Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Balade au gré des vents [Pv. Amiko]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Amiko
Amiko

Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 Empty
Dim 15 Mar 2020 - 21:35
Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 Yjon


Automne 203 – Fin d'après-midi

La narration se présenta sous le ton de la lassitude tandis qu’un déchirement se faisait dans sa voix petit à petit. La jeune femme s’était retournée, dos à lui, par peur de lire les traits durs qui pourraient s’afficher sur son faciès si beau. C’était aussi une manière de se regarder dans le reflet de l’eau, le miroir de tous ses souvenirs, de ses démons, qu’elle partageait avec le Borukan. On n'oubliait pas le passé, on vivait avec et on essayait d’avancer. Pour Amiko, il fallait qu’elle vive avec des cicatrices du passé, mais le plus difficile était cette obsession qui vivait en elle. Elle résidait, s’était immiscée et s’était faite une place si puissante qu’il était difficile de l’en chasser. Alors elle s’ouvrit, petit à petit, au jônin qui s’était lié à elle irrémédiablement. Une main se posa sur son ventre, tandis que ses ongles s’enfonçaient fortement dans le tissu. La douleur n’était pas forte, était pathétique face à tout ce qu’elle avait vécu, et ne lui faisait rien, c’était une manière de faire ressortir toute cette souffrance et ce supplice en elle. Face à lui, plus fragile et alertée que jamais, elle lui faisait part d’une histoire injuste et cauchemardesque.

Mais le rouquin ne semblait pas d’accord avec ce qu’elle s’infligeait. L’assimilatrice fut surprise et prise au dépourvue, lorsqu'il attrapa sa main vigoureusement. La Sakki ne réagit pas à ce geste, il était plein de douceur et d’une attention qu’elle aimait, et se contenta de continuer ce qu’elle avait à lui confier. Elle savait très bien que ce qu’elle lui disait était dur et brutal, qu’il devait s’imaginer les pires choses. Mais en sachant le contexte dans lequel elle avait vécu et ce qu’elle ressentait, il ne pourrait que mieux comprendre, ou du moins, essayer. Puis elle termina, sans expliciter ce qu’il s’était passé. Avait-elle peur de ce qu’il pourrait penser ? Oui sûrement. Une douce caresse, réchauffante et réconfortante, vient se nicher sur sa joue, la poussant à fermer les yeux quelques secondes. La genin soupira alors, avant de s’approcher et de frotter son visage blanchâtre contre sa paume bronzée. Aucun sourire, aucune joie, simplement une tranquillité certaine, parce qu’elle se sentait en sécurité près de lui. De sages paroles s’échappèrent de sa bouche, comme pour lui faire comprendre que ce n’était pas de sa faute. Amiko savait tout cela, elle le savait très bien, mais justifier ce massacre était trop difficile pour elle. La jeune femme ne préféra rien dire, le laissant poser sa bouche sur son front, et la serrer contre lui. Ses mains se posèrent sur son dos nu, rougissant contre son torse tandis qu'elle le laisser s’exprimer, se détachant légèrement et laissant ce vide qu’elle n’aimait pas.

Ses doutes, il les trancha d’une traite, lui faisant une nouvelle fois comprendre qu’il comptait bien rester où il était : avec elle. Pour accentuer ses paroles, l’iwajin lui confia qu’il la protégera de son clan, qu’il l’aidera avec sa soif et son assimilation. Ses yeux brillaient d’un éclat d’émotion, touchée par ses paroles. C’était la première fois qu’on lui confessait pareilles douceurs. Amiko hocha de la tête alors, souriant timidement.


« Si tu le souhaites alors… Je ne t’en empêcherai pas… Au contraire, reste. »

Ils s'élancèrent de nouveau, plus fort, plus fougueusement comme pour se rassurer l’un à l’autre sur ce qu’ils souhaitaient. La suite de ses mots la ramena à une réalité certaine qui la fit réagir derechef. Son regard rosé se posa sur le ciel qui s’assombrissait avant de faire une mine déconfite. Embarrassée, la femme de lave détourna le regard, tandis que le rouge lui montait aux joues.

« Je… et bien, je… Je veux bien que tu me raccompagnes, oui… Je ne devrais pas être, ici, je ne suis que Genin… On m’a accompagné jusqu’à la petite forêt, pour... et je dois rentrer avant qu’on commence à s’inquiéter... Est-ce que tu veux bien… venir avec moi, Ashitaka ? Je vis dans le quartier résidentiel... »

Son adorable et innocent minois se releva alors, lui offrant un regard pétillant et tout gêné. Elle espérait qu’il n’allait pas la gronder, car elle savait que ce qu’elle faisait n’était pas bien. Mais qui pourrait comprendre ? À part les siens et maintenant Ashitaka ? Que ses besoins étaient tels que si elle ne faisait pas cette entorse, cela pourrait avoir de lourdes conséquences ? En tout cas, Oshiro allait pointer le bout de son nez, si elle ne rentrait pas.



_________________
Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Borukan Ashitaka
Borukan AshitakaEn ligne

Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 Empty
Mar 17 Mar 2020 - 0:19
Ashitaka sourit à sa belle qui lui répondit par l'affirmative. Elle voulait qu'il reste. Lui souriant, le guerrier aux yeux ambrés la garda contre lui alors que le soleil s'approchait de l'horizon, signe qu'il fallait déjà rentrer, la quitter. Mais ce ne serait pas long. Il la reverrait. Très vite. Il le savait. Il en avait besoin de toute façon. Il ne pouvait plus vivre sans elle. Elle était devenu sa source de vie.

Lui proposant de la raccompagner, le jeune homme espérait de tout coeur qu'elle accepte et fut comblé lorsque ses lèvres prononcèrent un oui.

« Je veux bien venir avec toi, oui. »

Ce n'était pas qu'il acceptait, c'est qu'il en mourrait d'envie. Il en aurait pleuré si jamais elle l'avait repoussé. Lui qui était un homme sérieux, responsable, un jônin fier et acharné. Il en aurait pleuré, il le savait. Désarmé face à elle, il ne pouvait accepter cette idée. Il en serait tombé malade, mais jamais il n'aurait pensé la forcer. Soit elle voulait bien de lui, soit le monde s'arrêtait là. Telles étaient les deux seules options qui s'offraient à ses yeux.

La tenant par la main, il l'invita à avancer avec lui, marchant tranquillement. Il n'aurait voulu la lâcher pour rien au monde et tenta même de croiser ses doigts avec ceux de la belle, espérant qu'elle ne s'esquiverait pas. Ainsi, il la garderait avec lui tout en se rapprochant de leur destination.

Descendant lentement des montagnes en suivant le chemin, ils purent apercevoir au détour d'une coline le soleil venir se blottir entre deux pics. Il disparaîtrait bientôt, dans quelques minutes, même si le ciel serait encore suffisamment clair pour se diriger un moment. S'arrêtant alors quelques instants, Ashitaka se retourna vers Amiko pour lui faire face.

« Je... Je peux t'embrasser à nouveau ?.. »

Toujours effrayé à l'idée de la forcer, effrayé à l'idée qu'elle le refuse si elle le trouvait trop présent, il s'était senti obligé de lui demander cette fois-ci, le décor lui ayant inspiré quelque émotion romanesque. Mais son inexpérience le rendait incertain, pataud. Il avait peur qu'elle se moque, mais dans un autre sens, entendre son rire lui aurait bien plus. Il ne savait plus ce qu'il désirait, autre que sa présence. Mais il était là, debout face à elle, le soleil couchant dans le dos.

Bientôt, ils allaient rejoindre les plateaux et les portes d'Iwa. Ils se sépareraient au moins pour la nuit, et déjà elle commençait à lui manquer. Mais pour l'instant, il voulait l'embrasser.

_________________
Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Amiko
Amiko

Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 Empty
Mar 17 Mar 2020 - 0:51
Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 Yjon


Automne 203 – Fin d'après-midi

Le voir sourire valait tous les joyaux du monde. Il était temps de rentrer, de se séparer, mais sûrement pour mieux se retrouver ? Amiko n’avait pas vraiment envie en fait, elle serait bien restée ici toute une nuit. Mais elle avait des obligations, c’était nécessaire pour la sécurité de chacun et surtout pour ne pas inquiéter sa précieuse Fuyumi. Alors, la jeune femme hocha de la tête et lui offrit un grand sourire lorsque celui-ci accepta de l’accompagner chez elle. Le jonin ramassa toutes ses affaires et la genin l’y aida. Elle lui rendit son carnet qui l’avait aidée à s’ouvrir au Borukan. Un long soupire s’échappa de la bouche de l’assimilatrice. Revenir à la réalité était tout aussi difficile de devoir le quitter. Mais elle n’était plus seule, rien que penser au rouquin et à tout ce qu’ils avaient partagé, cela pourra l’aider à combattre ses démons. Ashitaka faisait désormais partie de ce cercle restreint des personnes importantes pour lui. Il s’agissait de plus qu’une amitié, une tendresse et un douceur qu’ils ressentaient l’un pour l’autre, elle ne saurait expliquer, mais elle le sentait.

Amiko accepta avec grand plaisir sa main, elle sentait ses fins doigts se faire encercler par les siens, la faisant se sentir en sécurité. La genin avança donc à ses côtés, traversant le petit-bois qu’elle aimait tant ainsi que les célèbres montagnes de Tsuchi no kuni. Leurs pas arpentaient les cailloux tandis que leurs doigts s’entrelaçaient au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient de la cité rocheuse. Ses joues se tintèrent, tandis que son ventre la chatouillait de petits papillons et que son coeur battait à la chamade. Arrivant au plus haut du chemin, le soleil qui allait se coucher vint les aveugler légèrement, forçant la demoiselle à se cacher les yeux. Mais le manipulateur de lave l’arrêta, se plaçant devant elle. Intriguée, elle releva son visage vers lui et attendit de savoir ce qu’il voulait lui dire. Le bégaiement le rendait adorable et la femme de lave comprit très bien sa demande, ce qui la fit rougir de plus belle. En repensant à ce premier échange, une chaleur intense s’éveillait dans son ventre, tandis que ses pupilles rosées brillaient intensément.

Quelques instants, elle baissa la tête et posa une main contre sa poitrine, elle en avait envie, plus que tout. Mais au lieu de lui répondre, la Sakki se décida à faire le premier pas, pour une fois. Son minois reporta son attention sur ses orbes magmatiques tandis que ses joues rougissaient. Elle se rapprocha alors de lui et glissa doucement ses mains autour de sa nuque. Très collés, Amiko se sentait toute chamboulée, mais elle appréciait et en redemanderait à souhait. Un peu maladroite, pas très certaine, la jeune femme laissa son cœur la guider tandis qu’elle approchait son visage du sien, se mettant sur la pointe des pieds. Ses douces lèvres rosées vinrent rencontrer les siennes, tandis que son regard chaleureux se plongeait dans l’âme du sien. Elle approfondit légèrement alors l’échange, fermant les yeux pour profiter de ces étoiles qui brillaient dans son esprit.

Presque à contrecoeur mais par obligation, les deux shinobis se séparèrent pour reprendre une sereine respiration. Leur front se collait, tandis qu’ils profitaient de la présence de chacun. Ils reprirent la route après, tandis que l’entrée du village montrait le bout de son nez. Mains dans la mains, Amiko se fichait des regards qui se posaient sur eux, tandis qu’ils passaient les portes d’Iwagakure. Elle était heureuse et voulait profiter un maximum de ce contact avec lui. Ils montèrent vers les quartiers résidentiels, un lieu assez calme, contrairement au centre ville de la cité. Ce fut au tour de la Sakki de s’arrêter, stoppant leur marche.


« C’est ici que je vais devoir te laisser... »

Une moue tristounette s’afficha sur son faciès adorable tandis qu’elle se lança délicatement contre son torse pour l’enlacer.

« Merci Ashitaka, merci pour tout… Merci d’être là, d’exister. Je me sens bien, avec toi. Je… j’espère qu’on se reverra très vite. »

La sanguinaire se recula légèrement avant de poser ses yeux saumon sur lui, gardant en mémoire son visage et ce doux regard sur sa personne, celui qui la faisait fondre. Petite pointe des pieds, la jeune femme lui déposa un dernier brève baiser, lui faisant comprendre à quel point ils étaient liés et qu’elle n’avait pas peur de le lui montrer. Enfin, elle commença à s’éloigner, se retournant pour le saluer de la main avant de courir vers la maison pour retrouver les autres personnes qu’elle chérissait plus que tout.



_________________
Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Borukan Ashitaka
Borukan AshitakaEn ligne

Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 Empty
Lun 30 Mar 2020 - 23:57
Arrêté face à Amiko, il s'était comme arrêté dans le temps. Tout resta en suspens un temps infini. Ébloui par les yeux de la belle malgré la présence du Soleil couchant dans son dos. Le jeune homme attendait, pendu aux lèvres de la demoiselle. Immobile, il frémit lorsqu'il sentit sa main entrer en contact avec sa peau. Puis à nouveau lorsqu'elle s'approcha. Jusqu'à ce qu'enfin, il puisse partager un nouveau baiser. Simple. Tendre. Bouleversant.

Glissant ses mains autour de la taille de la jeune femme avec une certaine hésitation, il partagea avec elle ce moment qu'il brûlait intérieurement d'envie de reproduire. Avec un vent léger comme seul compagnon, le jônin la laissa s'écarter à regret lorsqu'elle marqua la nécessité de s'écarter, à cause de la nuit qui tombait. C'était tristement impossible de gagner du temps sur cette dernière. Impitoyable, le Soleil disparaissait peu à peu à l'horizon. C'en était fini pour aujourd'hui. Mais la chûte ne s'arrêterait pas pour autant. Infinie, elle l'avait emporté dans un torrent, plus puissant que celui qu'il avait affronté quelques instants avant de rencontrer l'assimilatrice aux mèches volcaniques.

Redescendant ensemble jusqu'à la cité qui se calmait doucement, quelques tavernes et bars mis à part, le duop s'approcha du quartier résidentiel, là où ils devaient se séparer. Lorsqu'elle se retourna pour lui dire qu'elle allait devoir partir, il ne dit qu'un mot dans un premier temps.

« Attends !.. »

Sortant rapidement son carnet de son sac, le Borukan griffonna rapidement quelques mots et chiffres sur une page avant d'arracher cette dernière et de la tendre à la douce qui l'avait ensorcelé pour son plus grand bonheur.

« Si jamais tu veux venir me voir... Peu importe l'heure... Tu peux venir chez moi... À cette adresse... »

Enlaçant la douce une dernière fois avant que la nuit noire ne finisse de les séparer, le Loup profita du dernier baiser qu'elle lui offrait, le savourant sans se soucier des regards et sourires amusés des passants face au jeune couple qui se formait. Seule une vieille carne semblait outrée, lâchant un "Ohh" sonore mais qui ne les perturba nullement. Elle n'était pas importante, cette vieille.

« Moi aussi, je me sens bien avec toi... Viens dès que tu veux... N'hésite surtout pas... À bientôt, Amiko... »

Il la regarda alors partir en souriant, restant planté là pendant de très longues secondes avant de se gratter la tête, clignant un peu des yeux. Doucement, il sortit du rêve dans lequel il était tombé, encore en partie euphorique. Rentrant alors chez lui, il se sentit inarrêtable, surpuissant. Rempli d'énergie. Et cette dernière, il allait l'utiliser à bon essient. Plutôt que de s'allonger pour se laisser submerger par la peine de l'attente et l'excitation à l'idée de la revoir, il préféra monter sur le toit de sa petite maison. Là, en hauteur, il s'assit en tailleur et laissa son esprit s'échapper autour de lui.

Le vent lui caressait la peau, entourait son corps. Les yeux fermés, Ashitaka projeta son chakra, ses sens autour de lui. Il voulait le comprendre, intégrer ses bouleversements. Développer sa maîtrise sur ce dernier, la finesse de son intégration des mouvements qu'il engendrait à chaque souffle.

Les yeux fermés, le guerrier roux cherchait ainsi à mieux comprendre chaque particule, chaque interaction. Comment elles interagissaient à chaque déplacement, comment elles réagissaient les unes par rapport aux autres. Il affina ainsi de plus en plus son analyse, cherchant chaque trace de résistance. Il lui faudrait également un voyage avec Idoku pour mieux saisir sa diversité selon les altitudes et les climats, mais c'était déjà un premier pas.

Les yeux fermés, il ramena progressivement ces particules à lui, condensant ainsi autour de lui une masse d'air au point de la rendre palpable avant de la relâcher doucement. Testant ainsi une série d'exercice qu'il avait désormais l'habitude de faire, il répéta ces contractions quelques fois avant de faire de légers tourbillons, cherchant toutes les interactions légères qu'il pouvait développer sans nuire à qui que ce soit dans les alentours. Travaillant également sur l'expansion entre ces cellules, il finit après une série d'une bonne durée -il n'aurait sur dire laquelle- par redescendre. Fatigué, il avait dépensé son énergie, il pourrait maintenant dormir sereinement, l'image de la belle Amiko dans les pensées pour l'accompagner. Si seulement elle pouvait être encore là pour qu'il puisse la serrer dans ses bras...

_________________
Balade au gré des vents [Pv. Amiko] - Page 2 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563

Balade au gré des vents [Pv. Amiko]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: