Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Mar 24 Déc 2019 - 9:54
Un dernier mouvement de main pour refermer la sacoche droite accrochée à sa ceinture, le samouraï releva légèrement la tête, balayant du regard les gardes avec qui il venait de converser. S'assurer que lui et les genins qui devaient encore le rejoindre pouvaient prendre la route, premier réflexe de ce départ en mission, le premier depuis en dehors de Kirigakuro no Satô depuis qu'il avait rejoint les rangs de la Brume. Il fallait dire que si sa dernière promotion en tant que Chûnin l'avait surpris, elle allait de paire avec de nouvelles responsabilités, de même que de nouvelles autorisations.

Droit comme un i, la main gauche posée sur le haut du manche de son katana, rangé dans son fourreau, Mafuyu restait patient, confiant à propos de la mission que l'équipe allait effectuer. Deux noms lui avaient été communiqué, aucun soldat qu'il n'ait encore connu jusque là, sans grande surprise étant donné sa récente arrivée dans les rangs de la Brume.

D'un mouvement précis de la pointe du pied droit, le samouraï se mit à tracer un kanji, rassemblant les fins cailloux et la terre molle sur le sol.

防護

D'un murmure, il sembla comme incanter une bénédiction. Une simple prière à vrai dire, à destination de qui ? Mafuyu n'en avait rien à faire. Sa demande irait appâter la première des divinités qui tomberait sur cette prière, quelqu'elle soit, il était de toute manière impossible de faire assez confiance à un dieu pour se permettre d'en vénérer un unique. Plus simplement, le samouraï ne souhaitait pas tomber dans les travers de la vénération d'une haute instance de ce monde, il se contentait de les attirer pour s'accorder leur protection, sans jamais leur prêter allégeance.

Bougo. Protection.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 https://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Takeo Jomei
Takeo Jomei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Lun 6 Jan 2020 - 13:09
Les oiseaux chantaient un air chaleureux dans un petit nid sur un arbre tandis que Jomei sortait de l’hopital de service du village. Une fois le pied dehors il sent le vent souffler dans ses longs cheveux, les soulevant légèrement avant de les sentir retomber au même rythme que le vent se calmait. L’automne. Le jeune Sabreur cherchait dans sa mémoire un éventuel souvenir intéressant qu’il aurait pu vivre des saisons en arrière… Jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’à part les entraînements et le quoditien du village, rien de bien extravaguant ne ressortait. La vie d’un shinobi, en toute somme. Il pliait et dépliait son bras gauche, faisant de légers moulinets pour s’assurer de la bonne remise en forme de son bras blessé pendant l’Epreuve des lames contre l’esprit de son Sabre. Il sentait qu’il tirait légèrement sur des muscles qui reprenaient du service, mais il estimait que ce sera suffisant pour la mission. Sa première mission de rang B.

Il rentrait donc rapidement chez lui pour préparer le nécessaire, s’habillant dans sa tenue de mission habituelle alors qu’il plaçait son bandeau au niveau de sa ceinture. Dans son dos il accroché une sangle sur laquelle il rangeait son Sabre dans un fourreau assez large, Hiai reposant ainsi dans son dos. Rapidement il était paré pour le départ, et décidé de ne pas perdre plus de temps que ça et donc de rejoindre la porte du village. Quelques minutes suffirent au jeune homme qui ne prenait pas de détour particulier, se contentant de saluer du regard des visages qu’il reconnaissait tandis que la silhouette des grandes portes se dessinaient un peu plus loin.

En approchant, il remarquait assez rapidement la présence d’un homme avec un style reconnaissable, se souvenant des quelques détails physiques qu’on aurait pu lui donner sur celui qui allait être le chef de cette unité. Sans aucune hésitation et avec le regard clair, Jomei se rapprochait de celui qu’il identifiait comme Mafuyu, baissant un peu l’échine face à lui en guise de salut courtois et formel.

- Mon nom est Takeo Jomei, je m’excuse pour mon retard.

Le shinobi se redressait quelques secondes après, supportant l’éventuel regard que lui porterait le chunin, espérant une réaction. Il ne remarquait pas encore la présence d’une troisième personne pouvant participer à la mission, donc peut-être qu’il n’était pas si en retard que ça… Mais valait mieux prévenir que guérir.

HRP :
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Jeu 9 Jan 2020 - 21:03


Ainsi, le groupe pris en charge par Higure Mafuyu a décidé de se retrouver devant les portes du village.

L’aube vient tout juste de pointer le bout de son nez. Seules quelques lueurs de l’astre solaire arrivent à percer les imposants cumulonimbus présents dans la voûte céleste.
La mission du jour est d’une importance capitale. Les hautes instances du Palais de la Brume ont souligné l’intérêt d’un ralliement du célèbre clan Umimori à la cause Kirijine. La diplomatie est le point d’orgue de la politique de la Brume. L’échec n’est – bien sûr – pas une option envisageable.

Le lien entre Homme et Umimori remonte à des temps immémoriaux. Les légendes les plus anciennes content que ce peuple fut le premier à coloniser les archipels environnantes. D’autres mythes stipuleraient qu’ils seraient la descendance directe du Dieu de l’Eau. Tant d’histoires farfelues étaient racontées à leur sujet qu’il était difficile de différencier le vrai du faux. Si une information était bel et bien vraie, c’était assurément le lien entre Hommes et Umimori.
Jadis, ce peuple fut traqué pour sa différence, si bien que les Umimori développèrent une crainte réelle envers tout étranger. Ils se reclurent à l’extrémité sud du continent, vivant en totale autarcie.

Toutefois, tous les sélaciens ne sont pas fait de le même écaille. Certains ne craignent nullement l’Homme. C’est le cas de Teva, le chef actuel du village sur pilotis. Grâce à son recul et à sa sagesse évidente, il apprit à faire la différence entre bon et mauvais Mizujine. Il se libéra des fers de la peur. C’est sous son impulsion directe que vous êtes convoqués : leur différence ne cesse d’ameuter les conflits. Ukitori, un petit village de pêcheur proche, voit ses habitants accuser les ichtyens de porter malheur. Selon ces Mizujines réfractaires, les Umimori sont la cause de tous leurs maux et n’hésitent pas a jeté sur eux l’anathème.

Teva craint pour les siens. La plupart étant pacifiste de nature, il ne compte pas se lancer dans une rixe fratricide. Il a besoin de vous.
Le village se trouve à une distance plus ou moins importante de Kiri, vers le sud. Deux voies peuvent être prise pour rallier la destination : la voie maritime ou celle terrestre. Une chose est certaine, si les craintes de l’homme-baleine s’avèrent exact, il n’y a pas une seconde à perdre.

Voie terrestreLa voir la plus sûre mais aussi la plus longue. Qui sait ce qui pourrait se dresser sur votre route au travers des marécages ?

Voie maritimeVoguer sur l’océan vous permettra d’économiser un précieux temps, toutefois les récifs coralliens comme la météo ne seront pas de tout repos.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Lun 13 Jan 2020 - 20:20
Alors que l'incantation venait de finir, Mafuyu leva légèrement la tête dans la direction d'un nouvel arrivant qui le saluait tout en se présentant. La main gauche posée avec souplesse sur le fourreau de son épée du même côté, le samouraï respira un long instant, le temps de profiter du bienfait d'une bonne bouffée d'air frais. Dans le même temps, son autre main partit vers son chapeau, le tirant avec délicatesse vers le bas, aidé d'un mouvement du cou.

"Higure Mafuyu, enchanté."

Des mots simples qui ne nécessitaient pas davantage. En temps normal, le samouraï aurait bien profité de l'attente du troisième arrivant pour en apprendre plus sur le style de combat et les capacités de son interlocuteur, mais le temps filait. Il les pressait, inéluctablement, n'attendant d'eux qu'une ultime marche vers le lieu du rendez-vous indiqué sur l'ordre de mission.

D'un pas de pivot, le Chûnin orienta son dos vers le village de la Brume, prêt à prendre la direction des marécages, un choix qui lui paraissait plus que sage, à aucun moment il n'aurait voulu enfreindre l'espace maritime proche du village des Umimori sans même s'en rendre compte. Il fallait rester prudent et ne pas provoquer d'incident diplomatique. Mieux valait faire les choses proprement, quitte à sacrifier quelques unes des heures précieuses dont l'équipe disposait.

"La voie à travers les marécages nous presse par le temps. Des nouvelles de notre équipier ?"

Une question simple alors que le samouraï semblait pressé, le rythme cardiaque et l'esprit pourtant calmes, non, son corps était calme, seul ses paroles laissaient entendre une certaine hésitation. Difficile de savoir ce sur quoi il tomberait en traversant les marécages, il en avait entendu des rumeurs, et pourtant, bien qu'il ait étudié le chemin à prendre, ce serait pour lui une première.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 https://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Yasei Ketsumei
Yasei Ketsumei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Mar 14 Jan 2020 - 23:40
Les jambes de la foule se faisaient bousculer au passage de la boule de poils énergique qui se frayait un chemin. Pestant et vociférant insultes à l’égard des victimes de cette bousculade, le polymorphe se retournait parfois pour un geste obscène de la main ou un crachat au sol. Certains ne manquaient pas de répondre à ses provocations et à plusieurs reprises, l’envie d’y répondre par les pattes le tentait. Mais il devait se calmer et modérer ses ardeurs. Il était déjà en retard, et s’il continuait ainsi il ne risquait pas d’y arriver.

Toujours ce même Chûnin patibulaire qui le dévisageait avec dégoût lorsqu’il se pointait devant le capharnaüm que le Yasei habitait. Son cagibi en bois lui convenait parfaitement mais il n’était pas au goût de tout le monde bien sûr. Evidemment les hautes administrations étaient habituées aux draps en lin et à la verrerie en cristal. Le pauvre malheureux Chûnin si hautement respecté et respectable ne pouvait supporter une forte odeur et un peu de bazar. Dès son arrivée, le raton avait eu l’envie d’en découdre. C’était une journée sans, le genre de matin ayant commencé par la mauvaise patte hors du panier. Il avait pris la missive violemment sans aucune autre forme de politesse avant de la jeter dans un coin. Bougon, il n’avait pas mis longtemps à se décider à la récupérer pour en prendre connaissance.

Son mauvais caractère lui jouerait des tours. S’il n’était pas aussi borné, il aurait filé bien plus tôt au point de rendez-vous. L’énoncé même de la mission lui convenait parfaitement. Un peuple hybride stigmatisé par l’Homme. Son rôle était tout désigné, bien qu’il doutait fortement de sa capacité diplomatique. S’il fallait raisonner le camp adverse, il risquait de ne pas y parvenir sans griffes et sans crocs. Il chassa l’idée de sa tête en la secouant au détour d’une ruelle. Etant moins bondée, il s’y engouffra pour gagner un peu de temps. Si ce fut deux minutes récupérées, elles furent vite perdues lorsqu’il percuta la roue d’une charrette qui passait au moment où il sortit du passage. Se frottant énergiquement la tête et conspuant le conducteur de tous les noms, il continua néanmoins sa route.

Sa course quadrupède l’avait rapproché assez rapidement de l’entrée du village. Il ne fut pas difficile de repérer deux personnes à part, semblant s’entretenir. Rien qu’à leur dégaine, l’étiquette « shinobi » pouvait leur être affublée à l’instar de celle déposée sur les cadeaux des fêtes de fin d’année. Décélérant à leur approche, il se remit sous sa forme humaine pour les accoster.

- Salut. Désolé pour le retard, Zoku enchanté. Vous avez déjà décidé d’un plan à suivre ?


Spoiler:
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Alucar10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9788-les-ailes-noires-terminee
Takeo Jomei
Takeo Jomei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Lun 20 Jan 2020 - 10:41
Les minutes passaient et l’ombre d’un troisième membre de l’équipe tardait à faire son apparition, faisant légèrement pincer les lèvres du Sabreur qui ne savait pas trop quoi répondre face au Chuunin qui le pressa pour une réponse. Un choix leur été donné entre les marécages ou les bateaux, mais entre une risquée et une plus sûre, il était évident quel choix était le meulleur lorsqu’ils n’avaient pas le droit à l’échec. Au moment où Takeo Jomei semblait prendre la parole, quelqu’un d’autre se rapprochait et s’excuser pour son retard, tout comme l’avait fait le shinobi précédemment.

- Nous sommes limités par le calendrier mais si nous partons tout de suite par les marécages, nous avons une chance d’arriver à temps. Je vous propose que nous ne perdions pas plus de temps.

Takeo Jomei prenait soin d’observer du coin de l’oeil leur troisième compagnon, Zoku, qui semblait avoir des caractérisiques semblables à celles des animaux, au vu de la façon dont il se tenait physiquement. Il était évident qu’il pourrait donné davantage de poids pendant les négociations, ce qui fait penser à Jomei de ne pas mettre en péril cette mission et de se contenter d’essayer de faire ce qu’il sait faire de mieux. Il ne manqua pas de se présenter auprès de Zoku lorsque l’occasion se présenta pendant la route, prêt à répondre à n’importe quelle questions ses compagnons pourraient lui présenter.

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Sam 1 Fév 2020 - 10:03


En dépit de tous risques, et du temps que cela vous fera perdre, vous choisissez la voie terrestre. En tant que bons Kirijins, vous n’êtes pas sans savoir que les marécages sont un lieu dangereux, même pour les pensionnaires du village de la brume, et que vous pourriez y croiser des menaces intimidantes, vous obligeant à perdre encore un peu de temps. Même si la voie maritime aurait été plus rapide, cependant, qui sait si vous n’auriez pas été considérés comme des ennemis par les Umimori, qui sont dans une situation de stress et de peur compréhensibles, en ce moment même. Vos pas vous emmènent donc à l’extérieur du village, sur un chemin très incertain, difficile à repérer même, dans un lieu nauséabond dont la brume vous empêche de voir bien loin. Sortir d’ici vous assurera ensuite un voyage paisible – probablement – mais encore faut-il que vous en sortiez. Au bout d’une dizaine de minutes, vous pouvez entendre des sons étranges, comme des grognements dans les environs, et des bruits dans les feuillages qui ne présagent rien de bon.

Un grand craquement se fait alors entendre, et un arbre tombe sans crier gare, risquant d’écraser Jomei si ce-dernier ne réagit pas à temps. Le résident des marécages est immense, se le prendre sur la tête peut causer une mort certaine, il faudra donc bien entendu le repousser ou tout simplement l’éviter. Mais ce n’est pas tout, il n’est pas tombé du ciel, cet arbre, il s’agit d’un piège tendu par… des singes ? Deux macaques sautent sur Zoku, voulant apparemment le bastonner assez violemment, même s’ils ne sont que de simples animaux – dont on ignore les raisons de leur présence ici – et ils y parviendront sans réaction vive de notre raton laveur mystérieux. Enfin, une dernière présence – mais pas des moindres – bondit sur le Chuunin. La bête mesure facilement quatre mètres de haut, il s’agit d’un gorille imposant qui est sans aucun doute responsable de la chute de l’arbre.

Dans son bond, le grand singe a pris une impulsion suffisante pour tenter une frappe avec ses deux poings sur Mafuyu. S’il est touché, cela lui fera des dégâts considérables, pouvant même le mener à l’évanouissement. Le destin est donc entre les mains du trio, qui semble vite pris au dépourvu par les aléas des marécages. Certaines voies au sein de ces lieux sont mortelles, mais dans leur cas, si leurs capacités devraient les sauver facilement, c’est sans doute du temps perdu qui les attend. Sous couvert de la brume, le trio simiesque a réussi à les surprendre, leur faisant peut être comprendre par la même occasion que la sensorialité n’est pas inutile, et qu’à l’avenir, en sortant du village, il vaudrait mieux redoubler de prudence.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Sam 1 Fév 2020 - 15:18
Les voilà donc, marchant à travers les marécage, prenant la direction de ce qui semblait être un but à risque modéré, les routes sinuant Mizu no Kuni n'étant, de manière générale, pas dénuées de tout risque. La respiration calme, le samouraï restait concentré, discutant peu ou presque pas avec ses camarades, plutôt attiré par le silence de la méditation et de sérénité en tout temps. Si seulement ses sens n'étaient pas aussi perturbés par les odeurs nauséabondes qui pouvaient être croisées par ci et là en pleine zone marécageuse. Mais alors que ses pieds commencèrent à sentir qu'il devenait plus difficile de progresser aux abords de la boue et la vase, une nouvelle odeur emplie l'endroit, différente des autres, rien à voir avec ce qui pourrait s'apparenter à de l'eau croupie. Non, il y avait quelque chose de sauvage, presque animal, dans cette odeur, ou plutôt, ces odeurs, l'ambiance étant plutôt au mélange d'émanations. Un bruit se fit finalement entendre, brisant la concentration habituellement sans faille du samouraï, les événements se bousculant les uns après les autres, transformant la progression lente et calme du groupe en un capharnaüm sans nom. D'un autre lancé par une impulsion de force, se dirigeant vers l'un des shinobis, Mafuyu se prépara à réagir, avant de finalement se raviser, fléchissant les genoux, le regard porté sur celui qui s'approchait dangereusement de lui, le surplombant d'une ombre saccadée par celle même des nombreux arbres des marécages brisés... Un gorille de plusieurs mètres se trouvait maintenant à proximité de lui, les deux bras se propulsant en poings vers les hauteurs, préparés à s'abattre avec force et vitesse.

De nombreuses et rapides mudrâs, le samouraï plissa les yeux en guise de défi, ceux-ci plantés vers le regard de haine de l'animal, pour finalement apposer sa main au sol, prêt à y dispatcher son chakra en guise de défense. L'amplitude du tissu de ses vêtements virevolta de par la force de l'impulsion qui s'abattit sur le toit de roche qui venait de prendre place au dessus du samouraï.



L'attaque du gorille avait été arrêtée, mais plus important à savoir encore, la large et résistante plateforme de roche avait été atteinte en un point central qui n'était pas prévu pour tenir bon face à une puissante attaque concentrée. Des débris de roche se mirent à fuser, tantôt vers le sol, tantôt vers l'espace alentours, sans pour autant en inquiéter Mafuyu qui profitait de l'encaissement de la technique pour se rapprocher plus près encore du gorille qu'il ne l'était.

Son katana lentement dégainé alors qu'il courrait sur son adversaire, le samouraï en recouvrit la lame d'une épaisse couche de chakra, prêt à user de la lenteur de l'animal pour l'atteindre avec le plus grand des irrespects, de simples, mais bel et bien boostés, coups de lame.



Le coeur battant à une allure éloignée de ce qui pourrait être considéré comme rapide, le chûnin laissait comprendre au sens animalier des créatures de la zone qu'il ne les considérait pas comme de potentielles menaces, loin de là même. Plus les secondes passaient, et plus l'envie de se rassasier naissait au sein de l'esprit du samouraï.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 https://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Takeo Jomei
Takeo Jomei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Lun 3 Fév 2020 - 16:29
Après que l’équipe se soit finalement réunie, le temps n’était plus au débat ni à la papote. Les trois hommes passaient à travers les grandes portes du village, leur premier objectif très clair : traverser les marées inhospitaliers autour du village. L’ambiance au sein du groupe était plutôt sereine, les trois shinobis gardant le silence alors qu’il progressait régulièrement à travers le terrain humide. Jomei aimait bien ce genre d’ambiance, n’étant pas le plus bavard pour commencer. Mais au fur et à mesure que les longues minutes défilaient, la sérénité de l’endroit se changer en autre chose… Quelque chose de plus oppressant et présent se faisait ressentir autour de l’équipe alors qu’elle progressait littéralement à l’aveugle dans cette brume naturelle.

Takeo Jomei fronçait légèrement les sourcils, la tension dans l’air devenant de plus en plus palpable alors qu’il essayait d’utiliser ses yeux pour scruter l’environnement. Malheureusement, ce n’est qu’une demie-seconde trop tard qu’il entend le bruit sauvage, avant que l’ombre d’un arbre ne s’approche dangereusement de lui. Trop tard pour reculer en toute sécurité, l’instinct de Sabreur poussait le shinobi à dégainer Hiai de son dos et de s’en servir pour se protéger de l’arbre descendant. Une parade moyennement efficace, puisqu’aussitôt que l’écorce rencontre la lame le Sabreur sent directement dans ses bras le poids de l’arbre et est complètement projeter vers l’arrière, tombant sur son dos tandis que l’arbre termine sa chute sur l’endroit où il se trouvait il y a à peine une seconde.

Les bras encore tremblant, Jomei peine à se relever convenablement et utilise ses yeux pour observer ce qu’il se passait autour de lui : des singes démesurés s’attaquaient à leur groupe. Mafuyu, leur chef, semblait tenir face à l’animal le plus grand, mais Zoku était seul face à d’entre eux. C’est donc avec un certain retard due à la chute de l’arbre que Jomei décide d’insuffler son chakra directement dans son Sabre, les joints de Hiai se déployant alors que la lame donnait l’impression de s’allonger naturellement. Ayant la forme d’une épée maléable, Jomei regardait dans la direction de Zoku et utilisait son Sabre en main pour réaliser une attaque dans le dos d’un des singes. La pointe de Hiai file dans une direction avant de subitement changer d’angle et viser l’une des jambes de l’animal par surprise.

Résumé du tour:
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Yasei Ketsumei
Yasei Ketsumei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Lun 3 Fév 2020 - 23:00
Le trio réuni semblait bien hétéroclite. Entre un original façon ancien samouraï et un autre un peu plus moderne mais également adepte des armes, Zoku se sentait presque inutile dans cette confrérie. Mais il savait que son hérédité leur apporterait bien des avantages une fois le peuple-poisson rejoint. Si ses compétences martiales n’étaient pas forcément à la hauteur de ses équipiers, il serait un atout plus tard pour se faire accepter et lutter pour des cousins sûrement éloignés.

Il avait été décidé que la voie des marécages serait empruntée. Un choix pour lequel le polymorphe ne protesta pas. Chose qu’il regretta lorsqu’ils firent leur premier pas dans la fange bien vaseuse. Au-delà de la difficile progression, l’odeur nauséabonde qui se dégageait des lieux, souvent par une forte poussée gazeuse d’entre les eaux peu profondes. De vieux relents de soufre mêlés à de la charogne. Un parfait cocktail d’haleine de crocodile. Souvenir lointain du raton qui avait terminé coincé dans la mâchoire d’une de ces bestioles. Le sac à main avait craqué lorsque le Yasei avait repris sa forme humaine dans sa gueule. Par contre, les tâches avaient mis plusieurs semaines à disparaître au lavage. Le souvenir arracha un frisson au Yasei qui se réconfortait pour une fois d’avoir sa forme humaine.

Malgré la prudence qu’ils mettaient dans leur pas pour ne pas finir enlisés ou piégés, un contretemps mit fin à leur progression. Zoku sursauta d’abord lorsque le tronc d’arbre craque sous une force mystérieuse. Malgré son léger recul, il ne fut pas le premier concerné par ce danger. En revanche, il fut pris pour cible par deux primates qui semblaient bien décidés à l’agresser. Autant d’habitude il comprenait ce sentiment à son égard, mais là pour le coup il n’avait rien fait. Heureusement que ses réflexes étaient meilleurs que ses capacités de combat. Il bondit de telle manière à ce qu’aucun des deux singes ne puisse l’atteindre. Lorsqu’il eut reposé le pied à terre, il en profita pour se donner de l’élan et frapper l’un des deux. Alors qu’il initiait déjà un mouvement vers le deuxième, le macaque se fit surprendre par un coup venu de derrière. L’un des coéquipiers du polymorphe venait de lui sauver la mise.

Zoku ne perdit pas un instant. Il adopta sa forme animale complète et se rua vers son sauveur afin qu’il puisse se mettre dos à dos, au cas où une suite était à prévoir. L’autre avait l’air amoché mais malheureusement, le Yasei ne pouvait pas faire grand-chose pour l’aider. Si ce n’est couvrir ses arrières. Alors qu’ils restaient vigilants sur la suite des évènements, le raton-laveur brisa le silence.

- Merci pour le coup de main. Du nouveau de l’autre ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9788-les-ailes-noires-terminee
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Mar 4 Fév 2020 - 19:53


Votre trio s'en sort bien face à l'attaque surprise. L'arbre ne tue pas Jomei, ce qui aurait sans doute fait pester le gorille, qui était fier de son plan d'attaque, si ce-dernier n'était pas dans un état peu joyeux. En effet, surpris par la réactivité de Mafuyu, Gorille-san n'a rien en stock pour résister à son assaut. Cela lui inflige des blessures assez importantes, mais pas assez pour tuer cette masse de muscles. Il se tient cependant à distance, après avoir reculé un peu, et ne sait plus quoi faire. D'un autre côté, le sabreur semble être une sorte de héros, car il abat l'un des macaques un peu trop sûr de lui pour s'attendre à ça. Celui qui se rapproche physiquement le plus de ses adversaires parvient à frapper son vis à vis et à rejoindre aisément son allié. Le singe de faible taille encore vivant, et un peu sonné par le coup, se penche sur le cadavre de son ami, avant de pousser un cri ressemblent à ça :

"Ouh ah ouh ouh oh oh oh ! Ouhouhouhouhouhouh !"

Il s'en va alors dans les marécages, laissant son chef à l'abandon. Ce qu'il faut savoir, c'est que ce pauvre primate vient de perdre son frère, et n'a pas le cœur à continuer le combat. Vous êtes désormais trois contre un, mais quelque chose se produit alors... Un bruit laissant supposer qu'un objet fend l'air au-dessus de vos têtes vous interpelle. Un oiseau de très grande envergure se pose alors, et un homme d'un certain âge en descend. Il ne semble pas s'agir d'un ninja, et sa bête n'est donc pas une invocation, mais bel et bien un oiseau domestiqué. Le bourgeois - car son apparence laisse penser cela - vient directement vers Zoku, dont il caresse la tête avec un profond manque de respect.

"Bonjour à tous, je m'appelle Wakibara, et je vous ai vu vous battre en contrebas. J'aimerais vous aider dans votre entreprise, mais en échange, je vous demanderais de ne pas tuer ce pauvre gorille, il s'est perdu, vous devez avoir compris que ce n'est pas son habitat naturel..."

Il désigne alors son oiseau, comme pour dire "suivez-moi et je vous amènerai à l'endroit que vous visez". Néanmoins, peut-on faire confiance à un inconnu ? De son côté, le gorille semble avoir abandonné l'idée de se battre, alors il ne vous reste que trois options, en fait.


Suivre WakibaraOn ne sait pas ce que prépare ce civil, mais au moins il a un moyen de locomotion très rapide... Cependant, il faudra laisser vivre le gorille et s'exposer aux risques de l'inconnu.

Continuer à piedRien ne vous oblige à le suivre, par contre, ne tuez pas le gorille, vous n'êtes pas des sans cœurs...

Montrer votre vrai visageLe gorille vous a attaqués, c'est votre droit de le tuer. D'ailleurs, vous pouvez aussi tuer ce civil, et son oiseau, ils n'avaient qu'à pas manquer de respect à votre peluche. Enfin, le tuer ne passera pas inaperçu, et pourrait vous valoir des sanctions importantes...


Revenir en haut Aller en bas
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Mar 4 Fév 2020 - 20:47

Le dos droit après les coups de lame assainés au grand gorille, le samouraï tourna rapidement la tête à gauche, puis à droite, cherchant du regard ce qu'il se passait aux abords et la manière dont ses équipiers s'en étaient sortit. Le rythme cardiaque calme, il n'avait pas éprouvé un seul doute quant à leur potentielle réussite qui se confirmait à ce moment. Mais alors qu'une partie du sang du gorille était partit se loger sur les chaussures de Mafuyu, le reste de son corps était lui encore intact, comme soutenu par une puissance divine, épaulé par l'un des dieux qu'il avait pu attiré avec sa prière précédente, gravée sur le sol proche de la porte du village qu'ils avaient quitté. Sa voix, épris d'une sérénité à toute épreuve, traversa l'espace.

"Vous n'avez rien ? Il n'est pas temps de se blesser."

La fin de la phrase parue froide, aidée par l'articulation lente du samouraï, presque proche de celle d'un sage ou d'un patient sous calmant. Mais alors qu'il fini de parler, un homme étrange apparu des hauteurs, forçant le samouraï à diriger son arme en position de garde, les yeux plissés, ceux d'un combattant préparé à toute éventualité. L'inconnu arrivait d'une monture bien peu banale, ailée, la vitesse bien supérieure à la plupart des diligences qu'il avait pu emprunter. L'homme salua l'équipe avant de leur proposer de les emmener, une arrivée assez suspecte pour convaincre le Chûnin de ne pas céder à la tentation et pourtant, le choix d'esquiver de potentiels problèmes diplomatiques par l'emprunt de la voie navale, lui restait encore en bouche. D'un regard, il toisa ses deux élèves, comme leur intimant de faire un choix final. Il avait l'air suffisamment sur ses gardes pour être prêt à refuser, mais aussi assez avenant pour accepter si ceux-ci décidaient de monter sur le volatile.

Sans même regarder l'inconnu, dirigeant maintenant ses yeux vers le sol, Mafuyu empoigna son chapeau dont les vents générés par la frappe du gorille sur la roche l'avait déplacé de quelques centimètres. En guise de bienveillance, il signa la fin de sa garde avant de ranger son arme dans son fourreau en un geste lent sensuel, celui d'une main gauche emboîtant la lame dans un fourreau situé lui aussi sur le côté gauche du corps de son propriétaire. Et alors que le mouvement tardait à se finir, le samouraï usa de nouveau de sa lente voix méditatoire, à destin de l'étranger cette fois-ci, l'esprit empli d'une soif d'informations.

"Saurais-tu nous mener au Pic du Cerisier ? ~Je serais curieux de savoir ce que tu vas vraiment nous demander en échange."

A ces mots, le samouraï lança un regard vers le gorille, avant de le détourner vers l'orée du sentier sur lequel ils auraient continué, si la rixe n'avait pas eu lieu.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 https://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Takeo Jomei
Takeo Jomei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Jeu 6 Fév 2020 - 16:30
La contre-attaque de Jomei fonctionna, bien plus qu’il ne s’attendait étant donné que Hiai transperça directement le dos de la bête avant qu’elle ne s’effondre au sol. Sans hésiter il tirait sur la poignée de son Sabre pour ramener la pointe dans sa direction, à présent macculée de sang frais, tandis qu’il observait le second singe s’enfuir en laissant Zoku tranquille. Zoku qui venait ensuite retrouver le Sabreur. Takeo Jomei se contentait d’hocher la tête face au remerciement du shinobi, avant de tourner son regard vers Mafuyu qui était dans une sorte de statut quo avec le gorille démesuré. Jomei resserrait sa prise sur son arme avant d’écarquiller les yeux lorsqu’un inconnu intervenait pour abaisser les tensions. Il approchait de Zoku et lui caressait la tête, ce qui ne rassurait pas vraiment le Sabreur qui fronçait les sourcils et jetait un regard furtif dans la direction de leur chef d’équipe.

Mafuyu engageait la conversation, rengainant son arme mais restant perplexe. Jomei désactivait le flux de chakra qu’il transmettait à Hiai, le Sabre rassemblant ses joints à une vitesse impressionnante qui se soldait par un simpe bruit métallique. Le Sabre toujours en main, Jomei laissait Mafuyu s’exprimer avant d’énoncer ses doutes à son tour :

- Vous dîtes que ces singes ne sont pas dans leur habitat naturel, est-ce que vous savez ce qui les a fait partir ? Pouvez-vous nous dire quelle relation vous entretenez avec ces animaux ?

Difficile de faire confiance à quelqu’un qui ne donne que son nom. L’homme ne semblait pas sur ses gardes malgré le fait qu’il est face à trois shinobis du village de Kiri, ça pourrait en partie donner une idée de ses capacités. Ou de son influence. Jomei relâchait la tension dans ses muscles alors qu’il laissait la pointe de Hiai toucher le sol, ses bras pendant le long de son corps alors qu’il regardait en direction de Wakibara.

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Yasei Ketsumei
Yasei Ketsumei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Dim 9 Fév 2020 - 16:44
Toujours sur ses gardes, le raton tenait sa position. Il avait bien conscience que sa faible constitution physique et son manque de puissance brute n’en ferait pas un atout de taille pour ce genre de situation. Il ne pouvait pas être un poids pour ses coéquipiers cependant. Raison pour laquelle il tendait oreilles et truffe pour ne plus se faire surprendre et au moins avoir la possibilité d’éviter un coup mortel.

Le duo l’ayant pris pour cible venait de passer à un solo. Le singe survivant se pencha au chevet de son homologue mourant. Un cri bestial jaillit des profondeurs du primate qui exprimait sa peine avec ses propres onomatopées. Néanmoins cette perte ne sembla pas provoquer un élan de fureur, heureusement. Ils ne faisaient que commencer et se heurter à un problème primatique dès le début les ferait passer pour de sacrés guignols. L’animal prit la fuite sans demander son reste. Trop craintif sûrement de devoir rejoindre son copain.

Zoku maintenant plus attentif, scrutait les alentours. Il réalisa que le troisième larron était toujours aux prises avec l’immense gorille. Aucun des deux partis ne bougeait et la tension était palpable. Un duel silencieux et parfaitement immobile s’était engagé entre les deux. Une situation qui ne faisait qu’augmenter la tension du raton-laveur. Ses pattes arrière étaient prêtes à le propulser loin du danger au moindre geste suspect de la part d’un des individus. Cet instant horrible prit fin lorsqu’un nouvel intervenant fit son entrée. Un homme d’un certain âge arriva par la voie des airs, chevauchant un oiseau. Aussi surprenant cela pouvait-il paraître. Mais dans un univers où les hommes se changeaient en animaux, crachaient du feu et marchaient sur l’eau, un tel spectacle était en soit à peine choquant.

A peine arrivé sur le plancher des vaches, le mystérieux inconnu prit immédiatement la direction du duo où se trouvait le polymorphe. Il allait répliquer alors que la lourde main vint s’écraser sur lui pour lui administrer quelques caresses. Ce qui était une tension devint une rage bouillonnante. Les images des supplices que cette énergumène allait endurer prit la forme d’un film macabre dans l’esprit retors du petit mammifère. Rapidement remplacé par une idée bien plus astucieuse qui pouvait leur permettre d’avoir un avantage sur le fameux Wakibara. Tout jeu de mots sur le prénom était proscrit pour le coup. Toute parole l’était à vrai dire.

Pour qu’il se comporte ainsi, il devait forcément penser que Zoku n’était qu’un animal s’étant retrouvé au beau milieu du conflit sans vraiment le vouloir. Au mieux un compagnon de combat du Sabreur ou un Kuchiyose. Mais il y avait quelque chose à faire avec ça. S’il n’était pas le plus puissant du trio, il pouvait être le plus rusé. A la place de vilaines morsures et d’un démembrement de la dextre du chevalier de volatiles, le raton-laveur renifla avec crainte la main qui lui malmenait le pelage. Il décrit un recul à peu près aussi sec et se faufila derrière celui qui l’avait sauvé des singes. Alors que ses deux camarades engageaient le dialogue, lui allait devoir exercer l’épreuve insurmontable de se taire. Il ne faisait pas confiance à cet homme bien que les autres cherchaient le dialogue. S’il le pensait aussi inoffensif que son apparence le laissait entendre, le Yasei pourrait avoir une opportunité à un moment ou un autre de déclencher une diversion salvatrice aux deux autres.

Afin de parfaire cette stratégie, Zoku fit mine de faire sa toilette comme un raton sauvage le ferait. Il se passa la langue sur sa fourrure, réprimant quelques fois le goût âpre qui se déposait sur ses papilles. Son brin de toilette achevé, il décrivit quelques cercles dans les pattes de son associé avant de l’escalader agilement pour se placer sur son épaule, comme le ferait un animal de compagnie.

Spoiler:
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Alucar10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9788-les-ailes-noires-terminee
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Dim 9 Fév 2020 - 19:36


Vous choisissez de douter, et contre toute attente, vous prenez la décision de questionner l’homme mystérieux. Il est sans doute sage de votre part de ne pas le suivre inconsciemment, mais dans une mission où votre rapidité a une importance – le chef Teva et les siens se rapprochant d’un réel conflit à chaque seconde – il faut vous attendre à ce que chaque décision ait des impacts. En clair, plus vous mettez de temps, plus vous aurez de difficultés à gérer efficacement la situation une fois sur place. De son côté, Wakibara ne se trouve pas offusqué en ce qui concerne les questions que vous lui posez. Il monte sur son oiseau, et vous répond, tandis qu’il réitère sa proposition d’un geste de la main.

« Le pic du cerisier n’est pas très éloigné, à vol d’oiseau. Sans compter les dangers des marécages, vous gagnerez au moins un tiers du temps de voyage. Je ne demande rien en échange, je suis un ami de la brume et j’aide les voyageurs shinobis à sortir de ces marécages dès lors que je les croise. Je n’ai pas besoin d’argent, et le seul passe-temps d’un vieillard comme moi est d’aider les autres. »

Dans sa voix, on peut déceler une petite mélodie, mais il vous sera difficile de deviner s’il s’agit d’un beau parleur ou d’un vieillard joyeux. Peut-être qu’avec une technique adéquate, vous l’auriez compris directement. Pour l’instant, à part jouer à pile ou face pour savoir s’il dit vrai, vous êtes toujours au même point qu’il y a cinq minutes.

« Je ne connais pas ces animaux, mais il ne faut pas avoir été beaucoup de fois à la bibliothèque pour deviner que des singes ne vivent pas dans des marécages. Au mieux, vous auriez pu croiser des crocodiles, par exemple. Bien, je vous invite à me suivre, sans quoi je chercherai des shinobis moins méfiants pour les aider… »

S’il dit vrai, vous pouvez le suivre sans craintes. Même s’il ment, découvrir qu’il s’agirait d’un menteur serait un bon point pour vous, et vous pourriez éviter à d’autres d’être piégés le cas échéant. S’il s’agit d’un homme intègre, vous gagnerez un temps précieux et cela aura une importance modérée pour la mission.


Suivre WakibaraCette fois, c'est l'un ou l'autre. Suivez-le et jouer un pile ou face dangereux ou...

Continuer à pied... ne prenez pas de risque, perdez un peu de temps, et d'autres Kirijins vérifieront pour vous !


Revenir en haut Aller en bas
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Dim 9 Fév 2020 - 21:10
Face aux secondes qui défilaient sans qu'une réellement avancée ne se profile, le samouraï empoigna le haut du fourreau de son arme, l'air de douter de sa décision. Son regard balaya la zone de nouveau, avant de finalement relâcher la prise de sa main et s'avancer vers l'homme. D'un voix calme et articulée, il reprit, sans même prendre le temps de considérer ce que ses équipiers avaient à dire; il lui fallait prendre les devant, sans pour autant resté concentré sur une seule et même chose.

"Très bien. Nous te suivons vieil-homme."

Des mots qui suffirent à faire don de sa décision au reste de son équipe, alors qu'il continuait sa progression vers l'inconnu, prêt à suivre ses instructions afin de se faire transporter. La hâte n'était pas quelque chose qu'il appréciait et malgré la vitesse d'execution qu'il laissait paraître, un seul mot de ses deux collègues kirijins suffirait pour qu'il se désiste. Si l'un d'eux trouvait la décision mauvaise, même sur une simple supposition, le samouraï n'hésiterait pas à suivre l'avis des autres. Une telle décision pouvait faire gagner du temps, tout comme elle pouvait les mener tout trois vers la mort.

"Qu'en est-il du gorille ? Ta route prévoit-elle un retour pour venir l'extirper de son sort ?"

Paraissant s'intéresser aux idées du vieillard, le samouraï menait une traque d'information, cherchant à découvrir la moindre information suspecte dans ses réponses, avant même qu'ils n'aient tout trois quittés l'endroit à l'aide du moins de locomotion plus qu'exotique. Un vent de côté vint frapper son visage, traversant la cime des arbres pour attirer le regard du Chûnin vers le gorille qu'il avait grièvement blessé. Il n'avait que faire de ces animaux et pourtant, il fallait bien avouer que la vue d'un être en souffrance n'était pas acceptable pour tout le monde, point de vue du vieillard qu'il était bon de respecter, bien que n'étant pas partagé par le samouraï.

Si l'arrivée de l'homme possédait un caractère étrange, il était possible de la considérer comme fortuite, essayer de ne pas chercher la petite bête, mais seulement profiter de l'avantage considérable que pouvait donner une pareille opportunité. Malgré tout, Mafuyu restait sur ses gardes, la respiration lente et l'esprit serein, concentré sur les moindres gestes de l'inconnu.

Résumé:
 

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 https://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Takeo Jomei
Takeo Jomei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Jeu 13 Fév 2020 - 15:45
Les yeux de Jomei restaient neutre tout le long de la conversation, même lorsque Zoku ne reprenait pas une forme humanoïde et qu’il agissait comme un véritable animal. Le Sabreur tenait fermement Hiai dans sa main, avant de relâcher la pression et de ranger son arme dans son dos une fois que Mafuyu annonça que le groupe allait suivre le vieil homme. Dans un sens c’était dangereux de suivre un inconnu qui arrivait miraculeusement lorsqu’ils étaient en manque de temps, mais si le vieil homme leur souhaitait réellement du bien alors le trio de shinobis n’avait rien à perdre, littérallement.

Cela aurait probablement été un courant de pensée normal, cependant quelque chose restait dans la tête de Jomei alors qu’il marchait pour rejoindre les côtés du Chuunin : Wakibara, un allié de la Brume ? Pourquoi insistait-il autant sur le fait de venir en aide à d’autres shinobis, si le groupe de Mafuyu était trop méfiants ? Si une personne veut prouver qu’elle était de bonne foi, elle ne tenterait pas l’approche d’un commercial qui menaçait de vendre ses produits ailleurs. Le ton du vieil homme était peut-être sincère, mais ses paroles ne s’alignaient pas totalement avec sa voix enjouée. Est-ce qu’il était si facile de se moquer des shinobis de Kiri, qui grandissent dans l’un des environnements les plus reclus et difficiles de ce monde ?

Alors qu’il rejoignait Mafuyu, Jomei adressait un regard à ce dernier. Sans dire un mot il soutenait le regard de l’homme qui a repoussé un gorille avec une épée, essayant de transformer cet échange en un message clair : restons sur nos gardes. Tout le monde ne pouvait prétendre aussi facilement qu’il est un allié du village. Au-delà de ça, Jomei restait silencieux, observant ensuite le grand oiseau et l’homme qui était monté dessus. Il le savait déjà, mais la journée allait être longue… et il se préparé à tout moment à ce qu’une sensation de mort se rapproche d’eux.

Spoiler:
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Yasei Ketsumei
Yasei Ketsumei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Sam 15 Fév 2020 - 22:12
S’affairant aux occupations excessivement importantes de raton-laveur, Zoku ne perdait pas une miette de l’échange qui avait lieu ainsi que des rares propos échangés. Le plus balèze du groupe semblait décidé à tailler un brin de bavette avec le mystérieux inconnu. Ce n’est pas parce qu’il s’était présenté qu’il en était pour autant quelqu’un d’amical ou bienveillant. Au moins le polymorphe pouvait profiter de son aspect bestial pour tenter de le duper. Même si cette ruse bénigne offrait un avantage, elle pouvait tout aussi bien s’avérer inutile s’il était un shinobi de très haut niveau.

Pourtant celui chargé de la bonne conduite de la mission ne semblait pas nerveux. En apparence du moins il ne laissait rien présager. Des mots posés sur un faciès tout aussi détendu. A croire que les deux hommes faisaient connaissance à la terrasse d’un petit bistrot, sirotant chacun une tasse de breuvage, l’air rêveur à laisser aller le regard aux passantes légères. D’un côté, Zoku se sentait bien verni de pouvoir agir comme son totem. Il n’y avait pas à se montrer poli, méfiant ou surveiller chaque parole. Hormis quelques coups d’œil apeurés de temps à autre pour rendre la supercherie crédible, il pouvait se comporter presque naturellement sans être trop éloigné de la vérité environnante.

Sous sa forme actuelle et vu le contexte, il n’allait pas donner son avis à ses coéquipiers. Si ça ne tenait qu’à lui, ils auraient passé encore un moment à éclaircir les choses avec ce drôle d’oiseau. Littéralement pour le coup. Mais par soucis de concordance, motus et bouche cousue pour l’insupportable mammifère qui délaissait malgré lui la méfiance à sa toilette personnelle. Ses léchouilles incessantes lui rappelèrent de rendre ses douches bien plus fréquentes. Un amalgame poilu se formait dans sa gueule mais il gardait la face malgré le profond dégoût qui l’habitait.

Son perchoir ambulant n’avait pas décroché un mot, il suivait la voie du plus fort qui menait les discussions pour le moment. Une très bonne tactique. Il était bien celui-là. L’autre aussi ceci dit, mais celui-là avait pris la peine de défendre Zoku. Lui-même n’aurait pas pris cette peine. Un chic type avec du savoir-faire. Le raton n’était pas du genre fier avec de l’honneur mais il tâcherait de se souvenir de ce beau geste. Déjà si l’hurluberlu faisait un pas de travers, le Yasei serait le premier à savoir profiter d’une occasion. S’imaginant les différents scénarios dans sa tête, le polymorphe tâchait de prévoir les possibles retournements. Jusqu’à ce qu’une solution radicale lui vienne à l’esprit. Il ne pouvait pas afficher son petit sourire diabolique et narquois. Intérieurement il jubilait tandis que l’extérieur observait l’immense volatile avec un regard mi-apeuré mi-intrigué. Lui aussi qu’il essaye une quelconque vilainie, il aurait le droit au même sort que son cavalier.

Une boulette de poils prémâchée et bien collante. Dans la face ou dans les plumes. Au bon vouloir du petit malin qui oserait faire un pet de travers.


Spoiler:
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Alucar10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9788-les-ailes-noires-terminee
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Dim 16 Fév 2020 - 1:46


Vous choisissez la solution la plus sage pour gagner un temps précieux, et vous avez bien fait : cela aura sans doute une incidence, d’importance incertaine, sur la suite de la mission. La question de Mafuyu ne reste pas ignorée par le vieillard, mais ce-dernier, comme investit d’une mission, ne répond pas pour commencer. Une fois que vous êtes montés sur son volatile, celui-ci commence son décollage, battant des ailes avec difficultés, ce qui vous fait comprendre qu’il s’agit d’un trois places, et non d’un quatre places. Cependant, Wakibara s’est engagé, et si cela doit mener son fidèle compagnon à la mort, ce sera après vous avoir permis de rejoindre le pic du cerisier. L’ascension s’achève vite, mais vous montez à une hauteur qui vous empêchera de tenter quelque chose d’inconsidéré vis-à-vis de ce simple civil. Une fois à la hauteur qui lui plait, il finit par répondre à l’Higure. En fait, si vous avez prêté attention à ce qu’il se passait en contrebas, vous avez pu constater avant d’être trop éloignés que l’animal a été attaqué par un groupe d’alligators qui l’ont dévoré un quelques instants, profitant de votre coup de main.

« Ce gorille retrouvera son chemin, soit dans l’estomac des bêtes environnantes, soit vers une forêt qui lui conviendra mieux. Remarquez, ses blessures le tueront peut-être avant les reptiles. »

Derrière vous se trouve Kiri, et devant vous, votre destination. Si vous connaissez le chemin, vous comprenez assez vite que le vieil homme ne se joue pas de vous. Il vous faut une petite heure pour apercevoir votre objectif, et l’oiseau commence à perdre de l’altitude, jusqu’à passer au-dessus d’un marais de faible envergure, à même pas trois-cent mètres du pic. C’est là que le piège se referme. Sans aucune prévention, votre moyen de locomotion fait une sorte de looping à une vitesse étonnante. Préparé à ce tour, Wakibara ne tombe pas, mais de votre côté, il vous est peu probable d’éviter la chute d’une dizaine de mètres dans l’eau peu profonde. Vous n’en subissez pas de dégâts, mai c’est embêtant pour vous, car la destination est si proche. Votre chauffeur vous crie quelques informations :

« Je suis Wakibara le chauffeur-piégeur ! Je vous emmène rapidement où vous voulez, mais le prix à payer est de remporter une petite épreuve. Pour vous, ce sera l’alligator de la mort ! »

Il vous laisse alors face à ce mastodonte, qui se trouve une dizaine de mètres devant vous. Vous pouvez remarquer plusieurs choses aux alentours : pas d’issues exceptées une pente qui se trouve derrière la bête. De ses trois mètres de large, il vous bloque la sortie évidemment. Vous pourriez passer, mais il doit rester un mètre de chaque côté de son imposant corps, et par au-dessus ? Je vous déconseille de tester ses réflexes. Le tuer est le plus rapide à faire, sans doute, mais d’autres solutions doivent être possibles. La robustesse de la bête n’est pas non plus à sous-estimer, et ses crocs vous déchiquèteront sans difficultés.



Affronter la bêteMais faites vite, sinon le temps gagné... sera perdu

Tenter une esquiveVous pouvez peut-être le contourner, qui sait ?

Tenter de passer en force, tout droitYOLO, après tout ?


Revenir en haut Aller en bas
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Dim 16 Fév 2020 - 17:38
Noyer le poisson
Alors que la force du vent faisait vibrer et vaciller les vêtements amples du samouraï, aidée par la vitesse de vol de l’oiseau géant qui semblait légèrement peiner à prendre à son bord quatre personne, un mouvement brusque fit perdre l’équilibre au Chûnin. Il ne comprit d’abord pas exactement ce qu’il se passait… Si l’oiseau avait eu un problème lors de sa pointe, chose envisageable, mais qui tombait à l’eau en se disant que les passagers n’étaient pas spécialement imposants, ni lourds, bien qu’armés ; comptant l’homme raton-laveur qui n’avait rien d’un poids lourd. L’apesanteur prit le samouraï, le faisant fuser vers le sol alors que, par réflexe, il regardait rapidement autour de lui, constatant qu’il n’était pas seul. Ses deux équipiers étaient là aussi, chutant pour finalement se rapprocher de plus en plus du sol marécageux. D’un mouvement agile du corps, Mafuyu se força à repositionner ses jambes vers le sol, prêt à se réceptionner dans la vase des marécages. Le heurt ne fut pas violent malgré la hauteur, résultat de l’agilité des shinobis et de l’environnement propice à amortir. Les chaussures pleines de boue, il retira rapidement ses pieds alors que le chasseur leur envoya quelques mots. Une fourberie que le samouraï n’oublierait pas de si tôt. Le chûnin vérifia du regard que ses coéquipiers aillent bien, tout en fléchissant les jambes, raidissant son dos et se préparant à l’aide d’un mouvement de sa main gauche sur le haut de son fourreau. Ses yeux furent vite prit d’attention par le reptile de trois mètres de large qui obstruait l’espace au sol, à peine une dizaine de mètres devant yeux. Il lâcha quelques mots, la voix sereine reflétant un calme olympien, prêt au combat.

En position, ce type de bête est rapide et puissant, il faut le mettre hors d’état de nuire avant que la situation ne dégénère. Restez derrière le temps d’un instant.


Il laissa deux secondes de pause avant de reprendre, la voix plus basse.

Nous nous occuperons du cas de ce forban plus tard.


A ces derniers mots, les yeux du samouraï se mirent à plisser, affichant une concentration de combattant sur ses gardes, à l’image de ses mains qui furent rapidement jointes, puis séparées, puis jointes de nouveau… La description simple de mudrâs prenant place dans l’arène.


Sa tête fit alors un rapide mouvement arrière avant de s’avancer et relâcher une énorme quantité de feu dans la direction de l’imposante bête, sur toute la largeur du terrain à partir de sa position… Raison pour laquelle il avait conseillé plutôt de rester en retrait un court temps.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 https://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Takeo Jomei
Takeo Jomei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Mar 18 Fév 2020 - 19:42
Ainsi le trio de shinobis finissait par monter sur l’oiseau géant, sous les directives du vieil inconnu. Jomei n’était toujours pas convaincu de la sympathie de Wakibara mais avaient-ils le luxe de choisir en ce moment ? Pas vraiment, le baton d’encens représentant le temps restant à l’équipe se consummait de plus en plus vite, et les cendres qui bientôt de générer un véritable incendi sous forme de guerre à petite échelle entre un clan et des habitants méfiants. Parfois le Sabreur se demande jusqu’où ils allaient pouvoir intervenir pour régler cette situation, à quel moment leur mission sera considérée comme un échec… Il espérait ne pas avoir à faire couler le sang inutilement, même s’il a promis ne pas hésiter lorsque viendrait le moment de se salir les mains.

Perdu dans ses pensées au pire des moments, il sent une secousse inhabituelle qui finit par l’envoyer en l’air, ses pieds n’étant plus posés sur la bête couverte de plumes. Il tourne plusieurs fois dans les airs avant d’apercevoir le sol se rapprocher à grande vitesse, le shinobi décidant de reprendre le contrôle de son corps en tournant quelques fois supplémentaires pour atterrir subitement dans la boue. Ses jambes soutenaient le choc, ce dernier se diluant dans tout son corps alors qu’il redressait la tête à l’attention du vieil homme qui repartait comme la poussière emportée par le vent. Un regard froid se dégageait des pupilles du Sabreur qui serrait fermement le poing, indigné.

La voix de Mafuyu ramenait Jomei à recollecter ses pensées, une urgence de taille se profilant au loin. Les écailles verdâtres de l’animal paraissaient presque noires avec l’absence de rayons de soleil pour traverser la brume épaisse des marécages. Le Sabreur fronçait les sourcils en essayant d’analyser de loin les traits de la bête, même si la distance et le manque de visibilité ne facilitait pas le travail. Jomei inspirait profondément avant de saisir Hiai logée dans son dos, dégainant le Sabre et observant le prochain mouvement du chef de l’équipe. A la grande surprise du genin, le chuunin expulsait de ses poumons une immense gerbe de flammes qui força un pas un arrière de la part du Sabreur, surpris par la soudaine puissance déployée.

Avec un tel déferlement de feu, l’animal sauvage avait-il réellement une chance de survivre ? Même si on était dans son habitat naturel il aurait certainement du mal à éviter une attaque de cette envergure. Jomei plissa les yeux avant de soupirer et de commencer à se positionner de sorte à couvrir Mafuyu, au cas où une attaque venue de nulle part viserait le groupe, et notamment le chuunin qui n’était pas en meilleure position de se défendre après avoir réaliser une telle attaque. Le Sabreur pourrait essayer d’utiliser le pouvoir de sa lame pour réaliser une attaque surprise à travers les flammes et en sécurité, mais il doutait de l’efficacité d’un tel combo dans cette situation étant donné qu’avec un manque de visibilité flagrant c’était très dur de viser un point vital, et donc le risque de toucher le reste du corps de l’animal qui semblait épaissit par les écailles était encore plus grand. Donc il se contentait de protéger les arrières de ses alliés.

Spoiler:
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents
Yasei Ketsumei
Yasei Ketsumei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Jeu 20 Fév 2020 - 22:05
Ce n’était même plus une boule de poils que l’étrange inconnu risquait de se prendre mais une marée de bile. N’ayant pas refusé son aide, le trio Kirijin s’engagea sur le dos de l’incroyable monture. Toujours sur ses gardes au début, Zoku se confronta rapidement à un problème d’ordre gastrique. Le vent dans les moustaches et la progression incertaine du gros pigeon n’arrangeait pas son état. Des nausées lui tiraillaient l’estomac sans qu’il puisse s’en plaindre. Un supplice pour une pipelette comme lui. Il ravala fierté et relents pour se concentrer sur un point à l’horizon. L’altitude leur permettait de voir un peu à travers la mélasse de l’archipel. Ce qui pouvait ressembler à leur destination se précisait tout au loin. Un élan d’espoir pour son ventre.

Vite renversé au même titre que son détenteur. Soudainement, le maudit volatile décrivit un mouvement de haute voltige afin de se débarrasser de ses voyageurs. Bien sûr l’étrange bonhomme n’avait pas chuté, preuve qu’il était l’initiateur de cette entourloupe. La chute sembla durer une éternité alors que la boule de poils masqué se retrouvait à faire plusieurs roulades aériennes. Il parvint à se stabiliser à quelques mètres du sol, réalisant alors que les attendait en bas une vase dont la profondeur pouvait amortir le choc. Pas vraiment le temps de réagir d’une autre manière, il put juste se laisser tomber avant d’être violemment arraché à la sensation de vide lorsque le plancher des vaches le rappela à sa loi universelle de la gravité. L’eau lui offrit un plat qui lui lança tout le dos. Il se retrouva grimaçant sous l’eau qui était légèrement plus haute que lui.

Fort heureusement son instinct animal ne l’empêchait pas de nager de manière parfaitement naturelle. Il se retrouva la tête en dehors de l’eau alors que l’illuminé et son piaf mal plumé s’en allait après avoir proféré des propos parfaitement incompréhensibles. Il était pas net ce gars, il valait mieux qu’il ne recroise pas la route du trio. Zoku avait daigné jouer le jeu du gentil raton, si une nouvelle rencontre se profilait, il en serait sûrement autrement. Il serait carnivore qu’il s’en lècherait déjà les babines. A l’instar de l’immense bête qui faisait face aux Kirijins.

Un gigantesque sac à mains sur pattes qui émit un grondement interne à peine perceptible. Son féroce appétit ou un ronflement, il n’y avait pas le temps de se poser la question. Son immensité empêchait le trio de continuer leur progression. Un peu d’espace sur les côtés mais guères assez pour permettre aux deux autres shinobis de passer. Le polymorphe avait sa chance pour le coup. Mais progresser de la sorte en pleine ligne de mire revenait à du pur suicide. Alors que le chef prenait la parole pour établir une stratégie, le raton-laveur en avait une bien à lui.

Toujours pénalisé par son manque de force physique, il pouvait néanmoins compter sur ses capacités de larcin. Alors que le type à l’épée composait des mudras, Zoku prit une profonde inspiration et s’enfonça dans l’eau assez profonde pour qu’il s’y faufile discrètement. La consistance en était légèrement trouble mais il n’était pas difficile de savoir où se trouvait qui lorsqu’un éclat jaune sembla illuminer de l’autre côté de la surface aqueuse. Le chef était passé à l’attaque. Il avait raison de profiter de sa force, il n’y avait pas à lésiner sur les moyens. Le raton quant à lui préférait profiter de sa discrétion pour se faufiler par le côté. Au moins il ne serait pas un poids mort pour les deux autres dont la force ne semblait plus à démontrer. Il avait repéré son objectif et s’y mouvait sans grande difficulté. Lorsqu’il ressurgit des eaux, il était au niveau des pattes arrières du sac à main agressif. Il chercha immédiatement du regard ses camarades sans pour autant perdre de vue la bestiole.


Spoiler:
 

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Alucar10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9788-les-ailes-noires-terminee
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Jeu 20 Fév 2020 - 22:51


La loi du plus fort est toujours la meilleure. On peut dire que vous optez pour la solution du "YOLO", et Mafuyu emploie son plus beau Katon - espérons-le pour ses prochains adversaires en tout cas - ce qui ne laisse pas beaucoup de chances à l'animal. Pour la petite histoire, le crocodile vit ici depuis des années, et ne se nourrit que de ce que son ami Wakibara veut bien lui amener depuis tout ce temps. Sa taille imposante l'empêche tout bonnement de sortir de ce lieu confiné, et d'une certaine façon, en brûlant sa peau kératinisée, les écailles ne faisant pas long feu face à celui qui se trouve en face. Vous pourriez pratiquement déguster la créature, le croquant devant être à son meilleur désormais, mais le temps vous est toujours compté. Le pic du cerisier se trouve à quelques mètres de la sortie, et rien ne semble plus vous empêcher de vous y rendre. En effet, le taxi piégeur est parti avec son piaf, et le "sac à main" est cuit à point. D'ailleurs, il est bon de mentionner que le raton-laveur s'en sort bien, l'eau du marais l'ayant protégé de l'attaque dévastatrice de son camarade.

Suivant la voie logique, vous quittez donc ces lieux, en direction de votre destination d'origine - ou du moins le premier lieu à visiter avant le village des Umimori. En quelques minutes à pied, vous y voilà, peut-être même juste à temps. Ce que vous y voyez n'est pas très réjouissant, mais représente aussi une opportunité pour la mission qu'est la votre. En bref, vous allez pouvoir gagner les faveurs de ceux que vous venez voir, ou bien les perdre totalement. Un homme se trouve au milieu d'une foule d'une dizaine de miliciens maigrement armés. Ce ne sont pas des bandits, encore moins des ninjas, mais des gardes d'un village de pécheurs de Mizu, qui n'admettent pas l'existence d'hommes-poissons. Pourtant, les Yasei ne sont pas si différents des autres ninjas - bon, avec Zoku dans votre équipe, vous n'allez pas marquer des points auprès du commun des mortels, mais en général, ils sont normaux - et vous vous devez d'intervenir pour une simple raison : celui qu'ils ont encerclé, l'empêchant de s'échapper sans se défendre et risque de les blesser, c'est le chef Teva. Sans votre aide, il risque de se faire blesser, voire pire, et nous n'avons pas envie de voir cela se produire.

Pour l'instant, les miliciens ne vous ont pas vu. Ils restent des habitants de Mizu, et ne sont pas vos ennemis par définition. Plusieurs possibilités s'offrent à vous, mais réutiliser le Katon du crocodile est sans doute la moins bonne, car dans ce cas précis, vous tueriez une dizaine de soldas innocents en même temps que le chef des Umimori. Quelle sera votre décision ?



Affronter les miliciensC'est une possibilité, mais est-ce la meilleure ?

Tenter une approche pacifiqueA vous de voir si vos talents d'orateurs suffiront à les calmer.

Autre...C'est votre choix, vous pouvez faire n'importe quoi, mais la mission en dépend, vous êtes arrivés à temps pour que le chef Teva soit encore en un seul morceau, ne gâchez pas cette chance...


Revenir en haut Aller en bas
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Jeu 20 Fév 2020 - 23:17
Noyer le poisson
Sortit des problèmes causés par le chasseur, l'équipe pu finalement sortir de la vase dans laquelle ils avaient été laissés. Le regard légèrement abaissé, cachant en partie ses yeux grâce à la bassesse de son couvre-chef, le samouraï progressa sans plus de soucis en direction du Pic des Cerisiers. Seulement, le Chûnin se permit d'adresser quelques mots à ses équipiers alors qu'il voyait au loin la scène décrivant une dizaine de miliciens réunis autour d'un individu. N'arrivant d'abord pas à voir de qui il pouvait s'agir, ses instructions fusèrent.

Les embûches semblent ne pas finir. Il va nous falloir la jouer finement, il y a eu assez de mots pour aujourd'hui.


De ces simples mots, Mafuyu effectua plusieurs pas lents vers l'attroupement, pour finalement essayer de décrire du regard ce qu'il pouvait bien se passer. La réponse fut rapide, l'homme avait besoin de soutien supplémentaire... Il leur fallait désamorcer la situation pour en apprendre davantage avant de finalement agir. Sa voix calme et ses mots articulés prirent un ton plus haut, assez pour que chacune des personnes présentes puissent l'entendre, ou au moins les moins concentrés.

Aisatsu, miliciens. Cet homme est avec nous, on peut savoir ce qu'il se passe exactement ?

挨拶 - Salutations.


De mots mitigés aidés d'un regard insistant à destination de la victime du clan Umimori, le Chûnin essaya de lui faire comprendre qu'il était avec lui et qu'il serait plus aisé pour lui de jouer le jeu s'il voulait s'en sortir sans trop de problèmes. De même, les gardes auraient peut-être moins d'appréhension à créer une émeute autour d'un pauvre homme si celui se retrouvait soudainement affilié à un trio kirijin en vadrouille.

Pour finir, l'Higure amena sa main au niveau de son couvre-chef, l'enserrant afin de faire rentrer le Chef Umimori dans une illusion sommaire dont il espérait bien qu'il remarquerait le changement. Du moins, il espérait qu'il savait lire.


L'illusion visa à purement et simplement faire apparaître un signe sur le torse du samouraï, modifiant l'apparence de son textile pour l'affûbler de deux kanjis distincts : 友達.

*Tomodachi - Amis.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 https://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Takeo Jomei
Takeo Jomei

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Empty
Sam 22 Fév 2020 - 18:24
Comme il l’avait anticipé, la puissante lumière qui se dégageait des flammes de Mafuyu se reflétait dans les yeux rubis de Jomei, le Sabreur qui avait décidé d’agir en tant que gardien en cas de nouvel imprévu. Il ne restait qu’un cadavre grillé, la carcasse du crocodile n’ayant pas fait long feu face à la puissance sommeillant dans l’ombre du chef de cette équipe. Zoku avait gagné du terrain comparé aux deux manieurs d’armes, son agilité et l’astuce de se couvrir dans les eaux impressionnant Jomei qui essayait de garder un oeil sur la silhouette du garçon devenu animal. Même s’ils composaient un groupe atypique, une forme d’équilibre semblait s’organiser entre eux.

Cela se confirmait davantage lorsque le groupe reprenait rapidement la route, arrivant à leur première destination, et pas des moindres étant donné qu’il y avait du grabuge. Un groupe d’hommes armés encerclait un individu, et le profil de cette scène ne rassurait pas le Sabreur. Jomei restait un pas derrière Mafuyu, son Sabre dans son fourreau, ses mains jointes dans le dos, alors que le genin regardait froidement le groupe de gardes qui ne pourrait pas éviter le questionnement du chuunin. Il valait mieux ne pas agiter plus que nécessaire ces hommes, s’ils avaient un minimum de bon sens ils comprendraient que se mettre Kiri à dos n’était pas une option.

Mais ce qui inquiétait Jomei était que les gardes tentent de garder l’avantage de la situation avec leur formation autour du chef Teva. Faisant un pas en avant, se situant sur la même ligne que Mafuyu, Jomei bougeait lentement une de ses mains située dans son dos pour la tendre en direction du groupe tout entier et fixer en direction du chef du village des Umimori.

- Teva-sama, nous feriez-vous l’honneur de vous approcher ?

Le but de Jomei était simple : commencer par offrir une porte de sortie saine et diplomate au chef Umimori. Il était attristant de voir autant d’hommes s’en prendre à un seul individu… Mais Jomei souhaite éviter de diriger sa lame vers des habitants de son propre pays.

_________________
[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON Lvyy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7720-un-patriotisme-froid-takeo-jomei#64966 https://www.ascentofshinobi.com/t7969-takeo-jomei-resume-des-episodes-precedents

[MISSION/B/KIRI] NOYER LE POISSON

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: