Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 08. Demandes diverses
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 13:14 par Chiwa Aimi

» 03. Changer de zone
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 13:06 par Aditya

» Le long des alysses
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 13:01 par Aditya

» Fin de l'Event n°5
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 12:01 par Gozan Arukisa

» Echos du futur [Teruyo]
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 11:09 par Oterashi Yanosa

» 08. Autres demandes techniques
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 10:50 par Chiwa Aimi

» 07. Demandes liées au commerce
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 10:40 par Chiwa Aimi

» A nouveau de vassal à Seigneur [Masato]
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 10:11 par Hyûga Tsuyoshi

» Quand le reptile et le félin deviennent amis — PV Medyûsa
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 9:40 par Medyūsa

» Lettre au conseil d'Iwa
La consécration. [Pv No/Kuro] EmptyAujourd'hui à 9:10 par Kobane Harumi

Partagez

La consécration. [Pv No/Kuro]

Yokan Kuro
Yokan Kuro

La consécration. [Pv No/Kuro] Empty
Ven 13 Déc 2019 - 21:54
La pression se ressentait et tout s’était passé très vite, à peine le temps de se préparer mentalement à l’épreuve, mais il était temps pour Kuro et No. Ils avaient tout deux leur sabre entre leurs mains. Il passaient l’épreuve en même temps et avançaient désormais vers l’île d’Ue à bord d’un navire deux mats accompagnés d’un observateur pour les guider jusqu’au lieux de l’épreuve inconnue. Seul des rumeurs tournaient par rapport à la nature de l’épreuve mais aucune d’elle ne semblait réaliste.

« C’est ici. »

Le navire s’arrête et la pression se sent plus fort sur les épaules des jeunes sabreurs. C’est ici que tout était mis en jeu, la sueur et le sang versé à s’entraîner depuis tout ce temps. Nombres de cris d’animaux émergeaient de la futaie et ils ne rassuraient pas nos deux loups solitaires qui s’étaient adressés des regards pleins de questions. Ils finirent par atteindre une clairière ou étaient rassemblés un groupe d’hommes en tenue traditionnelle formant un énorme cercle autour d’un marquage complexe au sol. On pouvait très clairement remarquer au centre les fentes qui accueilleraient les sabres. Autour des cercles, des joueurs de taiko debout derrière leurs énormes tambours placés sur des supports en boit attendaient le début de la cérémonie pour se lancer, immobiles tel des statues.

« Raiden ‘’NŌ’’ Narotama, Yokan Kuro. Veuillez prendre place. »

C’était à leur tour désormais, la voie s’ouvre pour No et Kuro, suite à quoi le vénérable maître de cérémonie indique d’une voix forte et articulée de planter les épées.

_________


Kuro avait passé les trois derniers jours isolé de tout, depuis qu’il avait été notifié qu’il allait participer à l’épreuve des lames il s’avait que ce ne serait pas un entraînement physique ou à l’épée qui serait fait à la hâte et sous pression qui lui serait utile. Il avait été faire connaissance un peu plus avec No, qui la passerait en même temps que lui. Un peu pour évacuer le stress qui pesait sur ses épaules, mais il se doutait que cela aiderait aussi son partenaire. Il avait donc après commencé à méditer presque jour et nuit, ayant du mal à trouver le sommeil. Il se doutait que son mental serait mis à l’épreuve et c’était un peu son point faible, s’il était un loup solitaire c’était pour une raison, il était introverti et ne voulait pas avoir à défendre d’autres gens. Enfin c’était sa mentalité avant de rencontrer son maître, il avait évolué depuis, il allait désormais beaucoup plus vers les autres, mais une partie de lui avait toujours du mal même s’il n’était plus aussi effacé qu’auparavant. Son ancien lui n’était que l’ombre de lui-même actuellement et ce tant au niveau de sa maîtrise du sabre que de sa personnalité. Il voyait les choses différemment.

Les trois jours étaient passés trop rapidement était une pensée qui lui traversa l’esprit alors qu’il prenait sa place sur le navire avec No et un guide. Il avait pris soin de ne pas encore dégainer Koei depuis que son maître lui avait donné son nouveau compagnon. Il attendait d’être digne de pouvoir dégainer cette lame légendaire. Il sentait que le sabre réclamait son ancien maître et ne voulait pas du nouveau dont le niveau n’était rien comparé à l’ancien qui la maniait jusqu’à récemment. Kuro soupira alors qu’ils arrivaient proche du rivage, se levant juste après et se plaçant devant No, poing tendu en attendant une réponse.


- Après tout ce chemin parcouru c’est l’heure de la consécration No. Bonne chance.

Sans réellement attendre de réponse, il enjamba le rivage en premier (Après le guide bien sûr il ne souhaitait pas être irrespectueux.) d’un saut agile, sabre accroché à son bas du dos. La cérémonie était impressionnant et c’est ici qu’il se sentait le plus jugé de sa vie, ne voyant pas les regards de tout ces gens, il pouvait sentir le stress et la pression monter alors que les deux anciens apprentis avançaient, appelés par le maître vénérable dans cet immense cercle. Il avait travaillé pour cela, s’était tué à la tâche pour être digne de ce sabre. Il ne perdrait pas. Kuro plaça ses mains en prière devant son visage, fermant les yeux prenant une grande inspiration pour se relâcher, arborant ensuite un visage vide de toutes émotions. Un frisson lui parcouru l’échine alors qu’on invitait les sabreurs à planter leur arme. Il était prêt, la plantant d’un mouvement rappelant un samurai zélé. Plus de retour en arrière possible.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7883-yokan-kuro-un-loup-solitaire-termine
Nō

La consécration. [Pv No/Kuro] Empty
Ven 13 Déc 2019 - 22:47
Une couronne de tissu mou et sale rayée de vert et blanc, des mèches blondes et anarchiques qui flottaient dans le vent de leur traversée pour l'île d'Ue, Narotama se sentait chevalier qu'on adoube ou empereur à son couronnement. Des bouffées d'air lentes et mesurées lui apportaient des senteurs marines familières, alors que son camarade et lui ne savaient de ce qui allait leur arriver que ce que les racontars disaient à propos d'Ue, et de la sauce à laquelle les futurs sabreurs s'y faisaient dévorer.

D'aucuns parlaient de créatures gigantesques à abattre, d'autres encore disaient que, lorsqu'on y était envoyé à deux, c'était pour un duel qui déciderait de celui dont la bravoure était suffisante pour entrer dans le club des Sept... Mais No ne croyait aucune de ces histoires. Une missive de la main d'Isuke lui avait simplement annoncé que l'heure était venue. S'il ne s'en estimait pas digne, le jeune homme ne pouvait dissimuler sa fierté. Dans le silence interrogateur qui planait sur le navire, perturbé seulement par le bruit des vagues kamikazes se fracassant contre son bois, il n'avait pu retirer à ses lèvres une sorte de sourire idiot. Un rictus qui mêlait l’appréhension et la hâte d'y être.

S'il ne croyait aucunement être à la hauteur de sa maîtresse, il avait confiance en son jugement et en sa propre capacité à se surprendre. Déjà, le poids d'Hiramekarei lui avait semblé incroyablement plus grand sur son dos que ce qu'il semblait. Cette épée, lourde de fer et de responsabilité, il allait devoir s'en montrer digne ou confronter le déshonneur que le contraire impliquerait. Repensant au chemin parcouru, il était terrifié par la perspective de la réussite tout autant que de l'échec. Rejoindre le Dojo l'avait ramené au stade de moins-que-rien qui avait tout à apprendre, et gagner sa place au sein des Sept, s'il y parvenait, ne serait sans doute pas différent.

C'est en tant que plus faible des épéistes de la Brume qu'il y arriverait, et aurait de nouvelles montagnes à gravir. Il lui sembla alors que la vie se résumait à cette équation-là. Il n'y avait jamais que des sommets relatifs, et vaincre l'un menait chaque fois en face d'un nouveau. Cette épreuve était, à son échelle, un pas de géant. S'il devenait sabreur, elle n'aurait plus que la valeur de formalité. Mais No fut tiré de ses pensées par leur arrivée, sur le sable. Ses yeux dardaient la lisière d'une jungle sauvage dans laquelle ils entreprirent bientôt de pénétrer. Avant de fouler le sol sylvestre, il vit le poing tendu du son partenaire, Kuro, qu'il épousa d'un geste analogue.


« A toi aussi », répondit-il simplement à l'épéiste. Il ne connaissait ce dernier que depuis peu. La perspective de passer ensemble ce qui leur semblait être l'épreuve la plus importante de leurs existences misérables les avait conduit à faire les présentations. Auparavant, No n'avait qu'aperçu Kuro s'entraîner au Dojo, et reconnaissait à ce titre le talent de ce dernier dans le maniement d'une lame.

La traversée de la jungle ne lui parut pas longue. Son esprit était comme embrumé, plongé dans un état qui ne laissait plus place aux pensées même les plus simples. C'était une sensation que tout combattant connaissait. La fatigue était telle, parfois, que le monde et ses barrières s'effaçaient au profit d'une perception plus aiguë des choses du corps. L'air qui se frottait à la peau, l'entière trajectoire de son souffle jusqu'aux organes respiratoires, le cœur qui venait battre à tout rompre jusque dans les tempes, et cette douleur qui montait dans une mâchoire serrée et prête à mordre la vie pour la faire saigner. C'était presque cela qu'il ressentait en cet instant. Si bien que la voix du maître de cérémonie ne lui parvint réellement que comme un son lointain et éthéré. C'est voir Kuro s'avancer à l'intérieur du cercle qui le fit avancer et en faire de même.

L'épée-jumelle sur son dos n'avait jamais été aussi lourde qu'en cet instant. Il regarda faire son homologue, sourire aux lèvres. La main du xanthe glissa jusqu'à l'un des deux manches de son arme, qu'il vint tirer devant lui pour en déshabiller la lame des bandes qui la dissimulait. Si elle était à nue, la position du jeune homme au centre de ce cercle incantatoire lui donnait de même le sentiment d'être démuni face à ce qu'il se passait. Des gouttes de sueur se formaient sous son couvre-chef, dans l'air chaud et humide de l'île. Narotama avait presque l'impression d'étouffer, et pourtant il ne s'était encore jamais senti vivre comme lorsqu'il leva son arme. Elle s'abattit lourdement dans la fente, dans un bruit métallique qui avait le son de l'éternité. Le jeune homme recula de deux pas, ses yeux cachés par l'ombre de son chapeau, prêt à combattre ce qui viendrait à lui.

_________________
Thème
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura
Yokan Kuro
Yokan Kuro

La consécration. [Pv No/Kuro] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 15:08
Kuro eut à peine le temps de planter son sabre, à peine le temps de se demander à quoi ressemblait l’esprit qui habitait Koei qu’une brume épaisse entourait Kuro, alors qu’il put aussi remarquer que le bruit des tambours avait disparu, que les autres personnes autour de lui paraissaient désormais comme loin, très loin de lui. La brume se dissipa droit devant lui, en fait on aurait presque put dire que la brume avait créé une ouverture pour annoncer l’arrivée de son esprit. À peine fut il arrivé qu’une pression immense frappait Kuro. Un poids incommensurable venait de s’ajouter sur ses épaules. Koei était monstrueusement impressionnant, envoyant cet impression de légende solitaire munie de son immense manteau d’ombre dans lequel notre regard se perd à l’infini. Son visage était à moitié caché et sa robe tombait sur le sol avec ses longs cheveux donnant l’impression d’être fait d’une encre d’un noir des plus pur. Son sabre possédait exactement la même forme que celui que Kuro avait reçu de son maître, il n’y avait pas erreur, c’était bien lui, la légende qui était le premier à posséder ce sabre. Kuro déglutit alors qu’il sentait toute la pression du monde s’abattre sur ses épaules.

Kuro essaya de se munir de son sabre par habitude placé dans son dos, la main tremblante alors qu’il put se rendre compte qu’il ne l’avait pas en sa possession. Alors qu’il se rendait compte qu’il ne pourrait pas combattre avec son sabre, Kuro prit une pose traditionnelle de combat rapproché qui pourrait faire penser à du karaté traditionnel, une pose défensive. Cette fois-ci il n’attaquait pas, parce qu’il n’avait plus confiance en lui-même face à une telle personne. Il ne savait pas comment réagir.


Esprit de Koei.:
 

« Tu es bien lamentable sans ton sabre, Loup solitaire. »

L’esprit leva son sabre, faisant disparaître la brume en échange d’un grand dôme d’ombre dans lequel Kuro ne voyait rien. Il pouvait entendre la voix de Koei dans tout le dôme, comme s’il y était partout à tout instant. Kuro se sentait acculé, alors qu’il se fit trancher au niveau du torse, un coup de lame qui ne se voulait pas meurtrier, en tout cas pas encore.

« Et comment pourrait tu être digne de moi ? Toi ! Enfant qui ne tiens pas debout face à l’un de mes coups de sabre. »

Kuro résista et se rattrapa avant de tomber, alors qu’il gardait sa position de défense malgré la blessure.

« Crois-tu seulement que tu as le talent qu’il faut pour me manier ? Parce que ton maître t’as choisis cela voudrait dire que moi aussi ? »

Un autre coup vint à le trancher dans le dos, perçant au travers de ses habits de cérémonie. Il cracha une salve de sang au sol et hurla.

« JE TIENDRAI PEU IMPORTE LES ASSAUTS KOEI. »

Kuro hurlait pour se stabiliser mentalement, cherchant un moyen d’atteindre l'esprit sans qu'il puisse le voir.

« Crois-tu qu c’est en haussant la voix que tu sortiras en vie d’ici ? Il y a trop peu de places pour deux loups solitaire. On rendra ce sabre à ton maître qui sera informé de ton échec lamentable. »

Plusieurs nouveaux coups de sabres vinrent à trancher à nouveau le torse et le dos de Kuro, qui hurla de douleur, ce que pouvait entendre les gens en dehors du dôme.

« Faible. »

« Je le suis, c’est vrai. Mais plus pour longtemps… »


Osa Kuro, qui prit une grande inspiration et fit mentalement impasse sur les blessures qui marquait son corps, dégoulinant de sang. Cette fois était la bonne, il le sentait. Il avait peu à peu prit le temps de se recentrer lorsqu’il était sous les assauts de Koei et lorsqu’il parlait, analysant la manière de sabrer de l’esprit et des deux seuls côté d’où il recevait les coups. Le prochain serait un pari.

« Ceci sera le dernier coup que tu recevras. »

Alors que Kuro pouvait entendre l’air se faire fendre par le sabre, le jeune Kirijin ouvra les yeux et referma en instant ses deux mains devant son coup. Ses mains étant coulante de sang, il ne savait pas s’il avait réussi. Tout ce qu’il put entendre après quelques secondes fut quelqu’un applaudir, un applaudissement lent et lourd.

« Tu as autant de volonté et de mental que ton maître. Je ne m’y attendais pas. Enfin à moitié, il a bien choisis, ton maître. Maintenant je te considère comme digne. Mais sache que je ne te considère pas encore comme mon vrai maître. Tu devras te prouver à toi-même pour cela, et à Kiri. Kuro Yokan. »


Le dôme d’ombre disparu et tout le monde put constater, effaré, l’état du jeune Kuro, balafré aux bras, au torse et dans le dos, tout ses habits étaient passés du noir au pourpre sombre, alors que le jeune sabreur était là, fixant son nouveau sabre, un genou et un poing au sol, lui jurant allégeance pour le reste de ses jours.

Kuro se sentait changé après cette épreuve, il se sentait plus adulte. Il se releva comme s’il n’était pas blessé, la mine fière, saisissant la poignée de son sabre, le dégainant puis le replaçant dans son fourreau, qu’il plaça ensuite dans son fourreau. Il se retourna pour constater qu’il n’était pas le seul à avoir fini.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7883-yokan-kuro-un-loup-solitaire-termine
Nō

La consécration. [Pv No/Kuro] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 19:31
Alors que l'ombre occulta le camarade à sa dextre et l'emporta dans les limbes obscures, les deux lames de l'épée jumelle encrée en vis-à-vis du genin se mirent à briller d'une lueur de cauchemar. Les rayons d'azur qu'elle dégageait étaient de la couleur des abysses inconnus, de celle des mers peuplées de monstres marins dont les explorateurs ne revenaient jamais. Les navigateurs ne parlaient de telles choses que dans des chuchotements paranoïaques, que le profane prenait pour les superstitions ineptes d'hommes abrutis par le saké et le soleil de plomb, frappant les matelots sur les ponts des navires. Ces disparus de l'histoire étaient des martyrs de la même espèce que ceux tombés face à Sanbi, dieu de l'eau et monarque de toutes les plus monstrueuses créatures de l'océan. L'épée-jumelle brillait de cette lumière-là, en cet instant, et Narotama vit son fer se tordre dans un frétillement répugnant et ichtyoïde, avant que les eaux noires ne viennent engloutir tout ce qui était connu : la terre, le ciel, la lumière.

Le premier des sens à lui revenir fut l'odorat. Son nez était brûlé, plein d'un sel marin qui lui rendait toute respiration douloureuse. Ses deux émeraudes s'ouvrirent sur un ciel noir d'encre et sans étoiles auquel il faisait face, alors que son dos épousait une surface inconnue et solide. Il lui sembla qu'un choc soudain venait de le tirer brusquement de l'abîme des songes. Il se redressa pour voir que c'était une barque individuelle, seulement assez grande pour qu'il s'y tienne allongé. Le frêle esquif au bois suintant venait de frapper une île, qui était en fait un rocher solitaire et immense dans le dos de Narotama. Devant lui, les étendues infinies et placides d'une mer d'huile aux profondeurs insolubles. Dans le ciel noir, il put enfin voir l'unique source de lumière qui lui permettait de ne pas être baigné dans une nuit complète : une lune anormalement grande, diffusant ses couleurs diaphanes, fantomatiques, sur les eaux éternelles et dans les iris mouillés du xanthe.

Narotama crut d'abord être devenu sourd, mais le son de sa respiration le rassura sur ce sentiment. L'île, qu'il commençait à aborder d'un pas mal décidé, était vide de toute vie animale ou végétale, et le silence parfait qui y régnait était la cause des inquiétudes de Nō quant à son éventuelle surdité. On n'entendait pas même le bruit de la mer, seule autre chose accessible à la vue que le roc orphelin que gravissait difficilement le jeune homme, cherchant naïvement Kuro et l'assemblée qui assistait à sa consécration, et dont il savait au fond qu'il ne trouverait aucune trace. Il escalada une bute escarpée aux rochers taillés en pointes mortelles par la bizarre usure du temps. Ces formations volcaniques de proportions cyclopéennes se dressaient terriblement comme des tours sur lesquelles les dieux eux-mêmes auraient pu s'empaler. C'était ainsi, sans doute, que certains se figuraient le paysage des Enfers et les pyramides impies de Pandémonium.

La randonnée funeste de l'épéiste s'arrêta net lorsqu'il parvint au sommet de cette bute. Elle lui avait semblé une épreuve suffisante, à elle seule, pour lui confier la charge d'Hiramekarei. Couvert d'une sueur chaude ajoutée au sel de l'eau de mer qui séchait sur sa peau d'opale, il vit en contrebas ce qui lui semblait être un immense obélisque façonné dans un matériau noir, semblable à l'obsidienne. Ça trônait fièrement comme la divinité interdite d'un peuple primitif, au centre parfait d'une formation rocheuse en arc de cercle. L'eau atteignait cet endroit-là, et bien qu'elle baignât la structure jusqu'à une hauteur qui ne semblait pas en représenter la moitié, puisqu'on apercevait par transparence sa continuité aux proportions inconnues dans l'abysse aquatique, la sorte de stèle dardait encore le ciel nocturne par son impressionnante taille. En s'approchant, le jeune homme retira son chapeau, comme par révérence face à cet objet antique, et finit par distinguer des noms gravés dans l'obsidienne. Ils partaient du sommet pour redescendre vers les eaux, et le visage de Narotama se figea lorsqu'il en reconnut un parmi ceux-là : Totsugi Isuke.

Les éléments s'assemblaient lentement dans l'esprit de Nō, mais sa surprise ne fut que de courte durée. L'eau autour de l'obélisque se mit à bouillir, avant que n'émerge devant lui ce qui serait manifestement l'objet de son épreuve. Une ombre gigantesque se dressa et agrippa la structure d'obsidienne où était gravé le nom de sa maîtresse. Les yeux verts de Narotama purent alors constater la terrifiante manifestation de l'esprit enfermé dans Hiramekarei. C'était une sorte de géant ichtyoïde aux dents en aiguilles acérées et à la tête munie de quatre yeux luisants, faisant comme les faces de deux pleuronectiformes monstrueux qui se seraient agglomérés pour ne former qu'une créature. La bête gigantesque possédait des membres puissants affublés de nageoires tranchantes, et sa peau était recouverte d'écailles qui semblaient faites du même fer que l'épée-jumelle Hiramekarei. C'était terrifiant alors, mais Narotama sut instinctivement ce qu'avaient fait ses prédécesseurs et ce qu'il devrait faire à son tour, pour survivre et repartir triomphant de cette confrontation avec l'esprit.

Hiramekarei hurla de sa gorge striée de branchies, dans un son qu'aucune créature terrestre n'aurait su imiter, et cracha une salve de lames bleues en direction du jeune homme. Sa survie, il ne la dut qu'à un réflexe animal et à l'adrénaline qui lui permirent de s'en soustraire in extremis. Les lames d'énergie s'étaient enfoncées dans la roche, là où l'épéiste se tenait précédemment, et ce dernier regardait le monstre exulter d'une joie maligne devant la perspective d'un combat un tant soit peu intéressant. Le géant relâcha son emprise sur l'obélisque et entreprit de réduire la distance le séparant de sa proie, qui se baissa pour ramasser au sol un morceau de roche brisée qu'il jugea suffisamment tranchant. Narotama le brandit, aussi ridicule que ce caillou puisse sembler face à un tel démon, et se mit à courageusement fuir la chose qui le poursuivait. Il courait tel un dératé sur l'île silencieuse, pour ne s'arrêter qu'au moment où il atteint l'un de ces pics mortels que son observation lui avait révélés. Le ninja l'escalada à la verticale, concentrant son chakra dans ses pieds pour atteindre le sommet... Qui le mettait à peine à hauteur de la tête d'Hiramekarei.

Le monstre arriva bien vite, fâché de la petite course qu'on lui avait imposé, et leva son bras gigantesque pour venir l'abattre sur le jeune homme un peu trop agile à son goût. Une seconde, deux secondes, et Nō relâcha subitement le chakra contenu dans ses pieds, se précipitant lui même dans le vide en une chute qui avait toutes les chances de se révéler mortelle. Le xanthe frappa lourdement contre le sol de roche, tombant directement sur son flanc droit avec son épaule touchant la première et exprimant son mécontentement dans un craquement qui était un très mauvais signe pour la suite. Malgré la douleur, l'épéiste sourit bêtement en sentant goutter un liquide chaud sur son visage. Il ouvrit les yeux et vit que sa stratégie avait fonctionné : Hiramekarei venait d'empaler sa main sur les pointes rocheuses. Le hurlement bestial qui suivit fit se dire à Nō qu'il était temps de profiter de cette ouverture. Il se redressa à l'aide de son bras gauche, intact, et se mit à courir en sens inverse, direction l'obélisque auquel s'était accroché le monstre.

Sa vision devenait trouble, lentement, et il put sentir couler un sang, qui était cette fois le sien, depuis le sommet de son crâne que la chute n'avait manifestement pas épargné. Le shinobi devait faire vite, ou alors il mourrait dans une inconscience qui lui semblait approcher à grands pas. C'étaient cependant les pas d'Hiramekarei, qui approchait plus vite encore, qui résonnaient derrière lui et tambourinaient aussi fort que des marteaux qu'on ferait battre contre ses tempes. C'était maintenant où jamais, la dernière montagne à gravir. Et ce, qu'il y survive ou non. Difficilement, ses pieds épousèrent la structure d'obsidienne et il se hissa à la hauteur où était inscrit le nom de sa maîtresse. De sa senestre tremblante et ensanglantée, il attrapa son morceau de pierre tranchante et raya le nom précédent... Pour commencer à inscrire le sien. Les tremblements de son bras étaient amplifiés par ceux provoqués par le monstre qui approchait, et son esprit vacillant vers des limbes obscures ne l'aidait pas à écrire au plus vite. Serrant le poing sur la roche tranchante qui lui servait à inscrire son nom, il devait s'entailler profondément la paume pour pouvoir donner les coups qui le gravaient lettre après lettre dans l'obsidienne.

Narotama ne savait même pas où il en était de son œuvre quand une nouvelle salve de lames bleues survinrent et s'écrasèrent tout autour de lui et, surtout, en lui. Il lui sembla que ses poumons venaient d'être entièrement perforés par cette attaque vengeresse d'Hiramekarei. Le jeune homme luttait pour respirer, cherchant de l'air alors que la stèle s'illuminait d'une lueur d'azur et qu'il s'enfonçait dans les eaux noires, le poing encore serré autour de sa pierre tranchante tandis que la monstruosité ichtyoïde regardait l'obélisque séculaire sans plus se soucier de son adversaire rejoignant les abysses. Tout devint noir à nouveau, et Narotama eut la pensée que les légendes gravaient leurs noms dans la pierre et dans le sang, et mourraient parfois en essayant. Un goût métallique envahit sa bouche alors qu'il perdait progressivement ses sens, jusqu'à la perception des lames le transperçant de part en part. Ne subsistait que la sensation du morceau de silex qu'il serrait dans son poing tranché, quand les eaux noires engloutirent tout ce qui était connu.

Et lorsqu'il rouvrit les yeux, c'est un genou à terre et la main serrée sur le manche d'Hiramekarei, intact mais le corps tout entier endolori, que Nō se vit intégrer les Sept Épéistes de la Brume.

_________________
Thème
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura
Narrateur
Narrateur

La consécration. [Pv No/Kuro] Empty
Mer 18 Déc 2019 - 22:17
L’épreuve se termine. Les tambours cessent d’être frappés. Le cercle se brise pour laisser place aux nouveaux épéistes de la Brume, possesseurs légitimes de sabres au pouvoir dépassant l’entendement et qui ne tiennent qu’à eux de brandir dans la bonne direction. Tandis que vous récupérez votre souffle pour éclaircir vos pensées et vos sens quant à l’expérience que vous venez de traverser, l’assemblée se disperse au moment où le maître de cérémonie, de la même voix grave et solennelle prononce la fin de l’épreuve des lames, vous adoubant officiellement comme Sabreurs de Kiri. Un titre que vous devez désormais porter et honorer en permanence, tout en gardant à l’esprit que votre apprentissage n’est pas terminé, bien au contraire, il ne s’agit que du début de l’approfondissement de votre lien avec l’esprit de votre épée, et au bout du chemin seulement serez-vous prêt à ne faire qu’un avec elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

La consécration. [Pv No/Kuro]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: