'Ikaku.

- Hep jeune homme !
Fit-il en cachant sa bouteille de saké, rangeant sa démarche d'ivrogne et misant sur sa chance pour que l'on ne reconnaisse pas Kyameru tout de suite. Il s'approcha en claudicant, comme s'il était plus vieux qu'il ne paraissait, et plus abîmé encore. Il avait encore des bandages aux mains de son dernier entraînement, et bien plus de cicatrices que l'on avait de doigts sur les deux mains.

- Je vous ais vu tout à l'heure, vous avez l'air d'être remarquable, peut être aideriez vous un pauvre habitant de Kiri no Kuni ? Il tendit la main pour accrocher une épaule, tandis que ses yeux pénétrèrent d'un regard perçant ceux du Takeo.

- Ah , j'ai si mal et je suis si pauvre .... Et le festival de l'été va bientôt commencer, je n'ai plus que mes yeux pour pleurer.

Qui sait, avec ses yeux larmoyant et sa crinière blanche, on pouvait s'y méprendre.





_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Takeo Jomei
Takeo Jomei

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Mar 3 Déc 2019 - 17:52
Le changement de saison n’allait pas tarder, et avec ce dernier beaucoup de choses allaient évoluer dans le pays. Que ce soit au niveau de la météo, aussi impitoyable soit-elle, que de la politique et des forces de Kiri après ce qu’il se soit passé avec l’incident Sanbi. Le genin se souvient encore de la vision d’horreur, voir cette créature de loin lui donnait encore des sueurs froides tandis que son cri avait sonné tout l’archipel. Assigné à la protection du village, il n’a pas directement participé au combat, et c’était probablement pour cette raison qu’il était lui aussi encore en vie. Jomei gardait la glace entre ses lèvres alors que son esprit était porté ailleurs, son respect pour les fameux Héros de Mizu ne pouvant être résumé par quelques mots. Ils étaient à l’image de ce qu’il souhaitait être : fort, courageux. Le genin était loin d’être l’un ou l’autre, sa force pouvant se traduire par de la mesquinerie tandis que son courage n’était en réalité que de l’insouciance et de l’obsession. Il était beaucoup de mauvaises choses, et il le savait.

Alors, lorsqu’il commença à se faire aborder par un inconnu, il décida de s’arrêter et de tourner son attention sur lui. Retirant le baton de glace qu’il avait entre les dents, il observait l’individu qui se présentait sous un angle… particulier. Lent, faible, vieillissant. Le shinobi fronçait légèrement les sourcils lorsque l’homme posait sa main sur son épaule, comme pour se tenir à lui, ou pour le retenir ici. Jomei n’appréciait pas le contact, son regard s’aiguisant alors qu’il croisait les yeux de l’inconnu. Qu’est-ce qu’il voulait de la part de Takeo Jomei ? De l’argent ? De la compagnie ? Un substitut pour son petit-fils qui irait avec lui au festival ? Difficile à dire avec le peu d’informations. Les pupilles rouges restaient posées sur l’homme aux longs cheveux délavés, au même titre que la main de ce dernier était toujours posée sur son épaule, tandis qu’un silence inconfortable s’installe. Au bout de quelques secondes, Jomei décidait de prendre la parole alors que ses lèvres étaient masquées par le col de son manteau redressé :

- Qui es-tu ? Je ne comprends pas ce que tu me veux.

Il reculait d’un pas, ne brisant pas le lien établi entre leurs yeux pour observer sa réaction, tout en se dégageant du contact. Puis, il tourna lentement le dos et faisait quelques pas dans une certaine direction. Une direction qui l’approcherait du festival, mais qui en même temps n’était pas le chemin le plus évident pour s’y rendre. Avant de trop s’éloigner, Jomei tournait la tête sur le côté pour voir du coin de l’œil l’individu qui l’a abordé il y a quelques secondes et ajouter :

- Je compte manger un repas chaud avant de reprendre ma balade, si tu es intéressé.

Sans réellement attendre de réponse, aussi négative que positive, le shinobi reprenait sa marche alors qu’il plaçait ses deux mains dans son dos. Le dos droit et les épaules bien alignées, il se frayait un chemin parmi la foule en direction d’un petit restaurant dans un coin de la rue, une odeur de ramens épicés commençant à rentrer dans ses narines.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Mar 3 Déc 2019 - 22:20
Le petit vent qui fouettait sa peau, et lui donnait un frisson très habile et crédible, était typique de cette saison. En revanche, l'été indien semblait pointer le bout de son nez, le soleil dépassant les nuages grisâtres en intensité. Les feuilles de l'automne commençaient en revanche à être balayer par le vent, au sol. Rien ne semblait vouloir perturber leur entrevue, qui s'avérait déjà fort mouvementé : En un instant, ils étaient passés de la sympathie réciproque à une quelconque indifférence, voir du mépris. Était-ce le fait d'avoir touché l'homme en noir ? Ou bien tout simplement ce dernier s'était-il rendu compte que son interlocuteur était plus jeune que lui et se foutait ouvertement de lui ? Bien sûr, dans la rue, tout le monde le connaissait. Bien sûr, personne ne dirait rien de sa véritable identité, car petit 1, ce n'était pas leur oignions. Petit 2, c'était dangereux de s'en mêler. Petit 3, ce n'était vraiment pas leurs affaires ce qui se passait entre deux ninjas.

- Je m'appelle Jirouzaki Akimoto. Je suis un pauvre bougre qui n'a plus un sous en poche et des enfants à nourrir ...
Il fit trembler sa voix comme s'il allait s’évanouir, ou bien pleurer. De nos jours, il ne fait pas bon d'être pauvre. Il ne fait pas bon d'être lâche non plus et voilà ce que vous devenez si vous êtes les deux ! Fit-il en lâchant une fausse larme de crocodile, qu'il essuya avec un morceau de tissus aussi sale que le sol sur lequel ils marchaient. Il avait bien entendu salopé sa tenue avant de venir courir le pigeon devant Takeo.

- Oh oui monsieur, j'en serais tout honoré bien sûr !

Il fit glisser son pied droit en direction de l'homme, il se glissa dans son ombre pour mieux le tromper. Il fit claudiquer sa cheville droite, et mima une crampe au genoux pour faire perdre du temps à l'homme. Cette situation l'amusait au plus haut point, c'était vraiment trop facile ...




_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Takeo Jomei
Takeo Jomei

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Dim 8 Déc 2019 - 12:27
L’identité de l’inconnu n’était pas vraiment rassurante, elle était aussi imprécise que suspecte, même si Takeo Jomei décida de ne pas y fourrer son nez pour l’instant. Que l’homme soit réellement désespéré ou qu’il fasse partie des saltimbanques qui recherchent de l’attention pour un peu de monnaie, pour en arriver à vouloir s’attirer les faveurs d’un shinobi comme Jomei il fallait être tombé bien bas. Ou se croire très haut, au choix. Le jeune shinobi ne rajoutait rien après la réponse de Jirouzaki, continuant sa marche silencieuse dans la direction qui l’amènerait à son prochain repas. Il essayait de garder un oeil sur son compagnon de marche, mais bizarrement ce dernier privilégier rester dans son angle mort la plupart du temps. Et lorsque Jomei arrivait à le voir, il était surpris de le voir autant traîner de la cheville, ça ressemblait même à une mauvaise blague.

Pourquoi faut-il que je croise des personnes aussi bizarres…?” soupirait Takeo Jomei au fond de lui, remarquant qu’ils étaient enfin arrivés au stand qui leur servirait à manger. A cette heure-ci il restait encore un peu de monde, donc le genin privilégiait une paire de places assez isolées du reste. Il s’installait proche du comptoir en bois, patientant le temps que le teneur du stand s’approche d’eux et les salue. La discussion dura simplement quelques secondes, le temps que Jomei commande son repas, avant de laisser Jirouzaki commander à son tour. En lui laissant la liberté de commander peut-être que Takeo Jomei comprendra mieux les intentions de l’inconnu, peut-être pas.

Seulement lorsque le silence retombait, après que le patron du stand retournait en cuisine, que le shinobi adressait un regard en coin vers Jirouzaki. Il était temps de lever le voile sur quelques soupçons.

- Maintenant que j’y regarde plus près, tu sembles presque aussi jeune que moi… Pourquoi te faire passer pour quelqu’un que tu n’es pas ?

Takeo Jomei n’était peut-être pas un génie des romans policiers, mais il ne fallait pas être le meilleur pour se douter que quelque chose n’allait pas dans le comportement de ce Jirouzaki. Il se dit vieux, mais sa peau est encore claire et dénuée de rides, pauvre mais sous la saleté se cache des vêtements avec un tissu de qualité - c’est le fils d’un marchand de tissu qui le voit ! - ainsi que d’autres détails douteux quant à son identité… Le temps que les bols n’arrivent, Jomei espérait délier quelques langues.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Dim 8 Déc 2019 - 14:01
Peut être que c'était trop, ou pas assez. Peut être avait-il mal joué, ou bien sa victime était plus perspicace qu'il ne le laissait à penser de primer abords. C'était aussi, et sans aucun doute, un manque d'observation de la part de Jiro. Il n'avait vu qu'après coup le bandeau de Ninja qu'arborait fièrement Takeo. Il faut dire qu'il avait les grammes, et une méchante faim tenaillait son estomac, comme toutes les faims d'alcooliques se respectant un minimum. Il était sale, il n'avait pas dormit depuis deux jours, et ses ongles étaient de véritable champ de bataille.

Autant dire que celui qui aurait reconnu son identité comme sa fonction, aurait été un bougre un peu trop malin pour être honnête. Il suivit l'apparition salutaire jusqu'à un stand de Yakitori, en commanda plusieurs brochettes aux goûts divers et variés, puis se tourna vers le Jomei qui semblait enfin se réveiller sur l'identité de son acolyte.

- Pourquoi nourrir un inconnu qui a l'air de mentir comme un arracheur de dent surtout ?! Tu es un genre de ... bon samaritain ? Il sourit de toutes ses dents, ce genre de sourire qui méritait de finir avec une main en travers des quenottes. Qu’espérait-il a la fin ? Tout simple créer une sorte de quiproquo. Une sorte de chaos. Il n'aspirait qu'à mieux occuper sa vie triste et morne qui se résumait à des missions et des entraînements sans discontinuer.

Il se frotta les main, et croqua dans une brochette parfumée.

- Tu es un Ninja, as-t-on avis, qu'est-ce qui pourrait pousser quelqu'un comme moi à venir t'importuner ? La faim, la soif ? L'envie de s'amuser un peu ?Peut-être suis-je un criminel qui survit en faisant ce genre de tour de passe passe ? Il fit passer une brochette à moitié croqué d'une main à une autre. Il avait engloutit son repas comme un mort la faim. Il s'apprêtait à enfoncer le clou lorsqu'on entendit un grand bruit, comme une porte gigantesque qui aurait claquer. Des stands s'écroulèrent, des gens crièrent, des femmes tremblèrent.

Des enfants pleuraient quand Takeo arriva sur place. L'un des camelots présent, qui avait ramené des animaux gigantesques et exotiques, venait de laisser s'en échapper un. C'était un éléphant, il fonçait tout droit vers un stand emplit d'enfant en bas âge, qui jouaient avec des instruments en bois.

Qu'allaient-ils faire ?

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Takeo Jomei
Takeo Jomei

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Lun 9 Déc 2019 - 14:04
La vapeur des nouilles épicées réchauffait le visage de Takeo Jomei, ce dernier n’hésitant pas à se servir et à se nourrir alors que l’inconnu faisait tomber les masques. Apparemment le shinobi avait vu juste en mettant un peu la pression à son interlocuteur, il suffisait de douter de sa mise en scène pour que son vrai visage - du moins ce qui s’en rapproche - fasse surface. Ses questions avaient de quoi perturber aux premiers abords, même si le Sabreur à en devenir n’était pas vraiment touché par les mots employés. Un bon samaritain ? De ce qu’il savait, ça n’a jamais tué personne d’offrir un repas à quelqu’un, même si c’est un inconnu, sale, qui ment sur son identité. Jomei ne réagissait pas, se contentant d’aspirer avec un certain rythme ses ramens bien chaudes, la sensation brûlante d’avoir quelque chose dans l’estomac le revigorant.

Lorsque “Jirouzaki” mis en avant que Takeo Jomei était un ninja, avant de le bombarder sur les raisons éventuelles qui ont poussé l’inconnu à approcher le shinobi, ce dernier se demandait si la discussion allait devenir un basique jeu de pistes. Les raisons qui pousseraient à aller vers lui ? Aux yeux de Jomei il n’y avait pas vraiment de doutes possibles, Jirouzaki essayait de grossir quelque chose pour lui donner une justification fictive. Buvant d’une traite son thé, Jomei se tournait vers l’inconnu et lui répondait sur un ton neutre, impassible :

- Tu as surtout l’air de quelqu’un en manque d’attention.

Pourquoi jouer le rôle d’un vieil homme, seul, larmoyant, sans argent, avec des enfants qui l’attendent ? Pour Jomei, il n’y avait pas de but particulier, mis à part essayer de jouer sur des cordes sensibles pour amadouer le shinobi. Il aurait pu jouer une femme en détresse, veuve, en manque de compagnie, le résultat aurait été le même. Ou se transformer en enfant, sale, malade, qui a envie d’une glace. Chaque déguisement n’a pas besoin d’une histoire ou d’un but précis, c’est la personne derrière le déguisement qu’il faut étudier. Bref, les pensées du genin était coupées par les cris et la panique qui s’installait près d’eux. Se levant d’un bond, il plaqua les quelques ryos nécessaires pour payer leurs repas sur le comptoir du restaurant et filait en direction des bruits. Jirouzaki le suivait de près, mais sans boitement.

Rapidement, ils se trouvaient au cœur du festival d’été, zone festive mais rapidement perturbée par les tremblements rythmés d’un animal massif. Takeo repérait la silhouette du mammifère qui s’élançait à travers la rue, renversant sans aucune difficulté des poteaux et des stands, les ravageant. Il se dirigeait droit vers un petit duo d’enfants qui, une fois qu’ils remarquaient la marche funeste de l’animal énervé, tremblaient de peur sans avoir la force de s’écarter. Jomei tenta d’agir rapidement, bondissant dans leur direction alors qu’il composait différents mudras, avant d’arriver entre les enfants et l’éléphant qui n’était plus qu’à quelques mètres. Les yeux rubis du shinobi croisèrent les pupilles agacées de la bête. Aux yeux de l’éléphant ils n’étaient que des fourmis sur son chemin, mais avant même qu’ils ne comprennent comment, une ombre s’échappait des yeux du shinobi, masquant totalement le trio d’humains alors que l’ombre grandissait, encore et encore, jusqu’à dépasser l’éléphant d’au moins un mètre. L’ombre prenait des formes claires et évidentes, ressemblant énormément à l’éléphant, mais en plus grand, plus sauvage, et plus féroce.

Takeo Jomei maintenait son dernier mudra alors qu’il restait immobile, concentrait sur le Genjutsu qu’il venait de projeter pour amadouer la bête. L’animal s’arrêtait dans sa course, ses yeux passant de la colère à l’effroi, avant que la force dans ses jambes ne le quitte. Il s’asseyait lourdement par terre, faisant trembler la rue, avant de se coucher par terre, en signe de soumission. Le shinobi soufflait, séparant ses mains pour mettre fin à l’illusion visible uniquement pour l’éléphant, tandis que plusieurs personnes s’approchaient de l’animal pour le calmer et le ramener tranquillement dans son enclos. Jomei se tournait vers le couple d’enfants, ces derniers n’ayant pas vraiment compris ce qu’il s’était passé, jusqu’à ce que leur mère respective se jette sur eux pour s’assurer qu’ils allaient bien. Le shinobi se contentait de placer ses mains dans son dos, le dos droit, et s’approcher de Jirouzaki en reprenant la conversation comme si l’événement de l’éléphant n’était jamais arrivé :

- A moi de te poser cette question : si un shinobi n’aide pas son entourage, à quoi bon vouloir s’engager ?

_________________
Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Lun 9 Déc 2019 - 22:09
- Peut être que l'on s'ennuie ferme à Kirigakure no Sato... lacha-t-il laconiquement, même si d'habitude il se serait abstenu de répondre, quelque chose lui disait que ce serait bien plus percutant d'insister sur sa condition. Lui qui planquait la plupart du temps son visage et son insigne pour ne pas être reconnu du grand publique, jouait à un jeu dangereux avec le disciple. Maintenant qu'il étudiait de plus près son visage, il lui semblait familier. Heureusement, la crasse qui couvrait le sien le rendait méconnaissable. Et puis qui aurait pu dire qu'un enfant terrible comme lui était en vérité l'un des sept sabreurs de Kiri, le clan le plus redouté pour sa force au combat ? Il s'amusait à faire des blagues aux passants, pour quelques Yakitori. Il n'écoutait qu'à moitié son interlocuteur, balançant ce qui lui passait par la tête comme si c'était une vérité générale. Bref, rien de mature, ni de sensé.

Il fallait que ce soit absurde pour que ça le fasse rire. Il arborait un grand sourire béat, celui que l'on affichait généralement quand on était fier de sa prouesse. C'était une bêtise, mais c'était aussi le festival de l'été, alors autant se divertir un peu ? Et quoi de mieux que pousser à bout un jeune homme plein de promesse et de sang froid ? Quoi de mieux que de faire déborder la jarre de saké avec une petite goutte ? Il savait pas exactement comment fonctionnait son interlocuteur, mais il trouverait et comme pour un moteur à explosion, saurait le faire chanter.

- Ça t'arrive souvent de prendre un gamin de dix neuf ans pour un papy ? Et de manger du salé après du sucré c'est comment ? J'me demande comment tu fais pour supporter les cheveux longs par le temps qu'il fait toi ... Et tu crois que tu pourrais me repayer des Yakitoriiiii .... Fit-il en glissant une main dans la crinière pâle qu'il détenait. T'es mon pote quand même non ? Lâcha-t-il plein d'espoir pour sa deuxième tournée de viande.

Il parlait manifestement dans le vide. Takeo avait bondit vers l'action sans mot dire, et Jiro se vit le suivre d'un pas déterminé à ne rien faire. Ce n'était pas son heure de briller. Il voulait que ce soit un peu le chaos, et il était servit. Malheureusement, intervint le bon samaritain, qui calma l'animal d'un seul mudra ! Si si, je vous jure, un éléphant d'un quintal et il n'a fait qu'un mudra, c'est juste un génie ce mec.

- Fiooooou ... Eh bah tu rigole pas avec l'entraînement toi ... Lâcha-t-il au millieu d'une foule en liesse qui prenait à parti leur héro local. Eh bah voilà bonhomme, ton heure de gloire commence à peine,. On se souviendra longtemps du charmeur d'éléphant du festival d'été.

Il s'alluma une cigarette avec le rebord brûlant de son épée.

- Et si je te mettais au défis maintenant ?
Fit-il pour lui.

Quelques instants plus tard, de nouveaux cris résonnèrent dans la nuit tandis qu'un fauve s'échappait de sa caisse. Manifestement, les jointures de la cage avaient cédé sous leur propre poids. Manifestement, c'était la logique. Jiro avait disparu, ne restait plus que le disciple pour sauver la situation.

Jusqu'ou pouvait-il aller avec des bases de Genjutsu ?


_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Takeo Jomei
Takeo Jomei

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 20:13
Jomei ne s'attendait pas à ce que l'étrange bonhomme à ses côtés ne lui vienne en aide, et dans un sens il avait plus ou moins bien saisi le caractère de Jirouzaki. L'éléphant désormais couché, maîtrisé en partie par ceux qui s'y connaissaient, le jeune genin espérait pouvoir souffler un peu… si ce n'était pour une nouvelle série de cris et le début d'un autre mouvement de panique, plusieurs personnes se ruant en dehors de la rue pour faire de l'espace et éviter le regard du nouvel intrus. Une bête moins grande que le précédent animal, mais bien plus féroce et probablement affamé. Un tigre de jade s'avançait, grognant entre ses crocs alors que ses yeux injectés de sang étudiaient son entourage, à la recherche d'une proie passable.

Encore une fois, Takeo Jomei se retrouvait seul face à la créature, mais avant même qu'il ne puisse faire quoique ce soit le tigre bloqua son attention sur le shinobi, le fixant avec appétit. Le jeune homme fronçait les sourcils, passant sa main au niveau de sa ceinture… pour se rendre compte qu'il n'avait pas d'arme sur lui. Ni son bokken, ni une quelconque épée pouvait faire l'affaire. Il se retrouvait littéralement tout nu face à une bête aux griffes aussi tranchantes qu'une lame. Il inspirait profondément et gardait son calme, sa frustration passant directement en second plan alors qu'il fixait l'animal, ce dernier se rapprochant de plus en plus, lentement mais sûrement. Lorsque le tigre n'était plus qu'à quelques mètres, il bondissait sauvagement sur Takeo Jomei. Le genin roulait sur le côté pour éviter les puissantes griffes, enchaînant par un bond en arrière pour éviter d'être saisi entre les pattes de la bête qui s'élançait une seconde fois.

"Ca commence à devenir embêtant cette histoire…" maudissait le genin derrière son col relevé, son nez commençant bizarrement à le piquer alors qu'il atterrissait au niveau du sillage laissé par l'éléphant juste avant. Il sent son pied frôlait quelque chose, lui donnant une idée ! A côté de lui se trouvait un stand complètement ravagé par le gros animal, il décidait donc de se servir en prenant en main un bout de bois ni trop long ni trop court, qui lui servira de substitut à son bokken habituel. Le bois n'était pas de bonne qualité, mais ça fera l'affaire. Prenant davantage de confiance, Jomei s'avançait en direction du tigre, ce dernier s'appuyant sur ses pattes arrières alors que ses griffes se plantaient dans la terre. L'animal était facile à prévoir, le genin n'aura qu'à réagir en conséquence. La bête saute pour la troisième et dernière fois, puisqu'au moment où elle s'approchait du shinobi, Jomei sautait par-dessus le tigre, plaçant un gros coup directement derrière la tête de la bête. Le bout de bois se brisait en deux tandis que le tigre tombait lourdement au sol, glissant sur plusieurs mètres, une énorme bosse commençant à pousser sous son pelage.

Takeo Jomei atterrissait sans trop de difficultés, lâchant le morceau de bois qu'il avait encore en main avant de… commencer à lentement trembler. Les dresseurs maîtrisaient le tigre avec différentes cordes et muselières, avant que d'autres shinobis n'arrivent sur scène et essayent de comprendre ce qu'il se passe. Lorsqu'un d'entre eux est venu vers Jomei pour qu'il lui explique tout…

- J'ai réussi à maîtrisé deux d'entr… ATHCA !

Il ne finissait même pas sa phrase qu'il éternuait de toutes ses forces, ses yeux devenant rouges et son nez extrêmement irrité. Sans chercher à s'éterniser davantage par ici, il s'éloignait du centre-ville pour se diriger vers un coin plus tranquille, proche d'un point d'eau, alors que ses éternuements se faisaient de plus en plus fréquents. Oui, Jomei était allergique aux tigres, il l'avait oublié, mais s'en souvenait de la plus rude des manières.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 20:36
Comme les bêtes le sont quand elles sont blessés, les hommes deviennent plus dangereux une fois plongés dans des situations critiques. C'était bien entendu le cas de Jomei, qui, malgré sa mollesse habituelle, avait réussit l'épreuve de Jiro. Il ne lui restait plus qu'à récolter les lauriers, un solide respect du malfrat pour lui. Peut être même lui apprendrait-il une botte ou deux, dont il avait usé avec Kyameru durant ses missions, ou bien ses entraînements les plus hardus. Bref, il souhaitait partager son expérience avec le Takeo, qui serait sûrement heureux d'apprendre que sa bonne action, entraînait de bonnes conséquences. Et du côté de Jiro, on aurait l'impression de faire une BA, justement.

Armer la nouvelle génération à faire face au danger, cela allait dorer son blason déjà irréprochable. Ses états de services étaient blanc comme neige, et en plus de cela, il était moteur de changement dans le village. Si cela ne suffisait pas à le faire grimper dans la hiérarchie, il ne savait plus ce qu'il pouvait faire pour retenir l'attention de ses supérieurs. Il forçait peut être, proche de casser la corde raide par ses efforts constants ; mais il ne savait vivre que comme cela, en tirant sur les deux bouts de la chandelle.

- Alors comme ça, le grand Takeo Jomei est allergique aux gros chats ... Fit-il, après avoir suivit sa cible sur plus de six cent mètres. Tu es un guerrier redoutable au combat rapproché comme mi distance, mais je connais ta principale faiblesse maintenant ... continua-t-il sur un ton amusé, un grand sourire tordu sur le visage. C'était sûr, ce gars avait un problème psychologique, voir psychiatrique, Takeo devait en être sûr à présent. Cependeant, comme pour confirmer ses dires, ou les infirmer par sa malice ; Jiro sorti une touffe de poil arraché à l'animal endormi quelques instants plus tôt, se rapprochant dangereusement de son acolyte, comme pour le toucher avec.

- Essaye donc d'esquiver celle là, pour voir. Ses mouvements étaient imprévisibles contrairement à ceux du tigre, qui avait foncé tête baissé dans les griffes de Takeo. Il prit appuis sur son pied fort -le droit, épée au fourreau et poil à la main. Et non pas poil dans la main, ne confondons pas tout. Il s'élança rapidement, et changea sa trajectoire au dernier moment, faisant le tour par la droite de son élève improvisé, et lança sa main vers le visage du disciple.

Ses méthodes étaient discutable, mais là, au moins, il y'avait un vrai enjeu dans ce petit jeu d'apprentissage qui allait se tisser sous vos yeux ébahis.


_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872

Une odeur de glace au milieu des pintes [PV Ikaku Jiro]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: