Soutenez le forum !
1234
Partagez

Taxe, mensonge et trahison [Amiko]

Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 14:53
Spoiler:
 

Ce fut avec le sourire que Fuyumi sortit du bâtiment qui accueillait les bureaux du Manazuru. Le département créé l’année précédente par Kyoshirô n’avait pas eu l’occasion de briller au sein du village, mais cela n’empêchait pas la jeune femme d’être ravie d’avoir été approchée ainsi. Elle qui se répugnait de l’aggressivité constante de ses confrères shinobis et de leurs visions étroites du monde qui les entourait ne pouvait qu’apprécier la compagnie d’individus raisonnés. La liberté de décision sur les deux personnes chargées de l’accompagner l’enchantait tout autant.

La mission risquait de prendre un temps considérable et elle préférait ne pas laisser Amiko seule en ces temps troublés. En l’absence de son ami Oshiro, sillonant toujours le pays à la recherche de réfugiés, elle décida de convoquer également Yu, une genin dont le récit était parvenu jusqu’à ses oreilles. Se laissant guider par sa curiosité et son empathie envers les anciens prisonniers de Wasure, elle fit envoyer un messager à sa rencontre, l’intimant de la rejoindre dès que possible à la sortie du village. Bien que la mission ne comportât aucune urgence particulière, Fuyumi était d’humeur aventureuse en cette matinée.

Adossé contre le mur du bâtiment, Taiyo, revêtant son armure habituelle, se redressa en voyant arriver la Jonin.

— Je te remercie de m’avoir attendu, lui dit Fuyumi reconnaissant le bruit métallique caractéristique de son ami. Je vais partir en mission avec Amiko, tu pourrais me l’envoyer aux portes en rentrant ?

Saisissant le poignet de la jeune femme avec son gantelet, le géant en armure vint délicatement tapoter de son autre main le creux de celle qu’il tenait pour signifier son approbation. Sans un mot, il quitta la compagnie de Fuyumi pour se rendre en direction du quartier résidentiel . Laissée seule, elle se rendit aussitôt dans une boutique à proximité. Si ses capacités ne nécessitaient aucune préparation, tout voyage nécessitait son lot de vivres. Ce ne fut donc que lorsque sa besace fut remplie de nourriture et d’eau qu’elle se dirigea vers les crocs rocheux. Elle ne manqua pas également de faire un léger détour par les écuries pour récupérer sa monture. Elle comptait sur le temps passé à la préparer pour ne pas avoir à patienter pour l’arrivée des deux kunoichis. Bien que cette méthode de déplacement perdît peu à peu l’intérêt des shinobis, il demeurait particulièrement agréable et pratique pour la Jonin et son handicap. Ce fut donc assise sur son cheval, au bord de la sortie d’Iwa, que la jeune femme attendit ses accompagnatrices.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5


Dernière édition par Fuyumi le Sam 1 Fév 2020 - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 15:55
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon

Taxe, mensonge et trahison


Automne 203 – Matin

Assise sur l’une des marches des escaliers en bois de la demeure, Amiko observait ses fins pieds nus se balançant, comme s’ils reflétaient les aiguilles d’une horloge invisible. Elle attendait là, le retour de Fuyumi et Taiyo, partit dans la matinée. L’assimilatrice ne prenait pas vraiment d’initiative sauf si c’était vraiment important, alors elle ne quitta pas la bâtisse et patienta, comme très souvent. Soudain, la porte s’ouvrit, dans un grincement familier et la brune se leva vivement, sautant sur ses deux pieds tandis que son regard cristallin se posait sur l’armure vivante qui était seule. Petite course discrète, mais vive qui mena la personnification de la lave dans les bras de Taiyo, le saluant avec une certaine affection. Le muet l’enserra légèrement de ses mains de fer avant de la reculer légèrement et de prendre sa main pour signer dedans. Fronçant légèrement ses longs sourcils, elle comprit qu’il parlait de Fuyumi, de mission et de se rendre aux portes.

Cela faisait bien longtemps qu’on ne l’avait pas convoquée pour une mission, surtout depuis la résonance, une certaine appréhension pouvait se lire sur les doux traits de l’Amejin et Taiyo semblait l’avoir remarqué, parce qu’il déposa sa main aussi grande que le sommet de sa tête pour la rassurer. En plus, la jônin sera là alors elle n’avait rien à craindre et s’il y avait des problèmes de contrôle, la colombe aveugle saura gérer. Hochant de la tête, on pouvait lire un sourire derrière le bambou qui cachait son quatuor de canines acérées. S’il fallait se rendre aux crocs rocheux, cela signifiait qu’un déplacement allait être nécessaire, enfilant rapidement ses bottines, elle se rendit dans la cuisine et récupéra un sachet de petits biscuits préparés pour une occasion comme celle-ci. Enfin, Taiyo l’aida à enfiler son haori sombre. Une fois prête, elle salua de la main l’armure humanoïde et quitta la demeure à pas de course, en direction du lieu de rendez-vous.

Enfin arrivée, Amiko constata la présence d’une silhouette familière assise sur sa monture à la crinière brossée et prête à partir à l’aventure. Connaissant les habitudes de Fuyumi, l’assimilatrice savait déjà ce qu’elle devrait faire durant le trajet. En s’approchant tranquillement, elle observa une sache avec des vivres et y rangea ses biscuits avant de se diriger sur le côté du cheval et de tapoter doucement sa tête. Sans le comprendre, la sanguinaire avait un certain lien d’affection avec la faune, ils étaient silencieux et ne jugeaient pas et se laissaient faire, alors leur compagnie était agréable. Amiko attrapa délicatement la dextre de la jeune femme et la plaça contre sa joue, où en sentant le bambou, comprendrait qu’avait à faire à la genin. Puis, en présentant sa paume, ses doigts dessinèrent, saluant et questionnant Fuyumi sur cette mission qui rendait nerveuse et à la fois curieuse la brune.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Uzumaki Ko
Uzumaki Ko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Dim 22 Déc 2019 - 4:51

Taxe, mensonge et trahison
Feat Fuyumi & Amiko
Une surprise que ce fut d’avoir la missive d’un inconnu à sa porte, si tôt dans le train de sa routine. Assez tôt pour que Yu ne se sente pas offusquée d’être retirée à sa journée chargée. Elle délaissa sans brocher le silence de son toit pour les rues animées du village de la roche. Une première mission s’offrait sur un plateau d’argent à Yu, elle ne déclinerai pas cette occasion en or de prouver sa fausse gentillesse aux autorités. Ceux-ci la surveillaient pour son titre d’ancienne prisonnière. Elle se méfiait autant d’eux qu’ils se méfiaient d’elle. Qu’importe la Jonin qui la sollicitait à la sortie d’Iwa, Yu questionnait son choix de l’intégrer dans une aventure.

De loin, la forme de silhouettes féminines et d’animaux se formaient. Grimper sur le dos d’une bête ne l’enchanterait pas. Elle croisait ses doigts derrière son dos pour prier un dieu inexistant pour éviter une mésaventure à cheval. Bien que la créature soit gracieuse et hypnotisante, Yu ressentait une peur de la chevaucher. Avant même de s’en apercevoir, la kunoichi se trouvait à quelques pas de son trio. La vision de ces deux femmes ne lui disait absolument rien. Devait-elle officiellement se méfier ?

Sa recherche de dialogue ne mena à rien. Elle resta silencieuse, la tête haute et le visage blasé. Elle attendait d’avoir des explications sur la raison de sa présence et bien sûr, le contenu de la mission. Son coeur s’emballait à l’idée de sortir des murs du village, plus loin que ses randonnées matinales. Cela ne pourra pas être comparable à son passage dans les égouts avec le nécromancien et son cadavre trop souriant. Yu se lançait dans une réelle mission. Ses bras se croisèrent naturellement et Yu tourna le dos à son équipe pour faire face à la sortie des portes. C’était sa façon de dire qu’elle était prête à partir, peu importe le contexte de ce que la journée lui offrait.
code by bat'phanie

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] C6as
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8480-ko-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#76008 https://www.ascentofshinobi.com/t8508-carnet-de-route-ko
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Dim 29 Déc 2019 - 0:03
Fuyumi était habituée à la présence d’Amiko à ses côtés et pouvait aisément deviner celle-ci. Elle sourit à l’approche de son amie, qui confirma son identité rapidement avant de l’interroger sur cette convocation. Saisissant la jeune femme par les bras, la femme masquée la souvela du sol pour la déposer à l’avant de sa monture, lui en confiant les rênes.

— Cela me fait plaisir que tu sois venue Amiko, nous allons partir en mission avec une jeune genin à peine plus vieille que toi. Je vous expliquerai les détails à son arrivée.

La Jonin avait hâte de rencontrer l’ancienne prisonnière de Wasure, ce qui était plutôt ironique puisqu’elle ne remarqua même pas l’arrivée de celle-ci à ses côtés quelques instants plus tard. Economisant son chakra pour le périple à venir, elle ne pouvait compter que sur son ouïe et son odorat pour distinguer les personnes à proximité. Cela se révélait d’autant plus ardu lorsqu’elle rencontrait des shinobis, généralement adeptes de la discrétion. Heureusement pour elle, Amiko était déjà avec elle et pu lui signaler aussitôt cette arrivée, évitant ainsi un long moment de malaise indésirable.

— Yu, je présume ? Demanda Fuyumi, cherchant confirmation de la description de son amie. Je suis Fuyumi et voici Amiko. Je m’excuse de vous avoir fait convoquer de la sorte, je ne contrôle pas la méthodologie administrative du village. J’aimerais vous inviter à une mission diplomatique à la frontière du pays du bois. Si cette invitation vous convient, mon amie et moi-même emprunterons cette monture, nous pouvons vous en prêter une, mais nous voyagerons à votre rythme si vous préférez vous en abstenir.

Fuyumi n’avait pas l’intention de forcer une jeune fille à la suivre en mission et préférait lui offrir directement un choix pour éviter tout conflit inutile. Elle pouvait très bien se justifier auprès des autorités si elle devait finir cette mission en duo.

Après les derniers préparatifs terminés, Fuyumi fit avancer sa monture d’un coup de talon. Amiko savait déjà qu’elle devait prendre la direction du sud-ouest où se trouvait Hayashi no Kuni. La Jonin attendit d’être suffisamment éloignée des portes et des gardes qui s’y trouvaient pour détailler l’opération qui leur était confiée.

— Des individus se sont mis en tête de taxer les marchands entre Hayashi et Tsuchi. Nous ignorons encore la nature exacte de ce groupe, mais nous devrons rétablir le commerce à tout prix. Si nous avons à faire à des tsuchijins, on les écrase et dans le cas contraire, une discussion avec eux s’imposera. Si le gouvernement Hayashijin est mêlé à tout cela, on devra faire preuve de délicatesse dans nos actions.

Fuyumi en savait bien peu sur le pays du Bois, mais elle en savait suffisamment pour savoir qu’il ne s’agissait pas d’une puissance suffisante pour faire pression sur la Roche. Le vieux Byakuren adorait sa paix, mais ses adversaires ne pouvaient trop y compter non plus. Néanmoins, avec la nuisance de l’empire et du Fer, les dangers risquaient de s’accumuler aux portes du village.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Ven 3 Jan 2020 - 16:27
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Automne 203 – Matin et fin de la journée

Les pieds de l’assimilatrice quittèrent le sol, se retrouvant soulevée à la seule force de Fuyumi qui la plaça devant elle, sur leur monture. Habituée à guider la jeune femme par son canasson, Amiko se pencha légèrement en avant pour caresser la tête du cheval avant d’attraper les rênes, prête à prendre le chemin. Mais il fallait attendre, les deux kunoichis allaient d’être accompagnées d’une autre Genin pour cette mission bien mystérieuse. Lorsque l’Amejin aperçu une jeune femme qui se plaça non loin d’elle et qui semblait attendre, elle attrapa la main de Fuyumi et dessina minutieusement des signes. Elle lui décrit la silhouette féminine, une chevelure sombre, des yeux roses et un air très peu enjoué. Lorsque la blonde les présenta, la brune aux mèches volcaniques salua timidement de la main leur partenaire, qui semblait très peu bavarde aussi.

Une mission diplomatique donc, à la frontière d’Hayashi. Cela semblait être une quête qui allait demander un voyage assez important. À la fin de sa proposition, la dame de lave sourit timidement à l’interlocutrice attendant une réponse de sa part. Une fois la décision prise, le trio pouvait enfin se lancer dans l’aventure. La monture commença à avancer tranquillement, au rythme des pas de leur coéquipière à la chevelure corbeau. La direction à prendre était le sud-ouest. Quelques minutes après, son amie prit la parole pour expliquer plus précisément les détails de la mission. Des profiteurs qui font taxer les marchands entre les deux nations. Tout semblait clair jusqu’à présent, seulement, personne n’avait connaissance de la nature de ces margoulins ce qui rendait la mission plus délicate. Comme le disait Fuyumi, cela pouvait être des Tsuchijins et dans ce cas, ils seront sanctionnés sans vergogne, mais dans le cas contraire, le but d’une mission diplomatique était d’interagir avec les autres pays avec plus de délicatesse.

Amiko hocha de la tête, comprenant très bien où elle voulait en venir. Son regard se posa ensuite sur le visage de la demoiselle timide pour chercher une quelconque réaction avant de se re concentrer sur son guidage. Si l’assimilatrice n’avait pas pour habitude de s’aventurer dans les pays voisins et que cela la tracassait un peu, cette mission l’intriguait et l’intéressait. Ce côté mystérieux, mais avec des objectifs bien clairs lui donnait envie de démêler les nœuds de cette histoire. Elle ne savait aucunement combien de temps, il leur fallait pour arriver, mais les heures défilaient sous le cadran du ciel nuageux. La vue était maussade à souhait, leur chemin dominé par la roche et les cailloux, les pas du canasson s’entrechoquaient avec les petites pierres sauvages, donnant le rythme à leur avancée.
Le genin était concentrée sur ce qui l’entourait, s’il s’agissait d’un groupuscule bien organisé, elle ne savait pas où ils étaient et quand pouvaient-ils se manifester.

Le temps défila très rapidement, que le soleil commençait déjà à disparaître. Le cheval commençait à fatiguer et Yu avait aussi besoin de se reposer. Amiko tira alors sur les liens pour arrêter doucement la monture. L’assimilatrice inscrit dans la main de la blonde qu’il fallait prendre une pause pour le cheval et Yu et qu’il commençait à faire nuit. La sanguine quitta la monture et aida son amie à descendre aussi avant de la prendre par la main et de tenir la corde du cheval pour l’emmener sur le côté de la route. Une petite zone potentielle pour s’y poser se présentait à eux, avec quelques arbres sauvages ayant eu la chance de perdurer dans un lieu dénué de végétation. Elle accompagne la jonin près d’un rocher pour s’y installer avant de se tourner vers la brune et de sourire timidement. Elle n’était pas inquiétante, contrairement à tous ces gens qui se moquaient d’elle et le fait de bien s’être nourri la veille ne lui donnait pas des envies de sang. Elle montra les lieux et lui fit signe qu’elle allait manger et boire avant de se décider pour la suite. Amiko approcha le canasson à côté d’un arbre et l’attacha avec la corde autour d’un tronc puis lui déposa un bol d’eau qu’elle trouva dans les affaires de son amie. Elle fit signe à Yu de récupérer des branches d’arbre pour établir un petit feu.

Une fois fait, sous les yeux de sa camarade, elle transforma sa main avec ce qu’elle avait appris, en lave avant de venir embraser contre sa paume des bouts de bois et de laisser les feuillages faire le reste. Rougissant devant cette démonstration, elle tendit dans sa sacoche des petits biscuits puis les posa devant Yu. Elle se retourna et s’approcha de Fuyumi avant de s’accroupir devant elle et de lui demander ce qu’elle désirait boire manger ou autre.

Elle s’installa ensuite à côté, assise par terre contre le rocher et laissa les deux femmes s’exprimer sur la suite des événements. Ce n’était pas Amiko qui allait pouvoir lancer la conversation, et elle n’était passez à l’aise pour cela…




_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Uzumaki Ko
Uzumaki Ko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Mar 21 Jan 2020 - 2:25
« Je marcherai. »

Hors de question de s’asseoir sur une bête qu’elle ne connaissait pas. Les animaux lui réchauffaient le coeur, mais les exploiter dans la vie de tous les jours ne lui plaisait pas. Et qui sait, peut-être que la belle bête qu’elle se faisait offrir ne l’accepterait pas. Ce serait humiliant de se retrouver les fesses sur la terre. Non, la marche était beaucoup plus efficace. De toute façon, peu importe le rythme des autres kunoichis, elle pouvait suivre sans difficulté. Ses entraînements lui permettaient d’accéder à une endurance perturbante pour les gens sans expérience. Par preuve du passé, Yu pouvait courir pendant plusieurs heures sans subir de malaises.

Cheval décliné, mission expliquée, le trio féminin se mit en route. Yu appréciait la proposition de suivre la cadence de ses pas, mais pour ne pas perdre une minute à l’objectif de la mission, elle décide une course semi-rapide. L’animal pouvait se permettre de galoper avec joie, l’ancienne prisonnière le suivait côte à côte, sans dire un mot ou sans même montrer un signe d’inconfort. Pendant le trajet, ses prunelles analysaient tous les recoins et faisaient des balayages visuels dans le cas d’une attaque. Le parcours était étrangement calme, mais cela permettait à la kunoichi de respirer. Peu à peu, et de façon involontaire, elle se calmait. La méfiance envers les deux iwajins se dissipait, mais restait tout de même dans le fond de la pensée de Yu. C’était une mauvaise habitude, peut-être.

Lorsque le soleil laissa sa place à la lune, le groupe se trouvait dans un petit coin calme où le repos était incité. Yu aida à trouver du bois et former un feu convenable pour apporter de la chaleur. Lorsqu’elle se reposa enfin le dos contre un arbre, un paquet de biscuits tomba sous ses yeux. Elle ne leva pas les yeux pour comprendre qui lui avait offert. Elle les prit et les observa. L’odeur lui chatouillait son désir d’y croquer, mais elle ne pouvait pas faire confiance à la préparation d’une autre personne. L’empoisonnement serait possible. D’un coup, elle les lança dans la direction de la plus jeune.

« Garde-les. »

Ils ont l’air bon, mais je ne peux pas les prendre, désolé. Dire son explication complète serait moins rude que deux mots alignés, mais ce serait demandé à Yu de parler pendant presque 10 secondes, c’était déjà trop pour elle. Son regard se perdit dans les flammes du feu. Ses paupières souhaitaient céder à la fatigue de la routine, à cette heure-ci elle serait probablement dans son lit, mais elle ne pouvait pas s’endormir ici. Elle ne voulait pas faire confiance aux deux autres femmes, bien que… maintenant au titre de shinobi iwajin, elle se devait d’offrir sa confiance à ses partenaires de missions. Comment faire? Hum.. Accepter les biscuits aurait pu fonctionner. Sinon, parler. C’était toujours une bonne façon pour se sentir proche d’une autre personne. Que pouvait-elle dire…

« Pouvons-nous tuer les tsuchijins ou devons-nous leur faire peur? »

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] C6as
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8480-ko-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#76008 https://www.ascentofshinobi.com/t8508-carnet-de-route-ko
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Mer 22 Jan 2020 - 11:04
Fuyumi fut ravie de découvrir que son invitée n’était pas réfractaire à l’idée de les suivre en mission, même si elle restait déçue par son manque d’éloquence. Elle se laissa alors guider par sa jeune protégée à travers la route menant vers le Sud-Ouest. Ne ressentant que le vent sur son visage et une confusion d’odeurs et de bruits sur le cheval au galop, elle ne pouvait que se fier à son amie pour les mener dans la bonne direction.

Traversant ainsi le pays durant des heures jusqu’à la tombée de la nuit, le groupe finit par interrompre leur périple au profit d'une pause bien méritée pour l’équidé épuisé. Si celui-ci n’était pas au bout de ses peines, il avait encore le pouvoir d'imposer son endurance au rythme du voyage. Dans un mutisme qui lui était propre, la jeune assimilatrice s'occupa alors d'organiser un camp de fortune, n’hésitant pas à faire appel à l'assistance de Yu pour la préparation d'un feu. Après s’être occupé de la monture, lui assurant un confort convenable jusqu’au lendemain, la jeune fille retourna auprès de la femme masquée, lui proposant à son tour de se restaurer ce qu'elle accepta volontiers. Point de repas copieux pour elle, bien qu’elle ne rechignait pas face aux œuvres gastronomiques, les rations de survie préalablement préparées lui étaient largement suffisante.

Fuyumi sourit alors lorsqu’elle entendit l'ancienne prisonnière aligner plus de deux mots pour l'interroger sur la méthode à appliquer en cas de rencontre avec des compatriotes délinquants.

Inutile d’effrayer qui que ce soit, répondit-elle, si nous venons à découvrir que la responsabilité repose sur des Tsuchijins, nous les arrêterons. Si une arrestation venait à se révéler risquée ou problématique pour une autre raison, alors effectivement, leur élimination deviendrait recommandée. Vous êtes libre d'agir à votre guise, mais il est inutile de chercher le sang inutilement ou, au contraire, de se mettre en danger pour des traîtres à notre nation.

Bien qu’elle n’était pas la plus apte pour cette tâche, la Jonin monta la garde sur le camp en restant tranquillement installée contre un arbre. La vision qui lui manquait était compensée par une ouïe affinée par l’entraînement et l'habitude ainsi qu'une technique de détection de chakra à intervalles réguliers. Elle n'eut d'ailleurs pas besoin de sensorialité pour savoir que seul le cheval dormait paisiblement en cette nuit pourtant bien douce. Si elle ignorait encore beaucoup de Yu et qu'elle ne comptait la pousser à s'exprimer alors qu’il était évident qu’elle n'en appréciait pas l'activité, elle comprenait bien que le manque de confiance entre elles s’exprimait par une méfiance tenace.

La jeune femme masquée resta donc silencieuse toute la nuit, poussant tout de même sa jeune amie au sommeil jusqu’à l'aube. Lorsque les premières lueurs solaires apparurent, elle quitta le camp, se déplaçant avec difficulté à l’écart pour réaliser ses ablutions et prières matinales en toute tranquillité. Elle s'occupa ensuite de préparer leur monture pour la suite du périple. Celle-ci avait déjà été bien éprouvée, mais sans utiliser de relais, cela n'allait pas s’arranger avant leur arrivée.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Lun 27 Jan 2020 - 15:23
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Automne 203 – Matin

Le geste tendu vers cette mystérieuse brune ne fut pas bien accueilli. Très mal même, ce qui chiffonna Amiko plus qu’il n’en fallait. Les traits sur son visage montraient la déception. L’assimilatrice termina par hausser des épaules et porta son attention sur Fuyumi qui elle, accepta sans hésiter. Contre toute attente, Yu se décida à se délier la langue ce qui fit sourire les deux femmes. Peut-être qu’avec le temps, elles arriveront à « l’apprivoiser » et lui montrer qu’elle n’avait pas besoin de se méfier. Enfin, Amiko ne la jugeait pas, elle savait ce qu’était de se méfier de tout être qui passait à côté d’elle, chaque chose en son temps.

Question intéressante, même si l’ordre de mission ne parlait pas de ce genre de solution finale absolue. La jonin répondit à ses interrogations de manière diplomatique. Arrêter les traîtres, sans verser de sang de préférence. Bien qu’il y ait toujours des risques que les choses tournent au vinaigre, éviter l’incident diplomatique ou de faire esclandre était sûrement préférable. Amiko écouta attentivement, tandis qu’elle tentait de manger discrètement, sans avoir le choix de retirer son bambou pour cela. Si l’ancienne prisonnière n’osait pas parler et se méfier, s’en était de même pour la femme de lave qui ne connaissait pas le fond de pensée de celle-ci.

Bien trop aux aguets pour dormir, les trois kunoichis ne trouvèrent pas le sommeil. Au milieu de la nuit, on pouvait encore la faune nocturne vivre pleinement, chantant sous le quart de lune. L’Amejin était assise et ne lâchait pas du regard Yu, cherchant à la déchiffrer à lire un signe quelconque qui lui permettrait de mieux la comprendre. Pourtant, ses paupières lourdes poussèrent Fuyumi à la faire dormir, qu’elle le veuille ou non.

À son réveil, l’aube était déjà présente tandis que la blonde ne l’était pas. La connaissant, elle devait pratiquer ses rituels et ses prières sacrés. La brune aux mèches rousses s’occupa d’éteindre le feu tandis que l’épi sur sa tête témoignait de son réveil récent. Une fois les trois jeunes femmes prêtes à reprendre la route, ce fut avec surprise que Yu s’adressa à elles. Son désir de retourner au village et de ne pas continuer sur cette mission ainsi que les excuses présentées rendit perplexe la Sakki.
Son regard se posa sur la femme masquée, ne sachant pas comment réagir dans ce cas. De toute manière quoi qu’elles diraient, celle-ci semblait bien décidé à prendre le chemin inverse et elles n’eurent d’autre choix que de la laisser faire. C’était vraiment dommage, la genin aurait souhaité pouvoir faire plus connaissance avec elle, tout le monde méritait une chance.

Amiko reprit les rennes de la monture et les deux kunoichis continuèrent leur route à travers les chemins caillouteux. Après des heures de chemin silencieuses, le cheval s’arrêta brutalement tandis qu’il secoua la tête de mécontentement. L’assimilatrice maintient les liens de manière à calmer le canasson tandis qu’elle caressait le haut de sa tête. Au loin, on remarquait des barrières, comme si la route était bloquée. Très rapidement, les trois êtres vivants se retrouvèrent face à trois hommes. La jeune femme fronça des sourcils et les déshabilla du regard. Étaient-ce ces hommes dont ils avaient entendu parler ? Pourtant, pas de campement à proximité, pas de blason qui les aiderait à savoir d’où ils venaient, juste des armes attachées à leur ceinture et un accoutrement assez rudimentaire.

Amiko serra son emprise sur les rennes, tandis qu’ils se rapprochaient d’elles.


« Halte-là ! Présentez-vous ! »

La sanguinaire se crispa. Elle ne pouvait pas répondre et devait laisser faire son amie. Pourtant, ils ne patientèrent pas et en profitèrent pour les déshabiller salement du regard. L’un d’eux remarqua l’emblème de la cité de la Roche et leur lança un regard étrange.

« Que font deux femmes d’Iwa hors de leur enceinte sans protection ? Si vous êtes là pour faire du commerce, nous allons devoir vous demander de descendre de votre monture… »

La genin secoua alors vivement de la tête, tentant de garder son calme et ne pas leur montrer un seul point faible qui pourrait jouer en leur faveur. Elle montra alors la route qui filait devant eux tandis qu’elle tentait de leur faire comprendre qu’elle ne cherchait pas à marchander. L’un d’eux s’approcha un peu trop.

« Qu’est-ce qu’elle fait celle-là avec ses bras ? Tu ne la trouves pas bizarre ? Puis tu as vu l’autre bonne femme ? Elles se sont crues dans un cirque ? »

Les moqueries, Amiko y était habituée, mais qu’on s’en prenne aussi à sa partenaire, ça… Des rires sales et vulgaires s’échappèrent de leur ignore bouche tandis que la kunoichi se tendait de tous ses membres. Lorsque l’un d’eux tenta de poser sa main sur des affaires accrochées à son cheval, elle n’hésita pas à mettre un coup de pied à sa main, ce qui eut le don de l’énerver. Avait-elle fauté en protégeant son convoi et Fuyumi ? Elle pria intérieurement pour que sa précieuse amie la sorte de ce beau drap, parce que si elle perdait contrôle ici, la mission sera compromise.

« Wow, du calme la sauvage. C’est pareil pour tout le monde ici, si vous venez marchander, vous devez contribuer ! »

Alors il s’agissait bien d’eux… N’était-ce pas trop tôt pour que ce genre de présentation survienne ? Que faire, il n’y avait rien à proximité qui pouvait les aider à comprendre ce qu’il se passait, étaient-ils plus nombreux ? Plus organisés ? D’où venaient-ils ?




_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Mar 28 Jan 2020 - 13:04
La déception était grande pour la jeune femme masquée lorsqu'elle fut contrainte de regarder Yu quitter le camp, rentrant au village sans plus d'explications. Elle n'en avait pas nécessité pour respecter la volonté d'autrui, mais cela ne l'empêchait pas d’être attristée. Avec l'espoir d'avoir une occasion ultérieure de briser la méfiance de l’ancienne prisonnière, elle poursuivit sa route aux côtés de sa douce amie. Elle réalisa alors que c’était bien la première fois qu'elle participait à une mission de cette importance avec la compagnie exclusive d'Amiko. Les deux femmes avaient l'habitude de travailler ensemble depuis les années et cette occasion pouvait se révéler excellente pour développer au sein des autorités une compréhension du potentiel que formait l’équipe nouvellement formée par la Jonin. Cette équipe, bien qu'officielle, ne comportait encore qu'elles et si Fuyumi avait bien l'intention de la remplir, elle restait confiante dans ce duo.

La route jusqu’à la frontière se déroula sans accroc pendant de nombreuses heures. Alors que la destination s'approchait rapidement et que la monture commençait à nouveau à fatiguer de l'effort qui lui était requis, cette dernière fut la première à ressentir l’agitation qui guettait le groupe. Un groupe d’individus semblait bloquer le passage. Trois de leurs représentants s’approchèrent des jeunes femmes non sans leur manquer de respect. Fuyumi effectua une technique de détection de chakra tandis que son amie tentait maladroitement de communiquer avec eux. Ne ressentant aucune présence dissimulée et aucun danger provenant des hommes les accostant, elle se laissa glisser du dos du cheval. Alors que la situation s'envenimait progressivement entre les difficultés de communications de l'assimilatrice et la stupidité flagrante des collecteurs de taxes, elle se retrouva face à face avec l'un d’eux qui recula d'un pas sous la surprise. Il fut rapidement arrêté par la poigne de Fuyumi, l'attrapant au col avant de le soulever du sol et de le ramener vers elle.

C'est vraiment ironique, soupira la jeune femme, vous avez eu la perspicacité de remarquer notre affiliation à Iwa, mais vous êtes incapables de deviner ce que deux femmes du village sans la moindre marchandise sont venues faire ici. Tu vois ce symbole sur mon masque, c'est encore un symbole d’autorité au sein de ce pays.

D'un mouvement coordonné entre son bras et sa tête, la jeune femme vint écraser le visage de sa proie avec le sien. D'un coup de masque, elle lui brisa le nez sans aucune retenue, éclaboussant son sang sur son propre visage. Elle relâcha alors l'individu avec dédain, le laissant tituber devant elle.

Maintenant vous allez vous calmer bien gentiment, poursuivit-elle, puis vous allez nous expliquer qui vous êtes.
— Elle est complètement folle celle là ! S’écria l'un des deux hommes en retrait avant de se mettre à fuir en courant.

Sans perdre son calme, Fuyumi réalisa une série de mudras, faisant apparaitre un remous dans le sol qui se dirigea rapidement vers le fuyard. Quelques instants après, des chaînes en pierres surgirent sous ses pieds, s'enroulant autour de ses jambes, provoquant inexorablement sa chute.

Avec un homme à moitié sonné et un autre enchaîné au sol, la jeune femme se tourna vers le troisième, trop perplexe face au retournement de la situation pour réagir.

Du coup, je disais, vous allez nous expliquer qui vous êtes, conclua-t-elle avec bien plus d'autorité dans sa voix.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Mer 12 Fév 2020 - 16:23
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Automne 203 – Matin

Une grave erreur, que de manquer de respect aux deux jeunes femmes sur leur monture et ils n’allaient pas tarder à le comprendre. Au moment même où la blonde quitta le cheval, elle savait que ça allait barder. Ni une ni deux secondes, la poigne décidée de la jonin attrapa l’un des moqueurs avant de le rapprocher d’elle. Amiko tapota la tête du cheval et quitta la selle, atterrissant grâce à un petit saut et une réception digne des félins. Tout d’un coup, le rire mesquin et l'air ignoble sur leur face n’était qu'un mauvais souvenir, faisant place à une certaine crainte. L’autorité symbolisée par le signe de la roche lui fit ravaler son bandeau d’un coup de tête. L’assimilatrice grimaça en attendant le brisement d’os et sourit légèrement au travers de son bambou. L’agitation effraya l’un d’eux qui semblait vouloir prendre la fuite, après avoir caractérisé son amie de folle, mais Fuyumi n’était pas de cet avis non plus. Pris au piège par la roche même, il ne restait alors que le troisième. « Légèrement » remontée, l’amejin s’approcha du dernier du trio et de sa petite taille le fixa intensément, attendant une réponse de sa part.

« Si vous croyez que vous allez avo… »

Trop, il parlait trop. La genin agrippa son cou de force et planta ses ongles acérés dans sa peau. Son chakra se réchauffa jusqu’à sa paume, la faisant monter en température drastiquement, sans pour autant se transformer en lave. La brillance rosée de ses pupilles était différente, laissant apercevoir une haine viscérale à son encontre. Les moqueries et les insultes l’encontre de son amie n’étaient pas entrées dans l’oreille d’une sourde et même si elle savait qu’elle devait faire attention, hors de question de le laisser leur manquer de respect une nouvelle fois. L’homme gémissait de douleur et tentait de parler, alors Amiko le lâcha sans douceur tandis qu’il reprenait son souffle. Son air innocent et adorable domina de nouveau sa moue, tandis qu’elle mettait ses mains dans son dos, attendant une réponse satisfaisante de sa part.

« Nous… nous sommes des marchands Tsuchijins. »

Intriguée, la femme de lave pencha sa tête sur le côté et pointa du regard les barrières, pour lui faire comprendre qu’elle voulait plus de précisions.

« Depuis qu’une milice a été mise en place à quelques kilomètres au sud, ils nous taxent pour chaque passage chez eux ! Notre économie est en péril alors nous avons décidé d’en faire de même ici pour retrouver l’équilibre mérité ! »

Tout ça pour une histoire d’argent et de commerce ? En tout cas, cette histoire ressemblait forcément à la raison de leur présence. Mais si une autre route était barrée plus loin, par des Hayashijins, il fallait que les deux kunoichis s’y rendent pour comprendre leur motivation et trouver une solution à cette discorde marchande. La genin hocha de la tête et lui sourit gentiment devant sa mine effrayée. Elle lui montra du doigt sa silhouette et celle de la pieuse puis le portail barré, avant de se retourner vers la femme masquée et de s’approcher. Elle tendit la manche de son haori pour essuyer les traces de sang sur son masque et sa joue. Sa main attrapa la sienne tandis qu’elle proposait à Fuyumi de se rendre jusqu’à l’autre barrage pour en apprendre plus sur tout cela. Si celle-ci était prête, Amiko attendrait aux côtés du canasson en lui faisant des caresses pour le calmer devant toute cette agitation. Le temps qu’elle dise ou fasse ce qu’elle souhaite et que le dernier singe encore debout leur ouvre le passage.





_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Jeu 13 Fév 2020 - 15:12
Maintenant son emprise sur les chaînes de pierres immobilisant le fuyard, Fuyumi laissa sa jeune amie s'occuper de convaincre le dernier des trois à s’exprimer clairement. En entendant les cris de douleurs de l'homme, elle comprit rapidement ce qui se déroulait même sans pouvoir le voir. Le criard se mit alors à parler, dévoilant son identité puis les raisons de cet incident. Amiko s'approcha alors d'elle, essuyant délicatement le sang qui venait d'éclabousser sur son visage. Prenant sa main, l’assimilatrice proposa de se rendre au prochain barrage.

On va y aller, répondit Fuyumi, mais je ne peux pas ignorer le comportement de ces individus, surtout avec une excuse aussi peu recevable.

La Jonin ne défendait pas la Justice et la loi avec passion, mais malgré ses convictions personnelles, elle ne pouvait approuver le comportement de ces marchands. Elle se tourna donc vers eux en libérant ses chaînes.

Nous avons bien été mis au courant des problèmes de taxes et sommes venues les résoudre. Cela ne justifie cependant pas vos actes. Vous n’êtes pas une autorité de ce pays et chacune des personnes que vous taxez pour vos profits personnels est une insulte envers la Terre. Maintenant, vous allez gentiment vous rendre tous les trois à la ville la plus proche et confesser vos délits aux autorités. J'ai senti votre odeur, je ne l’oublierai pas. Si vous ne faites pas ce que je dis, je vous chercherai, je vous trouverai et je vous tuerai.

Bien qu’elle n’était pas habituée à faire des menaces sans fondement, elle voyait en cette méthode une solution simple pour sanctionner leur comportement sans avoir à s'en occuper personnellement. Si elle ne possédait ni les moyens ni la volonté de vérifier leur arrestation et de les traquer, ils n’avaient pas plus de moyens de le savoir. La peur distillée ainsi ne garantissait aucunement le respect de ses ordres, mais elle comptait surtout sur celle-ci pour convaincre les marchands de se tenir tranquille. S’ils étaient prêts à miser leur vie sur son ire pour éviter la prison, elle pouvait tolérer ce manque de respect, surtout qu'ils ne risquaient plus de faire de vague.

Allons voir les autres collecteurs de taxes, ajouta alors Fuyumi à Amiko, je te suis.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Sam 15 Fév 2020 - 21:42
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Automne 203 – Matin puis Soirée

Hors de question d’en rester là avec leur comportement injustifiable. La jeune femme libéra l’immobilisé qui se releva en reculant, par crainte de subir la colère des deux kunoichis. Collée à la monture, Amiko laissa sa douce amie leur faire comprendre qu’elles étaient là pour régler cette affaire. Ils s’étaient montrés insultants envers Tsuchi et les commerçants qui travaillaient dur et fièrement et mériteraient une pénitence. La proposition de Fuyumi et la promesse de les retrouver s’ils ne l’écoutaient pas avaient fait mouche. Pour soutenir la jonin dans ses paroles, l’assimilatrice leur offrit un regard dur et leur montra ses ongles soignés, mais acérés. Avalant leur salive, ils quittèrent les lieux en soutenant leur partenaire qui saignait du nez, non sans jurer à messe basse. Lorsqu’elle porta enfin son attention sur l’amejin, celle-ci sourit avant de l’aider à monter sur leur monture.

Avant d’en faire de même, elle constata qu’ils avaient oublié d’ouvrir la barrière et s’approcha en tirant les liens attachés au canasson. Devant le cadenas rouillé, la jeune femme regarda sa main et eut une petite idée… réchauffante… En fermant les yeux fortement, elle se concentra pour que son énergie volcanique se dirigeât au niveau de sa main. Après de longues secondes de patience, sa main se retrouva devenir la lave même, se liquéfiant à moitié tandis qu’une couleur chaude et intense se reflétait dans le barrage. Sa poigne se posa alors sur le verrou jusqu’à le faire fondre pour que les portes s’ouvrent. Une fois terminé, la douce assimilatrice sourit et alerta Fuyumi de son désir de monter sur le cheval.

Il était temps de continuer leur périple en direction de la prochaine milice. Une fois que la femme masquée l’aida à prendre les rênes, la route pour la suite de leur quête reprenait d’un bon rythme. À sabots, il leur fallu une bonne heure pour atteindre la frontière du pays de la Terre pour rencontrer les terres des Bois. C’est un monde bien différent duquel elles vivaient qui s’offrait aux deux femmes, tandis que les pupilles rosées brillaient d’ébahissement devant tous ces arbres. Si la roche avait réussi à pénétrer dans cette nouvelle contrée, la verdure dominait l’horizon. Une odeur de bois humide chatouilla les narines d’Amiko, qui se sentait agréablement bien. Les feuilles bougeaient aux mouvements des oiseaux qui avaient bâtis leur nid, tandis que le bois craquait, offrant une ambiance très sauvage et naturelle. Le chemin était clairement défini et filait tout droit avant de partir en virage inconnu. Aux aguets, la demoiselle inspectait les alentours, pour pouvoir réagir à la moindre manifestation.

Le soleil commençait à tirer sa révérence et toujours pas de milice, Amiko se demandait où ils pouvaient bien se trouver et cela lui faisait perdre patience. La fatigue se faisait clairement sentir pour la bête qui respirait plus rapidement, tandis que ses pas étaient moins précis et plus lents. L’assimilatrice décida alors de stopper la course. Elle attrapa délicatement la main de sa tendre amie et lui conta le désir de s’arrêter un peu pour leur monture. La genin laissa la jeune femme descendre et s’appuya avec son aide sur ses épaules pour en faire de même. Elles cherchèrent un endroit afin de se poser discrètement, évitant les étendues qui risquaient de prendre feu facilement. Le canasson attaché à un arbre, l’eau servie. La petite kunoichi trouva de quoi faire un feu, dans ce sanctuaire légèrement humide par l’esprit boisé. Elle offrit de quoi se sustenter à sa partenaire de mission puis en fit de même, après avoir quitté son bambou. Face à la nuit qui se déclarait, la sanguine n’avait pas peur de retirer ce barrage où l’autre présence était celle en qui elle avait une totale confiance. Elle se permit même une petite question, coupant ce silence accompagné des champs des cigales.


« J’ai rencontré une fille, comme moi, à Iwa. Elle a dit qu’elle m’aidera à trouver une solution pour… parce qu’elle aussi en cherche une, de solution. Ça me donne un espoir. »

À côté de la jonin, la Sakki sourit tristement. Même si elle savait qu’il y avait peu de chance pour le moment, cette rencontre l’avait un peu changée. Les encouragements de Fuyumi à son égard et le fait qu’elle l’avait toujours encouragée à vivre comme elle le souhaitait était un élément majeur dans sa décision.

« Savoir tout ça et… savoir que tu seras toujours là pour moi, quoi qu’il arrive, m’encourage dans une voie plus… libre. »

La brune aux mèches rousses ne souhaitait pas en dire plus, ou donner des mots à cette décision qui lui faisait encore peur. Mais s’ouvrir et se confier lui faisait beaucoup de bien, comme si cet endroit la motivait pour le faire.

« Tu veux continuer la route de nuit ou attendre le jour ? Je sens que nous ne sommes plus très loin. »

Instinct ? Pressentiment ? La genin ne savait pas, mais au milieu de cette forêt, elle se sentait épiée. Quelque chose lui laissait penser que leur tranquillité ne sera qu’un lointain souvenir.



_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Mar 18 Fév 2020 - 18:57
Les deux jeunes femmes quittèrent ainsi le pays de la Terre, pénétrant dans les terres du Bois à la recherche des contrevenants ayant inspiré la petite bande d’abrutis croisée plus tôt. Ils poursuivirent ainsi sur la route jusqu’au coucher du Soleil sans résultat. Sous la direction d'Amiko et les plaintes de la monture épuisée, elles s’arrêtèrent pour un repos nécessaire. L'assimilatrice prit à nouveau en charge la préparation d'un feu et de vivres. Fuyumi la laissa faire sans rien dire. Si l’environnement n’était pas particulièrement propice à un feu, compte tenu des risques d'incendie, les flammes pouvaient surtout servir à décourager toute bête venant à leur rencontre. La faune locale ne pouvait espérer venir à bout de la Jonin, mais cela ne garantissait pas qu’aucune créature ne pouvait s'y risquer. De plus, contrairement aux deux kunoichi, leur monture ne possédait pas de capacités défensives en dehors de la fuite. Dans cet environnement, un tel dénouement ne pouvait mener qu'à la mort de l’équidé.

Fuyumi ne remarqua le retrait du bâillon de son amie que lorsque celle-ci prit la parole, brisant le silence ambiant, quoique relatif au sein de la forêt. Amiko évoqua alors sa rencontre avec une individu partageant des similarités avec elle. Cela ne manqua pas d'intriguer la Jonin, qui n'avait jamais entendu parler d'une telle iwajine. Loin d’être la personne la plus renseignée du village, la jeune femme pouvait tout de même se targuer d’être particulièrement compétente en la matière, exploitant régulièrement son grade et sa curiosité pour connaître ceux qui composaient les rangs d'Iwa.

Une autre personne partageant ta soif ? Demanda Fuyumi pour s'assurer d'avoir bien saisi. J'ignorais qu'on pouvait en trouver au village. Elle vient d'Ame aussi ? Du même clan que toi ? Elle a été affectée par la résonnance également ?

Se laissant pousser par sa curiosité insatiable, la jeune femme s'interrompit dans ses questionnements en réalisant sa propre insistance. Sachant qu’il s’agissait d'un sujet peu évident à évoquer pour son amie, elle préféra la laisser s'exprimer sur le sujet.

En tout cas, je suis heureuse de sentir de l'espoir dans ta voix. La liberté dénuée d’espoir est plus obscure et aliénante que la plus profonde des cellules. Qu'importe les voies que nous empruntons, en gardant la flamme de la volonté attisée nous éclairerons la route d'un éclat rassurant. Aujourd’hui je suis à tes côtés et je me battrais sans répit pour tes rêves, mais les temps sont troubles, l'avenir incertain. Nos chemins finiront peut-être par diverger un jour, il te faudra alors garder espoir. La volonté de chacun résonne à travers le temps et l’espace dans le cœur des hommes et des femmes qu'elle rencontre. J’espère que celle que j'essaie de te transmettre traversera ta vie pour t'aider à trouver ta voie lorsque les nôtres se sépareront.

Souriant à son amie pour adoucir ses mots, Fuyumi laissa s’écouler quelques instants pour laisser retomber le sérieux de cette discussion avant de répondre à la question d'Amiko.

Restons donc ici pour la nuit. Ces lieux ne sont pas rassurants, mais rien ne nous garantit que les collecteurs de taxes soient actifs la nuit. Il vaut mieux attendre le matin plutôt que risquer de dépasser leur barrage sans s'en rendre compte.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Mer 19 Fév 2020 - 19:43
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Automne 203 – Matin

Si Fuyumi n’avait pas son masque devant son visage, Amiko aurait été certaine de voir de l’intérêt dans ses pupilles rubis. D’ailleurs, les interrogations qui se succédèrent lui mirent la puce à l’oreille. L’assimilatrice ne put s’empêcher de lâcher un petit rire avant de reprendre contenance. La suite de ses paroles fut tout de même bien sérieuse, ce qui incita l’amejin à en faire de même. Celle-ci berça ses oreilles d’un petit monologue fidèle à la charmante pieuse. 

Amiko hochait de la tête positivement, l’écoutant attentivement, même si elle ne pouvait pas la voir. Ses paroles étaient lourdes de sens et aspiraient à une liberté et un espoir qui promettaient un horizon moins incertain. Même si elle savait qu’elle pourrait toujours compter sur l’aide et le soutien de son amie, elle n’était pas dupe et savait qu’on ne pouvait prévenir l’avenir. Cela lui fit un petit pincement au cœur, mais quoi de plus sincère que la vérité ?

Le sourire de la blonde ne pouvait totalement réconforter la brune, mais cela lui faisait tout de même plaisir, d’entendre Fuyumi parler à cœur ouvert ainsi et dire les choses comme elles sont. 


«  C’est une Shimazu, qui faisait partie de ceux contrôlés par Mamushi. Neiko. Je ne sais pas d’où elle vient, mais elle voyage beaucoup… Et… C’est aussi à cause de son père, qu’elle a cette soif. Je crois qu’elle a aussi été affectée, mais c’est lié à son pouvoir de sang, elle ne l’a pas perdu, comme pour moi. En tout cas, je l’aime bien, elle aime bien faire peur aux gens trop curieux... »

Un petit sourire se dessina sur ses fines lèvres rosées. Elle se rémora la peur qu’elle avait fait aux deux mégères qui s’étaient moquées d’elle. 

«  Merci Fuyumi… Et tu as raison, nous ne savons pas ce qui peut arriver d’un jour à l’autre, il faut que je sois forte et que je me sente libre et en paix avec moi-même. Sache tout de même une chose, tant que nous serons ensemble, et même si nous venons à nous séparer, je serai toujours là pour toi et te serai toujours fidèle.  »

Décidée à passer la nuit ici pour pouvoir continuer leur route sous chemin bien plus clair et évident, Amiko alla poser sa tête sur les jambes de la blonde et se laissa emmener par Morphée. 

Le lendemain, aux aurores, les deux kunoichis prirent la route vers le chemin qui continuait infiniment. Très rapidement, une odeur chatouilla les narines, quelque chose de brûlé, de désagréable que la canasson ne semblait pas apprécier. Intriguée, la femme volcanique stoppa la course et attrapa la main de Fuyumi, elle dessina qu’il se passait quelque chose plus loin et qu’il y avait sûrement un feu. La genin décida de descendre de la monture avec la jonin et d’attacher celle-ci à un arbre avant de caresser le haut de sa tête. Attrapant le bras de sa comparse, l’amejin avança avec méfiance vers cet étrange odeur jusqu’à tomber sur le barrage tant attendu, dans un… sale état. Les yeux rosés d’Amiko s’écarquillèrent lorsqu’elle constata que le bois de la porte aménagé prenait feu, les gardes étaient à terre, toujours conscients mais souffrants. Sa main pressa l’avant-bras de la femme de froid avant de le lâcher et de s’approcher, alerte. Une main fut tendue vers sa petite personne, tandis que son regard peiné observait la brûlure. Ses fins doigts se posèrent sa main tandis qu’elle observait la scène catastrophique qui s’offrait aux deux iwajins. Celle-ci pointa les dégâts matériels et les hommes pour essayer de lui faire comprendre qu’elle souhaitait savoir ce qu’il se passait. 


« Une attaque... Nous n’avons… rien vu… Du feu… Tout ça à cause de cette taxe...  »

Son regard se posa sur Fuyumi, cette histoire de taxe entre chaque pays posait vraiment problème. Si en plus, des malins s’amusaient à s’en prendre à la milice Hayashijin… Amiko hocha de la tête et se releva, jusqu’à entendre un craquement dans son dos, qui venait des bois. Elle se retourna alerte, mais rien. Son cœur battait à tout rompre, se sentant une fois de plus observée. 






_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Lun 2 Mar 2020 - 18:39
Fuyumi n’était pas peu surprise de l’entendre évoquer le clan Shimazu. Cette Neiko faisait donc partie du groupe de mercenaires séduits par le contrat improbable ayant conduits tant d’inconscients dans les bras de Mamushi. Elle ne put alors s’empêcher d’éprouver une certaine compassion à l’encontre de cette inconnue, luttant également contre une soif invasive et se retrouvant soumise au pouvoir le plus horrifique que la Jonin eut entendu parler.

— Ne t’enferme jamais dans des promesses. Nul ne connait ce que le futur nous réserve et même si je connais la pureté de tes mots et la détermination qui les soutient, il n’y a qu’envers toi-même que tu dois fidélité. Les gens changent, les idéaux aussi, seule ta liberté se doit d’être éternelle.


La jeune femme ne pouvait nier apprécier les paroles de sa jeune amie. Elle ne voyait non plus la fin dans leur vie ensemble, mais elle ne pouvait trahir ses croyances pour autant. Pour Fuyumi, l’être humain n’était qu’un animal plus émotif que les autres, remplie d’empathie et de pulsions incohérentes. Ses sentiments étaient fugaces et difficiles à comprendre. Elle estimait qu’Amiko et elle se devaient au moins une honnêteté véritable, transcendant leurs émotions. C’était pour cela qu’elle ne lui offrait aucune promesse malgré sa volonté croissante de la rassurer. Elle espérait également pouvoir être aux côtés de ses proches à jamais, pouvoir les soutenir dans tous leurs projets, mais l’injustice de ce monde n’avait d’égal que l’incapacité des hommes à prévoir l’avenir.

Après une nuit exempte de sérénnité, la jeune femme constamment en alerte à cause de la faune locale, les deux iwajins quittèrent leur camp de fortune pour terminer leur route. Ce fut alors l’odeur d’un feu qui saisit l’attention des deux jeunes femmes. Se laissant guider par son amie en direction de la source des flammes, elle arriva rapidement à proximité de l’avant-poste. Celui-ci se trouvait être déjà ravagé par l’incendie. La présence de blessés autour de l’édifice, incapables de réagir, assurait qu’ils avaient subi une attaque. L’un des gardes le confirma rapidement en s’adressant à Amiko entre râle d’agonie et supplication. Ce fut alors un craquement au loin qui attira l’attention des kunoichis.

Sans perdre de temps, Fuyumi réalisa une série de mudras avant de plaquer ses mains au sol. Restant immobile pendant quelques longues secondes de suspens, elle se releva finalement en direction des bois.

— Tu devrais rester ici et protéger les blessés. Je m’occupe du reste.

Elle exécuta alors une deuxième technique en s’approchant des bois, affutant ses sens. Connaissant le nombre et la position des observateurs, ses yeux devenaient obsolètes . Ce qui commença comme une simple marche assurée se transforma rapidement en course rapide en direction du groupe inconnu. L’envie de bruler tout ce qui se trouvait devant elle brouillait son esprit, mais la situation l’interdisait. Agissant en territoire étranger, la moindre de ses interventions se devait des précautions particulières.

Réfléchissant pendant sa course à ses options, elle s’arrêta finalement dans sa course à une vingtaine de mètres de ses cibles. Celles-ci, paniquées, commençaient à s’enfuir, ne souhaitant visiblement pas tester les capacités de la jeune femme. Ce n’était cependant pas dans ses intentions de laisser des suspects l’échapper. Elle fit donc une troisième technique, créant du sol un immense marécage devant elle. Bien incapables d’échapper à une technique d’une telle ampleur, le groupe se retrouva aussitôt embourbé dans une boue épaisse.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Lun 2 Mar 2020 - 22:17
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Automne 203 – Matin

Amiko lança un regard brillant, surprise par ses paroles qui étaient justes et véridiques. Elle se contenta de hocher de la tête, même si elle ne le voyait pas et murmura un simple « merci » avant de tenter de dormir, chose qui lui était devenue difficile depuis bien des années. Son destin… Elle l’avait entre ses mains et devait l’entretenir pour elle et personne d’autre.

Le lendemain matin, le chemin fut calme jusqu’au moment où l’odeur brûlante et étouffante vint chatouiller son nez. Perplexe, surtout dans un endroit emplit d’arbres et susceptibles de prendre feu, la Sakki écouta son instant et empressa le galop vers le bout de la route. La vie qui s’offrit aux deux kunoichis étaient chaotiques et indescriptibles, même incompréhensibles. Près d’un des blessés, le duo comprit qu’il ne s’agissait pas d’un accident. Ce fut un craquement venu de l’intérieur de la forêt qui attira l’attention des deux amies. Perplexe, elle resta accroupie près de l’homme en piteux état et laissa Fuyumi s’occuper du son étrange et de cette présence ressentie et confirmée par celle-ci. Sa responsabilité était importante et l’amejin avait totale confiance en la femme masquée. Prenant son rôle de protectrice très au sérieux, elle se décida à agir et se leva avant de se diriger vers les deux hommes pour analyser leur blessure.

Il lui fallut faire don de son assimilation, ce qui apeura l’un d’eux, pour briser une planche de bois tombée sur son ventre et le bloquant. Il n’était pas brûlé, mais saignait beaucoup. Comprenant qu’elle essayait de l’aider, il se laissa faire, les yeux médusés par des capacités aussi peu communes. Amiko utilisa un kunai pour déchirer un long morceau de son haori afin de couvrir sa plaie, l’enroulant son dos pour que ça reste attaché. Elle le déplaça doucement pour rejoindre son camarade puis se concentra sur la tierce personne. Complètement concentrée à découper son haori pour faire des bandelettes et les entourer autour des blessures saignantes, elle oublia ce qu’il se passait autour d’elle : grosse erreur.

Ce fut la voix essoufflée d’un des blessés qui l’avertit. N’ayant pas le temps de réagir, elle tenta de se lever rapidement et de se retourner, mais la voilà prise à la gorge par un homme plus grand qu’elle, bien plus. L’assimilatrice grimaça, tandis qu’il resserrait sa poigne autour de sa gorge. Il était trop fort, rapide et discret pour être qu’un simple civil. Ses deux mains attrapèrent l’avant-bras de son agresseur, essayant de le repousser, mais en vain. La colère de mise, cet homme allait regretter de s’en être prise à elle.

Son regard habituellement innocent et pétillant s’assombrit alors, à son encontre, tandis qu’il lui montrait ses dents jaunies dans un sourire carnassier. Doucement, suffoquant de plus en plus, la kunoichi activa son instant de survie pour faire parvenir beaucoup d’essence yoton dans tout son corps. Petit à petit et sous les yeux de tout le monde, son corps se transforma alors, faisant place à de la lave qui coulait le long de chacun de ses membres, comme si elle était une rivière à elle seule. Son cou devint magmatique aussi, et le hurlement grave qui s’échappa de la bouche du bandit témoignait de l’intense douleur occasionnée par ce simple contact avec son affinité. Il lâcha simplement sa prise, recula et se tint la main en la regardant, horrifiée. La lave collait et le brûlait, déchirant sa peau par la même occasion. Dans une fureur certaine, la brune ne comptait pas le laisser s’en sortir ainsi.

Manquant de contrôle sur une assimilation aussi complète, elle reprit forme très rapidement, essoufflée par l’étranglement et la quantité de chakra utilisée. Avant même qu’il ne tente de se venger, ses ongles prirent une teinte orangée, recouvrant ses doigts avant de frapper d’un coup bref pour blesser l’inconnu. Une balafre se dessina sur son visage, se mêlant à une lave plus discrète, mais brûlant suffisamment pour le faire crier de nouveau. Aveuglé, souffrant, il ne pouvait pas faire grand-chose que se plaindre.

Il était possible que cela alerte d’autres personnes, alors la jeune femme resta aux aguets, se demandant comment cela se passait du côté de la jonin. Son regard s’adoucit à l’encontre des blessés, avant de montrer du doigt l’homme à terre.


« C’est lui.. avec.. les autres… ils ont pris… notre argent après avoir... le feu... »

La gamine n’avait aucun moyen d’adoucir la souffrance de cet homme brûlé, il fallait faire quelque chose, mais impuissante et ciblée par des shinobis voleurs, les choix étaient limités.




_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 13:35
Concentrée sur le groupe qu'elle venait de plonger dans la boue, Fuyumi ne remarqua la présence d'un shinobi que lorsque celui-ci interrompit son camouflage pour attaquer Amiko. Pendant des années, une telle situation aurait pu provoquer une panique chez la kunoichi, mais la jeune fille qui l'accompagnait n’était plus la même. Profitant désormais de capacités d’assimilation, son potentiel défensif ne pouvait que rassurer Fuyumi. Ce n’était cependant pas suffisamment pour tolérer une telle mise en danger.

Lorsque la lave commença à faire hurler l’agresseur et qu'elle ressentit qu'il avait lâché prise, la Jonin n'attendit pas plus longtemps pour réagir. Elle réalisa tout d'abord une série de mudras pour changer de détection de chakra, se concentrant exclusivement sur sa cible avant de recommencer pour créer une lance de pierre. D'un mouvement vif et assuré, elle projeta sa nouvelle arme à travers la clairière. Fusant l'air dans un sifflement mortel, le projectile vint frapper le crâne du voleur avant de poursuivre sa route jusqu’à se planter dans un arbre un peu plus loin.

Fuyumi changea alors à nouveau de technique de détection pour recentrer son attention vers le groupe piégé. Plutôt joviale en ce début de journée, elle commençait malgré tout à manquer de patience. Elle tenait jusqu’alors à respecter son absence d’autorité sur ces terres, mais elle ne pouvait laisser une telle agression impunie.

Le premier qui tente quoi que ce soit subira le même sort, menaça-t-elle, j'avais simplement restreint vos mouvements pour obtenir une conversation avant votre fuite, mais puisque vous venez de commettre une agression sur mon amie, je ne crains devoir vous inciter à obtempérer. Ne vous fiez pas aux apparences, je ressens chacune de vos présences. Venez nous rejoindre sans mouvement brusque et tout ira bien. Nous sommes simplement là pour tirer cette situation au clair, nous ne ferons pas d’attestation. Faites des mouvements amples et ne pas paniquez pas, vous arriverez à sortir de la boue.

La jeune femme se tourna alors vers Amiko.

Heureusement que tu étais là. Reste sur tes gardes, il y en a peut-être d'autres dissimulés à proximité.

Saisissant un Kunaï et une parchemin explosif, elle projeta ceux-ci dans le ciel, bien au-delà de la cime des arbres. Ne voulant pas perdre plus de temps dans une situation complexe, elle préférait indiquer à toute personne alentours d'une perturbation au poste de taxe. Il ne restait désormais plus qu’à attendre que le groupe d'agresseurs se libèrent de la boue et les renforts des gardes arrivent. Après tout, le duo iwajin se devait de résoudre cette affaire pacifiquement. Quelque fusse le contexte, elle ne pouvait laisser couler trop de sang sur un sol étranger.





_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Lun 16 Mar 2020 - 10:42
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Automne 203 – Matin

Si la situation semblait maintenant sous contrôle, ce n’était pas suffisant pour Fuyumi. Cet agresseur avait fait l’erreur de s’en prendre à sa précieuse amie et celui-ci en perdit de la vie. Elle vit la lance transpercer la boîte crânienne de celui qui s’était relevé, prêt à démordre encore, mais s’était vite recouché, mort. Le sang qui avait giclé vola jusqu'à la demoiselle, ce qui la paralysa sur place. Amiko serra ses poings pour se contenir, elle pouvait le faire. Il fallait agir et trouver une solution vis-à-vis de cet incident avant que ça dégénère. Amiko tentait de calmer de son côté les blessés tandis que la jonin fit comprendre au groupe immobilisé que s’ils ne coopéraient pas, cela finirait aussi mal. Celle-ci gardait toujours ce ton diplomatique, leur donnant des conseils avisés. Tout dans le calme, pas dans le débordement, c’était une nécessité pour que la mission se termine bien. La Sakki sourit à la jeune femme, même si celle-ci ne la voyait pas et comptait bien rester sur ses gardes. Pour faire acte de présence, la femme masquée créa une explosion dans les airs pour attirer le plus de personnes susceptibles d’être dans les alentours.

Aucun mot ne quitta la bouche de chacun. Certains des individus observaient leur camarade gisant avec frayeur, tandis qu’ils n’osaient pas avancer devant une Fuyumi plus impressionnante que jamais. D’autres se montrèrent plus dociles, avant de se planter devant l’albinos et de lancer un regard vers Amiko. Celle-ci le fusilla de ses pupilles rosées, lui faisant comprendre leur erreur. Quelques minutes après, un groupe de trois individus, équipés comme les blessés fit son apparition, comme prévue. Leur réaction fut légitime, tandis qu’ils se mirent sur leur garde, l’air déconfit et horrifié sur leur visage.


« Mais… Qu’est-ce qu’il s’est passé, qu’avez-vous fait ? »

Cette question s’adressait à l’assimilatrice qui était installée auprès de ses confrères. Alerte, Amiko secoua la tête de gauche à droit ainsi que sa main. L’un des blessés tenta de prendre la parole, très difficilement.

« No...non, ces fe...mmes ont ai...dé. »

La genin posa son regard sur l’homme à moitié allongé sur sa jambe tandis qu’elle lui envoyait un regard triste. L’un des membres du trio s’approcha de Fuyumi alors, pointant du doigt les hommes à ses côtés, payant une petite mine.

« Et eux ? Qui sont-ils ? Déclinez vos identités ! Qui a blessé la milice d’Hayashi ? »

Au vu de la situation, leur méfiance était normale, tant qu’ils se mettaient pas à conclure n’importe quoi… Elle comptait sur la prise de parole de son amie pour expliquer la situation et démêler tout cela.


_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Mer 13 Mai 2020 - 21:29
Les menaces de Fuyumi suivant sa démonstration de force suffirent à convaincre le groupe qui l’opposait à se soumettre docilement. La jeune femme masquée n’eut alors qu’à attendre l’arrivée des autorités Hayashijins, ou du moins ceux participant à ce poste douanier, n’ayant pu manquer son message. La présence d’Amiko à ses côtés était bien suffisante pour la rassurer concernant les agissements des prisonniers. Ceux-ci, inquiets du sort qui les attendaient, semblaient toutefois bien plus enclins à se soumettre aux autorités qu’à la Justice de la Jonin.

Il ne fallut alors pas bien longtemps pour qu’un petit groupe d’individus les rejoignirent. Visiblement inquiets du sort de leurs camarades blessés, ils questionnèrent aussitôt pour clarifier la situation. Au grand bénéfice des deux iwajins, ce fut l’un des blessés qui leur répondit, expliquant le rôle de support qu’elles avaient endossé à leur égard. Son état ne lui permettant pas réellement de s’épancher sur le sujet, les nouveaux venus s’approchèrent de Fuyumi pour obtenir plus d’explications.

- Bonjour à vous, commença la jeune femme en se tournant vers eux, je me nomme Fuyumi, Jonin du village d’Iwa. Nous avons pénétré sur vos terres à la recherche de ce poste douanier avec ma camarade ici présente, mais n’y avons trouvé que vos hommes ainsi blessés. Le groupe que vous avez en face de vous s’enfuyait à travers les bois lorsque nous sommes arrivées, je me suis permise de les interrompre en quête d’explications. Quelque chose me dit que vous trouverez vos recettes en les fouillant.

Le trio de gardes fraichement arrivés ne furent pas immédiatement rassurés par les paroles de l’iwajine, comprenant difficilement ce que des kunoichis étrangères venaient faire ici. Le soutien apporté par leur collègue blessé et l’équipement que trainaient les captifs suffirent cependant à corroborer de manière satisfaisante son récit. L’un d’eux s’approcha alors du groupe de prisonniers qui s’écartèrent aussitôt sur son passage, pour venir récupérer un sac tenu fermement par l’un d’eux. Ce dernier lâcha sa possession avec dépit, craignant toujours la colère de Fuyumi, surtout qu’il pouvait toujours apercevoir le contenu de la boîte crânienne de son chef répandu contre la terre. Le cliquetis de pièces provenant de la besace décrocha un sourire sur le visage de la femme masquée avant que le garde ne retournât auprès de ses camarades.

- Bon très bien, vous allez tous nous suivre en ville, la priorité reste d’apporter des soins à mes hommes. Je vous remercie étrangères de bien vouloir coopérer jusqu’à ce que cette affaire soit résolue, si ce que vous nous dîtes est vrai, nous serons nous montrer reconnaissants.

- C’est tout naturel,
répondit Fuyumi, nous avons beaucoup de choses à nous dire quoi qu’il en soit. Tu veux bien les aider à transporter les blessés Amiko ? Je vais m’occuper de surveiller les prisonniers jusqu’à ce qu’on arrive.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Lun 25 Mai 2020 - 12:59
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Été 194 – Murashigure

Seules, face au pays du Bois, Amiko prenait son rôle très à coeur. Il était difficile d’agir en dehors de ses terres sans penser aux conséquences des actions de chacun. Elle savait comment pouvait agir sa précieuse amie et le fait qu’elle ne parle pas n’aidait en rien la situation. Pour autant, la Sakki essayait de l’aider par n’importe quel moyen pour la guider de la bonne manière. De son côté donc, elle était les yeux que Fuyumi cachait. Les prisonniers semblaient avoir compris, en voyant le corps de leur camarade gisant, que ce n’était pas eux qui auront l’ascendant. D’ailleurs, la vue de la tâche d’hémoglobine qui coulait de sa boîte crânienne empêchait l’assimilatrice de se concentrer totalement.

Fort heureusement pour elle, une escouade fit son arrivée et commença par questionner les deux femmes, qui n’étaient pas sur leur territoire. Si la suspicion pouvait se lire sur leur visage, les blessés aux côtés de la sanguine rebondirent -bien que difficilement- pour leur sauver la mise et mettre en avant leur aide. En voyant que ce n’était pas Amiko qui allait se prononcer, ils apportèrent leur attention sur la jônin. Comme toujours, celle-ci fit preuve d’un calme et d’une bienséance salutable Il était difficile de leur faire enlever leur doute de leur regard jugeur. Mais ils écoutèrent l'immaculée et s’approchèrent du groupe effrayé. Mais en analysant le terrain et tout ce qui s’y trouvait, les dires de l’iwajin semblaient se corroborer.

Comme coupable, l’un des prisonniers ne tenta pas de se défendre ou de retenir le sac dont les cliquetis témoignaient d’une grosse bourse. Les épaules de l’amejin se détendirent, face à la preuve qu’ils s’agissaient bien de ces bandits qui s’en étaient pris au campement. L’homme qui ne pouvait nier les preuves, annonça de se rendre en ville pour résoudre cette affaire dans les meilleures conditions. Il était légitime de vouloir prioriser les soins de ses hommes. Fuyumi coopéra et Amiko hocha donc de la tête affirmativement. Ce fut tout naturellement que la douce porta son aide envers les hommes blessés. Elle ne savait pas pourquoi, mais leur apporter de l’aide était quelque chose de revigorant, comme une fierté, un besoin de les soutenir dans la souffrance qu’ils ressentaient.

Seul hic, celui qui s’appuyait sur la sanguine saignait beaucoup, même avec les bandages. Personne ici, à part Fuyumi, ne pouvait s’imaginer à quel point il était difficile de marcher jusqu’au village avec cet homme blessé. Ce fut là un entraînement très corsé qui s’offrait à la genin, qui se fit monstre pour ne pas perdre le contrôle, ce n’était vraiment pas le moment d’ailleurs.

Heureusement pour la Sakki, la route se fit sans encombre et très rapidement, elle put laisser celui qui se tenait sur son appui aux mains des médecins de ce modeste village. On pourrait d’ailleurs le comparer à un campement. Plusieurs hommes rejoignirent le groupe, avant de s’emparer des prisonniers et d’attacher leurs mains. Celui qui s’était adressé à son amie invita les deux iwajins à l’accompagner dans une tente. Son visage sérieux semblait réclamer des explications. Une fois arrivée sans le toit en tissu, son regard se posa vers une tierce personne. Bras croisés, installé derrière un bureau, ses longs sourcils penchés lui donnait un air très sévère. La femme de lave resta impassible, aux côtés de sa partenaire de mission.


« Nous avons trouvé ces deux kunoichis du pays limitrophe de la Terre au poste douanier. Nos hommes étaient blessés et semblent avoir été secourus par ces deux femmes, d’une attaque orchestrée par des bandits en quête d’argent. Seulement, je me questionne sur la raison de leur présence sur nos terres, et cela semble avoir un rapport avec la présence de la douane. N’est-ce pas ? »

« Bien, alors peut-être que ces deux combattantes pourront nous expliquer aussi pourquoi ils s’amusent à taxer les marchands qui passent sur la route, nous forçant à en faire de même pour ne pas nous retrouver en difficulté financière ? Nous, qui pensions de Tsuchi serait de ceux qui aident, mais finalement, je me vois déçu. Mais peut-être qu’elles pourront nous répondre. »

Amiko haussa d’un sourcil avant de se tourner vers sa camarade. Ce n’était pas vraiment cet aspect qui ressortait de leur mission, l’inverse y étant cité. Pour l’heure, elle préféra laisser sa partenaire répondre à cet homme suspicieux qui semblait être à la tête de ce groupe d’Hayashijin.




_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Fuyumi
Fuyumi

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Sam 20 Juin 2020 - 21:18
Entre gardes et prisonniers, les deux kunoichis furent guidées au travers la forêt pour rejoindre un petit village, accueillant visiblement le quartier général des gardes ayant mis en place le poste douaniers. Si la Jonin semblait prêter son attention au groupe de prisonniers qui les suivaient bien à contrecœur, celle-ci était bien plus portée sur le chemin qu’ils empruntaient. Avec son handicap, elle éprouvait régulièrement de grandes difficultés à s’orienter dans des lieux inconnus et elle comptait bien profiter de cette visite guidée pour mémoriser de son mieux le trajet pour des potentiels voyages ultérieurs. Les prisonniers pouvaient bien essayer de s’échapper ou d’attaquer le groupe, cette responsabilité lui avait été retirée par l’arrivée des gardes locaux. Une telle tentative pouvait même jouer en sa faveur, lui offrant une nouvelle occasion de prouver sa volonté d’assister le pays du Bois. Il n’en fut cependant rien, ceux-ci démontrant une absence de volonté de liberté malgré l’absence d’attaches jusqu’à leur arrivée au village.

Tout le petit groupe fut accueilli par quelques hommes qui s’occupèrent rapidement des criminels tandis que les deux kunoichis furent invitées dans la tente du commandant. Restant d’abord silencieux, ce dernier fut rapidement mis au courant de la situation par le même garde ayant interrogé les jeunes femmes plus tôt. Il prit alors la parole, exprimant sa suspicion d’un ton qui ne plaisait guère à la Jonin. Loin de s’intéresser à l’attaque de ses propres hommes ou sur l’héroïsme des iwajines à leur égard, dont l’intervention avait probablement sauvé des vies, il s’enquit directement de la présence de collecteurs de taxe sur le territoire de Tsuchi no Kuni, justifiant au passage sa propre taxe par celle-ci.

- Bonjour à vous, je m’appelle Fuyumi, se présenta la jeune femme usant malgré tout d’un minimum de politesse, nous sommes effectivement des représentantes du village d’Iwa. Nous sommes en mission pour donner suite à des plaintes de commerçants concernant des taxes sur la frontière que nos pays partagent. Une échauffourée musclée a su résoudre la situation sur nos terres. Des malandrins arrêtaient les passant pour récupérer leur propre impôt en toute illégalité. Si vous vous accusez mutuellement d’avoir commencé cette affaire, vous serez ravis d’apprendre qu’elle est réglée de notre côté.

- Je m’en fous un peu de ce disent les raclures de votre pays,
répondit le commandant en haussant le ton, et cela ne va pas changer les pertes financières des petits marchands locaux. Vous croyez vraiment que notre économie peut se permettre d’être mise ainsi en difficulté par des voyous étrangers ?

- Je suis bien consciente des difficultés auxquelles vous êtes confrontés et je tiens à présenter des excuses au nom de l’ensemble du peuple tsuchijin pour les désagréments résultant de ces taxes. Mais comme de belles excuses ne résoudront pas nos problèmes, il nous faudra trouver une solution plus définitive à ce soucis. Les marchands de la Terre ne peuvent continuer de payer vos taxes et les vôtres ne peuvent compter indéfiniment sur la protection de nos shinobis sur nos terres. C’est pourquoi j’aimerais ouvrir une discussion pour la construire d’une véritable route commerciale, digne de ce nom, entre nos deux pays. Nous fournirions la protection et les ouvriers nécessaires à sa construction, tout ce que nous vous demandons pour l’instant est de lever votre poste douanier et de préparer l’arriver d’une délégation pour des négociations plus élaborées.

_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] I0r5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Amiko
Amiko

Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Empty
Lun 6 Juil 2020 - 10:15
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] Yjon


Été 194 – Murashigure

Tout s’était étrangement bien déroulé jusqu’à leur arrivée à ce fameux village. La rousse s’était attendue à une tentative de riposte de la part du groupe, mais rien. A croire qu’ils s’étaient résignés ou qu’ils savaient qu’ils n’avaient aucune chance. Pourtant, certains aidaient les blessés à marcher et étaient donc privés de leur réflexe ou de leur attention. Enfin, Amiko n’allait pas se plaindre et une fois que les prisonniers étaient enfermés et les brûlés pris en charge, les deux kunoichis pouvaient rencontrer le commandant de tout ceci pour mieux échanger.

Celui qui semblait être le chef du groupe qui était arrivé au poste de douane, expliqua la situation à son supérieur, n’omettant pas le sauvetage des kunoichis. L’homme face à elles semblaient bien moins reconnaissant ou amical. La Sakki n’appréciait pas le ton qu’il prenait, c’était pas vraiment faire preuve de diplomatie avec les représentants limitrophes… Prendre sur soi et agir avec maturité et calme était très important dans ces situations. Et Fuyumi le savait très bien et fit preuve d’une politesse qu’il ne méritait peut-être pas. La jonin tenta alors de lui expliquer ce qu’il s’était passé et la raison de leur venue à Hayashi. Mais le braillard ne semblait pas porter d’importance à ce qui se passait du côté de la Terre et pensait à son économie avant tout.

C’était tout à fait normal et elle pouvait comprendre que leur situation n’avait pas été aisée avec ces taxes et l’albinos jouait cette carte là avant de eur proposer une solution. Car c’était là aussi la raison de leur présence et leur rôle. Des individus qui voyaient en priorité leur situation financière, il fallait leur présenter une idée qui leur conviendrait à eux et à leur économie. L’idée d’une route commerciale dont la construction et la protection seraient gérées par Tsuchi se voyait là alors la plus propice à un accord. L’idée de devoir stopper leur taxation ne semblait pas lui plaire, mais il devait avouer que la proposition était intéressante, car il fallait penser au long terme.

Un soupir bien las s’échappa de sa bouche. Il posa alors un regard indifférent sur Amiko qui le lui rendait mais avec une certaine flamme dans ses pupilles rosées. De quoi soutenir les propos de sa précieuse amie.


« Tout ça commence à me fatiguer. Bien, admettons que nous nous accordions pour une route commerciale. Cela ne réparera pas les pertes que nous avons déjà subies, donc j’espère bien que Tsuchi s’engagera de ce côté à gérer le côté financier. Pour ce qui est de la sécurité, vous semblez déjà avoir prouvé que vous savez agir efficacement, tout n’est peut-être pas perdu… De notre côté… nous… stopperons l’activité du poste de taxe le temps que votre délégation grise vienne sur nos terres… Pour montrer notre bonne foi, ne me faites pas regretter ce geste. »

Amiko pesta intérieurement. Jusqu’au bout il va faire preuve de fierté et se méfier de ceux qui avaient sauvé leurs camarades ? La kunoichi avait beaucoup à apprendre et ne savait pas comment Fuyumi faisait pour garder autant son calme face à un être aussi désagréable. Enfin, on allait mettre ça sur la situation et sur l’état des blessés qui devait inquiéter cet homme. Si celui-ci était peu loquace, l’autre hayashijin semblait plus reconnaissant. Il se rapprocha des deux kunoichis et leur proposa une poignée de main, comme pour sceller ce qui venait d’être promis et proposé. La brune accepta celle-ci avant d’incliner sa tête.

« Nous ferons en sorte que votre prochaine venue dans notre pays se passe dans de meilleures conditions. Nous espérons que Tsuchi saura se montrer sincère et efficace pour la suite. »

On pouvait lire un petit sourire sur les coins des lèvres de l’assimilatrice, alors qu’elle acquiesça positivement. Si s’en était terminé pour le moment, il serait temps de retourner au village et de commencer à réfléchir à un plan et proposer tout ceci à l’ensemble du Manazuru.




_________________
Taxe, mensonge et trahison [Amiko] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099

Taxe, mensonge et trahison [Amiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: