Soutenez le forum !
1234
Partagez

Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan]

Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan] Empty
Dim 22 Déc 2019 - 14:37
Cela fait plusieurs semaines que Hanae est de retour à Kumo. Dans le petit appartement qui lui sert de demeure, elle s’assied devant son petit bureau, une plume à la main, un encrier à côté d’elle, et du papier devant elle. Cela fait des années qu’elle veut le faire, mais n’a jamais osé, trop honteuse de ce qui lui est arrivée pour en parler. Cependant, il est deux personnes en ce monde qui ont le droit de savoir, et elle sait avec certitude où se trouve l’une des deux, et a une petite idée d’où pourrait se trouver la seconde. Alors la jeune femme prépare, non pas une, mais bien deux lettres. Elle commence par celle qui est sa famille sans vraiment l’être. Cette personne qu’elle n’a rencontrée qu’une fois, mais qui restera à jamais dans son cœur, peu importe la distance, peu importe le temps passé sans la voir, en bref, sa jumelle qu’elle aime.

lettre pour aimi:
 


Les larmes coulent sur le papier, son cœur se comprime, elle a du mal à respirer, mais c’est fait. Elle a enfin pu livrer ce qu’elle ressent sur ce papier, qui, elle l’espère, atteindra sa jumelle. Elle l’enverra à Iwa, le village le plus proche de l’endroit où vivait la jeune fille… enfin, la jeune femme, désormais. Avec un peu de chance, elle est devenue une puissante kunoichi, elle aussi, et se trouve là-bas…

Séchant ses larmes, la rougeoyante sait que tout n’est pas fini. Elle va devoir se livrer une nouvelle fois, sur un autre papier, à destination de Kiri cette fois. La main tremblante, elle commence à écrire, encore une fois.

lettre pour reikan:
 


Cette fois, elle pose la plume. Les lettres sont rangées dans des enveloppes, et expédiées aux deux villages, avec les noms de ses deux amies, ses deux sœurs, celles qui comptent plus que toute autre personne au monde pour elle… Elle s’allonge ensuite dans son lit, épuisée par cette épreuve.

Spoiler:
 

_________________
Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan] Empty
Lun 10 Fév 2020 - 21:53
♫ Jo Blankenburg — Anumati

Automne de l'An 203 Village de Kiri, Près du Temple Seidou, Bâtisse du Nord, Logement n°12

De retour du Pays des Neiges, la Tigresse blanche retrouva ses peaux de bêtes et ses distingués ornements, qui habillaient avec minutie son logement fait de bois et de pierre. À sa grande satisfaction, l'aventure de la poudreuse s'était jouée de son esprit et de son corps, comme en témoignaient encore la flamme qui brillait dans l'éther de ses yeux et les bandages qui choyaient sa main droite. Néanmoins, dans cette myriade de lettres qui gisaient sur le sol à côté de son plumard et qui n'attendaient que d'être lues par elle, une missive allait incarner l'un des tournants majeurs dans son existence. Un bout de papier qui venait de si loin, mais qui pourtant, allait broyer le masque de rigidité faciale qu'elle avait mis tant de saisons à confectionner.

Allongée sur ses fourrures, le bout de sa queue féline s'étira sur le paquet de courriers qui lui étaient adressés, avant de se gripper contre la seule d'entre elles en provenance du Pays de la Foudre. L'instinctif intérêt de Reikan venait tout juste d'être suscité, comme si son âme savait déjà de qui provenait cette lettre. Et ce fut sans tarder qu'elle l'attrapa en ses fins doigts, pour l'ouvrir et en lire le contenu ; avec pour première surprise celle d'un nom, qu'elle n'avait plus osé prononcer des années durant. L'effarement fut tel que la Fille du Lion détacha son dos du lit, laissant une cascade de cheveux ébènes retomber sur ses épaules et révélant ses yeux écarquillés à la lumière du soleil couchant.

...Hanae.

Le prénom si singulier de la sauvageonne, elle qui avait marqué son enfance vagabonde d'une signature indélébile, fit écho sur les parois de son psyché. Un flot de réminiscences submergea Reikan au fil de sa lecture, jusqu'à l'engloutir dans une bulle que le temps n'était pas en mesure d'affecter. La féline fit abstraction de tout, au point de ne plus se souvenir, l'espace d'un instant, qu'elle se trouvait au cœur de l'Archipel de l'Eau et qu'elle portait aujourd'hui son insigne sur son bandeau ninja. Les mots de la rougeoyante, utilisés pour définir le sort qui lui avait été réservé depuis que la cruauté des Hommes l'avait enlevée à sa famille adoptive, bousculèrent la métamorphe au plus profond de son être, l'obligeant à passer par divers stades émotifs, retranscrits sans retenue sur les trais de son harmonieux visage.

Espoir. Inquiétude. Stupeur. Regret. Colère. Un cruel torrent d'émotions s'était emparé de la jolie brune, harassant de ce fait sans cesse son for intérieur qui se débattit pendant plusieurs heures. Cette nuit-là, ce fut sûrement les dieux qui empêchèrent la Fille du Désert de lever le camp, afin de ne pas traverser milles lieux et de céder à la tentation de se venger sur les êtres les plus perfides et délétères en ce monde. Sous une lune automnale en croissant, un miracle la retint à la Cité Brumeuse, tout comme celui qui la fit s'abstenir de broyer cette lettre entre ses mains. Cette lettre, qui était désormais la seule chose lui restant de la Sendai, qu'elle avait cru morte pendant si longtemps. Mais le soulagement de la savoir en vie et le sens du devoir fut plus fort que la rancœur qui rongeait notre chère métamorphe, à ce moment-là. Une de ses pensées s'en alla d'ailleurs directement auprès des siens, et notamment auprès de Keiko et Takeshi. Alors, sans attendre, elle se releva et s'installa pour mieux écrire. Le courageux rubis avait pris la douloureuse peine de reprendre contact avec une partie de son passé, pour un meilleur avenir.

À son tour.

lettre:
 

Avec soin, Reikan prit la peine d'introduire dans le courrier un écu forgé dans l'or et marqué d'une empreinte féline. Un objet bien plus raffiné qu'un simple sou, à la symbolique particulièrement profonde que la changeforme décida pour l'instant de taire. Il était temps pour cette lettre de rejoindre les territoires de la Foudre, vouée à renouer définitivement les immuables liens entre la Sendai et la Yasei.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan] Empty
Lun 9 Mar 2020 - 12:03


Deux lettres qui comptent.




Automne de l'An 203
Durant sa convalescence, la kunoichi resta alitée. Une chose qu’elle détestait bien évidemment. Aimi aimait se dépenser, travailler, faire quelque chose et ne pas se morfondre. Mais Harumi l’avait prévenue, si elle tentait quoi que ce soit, celle-ci viendrait l’attacher. Alors elle se contenta de rester dans son lit, de recevoir de temps en temps Musashi qui venait la voir pour la soutenir. L’épisode à Tetsu avait marqué beaucoup de personnes, y compris la Chiwa qui devait se remettre de son propre échec. Elle avait appris les morts de Hisa, de la bouche de son tendre et la nouvelle fut l’effet d’un coup de massue. La rousse avait vu que l’amazone s’était effondrée, mais ne s’était pas imaginé le pire. Elle s’était effondrée dans les bras du Han, avait relâché toute sa peine et son impuissance, sa déception, se sentant plus que lamentable. Si la genin avait beau être fière de cette kunoichi qui s’était battue vaillamment, elle ne pouvait s’empêcher de se reprocher cette perte et d’en être très attristée.

Aujourd’hui, le blond vint une fois de plus lui rendre visite, porteur d’un message qui allait changer beaucoup de choses en la jeune kunoichi. Dans ses mains, une enveloppe fermée tandis que le regard ambré de son cher et tendre se voulait curieux. Il lui confia l’avoir trouvée à la boutique et ne pas avoir souhaité l’ouvrir par respect et qu’il serait là pour en parler. Lui déposant sur ses cuisses, il embrassa la tempe avant de partir. Aimi, posa ses rubis sur le courrier avant de le prendre dans ses mains et de le regarder longuement. Épuisée et lassée de tout, la rousse ouvrit celle-ci de manière nonchalante. Adossée à son lit d’hôpital, elle constata une écriture fine arborée sur un papier fin. Intriguée, la rubiconde glissa son regard en bas de la lettre pour savoir qui était son instigateur. Soudain, ses doigts se resserrent sur le support, tandis que la surprise se dessina sur son minois marqué par le manque de sommeil.
Jumelle…

C’était tellement improbable, et pourtant… Le rire de deux petites filles qui s’éclaboussaient vint à ses oreilles. Un voile de souvenirs traversa ses pupilles vermeilles tandis que son coeur se resserra. Hanae… Cela faisait combien de temps ? Presque dix ans ? Sa chevelure écarlate renforça son regard tandis qu’elle sourit tristement. Ces deux fillettes qui s’étaient liées se considérant comme une même famille. Jamais Aimi oubliera l’importance de cette demoiselle de Kaze qu’elle aimait si fort. Et considérée sa jumelle, c’était sa seule “famille” qui lui restait avec Musashi. Les battements tambourinèrent sa poitrine frénétiquement. Avalant sa salive difficilement, la jeune femme commença alors sa lecture.

Les murs blancs de la chambre disparurent le temps que ses yeux lisaient les mots de l’écarlate. Une bulle se créa autour d’elle, tandis qu’elle s’installait sur le flanc droit. La raison de l’absence de nouvelle était si sombre et horrible que la kunoichi ne put freiner ses larmes, devant la détresse et l’horreur qu’avait vécue celle qu’elle ne pensait plus revoir. On lui avait arraché cette douceur et cette innocence qui avait longtemps réchauffé son cœur. Ses poings serrés continuaient de boire les écrits, regrettant de ne pas pouvoir venger sa jumelle de cette ignominie. Ce fut alors sur les terres de Kaminari qu’elle trouva refuge et la genin ne s’imaginait pas la difficulté qu’elle avait eue à survivre après ces atrocités. Comment cela pouvait-il être arrivé à sa précieuse Hanae, comment avaient-ils… pu ?

La suite de la lettre présentait la situation actuelle de Kumo. Son village avait été attaqué et leur chef assassiné par l’empereur du Feu. Cela semblait coïncider avec les paroles de l’Hayai, confirmant alors ses dires. Le doute s'était emparé la demoiselle qui se sentait impuissante face à un conflit menaçant une guerre entre les deux peuples. L’Eisei nin se redressa alors et attrapa de quoi écrire sur la table ; c’était son seul moyen de communication avec l’extérieur pendant sa convalescence. Étrangement, toute la fatigue qui se lisait quelques minutes auparavant, avait complètement disparu. Une fugacité et une émotion certaine se reflétait dans son regard écarlate.

Hanae...


lettre pour Hanae:
 

Aimi attrapa plusieurs mèches de ses cheveux, et grâce au chakra concentré sur deux doigts, elle découpa. Elle les enroula pour en faire un nœud et la glissant dans l’enveloppe avec la lettre. Inspirant longuement, la kunoichi referma l’enveloppe et la déposa à côté, en attendant le retour du Han afin d’envoyer sa réponse sur des terres en souffrance.


_________________
Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan] Empty
Ven 13 Mar 2020 - 19:36
Cela fait maintenant plusieurs semaines que les lettres ont été envoyées. Il est légitime de penser que l’Empire aurait pu les intercepter d’une façon ou d’une autre, mais le retour de l’une d’entre elles semble indiquer le contraire. Son poids indique qu’il n’y a pas que du papier dedans, mais le fait de la recevoir a immédiatement réchauffé le cœur de la Sendai, qui l’a pourtant laissée de côté. Les deux courriers sont partis en même temps, leurs réponses seront lues en même temps. La rougeoyante n’a aucun doute quant au fait que le papier a su trouver la rubiconde comme la féline, et laissant la première venue dans son tiroir, elle a attendu la seconde, qui ne tarde à se présenter, un peu plus légère que l’autre.

La voici désormais, le cœur à la fois lourd de ce qu’elle pourrait y apprendre, mais aussi léger de savoir que ses mots ont trouvé leurs destinatrices. Ses doigts effleurent les deux enveloppes, ne les ouvrant pas pour l’instant, la seule lueur de la bougie qui lui sert d’éclairage permettant d’en voir la texture. Il fait nuit noire, et personne ne viendra la déranger, pas même Medyûsa qui a été mise au courant par sa petite amie elle-même qu’elle voudrait être seule, cette nuit. Le courrier le plus lourd est le premier à être ouvert. Son contenu doit être un objet d’une valeur inconnue, et ce genre de présent, la Chûnin sait très bien de qui ils peuvent venir. En ouvrant, elle laisse tomber l’écu.

« Reikan… »

Se murmure-t-elle, dans un souffle, le sourire aux lèvres. La plus prompte a donc été sa plus vieille amie et rivale, celle qui a été comme une sœur, ou une cousine, au choix, alors même que la flamboyante n’était qu’une étrangère parmi les Yasei. Leur relation a pourtant mal commencé, mais qui retiendra les débuts, quand le moment présent relie ces deux amies d’une manière solide et inaltérable ? Du moins, la Sendai doute un peu de ce que la féline a pu dire, et s’empresse de commencer sa lecture. Les premiers mots compriment déjà le cœur de la sauvage, qui sent déjà les larmes monter à ses yeux. Comment vont ses parents ? Où sont-ils ? Quand les reverra-t-elle pour mettre fin à leurs tourments ? Son idiotie les a fait souffrir trop longtemps, mais il faut que cela cesse, et au fond d’elle, Hanae sait qu’au milieu de tous ses objectifs, les retrouver et les prendre dans ses bras, s’excuser auprès d’eux et leur dire à quel point elle les aime et comme ils lui ont manqué, sont parmi les plus importants. La rage de Reikan peine la torturée, qui ne réalise que maintenant à quel point ceux qui l’aiment ont pu souffrir de sa disparition. Elle est celle qui a le plus souffert, car la torture était aussi bien physique que psychologique, mais cela n’enlève pas la peine de tous les autres.

Hanae sourit en lisant, comprenant que la petite fille fière a évolué en une femme toujours aussi fière, possédant désormais plus que jamais les armes pour parvenir à ses objectifs. Elles sont deux, dans ce cas, finalement. Tout ce qui compte pour elle est que cette chère amie soit la même, que les épreuves ne l’aient pas détruite. Il est désormais temps de répondre à cette première lettre, même si l’envie ne lui manque pas pour déjà lire celle de la rubiconde. Mais cela attendra encore un peu.

lettre pour reikan:
 



La plume se pose, le poignet se repose, et Hanae est contente d’avoir versé moins de larmes que lors de la première qu’elle a envoyée. Ses yeux se posent alors sur la seconde lettre, qui est plus légère. Elle l’ouvre sans plus attendre, et se saisit de la mèche de cheveux avant même de s’intéresser au courrier. Cette couleur, cette douceur, il ne peut s’agir que de sa jumelle, il n’y a aucun doute. La jeune femme sent l’odeur – très douce – qui se dégage de cette simple mèche, et les larmes lui montent aux yeux. Elle repense aux tournesols, à l’eau et à la chaleur, du soleil et de sa belle Aimi, et n’a qu’une hâte : en finir avec les histoires entre le Teikoku et Kumo pour voyager et retrouver celles qui comptent tant pour elle. Lorsque ses yeux se posent sur la lettre, sa lecture commence sans attendre. Les premiers mots la font souffrir, de savoir que cela enrage la Chiwa, alors que celle-ci doit déjà avoir ses propres problèmes, de son côté. Elle note d’ailleurs le fait qu’elle soit alitée à l’hôpital, ce qui la dérange un peu, mais continue de lire en espérant en apprendre plus.

Les malheurs ont également frappé Aimi, par la guerre, la perte de sa génitrice, tant de choses qui brûlent le cœur de la rougeoyante, à mesure que sa lecture avance. A côté de cela, savoir que la rubiconde est devenue une Eisei nin accomplie rend Hanae heureuse, ainsi que le fait qu’elle semble avoir trouvé l’amour, à priori. Cette joie est de courte durée, car la suite montre encore plus de malheurs, qui brisent le cœur de la sauvage, qui aurait aimée être là pour soutenir sa chère amie et jumelle. Ses mots réconfortent enfin la Sendai, qui est tout à fait d’accord avec l’Iwajine, et qui prendra une décision très bientôt en tenant compte de cet avis éclairé. La seconde lettre est désormais à écrire, et il y a tant à dire…
lettre pour aimi:
 


Elle pose la plume et coupe une mèche de ses cheveux pour les placer dans l’enveloppe. Les deux courriers partiront incessamment sous peu, et les deux jeunes femmes pourront obtenir d’autres nouvelles de la rougeoyante. Pour en savoir plus, néanmoins, il faudra une nouvelle rencontre, car cela sera probablement la dernière lettre. Hanae n’est pas du genre à raconter sa vie sur du papier éternellement, et elle veut plus que tout tenir chacune de ses deux amies dans ses bras…




_________________
Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Deux lettres qui comptent [Aimi & Reikan]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Courrier et presse :: Lettres
Sauter vers: