Soutenez le forum !
1234
Partagez

Dans la forêt [Imekanu]

Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Sam 7 Déc 2019 - 23:21

Kiri était un beau village, c'était certain. Il y avait là toute une foule de gens, de comportements, d'attitudes à observer, et surtout pour l'oeil curieux d'un badaud qui n'avait jamais connu de monde comme celui-là. Hotaru aimait cet aspect de son nouveau village. Il était curieux, c'était certain. Curieux, malicieux, et très observateur. Enfin, il se plaisait à le croire. Néanmoins, être confronté à cette masse toujours mouvante et toujours bruyante en permanence était plus qu'il ne pouvait en supporter. De ça, il se rendit vite compte dans les premiers temps de son séjour à Kiri. Le flot le rendait nerveux, l'empêchait de réfléchir correctement. Pour lui qui n'avait jamais connu que le calme des petits îlots de Mizu, si propice à la méditation tranquille, c'était un vrai choc culturel.

Alors, très tôt, il chercha un lieu de refuge. Un endroit de sauvegarde, où il pourrait trier ses pensées, les mettre au clair et se recentrer un peu sur lui quand tout le monde grouillant de Kiri semblait lui hurler de s'oublier pour n'être qu'un point dans la foule, un détail. C'est pour poursuivre cette quête qu'il s'aventura, ce matin-là très tôt, dans les ruelles du village. Il avait repéré un endroit qu'il n'avait pas encore exploré et qui, il l'espérait bien, pourrait lui procurer tout le calme qu'il réclamait maintenant à corps et à cri.

Il n'y avait pas grande monde, à cette heure-ci, qui battait le pavé comme lui. Les Kirijins dormaient encore, pour la plupart. Seuls les marchands les plus vaillants, et les ouvriers les plus contraints, trimaient déjà, alors que le jour n'était même pas levé tout à fait. C'était une matinée brumeuse. L'air était enveloppé de brouillard, et donnait aux rues un côté spectral, fascinant. Hotaru arborait toujours son habituel sourire malicieux. Il ne s'en départait jamais, sauf en cas d'urgence. Il soufflait dans la brume des volutes de vapeur qui dansaient un instant devant ses lèvres, puis s'effaçaient dans l'air. Le bout de son nez lui donnait froid. Et les bourrasques qui venaient de la mer n'arrangeaient en rien la température. Mais, en bon Mizujin, il y était habitué, et ne s'en plaignait plus depuis longtemps.

"Alors, voyons ça ..."

Difficile de se repérer dans une telle purée de pois. Il trouva cependant assez vite le chemin du temple - dont le nom lui échappait à présent - qu'il cherchait. Ou plutôt, ce n'était pas le temple lui-même qui l'intéressait mais ses abords. Il avait cru comprendre, à la lecture de quelque carte qui lui était tombée sous la main, que le bâtiment était entouré d'une assez importante forêt. Rien de mieux pour aller vagabonder et laisser filer ses pensées comme des feuilles mortes. Là-bas, il était sûr de trouver la quiétude qui lui manquait tant et qui, il en était certain, lui serait nécessaire pour s'acclimater à ce nouvel environnement.

Car ce calme-là, il n'avait pas même pu le trouver chez lui. L'appartement qu'il habitait - il avait du mal à le considérer comme son foyer - n'était en effet pas un havre de paix. Entre le bruit de la rue passante, particulièrement animée une fois la nuit tombée, et sa voisine du dessus - une espèce de folle aux chats complètement sourde qui semblait prendre à malin plaisir à déménager ses meubles tous les soirs - sa tolérance et sa philanthropie étaient mises à rude épreuve. Il endurait, cependant, à la fois trop poli et trop timide pour faire des remarques à qui que ce soit. Et en endurant il laissait croître une colère en lui qui, s'il en connaissait l'existence, ne le motivait cependant pas à faire quoi que ce soit pour s'éviter ses souffrances. Bref, tout ça était bien compliqué.

Mais il se trouva rassuré dès qu'il eut fait quelques pas dans la forêt. L'endroit était calme, aussi calme qu'il s'y était attendu. Plus encore que les rues encore désertes de Kiri, qu'il aimait surtout quand elles étaient désertes. Les hauts troncs semblaient s'élever comme des lances pour percer le dais de brume qui, en vain, essayait de les recouvrir de son voile. L'herbe était grasse. Les premières feuilles tombaient déjà, et commençaient à filer le grand ouvrage de ce qui deviendrait vite un tapis d'humus brun, ocre, rouge, craquant sous la semelle. Il aimait cet endroit, qui lui rappelait ses terres natales. S'il ne gardait pas un souvenir impérissable de ses congénères - ou plutôt, leur souvenir était impérissable mais pour des raisons qui n'étaient pas vraiment bonnes - il se souvenait cependant très bien des terres qui l'avaient vu grandir, lui et ...

Il eut la désagréable impression qu'un étau se refermait à l'endroit de son coeur, et forçait sa poitrine à palpiter plus vite et plus fort que jamais. Il chasse de son esprit ses pensées égarées. Mais ce fut sans doute cet instant de distraction - et n'était-ce pas la distraction qu'il était venu chercher là ? - qui lui fut fatal: lorsqu'il posa son pied sur la mousse, il sentit comme une tension sous sa semelle. Alors, tout se passa très vite. Une corde se détendit, il y eut un sifflement et ...

Il étouffa tous les jurons qui lui passaient à l'esprit, mais ne put retenir un:

"Ah la morue !"

Fort poétique. Il détacha ce qui ressemblait à un petit javelot de sa cheville, et examina l'objet, se dandinant d'un pied sur l'autre pour chasser la douleur vive qui lui traversait la jambe. L'objet était ciselé de main d'homme, c'était certain. Non sans une certaine appréhension, il examina sa blessure. Elle ne semblait pas profonde, mais elle saignait, et trop pour qu'il puisse l'ignorer et poursuivre tranquillement sa promenade. C'était comme si le ciel l'avait maudit et ne voulait pas qu'il puisse profiter du moindre répit.

"Merci bien ..."

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Jeu 19 Déc 2019 - 17:00

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



Les habitants du Saroruncasi possédait des talents multiples, allant de la chasse, à la cuisine, à la couture, à l’architecture, à la culture de la nourriture. Ils restaient des individus simples et sauvages et se contentaient de ce qu’ils avaient. Imekanu avait appris auprès de chacun, même si ses talents se concentraient bien plus dans l’art des hommes : la chasse. Auprès de celui qui ne l’avait jamais jugée et l’avait accepté telle qu’elle était, elle apprit tout ce qu’il y avait à apprendre. Des animaux, de leur habitude, leur alimentation, s’ils préfèrent vivre le jour ou la nuit. Le moyen le plus adapté pour les piéger, les outils les plus utiles pour les chasser. C’était ainsi qu’elle apprit à réaliser de multiples pièges avec pas grand chose. Grâce à tout cela, au milieu de ce bosquet où elle se sentait comme chez elle, la traqueuse usa de ses compétences autour de son camp pour se protéger de présences non désirées.

Tranquillement, au bord de son feu de camp, l’enfant du Mata Kotan fredonnait une mélodie qu’elle avait souvent entendue des mères qui avaient pris soin d’elle, remplaçant la génitrice qu’elle n’avait pas connu. Tranquillement en train d’émerger en profitant des rayons traversant les feuillages, l’Urumie faisant réchauffer de l’eau sur des flammes dansantes et préparait un tas d’herbes aromatiques pour sa tisane énergisante. Seulement, le bruissement qui arriva à ses oreilles la stoppa dans son rituel matinal, jusqu’à entendre plus précisément le cri de quelques choses. Au vu de l’endroit, Imekanu se doutait de ce qu’il se tramait. Elle enleva le récipient du feu et attrapa son arc et son carquois sur le côté avant de le passer sur son épaule pour qu’il se repose dans son dos. Qu’avait-elle donc attrapé aujourd’hui ? La brune était plutôt fière de l’efficacité de ses pièges. Ses pas l’emmenèrent jusqu’à sa destination, activant même ses capacités de détection pour chercher une présence humaine ou animale. Et en effet, il y avait quelque chose, ou même quelqu’un… Intriguée et perplexe, Imekanu s’avança prudemment, jusqu’à trouver la zone où elle avait placé son piège à base d’un système de corde liée à un mini harpon, plus grand qu’une flèche, mais pas assez pour se faire remarquer. Si on s’aventurait de ce côté, le mécanisme faisait lâcher la corde tel un arc et hop, dans le mille.

Lorsque la douce femme tomba nez à nez avec sa proie, ce fut un regard écarquillé et une paralysie totale qui s’enchaîna dans le même moment. Devant elle, un homme plus grand qu’elle, à la chevelure digne des plus beaux corbeaux, un teint de neige presque parfait, mais un visage marqué par la douleur. Quand elle comprit ce qu’il se passait, son regard azur se posa tout d’abord sur ses mains tenant l’arme du crime puis sur sa jambe qui saignait. La jeune femme plaça ses mains sur sa bouche, comprenant qu’il s’était pris son piège. Confuse et gênée, l’Urumi tenta alors de s’exprimer…

« Par les kamuys… Si je m’attendais à un spécimen comme vous… Je suis terriblement désolée pour cet incident, je ne pensais pas qu’un homme passerait par ici… S’il vous plaît, laissez-moi vous amener à ma cabane pour vous soigner ! »
Main réunie l’une contre l’autre, Imekanu s’inclina plusieurs fois, désolée pour tout ça puis tendit sa dextre vers le jeune inconnu, dotée d’une mine doucereuse, pour l’aider à venir avec elle, s’il le souhaitait.



_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Sam 21 Déc 2019 - 18:35

Voilà qu'elle apparaissait, l'auteure de ce crime infâme, celle qui, de son piège, avait percé la jambe de Hotaru. Quand il la vit et qu'il comprit qui elle était, le jeune homme eut d'abord une furieuse envie de lui faire un sermon - et pas des plus tendres - sur sa façon de disposer ses traquenards un peu partout, sans se douter que quelqu'un pourrait tomber dedans. Mais à mesure qu'elle s'excusait, la hargne de Hotaru s'évanouissait, et il dut finalement reconnaître que tous les deux étaient dans un embarras certain, qui ne méritait sans doute pas qu'on s'énerve pour lui. Hotaru abandonna donc complètement sa colère.

"Je peux marcher seul, pas d'inquiét-"

Il avala sa dernière syllabe quand il sentit sa jambe faillir sous le poids de son corps. Il ne savait pas où exactement il avait été touché, mais c'était en tout cas bien visé. Il était incapable de faire un pas de plus.

Sans qu'il sache vraiment comment, il arriva au campement de la jeune femme à moitié appuyé sur elle, tout boitillant et appuyé sur sa jambe encore valide. Il était un peu trop focalisé sur la douleur de sa jambe pour observer avec autant d'attention qu'il l'aurait voulu l'environnement du campement. Simplement, il s'étonna qu'elle vive dans cet endroit. Il ne s'était pas imaginé que c'était possible à Kiri. Mais maintenant qu'il y regardait de plus près, il réalisait que l'accoutrement de la jeune femme était également assez singulier. Plus sommaire, et moins élaboré que le sien. Ou plutôt, de conception plus brute. Dès lors, il put échafauder dans son esprit toute une myriade de scénarios.

Il s'affala dans l'herbe au centre du campement.

"Désolé ... Mais votre piège est diablement efficace."

Il s'inquiétait du sang qui continuait de couleur de la plaie. Peut être le piège avait-il touché une veine ou une artère particulièrement sensible ?

"Sans vouloir vous presser, je commence à me faire un peu de souci. Si vous êtes en mesure de me soigner, j'aimerais autant qu'on s'y mette rapidement."

Il pouvait au moins garroter la jambe. Il retira son bandeau de shinobi, noué à son bras gauche, et le serra fermement au-dessous de son genou. C'était malheureusement tout ce que ses connaissances en médecine, proches du néant, lui permettaient de faire pour soulager un peu son mal. Pour le reste, il s'en remettait à cette jeune fille qui, paradoxalement, se trouvait être à la fois son bourreau et son médecin. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle savait ce qu'elle faisait, et qu'elle était aussi habile soigneuse que chasseuse ...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Ven 27 Déc 2019 - 18:59

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



Oh, elle s’attendait à un courroux digne des Kamuys ou des orages les plus teigneux, parce que oui, à cause de son piège ce beau jeune homme se retrouvait bien blessé et bien embarrassé. La seule chose qu’Imekanu pouvait faire était de s’excuser et de lui proposer de lui apporter les soins nécessaires. Le brun semblait se contenir et se contenta de lui répondre qu’il pouvait se débrouiller. Foutaise ! Alors qu’il faillit s’écrouler en tentant d’avancer dans les bois. Heureusement, l’héroïne du Mata Kotan était là avec lui et très rapidement, elle s’était placée près de lui et utilisait sa petite taille comme appui pour le blessé de guerre ou de chasse. Il n’était pas très léger, mais cela devrait suffire pour le peu de distance à faire, puis elle avait bien soulevé des loups et bien d’autres animaux ! Il ne fallut que quelques minutes pour que les deux galériens arrivent au niveau du campement de l’Urumie qui aida l’individu à la peau quasiment parfaite à s’installer près du feu, tandis qu’il s’affalait complètement au contact des brindilles verdoyantes et chatouilleuses.

« Bien sûr qu’il est efficace, c’est fait pour fonctionner du premier coup ! Mais je ne pensais pas que quelqu’un passerait par-là, je vais peut-être revoir mon fonctionnement. Pardonnez-moi encore pour cet incident… »

Mais l’heure n’était pas au bavardage, il fallait absolument prendre en charge cette blessure avant qu’un malheur ne survienne et le jeune homme était d’accord avec cela en attachant un garrot à la base de la plaie pour y stopper les saignements, ce qui n’était pas vraiment une solution adéquate pour ce type de blessure, bien au contraire. Le garrot était à faire en cas de dernière solution parce qu’il empêchait le saignement, mais aussi l’arrivée de sang. La première chose qu’elle fit, était d’installer plusieurs fourrures sous sa jambe pour la surélever. Ensuite, elle utilisa son couteau de chasse pour découper le bas de son pantalon et y avoir une vision de la plaie. Un trou pas énorme mais profond était y était logé, mais par chance, l’os n’avait pas été atteint, mais peut-être un nerf ou deux. Elle détacha alors le bandeau shinobi et le posa sur le côté sans attendre une réaction de sa part et retira celui en tissu qui était sur sa tête et le plaqua avec sa main sur la plaie qu’elle comprima pour y faire pression.

De son autre main habile, l’Urumie déposa son panier face à elle et l’ouvrit, offrant la vision de tout un tas de pot et d’équipements pour les blessures les plus courantes, dont celle-ci. Elle attrapa un large récipient et souleva le couvercle comme elle le pouvait, tout en continuant à compresser la blessure puis une fois le mélange entre ses mains, elle en attrapa une bonne quantité et l’étala sur la plaie avant d’utiliser un bandage qu’elle avait trouvé dans une boutique dédiée aux soins et l’enroula autour de la cheville plusieurs fois. Imekanu soupira longuement et s’essuya le front, oubliant que sa main était tachée de son sang et donc c’était comme une sorte maquillage sur son front aux tons rougeâtres. Il faudra aussi qu’elle nettoie son bandeau… Sa longue chevelure brune tombait alors sur son visage, plus maintenue par l’accessoire.


« Ce que j’ai mis va calmer la coagulation et donc le saignement et a des effets antiseptiques et cicatrisants, mais il faudra peut-être passer par un médecin moins… Végétale que moi, mais tout ira bien, il faut juste laisser le temps que ça fasse effet. Restez allonger le temps que je me nettoie les mains, je vais vous apporter du thé. »

La jeune femme utilisa sa gourde d’eau pour rincer sa main puis retourna près du feu pour récupérer le breuvage qu’elle avait préparé à son réveil. C’était un thé Bancha, dont les feuilles avaient séché durant la saison d’été pour offrir un goût frais et assez prononcé, mais c’était très bon et très revigorant. Elle plongea deux bols dans le récipient pour les remplir puis les apporta près du jeune homme avant de s’asseoir à côté.

« Quand vous vous sentirez mieux, vous pourrez vous redresser, je vous propose de goûter à mon thé Bancha, cela vous fera du bien. Je me nomme Imekanu, et vous ? »

Parce qu'il était peut-être temps de se présenter à ce brun mystérieux ? Avant de poser ses lèvres sur le bord du bol et de goûter à son thé encore chaud.



_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Ven 27 Déc 2019 - 22:06

Hotaru examina soigneusement chacun des gestes de la jeune fille, alors qu'elle s'affairait sur sa blessure. Manifestement, son premier réflexe de se garroter la jambe n'avait pas été la plus heureuse des idées. Elle mettait une infinie application à laver, soigner et panser la blessure, à tel point qu'elle se salissait le front du sang de Hotaru. Le jeune homme la trouvait amusante. Il n'avait plus très mal maintenant. Surtout, il avait observé avec application tous les gestes qu'elle avait effectués, et tous les onguents contenus dans son panier. Elle semblait avoir tout le nécessaire d'une guérisseuse aguerrie. Et tout le savoir.

Elle n'était pas comme les guérisseuses de son village natal, qu'il avait également observées, dans le temps. Celles-là étaient seulement des vieilles femmes à qui on avait transmis des connaissances qui relevaient plus de la superstition que de la véritable médecine. Elles appliquaient aveuglément des onguents, n'avaient aucune notion d'hygiène sanitaire, et surtout très peu de considération pour la sévérité des blessures mêmes mineures visuellement. Cette jeune fille - décidément surprenante par bien des aspects - était d'un tout autre genre. Elle savait exactement ce qu'elle faisait, et semblait avoir sélectionné ses produits après une soigneuse observation de la plaie. Et le vocabulaire qu'elle employait ressemblait bien plus à celui d'un docteur que les prières des femmes du village de Hotaru.

Finalement, alors qu'elle s'affairait maintenant à puiser du thé dans sa marmite, il se dit que ce n'était peut être pas une mauvaise chose que d'être tombé dans ses filets. Même, il se dit qu'il n'allait pas lui dire qu'il venait de se rendre compte qu'il aurait très bien pu soigner sa blessure en assimilant partiellement sa jambe, et en recomposant via le magma les chairs blessées. Il préférait voir comment aller se passer la suite du traitement, et surtout la suite de la rencontre.

Il attrapa le bol de thé qu'elle lui tendait, et se redressa. Un peu péniblement, mais cette fois il ne s'effondra pas. Il souriait de nouveau.

"Merci. Le thé n'était pas nécessaire, vous savez. Vos bons soins me suffisent amplement, car ils me guérissent et m'enseignent en même temps."

La boisson dégageait une odeur surprenante. Très puissante, et prometteuse d'un goût tout aussi prononcé. Pile ce dont un malade en convalescence avait besoin pour recouvrer ses forces.

"Je m'appelle Hotaru. Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que vous agissez avec une certaine expertise lorsqu'il s'agit de prodiguer des soins. Est-ce que je peux vous demander ... où vous avez appris tout ça ?"

Il but une gorgée du thé. Il était brûlant, mais ce ne fut sans doute pas seulement cela qui sembla le réveiller puissamment. Il y avait autre chose dans ces herbes infusées qui agissait directement.

"Ca aussi, c'est diablement efficace ! Il faut absolument que vous me disiez où vous avez appris à préparer ce genre de boisson !"

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Ven 27 Déc 2019 - 23:12

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



Ses lèvres quittèrent le bol tandis qu’elle profitait des saveurs corsées du thé caressant son palais. Puis elle s’exprima de la plus belle et simple des manières.

« Hinna, Hinna… »

Paupières closes, Imekanu profitait de cet instant de chaleur exotique qui redonnait tout l’aplomb du monde. La jeune femme l’observa se redresser et attraper le bol de thé. Elle restait aux aguets si c’était nécessaire, mais il semblait bien s’en sortir. L’archère lui répondit par un grand sourire, contente de savoir que ses soins l’aidaient de plusieurs manières.

« Voyons, je vous dois bien cela, puis il aurait été triste que je goûte à ma concoction toute seule ! »

Hotaru, c’était simple mais assez unique en son genre. Comme Imekanu. Oui, la native de Sororuncasi aimait bien cette appellation. Il la questionna alors sur ce qu’il avait observé durant les soins reconnaissant une habilité hors pair de la part de l’Urumie ce qui enchantait la jeune femme.

« Enchantée Hotaru, même si la rencontre s’est faite dans un triste incident… Concernant ces soins… Je n’ai pas les talents d’un médecin de l’hôpital, mais j’ai appris énormément de choses variées et cela vient de mon père, le Tuskur de mon village natal. Un shaman très talentueux qui a une connaissance encore plus grande que Sanbi ! Il m’a appris plein de choses sur les poisons, les onguents, les maladies, les symptômes à reconnaître et comment réagir aux blessures de chasse. Il y a peu, quand j’ai été hospitalisée, un médecin m’a aidé à approfondir un peu plus mes connaissances pour que mes soins entrent dans la conduite à tenir, pour éviter les infections. Ce n’est pas facile pour moi de tout comprendre, les termes sont difficiles à retenir et à prononcer, mais j’ai fait de mon meilleur. Etes-vous intéressé par la médecine cher Hotaru ? »

Ses questions et son regard intrigué laissaient penser que oui, si Imekanu pouvait l’aider un peu de son côté, elle s’en ferait une joie ! Pour une fois que ce n’était pas quelqu’un qui lui apprenait quelque chose, la brune ne pouvait qu’être honorée de partager le don de son père avec un prochain. Lorsqu’il prit une gorgée de son thé magique, les pupilles céruléennes de la traqueuse observait le jeune brun mystérieux attentivement, afin de voir s’il aimait ou pas. Et sa réaction ne fut pas attendue plus longtemps, tandis qu’il s’exprimait vivement sur le résultat de sa concoction. Imekanu était si heureuse qu’elle posât son bol et se leva un coup, avant de faire signe à Hotaru d’attendre et de se rendre à côté du foyer chaud et accueillant. Elle attrapa le sachet de feuilles foncées et les apporta au blessé de chasse avant de les lui tendre.

« Hakuta bancha, voici comment je les prénomme. Elles sont très foncées par ce qu’elles ont été cuites par la vapeur, puis par le soleil et aussi par le feu, mais pas très fort bien sûr ! C’est pour ça que la couleur est comme mes cheveux, et que le goût est fort comme moi ! Hahaha !

La jeune femme était si fière de parler de ses trouvailles qu’elle se laissait aller, ce qui était plutôt rare depuis qu’elle était arrivée à Kiri.

« Tenez, prenez les. Cela vous permettra de vous remettre en forme lorsque vous vous sentirez triste ou fatigué !



_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 12:04

Le comportement d'Imekanu semblait avoir changé du tout au tout en un instant. Visiblement, cela lui faisait très plaisir d'apprendre que Hotaru s'intéressait à son art. Le jeune homme sourit en la voyant s'animer d'une énergie nouvelle. Il regrettait de moins en moins d'avoir laissé son pied se hasarder dans les pièges de l'Urumie. Non seulement elle avait reçu une éducation médicale traditionnelle - d'un genre bien différent de la médecine traditionnelle que Hotaru avait eu l'occasion d'observer dans sa jeunesse - mais elle l'avait aussi complétée avec un apprentissage à l'hôpital de Kiri. C'était la synthèse parfaite, l'équilibre, l'exhaustivité. D'emblée, Hotaru admira ces connaissances qu'elles recelait, brûla d'envie de se les voir transmettre à son tour.

Elle lui tendit une poignée de ces herbes spéciales dont elle avait fait une tisane. Il les reçut avec la plus grande gratitude, et les examina. Elles étaient noircies, mais exhalaient une odeur puissante. Il s'agirait de les conserver précieusement, et d'étudier avec attention et rigueur l'élixir qu'elles pouvaient produire. Toute une méthodologie d'expérimentation s'établissait déjà dans la tête de Hotaru pour parvenir à déterminer au mieux toutes les propriétés de cette herbe miracle. S'il y parvenait, il pourrait trouver le moyen de les employer au maximum de leur potentiel.

Il se tourna avec un grand sourire vers Imekanu.

"Merci beaucoup ! Je vais les conserver précieusement, et je les utiliserai à bon escient. J'ai hâte de découvrir tout ce qu'elles recèlent de pouvoirs."

Et, comme pour appuyer son propos, il but une nouvelle gorgée du thé tonifiant. Cette boisson était presque comme une potion tant ses effets semblaient magiques. A nouveau, il sentit un véritable flot d'énergie liquide se déverser dans son sang, imprégner chacun de ses muscles, revigorer son corps tout entier.

"Je m'intéresse aussi à la médecine. Peut être pas à une médecine aussi traditionnelle que la vôtre, mais je pense qu'il serait idiot de se créer des frontières mentales. Il y a du bon à prendre partout, et vos remèdes et votre pratique m'ont montré que vous aviez un véritable savoir-faire. Je vous envie ! Dans mon village natal, la seule médecine traditionnelle qu'on pratiquait relevait plus de la superstition que des vrais soins ..."

Mais il était tout de même reconnaissant, d'un certain côté, envers ces vieilles femmes qui lui avaient appris justement ce qu'il ne fallait pas faire. Elles avaient posé dans son esprit les bases de l'ignorance, qui étaient le terreau le plus fécond pour y faire pousser les germes de la sagesse. Ceux-là même qu'il s'efforçait de cultiver chaque jour, à chaque occasion qui se présentait à lui.

"D'où venez-vous, exactement ? Pardonnez la question, mais votre accoutrement, et même votre campement sont assez ... disons atypiques. Et il y a une multitude d'îles et d'îlots dans l'archipel de Mizu, qui sont autant de réservoirs de cultures spécifiques. Où avez-vous appris tout ça, sur la médecine ?"

Il était passé en mode "glouton de savoir".

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 23:55

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



Le faciès de l’Utumie s’illumina lorsqu’Hotaru accepta son don en promettant de les utiliser et d’y découvrir toutes les vertus de ces plantes, elle joignit ses mains et s’inclina légèrement vers le blessé pour lui montrer sa reconnaissance. Il respectait sa manière d’être et était même intéressé par ces diverses connaissances, c’était une aubaine pour la chasseresse qui allait pouvoir partager son héritage avec des passionnés. Imekanu fit de même et prit une nouvelle gorgée, il n’y avait rien de mieux pour l’archère que cette concoction pour démarrer une journée dans la meilleure des formes. C’était revigorant et énergisant à souhait.

« Je ne m’étais jamais imaginée qu’il pouvait exister de la médecine aussi avancée quelque part. Même si je suis très attachée au rudimentaire, je suis d’accord qu’il ne faut pas créer de frontière entre les deux mondes ! Il est vrai que je préfère le résultat que la superstition, mais peut-être que je pourrais vous donner des conseils ? Même si je ne sais pas de quel type de médecine, vous souhaitez vous rapprocher. »

La question fut déposée telle une timide goutte d’eau, précédent un déluge d’interrogation quant aux origines d’Imekanu. C’était normal de se poser la question, elle savait très bien que ses habits et son habitat ne correspondait pas à Kiri.

« Je viens de l’île méridionale de Saroruncasi, je suis née dans le village du Mata Kotan où ma mère donna de sa vie pour que je puisse respirer à mon tour. C’est là-bas que j’ai appris aux côtés de mon père et auprès des autres. Je viens d’une tribu Urumie tout comme Kaguya Shitekka, si vous l’avez déjà rencontré, siégeant sur Kiri. Je me sens bien ici, je peux prier les kamuys et vivre paisiblement sans déranger personne. »

Imekanu se souvint encore de son arrivée sur les terres de Kiri. L’archère s’en était sortie toute seule et avait posé son dévolu sur ce petit-bois derrière le temple Seidou, qui lui rappelait son village natal. De là, elle avait utilisé tout le matériel à sa disposition pour y installer son logis ainsi qu’un foyer pour se réchauffer et se nourrir. La solitude n’était pas dérangeante au début, elle craignait la présence des autres et préférait rester à l’écart. Mais les traditions, ici n’étant pas les mêmes, et ne sachant ni lire ou écrire dans leur langue, la situation devint rapidement très difficile. Il lui fallut alors aller vers les autres, surtout pour les questions sur les shinobis du village et de comment le devenir. Plus le temps passait et plus la nostalgie la rattrapait ainsi que cette solitude qu’elle avait accepté à bras-ouverts, qu’elle tentait de repousser maintenant. Fort heureusement, sa rencontre avec certaines personnes du village et surtout de Shitekka, avait indescriptiblement changé sa manière de voir la cité de la brume.

« J’aimerais compléter mes connaissances sur le sujet avec l’art des shinobis, j’ai appris à maîtriser le ramat du feu et les sceaux. Il faudrait que j’apprenne à lire votre langue pour pouvoir être plus autonome, c’est vraiment embêtant tout ça ! Et vous, êtes-vous né sur Kiri de la brume ? »

Demanda-t-elle avant de prendre une dernière gorgée de son thé et de s'exprimer sur cette saveur délicieuse "Hinna, Hinna", glissa doucement d'entre ses lèvres avant de porter son attention sur le brun à ses côtés.




_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Dim 29 Déc 2019 - 12:06

Hotaru sourit en écoutant Imekanu parler d'elle, de ses origines et de on village natal. Elle était amusante. Pleine de fraîcheur et de naïveté. C'était revigorant, presque autant que le thé qu'elle préparait. Et la bienveillance qu'elle avait manifestée à l'égard de Hotaru était un autre signe de ses qualités. Il était assez rassurant de constater que, dans la frénésie de Kiri, un îlot de calme, de tranquillité persistait. Dans ces bois, abrités de la civilisation par leur densité et le temple Seidou, il semblait que rien ne pouvait pénétrer qui ne soit disposé au calme. Le temps passait différemment, ici. Et on le ressentait différemment au contact d'Imekanu. On ne courrait pas au plus pressé. On ne courrait pas du tout, d'ailleurs. La vie suivait un rythme bien plus doux. Un rythme de vie, tout simplement. Et c'était sans doute le meilleur remède à toutes les blessures.

Hotaru n'avait jamais entendu parler de l'île natale de la jeune fille, ni même de Kaguya Shitekka. Il n'était arrivé à Kiri que très récemment, après tout. Il s'imagina cependant tout un peuple vivant dans le même état d'esprit qu'Imekanu. Isolés sur leur île, à l'écart du reste du monde, ils devaient vivre heureux, sans doute. Des visions qui laissaient rêveur ... Il ne demanda pas ce qu'étaient les kamuys, se doutant qu'il devait s'agir de quelques divinités ou esprits. Ce n'était pas rare, dans les religions populaires diverses qui essaimaient à Mizu et dans ses alentours. On trouvait souvent trace de cultes animistes, ou polythéistes, qui prenaient leurs racines dans les éléments naturels. Particulièrement dans les zones les plus proches de la terre, d'ailleurs. Ce n'était que logique.

Hotaru rit un peu quand Imekanu lui demanda s'il était né à Kiri. Ce n'était pas un rire méprisant, mais franc, et joyeux.

"Je suis trop vieux pour être né à Kiri. Le village est encore un enfant, qui n'a même pas dix ans. Mais je suis né dans l'archipel de Mizu. Dans mon village, on cultivait les champs et on pêchait. C'est à peu près tout ce qu'on faisait d'ailleurs."

Il sourit, à l'évocation de ce souvenirs. Pas parce qu'ils étaient particulièrement agréables - il avait été traité en paria dans son village natal - mais parce qu'ils lui rappelaient le chemin qu'il avait parcouru. Et ils lui rappelaient lui, aussi ...

"Si vous voulez apprendre à lire notre alphabet, et comprendre notre langue, je peux vous y aider. Il y a une bibliothèque au Complexe shinobi où il doit bien y avoir ce qu'il faut d'ouvrage pour assimiler les bases. Nous n'avons qu'à dire que ce sera un échange de bons procédés: vous m'apprendrez ce que vous savez de médecine, et je vous apprendrai les arcanes de la lecture !"

Il se laissait aller, lui aussi. Ca ne lui arrivait pas souvent non plus. Il était joyeux. Il but une nouvelle gorgée de thé, et se souvint de quelque chose. La jeune fille lui avait fait un cadeau. Il était légitime qu'à son tour elle en reçoive un de sa part. Il fouilla dans sa poche un instant.

"Vous m'avez fait un cadeau très précieux, alors j'aimerais vous en faire un aussi. Ce n'est pas grand chose. En fait, j'ai trouvé ce petit objet un peu par hasard. Mais si vous le voulez, alors je vous l'offre."

Il sortit de sa poche une petite statuette de bois. Elle avait été finement taillée. C'était un aigle, de la première beauté.

"Une jeune femme me l'a donné. Elle m'a dit qu'elle l'avait reçu elle-même en cadeau, comme un symbole de beauté et de courage. Je pense qu'il faut beaucoup de courage pour quitter son peuple et aller vers l'inconnu. Et pour la beauté, on la voit mieux quand on ne la dit pas ..."

Il déposa la statuette dans la main d'Imekanu, et referma ses doigts dessus.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Dim 29 Déc 2019 - 21:02

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



L’enfant du Mata Kotan avait encore des difficultés à comprendre le sens des réactions des gens vis-à-vis d’elle, alors quand le brun mystérieux se plut à rire allègrement, elle haussa d’un sourcil. Trop vieux pour être né à Kiri ? Lui aussi était donc né hors de ces terres et dans les contrées au travers des mers ? Son récit intéressait Imekanu qui y voyait des choses communes avec ses traditions.

« Je vois… Kiri n’est donc pas très vieille… Nous cultivions beaucoup aussi, en plus de chasser, de travailler nos habits, la pêche, la musique et la dance pour honorer les kamuys. Peut-être que nous pourrons pêcher ensemble un jour ? Je serais curieuse de voir si nous utilisons les mêmes manières ! »

Quand l’archère se confia sur son absence de connaissance concernant le culte linguistique de Kiri, le blessé de chasse lui proposa tout naturellement de l’y aider en échange de ses connaissances sur la médecine. Surprise d’une telle offre, Imekanu fit mine de réfléchir avant de le regarder avec un franc sourire.

« Complexe shinobi ? Je connais comme ma poche ! Alphabet ? Pas vraiment ! Médecine à ma façon ? Je peux vous aider ! Marché conclu ! »

La traqueuse hocha de la tête avant de rire doucement, faire affaire avec les étrangers, c’était son truc ! Les deux kirijins étaient plutôt à l’aise, si on se remémorait l’épisode dramatique qui s’était déroulé dans les bois quelques minutes auparavant, était-ce ce thé aux vertus magiques qui déliait les langues et rendait la conversation passionnante ? Qui sait…
Ses pupilles saphir se posèrent sur sa main qui fouillait sa poche, intriguant la demoiselle. Il sortit alors de celle-ci une œuvre gravée par le bois qui lui rappela étonnamment quelque chose. Vraiment très surprise, l’Urumie s’avança vers le jeune homme et observa de plus près. Cet aigle, c’était… Comment ? La réponse arriva bien vite lorsqu’il lui expliqua qu’une jeune femme lui avait donné. Imekanu posa une main sur sa poitrine, touchée plus qu’il n’en fallait, elle se souvenait.

Cette rousse, cette femme à la beauté flamboyante qu’elle avait rencontrée brièvement, mais qui avait fait son effet, par son histoire et son courage et c’était bien pour cela qu’elle lui avait fait don de son totem sous le symbole du rapace royal. L’archère ne put s’empêcher de rougir face aux paroles sous-entendant qu’elle méritait ce don tout autant et pour toutes ses caractéristiques, mais un cadeau était un cadeau. Elle ferma les yeux et sourit avant de poser sa main sur la sienne et de lui tendre la statuette.


« Je ne peux accepter comme don ma propre réalisation. Oh oui, je reconnaitrais entre milles ours cet aigle, réalisé avec mon couteau de chasse. Si Junko, chevelure de feu, vous en a fait don, c’est que vous rassemblez tous les symboles de l’aigle : une beauté qui ne sous-entend pas que vous êtes plus vieux que Kiri et un courage pour vous être relevé avec cette blessure et pour m’avoir pardonné pour cela. Et sûrement pleins d’autres choses. Alors gardez-le, cela me fait plaisir, l’héritage est important pour continuer à écrire l’histoire de ce monde. »

Un fin sourire se dessina sur le minois de l’enfant de Saroruncasi, son geste fit en sorte que la statuette retourne dans le creux de sa grande main, insistant en recouvrant celle-ci de sa dextre bien plus petite.
Son regard se posa alors sur la jambe d’Hotaru qui était bien prise en charge et comme tout bon médecin, l’Urumie lui demanda naturellement.


« Comment vous sentez-vous ? Des vertiges, de la fièvre, des nausées ? Je me sens encore très embêtée par tout cela, je vais peut-être retirer mes pièges pour ne pas que cela se reproduise… »





_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Mer 1 Jan 2020 - 20:18

La jeune femme était décidément très délicate. Tant dans ses propos que dans ses soins. Hotaru s'étonna d'apprendre que la statuette qu'il avait voulu lui offrir avait été taillée de sa main. C'était presque comme si le petite aigle de bois l'avait guidé dans cette forêt pour qu'il se prenne les pieds dans un piège, et rencontre Imekanu ... Curieux. Il n'était pas du genre superstitieux, et était trop raisonnable pour vraiment croire en un destin. Et pourtant, certaines choses, comme celle-ci, mettaient parfois sa résolution inébranlable en doute, chamboulaient ses certitudes. Après tout, pourquoi ne pas admettre, pour cette fois, qu'il avait été poussé par quelque force disons surnaturelle, hm ?

Le marché était conclu, en tout cas. Il apprendrait à Imekanu à lire, et elle lui enseignerait en retour les arcanes de son peuple concernant la médecine. Déjà, un horizon cosmopolite et varié s'ouvrait à lui en matière de santé. C'était tout ce qu'il demandait. La différence, loin de le repousser - car il avait été, lui-même, la différence - l'attirait. Ce serait parfait. Il en souriait, même, quoi que cela ne fût pas très extraordinaire venant de sa part ...

Il tapota sa jambe avec douceur. Il n'y avait vraiment aucune inquiétude à avoir de ce côté-là, mais il appréciait les soins dignes d'un bon médecin que lui prodiguait la jeune femme. Elle veillait bien sur lui avec l'attention d'une mère couvant encore ses petits. Etait-ce là la qualité primordiale d'un soigneur, plus encore que sa capacité à éradiquer les maux ? Ou bien, est-ce qu'éradiquer les maux n'était pas la même chose que de veiller attentivement sur son patient ?

"Ne vous en faites pas, la douleur a déjà presque disparu, et je suis sûr que je me remettrai très vite de cette plaie. D'ailleurs ... Attention à vos doigts."

Il prit bien garde qu'Imekanu ne soit pas trop proche de lui quand il changea sa jambe blessée en lave un instant, la remodelant et reconstruisant le membre atteint par le piège. Il se doutait bien que ce serait un choc pour la jeune femme, de voir le membre de son patient se changer ainsi en magma bouillonnant, fumant, tout frémissant de son envie de calciner. Mais un instant après, la jambe était redevenue chair, et la blessure était comblée.

Hotaru eut un sourire mal à l'aise. A la fois parce qu'il craignait d'avoir effrayé Imekanu avec ses capacités, et parce qu'il réalisait que ce n'était pas très sport de l'avoir laissée exercer ses soins alors qu'il aurait été capable de se guérir seul depuis le début.

"Pardonnez-moi ... J'aurais pu faire ça bien plus tôt, mais j'étais curieux de voir votre méthode, et je me suis laissé emporter par notre conversation. Ne me jugez pas trop sévèrement, s'il vous plaît. Ni moi, ni mes pouvoirs."

Ses pouvoirs qui étaient lui, en fait. Il n'avait que trop subi la discrimination à cause de sa nature pour le moins singulière. Maintenant qu'il croyait avoir trouvé une amie en la personne d'Imekanu, il aurait été déçu de comprendre qu'il s'était trompé simplement pour un détail aussi insignifiant. Le magma qui bouillait en lui importait peu. C'était le calme dont il choisissait de se revêtir qui était vraiment significatif de qui il était. De ça, il était persuadé. Mais la jeune femme le serait-elle aussi ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Ven 3 Jan 2020 - 19:21

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



Quelque chose de doux et de chaleureux émanait de cet échange. Cette statuette était la preuve que l’héritage était un acte important. Le destin avait bien fait les choses, une fois de plus. Imekanu y croyait dur comme fer, les kamuys avaient guidé ce jeune homme vers, même si la manière n’était pas la plus délicate… Une nouvelle fois, l’archère pouvait remercier les déités qui lui permettaient de faire des rencontres forts intéressants. Hotaru était gentil et acceptait le fait que la brune soit une étrangère et qu’elle vive ainsi. Encore mieux, il s’intéressait à ses compétences médicales.

Les deux shinobis étaient ravis de pouvoir s’apporter une aide mutuelle, s’échangeant de simples sourires. Par la suite, la native de Saroruncasi se posa quelques secondes sur l’état du brun, lui demandant par la même occasion s’il se sentait bien. Soigner les gens n’était pas suffisant pour Imekanu qui posait un point d’honneur sur le bien-être du blessé jusqu’au bout de la convalescence. Surtout que c’était un peu de sa faute… Hotaru rassura la jeune femme de son état avant de l’avertir pour ses doigts. Celle-ci ne comprenant pas où il voulait en venir, mais écouta ses conseils. Son regard saphir s’écarquilla de plus belle, lorsque celui qui avait un teint parfait transforma sa jambe en lave, littéralement. La réaction fut directe, la chasseresse se releva soudainement sous cet événement pour le peu très surprenant. C’était bien la première fois qu’elle voyait quelqu’un user de mystification pareille.

Une main se posa sur sa poitrine, prenant le temps d’assimiler ce qu’il se passait, tandis que ses pupilles azurées brillaient plus puissamment que d’ordinaire. Puis plus rien. Plus de blessure, plus de cette texture visqueuse orangée. Une peau sans artifice, blanchâtre, tout ce qui y avait de plus normal. Imekanu écouta à moitié son interlocuteur s’expliquer et ne prenait pas en compte qu’il aurait pu se soigner et qu’il avait attendu de la voir à l’œuvre. Non, c’était bien trop impressionnant pour se permettre de lui en vouloir pour avoir souhaité en apprendre plus sur la médecine urumie. La brune resta silencieuse, avant de s’accroupir de nouveau vers lui et de toucher sa jambe avec méfiance, comme si on vérifiait avec un bout de bois que le petit lapin était encore en vie. Le contact avec sa peau ne fut pas transcendant, il n’était pas brûlant, ni quelque chose qui aurait surpris l’enfant du Mata Kotan. Non, il était simplement lui… Mais comment ? Etait-ce dû à la bénédiction d’un kamuy ? Cela, arrivait-il souvent ? Ce n’était vraiment pas normal !


« Je… je ne suis pas sûre de comprendre ce qu’il vient de se passer… As-tu été en contact avec le Nupuri-kor-kamuy ? Je… Comment ? Est-ce un don reçu ou es-tu né comme cela ? C’est… je suis désolée, c’est perturbant ! Est-ce un phénomène qui vient de Kiri ? Cela fait-il mal ? C’est… Vous vous êtes soignés ! Est-ce que je pourrai aussi le faire ? »

Beaucoup d’interrogations, beaucoup de questions qui virevoltaient dans la tête de la jeune urumie. Mais elle avait besoin de lui dire ce qu’elle ressentait, ce qu’elle avait à dire, par pure spontanéité. Non pas de jugement, pas de rancœur, de l’intérêt, des incompréhensions et le souhait de comprendre qui il était. Tout simplement.




_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka


Dernière édition par Imekanu le Ven 3 Jan 2020 - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Ven 3 Jan 2020 - 19:39

Hotaru éprouva un soulagement immédiat en voyant Imekanu s'approcher de sa blessure disparue, l'examiner, comme un phénomène particulièrement intriguant. Elle ne s'était pas enfuie, n'avait pas crié à l'aide, ne l'avait pas maudit sur des générations parce qu'il était un monstre. Il s'était imaginé toutes sortes de scenarii catastrophes au terme desquels il finissait immanquablement par retrouver des sensations qui lui avaient été familières durant sa vie dans son village natal. Mais il s'était trompé. La flamme de la confiance en l'espèce humaine qui l'animait se ravivait, faisait disparaître les ténèbres de la crainte et réchauffait son coeur: elle l'avait accepté tel qu'il était. Même, elle s'intéressait à son pouvoir, comme une enfant s'intéresse à un nouveau jouet particulièrement surprenant.

Et il s'amusait de la voir ainsi chercher toute une foultitude de questions, les laissant s'échapper de sa bouche comme si son esprit ne pouvait à lui seul toutes les contenir. Il la calma d'un simple geste de la main, tout en souriant.

"Du calme, du calme ... Tout va bien, je n'ai pas mal. C'est un phénomène normal pour moi, mais je comprends qu'il t'étonne, si tu ne le connais pas."

Ils étaient passés au tutoiement instinctivement, et sans même s'en rendre compte. Le choc du moment avait éclipsé une politesse peut être superflue. Hotaru prit entre ses doigts fins ceux de la chasseresse, et les posa sur la peau renouvelée, à l'endroit où, un instant auparavant, la chair était encore déchirée et sanguinolente.

"Regarde, il n'y a plus rien."

Il libéra sa main. Il devait se faire rassurant, pour lui faire comprendre la vraie nature de son pouvoir.

"Je n'ai pas été en contact avec un ... kamuy, c'est ça ? Aucune divinité ne m'a accordé ce pouvoir. Aucune en laquelle je crois, en tout cas. Je suis né comme ça. Ce n'est pas propre à Kiri, d'autres shinobis dans le monde ont ce pouvoir. J'ai entendu dire que les membres du clan des Hyôsa, à Kiri, avaient la particularité de pouvoir changer leur corps en glace. Moi, c'est de la lave, voilà tout."

C'était bien la première fois que quelqu'un manifestait un tel enthousiasme devant la manifestation de ses pouvoirs si particuliers. Le magma, parce qu'il est l'élément le plus destructeur, et parce qu'il est bien peu commun de voir un homme changer son corps en cette matière, avait plutôt tendance à répugner les gens.

"Je n'ai pas entendu dire qu'on puisse apprendre à se fondre avec les éléments. J'ai bien peur que ce don soit inné, désolé. Mais tu n'as rien à regretter. S'il est bien pratique pour certaines choses, il peut aussi se révéler terriblement handicapant."

Son sourire qui se maintenait dissimulait une solitude profonde. Il ne la laissa pas transparaître. Il n'aimait pas qu'on le plaigne. Et puis, son passé n'avait rien à voir avec la conversation qui se jouait.

"Je suis content que tu n'aies pas eu peur. C'est peu commun, tu sais ? D'habitude, les gens me craignent. Merci."

Et sa reconnaissance, plus encore que dans son sourire, se lisait dans ses yeux.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Ven 3 Jan 2020 - 20:00

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



Imekanu voulait savoir et elle le lui avait bien fait savoir. Sa curiosité et son désir d’en apprendre plus sur le monde extérieur à Saroruncasi débordaient dans ses pupilles saphir. Intriguée, éberluée, elle s’agitait comme une enfant urumie qui venait d’apprendre à faire un feu de bois. Son seul geste de sa dextre blanchâtre stoppa l’archère dans ses questionnements. Se rendant compte de cette vivacité de réaction, elle se posa et détendit ses épaules, non sans rougir de gêne. Alors c’était quelque chose de normal pour ? Comment cela avait-il pu arriver ? Elle en avait vu des choses, des esprits prendre le corps de son père, des ramats parcourir l’âme des siens, mais ça… Sans faire attention, elle avait utilisé des formules moins soutenues et cela semblait plutôt normal en fait. Le contact de ses doigts sur les siens la fit sursauter légèrement, peut-être, s’attendait-elle une nouvelle fois à cette démonstration aussi, mystique et impressionnante qu’effrayante ? Non plus rien, un tas de peau et une jambe tout ce qui y avait de plus normal. C’était magique. Ou la lave… ou quelque chose d’autre qui la dépassait encore ?

Il lui répondit qu’il n’avait pas été en contact avec un kamuy, cela aurait été surprenant si celui-ci ne s’adonnait pas aux rituels, mais c’était la question qui la rassurait le plus. Il était donc né ainsi et ce n’était pas le seul capable de changer son corps en une affinité aussi spéciale ? Que lui manquait-il encore pour comprendre le Yuukan vaste et mystérieux ? Imekanu ne le savait pas… Elle hocha de la tête, lui faisant comprendre qu’elle assimilait les informations précieuses qu’il lui donnait. Alors c’était lié au chakra, voilà tout.


« Je vois… Je suis désolée pour ma réaction, nous n’avons jamais vu ça dans le Mata Kotan, c’est nouveau, tout est nouveau et je suis encore dépassée par tout ce qui se passe. »

La jeune femme s’était assise près de lui, ses genoux remontés contre sa poitrine tandis que son menton se reposait sur eux. Ses pupilles océaniques se voilèrent quelques secondes, laissant place à un reflet de confusion mélangé à la nostalgie de sa précieuse île. C’étaient beaucoup de choses à assimiler pour un petit corps empli de bonne volonté, il lui fallait le temps, mais elle comprenait et finira par ne plus être aussi surprise. On ne pouvait pas apprendre non plus à se fondre avec les éléments alors ? Ce n’était pas surprenant, Imekanu ne voyait vraiment pas comment on pouvait devenir de la lave… En plus, c’était vraiment dangereux non pour les autres ? Même si lui ne sentait rien, un accident pouvait vite arriver ?

« Je vois... Alors tu es un bonhomme pas de neige, mais de lave ? Quand tu dis que ça peut-être handicapant, tu veux dire quoi par-là ? Si ça ne te dérange pas de m’expliquer… »

Petite note d’humour, suivie par une nouvelle interrogation. Elle espérait que Hotaru ne soit pas gêné par toutes ces investigations, mais il était devenu le nouveau centre de curiosité de l’archère ! Imekanu secoua la main pour ses remerciements, non, il ne fallait pas voyons, ce n’était pas nécessaire, pas avec la traqueuse.

« Je t’avoue que j’ai quand même eu un tout petit petit peur quand même au début… Je suis une guerrière Urumie quand même, je dois rester forte ! Mais je ne juge pas et nous les urumis respectons la nature et les éléments. Je sens que tu as une bonne âme, qu’elle soit volcanique ou autre, alors non, je ne vais pas m’enfuir, mais bien rester là, comme une amie ! »

La brune lui offrit un grand sourire, lui montrant toutes ses dents blanches par la même occasion. Plus sincère, on ne pouvait pas trouver, c’était un petit bout de femme empli de bonté et de franchise qui savait se montrer imprévisible !





_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Sam 4 Jan 2020 - 0:09

C'était comme si la candeur d'Imekanu chassait toutes les appréhensions de Hotaru. D'un simple mot, elle balayait des années de craintes, de regards hésitants à l'égard des autres, de vie cachée par peur d'être isolé. Voilà la pureté d'âme. Il l'avait cherchée dans les autres, et parfois avait voulu la faire émerger, sans jamais y réussir vraiment. Il l'avait sous les yeux. Intacte. Telle qu'elle avait été faite par la nature. Y avait-il plus bel esprit que celui-ci, qui dépasse les apparences et ne s'intéresse qu'au coeur ? Hotaru avait une bonne âme, qu'elle soit volcanique ou non. C'était tout ce qu'il avait jamais eu besoin d'entendre, sans qu'on le lui ait jamais dit.

Il eut un sourire qui pouvait paraître triste, mais qui n'était qu'ému.

"Merci. C'est vraiment très gentil."

Et pour répondre à la question d'Imekanu, il dut boire une nouvelle gorgée de son thé miraculeux. Car cette fois, il ne pouvait pas passer sous silence des détails qu'il aurait préféré taire. Mais ça ne le dérangeait plus autant. Il était assez convaincu, à présent, d'avoir trouvé en Imekanu une oreille attentive et surtout impartiale. Elle verrait les choses comme elles étaient. Du moins l'espérait-il. Mais pourquoi en douter ? Elle l'avait déjà fait, à l'instant.

"Ma nature n'est pas handicapante physiquement. C'est même plutôt un avantage. Je ne suis pas aussi sensible aux blessures que les autres humains, je peux me faufiler dans des endroits inaccessibles, et toutes sortes d'autres choses de ce genre-là. C'est sur un autre terrain que tout se joue."

Une multitude de souvenirs se bousculaient dans sa tête. Par lequel commencer ? Comment mettre de l'ordre dans ce foutoir qu'avait été sa vie ? Comment en tirer la substantifique moelle de l'exclusion, quand l'exclusion était présente dans chacun de ses souvenirs ?

"De là d'où je viens, les gens comme moi ne sont pas regardés comme des êtres humains normaux. Et je suis certain qu'il en va de même dans de nombreux autres endroits. Nous sommes différents, c'est vrai. Nos corps sont différents, parce qu'ils ne sont pas que humains. Et cette différence fait peur aux autres. Alors on nous repousse. On nous exclut. On nous chasse, parfois. J'ai eu la chance d'échapper à cette dernière option. On m'a simplement considéré comme un paria."

Il eut un petit rire qui n'avait rien de joyeux.

"Les gens comme moi ne peuvent attendre aucun secours de quelqu'un d'autre, s'ils tiennent à leur nature. Il y a deux grandes alternatives: s'assumer, et vivre en exil, ou cacher sa nature, et se fondre dans la masse."

Il parlait de sa nature d'assimilateur comme d'autre chose. Un mécanisme purement inconscient, sans doute.

"J'attends le jour de la troisième option. Celle où les assimilateurs, comme moi, pourront se fondre dans la masse sans se cacher. Ca, ce sera vivre."

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Imekanu
Imekanu

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Sam 18 Jan 2020 - 0:26

Dans la forêt [Imekanu] Jsf1



Un grand sourire se dessina sur son minois au teint pur, illuminant même la plus obscure des âmes. C’était simplement sincère, si cela témoignait d’une gentillesse flagrante, pour Imekanu, c’était naturel. Curieuse d’en savoir plus sur les précédentes paroles de l’assimilateur, l’archère lui posa la question qui le força à boire une bonne gorgée de son thé aux vertus mystérieuses mais efficaces. Sa tête se pencha sur le côté, se reposant sur son bras appuyé par son genou, l’écoutant comme une enfant qui était prête à l’histoire de la journée. Il commença par lui expliquer que ce n’était pas handicapant aux premiers abords, bien au contraire. Cette idée la rendait davantage intriguée et elle avait vraiment envie d’en apprendre plus sur ces dons étranges de lave. Pour autant, la chasseresse resta silencieuse et écouta très attentivement son interlocuteur. Son regard saphir fixait le visage pal du jeune homme, analysant ses traits qui semblaient vagabonder dans de lointains souvenirs.

Il lui confia alors que de par sa nature assez « unique » on ne le considérait pas comme quelqu’un de normal. Cela ne la surprenait pas plus que ça. En effet, avec l’histoire de Shitekka, la genin comprenait bien que les sisam* du Yuukan pouvaient poser un regard dur envers les personnes différentes. L’inconnu faisait peur, Imekanu ne pouvait pas le reprocher aux individus. Mais de sa nature tolérante et gentille, elle ne pouvait concevoir de repousser et de rejeter Hotaru, qui était si gentil et qui n’avait pas demandé à naître ainsi. Ce n’était pas juste, la vie était si injuste, personne ne méritait cela. Mais la seule manière de se relever est de garder la tête haute à ne pas se laisser faire.


« Ces gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas, on ne peut pas leur en vouloir. Mais c’est très triste. Tu ne mérites pas cela, personne ne mérite d’être rejeté pour sa différence. Au contraire, cette différence fait de toi ce que tu es. Je suis d’accord pour dire que tu dois vivre ta vie, en assumant ta nature et en étant fier de ce que tu représentes ! »

Imekanu lui brandit son pouce tandis qu'elle lui offrait un sourire de toutes ses dents. Elle espérait pouvoir l'encourager dans cette voix. Personne ne devait avoir une vie imposée par l'autre. Il était temps que le brun montre fièrement ce qu'il était et réprésenté. Pour lui, pour les siens, pour ceux qui subissaient les mêmes tourments.

« Dis... Est-ce que tu peux me montrer encore une fois, ton pouvoir ? Ensuite, je ne t'embêterai plus ! »

*sisam : blancs, les gens du Yuukan quoi.



_________________
Dans la forêt [Imekanu] Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Hotaru
Hotaru

Dans la forêt [Imekanu] Empty
Sam 18 Jan 2020 - 20:20

Hotaru répondit au sourire franc et plein d'entrain d'Imekanu par un autre sourire, tout aussi franc. Il y avait longtemps qu'il était convaincu que la meilleure attitude à adopter était d'accepter qui il était, et d'essayer de ne pas souffrir outre mesure de ce qu'on pourrait dire de mauvais sur sa nature singulière. Néanmoins, il était toujours agréable de trouver quelqu'un qui pensait de la même manière. Trop longtemps il avait erré en faisant face à l'ignorance et à la peur des gens. Il avait fallu qu'il attende d'arriver à Kiri pour trouver des personnes suffisamment ouvertes d'esprit, et ayant déjà vu les prodiges du monde, qui n'étaient pas pris de terreur à voir la manifestation de ses pouvoirs. Il en était heureux. Et il attendait le jour où il pourrait montrer tous les avantages qu'offraient sa condition.

Amusé par la question d'Imekanu, il leva la main entre eux, paume tournée vers la jeune femme, et lui dit:

"Regarde bien."

Alors, la peau sembla se ramollir. On aurait pu croire que c'était une effet de la chaleur, si la température des sous-bois n'avait pas été parfaitement fraîche. Les doigts coulèrent, de même que la chair, alors que tout ça prenait une teinte orangée, puis rougeâtre. La main de magma fuma, et Hotaru dut la faire redevenir chair avant qu'elle ne mette feu à l'herbe. Cette opération achevée, il agita les doigts, comme s'il pianotait dans les airs, et rendit un nouveau sourire à l'adresse d'Imekanu.

"Et voilà !"

Une brise balaya leurs visages, toute chargée du parfum de la forêt: une odeur d'humus, de feuilles mortes, et de terre grasse. Les feuilles, en dansant, se caressèrent nonchalamment, et remplirent l'atmosphère d'un doux bruissement. Les oiseaux pépiaient. Le bol de Hotaru était vide, maintenant. Il avait bu tout son thé, et il devait admettre que ses effets avaient été surprenants. Il avait passé un bon moment. Mais à présent, il sentait qu'il lui fallait regagner le village ... Le reste du monde, presque.

"Bon, je vais te quitter. C'était un très bon moment, mais toutes les meilleures choses ont une fin."

Il se releva, et s'épousseta le pantalon.

"Nous nous retrouverons pour un échange de leçons, n'est-ce pas ? Dans les bois pour celles de médecine, et à la bibliothèque pour celles de lecture."

Chacun son environnement. Pour autant qu'il aimait l'atmosphère de cette clairière, il voulait également confronter la jeune femme au monde de Kiri, car il devinait qu'elle n'y était pas vraiment habituée.

"Avant de partir, une dernière chose. Merci pour ce moment. C'est toujours agréable de se trouver en compagnie d'une personne sympathique. Mais ça l'est encore plus quand elle ne vous considère pas comme un monstre. Alors, merci pour ça."

Il lui sourit une dernière fois, lui adressa un signe de la main, et s'en retourna par les bois, en prenant bien garde à ne pas mettre les pieds dans un nouveau piège ...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413

Dans la forêt [Imekanu]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: