Soutenez le forum !
1234
Le Deal du moment : -60%
Le Petit Marseillais Shampooing infusion thym et ...
Voir le deal
1.31 €

Partagez

La Nouvelle Vague [Kiri]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hotaru
Hotaru

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 17:53
Code:
Nouveau venu parmi les rangs de Kiri,

Vous êtes invité à vous rendre dans la grande cour du Complexe shinobi en cet après-midi, de même que les autres nouvelles recrues de la Brume, afin de vous y rencontrer tous une première fois. Inutile de vous rappeler, en effet, les vertus du travail en équipe et celles d'une entente cordiale parmi les rangs de notre village.

Ne soyez pas en retard.

Hotaru relut le parchemin. C'était un curieux message. Pas vraiment le genre de première mission qu'il s'était attendu à recevoir. Il avait imaginé qu'il devrait plutôt aller sauver quelque veuve en détresse, voire même secourir un chat bloqué dans un arbre. Mais tailler une bavette avec ceux qui, par la force des choses, étaient devenus ses collègues ne lui était jamais venu à l'esprit. Il irait, néanmoins. Bien sûr qu'il irait. Il avait trop peur des représailles de la part de ses supérieurs - car il devinait bien que ce devait être d'eux que venait la missive - pour tenter l'insubordination si tôt dans sa carrière encore très récemment entamée de shinobi.

Il prit donc le chemin du Complexe shinobi. Il n'avait encore jamais vu l'endroit que de loin, et ne s'était pas aventuré à l'intérieur de ses imposants bâtiments. Il n'en savait d'ailleurs pas grand chose, si ce n'est qu'il était tout neuf, et qu'il accueillait le plus gros des infrastructures de la formation des jeunes shinobis, futurs espoirs du village. Il n'y avait pas fait ses armes, naturellement, mais il devinait la qualité d'enseignement que l'on pouvait y délivrer. Après tout, Kiri était un des plus grands villages ninjas, sinon le plus grand, et encore réputé pour les qualités guerrières de ses troupes. Cette pensée lui arrachait toujours un frisson d'excitation, de fierté, d'appartenir aux rangs de personnalités qui avaient laissé une empreinte profonde dans l'histoire par leurs prouesses.

Et il allait à présent rencontrer ceux qui, comme lui, avaient rejoint les rangs de la Brume encore tout récemment. A bien y réfléchir, ce n'était pas une si mauvaise idée. Il était toujours un peu étrange de faire la connaissance de collègues de façon impromptue, ou trop précipitée. Et puis, il avait assez hâte de découvrir de quoi ses pairs étaient faits. Quels étaient leurs talents cachés, quels pouvoirs si singuliers ils avaient appris à maîtriser de leur côté, et quelles ambitions ils servaient. C'étaient autant d'horizons à explorer, et c'était un peu ce qu'il était venu chercher à Kiri.

Le complexe se dressait là, majestueux. Une certaine aura émanait du lieu, il fallait bien l'admettre. Hotaru s'avança dans la grande cour extérieure. Il était encore seul. Il s'étonna de ne trouver personne pour l'accueillir, pas même un officiel. Il tira d'une de ses poches son bandeau de shinobi, frappé aux armes du village, et le noua autour de son bras gauche. Ainsi, il était sûr d'être reconnu de ses confrères, qui ne tarderaient pas à arriver. Il brûlait d'impatience, et de fierté. Il appartenait à présent à la nouvelle génération de Kiri. Les futurs grands noms du village se trouvaient parmi les jeunes pousses. Autant d'individus qui, comme lui, n'attendaient que de faire leurs preuves. Une nouvelle vague déferlante, qui allait bientôt porter Kiri.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Hashimono Hidemi
Hashimono Hidemi

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 19:13
En face de lui, une flamme dans un foyer. Il l’allumait toujours pour accompagner ses méditations, même s’il n’en avait pas besoin, ne pouvant se concentrer sur les figures sculptées qui l’entouraient à cause de sa cécité. Mais il y avait quelque chose de rassurant, l’atmosphère particulière du Temple, la chaleur d’une faible bougie qu’il pouvait sentir malgré la distance qui le séparait de cette dernière. Hidemi prenait une longue inspiration, pour oxygéner son cerveau, rassembler ses idées et se préparer à réciter ses prières avant qu’un bruissement derrière indiquait qu’on venait le rendre visite.

Vue que lui ne pouvait pas lire de texte, le destin avait voulu qu’il n’ait rien à étudier, vue qu’on lui parlait de l’évènement. Sûrement pour le sortir de son ermitage, de cet isolement dans lequel le moine s’était enfermé, ses confrères lui parlaient de la nouvelle génération qui se présenterait, un semblant d’assemblée, où ceux qui porteraient bientôt le nom de shinobi avec crédibilité allaient se serrer la main et partager leurs histoires. Même aveugle, le visage de l’homme pouvait laisser transparaître le désintérêt pour l’évènement, à en croire le rire qui parvenait à ses oreilles et la justification de l’autre moine ninja qui parlait de la grande Kiri qui accueillait de nouveaux enfants, un futur que même l’aveugle ne pouvait prédire, surtout s’il restait assis en tailleur ainsi sur la pierre.

Mais d’un autre côté, s’enfermer dans la même activité n’allait pas l’aider, et ce n’était pas bon pour son esprit. Il fallait multiplier les expériences, ce genre de chose, et alors que son camarade continuait à décrire les bienfaits de ces activités sociales, Hidemi avait déjà attrapé sa canne et son shamisen, instrument qu’il collait à son dos en commençant sa marche. Kiri, il la connaissait, presque intimement, l’ayant vu naître alors que lui était déjà ‘vieux’ et l’ayant vu grandir…

Enfin, manière de parler.

« - … Un pied devant l’autre, un pied devant l’autre... »

Sa voix résonnait, frappait les murs et lui revenait. Le son était sourd lorsqu’un obstacle comme un mur se présentait à lui, plus fin lorsqu’il parcourait les rues, et ses pieds traînaient, et traînaient, le raclement de sa canne contre le sol l’empêchant de trébucher sur une marche ou sur un caillou. Il y avait aussi le brouhaha des kirijins dont certains s’intéressaient aussi à l’évènement, sans parler d’y aller. Encore du bruit pour le guider, vue que le village avait encore changé depuis sa dernière descente parmi le peuple. Toujours cette curieuse impression d’avoir vécu mille ans et de redécouvrir le monde, une impression agréable qu’Hidemi cachait derrière un visage de marbre, mais lui pouvait sentir ses dents pointues se frotter en laissant parfois un sourire lui échappait quand il se prenait l’épaule dans un passant.

Les derniers mètres, le moine les parcourait en inversant sa canne et son instrument, jusqu’à atteindre la cour intérieure dans laquelle il s’installait, dans sa pose en tailleur habituel. Après avoir attendu quelques temps avec ses yeux tranchés vers le centre de la place, Hidemi pinçait légèrement les cordes du shamisen pour émettre une mélodie simple et légère, une mélodie d’ambiance même, pour détendre un peu l’atmosphère. Le vent lui semblait frais, mais il ne sentait pas de pluie tomber et laissait encore un sourire lui échapper, présentant encore discrètement ses dents pointues au monde alors qu’il retroussait les manches de sa robe de moine pour s’appliquer sur sa musique. Un peu comme s’il jouait pour attirer les aspirants qui se seraient perdus dans les environs, dans le dédale des ruelles se ressemblant parfois.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7943-hidemi-kajiya-hashimono#66235 https://www.ascentofshinobi.com/t7973-hashimono-hidemi-comptine-d-un-moine-du-pays-de-l-eau#66403
Sora no Yume
Sora no Yume

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 21:00
Missive:
 

Et lui qui s'était réveillé, habillé et préparé en vitesse en pensant que c'était urgent. Depuis quand il était un nouveau venu d'ailleurs ? Cela faisait des années qu'il habitait dans la cité militaire, avant même qu'elle ne s'appelle "Kirigakure no Sato". Cela devait sûrement à voir avec son accession assez récente au rang de sabreur, le légendaire clan de la brume. Le clan qui faisait la triste réputation morbide de ce village, qui avait une rage séculaire dans le fond de l'estomac, et un sens de la vendetta dans le sang. Il avait choisit une tenue pompeuse en l’occurrence, celle qu'il mettrait à présent pour toutes les missions officielles à l'extérieur : Un long manteau en coton, aux tons d'ocre tirant vers le jaune or ; Un kimono gris perlé, qui serait surement rougie par le sang avant la fin de la journée ; Et un hakama assortis. Il avait une espèce de collier de cuir noir, qui finissait en fin tulle de coton sur le bras droit, cachant sa récente et terrible cicatrice.

A sa ceinture, pendait Kyameru dans toute sa prestance. Elle diffusait une chaleur qu'il aurait bien éviter, mais dont il savait qu'elle voulait dire que la lame se sentait bien avec son maître. Il était aussi brûlant que l'épée à son plein potentiel, et il était aussi impitoyable qu'une bouffée de chaleur chez une femme enceinte, pour le pauvre maris qui doit la supporter. Aussi, il s'apprêtait à sortir quand il attrapa d'une main adroite mais aussi lascive qu'une femme indolente, une bouteille de saké encore à moitié remplis.

*Un peu de carburant pour faire fonctionner la machine*

Pensa-t-il avant de se rappeler qu'il avait une réputation à tenir. Il attrapa une cruche de lait, qu'il vida de moitié pour remplir de saké ce qui restait. Ma foi, pourquoi pas, il avait vu pire mélange. Tout content de son improvisation, il se dirigea d'un pas guilleret vers le point de rendez vous.

Ne soyez pas en retard

Il s'arrêta dans un bar non loin, qui faisait face au complexe shinobi. D'abords parce qu'il ne suivait jamais les instructions qui lui semblaient inutiles, ensuite pour observer les nouvelles têtes sans être vu.

outfit:
 

_________________
Tout s'évanouit dans la fumée ...
La Nouvelle Vague [Kiri] 51ev

... Des dieux courroucés.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12062-sora-no-yume-rester-au-zenith-terminee
Koukotsu Uiba
Koukotsu Uiba

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 1:29


Quel stress.
Pour sûr, elle avait pas le droit de chier dans la colle cette fois-ci. Arrivée depuis peu dans la civilisation, Uiba savait que le clan Hyôsa gardait un œil sur elle bien qu'il l'avait finalement lâché dans les rues de la cité afin d'être prise en charge par l'Institut Shinobi. Aussi même si elle n'avait pas l'allure de la première de la classe, la grande tige à la coupe cramoisie comptait parmi les premiers devant la portée d'entrée, ponctuelle à souhait. Une immense faux reposant sur son épaule.
Difficile de se montrer plus discrète même si l'envie ne lui manquait pas - Si Youmaneiru, son arme, aurait tout aussi bien pu intégrer son corps, cela lui causait à chaque fois d'affreuses douleurs, or elle souffrait déjà de maux de ventre à cause de l'appréhension. D'ordinaire elle n'était pas si timide, pourtant. Mais ici, le lieu lui-même semblait l'écraser sous le poids de sa majesté. Elle qui peinait déjà à s'habituer à la surpopulation et au tumulte ambiant se confrontait maintenant à des édifices remarquables à la faune aussi diversifiée qu'assurée.

Oh bien sûr, il y en avait aussi à Yuki no Kuni, de belles architectures. Le domaine des Hyôsa resplendissait autant qu'il dénotait avec le reste du territoire. Cependant, même en ayant déjà eu un avant gout, cela lui procurait encore le tournis. Il y avait tant à découvrir... Et dire qu'il ne s'agissait que d'un bâtiment, que d'un village, que d'un pays.
... Le doute.
Est-ce qu'elle avait vraiment le droit de rentrer là ? A tous les coups elle s'était trompée et s'apprêtait à pénétrer le palais du Mizukage ! Non. Et voilà, elle s'embrouillait encore toute seule, une telle supposition n'avait aucune logique. La ville avait beau être labyrinthique, le grand manitou devait certainement être à l'écart. Et puis il y avait des gens qui y rentraient. Un jeune passait par là, l'amenant à faire quelques pas pour pénétrer à son tour l'enceinte, puis à nouveau le doute alors qu'un vieux moine lui filait sous le nez, au ralenti. Elle se stoppait net.

La Koukotsu se tirait les cheveux, toujours hésitante face à l'impressionnant portail. A ce rythme, elle finirait en retard tout en étant arrivée en avance.
Encore une fois ce n'était pas logique !
Pourquoi tout était-il toujours si compliqué ?!
Pourquoi un tuteur du clan Hyôsa ne l'avait-il pas accompagnée ? Ils le savaient pourtant qu'elle perdait ses moyens quand la situation n'était pas claire ! D'ailleurs, pourquoi n'y avait-il pas de plan dans la missive ? Tout le monde devait connaître par cœur le chemin ?... On lui avait pourtant bien indiqué, et elle était à peu près certaine que c'était bien ici. A 99%.

Elle hésitait. Autours, tout le monde semblait si occupé.
Peut-être aurait-elle le temps de retourner aux locaux des Hyôsa pour demander confirmation si OUI ou NON il s'agissait bien de l'Institut Shinobi ? Mais là encore, elle passerait pour une cruche. Sous les bandages recouvrant la lame de sa faux sifflait soudain un ricanement sordide. Stupeur chez sa propriétaire, qui chuchotait alors, haineuse.

Rend moi ma cervelle, saloperie... c'est un jour important !!

_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] EYuadgU
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7934-koukotsu-uiba-terminee#66139
Ashida Ryuji
Ashida Ryuji

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 10:50





La nouvelle vague



Le jeune shinobi se leva de bonne humeur ce matin. Pourquoi ? Eh bien, entre une bonne nuit de sommeil, et la perspective d'une journée intéressante à venir, qui ne serait pas de bonne humeur ? Calmement, il se leva et s'étira donc, venant ensuite se dirigé vers la douche pour une bonne douche chaude, avant de prendre un petit déjeuné copieux. Sans se pressé, il se changea, enfilant son armure légère par dessous son kimono, avant de glisser son katana pour le moins original à sa ceinture, attachant ensuite ses cheveux avant d'enfiler son bandeau de la brume au niveau de son cou. Tranquillement, il sorti de ses appartement, bondissant par la suite sur un toit proche en souriant, respirant un bon coup l'air pur matinal, avant de prendre la direction du point de rendez-vous.

- Allez, c'est parti...

Il s'élança rapidement de toits en toits, traversant bien rapidement le village afin de ne pas arrivé en retard, ce serait quand même dommage. C'est donc après quelques minutes qu'il bondit du dernier toit pour atterrir souplement devant les grandes portes de l'institut shinobi, faisant craquer sa nuque d'un mouvement de tête sur le côté en posant sa main contre son cou, souriant en coin. Il n'avait pas remarqué qu'il était passé devant une femme aux cheveux de sang, enfin, tout du moins avant qu'il n'entende un ricanement. Un ricanement étrange, à peine humaine en fait. Il se retourna vers la source de ce rire étrange, observant la femme. Ça ne pouvait pas venir d'elle, enfin, normalement. Enfin bref, par politesse, il la salua calmement.

- Ahem.. Heu.. vous êtes là pour la réunion des nouveaux, vous aussi ?

Il déposa alors calmement son avant bras droit sur le manche de son arme, s'en servant alors comme d'un accoudoir, observant la jeune femme en silence, en attente de sa réponse, tout en regardant de temps en temps autour de lui du coin de l’œil. Il faut dire qu'il trouvait ça un peu surprenant d'être le seul présent, avec la femme. Cela dit, en observant de plus prêt, il remarqua quelqu'un d'autre plus loin, se disant qu'il était probablement ici pour les mêmes raisons, le gardien élémentaire siffla alors en sa direction.

- Hey !




_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] Pqbp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Yuki Wataru
Yuki Wataru

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 16:13
De son œil unique, d’un bleu profond, le Borgne parcourait la missive. Quelques missives qui avaient été recopié par un Shinobi demandé à cette tâche. Quelqu’un qui n’avait que cela à faire, au final. Ecrire sur un bout de papier la première véritable mission des nouvelles recrues de l’Académie. Un grand jour pour certains. Il le relisait une nouvelle fois. Le Complexe Shinobi. Il l’avait déjà vu, de loin, alors qu’il parcourait les toits de la Cité. Le message indiquait même le lieu exact, la grande cour à l’intérieur du bâtiment, une cour des plus sobres, selon les commentaires qu’il avait entendus. Il hochait de la tête. Ainsi, il rencontrerait finalement ceux qui, comme lui, commençaient l’expérience d’être un Shinobi. Venaient-ils tous de l’Archipel de Mizu no Kuni ? Ou l’établissement académique avait attiré des habitants des contrées voisines ?

Il prenait une inspiration. Il levait la tête, c’était bien là. Le Complexe. La Lance dans sa main droite, il la soulevait finalement du sol pour avancer vers le fameux édifice. Grandiose. Et plus il s’approchait, plus ce dernier l’écrasait. Yuki no Kuni n’existait définitivement plus. Ici, tout imposait une civilisation bien établie, où l’architecture avait un but prépondérant. Montrer une véritable puissance militaire. Il souriait à moitié alors que le bout de son arme toucha vaguement le sol, dans un écho qui le fit sursauter. Tout était froid. Nulle décoration. Sa fonction militaire primait sur le reste. Donnant son bout de papier à l’un des Shinobis qui gardait la cour, il s’avançait finalement vers les lieux après avoir décliné son identité et sa date de naissance, ainsi que sa provenance. Les deux hommes s’étaient regardés, avaient hoché ensemble de la tête et lui avaient finalement rendu son bout de papier. Il était accepté. Premier test accompli.

Il avait cet homme bizarre, assis en tailleur, au milieu de la cour. Était-il d’une sérénité éblouissante ? Ou était-ce le deuxième test, tel un juge qu’il fallait défier et vaincre pour accéder à la suite des épreuves ? Le sourcil blond du borgne scrutait le curieux personnage. Il ne savait qu’en penser alors qu’autour de lui, de l’animation se faisait de plus en plus. Que se passait-il exactement ? Une femme criait pendant qu’un autre curieux personnage allait lui parler.

Était-ce donc vraiment l’ensemble de la nouvelle génération ?

Posant sa Lance près du Moine, son sourcil haussé, il l’analysait encore, scrutait chaque détail du personnage. Savoir. Comprendre. Anticiper. C’était le seul moyen pour lui de survivre dans un monde qu’il ne connaissait pas.

_ T’es la nouvelle épreuve ? Ou tu es l’un des nouveaux Shinobis ? … », posait-il le plus calmement du monde, restant debout, analysant aussi l’ensemble de la situation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7870-yuki-wataru-show-yourself-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7989-yuki-wataru-show-yourself#66537
Yokan Kuro
Yokan Kuro

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 16:22
À peine levé, déjà bien réveillé, enfin c’était une façon de voir les choses, le bougre ne dormait pas des masses ces derniers jours depuis qu’il avait acquit le titre de sabreur, il mourrait envie de s’entraîner nuits et jours avec son sabre qu’il appréciait déjà. Ce serait d’ailleurs l’un des seuls jours ou il placerait son bandeau du village sur son front pour bien être vu. Il ne voulait pas être manqué alors que d’un autre côté il n’avait pas trop envie de se faire remarquer, ce qui l’amena à enlever puis remettre plusieurs fois son bandeau au même endroit. Il finit donc enfin par se décider et s’habilla pour une fois pas avec des habits de shinobi, mais avec une tenue qu’il portait déjà avant et qui rappelait clairement une tenue de samurai, sans que lui-même ne le sache, pour lui c’était une tenue qu’il mettait lorsqu’il ne combattait pas, offerte par son père adoptif, sur laquelle il plaçait son nouveau sabre et son ancien katana à sa taille, tout les deux, s’imaginant clairement Koei lui parler et se plaindre. ‘’Comment ose tu me placer avec un katana de bas rang, c’est honteux ! ’’ Il haussa les épaules en réprimant un léger rire, sortant de chez lui dans sa tunique entièrement noire. Franchement il ne mettait vraiment que ça comme couleur pour ses habits, c’était un peu presque la seule qu’il appréciait. Il partit donc, marchant à son aise vers le grand complexe shinobi, dans lequel il ne se souvenait pas vraiment avoir été. C’était certain qu’il y était déjà allé, mais bon s’il devait se souvenir de tout les endroits de ce pays ou il est allé, ce serait le bordel dans sa tête et dans la sienne tout était consacré à la voie du sabre. Il croisa quelques civils sur son chemin, personne qu’il ne connaissait. En fait en 20 ans il était resté trop solitaire et s’en rendait compte lorsqu’il sortait. Ne se posant même plus sur la question de son surnom, « le loup » avec ou sans le ‘’solitaire’’ à la fin bien sûr.

Il arriva donc devant l’entrée du complexe sans se perdre, ce qui était une première parce que bon il avait pour habitude d’être avec quelqu’un pour l’amener la ou il allait, c’était d’ailleurs bien souvent Jomei, la seule personne avec qui il avait déjà discuté et croisé le fer, qui était devenu sabreur lui aussi. Est-ce qu’il serait là d’ailleurs ? Ça lui éviterait la gêne de devoir approcher seul d’autre nouveaux. Il ne s’en sentait vraiment pas trop capable de lui-même, introverti à souhait en général. Il ne ferait pas un bon leader un jour. Enfin s’il ne bosse pas la dessus quoi.. Enfin ! Il ne fallait pas qu’il se démoralise avant d’arriver dans la grande cour, il voulait arriver la bas en ayant l’air au moins un minimum confiant.

Entrant dans la grande cour, il remarqua qu’en fait il n’était pas arrivé en retard ! Hourra ! C’était aussi bien l’une des premières fois qu’il n’était pas dans les derniers arrivé à une convocation. Ce qui était aussi bien souvent affecté par le fait qu’il avait un piètre sens de l’orientation. Il remarqua un bonze qui jouait de la musique, stylé. Il vit aussi d’autres nouveaux un peu plus loin, mais remarqua aussi un type à côté du religieux, qui lui demandait s’il était un des nouveaux shinobi. Il s’arrêta à côté de lui, lui tapotant l’épaule et s’exprimant calmement, passant un léger regard sur sa lance puis revenant vers le religieux.


« Faut pas tant se mettre la pression, c’est un bonze. »

Dit il légèrement et gentiment amusé, s’asseyant à côté de celui-ci. Puis remarquant un certain détail.

« Arh je suis malpoli, désolé. Moi c’est Kuro, Kuro Yokan. Enchanté ! »

Termina-t’il en se relevant et tendant sa main au shinobi, tournant sa tête pour tout autant se présenter au religieux.

_________________
« Loup solitaire, loup solitaire... Je suis si solitaire que ça ? »

La Nouvelle Vague [Kiri] Signa11

Thème musical:
 

Tenue en dehors de ses missions/entraînements/... :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7883-yokan-kuro-un-loup-solitaire-termine
Takeo Jomei
Takeo Jomei

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 16:52
Aujourd'hui était un jour important pour Takeo Jomei, le moment était venu de conclure son entraînement avec Junpachi Issei. Le jeune genin était assit sur ses genoux, le Sabre à Fragmentation posé sur une tapisserie devant lui, le prédécesseur de Jomei lui faisant face. Junpachi n'arborait pas son sourire habituel, ayant une expression plus sobre et sérieuse, son regard se plantant dans les yeux de Takeo Jomei. Ce dernier ne détournait pas le regard, il était désormais le possesseur officiel de Hiai, un des Sabres de Kiri. Il devait prouver qu'il n'a pas obtenu son titre grâce à la chance. Junpachi éclaircissait sa voix avant de s'adresser à son successeur.

- Jomei, tu l'auras sûrement compris mais ce seront mes derniers mots en tant que prédécesseur, tu seras le seul et unique maître de Hiai durant ta génération. N'oublie jamais ceci : c'est toi qui est aux commandes de ton Sabre, pas l'inverse. Parfois, ce sera difficile…

Takeo Jomei voyait du coin de l'œil le poing de son maître trembler, ses doigts se resserrant contre son pantalon large. Il comprenait ce que voulait dire Junpachi, l'Épreuve des Lames ayant révélé le vrai visage qui se cachait derrière l'étrange Sabre… Est-ce que l'arme était une alliée, ou une ennemie ? Maintenant que Junpachi Issei n'en était plus le maître, il semblait avoir vieilli de plusieurs années, ses cheveux blanchis, son visage encore plus marqué que d'habitude… mais le regard serein. Cela peinait Jomei de voir à quel point son maître a enduré la pression du Sabre pendant si longtemps. Trop longtemps. L'homme remarquait le sentiment derrière le regard du genin, un sourire rayonnant se dessinant sur son visage alors qu'il adressait un pouce levé à l'attention de Jomei.

- Mais avec moi comme maître, tu n'auras aucune excuse si tu échoues ! Et il ne tient qu'à toi de me surpasser.

Jomei ne disait rien, se contentant de sourire légèrement avant de se pencher, jusqu'à poser ses mains et sa tête sur le tatami. L'action surprenait le maître.

- Merci pour vos enseignements, ils m'accompagneront pour toujours.

Lorsque Jomei se relevait, il remarquait que Junpachi était désormais de dos, s'étant retourné alors qu'il croisait les bras. Ne disant rien, l'ancien maître se contentait de faire signe à Jomei de s'en aller, rappelant au Sabreur qu'il devait participer à une sorte de réunion des nouveaux promus à Kiri. Takeo Jomei prenait en main Hiai, rangeant le Sabre dans son fourreau situé dans le dos, avant de s'excuser et de se retirer. Lorsqu'il ne restait plus que Junpachi Issei, l'homme soupirait en s'essuyant les yeux.

- Sale gosse… me faire ça à la toute fin. Lui et Hiai vont bien ensemble…

________________________

Les rues étaient animées, cet après-midi. Le marché commençait petit à petit à se remplir alors que le genin se mélangeait à la foule, marchant calmement en direction du complexe shinobi. Il ne savait pas de quoi retournerait cette réunion, mais s'il a été appelé c'était sûrement pour une bonne raison. Il était probable qu'il croiserait d'autres comme lui, de sa génération. Deux visages refaisaient surface dans sa mémoire, un homme et une femme. L'homme était assez subtil et étrange, ayant tourmenté le Sabreur avec une touffe de poils de tigre, le pire ennemi de Jomei. Quant à la kunoichi c'était celle qui était à ses côtés durant l'Épreuve des Lames, ayant réalisée l'épreuve le même jour que lui. Maintenant qu'il y pense, il ne connaissait pas tous les Sabreurs actifs à ce jour… Il se souvient d'une leçon avec Nobuatsu Saji, ainsi qu'une autre personne qu'il n'avait pas revu depuis quelques temps… Ses pensées furent coupées par un sifflement qui lui était destiné. Jomei redressait les yeux, voyant qu'il était proche des portes du complexe, avec deux autres personnes en face lui. Un homme avec une cicatrice le long de son visage, et une femme aux longs cheveux rouges. Les yeux du Sabreur restaient bloqués sur cette dernière, dérivant lentement vers l'arme en sa possession. Il ne savait pas ce qu'il se cachait sous ce tas de bandage, mais quelque chose de similaire au Sabre dans son dos s'en dégageait.

- … Entrons, mieux vaux ne pas bloquer l'entrée aux autres.

Le genin s'avançait, dépassant légèrement les deux autres personnes afin de pénétrer dans la grande cour, balayant du regard les lieux avant de se tourner vers le duo derrière-lui.

- Vous venez ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Hotaru
Hotaru

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 17:07

Les nouvelles recrues commençaient à se faire nombreuses. D'abord arriva cet étrange moine. Hotaru eut du mal à déterminer s'il était arrivé là par hasard, où s'il était lui aussi un des appelés par les autorités. Puis il y eut cette femme aux cheveux rouges, et portant une arme qui semblait particulièrement singulière. Celle-là, de même que le jeune homme qui ne tarda pas à la rejoindre, Hotaru ne la vit que lorsqu'elle entra dans la cour, car elle était restée en retrait un instant. Ils étaient tous les deux accompagnés d'un troisième garçon lorsqu'ils se joignirent au reste des "novices". Entre temps, étaient arrivés dans la cour un homme aux cheveux blonds, et portant lui aussi une arme étonnante, et un jeune homme vêtu de noir, des sabres ceints à sa taille. Voilà toute la société qui s'était assemblée pour la réunion des nouveaux visages de Kiri.

Hotaru les avait tous vus arriver, sans qu'aucun ne soit venu lui adresser la parole. Au contraire, il avait eu tout le loisir de les observer une première fois, alors qu'ils prenaient leurs marques entre eux. En un sens, ce n'était pas plus mal, et c'était une situation qui lui convenait parfaitement. Mais à présent, il sentait bien qu'il devait se joindre à la foule de ses pairs. Du reste, il était curieux de savoir si quelqu'un allait finir par venir pour les accueillir, ou si la réunion ne consistait finalement qu'en un regroupement de toutes ces nouvelles têtes.

Il s'approcha du groupe qui commençait à se faire homogène de ses nouveaux camarades. Il arborait son sourire habituel, malicieux, et son regard pétillant. Il n'était pas vraiment à l'aise. S'insérer dans une foule, ou pire, un groupe constitué, ce n'était pas l'exercice le plus facile du monde pour lui. Il aurait préféré qu'un officier vienne leur demander de se présenter un à un, mais personne ne semblait venir pour ça. Alors, tant qu'à faire, et parce qu'il croyait en les bienfaits que tous pourraient retirer de cette rencontre, il prit les devants. Il inspira, et parla suffisamment fort pour que tous puissent l'entendre distinctement.

"Bonjour à tous !"

Il s'arrêta, s'assurant qu'il avait réussi à capter l'attention de tout le groupe. Et avant d'avoir eu le temps de regretter ce qu'il faisait, il poursuivit:

"Il n'y a l'air d'y avoir personne pour faire le comité d'accueil, alors je propose qu'on prenne les devants et qu'on se débrouille nous-mêmes, hm ? Après tout, on est là pour faire connaissance. Je m'appelle Hotaru, et comme vous tous, j'imagine, je suis un Genin de Kiri. J'ai hâte de travailler avec vous !"

Il s'arrêta là. Il affichait un sourire qu'il s'efforçait de faire paraître naturel. Il était très nerveux. Allait-il passer pour le premier des abrutis, pour avoir dit des platitudes ? Allait-il se faire maudire pour avoir pris une initiative ? Ou allait-il simplement être ignoré ? Il espérait en tout cas de tout coeur que l'un de ses camarades prendrait le relai, et se présenterait à son tour.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Hashimono Hidemi
Hashimono Hidemi

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 19:32
Hidemi imitait certaines des personnes présentes dans la cour, il observait. La tête penchée sur son instrument, le pouce pressant le large plectre d’ivoire sur les trois cordes, le moine continuait simplement de jouer comme pour accompagner les pensées, les craintes et espoirs de tous ses aspirants. Il restait secret un long moment, parfois retroussant un peu le nez ou pinçant ses lèvres quand il entendait une démarche un peu plus particulière, ou l’écho métallique des bandeaux contre les vis qui les soutenaient sur leur bande de tissu. Tous semblaient assurés, même ceux plus en arrière qui ne laissaient qu’un léger bruissement pour l’aveugle qui tournait la tête légèrement vers eux, comme pour mieux capter les sons, et récolter des petites informations, des brides de conversation.

Cependant, après quelques notes, un bruit sourd s’approchait, et ce bruit lui-même se disperser dans le matériau de l’arme pour venir tinter de manière subtile au niveau du fer d’une lance. Une arme à la fois souple pour ne pas se briser, et une attache entre les deux principales parties qui montrait au musicien la facture de l’arme. Hidemi qui avait l’habitude d’entendre davantage le bruit des sabres à la ceinture, la lame n’étant jamais réellement compressée dans le fourreau pour simplifier le dégainage, cet original devant lui l’invitait par sa seule présence à arrêter ses mélodies et à redresser la tête. Bien que le clerc ne pouvait pas distinguer les traits de Wataru, il fixait l’endroit d’où il avait entendu la voix, par politesse, pour ‘regarder son interlocuteur’ en restant muet à ses paroles. Lui ? Une épreuve ? Un sourire lui montait au visage, exagérant les plis carbonisés de ses yeux d’un bleu électrique dont le blanc était souillé par une mince ligne sombre, tout en s’étant répandu sur les globes sous la forme d’un voile typique des gens souffrant de la cécité.

Il n’avait pas besoin de parler, un autre venait et produisait le froissement de tissu près de la source du son, chose qu’Hidemi pouvait interpréter simplement comme un tapotement sur le premier à être venu parler. Le second provoquait un reniflement délicat de la part de celui qu’il désignait lui-même comme un bonze : quelqu’un un peu plus détendu, moins sur ses gardes en apparence. Après quelques secondes à y réfléchir, la tête penchée sur le côté pour aider son regard à se diriger, Hidemi brisait le silence pour venir clarifier sa situation.

    « - Effectivement, enfants, je suis bel et bien un bonze du Temple de l’Eau. Pour ma part, les gens me nomment Hidemi... »


Cela venait peu de temps après les paroles d’Hotaru et vue que le moment des présentations étaient venus, le moine remettait le shamisen sur le dos, coinçant son plectre dans sa ceinture avant de s’emparer de sa canne à l’aide de ses deux mains, canne qu’il longeait presque en s’y appuyant de tout son poids pour se redresser. Encore une fois, il laissait le son guider son regard, pour regarder un peu vers les autres attroupements, avant de taper le sol du bout de son outil de marche sans chercher à attirer particulièrement l’attention, juste pour ponctuer ses propres mots, ou s’encourager à continuer la présentation.

    « - Hashimono Hidemi. Juste un moine aveugle venant admirer les rangs de Kiri. Ravi d’entendre que peu d’entre vous sont arrivés en retard. »


Comme pour se donner un air plus amical, le bonze laissait enfin apparaître ses dents en scie pour sourire en se détendant un peu. Il y avait bien des gens, probablement beaucoup de naïfs, mais les gens du Temple lui en voudraient de transmettre son semblant de dépression. Donc autant faire bonne impression!


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7943-hidemi-kajiya-hashimono#66235 https://www.ascentofshinobi.com/t7973-hashimono-hidemi-comptine-d-un-moine-du-pays-de-l-eau#66403
Koukotsu Uiba
Koukotsu Uiba

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 19:54


Ah... oui! OUI c'est exactement ça !

Soulagée à l’extrême, Uiba levait le pouce en l'air pour remercier ce garçon pour le moins charmant puis entrait fièrement dans l'enceinte de l'Institut lorsqu'un nouveau intervenant les poussait à avancer. Il n'y avait décidément pas de quoi se faire de bile !
La suite s'avérait rassurante. Des gens commençaient à parler ici et là, brisant un malaise potentiel. La grande perche à la chevelure pourpre retrouvait donc pleinement confiance en elle, s'éloignant même de ceux auprès desquels elle venait d'entrer afin de satisfaire sa curiosité en traînant son oreille à droite et à gauche. Finalement, un des protagonistes lançait les présentations de manière à briser le mur. Une initiative agréable, assurément.

Moi aussi j'ai hâte Hotaru ! Clamait-elle à peine le discours terminé, prenant les devants comme souhaité par ce dernier en le rejoignant - Chose finalement peu utile car sa voix portait certainement assez pour capter l'attention sans avoir à se coller à lui. Je suis Uiba de la tribu Koukotsu !

Puis plus rien.
Le principal venait d'être dit et, après tout, beaucoup souhaitait certainement aussi se présenter afin de se détendre. Attendre son tour étant de manière générale une épreuve assez terrible, jonchée d'angoisses et d'appréhensions. Elle restait donc plantée là, désormais libérée, la hampe de sa faux reposant sur son épaule et la lame flottant derrière la tête de Hotaru, telle une présence obscure.
Jusqu'à se rendre compte du poids des regards. Mince, elle avait merdé. Le vieillard avait pris la parole et elle le lui avait coupé sans scrupules, trop absorbée par son propre cas. Elle fusait donc en sa direction, appuyant naturellement sur le manche de son arme pour que celle-ci surplombe Hotaru sans le griffer, puis posait une main plus délicate que ce à quoi on aurait pu s'imaginer de sa part sur l'épaule du bonze.

Oh ! Pardon honorable vieillard ! Je ne voulais pas vous manquer de respect !

_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] EYuadgU
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7934-koukotsu-uiba-terminee#66139
Yuki Wataru
Yuki Wataru

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Dim 15 Déc 2019 - 20:54
_ Un … » Il se tournait vers le curieux personnage qui s’était arrêté à sa hauteur. Son œil unique le dévisageait soudainement. « Bonze ? Qu’est-ce exactement ? » Il ne comprenait pas exactement ce mot. Aussi, son sourcil s’était finalement fermé. Fronçant ce dernier, il ne savait pas ce qui se passait. Alors qu’il s’apprêtait à se présenter à ce fameux Kuro Yokan, un autre homme, plein d’entrain, élevait le ton, invitant chacun à se tourner vers lui. Hotaru était plus jeune et, à sa façon d’en parler, avait l’âme d’un leader. Sûrement avait-il ce tempérament ancré en lui. Comme s’il était né ainsi, sans même forcer. Il l’appréciait encore bien et son sourire se faisait un peu plus apparaître. Il comptait bien le retenir. Hotaru. Genin de Kiri.

Puis ce fut au bonze de s’adresser aux autres. Quel curieux groupe. Ce dernier était peut-être plus vieux qu’il ne le paraissait. Moine qu’il était, Hashimono Hidemi se présentait au groupe. Et contrairement à l’Enfant de la Neige, ce dernier était bien aveugle. Ces deux yeux, bien affichés, étaient vides de la Lumière. Le Yukijin le détaillait, curieux qu’il était. Quel étrange personnage. Un moine. Aveugle. Il était pour le moins étonnant de découvrir un tel homme au sein du Complexe militaire. Pour autant, il n’était pas au bout de ses peines. Seulement finissait-il de détailler le vieux personnage qu’une autre entrait déjà en scène.

Koukotsu Uiba ne voulait pas être mise de côté. Aucun doute là-dessus, elle savait se faire entendre, hurlant presque aux oreilles de chacun qui elle était. Koukotsu. Ce nom ne lui était pas inconnu. Surtout alors qu’elle avait évoqué une Tribu. S’il se souvenait des bonnes leçons géopolitiques de son Père, les Koukotsu étaient bel et bien un des nombreux Clans de la péninsule Yuki. Était-elle donc une descendante ou avait-elle vécu sur ses terres natales ? Pour sûr, elle savait attirer l’attention. Sourcil réhaussé, il ne savait que penser exactement de ces dernières.

Trois individus totalement différents. Hotaru, le leader de cette nouvelle ère. Hidemi, le vieux moine aveugle. Et cette Koukotsu, descendante d’une Tribu Yukijin, à la voix pour le moins portante. En tout cas, elle avait attiré l’attention de chacun. Puis il y avait aussi ce Kuro, qui semblait connaître la fonction de moine. Un personnage au comportement encore mystérieux. Qui était-il de son côté ? Néanmoins, relevant la hampe de sa lance, le guerrier de la Neige se plaçait au centre du groupe qui se formait doucement mais sûrement.

_ Je suis Yuki. Yuki Wataru. Enchanté de vous connaître tous … Et curieux de commencer le travail. », hochait-il de la tête à chacun, un sourire calme.

Et voici que la nouvelle génération de Kirigakure se présentait.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7870-yuki-wataru-show-yourself-termine https://www.ascentofshinobi.com/t7989-yuki-wataru-show-yourself#66537
Ashida Ryuji
Ashida Ryuji

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 9:51





La nouvelle vague



Le shinobi inclina légèrement la tête en guise de salutation, secouant légèrement la main suite aux remerciement de la rousse, comme pour dire que ce n'était rien. Puis, visiblement, vint le moment des présentation. Il ferma les yeux un bref instant puis pris la parole calmement en posant son avant-bras droit contre le manche de son katana, l'utilisant comme accoudoir.

- Tatsuya.. Akiyama Tatsuya, Gardien du temple d'Hikari et actuellement membre de l'équipe 10. Comme vous devez vous en doutez, je suis également un Genin de la brume, fraîchement débarqué du pays de la foudre suite à la guerre.

Il profita alors pour regarder autour de lui les lieux, calmement, analysant un peu la situation en restant sur ses gardes, après tout c'était peut-être un test pour jaugé la puissance des nouveaux membres de ce village ninja. Mais il avait beau vérifier, il n'y avait rien. Pas de piège, ni de shinobi dissimulé, en tout cas rien qu'il ne pouvait voir à l’œil nu. Peut-être qu'il devrait utiliser une technique de détection ? Non, ce n'était pas une bonne idée. Après tout il risquait seulement de faire paniquer le petit groupe avec une telle initiative. Il se contenta donc de se détendre, en restant toutefois sur ses gardes par simple précaution. Après quoi, il se contenta de soupirer légèrement, murmurant pour lui-même.

- C'est donc bien un rendez-vous pour juste faire connaissance et pas un test ? Original...

Il se dirigea alors vers Hotaru, le regardant calmement, il lui tendis la main,a près tout il était en quelque sorte celui qui avait brisé la glace.

- Je pense qu'il est d'usage de se serrer la main dans ce genre de situation, après tout, nous somme maintenant tous camarades, enfin.. A quelques exceptions près, visiblement. J'ai du mal à saisir le but stratégique de cette réunion, mais je suppose que c'est la cohésion de groupe. Les grandes pompes du village doivent être inquiet d'un manque de cohésion entre les nouvelles recrues, ou quelque chose comme ça.

Mais ça n'expliquait pas la présence du moine, qui, visiblement, n'avait aucun lien avec l'armée. Ce qui en soit mettait à l'eau toute sa théorie. Enfin... Il supposait simplement qu'il n'avait pas l’expérience requise pour comprendre les objectifs des pointures de ce village.



_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] Pqbp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Kagai Takeshi
Kagai Takeshi

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 13:22
Takeshi se réveilla en sursaut. Un rapide regard aux alentours lui remémora sa soirée de la veille. A repousser sans cesse l’heure d’aller se coucher, il avait fini par tomber d’épuisement sur le terrain d’entraînement et ses muscles encore endoloris le lui confirmaient. La position du soleil indiquait que l’après-midi avait déjà commencé. L’après-midi…

- ZUT !!!

Takeshi se leva d’un bond. Se maudissant en son for intérieur, il ramassa son bâton et fonça en direction du complexe shinobi. Il était en retard à la réunion à laquelle on l’avait invité, quel manque de tact. Pourtant, la missive précisait expressément « Ne soyez pas en retard ». Il voulait se faire remarquer, certes, mais grâce à ses talents de guerrier et non à cause de son cruel manque de ponctualité. Qu’allaient penser ses supérieurs ? Et ses pairs, les nouveaux arrivants comme lui ? Ils n’allaient pas le prendre au sérieux, ils le prendraient pour un combattant de seconde zone et cela l’inquiétait. De plus, sa tenue était plutôt abîmée et très sale suite à son entraînement de la veille, mais heureusement il n’accordait que peu d’importance à sa propre apparence.
Son objectif à présent était de trouver précisément le lieu de rendez-vous. Il avait totalement oublié quel était-ce, outre le fait que ce fût dans le complexe shinobi, et avait perdu la missive qui l’indiquait. Il décida donc de se fier à son instinct. Il progressait aussi rapidement que faire se pouvait, cependant il n’avait pas tout à fait pu reprendre ses forces et cela se ressentait sur son endurance. C’est donc un Takeshi en retard, suant et épuisé qui franchit les portes du complexe. Par chance, sa destination était juste sous ses yeux. En effet, la grande cour extérieure, lieu de rassemblement pour cette réunion, était le premier endroit sur lequel on tombait en entrant dans le complexe. Il pénétra donc dans la cour, en jetant des regards émerveillés autour de lui. Tous ces ninjas lui inspiraient fascination et respect, il se demandait lesquels d’entre eux pourraient constituer de potentiels adversaires sérieux ou des futurs coéquipiers. Cette foule était très hétérogène, il y avait là des filles, des garçons, des gens d’à peu près son âge, d’autres plus vieux. Certains irradiaient la puissance, d’autres passaient quasiment incognitos. Tant de beau monde était réuni ici !
Lorsque plusieurs regards se tournèrent vers lui, Takeshi comprit que son retard n’était pas passé totalement inaperçu. Non sans un grand sourire, il adressa à l’assemblée un grand signe de main assorti d’un sourire gêné.

- Yosh tout le monde ! J’suis Takeshi !

Constatant que son retard n’avait pas l’air d’être trop grave, il gagna le milieu de la cour d’un air enjoué, admirant les différents points d’eau ainsi que les carpes qui y barbotaient. C’est alors que son estomac se mit à geindre comme s’il n’avait rien ingurgité depuis des semaines. Il toisa un gros poisson qui lui paraissait fort appétissant une fois grillé à la broche. Il resta bien deux minutes à fixer du regard l’animal qui faisait de même avec son regard vide. Takeshi jeta un œil furtif autour de lui comme pour voir si la voie était libre, mais son instinct le poussa à se raviser. Ces poissons peu farouches n’étaient certainement pas destinés à être pêchés. Afin d’oublier la faim qui lui tiraillait les entrailles, il décida d’aller faire connaissance avec ses nouveaux comparses. Son sourire naïf toujours collé aux lèvres, il s’approcha d’un petit groupe qui conversait. Il s’agissait d’un ninja aux allures de gamin qui lui inspirait une grande bienveillance, d’un homme coiffé d’une crinière flamboyante contrastant avec sa mine taciturne ainsi que d’une fille pâle plutôt grande à la chevelure pourpre armée d’une faux. L’arme de cette dernière intrigua assez Takeshi, aussi quand il s’approcha de ce trio il ne pipa mot, trop occupé à admirer l’arme de la jeune femme. Il ressentait que cette arme était peu banale, qu’elle renfermait des secrets et une puissance comparables à son Nyoi Bô. Il reprit finalement ses esprits pour saluer ces jeunes gens non sans familiarité.

- Salut ! Moi c’est Takeshi. Takeshi Kagai. Vous êtes des nouveaux vous aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7868-takeshi-le-gout-de-la-liberte-terminee
Yokan Kuro
Yokan Kuro

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 15:31
Tout se passait très vite ici et ça imposait un rythme mental à notre sabreur semi ermite introverti, il s’imaginait toute sorte de scénario ou le fait de répondre à Yuki se finissait en bagarre. Enfin tout cela restait mental, extérieurement il gardait un léger sourire distant, lui-même n’était pas ultra confiant, ayant du mal à s’attacher à des inconnus. Fallait un peu forcer la main avec lui quoi. Et alors que le borgne se demandait ce que voulait dire bonze, un autre type pris la parole, apparemment Hotaru qui devait surement être tout le contraire de notre homme, il semblait avoir cette mentalité de leader, il donnait vraiment l’air d’être à sa place à s’introduire à tout le monde. Il se tourna tout de même vers Yuki pour lui répondre sur ce qu’était un bonze, le bonze lui-même n’expliquant pas cela, et … trop tard il était déjà au centre de l’attention. Kuro haussa les épaules ce n’est pas trop grave. Le religieux avait l’air d’un gars sympa, un moine aveugle venant ‘’admirer’’ les nouveaux, c’était cool. Il eut un léger sourire amusé lorsqu’ il entendit le mot admirer après aveugle. Ah oui et y’avait aussi une autre plus jeune qui savait se faire entendre, coupant même la parole d’Hidemi. Il y eut aussi ensuite un gars du pays de la foudre qui sortait de son pays en guerre. En fait c’était assez marrant parce que Kuro avait vécu un peu trop seul et même son père adoptif lui-même ne s’y connaissait pas du tout en géo politique, ne connaissant les pays et forces majeures que de noms. L’assemblée des nouveaux de Kiri était assez originale.

Et alors qu’il doutait à aller se présenter, se frottant le menton en réfléchissant à pourquoi il le ferait, il fut interrompu par un autre gars qui arriva un peu en retard, venant se présenter lui aussi. Ce qui le démoralisa pas mal, réprimant un soupir. Il s’appelait donc Takeshi. Sympathique nom. Kuro alla se prendre à boire à quelques mètres, saisissant une coupole d’eau pour s’hydrater, analysant de haut en bas chaque personne dans cette pièce, regardant qu’est ce qui rendait unique chacun d’eux. Il se demandait avec qui il voudrait faire une mission dans le futur, avec qui il serait proche si pas très proche, qui semblait être plus puissant qu’un autre tout en terminant son eau et s’écartant de la petite masse étouffante. Il remarquait d’ailleurs qu’il était envieux si pas hâtif de croiser le sabre ou de s’entraîner, il avait encore beaucoup à apprendre. D’ailleurs s’il était à noter une raison pour laquelle Kuro ne se présentait pas, ce serait surement parce qu’il préfère se faire connaître de ses actions pour ne pas que l’on place de la pression pour rien sur lui. D’ailleurs il était ou Jomei ?

_________________
« Loup solitaire, loup solitaire... Je suis si solitaire que ça ? »

La Nouvelle Vague [Kiri] Signa11

Thème musical:
 

Tenue en dehors de ses missions/entraînements/... :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7883-yokan-kuro-un-loup-solitaire-termine
Mawehara Miyuki
Mawehara Miyuki

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 15:47
Miyuki soupira. Elle avait hésité longuement à venir, puis s'était finalement dit que si elle venait en retard et se glissait dans le fond, on ne pourrait pas lui reprocher d'être absente à ce genre de cérémonie bizarre qu'elle n'appréciait pas trop. Pas d'alcool, pas d'atmosphère de détente. C'était ce genre de rencontre un peu trop formelle à son goût qui n'avait pas la saveur du naturel.

La sabreuse avait traversé les rues de Kirigakure no Sato en traînant un peu les pieds, habillée de l'une de ses tenues amples, les tenues qu'elle enfilait pour être à la cool sans pour autant paraître trop légèrement couverte. Elle n'aimait pas particulièrement les regards torves que certains hommes lui lançaient depuis qu'elle avait atteint les seizes hivers et que sa poitrine était devenue respectable. Elle en avait remit quelques uns à leur place à coup de boken, mais on lui avait rapidement fait comprendre que ce n'était pas quelque chose à faire, même si elle n'était pas trop en tort. Et rien n'avait été retenu contre elle, elle s'en était donc tiré à très bon compte et avait continué son chemin en ignorant ce genre de personne.

Arrivant enfin à la structure, elle remarqua que le Complexe Shinobi était déjà bien peuplé en cette journée douce d'automne, et que la rencontre officielle avait déjà commencé. Elle repéra même Ikaku-dono qu'elle avait vu quelques jours plus tôt au Cyprès-Jolie, l'établissement de jeux le plus réputé de Kiri. Sauf que lui, il était assit l'air de rien à une terrasse d'un bar non loin de l'entrée. Elle lui fit un léger salut de la tête, Senritsu sur son flanc. Elle n'était désormais plus une Disciple mais bien une Épéiste.

Sans plus prendre de temps, elle rentra dans la bâtisse, évitant de faire du bruit. Elle se glissa au fond de la cour et s'adossa au mur, l'air de rien, écoutant juste les échanges qui commençaient. Cheveux attachés derrière sa tête en une queue de cheval, la guerrière choisit d'attendre. Elle reconnaissait quelques têtes -Hotaru, Jomei avec qui elle avait fait son Épreuve des Lames, Tatsuya qu'elle avait croisé au clair de lune, en train de regarder les étoiles qu'il détestait.

Elle remarqua également la rouquine que tout le monde semblait regarder. Aussi faut-il dire que sa faux était du genre voyante. À se demander comment elle pouvait brandir correctement un truc pareil. Elle remarqua aussi un homme assis avec un instrument et une canne à côté de lui. Les yeux blancs. Était-il aveugle ? Sans doute. Elle ne connaissait aucune maladie qui donnait les yeux blancs tout en laissant la vue. Et elle doutait sincèrement de la présence d'un Hyûga à Kiri, le passif de la cité avec Iwa était désormais assez chargé.

Elle vit finalement un homme blond qui semblait assez sûr de lui bien que nouveau. Lui devait même être nouveau à Kiri, sa silhouette ne lui disait absolument rien. Et même sans connaître tout le monde, elle estimait avoir déjà entraperçu tous les habitants, ne serait-ce que les jours de marché. Bon ok, le vieux faisait exception, mais ce genre de personne n'était pas la norme. Ni le brun qui semblait rire à moitié qui était placé dans le groupe. Lui aussi lui était inconnu, mais pas totalement, elle pensait l'avoir déjà vu sans se souvenir dans quelles circonstances. Elle sentait aussi un genre de malaise venant de lui, comme s'il se forçait. Ou alors elle l'imaginait parce qu'elle ne l'avait jamais vu avant aujourd'hui ?

Enfin, elle remarqua le jeune homme énergique qui était arrivé juste avant elle, elle l'avait aperçu rentrer alors qu'elle était encore à une centaine de mètres des portes. Lui aussi était brun, énergique. Et il était totalement fixé sur la rouquine. Cette dernière semblait être une combattante d'expérience aussi. Pas le genre de personne qui perd son temps en discussions officielles. Cette pensée lui arracha un sourire mais elle resta silencieuse. Observatrice. Ne pas attirer l'attention. C'était bien ça, comme programme. Présente pour ne pas se faire taper sur les doigts, mais elle n'était pas vraiment là.

Mais alors qu'elle regardait la foule, elle finit par enfin reconnaître le rieur. Son nom... C'était quelque chose comme... Yokaro ? Non. Kuro voilà ! C'était un sabreur. Le possesseur de... Koei, le sabre des ombres, si elle se souvenait bien. À vrai dire, depuis qu'elle savait qu'elle allait devenir la Disciple de Senritsu, elle n'avait pas cherché à approfondir ses connaissances sur les autres armes, bien qu'elle essayait de se souvenir de tous les porteurs. Quatre sabreurs dans une seule réunion qui n'avait rien à voir avec le clan, c'était quand même exceptionnel.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7806-mawehara-miyuki-la-melodie-de-l-eau-termine
Sora no Yume
Sora no Yume

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 17:59
La nouvelle vague hein ? Une histoire vague surtout, voilà ce qu'il pensait à la terrasse du petit café qui faisait l'angle devant le complexe shinobis. Pas difficile de repérer ses énergumènes qui se pavanaient avec leur bandeau au front ou sur le bras, en pleine pâmoisons comme les paons.

- Je te le dis, Kira, cette nouvelle génération me dit rien qui vaille ... Fit un vieillard à son compatriote qui regardait l'étrange procession de nouvelles têtes qui défilait devant eux.

- C'est sûr, Akira, nous allons droit dans le mur avec ses jeunes là, regarde le moi celui là, qui dort en plein milieu de la cours, il croit que c'est l'heure de la sieste ?

S'en fut trop pour un Jiro qui cuvait déjà son saké depuis la veille, et qui se disait qu'il n'y avait que lui pour avoir le droit de critiquer ses contemporains, parce qu'il allait travailler avec, et qu'en plus c'était sa vie qui était en ligne sur ce coup là, pas la leurs.

- Vous verrez, les vieux croulants, vous verrez bien quand nous serons aussi haut et brillant que le soleil, vous fermerez bien vos gueule !


Il se contenta de partir sans écouter les protestations et les répliques des deux petits vieux, et se précipita dans le complexe, Kyameru à ses côtés. Il arriva le dernier à la réunion, mais cela ne le dérangeait pas. On le dira occupé à meilleur affaire, car malgré le fait qu'il participe à cette réunion, il était déjà un vieux ninja, dans ce monde où tout vas à mille à l'heure. Il prit sa cruche de lait, et prit une grande rasade qui lui permit de lancer un salut tout à fait réglementaire.

- Bien le bonjour à tous, Ikaku Jiro pour vous servir, sabreur de Kiri.

Il repéra les quelques têtes qu'il avait déjà croisé dans le village. Le fameux et bien récent homologue nommé Takeo, le flamboyant Hotaru par exemple, qu'il salua à part d'un signe de tête qui paraissait franc et honnête. Quelques part il était heureux de rencontrer la génération future de ce village de la brume qu'il combattait de l'intérieur. Il était excité de voir qui allait jouer au chat et à la souris avec ses hommes, et ses femmes - il ne l'oubliait pas. Un vieux bouc barbu aux allures de moines, une jeune femme à la crinière de feu, Takeo, Hotaru et un gars à l'air louche. Il en oubliait peut être mais voilà l'équipe de petit nouveaux était presque au complet, le croyait-il.

_________________
Tout s'évanouit dans la fumée ...
La Nouvelle Vague [Kiri] 51ev

... Des dieux courroucés.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12062-sora-no-yume-rester-au-zenith-terminee
Takeo Jomei
Takeo Jomei

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 18:38
Jomei avançait en silence, rejoignant le rassemblement de genins qui s’agrandissait à vue d’oeil. Il ne reconnaissait personne parmi toute la foule, à part Kuro qui semblait essayer de se faire petit tout en riant nerveusement. Le shinobi savait que son camarade n’était pas à l’aise en société, même si Takeo Jomei espérait qu’il puisse profiter de cette expérience pour apprendre de nouvelles approches. Il était parfois difficile de se faire écouter par les autres en dehors du Grand Dojo, en dehors d’un endroit où l’on partage la même passion. Jomei soupirait légèrement, baissant les épaules alors qu’il passait ses mains derrière son dos, se dressant droit comme ses bottes parmi la foule qui s’était créée. Un jeune homme engagea la conversation, brisant les quelques murmures qui commençaient à s’accumuler. Hotaru qu’il s’appelait, Jomei essayerait de s’en souvenir.

Il allait être suivi par un vieille homme, mais ce dernier fut maladroitement coupé par la fille aux cheveux rouges non loin de Jomei, sa voix résonnant encore dans ses tympans. Uiba, il allait essayait de s’en souvenir… C’est à ce moment-là que Takeo Jomei commençait à doucement décrocher, les différents noms commençant à pleuvoir. Petit à petit il se demandait le but de cette réunion, ou pourquoi lui était là… Après son sacrement il était désormais une force de frappe du côté de Kiri, il devrait privilégier son entraînement et les missions pour se développer et contribuer au village, et au pays. Un retardataire arrivé, s’exclamant tout en disant son nom. Génial, encore un nom différent. Takeo Jomei commençait à froncer les sourcils cette fois, peut-être qu’il aurait dû prendre un carnet pour prendre des notes, de quoi l’aider à traverser cette épreuve…

Il reconnaissait du coin de l’oeil Miyuki qui se glissait dans un coin de la cour, ainsi que Jirou qui rejoignait le groupe et se présenter à son tour. Jomei se souvenait encore de cette… expérience particulière avec le camarade Sabreur. Rien que d’y penser il sentait son nez gratter. Quelques secondes passaient et le Sabreur soupirait, décidant de prendre la parole cette fois-ci. De sa forte voix il avouait :

- Désolé mais je commence à avoir du mal à retenir tous vos noms, donc je vais faire bref : je vous protégerai et je vous ferais confiance, parce que nous portons tous le même emblème. Parfois je ne vous écouterai pas, me fiant davantage à mon instinct, mais je ne reviens jamais sur ma parole. Mon nom est Takeo Jomei, je deviendrai le prochain chef de Clan des Sabreurs !

Sa voix sans une once d’hésitation s’adressait à eux, à présent il attendait un retour de leur part.

_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Koukotsu Uiba
Koukotsu Uiba

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 20:29


Sa dextre reposant toujours sur l'épaule du bonze, la Koukotsu dévorait du regard les différents protagonistes. Ils étaient beaux, ils étaient fiers, ils étaient sympathiques et pour la plupart armés ! Personne ne tirait la tronche et tous suivaient l'impulsion donnée par Hotaru ! Son cœur palpitait sous la réverbération de tous leurs êtres, unis à jamais, parés au combat ! Ses doigts s’agrippaient aux vêtements du chaman et, sous ce flot d'exaltation commune, elle reprenait la parole suite au futur chef des sabreurs dont la sincérité tranchait dans le vif le moindre doute quant à sa bonté !

C... C'est vrai ! C'est vrai qu'il y a beaucoup de noms ! Mais l'important n'est pas de s'en souvenir, l'important c'est QUE NOUS FORMIONS MAINTENANT UNE TRIBU ! OUUU-HAAAAAAAA ! Clamait-elle en brandissant sa faux en l'air, apportant son engouement à ceux de ses frères d'arme. Moi aussi, UIBA, je jure de vous protéger et de vous faire CONFIANCE !

Je dois le dire, j'avais un peu peur en arrivant,
confiait-elle désormais d'un ton solennel, plus calme, mais notre énergie commune est GRANDE ! Alors de quoi avoir peur ?! Hmm?!!

Elle progressait d'un pas, fièrement mais sans pour autant rompre le lien physique qui l'unissait avec le vieil homme, sage malgré sa sénilité probable et sa difficulté à s'exprimer clairement face à une jeunesse solide et communicative. Elle pointait alors du doigt des personnes qui ne s'étaient pas encore présentées, bien qu'arrivées avec les autres.

Toi et toi ! Est-c'qu'on a insisté pour vous demander vos noms ?!! NON ! Car ce qui compte c'est que nous partagions le même emblème ! Là, s'emballant quelque peu, elle paraphrasait juste sans s'en rendre compte. De là d'où je viens, ces liens sont sacrés et éternels ! TOUS autant que vous êtes vous pourrez compter sur moi, sachez-le ! Voilà !

Toussotant afin de se rafraîchir la gorge, elle adressait un sourire confiant à l'assemblée puis refaisait marche arrière pour ne pas masquer la vue du vieil aveugle. L'échassière en avait cette fois-ci terminé, participant à ce serment fraternel auprès de cette nouvelle tribu haute en couleurs d'après les différents spécimens qu'elle avait pu observer plus en détail au cours de son discours empli d'allegresse.

_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] EYuadgU
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7934-koukotsu-uiba-terminee#66139
Hotaru
Hotaru

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 22:42

C'était une explosion de personnalités, un carnaval haut en couleur. Il y avait de tout dans cette assemblée des nouveaux visages. De la détermination à n'en plus savoir que faire, une certaine assurance, de l'engouement, de l'envie de faire ses preuves. Mais ce qui était le plus important était sans doute la brillance des avenirs qui semblaient se dessiner pour chacun des protagonistes rassemblés dans cette cour. Il n'en était pas un, semblait-il, qui devait se perdre dans une vie banale de soldat de Kiri, ni même dans la tranquille routine d'un religieux concernant le moine Hidemi. Tous, sans exception, étaient porteurs d'une aura bien spécifique: celle des jeunes pousses, pleines de promesses, gorgées de futur. Hotaru sourit en le comprenant, d'un sourire franc et satisfait. Car c'était précisément cette qualité qu'il avait espéré trouver en ses nouveaux camarades de route.

Il fut amusé par les réactions excessives de Uiba, sourit aux propos du vieux bonze. Il reconnut quelques visages connus: celui de Miyuki, restée en retrait, et à laquelle il adressa un regard amical, et celui de Jiro. Il lui fut beaucoup plus difficile d'être cordial avec lui, mais il lui adressa néanmoins un signe de tête, en guise de salut. Il lui semblait avoir vu beaucoup de sabreurs. Un Yuki, également, et un Kagai: deux noms portés par de grandes figures de l'histoire du village. Enfin, il serra la main de celui qui s'était présenté sous le nom d'Akiyama Tatsuya, et il lui offrit également un sourire.

"Je ne sais pas s'ils s'en inquiètent ou non. Mais je pense que nous ne perdrions rien à leur montrer de quoi la nouvelle génération de Kirijins est capable."

Il était pleinement satisfait. Son coeur bondissait d'une excitation parfaitement positive. Il avait là sous les yeux toute une société avec laquelle il ne demandait qu'à tisser des liens. Mais il ne fallait pas précipiter les choses. Il estimait s'être déjà suffisamment fait entendre pour l'heure. Et comme ils ne recevaient toujours aucune visite d'un quelconque officiel, il reprit la parole:

"On dirait que personne ne viendra nous voir, alors j'imagine qu'on a quartier libre. Pour ma part, je vais aller explorer la bibliothèque du Complexe. N'hésitez pas à m'accompagner !"

Et ce fut tout. Il prit la direction des bâtiments principaux du Complexe, laissant là tout le beau monde de ses nouveaux pairs. Il était plus qu'heureux de les avoir rencontrés. Car il sentait qu'en eux comme en lui coulait la sève qui faisait, indéniablement, les grands noms de l'histoire. Chacun d'eux était déjà un acteur de ce qui se jouerait dans le futur à Kiri. Chacun d'eux portait la torche d'une âge nouveau. Chacun d'eau était une lame de plus qui faisait grandir de sa fougue la grande Vague de Kiri.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 https://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee https://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Hashimono Hidemi
Hashimono Hidemi

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Mar 17 Déc 2019 - 0:25
Rester calme, tel était le mot d’ordre. A peine avait-il senti la pression de l’air changer au niveau de son épaule malgré les couches de tissu, et la température de ce même air légèrement se hausser à cause de la présence d’un être humain, que sa propre main s’était serré sur sa canne pour le relever, la plaçant au travers le corps de Uiba comme pour lui interdire de venir plus près. Dans un premier temps, le manche était placé assez haut, comme pour toucher le coin de la machoire de la gladiatrice, dans un geste presque anodin d’un aveugle qui essayait de deviner la distance entre lui et son interlocuteur. Dans un second temps, Hidemi descendait un peu sa main et son arme de fortune, pour donner moins l’impression de vouloir faire pression sur la jugulaire, pour avoir l’air un peu moins sanguin. Le moine semblait s’être un peu crispé au contact physique avec cette nouvelle génération mais quelques exercices discrets de respiration, comme pour s’effacer du monde physique pour se réfugier dans une méditation d’urgence, l’aidait à se rappeler de sa place : juste un moine aveugle, et plus un criminel, qui lui était plus habitué aux réunions où tous se tenaient méfiants et à distance, à sourire et à rire, tout en restant près à égorger son voisin si l’affaire s’envenimait. L’époque était différence, et malgré les incidents récents, cette guerre des gangs où briser la nuque d’un enfant était une action quotidienne était un temps révolu et avait laissé place à des psaumes à demi-voix, recroquevillé dans un coin de son Temple après qu’on ait appris au moine aux dents de scie des notions étranges comme le bien ou le mal, l’éthique en général, plaçant cette dernière au-delà de mot devenu barbare et secondaire comme la survie. Comment dire qu’on laissait sa vie derrière pour protéger Kiri, quand il n’y avait pas de Kiri ?

Respirer, faire le vide dans sa tête. Peut-être aurait-il dû prendre son kiseru pour se relâcher un peu ? Mais se présenter comme le membre d’un Ordre pour ensuite agir comme un vulgaire fumeur d’opium, surtout en présence d’enfants, peut-être que ce n’était pas la plus brillante des idées.

« - Humpf. La fougue de la jeunesse, je suppose… ? »

Il n’était même pas sûr que la jeune fille l’écouter, cette dernière continuant à brailler en le coupant presque systématiquement. C’était donc avec un air distrait qu’il cherchait à se changer les idées, en laissant son regard vide se balader sur les autres sources de son, pour écouter leur histoire. Beaucoup de sabreurs… Peu étrange pour ce pays qui était reconnu pour cette particularité. A force d’entendre des gens se présenter comme tels, le vieux moine sentait la balafre qui longeait ses yeux lui brûler un peu. Peut-être était-ce aussi à cause du léger énervement qui l’avait gagné plus tôt à cause de Uiba? Reposant sa canne au sol, Hidemi reprenait encore une fois une longue inspiration en essayant de rester en équilibre, agitant sa canne pour taper le sol, quand la gladiatrice se mouvait pour s’adresser à ses futurs collègues. A se demander pourquoi les gens accompagnant les aveugles marchaient lentement, s’ils étaient tous comme elles, on aurait balader le moine sur le dos plutôt que par le bras et on lui aurait brisé ses côtes pas forcément bien ressoudées après une vie de bagarre. Bordel qu’il avait du mal avec les shinobis.

Cependant, beaucoup était à porter des armes et il avait même entendu le nom du temple d’Hikari, le poussant à retrousser un peu son museau et à se pincer les lèvres. Derrière le tissu de ses mains se trouvaient des paumes brûlées, punition auto-infligée lorsqu’il avait appris pour ses confrères de là-bas mais peut-être n’était-il pas temps de se plaindre mais plutôt de se réjouir ? Après tout, tous ces gens étaient aussi là pour éviter au Futur de connaître pareilles malheurs. Mais quand même, et pour la forme, vue que Uiba agrippait, il se permettait de lui frapper le sommet du crâne du manche de son bâton, comme pour la remettre dans les rails, lorsqu’elle rehaussait encore de sa voix, pour avoir cette fois-ci un peu d’attention et, surtout, de respect, chose envers laquelle elle parlait de faire attention.

« - Je ne suis peut-être pas un officiel mais je reste un représentant de mon temple, et par extension des autres religieux de ce village, car me semble-t-il qu’aucun de mes frères ne soit venu vous saluer, ô enfants de Kiri. Je ne remercierai aucun de vous individuellement, je le regrette, car beaucoup de noms ont été donnés, ni même ceux ayant déclarés ouvertement leur intention noble. Vous partagez tous des valeurs et des craintes, et en tant qu’ancêtre, je vous remercierai de prendre soin de notre village et d’aller vers l’avant à notre place… Vos tâches ne seront pas des plus aisés et je serai honnête, certains regretteront parfois leurs choix, mais je vous remercie car celui qui affronte ses peurs en les ignorant est un idiot, mais c’est lorsque nous avançons en toute connaissance de cause que l’on peut parler de courage.

… Et oui, je suis nul en discours, mais comme je suis le seul qu’on ait envoyé, il va falloir faire avec ! 
»


Sur cette dernière phrase, Hidemi pouvait donner l’impression de dire qu’il allait défoncer la gueule du premier qui reviendrait sur ses mots. C’était juste pour le côté un peu officiel qui manquait à certains. Il n’était pas non plus des hautes autorités religieuses, donc on ne l’avait pas formé aux relations publiques, c’était purement de l’improvisation. En en parlant de ça, il venait menacer encore Uiba de sa canne, comme si à la place de faire deux mètres de haut, le moine faisait soixante centimètres et était tout vert.

« - Tu devrais rejoindre cet Hotaru à la bibliothèque. Cela t’apprendra à te déplacer dans des couloirs étroits avec ton espèce de machin que tu balades et à te faire plus discrète, car cela pourra t’être utile en mission. Et cela m’évitera de te frapper encore et encore pour te faire entrer des leçons en tête, toi qui semble bien peu à l’écoute. »

Oui, il était franc, et essayait de donner des conseils malgré ses airs de ronchon. Et non, il n’allait pas inverser l’ordre des mots dans ses phrases pour faire plaisir, déjà qu’il n’était pas à l’aise comme beaucoup ici en public… Et oui, il avait peut-être confirmé certains doutes en annonçant tout haut qu’il savait ce qu’elle baladait, lui qui n’était qu’un vieil aveugle, pour dire comment Youmaneiru ne devait pas être discret si même Hidemi s’était rendu compte, probablement à cause de la manière dont il déformait la démarche naturelle de la demoiselle et sonnait à chaque impact du talon de cette dernière avec le sol.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7943-hidemi-kajiya-hashimono#66235 https://www.ascentofshinobi.com/t7973-hashimono-hidemi-comptine-d-un-moine-du-pays-de-l-eau#66403
Nō

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Mar 17 Déc 2019 - 2:33
Migraineux, c'était le terme qui définissait le mieux Narotama ce jour-là. Son épreuve sur l'île d'Ue l'avait récemment fait intégrer les rangs des Sept Épéistes de la Brume, alors forcément qu'il avait pris du temps pour célébrer dignement la chose. Le problème, avec l'alcool, c'est que c'est bien à tout moment sauf quand ça s'arrête. Et particulièrement au réveil. Le xanthe aux cheveux plus anarchiques encore qu'à l'habituel se redressa difficilement de son lit, après avoir fixé bien quinze minutes durant le plafond de sa chambre aussi désordonnée que son esprit. Ses membres engourdis, il vacilla un moment et se rattrapa finalement sur ses deux jambes. En réalité, Nō ne se l'avouerait pas mais il était encore un peu saoul d'une soirée s'étant éternisée plus que de raison, à l'occasion de laquelle il avait bu plus que de raison. Mais bon, sans doute était-ce le mal de son âge à la transition entre le moment où on est un petit con et celui où l'on devient un adulte responsable. Cela faisait de lui un petit con à qui l'on confiait des responsabilités, en somme. Narotama était dur avec lui-même, et il se maudit plus encore quand, au gré de ses pas asynchrones visant à le mener aux commodités, il finit par marcher sur cette missive qui conviait les nouveaux genins de Kiri au Complexe, et ce à une heure déjà passée depuis un moment.

-Je jure que je ne boirai plus jamais, putain, râla-t-il seul en glissant la note chiffonnée dans une des poches de son haori noir à motifs. Il l'enfila à la hâte, fit de même pour ses sandales et se lava le visage avant de poser son bob à rayure sur le sommet de son crâne. Avec un peu de chance, il cacherait ses cernes. Avec beaucoup de chance.

Pas le temps de saluer père, mère et frère qui s'activaient en bas autour de la forge - il l'entendait au son du marteau contre le fer rouge, le son résonnait dans son crâne et accentuait les maux de têtes. Narotama s'apprêtait à sauter par la fenêtre de sa chambre lorsqu'il vit Hiramekarei lui jeter un regard noir depuis le coin où il l'avait laissée. Un regard noir, c'était vite dit. L'épée n'avait rien de l'animal qui avait failli le tuer, en temps normal, mais les tribulations du jeune homme lors de l'épreuve avaient su alimenter son imagination. Nō attrapa donc la lourde épée à deux lames, et la glissa dans son dos tel quel, toute affublée de bandages en dissimulant le tranchant. Le sabreur ne savait pas l'origine de ce détail, mais supposait que c'était ce qui se rapprochait le plus d'un fourreau. Un hachoir d'un tel format pouvait difficilement s'associer à un fourreau classique, en effet, à moins de vouloir avoir encore dix kilos de plus sur le dos. Toujours était-il que le jeune homme sauta par sa fenêtre et entreprit de rallier le Complexe depuis les toits de Kirigakure, son état encore impacté par les sottises de la veille le manquant faire tomber à de nombreuses reprises. Il arriva pourtant en vie devant l'entrée, bien en retard, mais presque présentable. Si sa tenue n'avait pas subi d'outrages la veille, sa mine laissait deviner qu'il n'était pas au mieux de sa forme. Et contrairement à Takeshi Kagai, ce n'était pas dû à l'entraînement.

Hiramekarei pesait lourd sur son dos fatigué, quand il arriva dans le complexe après présentation des pièces requises. L'absence d'officiers assurant l'accueil permit de lui éviter les remontrances quant à son retard et son état peu sérieux, et il rejoint finalement la cour où tous les autres étaient conviés. Dernier arrivé jusqu'ici, il choisit de se faire discret. C'est seulement en voyant tout ce beau monde, dont il ne connaissait que peu de visages, qu'il se demanda pourquoi il s'était tant pressé de venir. Ce genre de réunions ne l'intéressaient absolument pas, mais il était vrai que la missive semblait lui accorder un caractère plutôt impératif. Était-ce si important de rencontrer ses camarades de "promotion" ? Narotama pensait en avoir tout le loisir à l'avenir, que ce soit en mission ou ailleurs. Déjà qu'il était un peu sauvage et rechignait à aller vers les autres au seul motif de faire de nouvelles rencontres, ses maux de crâne ne l'aideraient en rien à socialiser. C'est ainsi qu'il passa devant une autre Épéiste, Miyuki, sans même la remarquer. Elle était restée à l'écart, comme lui, mais ce dernier s'était approché des bassins à carpes pour s'asperger le visage d'eau. La journée commençait à peine et voilà qu'il la trouvait déjà longue. Se retournant, il put enfin prêter attention au rassemblement qui était l'objet de sa présence. Peu de têtes connues, comme prévu, hormis Yokan Kuro avec qui il avait passé l'épreuve des lames. Beaucoup de manieurs d'armes singulières, d'autres sabreurs manifestement et des gladiateurs ainsi que d'autres possédant moins de signes distincitfs par leur équipement… Il y avait même un type avec une lance !

Passée la surprise, Nō lâcha un long soupir qui aurait pu être la dernière exhalation d'un mourant. Bien que sourd de toute gamme perceptible, le son de son souffle était perceptiblement empreint d'une plainte comique quant à la situation. Lui-même s'en amusa et un léger sourire en coin était désormais perceptible sur les traits du sabreur, par moitié sciemment dissimulés sous son bob rayé. Il observait de loin, pour l'instant, ne sachant pas même si son entrée avait été remarquée par qui que ce soit.


_________________
Apparence:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7799-presentation-de-mun-kimura
Ashida Ryuji
Ashida Ryuji

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Mar 17 Déc 2019 - 10:10





La nouvelle vague



Il écouta toujours les diverses personnes présentes, avant d'entendre que finalement, vu que personne en viendrais, la petite réunion était dissipée. Hotaru expliqua que de son côtés, il prenait la direction de la bibliothèque, ce qui, en soit, était intéressant à savoir, mais le jeune gardien avait décider de faire toute autre chose.

- Je vois... Pour ma part je vais tenter d'obtenir une petite autorisation de sortie pour m’entraîner hors du village.

S'inclinant alors légèrement, sans un mot, Tatsuya pris la direction de la sortie, d'un pas lent et calme. Il n'était pas pressé, la journée était encore jeune, et de toute manière sa sensei était occupée aujourd'hui. Il passa donc à côtés des diverses personnes présentes, passant ensuite les portes pour sortir de l'institut. Non pas que l'invitation du jeune Hotaru lui posait problème, bien au contraire, mais il y avait certaines techniques qu'il désirait essayer, malheureusement, ce n'était pas possible dans l'enceinte du village, et encore plus dans un lieu confiné comme une bibliothèque, plus encore si l'on supposait qu'il ferait usage d'une technique Katon. Bien sûr, il y ferait sûrement un saut plus tard, pour son plaisir personnel. Et puis, à en juger par les diverses personnes ici présentent.. La bibliothèque n'était peu-être pas le meilleur endroit pour poursuivre cette réunion. Enfin, ce n'était ni de son ressort, ni son problème désormais.

Il regarda le ciel une fois sorti, un sourire aux lèvres, décidément, il allait avoir la journée pour s’entraîner. Bien entendu, il n'empêchait personne de le suivre, après tout, il n'avait rien à caché, donc bon. Ce n'était pas un espion, et il n'était pas du genre à dissimulé ses capacités à ceux de son village, enfin, pas entièrement en tout cas. Et puis de toute façon, certaines personnes comme Okiko, savaient déjà plus ou moins ce dont il était capable. Et puis, une mission lui ferait pas de mal maintenant qu'il y pensait. Il commençait à en voir un peu marre de se tournée les pouces dans le village.



_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] Pqbp
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Kagai Takeshi
Kagai Takeshi

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Mar 17 Déc 2019 - 11:31
Après avoir pris le temps de saluer les plus sociables et d'observer les plus réservés, Takeshi céda à sa fringale et commença à tourner les talons afin d'aller se sustenter dans quelque lieu de restauration. Il adressa un salut général à tout le monde et prit le chemin du réfectoire situé dans l'aile administrative du complexe. Il changea cependant rapidement d'avis, considérant que trouver dénicher son repas par ses propres moyens constituerait une sorte d'entraînement. Takeshi dévia donc vers la sortie du complexe, décidé à se diriger vers le bord de mer. Il se figea lorsqu'il entendit Hotaru mentionner la bibliothèque du village. Takeshi avait des recherches importantes à y faire, sur son passé, sur Wasure no Kuni et sur son clan. A vrai dire, il y avait déjà pénétré une fois à l'intérieur de ces murs mais son cruel manque d'érudition le rattrapa vite. Ne sachant où et quoi chercher, il avait fini par quitter la salle sans même ouvrir un livre. Il s'était néanmoins juré d'y retourner et l'annonce d'Hotaru sonna en lui comme un déclic. Utilisant ses mains comme un porte-voix, il s'adressa au Genin d'une voix forte et déterminée, comme pour se motiver lui-même à relever ce défi :

- Hotaru ! Je te rejoins là-bas très vite !!

Car oui, pour Takeshi, c'était un véritable défi. Autant il n'avait rien à envier à la plupart des autres Genin en termes de combat réel, autant tous les aspects théoriques des disciplines ninjas résonnaient en lui comme un parfait charabia. Son assurance sur le terrain n'avait d'égal que son manque de confiance en lui dans les domaines intellectuels. Le ventre de Takeshi rugit comme un dragon en colère. Avant la culture, il était urgent de faire un peu d'agriculture. Direction la mer pour une session de pêche à mains nues.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7868-takeshi-le-gout-de-la-liberte-terminee
Koukotsu Uiba
Koukotsu Uiba

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 16:47



P...pardon... Je... Je voulais pas... Bafouillait l'échassière face au chaman, le regard baissé.

Effectivement, contrairement à Hotaru elle n'avait pas le don de galvaniser les foules sans commettre des boulettes. Par son attitude elle s'était attirée les foudres du vieux sage encadrant cette assemblée et savait que rien ne pourrait rattraper le coup. Son destin même en tant que kirijin venait peut-être d'être remis en question - Après tout, on ne la regardait pas tant que ça. Déjà des groupes se formaient ici et là, mais personne ne venait vers elle.
Elle les dérangeait déjà. Pour sûr.
Seule, sans échappatoires, ironiquement confrontée au vieillard qu'elle espérait pourtant honorer par son soutien physique.
Pourfendue par la honte et les regrets de ses dernières interventions qui hantaient désormais son esprit sous un regard inversé, elle déglutissait et fuyait lentement tel un fantôme le vieux sage qui lui avait fait la morale.

Tâchant de rassembler sa confiance en elle, Uiba lorgnait sur les différents individus. Il y en avait un qui était tout seul, partant avant tout le monde. Peut-être qu'il accepterait sa compagnie ? Courage. Ne pas se laisser abattre. Elle pouvait encore inverser la tendance !
D'abord hésitante, elle suivait donc de loin le jeune garçon ténébreux, prête à l'alpaguer.

_________________
La Nouvelle Vague [Kiri] EYuadgU
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7934-koukotsu-uiba-terminee#66139
Contenu sponsorisé

La Nouvelle Vague [Kiri] Empty
Revenir en haut Aller en bas

La Nouvelle Vague [Kiri]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Complexe Shinobi
Sauter vers: