Soutenez le forum !
1234
Partagez

Piège de bois — SAJI

Sae
Sae

Piège de bois — SAJI Empty
Mar 24 Déc 2019 - 17:50
Automne 199, Kaze no Kuni.

« Des progrès avec le Sujet Sept ? »
« Oui, Monsieur. Les résultats sont encourageants. Depuis que nous savons qu’elle est une marionnettiste, nous avons pu faire des tests avec ses prothèses. La circulation chakratique pour générer les fils de chakra est parfaitement opérationnelle. »
« Excellent. J’aimerai que nous passions au Ninjutsu rapidement. »
« Du Ninjutsu ? »
« Avez-vous un problème avec cela ? »
« Bien sûr que non. C’est juste que les Sujets Cinq, Neuf et Onze ont échoué et que … »
« Ne vous en faites pas très chère. Si elle échoue, nous la remplacerons comme les autres même si elle est un sujet intéressant et prometteur, elle n’est pas unique. »
« Soit. Je vais donc enclencher le protocole et nous commencerons demain matin. »
« Parfait. »

Présent, Kirigakure no Sato.

Sae avait eu la surprise de recevoir une missive en début de semaine de la part du chef de la Police qui était également le chef de l’éminant clan des sabreurs de la cité militaire du pays de l’Eau. Ce dernier réclamait les services de la Kunoichi notamment pour sa maîtrise dans l’art du Kugutsu no Jutsu. La belle avait pu découvrir à travers la lettre qu’un précédent marionnettiste avait offert ses services dans l’élaboration de pièges ou autres pour le Dojo et que le nouveau chef des sabreurs souhaitait poursuivre les travaux avec elle.

La Genin n’avait jamais encore élaboré des mécanismes autre que des marionnettes de combat, elle ne savait pas si elle était capable, mais elle était fortement intéressée par ce projet qui en cas de réussite lui ouvrirait les portes d’une étude de plus grande ampleur.

La belle avait convenu d’un rendez-vous une fois la lettre réceptionnée, car il lui était impossible de se pointer au Dojo comme une impolie. Il était d’ailleurs temps pour elle de quitter son logement et de se rendre dans ce haut lieu de la cité militaire du pays de l’Eau. La femme à la longue crinière blanche avait pris le soin de prendre avec elle les différents rouleaux contenant ses marionnettes si elle devait faire étalage de ses talents. Le temps était clément en cette après-midi d’automne.

Après plusieurs dizaines de minutes de marche dans les rues et ruelles de la belle Kiri, Sae était arrivée devant les portes du Grand Dojo. Il s’agissait d’une première pour la manipulatrice de pantin en bois, jamais elle n’avait encore mis les pieds dans cette partie du village. Elle était impatiente d’entrer et de voir ce fameux projet qu’on lui proposait d’intégrer si elle avait les capacités nécessaires pour le mener à terme. La Kunoichi poussait les portes imposantes du Dojo et entrait dans ce dernier et avec sa voix douce et cristalline s’annonçait de façon laconique.

« Sae. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7821-sae-en-cours#65582 https://www.ascentofshinobi.com/t7840-sae-carnet#65689
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Piège de bois — SAJI Empty
Mer 25 Déc 2019 - 23:35
En dépit de l’effervescence du village autour du Complexe Shinobi, l’activité du Grand Dojo demeure soutenue, en particulier depuis la venue de nouveaux Sabreurs parmi les effectifs du clan fondateur de Kiri. Des recrues qui ont certes réussi à passer la redoutée Épreuve des Lames dont le taux d’admission est très bas, leur conférant d’ores et déjà le mérite de s’être élevé au-dessus des Apprentis et Disciples, la poursuite du Sabreur dans la voie de la lame ne s’arrête jamais. D’où l’importance pour le chef de clan de soumettre ses confrères à des épreuves toujours plus difficiles et qui permettraient d’éprouver leurs compétences en matière de kenjutsu, mais aussi tester les qualités complémentaires pour mériter véritablement leur rang parmi les Sept.

Dans le but de satisfaire cette nécessité d’élever la difficulté des entraînements, le jounin avait déjà eu recours aux services d’un marionnettiste du nom de Toho Kobayoshi, un genin qui a accepté d’oeuvrer à l’entretien des mannequins de bois du Grand Dojo, mais aussi assurer des réparations régulières du sol et des murs endommagés au cours d’entraînements intenses, un travail de grande haleine qui reste minime comparé à son projet ambitieux de concevoir des salles piégées. Un concept intéressant qui a permis à des shinobis de la Brume de mesurer leur agilité à travers un parcours d’obstacle aux multiples dangers, ajoutant un peu de piment aux entraînements à sens unique contre des mannequins de bois ou la pratique nécessaire mais peu divertissante il faut l’avouer des katas.

Ce jour est le jour qui a été décidé d’un commun accord avec une potentielle associée de s’entretenir sur un nouveau projet, qui entrerait dans la continuation des travaux de Kobayoshi et de ses salles piégées. Un projet dont seul le chef de clan a connaissance et qu’il partagerait avec la marionnettiste qu’il a repéré après une rapide recherche des listes d’effectif de la Brume. Très peu d’informations ont été renseignées à son sujet sur le dossier, mis à part qu’elle est une adepte du Kagutsu no jutsu et qu’elle porte des prothèses à la place des bras, un trait très distinctif, c’est le moins que l’on puisse dire. Les informations officielles sont relativement elliptiques sur ses origines, et le service de renseignement du Kyôi n’a guère pu identifier la cause de son caractère froid et la raison de ces prothèses en substitution des bras.

En somme, une femme plein de mystère, à l’image du Sabreur masqué qui n’aurait d’autre choix que de profiter de cet échanger pour mieux la connaître, qu’elle soit différente ou pas, elle est certainement la plus qualifiée pour le projet qu’il est sur le point de lui soumettre. Le reste n’est qu’accessoire. Discrète, la femme s’annonce de manière laconique, aussitôt conduite par un colosse en kimono blanc répondant au nom du Gardien, en direction du bureau du chef de clan. Quelques coups à la porte suffisent pour qu’une voix réponde derrière la porte, invitant la kunoichi à entrer. Elle verrait alors que l’homme au shôzoku de jais se tient debout derrière son bureau, dans une pièce à l’agencement très traditionnel, des calligraphies et des épées de rare qualité, une étagère parcourue de bouquins sur le kenjutsu, et de la philosophie en guise de nourriture pour l’esprit.

Bonjour Sae, merci d’avoir répondu à mon invitation.

Il lui indique la chaise face à lui avant de s’asseoir à son tour.

Avez-vous déjà eu l’occasion de visiter le Grand Dojo auparavant?

Une phrase d’accroche triviale avant d’entrer dans le vif du sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Sae
Sae

Piège de bois — SAJI Empty
Ven 27 Déc 2019 - 1:23
Sae venait de pénétrer à l’intérieur du grand Dojo. Elle s’était présentée en ne donnant que son prénom. Peut-être que cela n’était pas suffisant ? La belle n’avait pas réfléchie à cela avant de prendre la parole, mais sa phrase laconique fut suffisante puisqu’un colosse vêtu d’un kimono blanc se présentait à elle. L’homme était impressionnant, la belle semblait être un insecte face à ce dernier, elle qui était si fluette.

La marionnettiste suivait l’individu comme si elle était son ombre sans dire le moindre mot, mais elle observait le lieu puisqu'elle le visitait pour la première fois. Puis elle du s’arrêter brusquement, si elle avait été plus étourdie, Sae serait rentrée en contact avec le colosse, mais elle l’avait échappé belle s’arrêtant juste à temps. L’impressionnant individu se retirait, la voix derrière la porte avait invité la Kazejine à pénétrer dans l’espace clos. La main en bois entrait en contact avec la poignée et la Genin s'introduisait dans le bureau.

Les prunelles azurées se posèrent sur l’individu debout derrière son bureau. Elle ne l’avait jamais vu auparavant, mais elle savait qui il était. Tout le village savait qui était Nobuatsu Saji, chef de la Police de la cité militaire du pays de l’Eau ainsi que chef du clan des sabreurs. Néanmoins, la belle n’était pas impressionnée par l’homme, non pas par manque de respect, mais parce qu’ils étaient semblables, à savoir des Hommes pouvant être blessés comme n’importe quel autre être vivant. Rapidement, la jeune femme avait observé la décoration du bureau avant de reporter toute son attention sur le protagoniste en face d’elle. Le sabreur masqué lui souhaitait la bienvenue et la remerciait d’avoir accepté son invitation.

« Enchanté, je vous remercie pour l'invitation. »

Sae s’asseyait ensuite une fois ses mots prononcés avec sa voix douce et cristalline. La belle se tenait droite, son dos ne touchait même pas le dossier de sa chaise, ses mains étaient posées sur ses cuisses, elle était toute ouïe. Son interlocuteur lui demandait si elle avait déjà eu l’occasion de venir en ce lieu.

« Non. »

La Genin n’était pas une grande bavarde et ses réponses étaient directes et souvent courtes. Elle préférait ne pas perdre de temps en métaphores, comparaisons ou tout autre subterfuge du langage pour allonger une réponse. La simplicité était le credo de la marionnettiste et elle ne comptait pas changer ses habitudes même si par moment cela pouvait être perçu de façon négative.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7821-sae-en-cours#65582 https://www.ascentofshinobi.com/t7840-sae-carnet#65689
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Piège de bois — SAJI Empty
Dim 29 Déc 2019 - 0:00
Si celui que l’on surnommait dans le passé le “Sabreur muet” n’est pas le plus bavard de ses comparses, on peut en dire tout autant de son invitée qui se contente d’une formule courte - d’autres ajouteraient même qu’elle est sèche, en réponse à sa question inutile certes mais qui a pour but de donner un ton plutôt décontracté à la conversation. On peut dire que la kunoichi vient de refroidir la température ambiante avec son “non” qui n’est pas sans lui rappeler le “ok” de son ami Shitekka. Peut-être le signe d’une bonne entente à venir entre les deux interlocuteurs. Quoi qu’il en soit, en tant qu’hôte et initiateur de cette rencontre, le Nobuatsu se dépêcher de relancer la discussion en se présentant à elle, sans prétendre qu’elle le connaisse déjà - loin de là à imaginer être une célébrité dans son village, il se considère comme un ouvrier investi au sein de la Brume, rien de plus.

Je suis Nobuatsu Saji, chef du clan des Sabreurs et jounin au service de la Brume. Ma responsabilité est donc de veiller à la gestion du Grand Dojo, qui n’est autre que le quartier général du clan mais aussi un espace ouvert à tous les Kirijins désireux de venir s’entraîner dans un lieu calme et offrant le matériel nécessaire pour se perfectionner dans les arts martiaux.

Afin de prouver la bonne foi des Sabreurs envers les autres clans fondateurs, cet établissement a toujours été un lieu où tous types de ninjas peuvent venir s’entraîner, partager leur passion du combat avec les autres lors de combats intenses et entraînements routiniers. Lorsque le Kaminarijin a mis pour la première fois les pieds dans ce dojo, il était fasciné par la qualité des infrastructures et la vitesse à laquelle il a pu progresser grâce à cela, c’est pourquoi il se voit investi du devoir de faire du Grand Dojo, le meilleur lieu pour s’entraîner.

Toho Kobayoshi était un genin et marionnettiste comme vous, je l’ai rencontré par hasard en train de s’entraîner dans l’une de salles et son art de manier les pantins a immédiatement attiré mon attention. Je ne pouvais passer à côté de l’occasion de lui demander de travailler à entretenir notre matériel - en particulier nos mannequins en bois, mais aussi concevoir des salles piégées qui offriraient une simulation parfaite pour mettre à l’épreuve l’agilité de nos ninjas. Il a malheureusement été porté disparu après la guerre civile et sans ses services, nous n’avons pas pu poursuivre avec lui sur d’autres projets.

Sa présentation terminée, il passe le relais à son interlocutrice qui n’a peut-être pas beaucoup de chose à lui dire, mais des choses intéressantes à lui montrer?

Pourrais-je, par curiosité, examiner vos créations?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779
Sae
Sae

Piège de bois — SAJI Empty
Mer 1 Jan 2020 - 22:27
Sae avait été rapide, peut-être trop même. Les mains sur ses cuisses, la jeune femme regardait l’homme masqué en face d’elle, maintenant la Kunoichi attendait la suite. Le shinobi vêtu de noir connu pour porter le titre de Le Cavalier de Feu se présentait à la belle aux yeux azurs. Durant sa courte présentation, il avait expliqué de façon sommaire en quoi consistait le Grand Dojo lieu que venait de découvrir pour la première fois la Kazejine. La marionnettiste ne savait pas que cet espace pouvait être mis à disposition si l’on souhaitait s’entrainer dans le calme. La femme aux bras articulés n’aimait pas les terrains d’entrainement du Complexe Shinobi, elle trouvait ces derniers trop exposés.

Même si aucun son n’était sorti de la gorge fragile de la Kunoichi, elle avait acquiescé de la tête en apprenant les nouvelles. Il y avait de fortes chances que dans un futur proche elle remette les pieds ici si on pouvait lui offrir un cadre idéal à ce qu’elle recherchait.
Une fois la parenthèse du Dojo terminée, le chef du clan des sabreurs racontait l’histoire du précédent marionnettiste à son homologue féminin. Sae était toute ouïe. Sans bouger d’un iota, elle emmagasinait toutes les informations que lui donnait le Jonin de la cité militaire du pays de l’Eau. L’individu qui occupait autrefois la chaise de la belle, avait aidé à la conception de salles piégées, mais également l’entretien de mannequin en bois. La seconde tâche parlait plus à la Kazejine que la première. Elle n’avait jusque-là jamais imaginé sans art pouvant servir dans les confections de pièges muraux et compagnie.

« Je suis navrée. »

La voix douce et cristalline résonnait une nouvelle fois en apprenant la disparition du marionnettiste durant la Guerre Civile. Sae n’était pas encore une Genin durant ces évènements, néanmoins elle en avait entendu parler, car elle résidait au pays de l’Eau lors des faits. Elle avait appris que le Mizukage précédent avait trouvé tragiquement la mort durant cet épisode sombre dans l’histoire du village caché.

Une rapide expression gagnait le visage de la belle à la longue chevelure blanche quand l’homme en face d’elle lui demandait s’il était possible qu’il puisse examiner les créations de son interlocutrice. La jeune femme avait bien fait d’amener avec elle quelques rouleaux contenant certaines de ses marionnettes. Néanmoins, certaines ne pouvaient pas être invoquées dans le bureau du chef de la Police, le lieu n’était pas assez vaste, mais elle avait Yumi. La marionnette qui comptait le plus aux yeux de la Kunoichi, ce pantin de bois qui avait les traits de sa sœur ainée, décédée le jour où elle perdit ses bras et fut prisonnière des bouchers-scientifiques du Projet Renaissance. Yumi était remplie de pièges divers et variés, mais elle n’allait pas les actionner ici, elle allait juste se contenter de montrer son travail.

« Je vais vous montrer Yumi. »

Les doigts en bois de la jeune femme attrapaient le rouleau rose qu’elle déroulait avec grâce et dextérité, puis un nuage de fumée s’échappait de ce dernier. La fumée dissipée, une interlocutrice supplémentaire faisait face au shinobi masqué. La main gauche de Sae était reliée par des fils de chakra à sa création si elle devait mouvoir cette dernière.

« La plus dangereuse de ma collection. »

Aucune expression ne s’était dessinée sur le visage doux de Sae lorsqu’elle prit une fois de plus la parole devenant un peu plus loquace au passage.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7821-sae-en-cours#65582 https://www.ascentofshinobi.com/t7840-sae-carnet#65689
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Piège de bois — SAJI Empty
Jeu 9 Jan 2020 - 19:28
Mettant de côté le moindre préjugé qu’il pourrait avoir sur son interlocutrice qu’il a convoqué dans le quartier général des Sabreurs pour un entretien capital qui verrait naître la naissance d’un projet qui l’intéresse depuis un certain temps de lancer, et qui n’a pas pu voir le jour avec la disparition de son ancien associé marionnettiste - en espérant que son nouveau partenaire ne connaisse pas le même sort. L’idée de travailler ensemble ne semble pas déplaire à la femme aux cheveux d’ivoire, même si elle l’exprime peu par la voix ou par le geste, sa présence seule suffit à dénoter de son intérêt. Un intérêt qui est partagé par le chef des Sabreurs, même si son masque voile son faciès, il n’a guère trouvé de marionnettiste aussi mieux qualifié sur le papier que la genin, il attend donc beaucoup de cette rencontre en tête-à-tête.

A commencer par l’évaluation de ses capacités, un aperçu de ses créations, car quoi de mieux qu’une oeuvre d’art pour servir de reflet du talent d’un artiste, c’est d’autant plus vrai quand l’artiste en question ne s’expriment qu’à travers son art, ce qui semble être le cas de Sae. Même si on pouvait lire une pointe de chagrin quand elle s’est montré navrée pour la perte de Kobayoshi, elle s’exprime encore une fois de façon très concise sans s’engager outre mesure émotionnellement.

Montrez-moi.

La genin extrait un rouleau rose dans un geste fluide, puis l’ouvre sous les yeux du sabreur masqué pour ensuite invoquer dans un nuage de fumée, sa création humanoïde à la silhouette féminine: Yumi. Sans la couleur de bois et les traits au niveau des articulations pour trahir le fait qu’il s’agisse d’une marionnette, l’illusion aurait été parfaite, c’est dire à quel point la reconstitution du squelette humain a atteint un degré de perfection tel qu’il est aisé de la confondre avec une femme réelle. Il se lève pour faire le tour de la table et se rapprocher de la marionnette, afin de la regarder de plus près. Lui qui a de tout temps été fasciné par elles, le voilà satisfait.

Vous permettez?

Il lui est impossible de voir à la surface si la marionnette est équipé d’armes ou non, une façon ingénieuse de prendre un adversaire par surprise en la faisant passer pour ce qu’elle n’est pas. Derrière cette beauté superficielle se cache certainement une arme mortelle, il n’y a aucune doute sur cela. S’était-elle inspirée de quelqu’un pour façonner cette création? Même s’il sait apprécier l’art du Kagutsu no jutsu à sa juste valeur, il ne peut s’empêcher de trouver glauque le fait de reproduire un humain avec tant de perfection, presque autant que donner vie à un cadavre. Quoiqu’il n’a pas encore eu affaire à un nécromancien. L’examen terminé, il retourne à sa chaise.

Merci. C’est une belle marionnette que vous avez là. Combien d’années d’expérience avez-vous consacré pour arriver à ce niveau de maîtrise?

Une autre question taraudait l’esprit du Sabreur qu’il n’osait poser sous peine de susciter un malaise, notamment au sujet des prothèses au bras. Peut-être les a-t-elles perdues au combat?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji https://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 https://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route https://www.ascentofshinobi.com/u779

Piège de bois — SAJI

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bois un verre d'alcool, bois deux verres d'eau, bois trois verres d'alcool, bois (...)
» Colis piégé - Takumi
» Libération ou Piège [Fukkatsu/Résistance]
» [MLC] Piégé sous terre [HOSOKAWA S.]
» Mise à l'épreuve [Solo - Piège du dojo]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: