Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» la final ! encore ? (PV)
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 12:53 par Jiki Masami

» La voie du sabre し / Les sept vertus du bushido : Courage 勇
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 11:58 par Kogami Akira

» Les Ancêtres des Dunes
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 11:18 par Asaara Ôji

» Très courte absence (-1semaine) du 6 au 11
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 10:33 par Hagashin Eri

» 01. Demandes d'arbitrage
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 9:52 par Jiki Masami

» 3/01. Unité Ichi
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 4:24 par Shimajima Yugure

» 3/05. Nara et Bakuhatsu
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 3:39 par Nihito Meho

» Maeda Hori
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 3:24 par Maeda Hori

» L’Île aux cailloux bleus
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 1:41 par Uzumaki Sazuka

» Bagarre, patrouille et discussion [Eri Hagashin]
L'oyabun et le moine [Solo] EmptyAujourd'hui à 1:25 par Hagashin Eri

Partagez

L'oyabun et le moine [Solo]

Hashimono Hidemi
Hashimono Hidemi

L'oyabun et le moine [Solo] Empty
Mar 17 Déc 2019 - 7:41
Mars 193

Il devait être quatorze heures, l’heure des activités libres, et cela faisait presque deux heures que le moine se débattait seul dans la cour en profitant de l’absence de ses compères, certains des plus anciens étant partis pour une sorte de sieste rituel à midi. Avec le temps, il avait presque appris à compter les heures, les minutes et les secondes, pour savoir où et quand il pouvait passer sans se faire sermonner par les ancêtres à cause de son manque de discipline, eux qui étaient assez rigides pour qu’Hidemi puisse deviner quand ils allaient se réveiller rien qu’en sentant l’inclinaison des rayons parallèles du soleil sur sa peau. Mais ce n’était pas sa faute s’il avait du mal à se lever aussi tôt qu’eux et qu’en conséquence, il n’avait pas besoin de se reposer ainsi à la mi-journée car même s’il avait ainsi éviter le premier repas de la journée à six heures et, pire encore, les méditations à quatre heures, se lever un peu plus tard lui permettait d’être actif à ces horaires et plus tard dans la nuit qu’à vingt-deux heures. Sérieusement ? C’était quoi cette organisation militaire ? C’était presque à regretter la vie qu’il menait dans la rue…

« - Vous ne devriez pas vous couvrir un peu, non ?
- Ce n’est pas interdit par les Préceptes de ce que je sais et ne dois-je pas oublier ma propre existence pour me libérer, moine ? »


C’était le problème lorsqu’Hidemi ne se préparait pas à une interaction sociale et pensait être seul, il montrait facilement les crocs et était irritable, mais alors qu’il se tournait pour faire face à son compère qui restait à l’abri, en retrait du centre de la cour principale, Hidemi réalisait enfin qu’il pleuvait et qu’il avait pas vu le temps passer à cause des nuages, ceux-ci qui empêchaient le Soleil de percer. Il n’était pas du tout quatorze heures et lorsqu’il entendait des ruminations provenant d’à côté la première voix, il pouvait presque deviner la tête que l’ancêtre tirait en voyant que son élève s’était encore défoulé en frappant dans le vide et en tombant un nombre innombrable de fois au sol, ruinant au passage certains parterres et se couvrant d’une terre que les gouttes de plus en plus nombreuses évacuèrent.

Cela ne faisait que quelques mois qu’il était abrité par le Temple du Lycoris, et Kiri n’existerait officiellement que deux ans plus tard. A l’époque, il était encore vu comme le mendiant au shamisen que les moines avaient amenés jusqu’ici et avaient nourri, sans pour autant découvrir qu’Hidemi n’était pas Hidemi. Est-ce que ça les aurait découragé ? Il n’était peut-être pas réellement Hidemi Hashimono, mais on ne pouvait plus réellement le considérer comme Zhenzi Qiào, la Sentinelle, ce yakuza riant sans arrêt d’un air satisfait. Ce n’était qu’un aveugle doublé d’un ‘jeune vieillard’ aigri de 46 ans, grognant presque contre des gens qui ne lui voulaient que du bien et qui pouvaient admirer les diverses tatouages sur sa peau, qui cachaient difficilement son passé d’oyabun. Mais il écoutait les prières d’habitude, et venait souvent près des autres moines pour les écouter lire à sa place des textes qui l’intéressaient parce qu’il avait entendu une discussion aux détours d’un couloir ou autre, alors qu’il en était souvent dispensé à cause de sa cécité.

D’un côté, Zhenzi qui montrait les dents en attrapant un bâton pour se défendre, pensant avoir été découvert et ne voulant pas subir les foudres des Épéistes auxquels il avait déjà menti, et de l’autre, Hidemi qui était un bon élève, quoique distrait et lent par moment.

« - Viens. Je sais que tu es là, le vieux ! »

Quelques pas dans la boue le forçait à reculer, car la pluie s’intensifiant, il ne pouvait plus correctement se localiser, entendant des éclats humides sur le bois de toute part et se retrouvant ainsi au centre d’un épais écran de fumée pour lui, alors que les autres moines présents pouvaient sûrement parfaitement le voire. Il gonflait les muscles, râlait un peu en gonflant sa gorge comme pour se rendre plus imposant. Mais alors que sa propre respiration le rendait moins alerte, il réalisait en baissant violemment la tête que celui qui se tenait devant lui était l’ancêtre qui claquait volontairement son pied dans une flaque pour être remarqué par l’aveugle qui levait juste le poing, armant son coup tellement qu’il faisait apparaître quelques veines sur son torse et déformait les figures menaçantes qui le décoraient depuis à peu plus de vingt ans.

« - Ton bâton n’est-il pas un peu court pour ça, gamin ? »

C’était quoi ça ?

Hidemi semblait ressentir une chaleur en face de lui, une chaleur tellement intense qu’il avait presque l’impression de voire l’ancêtre aussi grand qu’un géant. C’était juste sa présence qui faisait ça ? L’ancien criminel se dégonflait dans un premier temps, sentant la plaie de son visage lui faire mal, comme se rappelant de la lame brûlante qui l’avait aveuglé, mais détournant cette peur qui le ralentissait, il reprenait ses forces et ses esprits après avoir été un peu déboussolé.Le coup de bâton était donné ! … Mais rien, Hidemi s’était presque tordu pour s’assurer de donner toute sa force et frapper son interlocuteur à la tempe, mais rien. Est-ce qu’il l’avait imaginé plus grand ?

Un coup soudain au niveau du plexus le pliait à nouveau et il sentait même ses pieds coller à la boue pour s’en décoller petit à petit. Il prenait de la hauteur, la respiration coupée, et s’il avait encore sa pleine conscience, il se serait sûrement félicité d’avoir sauté le petit-déjeuner. Un second coup au menton manquait de lui faire exécuter un tour complet sur lui-même mais s’aidant de son poing, il laissait juste le sang gicler entre ses dents en résistant, comme pour briser les doigts ridés avec la force de sa mâchoire inférieure. Il pensait y arriver dans un premier temps, mais la force l’emmenait malgré tout en arrière et il s’écrasait sur le sol, la nuque repliée et la pointe des pieds ainsi que les genoux passant par-dessus sa tête pour se fracasser dans la boue à leur tour, l’emmenant dans le geste pour qu’il puisse sentir cette fois son torse se noyer dans une flaque. Toussant, il tentait de se redresser, râlant à nouveau mais cette fois de douleur. Il essayait de grogner, de faire bonne figure en relevant son regard dans la direction de ce qu’il pensait être le visage de son assaillant qui ne produisait plus aucun bruit. Avait-il seulement bouger ?

« - Tu as encore le droit à une heure de sieste et sois à l’heure pour l’office du soir. Gare à toi si tu ne te couches pas à l’heure ce soir et sois plus poli à l’avenir, peut-être que je t’expliquerai ce qui ne va pas... Et ce serait sans doute mieux pour ton dos. »

S’apprêtant à forcer sur ses avant-bras pour se relever, poussant sur ses jambes pour se propulser en avant pour attraper le moine à la taille, ayant eu la confirmation par ses paroles de son emplacement, Hidemi sentait juste son dos se courber à cause d’un coup de talon et son esprit sombrer dans des ténèbres froides, encore une fois écraser par cette impression d’impuissance qui l’avait empêché de frapper le vieillard plus tôt.

Affalé dans l’eau, le visage à moitié dans l’eau et les membres étendus dans la boue, il avait une heure pour récupérer et se couvrir un peu… Et pourquoi pas profiter des journées un peu plus belles pour s’occuper des jardins, ou du moins les réparer après son passage d’aujourd’hui ? Oui, l’exercice lui semblait d’un coup bien moins dangereux.

L'oyabun et le moine [Solo] U838

_________________
L'oyabun et le moine [Solo] Lvp4
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7943-hidemi-kajiya-hashimono#66235 https://www.ascentofshinobi.com/t7973-hashimono-hidemi-comptine-d-un-moine-du-pays-de-l-eau#66403

L'oyabun et le moine [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: