Soutenez le forum !
1234
Partagez

Les liens du sang | Katsuko

Amiko
Amiko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Jeu 12 Déc 2019 - 14:11
Les liens du sang | Katsuko Yjon

Les liens du sang


Ete 203 – Jour

Depuis qu’Amiko avait quitté le pays où la pluie était éternelle, un poids s’était retiré de ses frêles épaules. Si les cicatrices de son passé marquaient son corps durablement, la douleur intérieure s’était dissipée petit à petit aux côtés de sa sauveuse. La seule chose qu’elle avait gardée de son clan, était ces maudites dents et sa soif de sang et pour palier à cela, Amiko mettait un bambou contre sa bouche dont les canines s’y plantaient sans difficulté. Cela lui laissait des contraintes considérables, mais c’était mérité, après tout ce qu’elle avait fait. L’assimilatrice avait alors essayé d’oublier cette famille liée par le sang, et avait mené une vie unique aux côtés de l’immaculée masquée. Alors, lorsqu’elle entendit parler d’une prisonnière venant d’Ame no Kuni, capable de manipuler le sang, alors qu’elle était encore hospitalisée après s’être transformée en lave, la déchéance vint la frapper de plein fouet. Allongée dans les draps blancs en attendant que Fuyumi vienne la chercher, ses membres tremblaient comme jamais, dans sa tête, ils étaient de retour pour venir la chercher et la voilà impuissante et habituée d’un pouvoir qu’elle ne comprenait pas. Chaque pas qui passait devant la porte de sa chambre était comme le tintement de l’épée de Damoclès reposant sur sa tête.

Le lendemain, Amiko resta plus silencieuse que jamais, même si ce n’était pas vraiment difficile avec son handicap, la jeune femme restait dans son coin et alors qu’elle était d’habitude plus encline à de l’affection, son cœur n’y était pas. D’ailleurs, la sanguinaire pourtant obéissante, ne souhaita pas rester manger et quitta la demeure commune. La brune marchait alors vers le centre-ville, sans savoir où elle allait, ce n’était pas facile de déambuler près des habitants sans craindre de vouloir les mordre, mais même là, le cœur n’y était pas. Puis, tandis qu’elle frôlait les murs, évitant un maximum les contacts avec les autres humains, Amiko entendit deux femmes parler ou plutôt chuchoter, encore deux commères. Pourtant, leur dialogue intéressa plus qu’il en fallait la genin.


« Tu l’as vue ? Ils la laissent se pavaner dans les rues alors qu’elle nous a attaqué ! »
« Comment peuvent-ils ? Cette fille est bizarre avec ses cheveux roses, j’ai même entendu dire qu’elle utilisait du sang pour se battre. »
« Ah mais c’est ignoble, comment peu… ! »


Les voix de ces aigris disparurent de sa tête, tandis que son sang ne faisait qu’un tour dans un cerveau. Elle qui avait prié pour que ce ne soit qu’un mauvais rêve, et voilà que ces deux mégères en parler encore. De plus, cette épée se promenait dans la même rue qu’elle ? Non ce n’était pas possible… Il fallait fuir, quitter Iwa, ils n’avaient pas pu la retrouver ici ! Que faire ? Elle n’allait pas abandonner Fuyumi quand même ? À moins que… Des cheveux roses hein ? Cela ne devait pas être difficile à trouver. Et si c’était à la brune de vérifier personnellement si c’était un membre de son clan ? Ses pas tapotèrent le sol rocailleux de la ruelle, doucement, tandis que son épaule frôlait les murs des boutiques. De sa petite taille, elle galopait timidement et assurément sans s’arrêter, jusqu’à tomber sur une silhouette féminine qui semblait correspondre à la description des rumeurs.

Amiko s’arrêta net alors, plus grand monde passait par ce coin, et sa seule réaction fut de se cacher sur le côté d’une ruelle. Son cœur dansait à tout rompre, une sueur coulant son échine, témoignant de son malaise. Son instinct plus fort que tout, c’était le sale moment où son sang faisait des siennes et se mettait à bouillir. Intérieurement, elle se suppliait à elle-même de ne pas perdre le contrôle, mais ne comprenant pas ce qui lui arrivait encore en tant qu’assimilatrice, la femme aux pupilles rosées se rendit compte que ses doigts commençaient déjà à se transformer en ce liquide chaud et visqueux intensément orange. Surprise, la sanguinaire recula d’un pas et heurta une poubelle. Ses mains se posèrent sur sa bouche automatiquement, alors que le contact du bout de ses doigts yoton ne lui faisait même pas mal. La genin d’Iwa resta alors là, plantée, en espérant que cette inconnue qui était peut-être de sa famille ne l’ait pas entendue.




Spoiler:
 


Dernière édition par Amiko le Mar 17 Déc 2019 - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Ven 13 Déc 2019 - 16:09
Katsuko se dirigeait tranquillement vers l'Académie Hashira une fois de plus. C'était sans doute le lieu où elle était le plus tranquille, avec la bibliothèque. Des lieux où elle pouvait un peu avoir l'impression d'être seule, sans supporter le regard malveillant de nombreux iwajins craintifs. Tous n'étaient pas comme cela certes, mais ils étaient suffisamment nombreux pour qu'elle soit bien certaine qu'elle n'était pas la bienvenue. Pas qu'elle ait souhaité venir, mais ça, ils s'en moquaient bien dans leur jugement.

Régulièrement, la vampirette entendait des bribes de conversation, et ce jour-là ne fit pas exception puisque c'est deux mégères qui parlèrent alors qu'elle marchait non loin. Malheureusement pour ces vieilles cruches, Neiko avait décidé de leur foutre la frousse, de quoi les calmer un peu histoire d'avoir un minimum de paix. La demoiselle tourna alors soudainement la tête vers le duo pour bien qu'elles comprennent qu'elles avaient été entendues, puis elle marcha à pas rapides vers elles. Alors qu'elles commençaient à paniquer, la nukenin leur fit un grand sourire carnassier, approchant sa tête de leur visage avec une lueur de folie dans les yeux.

« Oh c'est vrai ça ? J'ai même entendu dire qu'elle avait mangé un village entier sur le chemin ! »

Dévoilant de manière outrancière ses canines, elle éclata de rire quand après quelques instants, les comères partirent en criant de peur, jusqu'à ce qu'un garde lui face une remarque.

« Oh c'est bon ! Si on peut plus rigoler... »

Un peu agacée de cette redescente forcée, elle glissa ses mains dans ses poches et reprit sa route. Continuant ainsi le chemin vers l'Académie, elle finit par entendre des bruits de pas qui continuaient derrière elle alors que presque personne n'avait choisi le même tracé qu'elle, sans doute à cause de ce qu'elle avait dit à voix haute quelques instants plus tôt. Et quand elle se retourna, elle entendit les bruits aller beaucoup plus vite et s'arrêter l'instant d'après, en même temps qu'elle vit une silhouette de petite taille disparaître derrière un mur.

Sourire amusé aux lèvres, elle recommença à marcher comme si de rien était mais à peine avait-elle fait quelques pas qu'elle entendit le bruit d'une poubelle que l'on cognait au même endroit. Elle décida alors d'essayer de découvrir qui la suivait. Cela pouvait être un enfant ou une jeune femme au vu de ce qu'elle avait entraperçu.

Changeant alors d'attitude, Neiko rebroussa chemin en essayant de faire le moins de bruit possible sans pour autant utiliser de chakra. Elle apparut alors au coin de la ruelle, un sourire amusé sur le visage cette fois-ci.

« Salut toi, t'es une petite courageuse pour oser suivre la grande méchante amejine, pas vrai ? On m'appelle Neiko. C'est plus court que "grande méchante amejine" à ce qu'il parait. »

Elle remarqua alors la couleur des doigts de la jeune fille et fronça un peu les sourcils. Elle était... en lave ? Qu'est-ce que c'était que ce délire ? Elle avait certes bien compris que la Résonance avait affecté des gens, mais de là les transformer en quelque chose de pareil..

« Ça va ? Ça fait pas mal tes doigts ? »

_________________
Les liens du sang | Katsuko 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Amiko
Amiko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Ven 20 Déc 2019 - 20:01
Les liens du sang | Katsuko Yjon


Ete 203 – Jour

Toujours faufilée contre les murs de la rue, Amiko fut surprise de voir la fameuse prisonnière en question se tourner vers les deux commères et leur faire la peur de leur vie. Manger un village tout entier ? Mais… même elle n’avait pas osé faire cela ! Puis, la genin comprit rapidement que ce n’était pas vrai, au son de rire éclatant de l’intrigante demoiselle, Amiko ne savait pas si elle devait être soulagée ou effrayée. Mais vu ce qu’elle avait fait, la réponse était toute trouvée. Par contre, l’assimilatrice avait très bien remarqué ses canines, et c’était ce qui l’intéressait.

La silhouette, sûrement blasée par tout cela, reprit sa route et l’assimilatrice prise de panique de perdre sa trace fila derrière, tout en continuant à la suivre de loin discrètement, ce qui n’était pas vraiment un succès. Sa filature semblait pourtant se déroulait à la perfection, ce qui encourageait la femme de lave à continuer son enquête. Se trouvant bien trop proche, la Genin se rangea dans un coin de rue et heurta par inadvertance une poubelle, faisait un bruit dérangeant qu’elle aurait préféré oublier. Un air coupable se dessina sur son visage tandis qu’une sueur coulait le long de son échine. Des tremblements commencèrent à envahir la jeune femme, prise d’une panique certaine. Son incapacité à contrôler ses émotions liées à ses derniers changements eut raison d’elle, tandis que ses doigts se transformaient en lave. Son visage effaré par cette constatation, Amiko ne savait plus où se mettre. Alors elle resta là, debout, essayant de calmer sa respiration et de s’apaiser en fermant les yeux.

Puis, la voix féminine parla, la même que toute à l’heure. La brune surprise, bondit contre la poubelle dont les doigts brûlèrent le métal grâce au long contact avec celle-ci, sans difficulté. Neiko. C’était la seule chose qu’elle avait retenue, bien trop concentrée à fixer ses pupilles brillantes et étincelantes, cette couleur… C’était la même que celle de Fuyumi, celle qui l’avait poussée à la suivre et à quitter les huit horribles années de sa vie, à se lancer hors de la pluie et rencontrer la roche. Amiko était tellement troublée qu’elle ne réagissait pas. Ses doigts ? Ce n’était pas important là ! La femme aux mèches rousses s’approcha sans comprendre pourquoi vers la demoiselle et analysa chacun de ses traits, elle pouvait sentir le sang couler dans ses veines, pouvait-elle vraiment le manipuler comme elle avant ? Une chose était certaine, cette fille ne faisait pas partie de sa famille, elle s’en souviendrait et ses yeux étaient bien trop rouges, tandis que ceux de son clan tournaient dans les tons du rose et du saumon, Amiko ayant ceux les plus clairs de tous.

Personne dans les parages à part les deux sanguinaires, des gouttes de lave tombaient sur le sol et allaient finir par durcir, un petit problème qu’il fallait régler. En attendant, la Genin, comme attirée par ses iris vermeil et tant de similarité, attrapa de sa main le bambou et le retira, le tachant de lave qui allait l’abimer, mais tant pis, il fallait qu’elle lui fasse comprendre. En quittant son barrage, la jeune femme laissa entrevoir le quatuor de canines bien plus acérées et longues que la normale. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait cela, mais elle se sentait étrangement en confiance.


« Je devais savoir… Tu es comme moi… J’ai cru que tu étais de ma famille, alors je t’ai suivie… Et pour ça… C’est rien. »

Finit-elle par dire, en posant son regard sur ses doigts toujours faits de lave. Elle allait s’épuiser inutilement en chakra si elle ne se calmait pas. Il fallait penser à quelque chose d’agréable, comme les caresses de Fuyumi sur sa joue ou les étreintes de Taiyo. Cela semblait plutôt bien fonctionnait, la peau prenant le dessus sur la liqueur à la température extrêmement élevée, pour finir par disparaître. Une chose de réglée. Quelqu’un passa au bout de la ruelle et s’arrêta un instant pour regarder ce qui se tramait, forçant Amiko à se retourner brusquement, il était rare qu’elle se montre sans sa punition, et elle n’était vraiment pas à l’aise avec cela. Prise d’une panique certaine, la jeune femme se planqua sur le côté et alla s’asseoir contre le mur, attrapant ses genoux de ses mains redevenues normales. Gênée de sa réaction, l’amejin lança un regard bref à la Neiko avant de se cacher dans ses bras, elle était vraiment pathétique quand elle s’y mettait.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Mer 25 Déc 2019 - 23:58
Avec une certaine curiosité, la demoiselle vampire observait cette petite inconnue à la bouche baillonnée. Elle commença à la questionner, essayant de ne pas trop lui faire peur contrairement à la petite démonstration qu'elle avait fait aux vieilles. Neiko étudia ainsi cette inconnue qui, avec peu d'hésitation malgré ce à quoi se serait attendu la nukenin, ôta son baillon pour lui répondre. Neiko haussa un sourcil en remarquant sans peine les canines similaires aux siennes de la jeune fille. Une iwajine qui semblait partager quelques traits avec elle, bien que ses yeux soient plus clairs.

« De ta famille ? T'es une Shimazu ? Ou d'une des branches qui dérivent du clan principal ? »

Cette fille semblait être de la même origine qu'elle. Mais leurs sangs étaient bien éloignés. Elles ne se ressemblaient pas vraiment, si ce n'était qu'elles n'étaient pas très grandes et qu'elles avaient des canines anormales. Bon, en plus, celle-là semblait se transformer en lave. La réaction du baillon au contact de ses doigts lui ôta toute envie de lui prendre les mains pour la rassurer et pour voir de plus près cette étrange chose qu'elle n'avait jamais pu observer avant. Elle ne pouvait pas lui dire qu'elle venait de Kaze, par précaution, mais elle pouvait lui dire qu'elle avait beaucoup voyagé sans donner de pays d'origine. Ça la rassurerait peut-être.

« J'ai beaucoup voyagé, mais j'ai jamais vu des gens avec des yeux comme les tiens. Aussi clair, c'est surprenant. Mais tu t'transformes à moitié en lave et ça, c'est pas une capacité commune. Ça m'fait penser aux assimilateurs de katon qui j'ai d'jà pu rencontrer, mais d'lave, c'est... Étrange, si tu m'excuses l'expression. Tu contrôles le sang ou pas du tout ? »

Curieuse mais essayant de se retenir pour ne pas l'effrayer même si elle semblait ne pas la fuir de base, Neiko jeta un oeil au garde qui se pointa au bout de la rue et Neiko montra ses deux mains en évidence. Non, elle n'attaquait pas cette gamine, elle l'avait juste repéré et elle discutait avec elle. Rien qu'on ne puisse lui reprocher. Amiko sembla cependant avoir peur, se retournant d'un coup, ce qui arracha un petit sourire amusé à la nukenin.

« T'as peur dans ton village ? C'est vrai qu'ya beaucoup d'peureux quand on commence à avoir des dents comme les tiennes ou les miennes. Et tu t'appelles comment ? J'vais pas t'appeler petite tout le temps quand même. »

Quand Amiko décida de s'assoir contre le mur, Katsuko eut un petit sourire et s'assit face à elle, de l'autre côté de la ruelle. Ainsi, elle pouvait l'observer un peu mieux et elles étaient moins visibles depuis l'entrée de la ruelle. On les emmerderait pas ici normalement.

« Pourquoi le baillon ? C'est les autorités d'Iwa qui t'obligent à faire ça ? Ça doit faire mal aux joues à force d'avoir la bouche à moitié ouverte, non ? »

Baillant un peu, la vampirette s'étira, bougeant un peu son bassin pour s'installer plus confortablement contre le mur qui lui servait de dossier.

_________________
Les liens du sang | Katsuko 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Amiko
Amiko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Mer 1 Jan 2020 - 22:25
Les liens du sang | Katsuko Yjon


Ete 203 – Jour

« Une branche secondaire du clan Shimazu... Je ne souhaite plus porter le nom de mon clan, alors ne me forcez pas à le dire. »

L’assimilatrice voulait oublier qu’elle appartenait aux Sakki, rien que d’y penser lui remémorer des souvenirs douloureux. Son visage laissait exprimer une souffrance certaine tandis que ses poings se serraient. Ses yeux, ils étaient beaux et intenses, le rose était si clair et si peu commun que ce n’était pas étonnant que la Shimazu soit surprise. Quant à son don lié à la lave, c’était encore plus étrange lorsqu’on n’avait pas l’habitude de voir cette affinité à l’œuvre. C’était étrange, ça, elle pouvait le dire.

« C’est une caractéristique du clan, j’ai les yeux les plus clairs… Je… oui, c’est venu après la Résonance… Mais je ne le contrôle pas très bien. J’ai perdu la maîtrise du sang par cet événement… Mais la soif… Vous avez voyagé ? Je ne connaisqu'Ame et Tsuchi. »

La brune aux mèches rousses ne termina pas sa phrase et tenta de changer de sujet. Son regard se détourna de la silhouette à la tenue sombre, elle ne pouvait avouer à une personne qu’elle ne connaissait à peine, avoir un goût prononcé pour les veines… Lorsqu’un individu s’arrêta au bout de la rue pour observer ce qu’il se passait, Amiko réagit instinctivement et disparu du champ de vision du curieux en se retournant. Ce n’était pas dans son habitude de se montrer sans sa barrière labiale, c’était sa punition et personne n’irait la juger sur ses excroissances. Celle-ci fut surprise de sa réaction et l’interrogea en conséquence. Son prénom… Elle avait complètement oublié de se présenter, quelle malpolie. Avant de répondre, la genin s’installa contre le mur et s’assit pour ne plus avoir cette impression qu’on la fixait. Neiko en fit de même, face à elle ce qui fit sourire Amiko.

« Ce n’est pas que j’ai peur, je n’ai pas l’habitude de me montrer sans… » Sa main se posa sur le bambou attaché autour de son cou « Je suis Amiko et je ne suis pas si petite que ça, tu n’es pas très grande non plus… »

Elle fit gonfler ses joues dans une fausse moue avant d’écouter ses questions concernant son bâillon. Voici les interrogations qu’elle aurait souhaité éviter. Est-ce qu’elle pouvait lui dire ?

« C’est… Une sorte de punition… et un moyen pour camoufler mes dents… Parce qu’elles me rappellent mon clan et… ma soif de… sang… »

La jeune femme posa sa tête dans ses bras pour cacher son visage rouge de honte. Qu’allait-elle penser de sa personne ? Savoir qu’une fille d’un clan affilié à sa famille s’était nourrie de sang et qu’elle pouvait s’en passer difficilement. Était-ce vraiment important d’avoir son avis ? Peut-être bien oui… Parce que cette fille était plutôt sympathique pour une ancienne prisonnière.
.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Jeu 2 Jan 2020 - 0:00
Katsuko hocha la tête. Donc cette fille avait un passé sombre elle aussi. Peut-être s'approchant de la noirceur de celui de la nukenin, qui sait. En tous cas, il avait été suffisamment traumatisant pour la rendre assez peureuse et lui donner des manies étranges. Elle ne fit aucun commentaire et n'insista pas, ne voulant pas l'effrayer plus encore. Peut-être même pourrait-elle apprendre quelque chose de cette fille sur la maîtrise du sang si jamais elle en était une manipulatrice. Mais rapidement, ses espoirs furent réduits à néant. Elle avait perdu le contrôle de son pouvoir natal, ce qui arracha une moue une peu triste à la vampirette.

« Je vois. Cette vague de pouvoir m'a aussi affecté, mais j'saurai pas trop expliquer comment. J'me sens bizarre depuis qu'elle est passé et y parait que j'suis beaucoup trop chaude, j'devrais être K.O. à cette température. Mais tout va bien et mes pouvoirs ont pas changé, donc j'sais pas trop. »

Elle tiqua un instant à la mention de la soif sans pour autant réagir sur le coup, ne préférant pas la mettre mal à l'aise. Elle n'était pas sûre d'avoir bien compris ce à quoi elle faisait allusion, même si elle avait de gros doutes. Perdre la capacité de manier le sang mais garder la soif... C'était difficile pour elle d'imaginer que la tsuchijine parlait d'autre chose que de la soif de boire du sang, celle-là même qui habitait Katsuko.

« Oui, j'suis allée un peu partout. Kaze, Ame, Tsuchi, Joheki, Hi, Mizu et même Kaminari no Kuni. J'ai aussi visité Wasure no Kuni pendant quelques heures, c'est pour dire. Ya que Tetsu et Hayashi, puis Yuki que j'ai jamais visité. J'aim'rais beaucoup aller là-bas d'ailleurs. Paraît que c'est tout blanc tout l'temps. Dans tous ces pays, on rencontre des gens de toutes sortes. Ils ont chacun leurs particularités même si au fond, c'est surtout le climat et le paysage qui changent. »

Elles s'installèrent tandis que l'iwajine se justifiait. Pas que Neiko ne le considère comme nécessaire, mais cela semblait rassurer la jeune femme face à elle. La kazejine hocha donc simplement la tête. Le nom de la fille la fit cependant tiquer à nouveau. Amiko. Elle venait d'une branche descendante des Shimazu. Et elle venait d'Ame. Les informations qu'elle avait appris là-bas ne pouvaient mener la Chinoike qu'à une seule conclusion, elle était face à Sakki Amiko, la jeune qui avait fugué après avoir massacré son père et son frère en bas-âge. Elle parlait en plus de soif de sang, ce qui confortait la nukenin dans son avis. Son regard s'assombrit alors. Elle ne pouvait s'empêcher d'être énervée en sachant qu'une autre enflure avait suivi le modèle de son père à elle. Maltraiter une jeune fille, SA fille, lui nuire au plus haut point et même la rendre dépendante au sang comme à une drogue tenace et cruelle.

« Je... Comprend. Même si je provoque des vieilles connes avec ça, ce que j'ai dit est vrai. Il m'est arrivé de dévorer des personnes. Pas seulement de boire leur sang mais les manger comme une bête sauvage l'aurait fait. Moi aussi, je connais cette soif. Je sais pas comment la faire disparaître sinon me nourrir d'animaux, et quand je peux, de sang humain. Mais jamais je m'infligerai ce que tu te fais. Parce que c'est pas ma faute. C'est mon père qui m'a rendu comme ça. Alors je me retiens, je trouve des parades. Mais j'ai aucune raison de me punir moi-même. Et si ça peut te rassurer, je pense que j'ai tué bien plus de gens que toi. Pas toujours des gens mauvais. Alors tu n'as pas à t'en vouloir. Après si toi ça t'aide d'avoir ce truc entre les dents, tant mieux. »

Neiko soupira un peu, se détendant partiellement. Elle ne savait pas trop quoi dire de plus à cette gamine qui semblait se chercher. Qui semblait ne pas avoir de solution à un problème qui la dévorait.

« J'ai pas vraiment de conseils pour la contrer cette soif. Je peux juste te dire que t'es pas seule, et que je cherche des réponses dans les différents écrits Shimazu que je trouve quand je voyage. Si jamais j'en découvre plus, je pourrais t'envoyer une lettre pour t'expliquer comment s'en débarasser, si ça t'intéresse. »

Après réfléxion, la demoiselle aux cheveux roses avait préféré se taire quant à sa connaissance des origines de la fille qui avait fui Ame. Elle qui pensait la chercher, avec le peu d'infos qu'elle avait à propos de son départ, vers Tsuchi ou Hi selon les différentes rumeurs, elle était tombée sur elle en plein Iwa, par hasard. Cette pensée l'amusa. Si elle en parlait à Taishi, il lui rétorquerait que c'était écrit. Lui et son destin...

« Et donc ? Tu as d'autres questions à propos de la terrible Neiko ou tu es rassurée ? D'ailleurs, je retourne à Ame bientôt, si tu veux que je contacte des gens ou que je fasse quelque chose là-bas pour toi, c'est possible. Je suis une informatrice et une mercenaire après tout. »

Un sourire amusé sur le visage, la traqueuse n'aurait pas été contre une petite mission de vengeance et de massacre des derniers Sakki. Ils avaient pour nom le surnom qu'on lui avait attribué au Colisée après tout.

_________________
Les liens du sang | Katsuko 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Amiko
Amiko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Jeu 16 Jan 2020 - 10:52
Les liens du sang | Katsuko Yjon


Ete 203 – Jour

Amiko était bien contente que cette femme ne cherche pas à en savoir plus sur son passé. Moins de personnes étaient au courant, moins les risques encourus étaient élevés. Plus loin elle se portait de cette vie à Ame, mieux elle se portait. Elle finit par lui expliquer que la nature de cette assimilation peu commune était due à la résonance et qu’elle en avait perdu sa maîtrise du sang. La vampirette semblait déçue, ce qu’elle pouvait comprendre étant donné qu’elle-même avait été en quête de réponse, notamment pour sa soif de sang. Neiko lui fit part de ces changements de température, elle semblait perdue et ne comprenait pas ce qu’il se passait. Mais la brune aux mèches rousses connaissait ça très bien.

« Depuis que je peux m’assimiler en lave, mon corps est devenu bien plus chaud aussi. Il est possible que ce soit un contrecoup de la résonance avec lequel tu devras vivre ou qui va s’atténuer avec le temps. »

Elle omit de lui parler de cette sensation de brûlure qui lui parcourait tout le corps lorsqu’elle avait soif. Amiko ne s’était jamais penchée sur ce phénomène qui semblait avoir touché bien des personnes. Sa timidité lui empêchait d’aller vers les autres pour en apprendre plus. En mentionnant sa soif, elle pensait avoir fait une grande erreur et chercha à changer de sujet. La rose semblait ne pas avoir compris ce qu’elle disait ce qui la rassura sur le moment. La question sur les voyages semblait nourrir son lot de réponses. Kaze, Joheki, Hi, Mizu et même Kaminari, voici des contrées dont la Sakki n’avait jamais foulées. Ses pupilles claires et brillantes regardaient son interlocutrice avec un intérêt certain. Jamais de sa vie l’assimilatrice s’était mis dans l’idée d’aller à l’étranger, sûrement pas dans son état d’assoiffée. Puis sa rencontre avec Fuyumi avait tracé nettement son destin à elle et la suivre à Tsuchi avait été le meilleur choix de sa vie.

« Je vois... Tu en as de la chance, peut-être qu’un jour je pourrai voyager moi aussi… La neige et le désert sont deux extrêmes que j’aimerais découvrir. »

Une fois tranquillement installées, la rose lui posa la question tant redoutée. Les mains d’Amiko se crispèrent sur son kimono saumon tandis qu’elle fixait ses pieds. Que faire ? Pouvait-elle la comprendre ? Peut-être qu’elle savait des choses sur son cas, elles étaient un peu des sortes de cousines éloignées ? Sans la regarder une seconde, elle se confia sur la nature du bambou et sur ses démons qui lui étaient intrinsèquement lié. La femme de lave osa alors un regard vers les pupilles écarlates de la Shimazu.

Puis elle parla, et Amiko sut qu’elle n’était pas la seule dans ce cas. La soif de sang, cette envie de planter ses crocs et d’arracher tout ce qui s’y trouve, elles avaient ça en commun. La morale était là et elle avait raison, ce n’était pas vraiment de sa faute si la genin avait été élevée ainsi, c’était à cause de son père aussi, qui n’était plus vraiment de ce monde maintenant. La jeune femme fronça des sourcils et serra davantage son kimono au creux de ses mains, elle arrivait parfaitement à vivre avec ça ? Amiko n’arrivait pas à voir la chose ainsi… L’Amejin écouta la proposition d’aide de Neiko puis se leva avant d’aller s’asseoir à ses côtés. Ses pupilles rosées pouvaient lire les traits presque parfait de la demoiselle ainsi que l’intensité de ses iris vermeils. Elle hocha de la tête en souriant légèrement, sans se prononcer. Bien sûr qu’elle voulait s’en débarrasser.


« Tu ne fais pas vraiment peur tu sais… Ou je suis immunisée parce que je ne suis pas mieux ? Merci Neiko pour ton soutien. Nous ne méritions pas cela en effet, et peut-être qu’un jour, j’arrêterai de me punir, qui sait… Concernant Ame, il faut ne pas être né là-bas pour vouloir y retourner, qu’est-ce qui pourrait te donner envie de t’y rendre ? Je ne veux pas que l’on sache que je suis ici si tu le veux bien, mais peut-être qu’avoir des informations sur mon clan pourrait m’aider à avancer ? Mais cela doit rester secret… »

Son point de vue concernant Âme était sûrement biaisé et son passé étroitement lié la poussait à réagir ainsi. Parce qu'elle ne pouvait encore de résoudre à y retourner qu'elle n'imaginait pas les gens vouloir y aller. Cela faisait maintenant dix ans qu’elle n’avait plus revu ce pays où la pluie y tombait sans cesse. Tellement de jours sans voir ce clan qui ne la voyait que comme un monstre alors qu’ils n’étaient pas mieux. Intérieurement, Amiko voulait quand même savoir, était-ce dangereux ? Peut-être bien. Mais si la Neiko s’engageait à se montrer discrète, peut-être que ça peut le faire.

C’était si étrange de savoir que cette jeune femme était comme elle en presque tout point. C’était agréable aussi de ne plus se sentir seule. Comme pour vérifier qu’elle ne rêvait pas, l’assimilatrice posa le bout de ses doigts sur le dos de la main de la Neiko. La peau était chaude, pas autant que la lave ou que si la brune faisait grimper la température de son corps au point que même la Neiko ne pourrait le supporter. Rien d’extrême mais sûrement plus qu’un simple humain. Elle se posait tellement de questions qu'elle ne savait pas par où commencer.


« Ta température semble supportable en tout cas. Est-ce que tu peux me parler de ta famille ? Comment tu as fait... t'en sortir ? »






_________________
Les liens du sang | Katsuko 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Mar 21 Jan 2020 - 23:52
Elle haussa simplement les épaules. Au fond, elle s'en moquait. La température de son corps n'affluençait en rien sa vie de tous les jours, elle n'en avait donc que faire. Continuant sa discussion, elle eut un rictus quand Amiko parla de chance à la mention de ses voyages. Si elle en connaissait les circonstances, elle changerait probablement d'avis à ce sujet, mais la vampirette aux yeux rubis n'avait pas vraiment envie d'insister sur ce point. Ça n'en valait pas la peine, ça risquerait plutôt d'effrayer cette petite fille.

« J'espère pour toi que tu parviendras à accomplir cette volonté. La neige j'connais pas encore mais prend garde quand même au désert quand tu iras. L'eau est une ressource très précieuse là-bas, on a tôt fait d'en manquer. Et préfère voyager de nuit. Les bêtes sont plus actives à ce moment donc c'est plus dangereux de fermer les yeux, et puis il fait moins chaud, c'est plus agréable de marcher dans ces moments-là. »

Des conseils pratiques, c'était sans doute la meilleure chose qu'elle pouvait faire pour aider cette jeune fille qui lui ressemblait dans son histoire.Elles échangèrent ensuite sur le sang, ce qui mena à Katsuko à parler de son propre passé brièvement.

« Je sais bien que je fais pas peur. Pas juste quand je discute comme ça. Quand je combats déjà, c'est différent. Quand je cherche à faire peur, c'est encore pire. »

Elle fit une petite pause pour faire un sourire amusé à l'iwajine qui semblait trop inocente encore, quoi qu'elle ait pu vivre avec sa famille.

« Plus tôt tu arrêteras, plus longtemps tu profiteras de la vie. Mais si ça te fait peur pour l'instant, je suppose que tu peux le garder, ton baillon. Pour ce qui est d'Ame, j'ai pas le choix véritablement. J'ai une mission à y terminer là-bas, et j'abandonne jamais une mission. J'en rate aucune d'ailleurs. »

Un petit sourire satisfait sur les lèvres, la kunoichi se savait pour l'instant sans échecs véritable. Toutes ses missions s'étaient soldées par des victoires, plus ou moins grandes mais toujours positif pour elle.

« Pour ton clan, il faut que tu m'en dises plus que ce que tu m'as dis jusque là. Toute information supplémentaire de base me rendra plus efficace. Quant aux secrets, tu as vécu quelque chose de similaire à moi, je t'avoue que je me sens suffisamment impliquée dans cette cause pour pas chercher à te nuire. Donc t'as rien à craindre de moi. »

Parfaitement capable de faire la séparation entre informations importantes qui pourrait nuire à Amiko et celles qui peuvent l'aider dans sa quête de réponses sans la mettre en danger, l'informatrice kazejine était prête à écouter ce que la fille face à elle avait à lui offrir. Elle prendrait des notes sur son carnet en rentrant, mais pour l'instant elle préférait faire l'éponge et avoir confiance en sa mémoire qu'elle savait excellente de base. Puis la travailler encore plus ne faisait jamais de mal.

Revenant à un autre sujet, plus personnel, Katsuko eut un petit sourire à la demande de la Sakki.

« Ma mère et mon frère sont actuellement quelque part dans le Yuukan, en bonne santé j'espère. Quand j'aurais terminé ce que je dois faire, j'irais les chercher et à ce moment, je pense que je pourrais être plus libre sur mes origines. Mais pour l'instant, chaque parole que je dis à ce sujet est un danger pour moi mais surtout pour eux. J'espère que tu ne m'en voudras pas de ne rien te dire de plus à ce sujet. Notamment parce que j'ai tué mon père en lui arrachant son coeur de la poitrine à mains nues. »

Faisant un petit sourire montrant qu'elle n'avait aucun remord là dessus, elle bailla un peu avant de s'étirer.

« Je suis limitée dans ce que je peux dire à beaucoup de sujets, mais si jamais tu as des questions, pose les toujours, sait-on jamais, tu tomberas peut-être sur un sujet où je suis libre d'en dire plus. »

_________________
Les liens du sang | Katsuko 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Amiko
Amiko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Lun 27 Jan 2020 - 11:37
Les liens du sang | Katsuko Yjon


Ete 203 – Jour

La demoiselle lui donna des petits conseils concernant Kaze. C’était une vague contrée dont en ignorait beaucoup de choses, un désert ? Rien de plus pour Amiko. Celle-ci ne put s’empêcher de sourire, amusée par les dernières paroles de la sanguinaire. S’il y avait bien quelqu’un qui n’avait pas peur de la dangerosité et de la chaleur, c’était bien elle.

« Je vois… Prendre de l’eau, ça me semble une bonne idée oui. Concernant les animaux et la chaleur… Pour la première, si je me fais attaquer, je saurai me défendre. Pour la seconde, depuis que ce pouvoir est en moi, la chaleur est bien abstraite… »

[i]Ses mains se joignirent, entrelaçant ses doigts. La peau était chaude, elle le sentait, mais ce n’était pas cette agréable sensation lorsque l’on a froid et qu’on se réchauffe, ça ne lui rien de plus. Le seul moment de plénitude où elle peut en profiter, c’est dans les bras glacials de Fuyumi. Rien qu’en y pensant, elle ne peut s’empêcher de sourire. Amiko ne savait même plus ce qu’était combattre avec le sang ou même l’utiliser grâce au chakra, c’était comme si une partie d’être avait disparu ce jour de résonance. Celle-ci ne put s’empêcher de rire en repensant à la frousse qu’elle avait filé aux deux commères. Il était vrai que quand elle le voulait, elle savait être prise au sérieux, cette rose.

L’écho de ses mots résonnait dans sa tête comme dans un souvenir pas très lointain. Profiter de sa vie, vivre, sans culpabiliser. Même si la Neiko ne jugeait pas ses choix, l’assimilatrice le faisait toute seule. Elle finissait par se remettre en question. Se punir ? Parce qu’on l’a poussée à devenir dépendante du sang ? Cela faisait maintenant dix ans qu’elle vivait avec ce bambou, est-ce qu’elle devait s’accepter et vivre avec sa nature, arrêter de résister ?


« Tu n’es pas la seule à me le dire… Fuyumi me le dit sans arrêt, de ne pas laisser le monde contrôler ma vie et d’accepter ce que je suis. Si je veux trouver une solution pour ne plus dépendre du sang, on trouvera. Mais en attendant, je dois cesser de me punir. Et tu dis-toi, que je dois profiter de la vie… »

La genin murmura presque la fin de sa phrase, tandis que ses pupilles rosées observaient le mur d’en face. Sa main se posa sur la barrière qui lui retirait la parole, que faire ? La Neiko semblait vraiment vouloir aider la Sakki, lui indiquant par ailleurs qu’elle ne cherchait pas à lui nuire. Même si elle pouvait lui faire confiance, ses démons la chassaient toujours et le crime qu’elle avait commis restait indélébile.

« Je sens que je peux te faire confiance… Mais si je te dis mon secret, tu devras aussi m’en dire hein. » Innocemment, elle lui sourit de toutes ses dents, avant de reprendre un air sérieux. « Si tu as vécu assez longtemps à Ame, tu dois connaître ce qu’il s’est passé il y a dix ans concernant le clan Sakki, dont je fais partie… Je te passe les détails, je pense que tu comprendras comme une grande… Il est possible que si on me retrouvait, on chercherait à me couper la tête, c’est pour cela que j’en reste loin et que je ne veux pas en entendre parler… Les tortures que j’ai subies depuis mon enfance m’ont marquée à vie, autant que j’ai marqué l’histoire de notre clan à vie… »



Amiko enfouit son visage dans ses bras. Elle n’était vraiment pas fière de ce qu’elle avait fait. Le pire, c’est qu’elle ne se souvenait pas de ce jour… Seule la douleur, la peine et les cris de sa mère hantaient son esprit. Pour changer de sujet, l’Amejin lui en raconta un peu plus sur sa famille. Elle avait une mère et un frère qui étaient quelque part dans ce vaste Yuukan. Elle aspirait à pouvoir les retrouver et être plus libre. Celle-ci était réticente quant à parler de son passé, surtout parce qu’elle avait elle aussi hôte la vie de son père. Amiko la regarda surprise. Ces deux filles avaient beaucoup de points communs, s’en était affolant. La différence, c’était qu’elle ne montrait pas de remord.

« Est-ce en rapport avec cette mission à Ame, qui t’empêche de retrouver ta liberté et de rejoindre ta famille ? En tout cas, j’espère que tu les retrouveras un jour… Concernant ton père… Je crois que c’est de famille, de leur retirer la vie, peut-être qu’ils le méritaient, tout simplement…

Je n’ai pas grand-chose à t’offrir en échange de ma demande, dis-moi ce que tu veux de moi et j’essaierai de te le donner. Ma mère se nomme Yuna Sakki. Si tu peux savoir comment elle se porte… ça sera déjà beaucoup pour moi… la seule chose que je demande en retour, c’est de savoir quelque chose sur toi, que tu ne dévoilerais pas si facilement.
»

Parce qu’elle venait de lui offrir des informations sur sa vie que personne connaissait, à part Fuyumi, elle était en droit de lui en demander autant. Elle était prête à couper court à toute conversation ou relation si celle-ci cherchait à lui mentir ou se jouait de sa fragilité.


_________________
Les liens du sang | Katsuko 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Lun 3 Fév 2020 - 2:26
Katsuko eut un petit sourire amusé aux commentaires de la jeune Sakki à propos des bestioles du désert.

« Tout l'monde sait s'défendre contre un scorpion d'trente centimètres s'il est réveillé. Mais ils tuent beaucoup d'âmes perdues dans leur sommeil pendant la nuit. Les inconscients qui savent pas où dormir ni quand. C'est d'ça qu'il faut s'méfier. Des moments où on s'croit en sécurité. »

Elle écouta alors Amiko, échangeant ses pensées avec elle. Continuant la discussion après un petit baillement, Neiko enchaîna.

« Elle a raison, cette Fuyumi. Et oui, faut profiter de la vie. C'est bateau comme truc, mais t'en as qu'une. Alors si tu la passes à vivre à moitié, t'en auras pas une deuxième après pour faire l'autre moitié quoi. »

Souriant, amusée par sa propre manière de raconter la chose plutôt ridicule, Katsuko regarda vers le ciel quelques instants.Amiko reprit alors la parole et se lança dans un sujet plus intéressant pour la mercenaire. Plus épineux aussi.

« Un secret contre un autre... Ça me va. Je t'écoute. »

Attentive, Neiko fit un peu la moue en entendant ce que lui demandait Amiko. Il s'agissait uniquement de lui donner des nouvelles du clan Sakki donc. Dommage. Elle aurait bien aimé joué un peu.

« J'en ai entendu parler en effet. Une triste histoire. Mais si tu es vivante, alors ce n'est pas si mal. Tu n'as pas à t'en vouloir pour ce que t'as fait ton père. Pour ce qui est de ma mission à Ame, c'est son urgence et les risques que je peux faire encourir à mon frère et à ma mère si je les implique dedans en les cherchant avant que ça soit fini qui m'inquiètent. »

Elle réfléchit un peu, levant à nouveau les yeux au ciel.

« Ce que je peux vouloir pour ça... Pour l'instant rien. Mais si un jour j'ai besoin d'une information que je pense que tu peux avoir, il faudra que tu me la donnes. Ça te va comme deal ? Tu n'y perds rien, pas même un ryô. Je m'en sortirais pour la retrouver à moindre coût, cette Sakki Yuna. Tu veux juste savoir comment elle se porte ou tu as besoin d'autre chose à ce sujet ? »

Attendant sa réponse, elle eut alors un petit sourire.

« C'est à moi donc. J'ai un peu réfléchis et ce que je vais te dire c'est ça. J'ai des informations sur quelqu'un capable sans doute de forger des armes très puissantes. Des armes légendaires. C'est encore en cours de recherche, mais je devrais le contacter une fois que j'aurais fini ma mission à Ame. Très peu de gens sont au courant de son existence. Et j'espère que je parviendrais à le rencontrer d'ici quelques mois tout au plus. »

Elle avait choisi de lui parler du Forgeron sans donner trop de détails, puisqu'elle ne possédait que peu de secrets qui pouvaient intéresser cette jeune fille et qui ne la mettaient pas elle grandement en danger.

« Évite d'en parler à d'autres iwajins, cela risquerait de lui faire peur de savoir qu'un village le cherche et il pourrait disparaître dans la nature. Même s'ils se croient discrets, tout finit par se savoir. Surtout dans mon milieu. »

_________________
Les liens du sang | Katsuko 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Amiko
Amiko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Lun 2 Mar 2020 - 12:30
Les liens du sang | Katsuko Yjon


Ete 203 – Jour

L’exemple du scorpion lui faisait froid dans le dos, elle n’avait jamais eu affaire à ce genre de spécimen et l’idée d’être empoisonnée par une des bêtes ne lui plaisait pas. Fort heureusement, le sommeil était quelque chose d’abstrait pour la kunoichi, aussi. 

« J’ai de la chance alors, je ne dors plus vraiment depuis un moment. Bien trop peur de perdre le contrôle pendant mon sommeil... »

Les images de sa transformation se reflétaient dans ses prunelles cristallines et lumineuses. Amiko n’avait jamais eu aussi peur de sa vie, pour les autres, et même pour elle. Si durant très longtemps, l’idée même de vivre était un fardeau, ce qui lui était arrivé témoignait son désir de survivre dans ce monde injuste. Il lui était déjà arrivé d’assimiler ses dons à sa soif de sang et de ne pas réussir à faire la différence entre les deux. La suite était dramatique, car elle pouvait perdre totalement le contrôle sur ses instincts et s’en prendre aux personnes qu’elle aimait le plus. 

Les mots de Neiko firent sortir la Sakki de ses sombres pensées. Elle avait raison, tout comme la femme masquée, mais alors pourquoi était-ce si difficile ? Elle sourit timidement à son encontre avant de partir sur un autre sujet : très important d’ailleurs, parce qu’elle allait lui confier ce pourquoi, elle avait fui. Celle-ci ne semblait pas satisfaite de sa demande, s’attendait-elle à ce qu’elle lui demande d’éradiquer les dernières personnes de sa famille ? Amiko avait déjà causé la mort et répandu le sang, c’était déjà suffisant non ? Maintenant… si eux n’avaient pas oublié et voulaient voir sa tête sur un pique, c’était autre chose… 

Une triste histoire… C’était bien plus que ça, c’était un cauchemar qui s’était terminé par un massacre. Elle comprenait que la rose ne souhaitait pas impliquer ses proches dans cette mission périlleuse, c’était même louable. La nukenin lui confia qu’elle ne souhaitait rien en échange, ce qui la surprit. L’assimilatrice se contenta de hocher de la tête face au deal proposé. Le nom de sa génitrice résonnait dans sa tête, ainsi que les dernières paroles à son attention, la traitant de monstre, ce qu’elle était non ? 


« En fait je… Oui, comment elle se porte.., Mais… J’aimerais savoir ce qu’il se dit de moi, si je suis recherchée là-bas, ce qu’ils voudraient faire de moi… Je sais qu’aux yeux de ma propre mère, je suis un monstre et je me doute qu’elle doit me haïr, ça reste ma mère. Maintenant, s’il y a un risque pour ma vie ou pour ceux que j’aime, qui m’ont bien traité et qui m’acceptent comme je suis… À ce moment-là, il faudra peut-être agir…  »

Amiko ne souhaitait pas expliciter ce qu’elle sous-entendait. La mercenaire était assez intelligente pour comprendre où elle voulait en venir. Ses bras se resserrèrent autour de ses genoux, même si elle avait le même sang que les Sakki, ce n’était pas une famille pour elle, ils ne l’avaient jamais chéri ou aimé. 

A son tour de lui raconter un petit secret, marché passé, marché respecté. Celle-ci lui raconta qu’elle avait des informations sur une personne qui détenait des armes légendaires. Son regard s’agrandit, surprise qu’on puisse détenir des outils forgés qui puissent posséder une puissance propre… Cela semblait être quelque chose de très rare. Une information qui pourrait lui servir un jour, peut-être, un secret à demi, sentant que les ombres qui survolaient Neiko n’était pas de bonne augure. La brune hocha de la tête, silencieusement, avant de regarder devant elle. 


« Merci pour l’information, je ne sais pas si cela me servira un jour, mais je garde cela dans un coin de ma tête.  »

Dans un élan d’énergie, Amiko s’élança en avant pour se relever et s’étirer. Regard à gauche, regard à droite, personne. Cependant, elle savait qu’elle ne devait pas trop s’absenter sans donner de nouvelle, surtout dans sa situation délicate. La genin tendit une main à sa cousine de sang. 

« Je ne vais pas pouvoir m’attarder plus, Neiko. Mon instabilité ne me permet pas de me retrouver seule et loin de chez moi sans donner de nouvelle et je ne veux pas inquiéter Fuyumi. Merci pour… tes conseils et ton aide, je suis contente de… savoir qu je ne suis pas seule. N’hésite pas à m’écrire lorsque tu en auras le temps, j’en serais ravie. »

 Hésitant sur ce qu’elle pouvait dire de plus, la jeune femme se contenta de s’approcher de la rose et de l’enlacer brièvement, mais suffisamment pour lui offrir une chaleur voulue. Elle remit son bambou sur ses lèvres, ses dents s’insérant dans les petits trous déjà gravés. L’amejin sourit avant de lui faire un signe de la main et de s’empresser de rejoindre sa maison. 


_________________
Les liens du sang | Katsuko 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Les liens du sang | Katsuko Empty
Lun 9 Mar 2020 - 15:14
Katsuko haussa les épaules. Ne pas dormir par peur de perdre le contrôle pendant ce dernier. Elle était peu confiante décidément.

« Crois moi d'expérience. Quand tu es en manque au point où tu perds le contrôle, bien dormir est impossible. Tant que tu dors, tu ne perdras pas le contrôle. Si tu es trop en manque, c'est juste impossible. Tout comme te retenir l'est sur le long terme. Je parle d'expérience, je ne suis pas toujours dans des milieux où c'est simple de sortir chasser pendant une demi-journée. »

Continuant leur échange, Katsuko finit par en venir sur la question d'un éventuel travail. Et là, la réponse d'Amiko qui s'était d'abord montré très prude fut plus nette. Plus au goût de la vampirette. "À ce moment là, il faudra peut-être agir...". Oui. Ça, c'était plus amusant que des simples nouvelles. Contrairement à ce que certains pouvaient croire, les Shimazu des anciennes écritures n'étaient plus. Les différents clans étaient rivaux. Et si Katsuko voulait y installer sa famille, la présence des Sakki était un risque. Un risque qu'elle aurait accepté certes, car elle n'avait pas de raison de s'en prendre à eux. Mais si on lui en offrait une, il était difficile de la refuser. De l'oublier. Cependant, ellee n'était pas non plus une folle meurtrière. Elle n'agirait véritablement que si elle se retrouvait dans une situation où c'était nécessaire pour la protection d'Amiko. Elle avait donné sa parole à cette dernière qui de plus était victime de sa famille, situation similaire à la sienne bien que différente car Neiko avait fuit directement après avoir tué son père. Sa mère l'avait aussi soutenu de son mieux pendant ses années difficiles, et elle en était elle-même en partie victime, de cette volonté de contrôle total d'Emichi. Ni elle ni son frère n'avaient soutenu les actes du fou qui leur servait de figure paternelle.

« Donc tu veux savoir comment se porte ta mère et ce qu'il se dit de toi. Ok. T'en fais pas, je m'occuperais des mesures à prendre une fois sur place. Je t'enverrais une lettre quand j'aurais contacté ton clan et que je saurai leur position par rapport à toi. »

Dans un sens, s'il leur arrivait malheur, c'était de leur faute non ? Eux qui n'avaient pas sû aimer leur propre famille ne pouvaient s'en vouloir qu'à eux-même si des retombées leur arrivaient dessus. Et pour eux, le karma se présenterait sous la forme d'une jolie jeune femme aux cheveux roses et aux yeux rougeoyants.

La suite de leur échange fut aussi la fin, plutôt rapide. La jeune fille avait toujours peur d'elle-même. Katsuko sentait bien qu'elle ne pourrait rien faire de plus pour elle. Ses conseils ne l'atteignaient qu'à moitié. Elle était enfermée dans sa propre peur. Il faudrait quelqu'un qui sache la briser pour la rassurer réellement.

« C'est un des rares secrets que je peux me permettre de communiquer puisqu'il ne met en danger personne à qui je tiens. J'espère qu'il te convient malgré tout. »

Ce n'était pas tellement d'Amiko elle-même qu'elle avait peur, mais des oreilles indiscrètes. Elle ne connaissait que très peu Iwa au final, juste ses bâtiments principaux et en gros le système de fonctionnement de ses défenses évidentes en cas d'attaque. C'était bien peu pour se sentir rassurée. Heureusement, elle partirait bientôt. Elle en était persuadée. La Sakki s'excusa alors de partir puis retourna rapidement vers chez elle, remettant son baillon.

« De rien. J'y penserai... Et souviens toi, tu n'as pas à avoir honte de ce que tu es. »

Se relevant à son tour alors que la jeune femme avait disparu au coin du mur, la nukenin se releva et dépôussierra rapidement son vêtement avant de ressortir de la ruelle. Jetant un sourire narquois à ses gardes, elle reprit son chemin, se dirigeant vers la bibliothèque. Ses recherches sur les Shimazu dans la bibliothèque d'Iwagakure no Sato n'étaient pas encore terminées.

_________________
Les liens du sang | Katsuko 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336

Les liens du sang | Katsuko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: