Soutenez le forum !
1234
Partagez

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu}

Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Lun 9 Déc 2019 - 14:00
Mission:
 

Miyuki avait Senritsu à sa ceinture, ainsi que son autre katana de Disciple. Elle était Épéiste depuis peu et, alors qu'elle attendait sa convocation pour passer l'Épreuve des Lames, elle avait été missionnée pour aller sécuriser une mission de médecins. La kirijine en était plutôt heureuse puisqu'elle avait pour but depuis quelques mois maintenant de rejoindre le Kenpei, et quoi de mieux sur son dossier qu'une mission pareille. Bon, à bien y réfléchir, elle avait deux ou trois idées qui auraient pu être encore mieux, mais c'était tout de même une opportunité en or. Et elle ne pouvait pas se permettre de la manquer.

Elle attendait dans l'atmosphère matinale humide, brumeuse de Kirigakure no Sato, à côté d'un temple où on lui avait donné rendez-vous. Elle devait y retrouver une eisenin de l'Hôpital général mais aussi une autre kunoichi. Son boulot était assez simple, les protéger, s'assurer que tout se passait bien. Elle avait vaguement compris qu'il s'agissait d'un mal lié à la limaille de fer de la famille d'artisans. Ils avaient soi-disant trouvé une méthode pour conserver la viande dans leurs boites mais elle avait bien fait de ne pas les utiliser puisqu'ils étaient tombés malade désormais. Toujours se méfier des inventions trop nouvelles, c'était une source de problèmes inconnus, donc compliqué à neutraliser.

Seule pour le moment, la sabreuse relut la missive qui lui avait été envoyée. Donc elle devrait faire attention aux bulldogs de la famille. Déjà qu'elle n'aimait pas les chiens... Il faudrait surtout qu'elle se retienne de les décapiter, cela risquerait d'être mal vu. Ces sales bêtes étaient bruyantes, baveuses et sacrément moches, il fallait bien se l'avouer après tout. Et en plus elles font mal quand elles mordent. Des bestioles qui ne méritent pas de vivre, ce serait surement un bon service qu'elle leur rendrait en... Non. Non. Elle n'en avait pas le droit. Elle devait arrêter de partir dans ses plaisirs personnels.

Miyuki soupira alors un peu lorsque finalement l'eisenin arriva au lieu de rendez-vous. Elle était légèrement en avance, ce qui ne laissait plus que la deuxième kunoichi. Enfin, au vu de la blouse, du sac et des papiers qu'elle trimbalait, la rouquine de petite taille, au visage parsemé de grains de beauté et avec un très léger embonpoint avait tout de la médecin plus que de la combattante aguérie.

« Ohayo Gozaimasu. Vous êtes bien l'eisenin envoyée pour trouver une solution au Mal Gris et soigner la famille Mazumaki ?
- Ohayo ! Oui !.. C'est ça !.. Karamuta ... Nana !
- Mawehara Miyuki. Reprenez votre souffle, nous devons attendre une autre kunoichi. »

La médecin était essouflée, avait sans doute couru paniquée à l'idée de louper l'heure de départ. Bien plus sereine et sérieuse, la blonde aux yeux grisés fixait l'horizon aux alentours, cherchant les signes de l'arrivée de la dernière membre du trio. Quand elle serait là, elles pourraient ensemble se diriger vers le domaine des Mazumaki pour s'occuper du problème. Enfin, sauf si elles avaient des préparations à faire. Miyuki n'était pas vraiment calée en médecine, elle ignorait pas mal de choses sur le sujet, notamment si elles devaient prendre des précautions particulières pour aller chez des habitants malades et si oui, lesquelles. Enfin, les deux autres le lui diraient bien quand elles y seraient.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Imekanu
Imekanu

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Jeu 19 Déc 2019 - 23:06

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Jsf1



À peine ses yeux azurés ouverts, qu’elle entendit frapper à la porte de son cabanon de fortune très peu solide. Imekanu pas très d’humeur à être embêtée dès le matin grogna légèrement avant de se redresser et de sortir un juron dans sa langue natale. La jeune femme enfila maladroitement son kimono améthyste avant de l’entourer de son ceinturon immaculé, où était cousu le bandeau dont le symbole de Kiri était gravé. D’un pas lourd et nonchalant, l’archère s’approcha de l’entrée et poussa sans vergogne la porte. Un regard pas très réveillé et blasé se posa sur une silhouette qu’elle connaissait bien. En comprenant de qui il s’agissait, la jeune femme inspira longuement, déjà blasée de voir son visage rougissant sur sa personne.

Depuis que ce shinobi venait lui apporter ses missives, il se montrait toujours étrange avec elle et étant donné qu’elle ne comprenait pas ce qui lui prenait, elle voulait juste fuir. D’ailleurs, l’Urumie n’avait même plus besoin de lui demander de lui lire la mission, qu’il le faisait sans hésiter. Il était grand temps que la native du Saroruncasi apprenne la lecture auprès des Kirijins. Le but de la mission était très intéressant, parce qu’il touchait du domaine médical et les maladies rares et étranges intriguaient toujours Imekanu. Elle et une autre personne devait soutenir un ninja médecin, si elle comprenait bien, pour venir en aide à un clan capable de manipuler la limaille de fer. Les membres de cette famille étaient rongés d’un mal inconnu et ils avaient besoin d’un appui pour comprendre ce qu’il se passe. Déjà rien qu’à lire les symptômes, la traqueuse avait l’impression d’avoir affaire à quelque chose de toxique. Un air sérieux se dessina sur son faciès, tandis qu’elle hochait de la tête positivement et qu’elle acceptait le parchemin tout en remerciant le shinobi étrange. Il resta planté devant sa petite taille quelques secondes à la fixer de manière gênante avant de partir en fumée.
Imekanu ne comprendra jamais ce jeune homme qui était même trop timide pour citer autre chose que ses énoncés de mission.

Quelques minutes plus tard, la chasseuse était déjà en route vers l’endroit indiqué, équipée de son arc et de ses flèches ainsi qu’une sacoche garnie de concoctions diverses, principalement des remèdes préparés depuis un moment, peut-être que ça pourra aider. Pour les cas des deux bulldogs, des chiens, d’après son lecteur attitré, et bien elle avait avec elle des morceaux de lapin qu’elle avait déposés dans des feuilles d’arbre. Ses pas la menèrent rapidement à l’endroit détaillé, bien qu’il y ait beaucoup de brouillard, on s’y habituait facilement et il n’était pas difficile de remarquer la présence de deux femmes devant le portail. Timidement, elle avança et observant la belle blonde qui faisait une tête de plus qu’elle, accompagnée d’un beau sabre rougeoyant qui lui faisait penser Jiro le dragueur. À ses côtés, une rouquine vêtue comme les infirmières qu’elle avait rencontrées, lui faisait penser que c’était le médecin qu’elle devait épauler. Elle semblait bien chargée. S’arrêtant devant elle, Imekanu s’inclina tout d’abord avant de prendre la parole.

« Bonjour, je suis Imekanu, je suis ici pour la mission du mal gris. En espérant pouvoir vous aider dans cette tâche sérieuse. »
« Karamuta Nana, je suis l’Eisei nin missionnée pour ce cas mystérieux. Nous allons pouvoir commencer, veuillez-me suivre s’il vous plaît. »
La jeune femme semblait un peu nerveuse ou fatiguée, bonne question d’ailleurs, mais Imekanu espérait bien que ça ira pour la mission parce qu’elle ne souhaitait pas gérer une personne en plus des malades. Arrivées devant le portail du domaine, la rousse aux tâches rosées sur ses joues sonna la cloche sur le côté avant de reculer. Des aboiements sauvages et gras se firent entendre, faisant sursauter la médic nin, deux petites silhouettes pas très impressionnantes qui n’étaient pas enchaînées, surveillaient l’entrée. Sûrement les fameux chiens dont lui avait parlé le shinobi. Étrangement, personne ne vint leur ouvrir et les deux bêtes ne semblaient pas très coopératives. La jeune femme, pensant pouvoir s’appuyer sur le portail, faillit tomber à la renverse quand la grande porte s’ouvrit dans un bruit métallique strident. Surprise, celle-ci alla se cacher derrière la grande blonde aux beaux yeux bleus. Imekanu soupira et s’avança en faisant signe de la laisser faire.
« Vous semblez énervés mes amis, tenez, regardez ce que j’ai trouvé pour vous. »
À la sortie de ses deux sacs de feuille verte, leurs narines se trémoussèrent et ils remuèrent leur queue quasiment inexistante. L’archère sourit et sortir les morceaux de viande crue et les lança sur le côté où les deux bêtes se jetèrent sans hésiter.
« Je garde toujours un peu de viande au cas où haha... Nous pouvons vous suivre Nana, ne vous inquiétez pas, ma camarade vous protégera avec sa belle épée ! »
« D’acc… d’accord ! » Tenta-t-elle de répondre en ne cessant de fixer les deux chiens occupés à manger leur sucrerie. « Mais avant, mettez ce masque, nous ne connaissons pas encore la nature de cette épidémie. »
La rouquine sortit des masques et les tendit avant d’enfiler le sien. Ne sachant pas vraiment quoi faire de ce morceau de tissu, elle se contenta de recopier maladroitement les deux demoiselles avant de suivre la chevelure dorée qui prenait la marche comme une protectrice et Imekanu qui terminait la marche, n’oubliant pas de refermer les portails derrière elle.



HRP:
 

_________________
[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Sam 4 Jan 2020 - 16:11
Quelques instants après l'arrivée de Nana la médecin, l'autre genin qui était convoquée par la missive arriva à son tour avec un sac qui semblait bien chargé. Miyuki la dévisagea pendant une poignée de secondes. Elle était plutôt jolie. De grands yeux bleu profond tirant légèrement sur le violet, de longs cheveux bruns retenus par un bandeau pour garder son front dégagé, un visage rond qui faisait penser à une nature douce de la demoiselle. Ses traits étaient harmonieux, son corps était bien proportionné, et sa petite taille lui donnait l'apparence d'un animal mignon à qui on ferait bien des câlins toute la journée. Elle avait aussi un arc sur elle, une arme peu commune pour les shinobis au final, quand bien même elle était plus répendue chez les militaires qui ne maîtrisaient pas le chakra.

En arrivant elle se présenta, suite à quoi Nana jugea bon de redire son nom. La Mawehara les laissa échanger quelques mots avant de parler à son tour pour indiquer son nom. La politesse était de mise pour de bonnes relations au travail, elle le savait.

« Mawehara Miyuki, je m'occuperai de votre protection à toutes les deux. Et désolée d'avance, je serai bien inutile pour guérir qui que ce soit. »

Le seul médicament qu'elle maîtrisait était la patience et l'endurance, tenir bon le temps que la maladie faisait rage. Mais ici, il semblait que la situation était un poil plus grave qu'une grippe et il fallait des médecins qualifiés pour permettre aux patients de s'en sortir.

Le trio se mit en marche, la sabreuse derrière les deux eisenins. Les rues déjà bien vivantes malgré l'humidité matinale pesante de la cité rendaient plus mouvementé leur trajet, Miyuki manquant de se prendre un docker trop pressé qui transportait de lourdes caisses vers un embarcadère. Lui faisant une remarque rapide sur la sécurité ainsi qu'un regard noir, la porteuse de Senritsu finit par arriver avec les deux autres devant les grilles où personne ne les attendait. Un soupir d'ennui s'échappa des lèvres de l'impatiente mais avant qu'elle n'ait pu tenter quoi que ce soit, Nana s'appuya sur la grille et cette dernière s'ouvrit. Il suffisait donc juste de... Ah putain les chiens.

La blonde se crispa légèrement, prête à dégainer, mais la douce genin semblait avoir emporté de quoi faire puisqu'elle attira rapidement l'attention des cabots avec de la viande fraîche. La médecin officielle s'était quant à elle cachée derrière la guerrière, ce qui la fit un peu sourire. Au moins, elle semblait lui faire confiance. Alors qu'elles allaient entrer, la Karamuta sortit des masques qu'elle leur conseilla d'enfiler. Miyuki obtempéra sans rechigner et elles se mirent à avancer ensemble dans le domaine.

La Mawehara prit enfin les devants, laissant les deux médec-nin la suivre. Elle se dirigea en suivant les chemins pavés du domaine qui semblait plutôt fortuné. Les bâtiments étaient tous plutôt similaires sauf un qui semblait sortir du lot, plus orné que les autres bien qu'assez sobre. Si la taille prouvait une certaine réussite commerciale de la famille, le décor était plutôt raisonné. Ils ne dépensaient pas des millions de ryôs dans l'ornementation.

Se présentant directement à la porte, elle frappa plusieurs coups, attendant que quelqu'un vienne leur répondre. Après une dizaine de secondes, une voix se fit entendre à l'intérieur, entrecoupée par une toux assez forte.

« J'a... kof kof J'arrive ! Patientez un kof kof kof instant s'il vous plait ! »

Une quinzaine de secondes plus tard, la voix résonna à nouveau, légèrement étouffée cette fois-ci.

« Voilà voilà ! »

Encore une quinte de toux, puis la porte s'ouvrit.

« Oh, vous êtes l'équipe médicale qui venez vous occuper du maître c'est bien ça ? Désolé pour l'accueil, nous ne vous attendions pas si tôt. Merci d'avoir fait vite ! »

Sa toux entrecoupait sa phrase régulièrement, mais la jeune femme brune qui était apparut dans l'encadrement de la porte avait un masque sur la bouche.

« Entrez, entrez, je suis Mazumaki Ao. Shogo est mon grand père. Je peux vous proposer du thé ou ce n'est pas raisonnable ?.. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Imekanu
Imekanu

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Sam 18 Jan 2020 - 15:04

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Jsf1



Cette kunoichi blonde était très belle, le genre de femme qu’Imekanu admirait pour avoir été gâtée par les déités. En plus de cela, elle était très polie et son prénom lui allait très bien. Celle-ci s’occupera de la protection des deux demoiselles, tandis que celles-ci se pencheront plus sur le cas médical qui les avait réunies devant cet impressionnant domaine. L’archère préférait mettre ses connaissances et ce qu’elle avait appris au service de la nation avant de chercher à utiliser des arts shinobis qu’elle ne maîtrisait pas encore.

Devant les grilles, personne. Cela ne semblait guère plaire à la Mawehara qui soupira. De nature patiente, l’Urumie attendit de son côté en observant les alentours. Tout était très calme près de ce coin, alors que les rues étaient dynamiques, comme si on fuyait les quartiers. La rouquine s’appuya sur le grillage, cherchant désespérément la personne qui devait les accueillir. Mais ce ne fut pas un être humain qui se montra, mais bien deux créatures canines bien énervées.

De nature calme et possédant un self-control digne des grands sages, Imekanu passa devant l’Eisei nin et attrapa les bouts de viande qu’elle avait chassés et les lança sur le côté. Une fois occupés à manger, les trois demoiselles entrèrent sans attendre, après avoir attaché un masque sur leur bouche pour les protéger du mal gris. La sabreuse entama la marche tandis que la chasseresse s’émerveillait devant ces grands bâtiments, habituée à son petit cabanon fabriqué avec du bois et des feuillages.

Une voix succédée par une quinte de toux leur adressa la parole avant de les faire attendre quelques secondes. Rien qu’à l’entendre, on imaginait déjà l’ambiance dans la demeure. Cette brune qui se présenta à elles, était munie d’un masque, elle aussi était malade. Elle se présenta sous le nom d’Ao et Shogo était son grand-père. La rousse qui était restée en retrait, prit la peine de répondre alors.


« Karamuta Nana, je suis l’Eisei nin missionnée, accompagnée de Mawehara Miyuki et Imekanu. Nous vous remercions pour votre accueil et votre proposition, mais sans connaître l’origine de vos maux, il serait préférable d’éviter d’utiliser les objets ou services de votre demeure. »

Celle-ci hocha de la tête avant d’être parcourue d’une nouvelle quinte de toux. Imekanu grimaça légèrement, que pouvait-il bien leur être arrivé ?

« Très bien. Oui je comprends, je vais vous mener à mon grand-père dans ce cas. Veuillez me suivre s’il vous plaît ! »

La traqueuse suivit le groupe silencieusement, observant la décoration sophistiquée et tout ce qui pouvait l’aider à comprendre ce qu’il se passait. Les jeunes femmes passèrent par un couloir bordé par des doubles portes coulissantes. Derrière celles-ci, on pouvait encore des personnes prit des quintes de toux ou des gémissements de douleur. On avait l’impression de se trouver dans un hôpital, mais privé. Au bout de celui-ci, la brune frappa deux fois à la porte avant qu’on entende une voix grave et prise par la maladie les inviter à entrer. Il s’agissait de la suite de Mazumaki Shogo, cet homme qui avait découvert qu’on pouvait conserver la viande à l’aide de la limaille de fer. Imekanu ne savait pas de quoi s’il s’agissait, mais son goût prononcé pour la nourriture, la rendait curieuse sur cette méthode de conservation.

L’homme semblait dans un état bien triste, couvert et masqué. On pouvait y lire des traits fatigués par le temps et les années, mais aussi par le mal gris. Sa chevelure blanche et grisâtre témoignait aussi de son âge avancé.


« Ojīsan. Voici les shinobis envoyés pour nous aider à comprendre ce qu’il se passe au sein du domaine. »

Imekanu et Nana s’inclinèrent pour saluer l’entrepreneur.

« Nous apprécions de voir que la brume réagit toujours aussi rapidement pour venir en aide à ceux dans la détresse. Pour en venir kof-kof à la raison de votre présence, nous sommes de fiers manipulateurs de la limaille de fer. Notre don nous permet de d’œuvrer dans la ferronnerie du bâtiment et le forgeage d’objets et kof-kof d’en faire une entreprise qui propose de la qualité. Récemment, j’ai découvert que nous pouvions conserver la viande avec la limaille de fer. Cela kof-kof nous permet de faire des économies et la viande est toujours très bonne. Puis tout le monde a commencé à être malade au sein du clan, ce mal persiste kof-kof toujours et nous ne savons pas pourquoi. Tant que nous ne savons pas d’où cela provient, nous ne pouvons même plus utiliser notre limaille et cela coûte sur l’entreprise et le clan. Vous pouvez tout nous demander, nous serons kof-kof coopératifs. »

Il était temps de venir en aide à cette famille qui souffrait trop. Il fallait pour cela trouver d’où provenait ce mal et comprendre quand et comment et pourquoi il était apparu.

« Nous allons faire notre possible pour vous aider et venir en aide à votre famille. Il faudrait que nous sachions quand cela a commencé et si vous avez changé quelque chose dans la nourriture ou chez vous. »

Imekanu écouta Nana donner des premières consignes, elle réfléchissait intérieurement à ce qui pouvait toucher les habitants de ce grand domaine, les symptômes ne trompaient pas, cela venait du corps.

« Il faudrait que nous aussi accès à vos réserves de nourritures pour y jeter un œil. Ce mal semble vous toucher de l’intérieur, comme si cela venait de l’ingestion d’un met. »





_________________
[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Ven 31 Jan 2020 - 12:40
Alors que les deux Eisenin se mettaient à l'oeuvre suite au récit du maître des lieux, Miyuki choisit de rester encore un peu avec lui pour essayer d'en savoir plus sur le contexte général, ce qu'il s'était passé dans la famille, dans le domaine plus généralement.

« Merci pour vos informations. Si vous le permettez, j'aurais encore quelques questions. Tout d'abord je suis Mawehara Miyuki. J'aurais donc aimé savoir si vous avez changé de fournisseur de viande ou de tout autre produit alimentaire récemment. »

Le vieux malade prit alors quelques temps pour réfléchir avant de secouer négativement la tête. Mais si cette réponse laissait présager immédiatement un empoisonnement interne dans la tête de la kirijine, la voix du vieil homme lui fit revoir sa position, au moins pour l'instant.

« Je ne peux pas vous aider pour ça kof-kof... Je ne m'occupe pas de ces problèmes. Allez dont voir le cuisinier en chef qui s'occupe des repas de tout le domaine. Omiri Kota. Kof-kof. Il est dans le bâtiment des services, il doit être en train de gérer les livraisons des repas.
- Omiri Kota, d'accord. Mais les livraisons ? Vous n'utilisez pas vos ressources ?
- Eh bien nous avons pris la précaution de kof-kof... faire venir nos repas de l'extérieur le temps que ce mal soit vaincu kof-kof... C'est lui qui gère le tout ainsi que kof-kof nos repas en temps normal. Il s'occupe de l'équipe de cuisine au complet.
- Très bien, merci, reposez-vous, nous nous occupons du problème. »

Se redressant et sortant de la chambre pour continuer son enquête, la Sabreuse commença par chercher Ao du regard. Elle voulait aussi lui poser quelques questions avant d'aller voir ce cuisinier.

« Ao-san, excusez-moi mais j'aurais aussi deux questions pour vous. D'abord, qui s'occupe de gérer le personnel dans le domaine et ensuite, est-ce que vous auriez une date précise de quand est-ce que vous avez commencé à tomber malade.
- Et bien... Le personnel d'entretien est recruté par Mazumaki Diao et celui de la cuisine est recruté directement par notre cuisinier, Omiri Kota. Enfin, lui il a été recruté il y a longtemps par Diao-san. C'était il y a plus de dix ans, il nous a suivi lors de notre installation à Kiri.
- Je vois, merci. Où est-ce que je peux trouver le bâtiment des services d'ailleurs ? »

Retenant la série d'informations offerte par la jeune brune pour localiser ledit bâtiment, la Mawehara la remercia une nouvelle fois avant de s'y diriger pour une première série de questions. Lorsqu'elle aurait les informations qu'elle souhaitait, elle rejoindrait les deux médecins pour tout mettre en commun et essayer de coincer le coupable s'il y en avait un ou de définir exactement les causes de l'empoisonnement pour l'arrêter.

Mais pour l'instant, elle s'occupait de ces cuisiniers. Pour elle, le coupable était là. Mais l'était-il vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Imekanu
Imekanu

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Mar 18 Fév 2020 - 12:41

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Jsf1



Les deux kunoichis calées sur la médecine, de manière très différente, quittèrent les lieux après avoir eu leur lot de réponses. Avant de se pencher sur la nourriture qui pourrait être empoisonnée, l’Eiseinin à ses côtés lui intima qu’il fallait se rendre près d’un patient pour l’analyser et comprendre comment le poison attaquait leur système. D’accord avec sa partenaire de la journée, Imekanu hocha de la tête et suivit le médecin tel un garde du corps. Une double porte s’ouvrit sur une femme qui avait aussi un masque sur le visage, fatiguée et toussant en se camouflant avec sa main. Surprise de la présence des deux demoiselles, celle-ci s’arrêta, semblant comprendre ce qu’il se passait après une brève analyse du duo. 

« Bonjour, je suis Nana et voici Imekanu, nous sommes là pour en découvrir plus sur le mal gris qui ronge votre famille. Permettez-vous que nous vous analysions ?  » 

Une quinte de toux successive et un hochement de la tête tandis que la femme d’âge avancé grimaça de douleur. Une main bienveillante se posa sur l’épaule et le bras de celle-ci tandis que l’achève observait les doux gestes de l’Irou nin pour aider cette victime. Elle les suivit en silence dans la chambre tandis qu’elle allongea la patiente sur son futon. 

« Je vais utiliser mon chakra médical pour analyser votre état, puis on devra prélever un peu de votre sang pour voir ce qu’il en est.  » 

« Je suis… Obayo… Mer...ci Je suis kof-kof, épuisée… Faites ce que vous kof-kof devez faire...  » 

La rousse sourit doucement et hocha de la tête. L’Urumi s’installa à ses côtés suite à son invitation et l’observa poser ses mains au-dessus de la poitrine d’Obayo. Ses pupilles azurées luisirent d’une lumière émeraude qu’elle avait rarement vue. L’aura chaleureuse analysait chaque parcelle du corps de la vieille femme dont la chevelure se grisait avec le temps. L’air sérieux sur le minois taché de rousseurs inquiétait la traqueuse qui se doutait qu’au vu de la respiration saccadée et grasse de la dame, rien ne valait. Mais cette moue contrite ne lui plaisait pas, comme si ce qu’elle cherchait n’y était pas. Le halo de chakra médical cessa alors après quelques minutes d’analyse.

« Bien… Vos voies respiratoires sont prises comme nous nous en doutions, ainsi que votre appareil digestif, ce qui doit engendrer de douloureuses crampes d’estomac.  » 

La concernée se contenta de hocher positivement de la tête. Nana se tourna alors vers la native du Mata Kotan qui ne s’était pas encore prononcée, attendant l’avis de sa consœur. 

« De cette analyse, je n’ai pas détecté de poison. Il va falloir vérifier par le sang.  » 

Imekanu hocha de la tête, plus sérieux et rigoureuse que jamais. Une petite idée lui vint à l’esprit par ailleurs. Elle attrapa un sceau dessiné sur une feuille et concentra une petite quantité de chakra dans celui-ci sous l’air intrigué des deux femmes. Un petit nuage de fumée fit apparaître une pilule au creux de sa main. 

« Cette pilule est un concentré de chakra et de plantes permettant de soigner de toxine ou d’empoisonnement. Je ne prendrai pas le risque de vous la donner, ne connaissant pas le mal qui vous ronge et pour éviter une réaction indésirable. Mais je pense que grâce à mon chakra, s’il y a un poison dans votre sang, celui-ci réagira à son contact !  » 

La patiente médusée, ne comprenait pas tout, mais l’air rassurant de cette douce beauté l’aidait à avoir confiance. La Karamuta était elle aussi surprise par cette brillante idée, ses connaissances médicales n’allaient pas du côté des empoisonnements et pouvoir travailler avec une personne dotée de connaissances dans ce domaine était d’une grande aide. Celle-ci hocha de la tête et récupéra de son équipement une seringue et un petit récipient. Elle resserra légèrement le bras d’Obayo et préleva une quantité suffisante de sang pour pouvoir travailler dessus, Imekanu déposa une compresse sous le commandement de Nana pour stopper le saignement. 

La rouquine le versa dans le récipient puis posa son regard intrigué vers son acolyte qui attendait son approbation. Sa dextre survola le bocal tandis qu’elle laissa sa paume glisser sur le côté et y laisser tomber la pilule dedans. Tout le monde retint son souffle, tandis que les yeux de chacun étaient rivés sur l’hémoglobine en attente d’une réaction. Mais rien ne vint. Une longue minute passa et le faciès des deux kunoichis se voyaient contrariés par l’absence de résultat. Mais ce n’était pas forcément une mauvaise chose. 


« Les symptômes sont bien présents… Ni dans le corps, ni dans le sang… Je ne comprends pas... Qu’est-ce qu’on oublie qui pourrait être aussi important pour un être humain... » 

« Un être humain qui possède des capacités pour manier la limaille de fer… Dites-moi Obayo, maîtrisez-vous la limaille de fer vous aussi ? » 

Sa main se posa sur sa bouche tandis qu’elle offrait une nouvelle quinte de toux. Elle réussit tout de même à hocher de la tête. Un éclair lumineux passa dans les pupilles brunes de l’Eiseinin qui semblait avoir une idée. 

« Le chakra. Le poison doit passer par les canaux chakratiques… qui sont liés à l’essence des êtres capables de manier le chakra... » 

La brune ne connaissait pas assez de choses sur le chakra pour savoir si cela pouvait être possible, mais c’était une piste à explorer. Comment ? Elle n’avait malheureusement plus de pilule et prélever du chakra était hors de leur compétence… 

« Cela n’est pas arrivé sans un moyen d’ingestion non ? Nous devrions retrouver Miyuki et nous rendre en cuisine pour en savoir plus de ce côté. Merci d’avoir accepté que nous vous analysions. Nous allons trouver une réponse et faire tout notre possible pour revenir avec une bonne nouvelle  ! » 

Ne jamais promettre à un patient qu’on va trouver une solution, mais leur montrer de la détermination pour les aider était le rôle de tout médecin. Celle-ci les remercia et se laissa plonger dans un sommeil qui lui était nécessaire. 

Les deux camarades quittèrent la chambre et filèrent vers l’entrée du domaine. Elles cherchèrent une personne qui pourrait les aiguiller sur la direction à prendre pour la cuisine, ou si la blonde était dans les environs. Lorsqu’un malade leur pointa la direction vers l’ouest, Imekanu et Nana s’y dirigèrent avec la ferme intention de découvrir ce qu’il se passait ici. Bien trop de mystères planaient sur cette histoire empoisonnement.

Dans leur course, ils tombèrent sur une silhouette au delà de la perfection, vêtue de rouge et accompagnée de son beau sabre : Miyuki. Contente de voir un visage familier, l’enfant de Saroruncasi fit signe de la main et l’interpella. 


« Miyukiii ! C’est Imekanu ! As-tu trouvé des informations qui pourraient nous aider ? Nous avons fait une découverte intéressante ! » 

L’archère laissa l’Irou nin expliquer ce qu’elles avaient entrepris pendant qu’elles étaient séparées pour enquêter chacune de leur côté, une manière d’être plus efficace.

« Ne trouvant rien dans le corps et le sang d’une des habitantes, nous en avons dédiés qu’il était possible que le poison circule dans les voies chakratiques. Ils ont tous un point commun : ils maîtrisent la limaille de fer et ce, grâce au chakra. Je pense que nous devrions nous rendre dans les cuisines, si ce n’est déjà fait pour interroger un responsable et analyser la nourriture ? » 
Spoiler:
 



_________________
[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Mer 25 Mar 2020 - 21:40
Poussant la porte qui donnait sur les cuisines, Miyuki observa le lieu très calme pendant quelques instants avant de voir dans un coin un homme penché sur une table, une pile de plats en métal à côté de lui, lisant une feuille un stylo à la main. Après quelques instants, il sembla écrire rapidement quelque chose en bas de celle-ci puis se redressa et commença à marcher dans la direction de Miyuki, sursautant un peu en la découvrant.

« Vous m'avez fait peur ! Excusez-moi, j'ai une feuille de livraison à apporter au bureau d'à côté pour le suivi financier, je reviens tout de suite.
- Je vous accompagne. Mawehara Miyuki, je suis genin et je suis ici pour résoudre ce problème d'empoisonnement qui ravage cette famille. Vous êtes bien Omiri Kota, le cuisinier en chef ? »
- Oui, oui c'est moi. Je peux vous aider comment ? »

Miyuki était assez satisfaite. L'homme d'âge mûr semblait prêt à l'aider. Une personne coopérative qui l'aiderait à faire des recoupements rapides. Il était quelqu'un d'efficace, elle le voyait à ses mouvements et à sa vitesse de déplacement.

« J'aurais besoin de savoir si vous avez remarqué quoi que ce soit d'étrange en cuisine récemment, que ce soit la nourriture, les récipients ou vos commis. Même si c'est anodin, c'est peut-être important. »

Kota prit quelques instants pour réfléchir, donnant la feuille après avoir poussé la porte la plus proche qui s'était ouverte sur un bureau, une femme âgée assise derrière, des lunettes sur le nez. Elle attrapa la feuille et la lut en quelques instants avant de lâcher un "C'est bon." un peu grincheux. Refermant derrière eux, le cuisiner se prit le menton de la main droite tandis que son autre bras barrait son ventre un peu gras.

« Quelque chose d'étrange... Hmmm... Non, pas vraiment. J'ai rien r'marqué sur la qualité d'mes aliments, j'ai nettoyé d'fond en comble la cuisine en pensant qu'c'était p't-être une infection dû à un manque d'ma part, mais rien à faire, ça a continué. J'ai même fait l'dessous d'mes tiroirs les plus bas, ceux qui sont en contact avec absolument rien ! La seule chose que j'peux vous dire, c'est qu'vous devriez d'mander à Diao-san, c'est elle, dans l'bureau. Elle pourra vous en dire un peu plus sur mes employés et leur passé, moi j'sais juste qu'ils bossent bien et qu'ils sont à l'heure, j'me prends pas trop la tête vous savez, tant qu'ça bosse. »

Hochant un peu la tête, Miyuki lui demanda de rester non loin, ce à quoi il répondit avoir du travail et qu'il serait donc constamment dans la cuisine.

« Ya pas à vous en faire, j'bougerais pas ! »

Le laissant partir, la Sabreuse au regard grisâtre allait rabaisser la poignée du bureau lorsqu'elle entendit la voix d'Imekanu derrière elle. Se retournant vers elle, elle s'avança vers le duo de médecins qui était désormais là. L'écoutant avec attention, la blonde prit la parole pour répondre à sa question lorsqu'elle eut fini.

« Je pense que le cuisinier n'est pas responsable, j'allais voir Diao-san, celle qui gère les employés de la maisonnée, pour en apprendre plus sur les commis. Ça pourrait peut-être être l'un d'entre eux, le coupable. »

Elle hocha la tête aux paroles de l'Irounin et lui répondit rapidement.

« Le chef cuisinier est juste là, derrière la double-porte là bas. Il vient de recevoir des plats justement, vous devriez pouvoir les inspecter. Il s'appelle Omiri Kota. Je vous laisse vous occuper de ça pendant que je parle avec Diao-san, on pourra voir si on a des pistes une fois ça vu. »

Leur faisant un petit signe de tête tandis qu'elles se dirigeaient vers les cuisines, Miyuki pénétra dans le bureau, saluant à nouveau l'intendante.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Imekanu
Imekanu

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Jeu 16 Avr 2020 - 18:36

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Jsf1



Le trio fit un petit récapitulatif de ce qu’il avait découvert. Du côté des deux femmes portées sur le côté médical, elles pensaient que l’empoisonnement était lié au système chakratique. Et qu’il fallait enquêter de ce côté-là. Concernant la belle blonde, celle-ci pensait que le cuisinier n’était pas concerné et donc pas suspect. Cela ne les avançait pas trop, mais cela restait un homme de moins sur la liste. La brune et la rousse hochaient de la tête et laissèrent leur camarade d’aujourd’hui aller questionner cette Diao. Les deux kunoichis avancèrent vers la cuisine, mais s’arrêtèrent avant d’y entrer. Nana se tourna vers Imekanu et lui demanda comment elles allaient s’y prendre pour inspecter la nourriture. L’archère sourit fièrement et lui montra une belle petite sacoche.

« Je devrais avoir de quoi faire réagir le poison s’il y en a. Ca marche bien en général, même si ça peut faire boum... »

Une mine d’effroi se dessina sur le visage de la rouquine qui replaçait ses lunettes sur son nez. Un petit rire de la traqueuse se glissa d’entre ses lèvres avant de lui faire signe que tout irait bien. Une main chacun, elles poussèrent la double porte menant alors à la cuisine en quête de réponse. La scène s’arrêta nette alors, comme si le temps était figé. Un homme devant elles était debout devant le plan de travail avec des plats dont l’opercule était retiré. Était-ce le chef ? Pourtant, il réagissait étrangement et Imekanu n'omit pas la chose visqueuse qui était tombée dans le plat. Peu sûre, l’EiseI nin à ses côtés prit doucement la parole, méfiante.

« Vous êtes… le chef Omiri Kota ? »

Une tension à son comble, la douce Urumie dardait de ses pupilles océaniques l’individu face à elle. Son intuition ne lui disait rien qui vaille. Pourtant, elle ne pouvait se permettre d’accuser sans preuves, peut-être qu’il ne s’agissait que d’un ingrédient à ajouter… Mais la main qui tomba de derrière le comptoir fut comme une sonnette d’alarme. Tout se passa alors très vite. La jeune femme attrapa l’arc ainsi qu’une flèche, tandis que l’individu pourtant habillé comme un cuisinier commençait à décamper vers l’arrière de la cuisine. Malheureusement pour lui, Imekanu visait bien et juste. Le projectile caressa la corde avant de s’étirer. La douce décocha la flèche qui fila alors sur le bras qui passait près du mur pour que sa manche se fasse embrocher. Dans le mille. Celui-ci était bloqué par la flèche et tentait de se débattre. Son visage se tourna vers sa partenaire qui ne devait pas être mise en danger.

« Allez chercher Miyukii, je vais essayer de le retenir et de l’interroger ! »

Celle-ci hocha de la tête et quitta la pièce. Son attention se porta de nouveau sur l’homme qui tirait de toutes ses forces. Sa manche fut déchirée et il partit sous l’élan en arrière, perdant l’équilibre. La jeune femme en profita pour diminuer la distance entre eux et bondit sur lui pour le faire tomber. Assise sur son torse, arc fixé sur son visage avec la flèche prête à être décochée. La douceur prit la parole.

« Qui êtes-vous, qu’avez-vous fait au chef ? Qu’avez-vous mis dans le plat ? Répondez ou je vous transperce votre œil ! »

Un air horrifié se dessinait sur le faciès de cet homme à la chevelure cendrée. Voir la flèche si proche de son visage ne lui plaisait guère. Et dans le regard de l’urumi, il pouvait très bien voir qu’elle ne plaisantait pas. Si de nature, elle paraissait douce et innocente, elle pouvait se montrer aussi intimidante. Ce n’était pas une guerrière Urumie pour rien.

« Le chef m’avait pris… sur le… fait... »

Il avouait ? Le regard apeuré de l’homme se posa derrière elle. Elle tourna alors la tête dans la même direction et trouva l’homme inconscient et le visage brûlé sur la moitié de celui-ci. Ses yeux s’écarquillèrent et ce moment d'inattention lui coûta cher. L’individu sous elle tapa dans son bras pour lui faire perdre sa prise ce qu’il ne réussit pas tout à fait, mais cela suffit à déstabiliser la flèche. Imekanu fit volte-face et l’observa mâcher quelque chose, elle comprit très vite ce qu’il allait faire et n’eut que le temps de passer son bras devant son minois de porcelaine. Une chose visqueuse frappa le bras de la genin et très rapidement, son tissu se désintégra et la substance vint brûler son avant-bras ce qui la fit gémir de douleur. Celui-ci en profita pour se débattra et de jeter Imekanu sur le côté en la poussant. Celle-ci n’en avait pas fini avec lui et tandis qu’il rampait pour s’échapper, la kunoichi attrapa sa flèche et frappa sur le mollet ce qui lui fit lâcher un hurlement qui résonna autour d’eux.

L’enfant du Mata Kotan resta accroché à lui et à la flèche à plat ventre et ne comptait pas le laisser partir. Ce n’était pas parce qu’elle était nulle en art shinobi qu’elle ne pouvait se défendre. La brûlure sur son avant-bras lui rappelait de mauvais souvenirs et on pouvait voir sur sa peau les anciennes cicatrices. C’était très douloureux, mais elle devait tenir le coup en attendant Miyuki et Nanna, pour cette famille et pour ces malades, pour ceux qu’elle voulait protéger.





_________________
[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Ven 17 Avr 2020 - 23:35
Rentrant dans le bureau, Miyuki s'éclaircit un peu la gorge avant de se lancer.

« Rebonjour, désolée de venir vous déranger, mais j'aurais besoin de voir les dossiers des commis de cuisine s'il vous plait. Et si vous avez d'autres serviteurs arrivés récemment pour la famille, j'aimerais aussi les consulter. »

La femme d'expérience la jaugea quelques instants avant de gromeler un "Oui, veuillez patienter.", de se lever de sa chaise et de commencer à regarder les différents dossiers posés sur une étagère. Alors qui la Sabreuse prenait son mal en patience, elle entendit la voix de l'eisenin qu'elle escortait avec Imekanu l'appeler. Alors qu'elle poussait la porte pour mieux entendre les appels de Nana, elle tomba nez à nez avec cette dernière, paniquée, essouflée. Elle lui criait dessus sans même sans rendre compte, totalement affolée.

« Miyuki-san ! Miyuki-san ! Vite ! Imekanu, le chef ! Ils sont en danger ! »

Sans même lui répondre, la Mawehara fila vers les cuisines, percutant violemment la porte pour l'ouvrir en perdant un minimum de vitesse. Au même instant, un cri de douleur parvenait à ses oreilles et elle eut devant ces yeux un jeune homme au sol avec Imekanu derrière lui. Les deux étaient allongés, la jeune femme tenant une flèche dans sa main qu'elle avait planté dans le mollet de celui qu'elle supposa être un fuyard. Et elle remarqua au même moment la brûlure sur l'avant-bras de la genin qui était devant elle.

Considérant avoir suffisamment d'informations avec ce que ses yeux lui avaient dit, la blonde décrocha Senritsu et son fourreau de sa ceinture d'un geste vif tandis que le criminel semblait vouloir se retourner pour repousser l'Urumi qui venait de le blesser douloureusement. Mais avant qu'il ne puisse contreattaquer, un hurlement inhumain vint l'agresser directement, suivi d'un choc solide dans la tempe qui lui arracha un nouveau cri de douleur. La tête entre les mains, il se retourna lentement, à moitié étourdit par le cri et le choc. Le fourreau de Senritsu, s'il n'était pas tranchant et donc certainement pas mortel pour un simple coup comme ceci, aidait bien en plus de la technique qu'avait utilisé sa porteuse.

Lui envoyant un coup de pied dans le ventre pour l'éloigner de sa camarade avec une certaine brutalité, elle s'agenouilla alors comme un chevalier devant une demoiselle à terre et lui proposa sa main pour l'aider à se relever.

« Ça va aller ? »

L'air un peu préoccupé, elle la fit se remettre droite avant de tourner la tête à la recherche du chef qui était apparemment lui aussi en danger selon les dires de la Karamuta.

« Où est le chef ? Il est blessé lui aussi ? »

Finissant par le découvrir, une grimace de douleur passa sur le visage de la Sabreuse alors qu'elle observait son état.

« Vite Nana-san, occupez vous de lui, il a l'air en sale état. Je m'occupe du prisonnier. »

Jetant un regard mauvais à l'homme qui gémissait encore faiblement, sonné et souffrant. Elle ne lui avait pas fait de cadeau, pas plus que la flèche qui était toujours en partie plantée dans sa jambe et qui avait en partie aggrandit cette dernière quand Miyuki l'avait envoyé valsé sur le côté. La Danseuse fouilla alors rapidement une de ses sacoches et en sortit un rouleau de fil de fer pour bloquer solidement les mains et les doigts du commis fautif. L'attachant ainsi pour l'empêcher de continuer de nuire, elle le releva de force avant de se retourner vers Imekanu et Nana.

« Je pense qu'on tient notre empoisonneur, je me trompe ? Je vais l'attacher à une chaise histoire qu'il ne bouge plus pendant que vous vérifiez ça avec Omiri-san. J'irai le livrer après à la Kenpei. Il faudra aussi que tu prennes le temps de te soigner, Imekanu-san. »

Lui jetant un nouveau regard mauvais, elle le leva de force, loin de la douceur qu'elle avait pu montrer pour la chasseresse, puis le traîna sur quelques mètres pour l'assoir sur une chaise et l'y ligoter solidement avec le fil de fer. S'installant ensuite face à lui, à quelques mètres par sécurité, elle garda son fourreau en main et le fixa, surveillant chacun de ses moindres mouvements. Dès qu'il reviendrait à lui, elle le ferait parler.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Imekanu
Imekanu

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Sam 18 Avr 2020 - 21:31

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Jsf1



Imekanu tenta de se débattre de l’homme qui secouait sa jambe douloureuse. La jeune femme n’aimait pas faire couler le sang, mais là, un homme était brûlé, inconscient et lui avait essayé de s’échapper. Comment ne pas se faire le scénario idéal de celui qui était pris sur le fait du crime ? Alors hors de question de lâcher l’affaire ! Le mystérieux homme tenta de se retourner pour asséner un coup de pied avec sa jambe valide. Heureusement pour l’urumie qui voyait le pied arriver, un son atteint l’individu qui le désarçonna complètement. Se tenant la tête entre les mains, l’archère observait le spectacle, surprise. Comment avait-elle fait ça ? Arriver si rapidement et agir aussi agilement ? Et ce pouvoir, il venait de son sabre, si elle comprenait bien le geste ?

La blonde alterna par un coup bien placé dans le ventre qui le repoussa d’elle et la força à lâcher sa prise de sa flèche, toujours plantée dans le mollet. Encore déboussolée par la rapidité des actions, la jeune femme resta à terre à fixer les pieds de sa camarade. Celle-ci s’abaissa pour lui tendre une main qu’elle accepta silencieusement. Imekanu hocha simplement de la tête, les joues rougies par l’embarras de tant d’attention. Elle se laissa même faire lorsque celle-ci l’aider à se redresser correctement. Sa tête tourna vers le chef blessé, l’urumie le montra du doigt, ce n’était pas beau à voir, mais le miracle du chakra faisait bien les choses.

Reprenant ses esprits, la jeune femme laissa la sabreuse s’occuper du criminel tandis que la traqueuse suivit Nana pour l’aider avec le chef. Celle-ci l’avait mis sur le dos et avait pris son pouls. Son visage était devenu très sérieux, montrant un aspect très différent de l’air chétif et paniqué qu’elle avait témoigné jusqu’à maintenant. Agenouillée à ses côtés, Imekanu fut témoin de la création de la lumière verte, celle qui avait aussi soigné son avant-bras, quelques mois auparavant. Ses pupilles océaniques luisaient d’émerveillement devant cette magie qui s’opérait. De son côté, la kijirin avait attaché avec un fil de fer pour l’empêcher de s’échapper ou pire. Elle interpella les deux femmes en les questionnant sur sa nature. Vérifier cela avec le blessé qui revenait petit à petit à lui. Le livrer puis se soigner… La brune porta son attention sur l’avant-bras, elle en avait presque oublié la douleur tellement c’était une habitude, surtout à cet endroit. Mais le plus important, était la mission.


« Vous m’entendez Omiri-san ? Pouvez-vous me dire ce qu’il s’est passé ?»

Les soins atténuaient petit à petit la douleur. Cela demandait du temps, mais la souffrance diminuait et lui permettait de reprendre ses esprits. De même que pour le fautif, qui semblait bouger de nouveau.

« Il… je l’ai vu faire, dans les plats… J’étais revenu pour prendre la liste de livraison… Je ne m’en étais jamais rendu compte… J’ai honte… Pourquoi Kubo ? Pourquoi tu as fait ça ? »

Sa voix s’étrangla dans la douleur. Il ne prononça pas un mot de plus, et se laissa soigner. Imekanu se leva et rejoignit sa camarade, son attention se porta sur sa flèche qui s’était déplacée dans l'altercation et qui avait empiré la plaie. Ce n’était pas beau à voir, et même s’il le méritait, il ne fallait pas qu’il se vide de son sang. Jamais elle ne tuait, et elle ne pourrait accepter qu’il attrape une infection ou autre chose qui pourrait engendrer une catastrophe. La chasseuse se baissa et attrapa le bout de la flèche et tira sec pour le retirer. Le geste éveilla comme il faut l’homme qui cria de douleur. Bien fait. Ensuite, elle attrapa de sa sacoche une pommade cicatrisante à base de plusieurs herbes pour empêcher le saignement et aux vertus soulageantes. Enfin, elle sortit une bandelette et l’entoura autour du mollet pour que ça tienne.

Elle fit le tour se posa devant lui, un regard méchant à son attention.


« Je ne veux pas avoir de sang sur mes mains. Mais vous êtes monstrueux. Répondez à Omiri, pourquoi avez-vous fait cela ? »


_________________
[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Ven 1 Mai 2020 - 15:53
Face au prisonnier solidement attaché, la Sabreuse était prête à lui envoyer de solides coups s'il tentait quoi que ce soit contre eux. Si elle pouvait être très douce avec ses camarades, elle était surtout violente avec quiconque s'en prenait à Kiri et à ses habitants. Elle devait cependant se retenir, son dossier pour le Shinden se devant d'être impeccable. La moindre fausse note pouvait ruiner la partition qui l'y mènerait normalement. Elle devait être irréprochable.

Malgré les questions d'Imekanu et d'Omiri, le dénommé Koba semblait impassible, restait muet. Il détournait simplement les yeux de son mieux pour ne pas les regarder en face. Ennuyée, la blonde aux yeux grisés l'attrapa par le menton et le força à la regarder droit dans les yeux. Un air de sévérité teintait son visage et sa voix se fit froide comme un poignard de glace.

« C'est simple. Si tu parles, ta peine sera grandement réduite. Tu as agis sur ordre d'un commanditaire et tu n'as tué personne. Si tu persistes, c'est une entrave à la Justice de Kiri que tu fais, et tu seras le seul coupable. Je ne sais pas si tu sortiras un jour. »

L'homme avala difficilement sa salive alors que Miyuki se redressait en le lâchant, se mettant sur le côté pour qu'il puisse voir l'état de son chef de cuisine, bien blessé. Heureusement pour lui, la Karamuta était visiblement douée dans son domaine.

« Je... J'ai joué aux jeux et... J'ai eu une dette... Et celui qui gère le casino... C'est le frère du maître actuel de la famille Enaru...
- Les concurrents directs des Mazumaki dans le domaine de la conservation des aliments... Ils travaillent avec de la poterie et du sel, mais ils n'ont pas d'aussi bons résultats que les maîtres de maison...
- Et ils m'ont dis qu'ils effaceraient toutes mes dettes si je parvenais à les décrédibiliser... Ils m'ont dit quoi faire et comment... Qu'est-ce que je vais devenir ?.. Je pourrais jamais les rembourser... »

La Mawehara lui fit un regard noir avant de parler, d'un ton assez sec. Elle n'était pas très tolérante avec les hommes qui jouaient aux jeux plus que de raison.

« Il fallait y penser avant de s'endetter. Trop tard pour toi. »

Se dirigeant vers les portes de la cuisine d'un pas rapide, elle se retourna juste pour prévenir Imekanu et Nana de ses intentions.

« Je vais demander à quelqu'un du domaine d'aller prévenir la Kenpei. Mes supérieurs décideront de son avenir. Je reviens vite. »

Partant à peine deux minutes de la pièce, la genin revint après avoir demandé à un autre commis d'aller prévenir la police du village et de ramener ici-même au moins deux autres agents, expliquant que c'était lié à l'affaire d'empoisonnement. Évitant d'en dire trop à un simple civil, elle lui en donnait suffisamment pour qu'il soit cru par ses collègues.

S'installant contre un mur dans la large pièce qui permettait de préparer les repas pour tout le domaine, la Sabreuse ne lâcha que quelques mots.

« On devrait en avoir pour dix minutes maximum. Ils seront là vite. »

L'affaire était globalement terminée, il ne restait plus qu'à expliquer à ses collègues de quoi il retournait exactement et d'assister les deux irounins aux soins à apporter aux malades. Le danger n'était plus présent, il ne restait qu'à s'assurer de leur bon rétablissement et tout pourrait rentrer dans l'ordre. Observant un peu Imekanu pour vérifier qu'elle s'en sortait bien, elle ne fit aucun autre commentaire jusqu'à ce que deux hommes plus gradés que la Mawehara rentrent. Elle les salua alors et leur expliqua brièvement l'affaire, les crimes et les circonstances aggravantes et atténuantes du jeune homme avant que le duo ne l'emmène vers le poste de la Kenpei.

S'étirant alors, Miyuki se retourna vers le duo qui l'accompagnait pour cette mission.

« Je vous suis pour la suite. Ça vous dérange si je vous observe faire ? »

À vrai dire, la blonde aux yeux bleu-gris était en train de commencer à apprendre à faire de l'iroujutsu elle aussi en compagnie de son sensei Aditya, mais elle n'avait certainement pas le niveau de ses deux camarades. Et elle avait encore beaucoup à apprendre. Bien qu'elle préférait l'aspect de force surpuissante qu'offrait ces capacités, elle savait qu'elle ne pouvait pas en faire un bon usage sans meilleures connaissances du corps humain et de son fonctionnement. Et pour en savoir plus, il n'y avait pas de secrets, elle devait aider de son mieux et s'y intéresser.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Imekanu
Imekanu

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Lun 11 Mai 2020 - 22:44

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Jsf1



L’homme semblait ne pas vouloir se montrer très coopératif, même avec l’intervention de l’Urumie et du chef blessé. Cela semblait faire perdre patience la jolie blonde qui dirigeait le groupe de la mission, lui faisant comprendre qu’il pouvait encore s’en sortir moins gravement s’il leur donnait des réponses. La jeune femme était intimidante quand elle voulait et cela fit sourire Imekanu qui retourna auprès de l’Eiseinin, en gardant une oreille attentive sur la discussion. Elle aimerait bien savoir comment on pouvait en arriver là, vouloir tuer quelqu’un que ce soit un ordre ou non, c’était contre nature.

La langue se délia rapidement, pas très étonnant quand on apportait un avantage à parler. Celui-ci semblait avoir joué à des jeux et avait des dettes. La brune ne savait pas ce qu’était un casino et se contenta d'écouter. Ce qui était sûr, c’était que ces Enaru étaient étroitement liés à la famille atteinte par le mal gris. Ils se servaient donc d’un problème qui pourrissait la vie de cet homme en échange de ces actes immoraux. L’archère soupira, pourquoi se mettre dans des situations pareilles, ou pourquoi chercher une solution si criminelle ? Miyuki avait raison, il aurait dû réfléchir avant de se perdre dans le cercle infernal de l’endettement, parce qu’il avait pris un risque et avait tout perdu. En tout cas, ils connaissaient le commanditaire.

Les gémissements de douleur du chef cuisinier alertèrent l'enfant du Mata Kotan qui sortit de sa petite sacoche un concentré d’essence naturelle qui atténuait modérément la souffrance. Elle le lui fit avaler, faisant attention à ne pas trop toucher sa peau brûlée, mais en voie de guérison. La sabreuse s’occupait d’avertir la Kenpei, un terme qu’Imekanu ne comprenait guère et haussa d’un sourcil, mais elle supposait que c’était ça qui allait s’occuper de la suite. Elle se contenta de hocher de la tête et se redressa pour surveiller l’homme qui ne disait rien, dépité et abattu par sa propre bêtise.

En attendant, la jeune femme aidait l’Irounin qui effectuait un travail extraordinaire. Ce chakra verdoyant réparait les tissus en cloque de son visage et atténuait petit à petit l’inflammation. Il aura sûrement besoin d’un passage à l’hôpital mais grâce à la rouquine, sa vie était sauve. Puis deux hommes arrivèrent, sûrement présents pour emmener le criminel, Imekanu se redressa et s’inclina respectueusement avant de laisser sa partenaire expliquer la situation, il fallait qu’ils se penchent du côté des Enaru pour mieux comprendre cette affaire. Sans leur empoisonneur, ils ne pourront plus agir, mais cela ne signifiait pas que le clan était hors de danger. La traqueuse les interpella avant qu’ils ne s’en aillent.


« Il est possible que si les Enaru sont vraiment les commanditaires, qu’ils ne lâchent pas l’affaire et recommencent, il faudra enquêter de ce côté-là. Il nous faut cependant un extrait du poison utilisé pour la contamination pour réaliser un antidote et soigner les membres du clan. »

Tous les regards se posèrent sur l’homme, sourcils froncés. Il comprenait bien qu’il n’avait pas vraiment le choix. La kunoichi récupéra un bol dans la cuisine et le tendit au-dessus de sa bouche. Après de longues secondes et une petite bousculade d’un des membres de la kenpei, il finit par cracher son truc gluant et verdâtre dans le récipient. Satisfaite, la jeune femme sourit et tourna le dos pour se préparer à la création d’un remède. Miyuki demandait aux filles si elle pouvait observer, mais Imekanu était déjà très concentrée. Mais elle s’approcha de sa coéquipière, un petit air innocent sur son visage doux et adorable.

« Je veux bien de ton sang, ton corps est sain et ses anticorps permettront de finaliser l’antidote et de le rendre efficace. »

Celle-ci haussa d’un sourcil, mais accepta et utilisa une de ses armes pour faire une entaille qui fera tomber du sang dans un autre récipient vide. La genin remercia la boucle dorée et commença sa préparation. Il lui fallait des herbes pour atténuer les douleurs intestinales, un peu de sang de Miyuki et un peu de poison. Le tout dilué dans une préparation la plus liquide possible, qui ne semblait pas très agréable à avaler. Nana se redressa alors.

« J’ai bien atténué les brûlures, étant donné que c’est dû à un poison et du chakra, une hospitalisation est nécessaire pour vérifier qu’il n’y a pas d’autres problèmes. Je vous demanderai votre aide pour qu’on le conduise sur place, après qu'Imekanu-san donne l’antidote aux malades. »

Ses joues rosirent avant de tendre le bol, tout était prêt. Elle s’en alla alors dans chaque chambre en sautillant et annonça que l’antidote était prêt. Si les visages étaient surpris, ils étaient tous reconnaissants. Le dernier étant le chef du clan : Mazumaki Shogo. Après avoir bu la dernière traite de ce breuvage infecte et qui le fit grimacer. Ses épaules se détendirent, il faudra du temps, mais ils allaient tous se remettre.

« Je ne regrette pas d’avoir… kof-kof fait appel à la Brume. Elle ne m’a jamais… kof-kof déçue. J’enverrai des remerciements à l’ombre. Merci pour votre… kof-kof efficacité.»

« S’il y a quoi que ce soit d’anormal, qui ne va pas, n’hésitez pas à nous recontacter, nous répondrons expressément. La situation n’est pas encore résolue entièrement, alors renforcez vos gardes et interrogez chaque employé. Mais nous comptons bien arrêter ces commanditaires. »

Il hocha sagement de la tête et appela un de ses serviteurs à venir pour lui demander de préparer une surveillance poussée et de faire venir les employés pour qu'ils passent tous au peigne fin. Les trois femmes s’inclinèrent, Miyuki devait encore faire son rapport, mais en attendant, l’Urumie allait aider Nana et le chef à avancer jusqu’à l’hôpital. Doucement, il fallait être prudent, faire preuve de sûreté.

_________________
[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Imeka
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7228-imekanu-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7285-imekanu-carnet-de-bord#61135 https://www.ascentofshinobi.com/u914
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu} Empty
Mar 12 Mai 2020 - 14:18
Penchant un peu la tête sur le côté à la réflexion d'Imekanu, Miyuki fit un non de la tête, doucement.

« Je ne pense pas qu'ils puissent se le permettre. Ils devront déjà répondre de leurs actes devant la Kenpei. Un témoignage, qui en dévoilera peut-être doute, ce n'est sans doute pas leur coup d'essai, ils auront autre chose à penser que revenir nuire aux Mazumaki. »

Continuant sa surveillance, la jeune femme eut un instant d'arrêt face à la demande puis obéit avant de s'approcher un peu d'Imekanu pour lui poser une question discrètement, ne voulant pas se faire entendre des trois autres personnes dans la pièce.

« C'est quoi des anticorps ?.. Je viens de commencer tout juste à apprendre l'iroujutsu et... J'en ai encore jamais entendu parler... »

Un peu gênée de son manque de connaissance, elle se redressa et détourna un peu le regard vers la mixture étrange que préparait la jeune utilisatrice de rentanjutsu.

La suite fut assez simple et rapide, les officiers de la Kenpei arrivèrent et emportèrent le coupable qu'ils allaient interroger et allaient récupérer son témoignage détaillé. Suite à ça, le trio s'occupa de la préparation du remède et des soins à apporter, bien que Miyuki resta en retrait, observatrice. De temps en temps, elle posa des petites questions de détails à l'une ou l'autre des médecins, demandant pourquoi elles utilisaient tel ingrédient, pourquoi mettaient le patient dans telle position, afin de mieux comprendre tous les soins qu'elles administraient. Elle restait encore attentive si jamais un autre problème surgissait, mais tout se termina sans plus de soucis. Il fallait maintenant du repos aux patients.

Alors que les deux soignantes allaient emmener les patients les plus mal en point à l'hôpital pour compléter les traitements et s'assurer du meilleur cadre possible pour un bon rétablissement, Miyuki s'inclina légèrement vers elles.

« Excusez-moi de partir dès maintenant, mais je dois faire mon rapport au plus vite à la Kenpei.Je vous rejoindrais à l'hôpital après si jamais vous avez encore besoin d'aide ou si je peux vous observer encore un peu pour les traitements... »

Suite à l'accord des deux autres femmes qui l'accompagnaient pour cette mission, la Mawehara fila rapidement jusqu'à la caserne où elle entra en saluant l'officier de garde. Annonçant la raison de sa venue, elle alla directement voir le capitaine qui avait prit l'affaire en charge et lui détailla avec précision le déroulement de l'affaire.

« Suite à la demande d'aide qu'a fait la famille Mazumaki à Kiri, Karamuta Nana, Imekanu et moi-même nous sommes rendues sur place pour trouver la raison de cet empoisonnement qui peredurait. Après quelques questions posées aux membres de la famille, notamment le chef de cette dernière, Mazumaki Shogo, nous avons décidé d'enquêter sur place. Je suis allée interroger Omiri Kota, le chef cuisinier, puis Diao-san, l'intendante de maison, tandis que mes camarades s'occupaient d'ausculter les malades et de faire quelques tests médicaux. Elles en ont déduit que le poison ne passait pas dans le sang des victimes mais était d'origine chakratique. Alors que nous commencions à avoir des soupçons sur les commis de cuisine, pendant que j'allais voir Diao-san, mes deux collègues ont surpris l'un des commis, le jeune Kubo qui se trouve désormais ici, en train de mettre quelque chose qui était non naturel dans les plats préparés que se faisaient livrer la famille le temps de l'empoisonnemen, par prudence. Il avait entre temps blessé le chef cuisinier Omiri Kota qui l'avait lui aussi surpris. Dans leur interpellation, Kubo a blessé également Imekanu avant qu'elle ne lui plante une flèche dans la jambe pendant que Karamuta Nana me cherchait, Je les ai rejoins en vitesse et ai neutralisé définitivement le coupable avant de faire appel à vous pour le raemener ici et conclure l'enquête. J'ai eu le temps de l'interroger un peu en attendant, il semblerait que cela ait été commandité par la famille Enaru. Le jeune Kubo a eu des dettes dans la maison de jeu dirigée par le frère de ces concurrents dans la conservation des aliments, et il semblerait que pour les combler, il ait eu pour mission de décrédibiliser la famille Mazumaki en créant ce qui aurait semblé être une intoxication alimentaire de la famille avec leurs propres produits. Les patients les plus graves sont en train d'être acheminés vers l'hôpital, mais personne n'est mort ou en passe de mourir. Ils sont tous hors de danger vital. »

Terminant ainsi son rapport, le capitaine hocha la tête, pensif, puis lui fit signe de se retirer, redemandant un rapport écrit dès le lendemain. Obtempérant, la jeune femme repartit vers l'hôpital et tâcha d'aider du peu qu'elle était capable, attentive à chaque détail qu'elle pouvait apprendre autour de la médecine. Si elle voulait apprendre, il fallait qu'elle s'investisse.

La journée finie, elle s'étira et salua Imekanu et Nana, plutôt satisfaite du travail accompli. Rentrant tranquillement chez elle, la Sabreuse fatiguée n'avait plus qu'une envie, profiter un bon moment de son lit.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine

[C/Libre] Le Mal Gris {M. Miyuki pv. Imekanu}

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: