Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» la final ! encore ? (PV)
Saga EmptyAujourd'hui à 12:53 par Jiki Masami

» La voie du sabre し / Les sept vertus du bushido : Courage 勇
Saga EmptyAujourd'hui à 11:58 par Kogami Akira

» Les Ancêtres des Dunes
Saga EmptyAujourd'hui à 11:18 par Asaara Ôji

» Très courte absence (-1semaine) du 6 au 11
Saga EmptyAujourd'hui à 10:33 par Hagashin Eri

» 01. Demandes d'arbitrage
Saga EmptyAujourd'hui à 9:52 par Jiki Masami

» 3/01. Unité Ichi
Saga EmptyAujourd'hui à 4:24 par Shimajima Yugure

» 3/05. Nara et Bakuhatsu
Saga EmptyAujourd'hui à 3:39 par Nihito Meho

» Maeda Hori
Saga EmptyAujourd'hui à 3:24 par Maeda Hori

» L’Île aux cailloux bleus
Saga EmptyAujourd'hui à 1:41 par Uzumaki Sazuka

» Bagarre, patrouille et discussion [Eri Hagashin]
Saga EmptyAujourd'hui à 1:25 par Hagashin Eri

Partagez

Saga

Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Lun 23 Déc 2019 - 14:34


~ Hiver 178 ~

La frimousse balayée par l'air frais frictionnant sa peau à mesure de sa course, Takara alors âgée de onze ans s'échappait une fois encore par delà forets et montagnes, à la recherche d'un Ailleurs qui n'était finalement jamais bien loin ; quitter Shitaderu lui suffisamment amplement, l'agitation des travaux et la folie des grandeurs de certains ne l'intéressaient d'aucune façon. De loin, elle préférait favoriser cette connexion unique avec la nature dont elle ne trouvait jouissance qu'à travers une certaine solitude. Combien d'abris de fortunes avait elle annexé pour son compte lors de ses péripéties, combien de vies animales avait elle épié sans scrupules à leur insu, combien de plantes et de fruits avait elle fauché afin de tenir quelques nuits afin de calmer son estomac et poursuivre ses explorations ? Il arrivait à ses parents de compter, lorsqu'ils jugeaient nécessaire de lui soutirer des justifications et ainsi développer de quelconques morales évidemment peu enclines à lui changer les idées.
Mais elle, ne comptait jamais.

Ce n'était ni sa première excursion, ni la dernière. Pourtant elle n'en appelait aucune autre.
Nocturne, sombre.
[...]
Elle avait croisé un loup.

~~~~

Cette excuse ne passerait jamais. Sa vie était ruinée : Plus rien ne serait jamais comme avant.
En retrouvant ses parents dans cet état et avec de tels aveux, elle se condamnerait assurément. L'urgence du réconfort et de la sûreté était soufflée par cette pensée. En aucune façon elle ne pouvait retourner chez elle... La honte, la peur, la fatalité, tant de sentiments troubles et vagues qui se distillaient dans son esprit écorché vif.
Peut-on pleinement songer au suicide à onze ans ?

On peut.

~~~~

Elle dépassait alors des frontières pourtant jusqu'ici établies par son esprit aventureux. Non jamais elle ne s'était rendue aussi loin dans les montagnes. Les craintes si puissantes lui donnant le courage de tracer un nouveau chemin malgré le danger. Sans doute parce qu'elle s'était persuadée qu'il n'existait aucun retour, aucun recours. Elle progressait lentement mais sûrement, affaiblie par son moignon mais étrangement renforcée par sa peine.
Son regard flottant s'étant entiché d'un pic lointain avant le début de cette nouvelle marche funeste. Elle avait traversé l'obscurité sans que la fatigue ne lui plie les genoux ni que de nouveaux croquemitaines n'osent déranger son plan - A croire qu'ils l'observaient juste. Les charognards. Encore trop vive à leurs goûts, certainement.

C'était tout de même injuste. Oui injuste d'en arriver là.
Mais elle était résolue, comme à son habitude. Tout comme elle s'était instinctivement tranchée la main pour s'échapper, elle se dirigeait dorénavant instinctivement vers sa propre mort. Par la chute, depuis cette hauteur encore jugé resplendissante il y a peu. Pourquoi ce choix ? Peut-être parce qu'elle s'était toujours jurée d'atteindre chacun des pics montagneux se dessinant à l'horizon. Ou peut-être qu'elle négociait encore en son fort intérieur et utilisait cet itinéraire comme prétexte et gain de temps.

Non, résolue, toujours.
Sa décision était prise. Une évidence qui lui gangrenait le cervelet maintenant qu'elle avait atteint le lieu en question, ses deux petites pattes au bord de la falaise. Le vide qu'elle surplombait semblait l'appeler, l'attirer, et elle devait veiller à ses appuis afin de ne pas sombrer. Elle franchirait le cap lorsqu'elle l'aurait décidé, et non faute au vertige ni au vent. Avant cela, elle observait le paysage, cette mer de nuages et ses formes rocailleuses flottant tels des îlots. En plissant les yeux de façon à renforcer sa vue, elle pouvait même apercevoir la flore opaque tout en bas.

Ravalant sa salive, les larmes abondantes, elle se séchait les yeux puis prenait sa dernière inspiration. Il était temps de faire ce pas final.
Aurevoir...

~~~~

... La plante de son pied épousait alors la surface du sol, qui l'avait devancé dans son élan. Frappée de stupeur, elle en perdait son équilibre faute à un système nerveux leurré dans ses calculs, puis tombait de sa propre hauteur. La voute terrestre s'étalait alors autours d'elle telle une petite estrade, l'éloignant encore un peu plus du précipice. Affolée et les coudes reposant sur cette surface, elle cherchait du regard la cause de cette supercherie - Qui n'était pas bien loin.

Saga KmgZ9fq


De quel droit attente-tu à ta vie ici, vermisseau...
Ces montagnes sont faites pour honorer le ciel et non disparaître dans les limbes.
Il dégainait alors à mi-parcours sa lame, d'une pureté éclatante. Si cela éveillait d'abord un frisson chez la gamine propre à un traumatisme trop frais, elle fut finalement absorbée par l'image d'elle-même se reverbérant tel un étroit miroir. Est-ce là ta contribution à ce monde qui t'a donné souffle et matière ?

Sans bouger, la lame tranchait d'une traite le chaos intérieur de la jeune fille, affreuse - Son visage n'était que souffrance, crasse et sang séché. Son regard ? Dénué d'étincelles. Sa silhouette ? Fébrile.
Elle ouvrit la bouche, donnant le rythme à une mâchoire tremblotante plutôt qu'à des cordes vocales, impuissantes.
Elle ne comprenait pas ce discours, ni qui était ce vieil étranger au calme grondant. Mais cette vision de sa propre identité via la surface du sabre avait su la piquer au plus profond de son âme. Elle abdiquait.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Lun 23 Déc 2019 - 17:15

La lame replongeait dans son fourreau et aussitôt le sol se dérobait tout autours de Takara, ne laissant qu'une mince plateforme à peine suffisante pour s'y reposer. Paniquée elle s'empressait de ramper sans prendre le risque de se redresser afin d'atteindre la grande surface précédant son pas de trop.

Elle défiait alors l'inconnu du regard. Sa peur désormais ailleurs, le risque qu'on lui cause du tord n'avait plus vraiment de prises sur sa personne. Cela dit, elle venait instinctivement d'abandonner l'idée de la mort et se trouvait maintenant en "confrontation" directe avec un personnage au timbre de voix particulièrement intimidant. Celui-là même qui l'avait empêché de mourir et la regardait à présent d'une lueur ludique.

Puisque tu as abandonné ta vie, à présent j'en disposerai à ta place.

Traquenard.
Ni une ni deux, Takara se retournait. Peu importe qui il était ; possiblement encore un étranger attiré par Shitaderu et aux intentions nocives ; peu importe cet état d'âme qui l'avait saisi ; potentiellement un genjutsu, elle avait déjà lu des choses à ce sujet ; peu importe le bruit, il lui fallait revenir à sa volonté première plutôt que de se retrouver une fois de plus à la merci d'autrui.
Elle se jetait dans le vide, cette fois-ci de tout son élan.
Choc frontal d'une parroi de pierre érigée sous son nez flottant.
Encore perdu.

~~~~

Saga GpPW2mb

Réveille toi, colibri.

Ce n'était toujours pas un cauchemar. Le vieil homme était toujours là, cette fois-ci dans une tenue traditionnelle de samourai, en tailleur, une petite coupelle à la main tendue vers sa captive. Cette dernière la balayait de sa dextre, les yeux cette fois-ci secs et emplis d'amertume.

Tu veux quoi vieux bouc ?! Laisse-moi ! Lui crachait-elle au visage avant de constater que son coup avait manqué - Seuls ses postillons avaient atteint la petite tasse.

Elle se hissait alors sur ses deux jambes, désormais à hauteur de son interlocuteur accroupi. Envisageant déjà de fuir mais retenue par l'éventualité de se faire attraper au moindre mouvement trahissant son projet.

Tu as tout compris petit lama. Tu ne peux pas t'enfuir : Nous sommes dans une arène naturelle. Tu es toutefois libre d'essayer, je ne poserai pas la main sur toi.

La Suzuri l'observait un moment d'un air ahuri.
Puis partait en courant afin de rentrer chez elle.

~~~~

Impossible.
Le décors demeurait celui des monts et forets de Kaminari no Kuni, une belle surface au demeurant, néanmoins des façades abruptes la cerclaient belle et bien. Naturelle ? Le vieil homme s'était bien moqué d'elle tant les parois étaient lisses et sans réelles accroches. Elle avait atteint une extrémité de ce cercle et peinait considérablement à en voir le sommet - Une fosse géante, très profonde. Là où elle se situait il semblait faire nuit, alors que quelques heures plutôt le soleil était éclatant. Cela donnait une indication sur l'étendue du relief... La lumière ne perçait pas partout de manière équitable.

En errance, elle récoltait machinalement les fruits sauvages et herbes connues de son répertoire afin de se nourrir. Cependant sa routine ne pouvait être aussi épanouissante que par le passé, car sa seule volonté actuelle consistait à fuir cet endroit et ce vraisemblable guerrier à la retraite.

Il n'y avait pourtant pas grand chose à faire dans ce but précis.

~~~~

Trois jours plus tard, écrasée par le poids de l'impuissance et de la résignation, elle revenait à contre-coeur là où elle avait abandonné son geolier. Celui-ci était exactement dans la même position, avec cette petite coupelle reposant entre ses doigts fripés.

Bon... Tu veux quoi ? J'aimerai partir maintenant... Mes parents vont s'inquiéter... Ils doivent déjà faire des recherches, tu t'en tiras pas comme ça surtout si tu dis rien là... Grommelait-elle.

Aucune réponse. Elle grimaçait.
Elle se rapprochait alors, saisissant la coupelle afin de la boire. Mais pas moyen de la décrocher des vieux doigts fossilisés.

...Mais! Donne! C'était pour moi non ?! Elle appuyait sa botte sur le genou de la momie, tâchant de générer plus de force pour obtenir son dû. Elle n'avait après tout plus qu'une main, l'autre n'étant qu'un moignon à la chair encore fraichement cotérisée et enveloppée dans du tissu. Ma coooooupeeelle! Gémissait-elle, enragée.

Puis l'abandon. Encore. Ou peut-être que non... Elle dardait son interlocuteur quant à lui stoïque et aux paupières clauses, la caboche casqué abaissée. Il était mort ou quoi ?
Elle réitérait, cette fois-ci en s'abaissant à son tour afin d'aspirer d'une traite le contenu plutôt que de lutter contre le contenant. Puis recrachait tout immédiatement.

Mais en plus c'est immonde !!! Témoignait-elle, écoeurée, l'envie de vomir la saisissant sans ne plus la quitter.
Une voix s'échappait alors.
Il s'agissait de mon urine.
...

Dégoutée, énervée, épuisée, abasourdie par le choc de toutes ses émotions, elle frappait autant qu'elle pouvait la silhouette insensible du vieil homme. Parmi le tumulte incompétent, les quelques rares coups bien entrepris provoquaient chez elle de vive douleur. Frapper du granit.
Elle s'arrêtait finalement quand l'adrénaline cessait sa propagation, se laissant tomber comme une vieille chaussette sur son détracteur, larmoyante et desespérée, se tortillant faute à une rage indécrotable. Quelle vie misérable. C'était de pire en pire alors qu'elle pensait déjà avoir vécu l'acte le plus effroyable de sa si courte existence. Devait-elle reconsidérer la mort d'une autre façon ? Via l'épée de cet homme, une pendaison ou la lutte avec un animal sauvage ? Se noyer dans un ruisseau ? Ces fatalités-ci lui faisaient peur, plus que la chute dans le vide.

Tu ne considères rien, vile anguille. Pas même ta propre vie. C'est pourquoi tu feras encore et toujours fausse route.
pouuurquoiii?... Se lamentait-elle.
Je l'ignore.

Elle hurlait aussi gravement que sourdement face à cette affreuse réponse, bouche collée contre une parcelle de cuir de l'armure, finissant par la mordre. Non content de lui avoir ravi son libre arbitre, cette compagnie d'une autre ère la rendait volontairement folle en lui faisant boire sa pisse et en lui livrant des paroles sans faire le moindre effort sur leur sens.
Si fatiguée...
Elle fermait donc les yeux. Plus aucun propos ne fendant l'air, ni de sa part ni de la sienne. Juste le son de la nature, paisible. Il n'y avait pas de vent dans cette clairière surnaturelle.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Lun 23 Déc 2019 - 18:32

Alors agripée à la "statue", elle se réveillait d'un saut, honteuse de son accroche.
Bien dormi ?
Non! Répondait-elle immédiatement par simple esprit de contradiction. Une nouvelle journée commence ! Il va falloir bouger maintenant ! Fais moi sortir d'ici !

Mutisme adverse.
En pétard, comme sa chevelure, la juvénile ramassait une poignée de poussière et de petits cailloux pour la jeter à la face imperturbable du vieillard. Rien.
Nouvelle approche.

Tu maîtrises le doton pas vrai ? Pas la peine de répondre, insistait-elle comme si l'absence de réaction jouait en sa faveur, je sais que c'est comme ça que tu m'as capturé pis que t'as fabriqué cette prison ! T'es mal tombée mon petit père, je connais beaucoup de grandes personnes qui maîtrisent le raïton du bout des doigts! Quand y me retrouveront, tu seras dans de beaux draps !

Une menace purement littéraire, qui une fois encore manquait sa cible. Elle n'en démordait pas, ce vieillard payerait tôt ou tard de toute façon. Même si... même si ce n'était pas la première fois qu'elle disparaissait l'espace de plusieurs jours. Elle en désespérait ses parents mais ceux-ci étaient tant impliqués dans le développement de Kumogakure qu'ils la laissent voler de ses propres ailes à condition qu'elle n'abuse pas. Passé sept jours, cela serait certainement considéré comme un abus.

Ces derniers jours aussi frustrants qu'improbables l'avaient toutefois à reconsidérer sa peine. Elle voulait rentrer chez elle. Son handicap et son crime seraient toujours là mais elle pourrait certainement vivre avec malgré les regards et les jugements... De toute façon si on la retrouvait maintenant, il serait clair pour tout le monde qu'elle avait été kidnappée par ce vieillard psychopathe et qu'il lui avait coupé la main pour l'empêcher de s'enfuir en escaladant... Bien que même avec ses deux mains elle n'aurait de toute façon pas pu. Courir le long des parois ? Trop de distance, elle finirait par tomber. Cette méthode académique n'était pas suffisament ancrée en elle. Encore que... rien ne lui empêchait de la développer, en fait, elle n'avait que ça à faire. En s'entrainant sur les longueurs plutôt que vers les hauteurs, les chutes seraient moins douloureuses.

Bon bah amuse toi bien hein ! Moi je vais cueillir des baies vu que y'a rien à manger ici ! Inventait-elle, pleine de reproches toutefois fondamentalement sincères.

Elle s'éclipsait de plus belle.
Le début d'un quotidien qui s'étirerait bien au delà de sept jours... Puisque là où elle avait été amenée, on ne pouvait la retrouver sans indices.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Lun 23 Déc 2019 - 19:21


Saga JE167bf



~ Printemps 179 ~


Des résultats fébriles. Elle n'y arriverait jamais. Continuait toutefois par désoeuvrement.
Désormais il apparaissait clairement à son esprit que dans ce microcosme personne ne lui viendrait en aide. Et certainement pas l'unique autre humanoïde planté au milieu de la zone.

La Suzuri le maudissait autant qu'elle enrageait sur son propre cas. Développer une méthodologie partiellement enseignée était faisable, en s'appuyant sur les souvenirs de ses nombreuses lectures et en faisant preuve de volonté. Tout ça. Mais se lancer dans les arts shinobi après avoir perdu une main ?
Depuis l'essor de Shitaderu, elle avait rencontré des personnages incroyables. La notoriété de ses parents et l'implication de son clan entier, ainsi que les nombreuses festivités, généraient un tel flot de rencontres et de spectacles chakratiques parfois même totalement méconnus... Un destin qui lui tendait les bras même si son amour de l'aventure et de la nature la poussaient malgré tout à fuir les foules. Bref, ces gens là riaient quand elle grognait après eux pour avoir la paix, mais ils riraient d'autant plus maintenant s'ils la voyaient s'ouvrir plus concrètement à un parcours de shinobi.
Car c'était peine perdue.

Peut-être oui, peut-être que pour devenir Quelqu'un, c'était fichu. Mais pour sortir de ce trou ? N'était-ce déjà pas un bon début ?

~~~~

Bon sang.
Comment survivait ce vieux grippe-sous ? Où cachait-il sa nourriture ? Quand allait-il aux toilettes ? Deux questions fondamentales qui en recouvraient tant d'autres, innombrables. Takara zieutait fugacement la coupelle toujours maintenues par les vieux doigts fripés à chaque fois qu'elle se trouvait à proximité de lui. Au bout de douze jours sans qu'elle ne se remplisse, une maudite pluie avait trahie son étude sur le long terme.
Du reste, le bougre ne semblait pas bouger, en témoignait la mousse qui se répandait peu à peu sur ses bottes. Soit il était particulièrement habile et maître en subterfuge, soit il était complètement fêlé. D'un autre côté, il ne devait pas avoir besoin de beaucoup d'énergie vu son quotidien... Il devait au moins avoir cent dix ans... Leur première rencontre avait du le fatiguer pour une année.

Des théories. On ne résout pas un mystère seulement avec des théories, au contraire, on ne fait que le rendre d'autant plus intrigant.
C'était décidé. Elle l'insulterait comme à son habitude, ferait semblant de partir mais se cacherait dans les fourrées puis ne bougerait plus. L'épiant autant de temps que nécessaire.
Ce vieux caillou l'avait bien cherché.

~~~~

Trois heures... Elle avait froid. Elle s'ennuyait.
Cinq heures... Ne pas s'endormir...
Cinq heures et quelques... Ne pas s'endormir !
Six heures... Ne pas s'endormir...
Sept heures... S'endormir maintenant serait impardonnable. Trop de temps passé ici.
Dix heures... Mal aux yeux, mal à la tête, corps gelé.
Onze heures... Cette fois-ci c'en était trop. Elle attrapait une pomme de sa besace puis s'échauffait un peu le bras avant de la jeter sur son tortionnaire. Qui la réceptionnait, croquant dedans.

Ah AH ! Je le savais tu bouges et tu manges ! Hurlait-elle de satisfaction.
Effectivement petite panthère, effectivement.
Tu vas faire tes besoins après ?
Sans aucun doute.
Très bien ! Terminait-elle sans le quitter du regard, attendant qu'il se décide à se lever.

Le vieux samourai terminait alors sa pomme, bouchée après bouchée, achevant l'engouement de la paparazzi par une demi heure de mastication qui semblait représenter à ses yeux trois heures supplémentaires... Elle s'était assise en face de lui, en tailleur, son buste travaillant sur une épaule, la main plaquée sur le genou pour ne pas s'écrouler sur le sol faute à la fatigue.
Puis une odeur désagréable lui brûlait les narines, jusqu'à ce qu'elle comprenne.

TU... tu... sale porc !

Définitivement, ce personnage était dégoutant. Que faisait-elle là, qu'attendait-elle de "ça" ? Autant partir sans se retourner, il n'y avait plus à voir ici. Au mieux comprenait un peu plus le sens de l'expression "ne plus pouvoir sentir quelqu'un"...
A partir de ce jour, elle ne reviendrait plus auprès de lui.
Elle dresserait son campement plus loin, près de la façade, là où elle s’entraînait déjà.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Lun 23 Déc 2019 - 20:37

~ Eté 179 ~


Ce vieil incontinent la sous-estimait lourdement.
Certes ses progrès en jutsu élémentaire demeuraient trop infimes pour lui permettre de s'échapper, néanmoins elle ne s'avouerait pas vaincue. Elle retournerait le voir, oh que oui, mais cette fois-ci pas pour percer des mystères ridicules à son propos : Juste le faire exploser.

Après tout, il la condamnait à l'agonie, ici.
Son quotidien lui convenait peut-être, mais elle, s'ennuyait à mourir. L'entrainement ne la stimulait que sur du court terme et très vite elle retrouvait son désœuvrement habituel, à nouveau confrontée au temps qui passait lentement. S'il ne servait définitivement à rien à part des saletés, alors autant le faire disparaître. Et ensuite, peut-être se supprimerait-elle également.

Oui, l'explosion. Ne lui manquait que de l'encre pour reproduire ce sceau finement retenu.
De l'encre... La sienne s'était éparpillée en se lavant et outre celle de son châle il lui en restait trop peu pour parfaire le sceau. Néanmoins, en l'utilisant et la couplant avec des éléments naturels elle pouvait allègrement dédoubler voire tripler sa petite réserve. Cela n'équivaudrait pas à celle utilisée par son clan, de bien meilleure facture et à la texture idéale, mais serait tout à fait acceptable. Le pigment résulterait des combustions accomplies jour après jour pour se réchauffer et cuisiner, les liants potentiels fourmillaient que ce soit par l'intermédiaire de la sève ou la gomme des arbres, mais aussi du miel si elle n'avait pas peur de se faire piquer ! Même si ce n'était pas nécessaire, les particules de fer présentes dans son encre originelle s'ajouteraient à la solution finale.
Elle avait donc couru de droite à gauche, récoltant également sur son passage des plantes qui pouvaient offrir un colorant à ses encres. Elle trouvait ça plus joli. Son petit atelier à l'air libre avait rapidement pris forme, son stock d'eau était lui aussi suffisant. Elle retrouvait le sourire à travers cette occupation géniale; ourdissant son complot.

~~~~

Saga AR3dtM4


Oï l'ancien ! On fait la paix dis ? J'ai tout essayé, j'suis fichue, t'as gagné... Si tu me promets de me prévoir une porte de sortie avant que tu meurs de vieillesse je veux bien être plus sympa... On pourrait faire des jeux et tout...

Pas de réponse. Evidemment. A croire que dès que ça ne tournait pas autours du pipi-caca il n'avait plus rien à dire. Pathétique. Un fou.
Elle soupirait, prenant sur elle. Puis se posait à côté, laissant sa tête atterrir contre le bras de ce dernier.

J'ai été stupide j'sais... J'ai voulu mourir... c'était trop. J'aurai du rentrer chez moi... En fait c'est même ma faute si je suis bloquée ici...

Il ne répondait toujours pas. Quel ordure. Il y avait pourtant un peu de vrai dans ce qu'elle lui confiait. Elle grommelait un peu, retirait son châle puis l'accrochait à l'épaule de son "interlocuteur", replaçant sa tête sur une surface devenue plus confortable que par la seule armure. Patientant quelques minutes, calme, elle finissait par soupirer à nouveau.

Bah... comme tu veux... J'y retourne alors. Mais réfléchis-y quand même...

Définitivement pas de réaction. Elle se levait donc, s'éloignant nonchalamment jusqu'à se tenir à une dizaine de mètres. Toujours rien.
Très bien.
Dans ce cas disparais, salaud. D'une main, elle actionnait à distance le sceau peint à même son châle. Détonation - Des morceaux de terre et de pierre volait par ci par là. Puis elle fit volte face après avoir encaissé de dos quelques bribes de gravas, afin d'admirer son oeuvre.
Le samourai n'avait pas disparu, encore assis au point même de l'impact. L'épaulière éclatée, mais la peau en dessous toujours aussi impeccable et solide.
Silencieux.

Le cœur battant, les larmes refaisant surface, elle tombait à genoux.

Pitié... Libérez-moi... Le vouvoyait-elle même, encore un peu plus brisée intérieurement.
Il ouvrit alors un oeil, curieux. Ne te met jamais à genoux devant quiconque.
Heeein? Réagissait-elle d'une voix sans force, les yeux suppliant qu'il continue de parler.

Mais évidemment...



_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Lun 23 Déc 2019 - 21:36

~ Automne 179 ~


Depuis la fin de l'été, la Suzuri s'était résolue à une nouvelle stratégie : Le mimétisme.
Pas intégralement toutefois. Hors de question de se faire dessus. Elle n'abandonnerait pas tous ses principes quand bien même un zèle tout neuf venait de percer sa psyché. Elle repoussait toutefois les limites tracées par l'impatience et accompagnait aussi fidèlement que possible le vieil homme dans sa méditation pour le moins... extrême. Si le premier jour elle s'était entichée de l'idée simple et prétentieuse consistant à y passer la journée, elle s'était rapidement ravisée et ne faisait plus qu'accorder certaines heures à cette pratique, continuant de vaquer ici et là et de s’entraîner avec cette histoire de paroi à escalader.
Car elle ne comptait pas non plus limiter ses options.

Étonnement, l'aspect onirique de cette prison et la perte de repère temporel en dehors des saisons - qui se ressemblaient presque ici bas - l'amenait à apprécier ces moments de calme. Malgré ce quotidien terriblement angoissant et jonché d'incertitudes vis à vis du futur, elle recouvrait son goût de la nature en laissant le vide s'instaurer en elle. Si bien que sa mission se muait en hobby. Cela lui permettait de retrouver une forme de sérénité malgré l'absurdité de sa condition.

Jusqu'à ce qu'arrive ce moment fatidique.

Shugendō. Il s'agit de la clé de la métamorphose.

Il lui avait fait peur, à parler tout à coup. Mais maintenant que c'était dit, un chaos intérieur la chamboulait, comme si on lui offrait une récompense qu'elle risquait de perdre l'instant suivant, selon ses réactions. Une pensée qui ne pouvait donc que abîmer ce moment.

...Jebvvvriencompris...
Tu peux changer ta condition, t'élever, soulever des montagnes. Si ton voeu est sincère et que ton âme est pure.
Je... faire repousser ma main ?
Il souriait, les paupières toujours closes. Non.

Il s'arrêtait là. Elle avait dit n'importe quoi au point de le décevoir, assurément. Elle retournait certainement mille pas en arrière... Non, elle ne pouvait pas faire tout foirer comme ça. Il avait au moins répondu à sa question, elle pouvait peut être en faire une autre plus intelligente !

Mais je fais comment pour soulever une montagne avec une seule main ? Ma condition changera jamais... c'est trop tard ! Mes parents auront pitié de moi et vont me rendre la vie impossible, mes amis rejoindront l'académie et j'serai sur le carreau... Et...

L'ancêtre posait alors sa coupelle au sol puis plaçait sa main en face de lui. Il exécutait alors une série de Mudras sans employer la seconde, puis érigeait dix piliers de roche éparpillés autours d'eux. Ces derniers semblaient au moins aussi haut que la "surface". Elle se demandait alors s'il ne serait pas plus simple à escalader que les parois, avant de s'imaginer tout en haut et loin des bords de la fosse. Inutile.
Mais plus important ! Il avait donc fait cela d'une main ? D'accord, ça lui coupait le sifflet. Sauf qu'il avait certainement fait tout un chemin pour en arriver là... c'était une momie. Lui avait du apprendre avec ses deux mains. La parole est facile, l'art est difficile !

Oui mais...
Tu fais fausse route. Affirmait-il en reprenant sa coupe, se fossilisant de plus belle.

~~~~

Persuadée de se souvenir de chacune des rares paroles prononcées par l'arrière-grand-père, Takara tâchait d'y voir plus clair. Elle réfléchissait beaucoup, cette fois-ci pas pour apprendre par cœur différents écrits mais plutôt en cherchant des interprétations et des liens en rapport avec son environnement et son petit bout de vécu.
Pas facile.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Lun 23 Déc 2019 - 22:23


Elle qui n'était déjà pas bien épaisse ressemblait dorénavant à une brindille. Elle l'avait réalisé aujourd'hui en s'attardant au bord d'un ruisseau. Entre sa vilaine moue et la tronche de champ en jachère de son compagnon de méditation, il n'y avait pas à dire : Ils formaient une fine équipe.
Il ne l'aidait pas beaucoup à avancer, au point qu'elle se demandait parfois s'il n'élaborait tout simplement pas une autre maudite farce comme à leurs débuts mais cette fois-ci sur le long terme. Après tout, cela faisait si longtemps maintenant... Personne ne les avait trouvé. Elle devait déjà être considérée comme morte... Quelle horreur. Pauvres parents.

Mais non, ça ne pouvait pas être de la manipulation ni un vulgaire subterfuge. Ce vieillard vivait vraiment ainsi. Elle ne l'avait vu manger qu'une dizaine de fois... et même si elle ne avait raté certaines, l'évidence s'imposait tout de même. Elle avait fortifié son campement à l'écart mais continuait de pratiquer de nombreuses heures durant au côté de son sensei-statue, n'attendant même plus de dialogue. Elle vivait seule. Renouait avec ce qu'elle aimait tant faire par le passé, avant l'accident. A une exception près... Elle connaissait tout de cette clairière improvisée. Les arbres, les plantes, les animaux. Si bien qu'elle essayait toujours de ne pas les déranger, peu importe ses balades. Ils étaient ses seuls voisins après tout.

Oui malgré un coup de fouet ésotérique elle retrouvait également une forme de lassitude. Mais ça aussi, elle devait le dépasser. C'est ce que lui apprenait la méditation et sa condition actuelle.

Ses sens étaient toutefois alertes malgré l'absence de danger, et elle puisait son énergie autrement que par les longues périodes de repos. Elle s'arrangeait pour rester active le plus longtemps possible, par la confection d'encre notamment ou d'autres tentatives d'artisanat peu exigeantes de façon à faciliter son quotidien. L'encre fabriquée ici n'était pas de très bonne qualité et la forçait à user d'avantage de son chakra pour pas qu'elle ne sèche trop rapidement. Parmi ses occupations, elle avait donc repris la peinture et le peaufinage de quelques sceaux anodins, le plus puissant entre ses petites mains étant cette fameuse détonation qui n'avait pas su provoquer la moindre fissure chez le vieux croulant.

Mais détonation par détonation, peut-être pouvait-elle créer un escalier ? Elle avait commencé ce travail peu discret. Sans que cela ne l'amène à abandonner les séances d'auto-discipline auprès de l'ermite.

~~~~

Puis vint une nouvelle lubie, après s'être rappelée de ce lointain lancer de pomme. Distraction oblige, elle s'était décidée à retenter le coup. Furtive, patiente, échauffée par anticipation. Une pierre en main.
Hop !
Zut. Même résultat.

Tu ne joues plus avec la nourriture, bravo.
Oui ! J'ai choisi cette pierre car c'était la plus aérodynamique ! Annonçait-elle aussi fière de sa trouvaille - probablement laborieuse et un brin subjective - que déçue du résultat. Dis ! Tu m'apprends à soulever la terre comme tu fais ?
Je ne peux pas te l'enseigner.
Aïe ! Qu'est-ce que ça voulait dire exactement ça ? Ne lui avait-il pas parlé de changer sa condition, soulever des montagnes ?
Peux pas ou veux pas ?!... Hei! Ah non cette fois-ci réponds! Nooon...

Peine perdue, inutile d'insister. Elle soupirait puis se vautrait toutefois à terre afin de marquer son mécontentement, mais en position tailleur et prête à poursuivre l'exercice habituel.
Rassemblait son calme.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Mar 24 Déc 2019 - 12:39

~~ Hiver 179 ~~



Troisième tentative. Nouvelle stratégie.
Ses encres la recouvraient entièrement - Fruit de sa créativité. Une fine épaisseur aux teintes grossières, mais suffisantes pour lui assurer un camouflage d'avantage solide. Elle ressentait son propre chakra, pas bien éclatant mais définitivement tapis sous son intégrale peinture de guerre. Pattes de velours, la panthère s'était suffisamment rapprochée pour lancer son offensive.

Le caillou dans sa main s'avérait lui aussi peint. Un sceau le cerclant, prêt à être activé à distance afin de faire office de véritable grenade en chamboulant son équilibre structurel. Cette fois-ci elle avait pris nombre de facteurs en compte et saurait surprendre le vieillard, quand bien même cela ne lui causerait pas grand tord. Elle n'y croyait pas et ne souhaitait de toute façon plus lui faire de mal puisqu'il s'agissait seulement de divertissement.

Action ! La caillasse fusait sur le samourai qui l'attr... Non, il rebondissait sur le casque, si bien qu'elle n'activait même pas la détonation, saisie par la joie. Elle bondissait alors de sa cachette, pointant du doigt la cible prise de court.

Eeeeeeh biiiiiim mon p'tit père ! Voilà c'qui s'passe quand on est tout rouillé et qu'on a affaire à une vraie stratège ! Maintenant dévoile moi tous tes secrets !

Pas de réponse. Elle affichait une moue vexée. Quand même, cet événement demeurait louable. Il abusait. Alors qu'elle s'apprêtait à rajouter un commentaire contrarié, le sol se dérobait sous ses pieds pour l'y enfermer jusqu'au cou. Assez meuble pour ne pas l'asphyxier, la croûte terrestre lui offrait donc le luxe de hurler d'incompréhension et de dégoût avant qu'une ombre se dessine dans son dos.
Elle se taisait, regardant droit devant elle à défaut de pouvoir se retourner sans se briser le cou. Devant-elle, à quelques mètres, l'armure était vide du moindre porteur, reposant juste sur un court pilonne de roche.

Un pied poilu apparaissait près de son visage, puis un autre. Le vieillard tout nu rejoignait alors sa cuirasse ancestrale afin de l'enfiler, balayant le poteau et reprenait sa place habituelle. Takara, écœurée, alternait tout du long de la scène entre paupières closes et ouvertes jusqu'à ce que son maître soit à nouveau "habillé".
Pfffffffffffffffffffffff. C'était bien sa veine. Depuis quand il marchait dans la clairière ? C'était de la triche.

~~~~

Quatrième tentative.
Même arsenal, avec au préalable une attention particulière : Un éclairage des environs puis une observation profonde de sa proie. Pour sûr, elle était persuadée de ressentir la douce énergie de ce dernier - Ce n'était cette fois-ci pas un leurre. Alors elle pouvait le surprendre au lieu d'être surprise.
Caillasse. Attrapage adverse. Détonation. Bond. Pointage du doigt. Moue vilaine. Sautillements.

♪Naanaanaanaanèèère♫ ! Chantonnait-elle tout en continuant de bondir en rythme autours du bougre, afin de ne pas finir ensevelie. Alors papi, tu crois pas qu'il est temps d'passer le flambeau ? Apprend moi à soulever des montagnes ! Alleeeeeeeeez !
Je ne peux toujours pas.

Elle se figeait aussitôt, blasée, bras ballants. Puis se retrouvait gobée par la terre dans les dix secondes qui suivaient.
Pffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff.

~~~~

Quel tête de mule celui-là.
Heureusement qu'elle savait décrocher ses propres petites victoires, quand bien même il ne les reconnaissait pas. Elle avait mis de côté sa petite escarmouche, las du dernier résultat en date. Elle continuait toutefois de scruter en cachette le vieux samourai, se focalisant sur son énergie. En fait, voilà plusieurs mois déjà que les notions de temps ne l'impactaient plus - Même lors de ses précédents assauts, combien de minutes étaient-elles restées dans l'ombre des feuillages ? La réponse se comptait en heures.
A l'image de ses instants méditatifs durablement appliqués. Elle ne s'y perdait pas, ne faisait pas qu'écouter les sons ambiants, mais goûtait et vivait le quotidien de la nature. Fusionnant avec elle, au moins un temps. Comme un rêve, à mi chemin entre le conscient et le subconscient, sauf qu'il s'agissait toujours du même, un rêve sans images, qui ne l'éparpillait pas ici et là mais au contraire la confinait dans un sentiment de bien être constant et imperturbable.

Elle disposait de moins en moins de temps pour ses activités ludiques. Sa tentative de fabriquer un escalier à grand renfort de mini-détonation avait été abandonnée depuis longtemps. Trop fastidieuse, inutile et bruyante.
Oui, cette démarche dérangeait. Pas seulement la clairière, mais aussi elle-même.


_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Mar 24 Déc 2019 - 13:06

~~ Printemps 180 ~~



Drôle de vie.
En fait, était-ce vraiment une vie ? Cette non-action, hors du temps et de l'espace. Elle y avait pris goût, stoïque en dehors des moments indispensables à sa seule survie. En somme, elle n'était ni plus ni moins productive que la faune ou même la flore alentours.
Encore que... Leurs actions à eux contribuaient à l'équilibre de cet ecosystème. Ils étaient des maillons essentiels à cette chaine élémentaire. Mais elle, son rôle était-il similaire ? Peut-être également. Peu importe ses mouvements, le déroulement de sa vie, en mourrant elle redistribuerait ce qui lui avait été donné à sa naissance.
En ce cas, pourquoi lors de leur rencontre, le vieux croulant l'avait empêché de se supprimer ? L'option de la pitié semblait à exclure vu tout ce qu'il lui avait infligé... même si, au final, il n'avait rien fait d'autre que de la transporter ici. La laissant face à elle-même.

Aujourd'hui, l'idée de se donner la mort apparaissait comme totalement abérante pour Takara. Elle n'était pourtant plus rien ni personne, si ce n'est une petite fille seule avec un moignon.
Et pourtant...

Elle inspirait, calmement.
Elle ressentait tout de cette clairière. Et par conséquent bien au delà.
Jamais elle n'avait connu expérience plus grattifiante, et ce même lors de ses lointaines et récurrentes expéditions aussi interdites que delectables. Les choses n'étaient pas ce qu'elles semblaient être. Ne dépendaient pas seulement de nos attentes, de nos projections, de nos certitudes. Il y avait une vérité impalpable mais omniprésente, aussi terrible que délicieuse.
Selon comment on l'appréhendait.

~~~~

Un changement dans la clairière. A peine perceptible.
Takara rouvrait les yeux, se redressait puis abandonnait sa méditation auprès de son maître pour plutôt chercher l'anomalie. Rien de notable sur son passage. Jusqu'à ce qu'elle atteigne son campement proche de la paroi, y découvrant son escalier grotesque d'une dizaine de mètres... superbement prolongé jusque vers la surface.

Une vibration soudaine martelait ses organes internes, l'amenant à chanceler sur place.

Elle tournait les talons, fondant à toute hâte vers le vieux samourai imperturbable. Elle posait ses petites mains sur les joues dures de ce dernier, qui s'effritaient légèrement suite au contact. Absence de vie.

~~~~

Avait-elle pleuré, hurlé, craché ? Où était-ce le fruit fugace et imaginaire de tout ce qu'elle avait intériorisé ? Cela lui avait demandé beaucoup de temps pour se décider à franchir la première marche de l'escalier et enfin remonter tout en haut.
Libre.
Et pourtant.
Elle ne sentait pas plus libre maintenant que s'offrait à elle ce majestueux et infini spectacle - Celui de cette mer de nuages et ses formes rocailleuses flottant tels des îlots.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara
Suzuri Takara
Suzuri Takara

Saga Empty
Mar 24 Déc 2019 - 14:52

~~ Printemps 186 ~~


Une poing mécanique qui crisse. Une rage profonde.

La fête annuelle du clan, l'Ogura, se préparait et déjà les festivités s'étalaient à même le domaine clanique depuis une bonne semaine. Si l'Ogura des Suzuri ne durait qu'une soirée cela donnait toujours motif à de joyeuses préliminaires incluant la population de Shitaderu. Les Suzuri comptaient un nombre importants de scientifiques, architectes et autres ingénieurs ou chercheurs responsables de grandes avancées techniques dans l'élaboration de la cité, une époque aussi productive que motivante, que ce soit pour les uns ou pour les autres.

Et évidemment, les galeries d'art et ateliers de peinture pour les enfants amenaient toujours son lot de curieux ou permettaient accessoirement d'abandonner la progéniture entre de bonnes mains afin d'aller se murger entre adultes.
Un Ogura comme un autre, aux préparatifs on ne peut plus classiques.

Takara, encerclée d'enfants inépuisables dont elle avait la charge, dardait désormais du regard une silhouette à l'autre bout de la pièce. Un père de famille accompagnée de deux petites filles et de sa femme.
Un père de famille... Ou un salopard de criminel qui menait la vie douce à Shitaderu après s'y être incrusté il y a des années de cela. Et qui osait amener sa petite troupe dans l'enceinte même du domaine Suzuri ? Il avait gagné quelques rides, sa coiffure n'était plus la même et semblait vraisemblablement avoir renié son passif de mercenaire. Mais ce visage, elle ne pouvait l'oublier.

L'adolescente esquissait un sourire à l'adresse de la colonie de juvéniles puis s'éclipsait.

Saga Pzh3YcN

~~

Comme attendu, la femme et les enfants quittaient la soirée plus tôt que le mari.
Sa séance de garderie se poursuivrait, mais cette fois-ci en huit clos, en comité restreint.

~~

Une porte qui s'ouvre, annonciatrice du retour de l'honorable patriarche.
Des gémissements étouffés derrière elle - Oh, il ne valait mieux pas pour elles de gesticuler autant... Déglutir demeurait leur seule option sans danger. Une série de fils d'acier astucieusement enroulés autours de leurs cous puis tendus, fermement, à même le gant de bronze. Un geste de trop et des têtes tomberaient. Elle s'en assurerait, un léger sifflement propre au Futon longeant les fils, ne demandant qu'à s'étaler plus encore.

Takara attendait que son vieil ennemi rentre dans la chambre à coucher, où elle l’attendait sur la gauche, sa petite famille en face à genoux sur le lit, et le fameux sabre à la retraite à sa droite.
Seconde porte qui s'ouvre. Stupeur.

Qu'est c...!

Trois paires de yeux terrifiés.
La kunoichi se montrait alors sous une apparence peinte. Elle voulait qu'il souffre, qu'il paye sa dette. Elle effacerait d'une traite tout ce qu'il avait mis en place, comme il s'était essayé à la briser gratuitement par le passé.

Arrêtez... Lui intimait-il d'une main tremblante.
Sitôt cette parole prononcée, un souffle s'accentuait. Le futon longeait le reste des fils sans les faire bouger, brûlant la chair à leur contact. Des filets de sang apparaissaient doucement, mais elle n'avait pas encore rendue sa sentence.
Il tombait à genoux. Pitié... Libérez-les...

Puis ce flash.
Comment en était-elle arrivée là ? A déconsidérer la vie. Leurs vies. Son regard se troublait, hésitante. Un comportement qui replongeait une jeune taupe dans ses galeries... et qui rappelait à un vieux tigre l'usage de ses griffes.

Elle relâchait instantanément sa poigne menaçante, le Futon se dissipant et les fils se détendant. Une détonation rapide se produisait en même temps qu'une gerbe de sang et de cuir, un cri lancinant à sa suite ; l'ancien criminel en saisissant son sabre venait d'activer le sceau apposé au préalable. Œil pour œil, dent pour dent, main pour main.
Sauf que c'était la droite qui lui avait été dérobée par sa réaction.

Takara sautait par la fenêtre, se cisaillant le visage avant d'atteindre le sol de la rue pavée.

Merde ! Pestait-elle, affolée en son for intérieur... Perdue.

Une vengeance foirée. Abandonnée en cours de route face à l’incertitude, même s'il y avait eu violence. Elle traçait sa route. Pour la seconde fois de sa vie, elle ne serait pas présente à l'Ogura. Disparaissant de plus belle.

_________________
Saga 2zkPR8y
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara

Saga

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: