Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 01. Acquérir un Kuchiyose
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 19:24 par Metaru Hideko

» Le royaume des caracals [Solo - Kuchiyose]
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 19:21 par Metaru Hideko

» Le pacte des limbes ✢ Yasei Reikan
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 19:18 par Kaguya Shitekka

» 逢い引き Aibiki [Yenno]
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 19:16 par Kogami Akira

» Quel genre de Metaru es tu ?
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 19:16 par Nara Aizen

» [Mission C] Discipline pénitentiaire [ft Yuki Misaki]
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 18:05 par Yuki Misaki

» [Arc n°7/Alerte/Iwa] Pas échouer
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 18:00 par Rei

» 09. Demander un retour sur le forum
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 17:45 par Nobuatsu Saji

» Lettre d'intégration à la Kenpei
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 17:28 par Yuki Misaki

» Ombre céleste
Le village du Père Noël (Aya) EmptyAujourd'hui à 17:26 par Kentoku Akio

Partagez

Le village du Père Noël (Aya)

Goro Haruka
Goro Haruka

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Lun 16 Déc 2019 - 23:22
La croyance populaire rangeait les marginales et les hystériques dans la case des éléments inutiles. Les scientifiques optaient bien souvent pour l’isolation, tantôt fascinés, tantôt perturbés. Enfin, la classe militaire préférait l’éradication ou l’humiliation. La demoiselle aux cheveux verts, aux tenues toujours dépareillées et la tête constamment dans la lune attiraient mainte blagues vulgaires ou humiliantes de la part de soldats du Teikoku ou de shinobi de Kumo. Gamine de seize ans, elle se contentait de tirer la langue, ou de tenter d’offrir une « punchline » cassante – mais ratée, dans les faits – avec sa voix aigüe et nasillarde.

Pourtant, il existait bien des soldats qui respectaient grandement la fille du Forgeron, soit parce qu’ils connaissaient son pédigré, soit parce qu’ils avaient déjà travaillé avec et savaient pertinemment le talent et le potentiel qu’elle détenait. En effet, ces derniers ont pu découvrir que tous ces gestes, ces réactions ou ces accoutrements délurés n’étaient qu’une façade pour cacher un esprit brillant et stratégique, ou encore dissimuler la véritable puissance de frappe qu’elle développait à l’abri des regards. La limaille de fer n’avait qu’une limite : l’imagination. Et son imagination était infinie.

Enfin, et plus important, sa loyauté envers l’Empire était inébranlable. Qu’importe la déception que les dirigeants pouvaient causer à la population, voire à elle-même, elle croyait malgré tout fermement aux bienfaits que l’Empire pourrait apporter à ce monde éparpillé et divisé. Sa fidélité était telle qu’elle éclipsait tout autre sentiment, comme la culpabilité ou le scrupule, lui permettant dès lors de trancher s’il fallait dans la chair ou dans les bâtiments.

Or, récemment, les habitants du protectorat de Kumo venaient chiffonner ses humeurs avec leurs stupides idées de rébellions. A ses yeux, c’était un nid d’idéalistes et d’opportunistes, mais nullement le regroupement d’hommes censés et désireux d’œuvrer pour le bien-être universel – ou du moins, de leur pays et de leur population. Aveuglés par de stupides querelles passées – incluant une décapitation – ils en oubliaient leur véritable but : leur propre bien-être. Certes, les grands de ce monde se décapitaient entre eux, mais ce n’était pas nécessaire que le petit peuple verse du sang supplémentaire – un sang qui aurait plus des allures de goutte de sang, dans un verre à peine rempli de haine.

L’humain pouvait faire bien pire. Connaissant cette dure vérité, la volonté d’Haruka n’en était que plus grande : celle d’arrêter le groupuscule. Récemment, elle avait soumis une idée aux autorités du protectorat, en choisissant évidemment de maîtriser le flux de l’information en s’assurant que son nom ne soit pas mentionné comme initiatrice du projet, mais qu’elle soit la première candidate à choisir ! Comment ? Au détour d’une conversation avec un soldat extrêmement vantard et désireux de plaire à autrui. Elle avait soufflé l’idée, il crut que c’était la sienne, elle s’extasia de sa brillance et insista pour faire partie de ce sublime projet !

Le sublime projet ? Farfouiller toutes les imprimeries du pays, et passer en revue les dernières activités de chacune et surtout sur la période où la rébellion a envoyé ses trois messages mystérieux. Elle aurait pu essayer de les déchiffrer mais elle n’était pas stupide : c’était comme se jeter à la gueule du loup. Elle avait à user de moyen plus détourner. Malheureusement, à son grand dam, elle ne put empêcher l’assignement d’une seconde personne à cette mission. Et un shinobi du protectorat, de surcroît !

Soit, elle avait à composer avec ! Elle avait signé à ce métier en toute connaissance de cause, celle de faire face à bien des imprévus, voire de mettre sa vie en danger ! En effet, on ne sait jamais où on pose le pied, quand on farfouille trop loin dans les affaires des autres…

- Salut … Aya..no. Ayanokoji !
prononça après une seconde tentative. L’erreur avait été faite consciemment, et avec un ton maîtrisé soit celui d’une nana en galère totale en terre étrangère. Bah … t’es le second type que je rencontre avec la chevelure blanche ! C’est fréquent dans les parages ?

Ne pas garder la langue de sa poche. Autre trait de caractère qu’elle tentait de refléter. Le fond de sa pensée : elle s’en fichait royalement de la couleur de cheveux des gens. Elle réfléchissait déjà à comment opérer pour la suite.

- Bref … l’ordre de mission est de visiter quelques imprimeries pour voir s’ils ont un lien avec les tracts envoyés par le mouvement de la rébellion. Et si oui, mettre sous verrou les employés et le patron, pour les questionner un à un.


Elle s’étire et révèle indécemment une large partie de son épaule. Il faut dire, il ne fallait pas grand effort pour voir l’épaule ou même deviner les formes avantageuses de la demoiselle. Kimono noir court mais lestement serré, au point où une partie retombait, révélant un justaucorps noir. La seule couleur qu’elle avait était des gants littéralement multicolores, brodés de mille et une arc-en-ciel.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 https://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go https://www.ascentofshinobi.com/u988
Sakana Ayanokoji
Sakana Ayanokoji

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Mer 18 Déc 2019 - 23:19
Ces derniers temps, j'étais un peu beaucoup stressé. J'étais devenu un peu un des dirigeants de la résistance aux côtés d'Hiko-kun et du scientifique-sama et ça, ce n'était pas rien. Enfin dirigeant ptêtre pas, je ne me voyais pas comme ça. Moi j'étais plutôt dans l'idée de faire un truc « communautaire » où on se mettrait tous d'accord avant de faire quelque chose, genre des assemblées sécurisées toussa tousa... C'était encore à définir. Tout ça pour dire que ce n'était pas simple à assumer, au début j'avais eu l'impression d'être constamment suivi. D'après quelques bouquins super pas intéressants de la Grande Bibliothèque, tout ça c'était dans ma tête et euh... en effet ça avait l'air puisque avec le temps, ces pensées s'étaient dissipées.

Jusqu'au jour où je reçus une missive bien folichonne, pour me demander de me joindre à une enquête visant à débusquer la résistance. Fin débusquer la résistance non, c'était juste histoire de remonter à la source des tracts... Et là c'était la cata, pourquoi m'avaient-ils envoyés cette missive, à moi ?! Est-ce qu'ils voulaient me piéger ? Est-ce qu'ils ne se doutaient de rien ? Raaaah j'avais trop peur, si bien que la veille, je n'avais pas dormi.

Malgré le stress et ma forte envie de simuler une grippe, j'avais quand même souhaité me joindre à cette enquête. C'était ptêtre juste un hasard et finalement c'était ptêtre une chance pour moi ? Oui admettons que la résistance était menacée suite à cette enquête ? Bah moi je pourrais agir ! Bien sûr il fallait le faire intelligemment pour ne pas se faire griller... Fin bon, de toute façon, on y était pas encore. Bien des enquêtes étaient classées sans suites non ?

Avec mon petit sac habituelle et ma tenue noire, je me dirigeais vers le lieu du rendez-vous, le sourire aux lèvres. J'avais encore un peu les cernes mais ça va, rien de trop foufou. Voyant ma partenaire, car oui toutes les planètes me faisaient dire que c'était elle, je me mis à abaisser le haut de mon corps afin de la saluer avec respect.

Et BAM, direct elle se trompa sur mon prénom. En effet ce n'était pas simple, certaines personnes pas trop cool m'appelaient même Ayamachin histoire de ne pas se compliquer la vie-... Bon, moi j'arrivais facilement à prononcer son prénom, c'était Haruka-san. Dans tous les cas, je ne pouvais pas lui en vouloir hein, c'était « normal » la première fois.

« Ayanokoji oui, enchanté de faire ta connaissance Haruka-san. »

Vint alors une petite remarque sur ma chevelure, d'après elle on était plusieurs à avoir cette teinte. Ah oui ? Ça ne m'étonnait pas forcément, fin en tout cas c'était loin d'être un effet de mode pour moi. C'était de naissance, pas de trucages possible !

« Euh non... je ne crois pas ? Honnêtement je ne suis pas trop attiré par la mode et toutes ces choses là, je ne saurais pas te dire. Par contre moi c'est de naissance, cheveux blancs, yeux rouges, en quelque sorte c'est le mauvais jackpot ! »

Quant à elle, elle avait une magnifique chevelure verte... ça m'avait fait penser à des pierres précieuses, des jades je crois... C'était vraiment trop joli ! Je l'avais fixé pendant quelques secondes comme ça, avant de me rendre compte de ma bêtise ; laissant passer mon visage en mode tomato.

Apparemment la damoiselle ne voulait pas perdre de temps et en réalité elle avait raison, on devait bosser -plutôt espionner pour moi-.

« D'accord c'est noté ! J'avais cru comprendre ça aussi, du coup nous avons une liste de... »

Et bim, elle s'étira et franchement, encore une fois je la trouvais trop kawaii ! Mais sans rire, je ne devais pas penser à des trucs comme ça, je devais me CONCENTRER sur la mission. Et concentrer voulait dire jouer l'agent double, veiller sur les arrières de la résistance et de mon copain Hiko-kun ; C'était lui qui avait un peu orchestré le truc, je ne pense pas qu'il avait touché aux prospectus mais il était quand même dans le coup... Enfin bon, avec quelques rougeurs sur mes joues, je pus reprendre la parole et finir ma phrase.

« D'imprimeries... oui je voulais dire imprimeries. Si je peux me permettre une petite suggestion, il faudra faire attention à la façon d'aborder les commerçants, l'annexion mine de rien, ça a laissé ses marques et il faut les prendre des pincettes. Je ne te connais pas mais je préfère te dire que jouer au mauvais flic direct, c'est une tactique un peu trop déglingo en ce moment. »

Après je ne voulais pas imposer ma façon de travailler, malgré le contexte...

« Ce n'est qu'une suggestion par contre, si tu travailles autrement... »

Ça sentait le roussi !

_________________
Le village du Père Noël (Aya) 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done
Goro Haruka
Goro Haruka

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Ven 27 Déc 2019 - 23:27
- Haruka-san … ? C’est pour les vieux « san ». Tu peux simplement m’appeler « Haru-chan ».

Il faut dire qu’elle n’appréciait pas vraiment ce sobriquet enfantin malgré ces longs derniers mois où, pour coller à son rôle de Soldate nonchalante, elle eut à le proposer assez fréquemment. Une crispation qu’elle ne manifestait plus, ayant travaillé avec ardeur ses postures et ses expressions devant le miroir de nombreuses nuits. A bien des reprises, elle s’était demandée si elle allait se faire happer par ce double-jeu … et elle s’était contentée d’hausser les épaules. Tant que la mission était menée à bien, soit endormir la méfiance de l’autre pour mieux flairer les dangers et les traquer, qu’importe son intégrité physique, mentale ou identitaire.

- Ayanokoji-san c’est trop long. De même pour Ayanokoji-kun. Ça te dit Ayano-kun ou Aya-kun ?

Entre temps, la petite avait déjà entamé le pas, écoutant d’une oreille attentive son coéquipier. Il commençait à donner quelques conseils, comme s’il parlait à une petite fille bien inconsciente de la situation. Si elle ne se donnait pas un air, un sourire victorieux aurait pu s’étirer sur ses lèvres. Cependant, au lieu de ça, elle se contentait de le fixer avec des yeux de hiboux.

- Ah … tu croyais que j’suis capable de jouer à la mauvaise flic ? demanda-t-elle avec incrédulité plus ou moins jouée. J’savais pas que j’paraissais si intimidante et méchante. J’sais pas comment l’interpréter, finit-elle par glisser, s’amusant un tantinet avec les nerfs de l’autre. Le regard timide, ou encore les joues rouges, ne lui avaient pas échappé. Il semblait facilement impressionnable. Bah, à vrai dire, j’comptais un peu sur toi pour dire comment faire. T’connais mieux que moi les environs et les gens, t’vois.

Son plan était fort simple, à vrai dire. Elle comptait donner un bon coup de pied dans la fourmilière, en accusant à voix haute certains, en faisant des sous-entendus à d’autre et enfin en espionnant les derniers restants. Les premiers cracheront le morceau potentiellement – ou alors les alliés agiront pour qu’ils ne crachent pas le morceau. Les seconds vont s’agiter et vont sûrement commettre le faux-pas. Et enfin, les derniers peuvent être pris la main dans le sac avec leur méfiance endormie. Du moins, c’était sa théorie. Maintenant, elle devait voir ce que ça donnait en pratique.

Evidemment une théorie et une pratique qu’elle devait vendre de façon astucieuse et intelligente à son coéquipier soit en lui faisant croire que toutes ces idées venaient de lui, soit en mettant à exécution son joli plan sous le couvert de la bêtise du débutant. Elle devait à tout prix éviter de montrer à l’autre qu’elle avait de la matière grise à revendre et une potentielle force de frappe – force qui se développait encore, mais qui était des plus prometteurs pour son maître d’armes.

- Apparemment, il y a en tout trois bureaux, éparpillés dans le pays. Les distances sont plus ou moins équivalentes entre elles, d’environ une journée ou une demi-journée. On va peut-être commencer par la plus proche, celle qui est à trois heures d’ici ?

La distance était un paramètre important mais nullement déterminant. Les moyens de locomotion existaient, comme une charrette de marchandises de commerçants habituels, par exemple. La demoiselle avait remarqué du coin de l’œil que tout le monde n’était pas fouillé, par égard pour le « vieux temps » ou parce qu’ils aiment s’appeler « l’ami » entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 https://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go https://www.ascentofshinobi.com/u988
Sakana Ayanokoji
Sakana Ayanokoji

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Mar 14 Jan 2020 - 20:29
-san, vieux ? Euuuuh, je ne voyais pas les choses comme ça. Fin... euh... d'accourd pas de soucis, je pouvais l'appeler Haruka-chan si elle le voulait ; enfin elle voulait Haru-chan elle, c'était un peu trop beaucoup pour moi dés le début ça ! Haru-chan ? Rien que d'y penser, j'en avais les joues rouges. Toujours avec la tomato face, je fis un grand sourire à ma partenaire du jour. J'essayais de me contenir mais franchement, j'étais encore bien trop sensible à ces sujets...

« D'accord ! C'est noté, Har...Haruka-chan, on fait comme ça ! »

J'y étais parvenu après seulement un essai, ce n'était pas mal non ? Comme elle m'avait autorisé à écourter son prénom, à utiliser même son surnom, je devais faire de même et lorsqu’elle me proposa de m'appeler Aya-kun, j’acquiesçai en levant un de mes pouces en l'air. Pourquoi pas après tout ? Ça nous permettrait de discuter plus facilement et même de faire connai-... Ah non, je ne devais pas oublier, elle avait l'air cool et tout hein mais j'avais face à moi une membre de l'Empire, j'avais encore bien du mal à l'oublier ça...

M'enfin dans tous les cas, je devais absoooooolument rester sur mes gardes.

J'avais demandé à ma camarade d'être plutôt gentille avec les gens qu'on allait interroger, la guerre toussa toussa, ça avait marqué bien des esprits hein ! Malheureusement, je m'étais sûrement mal exprimé et Haru-chan ne m'avait pas loupé. J'étais coincé, je ne voulais pas lui faire penser des choses comme ça. C'était sûrement une bonne personne, elle m'intimidait un tit peu en réalité, je ne savais pas trop pourquoi, sa beauté, ses facilités à communiquer si familièrement, genre à la cool avec les autres... C'était assez impressionnant pour moi.

Malgré tout, je me devais de la rassurer, je ne pensais pas à mal en disant ça. Tout en bougeant la tête de droite à gauche, frénétiquement, je pris la parole.

« Noooon, ce n'était pas ce que je voulais dire. Gomeeen ! »

Dis-je en m'abaissant avant de me relever, afin de terminer mes explications et lever les doutes le plus vite possible !

«  J'essayais juste de dire qu'on devait prendre des genres de pincettes, tu vois ? Je ne sais pas si l'expression est bonne à utiliser ici, j'essaie d'en placer une ou deux de temps en temps, ça donne un genre, alors que j'en apprends pour la plupart grâce à la collection du Shinobi Zero, tu connais ? »

Oulaaaaa, je m'égarais, ça commençait très mal, elle allait vraiment me prendre pour un déglingo. Elle devait sûrement se demander « Comment vais-je continuer à travailler avec ce fou ? »... Rien que d'y penser, ça me brisait presque le cœur, pitié maman, aide moi !

« Bon... désolé, je me suis un peu éloigné du sujet. T'as raison, n'hésite pas à t'appuyer sur moi pour aborder les commerçants et tout et tout. Je ne suis pas un expert en communication ou même en relation sociale mais je ferai au mieux, tu as ma parole ! »

Après tout, j'étais là pour une mission non ? (Si on omettait le fait que je faisais parti de la résistance, qui était sûrement visée ici!)

« Oui c'est une bonne idée, je te suis Haru-chan. Partons à l'aventure ! »

Ce n'était pas l'aventure d'une vie mais on allait quand même passer beaucoup de temps ensemble, à tenter de trouver des indices, c'était donc une belle sortie en prévision huhu.

_________________
Le village du Père Noël (Aya) 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done
Goro Haruka
Goro Haruka

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Dim 26 Jan 2020 - 23:11
Elle prenait bien souvent les gens à contrepied avec ce rôle dont elle s’était affublée. Elle avait volontairement choisi de sortir de ce moule de cordialité, de politesse et de pudeur, persuadée qu’elle aurait plus de résultat en piétinant quelques règles qu’en les suivant constamment à la règle. En vérité, la question n’était pas de suivre les règles mais plutôt les joueurs. Être aussi vicieuse qu’un tricheur, et être plus rusée qu’un petit mouton. En somme, il y avait toujours plus à gagner en étant la femme décriée qu’en étant la femme parfaite. La première était moins intimidante, et moins complexant.

- Le Shinobi Zero, j’connais pas. J’lis pas beaucoup, mais j’suis toujours curieuse des gens qui lisent et qui peuvent en parler. Ça raconte quoi, ce livre ? C’est un bouquin culte dans ce pays ?


Enfant ayant grandie dans une forge, elle avait davantage appris à aimer les efforts physiques, à apprécier la chaleur infernale des fours, à écouter le doux tintement d’un fer battu par un marteau impitoyable ou encore à travailler sa petite cervelle pour obtenir la meilleure armure ou arme. Un livre n’avait, en somme, aucune place ni dans la forge, ni dans sa caboche. Femme d’action, elle apprenait davantage dans le tas, et comptait sur sa débrouillardise légendaire pour se sortir des situations tendues ou complexes.

- Au fait, avant que j’oublie, on va pas se présenter comme des Shinobis qui enquêtent sur la Rébellion. Après, les gens sont pas cons et ils vont vite deviner. Mais n’empêche, on m’a toujours dit que c’est toujours plus puissant quand c’est dans l’imagination. Alors, on va dire qu’on est une équipe qui contrôle la qualité ou un truc du genre. T’as des idées de rôles potables pour visiter des imprimeries, au nom du Protectorat ?

Elle se tut un très court instant pour aussitôt reprendre.

- Mais j’suppose qu’il faut commencer par bannir la notion de Protectorat ?

C’est à cet instant-ci qu’elle se permet de tourner sa mignonne figure vers son coéquipier du jour afin de le jauger. Savoir s’il la suivait dans ce discours désorganisé, ou encore s’il faisait partie de ces personnes sensibles encore à la situation politique et militaire du pays. Cependant, que l’homme soit à l’aise ou non avec ladite notion, elle savait qu’elle ne pourrait nullement se faire un avis clair et net sur l’allégeance ou les agissements du garçon. Pour pouvoir accuser quiconque, il lui fallait des preuves et non juste quelques expressions faciales ou rythmes cardiaques au détour d’une conversation aux allures anodines.

- Par contre, j'pense qu'il faut que j'montre que j'appartiens à l'Empire et tout ça. C'est toujours bien un méchant ou une méchante dans l'histoire, pour l'imagination.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 https://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go https://www.ascentofshinobi.com/u988
Sakana Ayanokoji
Sakana Ayanokoji

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Dim 1 Mar 2020 - 9:10
Shinobi Zéro ? Culte ? Bah oui ! Fin c'était un peu pour moi la base de la base, on devait tous commencer par ça. C'était un peu au même niveau que « La guerre des métaux » ou bien « Le seigneur des tournedos ». Pitêtre que Haru-chan n'était pas fan du genre ? Ça partait souvent dans tous les sens ce genre d’œuvres, j'avais beau être ouvert d'esprit à ce niveau là que c'était compliqué des fois, même pour moi.

« Bah... un peu... C'est un genre de Shônen qui a super super bien marché ces dernières années. Perso depuis que je suis arrivé à Kumo, j'en suis très fan ! Avant je n'avais pas trop l'occasion de lire de nouvelles œuvres, du coup je suis vraiment tombé amoureux de cette série. »

Bon, amoureux c'était peut-être un peu beaucoup trop fort comme mot. Je ne savais même pas ce que ça voulait dire honnêtement, je ne l'avais jamais été. Fin mes parents adoptifs, bah eux ils l'étaient, je le voyais mais comment dire... Je n'avais jamais encore éprouvé ce sentiment.

Pour en revenir à la mission, ma partenaire voulait la jouer douce. Elle n'avait pas tort, se présenter comme des Shinobis, moi pour Kumo et elle pour l'Empire, n'était ptêtre pas très cool. Disons qu'avec l'occupation, la régence et tout et tout, les gens étaient vraiment méfiants. Haru-chan cherchait des idées pour que ça passe bien auprès des commerçants. Contrôle qualité ? Mhmmm je n'avais jamais entendu ça dans ce contexte mais pourquoi pas, après tout ça pouvait bien sonner. Par contre au nom du Protectorat ? J'avais un peu plus de doutes à ce sujet. D'après les rumeurs, c'était associé à la régence, à l'occupation de Kaminari. Je ne comprenais pas encore trop bien le système de l'Empire, c'était sûrement l'occasion d'en apprendre plus...

Lorsque Haru-chan parla de bannir la notion de protectorat, elle tourna par la même occasion sa tête vers moi. Je ne comprenais pas trop le pourquoi du comment mais elle attendait quelque chose de moi. Mes joues comme d'hab, bah elles devinrent légèrement roses et pour répondre à ses attentes, je pris la parole.

« Euh.. je-.. je pense ! Tu as raison Haru-chan. Je pense que le pays n'est pas encore prêt pour ça, ok c'est déjà en place mais tu sais, c'est quand même compliqué pour un paquet de gens. Tu comprends ? »

Dis-je en me grattant la tête, cette fois plutôt gêné. J'avais été honnête avec elle, je ne m'étais pas caché derrière un masque de résistant ou quoi que ce soit. Cet avis là, il était sûrement partagé par des milliers de résidents de Kaminari no Kuni... Je ne faisais que le retranscrire pour que la mission se passe au mieux.

« Oui d'accord on peut faire ça. On peut dire qu'on vient vérifier les installations comme tu l'as dit, pour un futur partenariat entre l'Empire et Kaminari par exemple ? Disons que développer le commerce autour de ça, ça pourrait les intéresser non ? »

Dis-je en me grattant la tête quelques instants...

« Par contre je n'aime pas trop mentir. Est-ce que tu penses qu'après la mission, si on suit cette idée, on pourra essayer de rendre ça possible ? »

Mentir ça me dérangeait de façon générale mais avec l'Empire je n'avais plus le choix, il fallait que je le fasse. Par contre ça m'embêtait beaaaucoup de mentir à de braves gens, à des commerçants qui continuent leurs activités, malgré le contexte !

« Faisons de notre mieux pour ne pas trop les brusquer et que ça se passe bien héhé ! »

Dis-je avec ma tête d'ange et un sourire jusqu'aux oreilles.

_________________
Le village du Père Noël (Aya) 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done
Goro Haruka
Goro Haruka

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Dim 15 Mar 2020 - 19:00
Haruka appréciait les livres que s’ils avaient trait avec la mission en cours ou s’ils avaient une utilité pour les projets de l’Empire. En somme, les notions « lire » et « plaisir » n’allaient pas de pair dans sa petite caboche. Pour la Soldate, une bonne journée était en face d’un four ardent, un bras tenant une poignée, l’autre bras maniant et frappant l’arme à coup de marteau, et à sentir l’air saturé par les particules de métaux et de charbon. Et une bonne semaine était la finalisation d’un chef-d’œuvre !

- Je vois
, dit-elle, ne sachant pas trop comment répondre à ce petit élan enthousiaste sur la « littérature » - si un Shônen pouvait être classé dans cette catégorie.

Pourtant, Shônen-boy avait de la suite dans les idées et elle aimait bien sa proposition. Elle était beaucoup plus simple, et bien plus réaliste. Par contre, elle arqua considérablement un sourcil lorsqu’il fit une petite requête. Elle ne savait pas comment répondre, sans paraître bien brutale et méchante.

- Tu pourrais faire la proposition à quelques marchands de l’Empire, mais c’est une affaire de longue haleine. Je doute que toi ou moi aurons le temps, en plus de nos missions et entraînements.

Calmement et implicitement, elle tentait d’expliquer par là qu’ils étaient avant tout des combattants et non des marchands. Chacun avait son rôle, et il était nécessaire de s’y tenir – à son sens. Aussi, d’une certaine manière, elle essayait aussi de lui faire comprendre que leur métier incluait le « mensonge ». L’honnêteté était sûrement une bonne chose, mais elle ne chamboulait nullement le monde et n’aidait pas à arriver à ses fins constamment. Ce trait de caractère était une bonne chose pour les personnes qui souhaitaient une vie paisible, sans grande révolution. Au contraire, il était à bannir pour celui qui désirait changer l’ordre du monde ou monter plus vite – quitte à s’y brûler les ailes ou à tomber très bas et très rudement.

***

La première imprimerie devait être un véritable paradis pour le jeune Ayanokoji. Leur principale occupation était de mettre sur papier quelques illustrations. Elle était sûre d’avoir entendu la notion de Shônen mais toute son attention était davantage tournée vers les procédés et les encres. Leur seconde occupation était de restaurer quelques vieux écrits, en les recopiant mots pour mots – même si les mots avaient changé entre temps et qu’ils étaient devenus désuets et dénués de sens.

La procédure était extrêmement manuelle, sans la moindre modernisation des procédés. Or, les tracts et notamment le symbole de la Rébellion était assez uniforme et répétitif. Elle était certaine qu’elle perdait un temps considérable ici, à écouter monsieur-elle-ne-savait-plus-qui parler de la qualité du papier ou de ses encres ou encore les talents de quelques artistes locaux.

***

La nuit ne tarda pas à tomber, et elle avait proposé de poser bagage dans une auberge. Si bien des shinobis appréciaient dormir à la belle étoile, elle préférait de loin grignoter sur le budget de la mission et reposer son corps sur un futon. Le repos était sacré, pour reprendre des forces et surtout pouvoir réfléchir avec plus clarté le lendemain. Elle profite de leur trajet jusqu’à destination pour lui poser quelques questions.

- Est-ce que t’as déjà visité les coins ? La nuit est plutôt douce, on peut se promener.

Elle cherchait à cerner le jeune homme, que se soit sa personnalité, ses sentiments à son égard et surtout à l’égard de l’Empire. Savait-il différencier l’Empereur et sa Nation ou encore la Nation et l’Individu ? Ou alors faisait-il partie de ces personnes qui mettaient tout dans un même panier et démonisaient naturellement tout ce qui avait trait avec l’Empereur, de près ou de loin.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 https://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go https://www.ascentofshinobi.com/u988
Sakana Ayanokoji
Sakana Ayanokoji

Le village du Père Noël (Aya) Empty
Dim 22 Mar 2020 - 16:53
Une affaire de longue haleine qu'elle disait ? D'ailleurs, en parlant d'haleine, j'espérais que la mienne était pas mauvaise. Disons que ça m'embêtait un peu de passer pour un crado, je faisais beaucoup attention à mon hygiène quand même hein. D'accourd, on était en mission et ce n'était pas important mais quand même, je voulais bien paraître face à elle !

M'enfin bon, elle n'avait pas tort Haru-chan. En fait des fois je partais un peu trop en cacahuète, je le savais, c'était un de mes nombreux défauts. Comment est-ce que je pouvais m'occuper d'un truc très complexe, genre le commerce toussa toussa, à mon niveau ? Je n'avais pas été capable de défendre mon pays efficacement, alors essayer de comprendre des trucs si difficiles... bah... pas trop trop réaliste.

La damoiselle me semblait assez franche et malgré tout, elle avait essayé de m'expliquer gentiment le pourquoi du comment ça ne fonctionnerait pas. Et bien qu'elle ne me connaissait pas encore des masses, elle n'avait pas appuyé sur mon manque de compétences hihi.

« Oui je vois, tu as certainement raison Haru-chan. Des fois je pense que je suis un peu trop rêveur, le monde est ce qu'il est, c'est un monde cruel... »

Balançais-je en laissant une expression songeuse sur mon visage, avant de pencher ma tête pour observer le ciel.

« Si j'étais capable de résoudre tous les problèmes, ça se saurait. »

Bon, je ne voulais pas casser l'ambiance, surtout que ma nouvelle copine -ah déjà?- bah elle n'avait pas voulu me défoncer. Avec un sourire honnête, je levai le bras comme pour remotiver les troupes qui n'avaient sûrement pas besoin d'être motivées, en fait tout ça c'était dans ma tête.

«  C'est partiiiii pour l'imprimerie ! »

Et badaboom, nous étions arrivés dans une imprimerie plutôt cool. Il y avait des images partout, des dessins magnifiquuuuues ! Waouuw, j'étais aux anges. J'avais des étoiles dans les yeux et j'étais tout rouge. J'en avais presque oublié la mission en fait.

« Mais c'est fou, Haru-chan, Haruuuu-chan, viens voir ça ! »

Je voulais lui montrer un paysage dessiné. C'était simple hein, quelques montagnes, de la neige en fond, un petit lac au devant avec un ponton rouge ; et pour peaufiner le tout, un Samouraï de dos. J'étais comme un enfant -ah bah en fait, j'en étais un- face à ça. C'était tellement magnifique, un concentré d'art, c'était bôoooo! Je me retenais de ne pas sauter dans tous les sens.

« J'en reviens pas... c'est Shinobi Zéro ! Vous faites vraiment ça ici ? Magnifaïke. »

J'en avais presque les larmes aux yeux, je n'avais même plus peur de me ridiculiser face à Haru-chan, elle devait déjà penser un tas de trucs sur moi de toute façon !

_________________

Bon je m'étais un peu beaucoup trop extasié mais cette piste n'avait rien donné. En tout cas ça n'avait pas intéressé la damoiselle. Ma partenaire avait proposé de loger dans une auberge, pourquoi pas ? Ça ne me dérangeait pas non plus de dormir dehors mais comme elle l'avait proposé, j'avais accepté. Peut-être que ça l'arrangeait d'avoir un peu plus de confort ?

Alors qu'on se dirigeait vers l'auberge, la damoiselle prit la parole. Elle voulait se promener? J'écarquillai les yeux suite à sa demande. C'était une proposition qui me semblait assez cool en fait, j'aurais dû y penser avant !

Je lui fis alors un grand sourire, sans savoir le pourquoi du comment.

« Avec plaisir, on dépose nos affaires et on peut sortir si tu veux héhé. »

Dis-je en tenant mon sac, à mon dos, à l'aide de mes deux mains. J'avais tout un attirail par forcément nécessaire pour une petite balade. Le coin par contre, euh... je ne le connaissais pas du tout ! Je découvrirai en même temps que Haru-chan.

Arrivé à l'auberge, on demanda une chambre. Ça avait l'air d'être le truc un peu traditionnel, quelques tapis sur le sol, des portes coulissantes, une table au milieu avec des coussins... classique mais franchement cool. Du moins, c'était la description donnée par l'aubergiste.

« Les jeunes, la chambre n'est pas prête par contre. Vous pouvez profiter du restaurant si vous voulez, ça vous branche ? »
« Non merci, on va se promener un p'tit coup. C'est gentil monsieur, on se dit à toute à l'heure ? »

Déposant le sac dans le coin proposé par le m'sieur, je fis un sourire à ce dernier avant de prendre la porte, aux côtés de Haru-chan.

« Par contre je ne connais pas trop le coin, on peut marcher et voir ce que ça donne. Et si t'es d'accord, pourquoi ne pas manger en marchant Haru-chan ? Je t'invite héhé, ça me ferait plaisir. »


_________________
Le village du Père Noël (Aya) 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done

Le village du Père Noël (Aya)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: