Soutenez le forum !
1234
Partagez

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi]

Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Lun 30 Déc 2019 - 17:43
Il était un temps où Kaguya Shitekka, de par son héritage Urumi, n'était en aucun cas formé à la lecture et l'écriture. Le Yuukan était un monde étrange pour lui, où les paroles se retranscrivaient sur des pages par le moyen d'une suite de symboles ésotériques.

Puis vint son intégration au sein de la Brume, et sa rencontre avec Saji, le Maître des Mots. Si le don de la parole lui avait privé dès la naissance, cela ne l'empêchait pas de manier le pinceau aussi bien que l'épée. Sa sympathie envers le natif de Saroruncasi le poussa à accepter Shitekka en tant qu'élève. Non pas en sa qualité de ninja, mais bien d'homme de lettres. Ce fut ainsi que le Kaguya apprit l'alphabet, la lecture, et l'art délicat de la calligraphie.

Entre entrainements, missions, devoir religieux, il fut pénible au prime abord d'ajouter cette tâche au quotidien de Shitekka. Si les débuts furent capricieux, les progrès arrivèrent au fur et à mesure. Sentant l'intérêt que représentait à long terme une telle compétence dans la société, Shitekka avait choisi d'aller plus loin dans son apprentissage. Il fréquentait régulièrement des bibliothèques pour lire des ouvrages et élargir son vocabulaire écrit.

Puis il y eut cette idée, soufflée par un enfant amoureux des livres. Admiratif des efforts du Kirijin de vingt ans, il lui avait parlé de ce marchand itinérant qui errait de pays en pays pour vendre des herbes médicinales rares. Il se souvenait lui avoir confié un courrier, au hasard, pour démarrer une correspondance à l'autre bout du Yuukan. Le garçon rêvait de découvrir le monde. À défaut de partir à l'aventure du fait de son âge, il entretenait régulièrement des échances avec un habitant de Taiyō. L'idée avait étrangement séduit Shitekka. Alors un soir, il décida de saisir la plume, et se mit à rédiger ces quelques mots à quelqu'un, par-delà l'océan.


@Kaguya Shitekka a écrit:
Bonjour,

Je suis un Mizu Jin, et je veut apprender à écrire avec des lettres. Ne soyait pas sévère beaucoup avec me. J'ai appris à écrire depuis un moment de jours, et quinze jours.

Comment aller-vous he an ? Je ne sais pas où va atteroir ce messaj. De où vous venez-vous he an ?

J'espère pouvoir lirer vostre response. Si vous souhaitez me respondrer, donner vostre response à Takumi, le marchand de herbes médicales, pour Shitekka. Il va savoir où l'envoyer.

Au revoir.

Shitekka.

Ignorant où atterrirait son premier jet vers l'inconnu, il confia le lendemain le courrier au fameux marchand itinérant qui faisait escale pendant quelques jours à Kirigakure no satô. L'exercice, délicat au premier essai, avait convaincu Shitekka de poursuivre son apprentissage épistolaire, si d'aventure son mystérieux destinataire désirait prolonger l'expérience.


_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Jeu 9 Jan 2020 - 0:33


Hasard épistotaire




Un doux pétale rosé se déposa sur l’écarlate chevelure d’Aimi, qu’elle attrapa de ses fins doigts. Le printemps était agréable, rafraîchissant et haut en couleur. Si les tournesols ensoleillés réchauffaient son cœur, les fleurs de cerisier adoucissaient et allégeaient son esprit. Ses pas arpentaient les rues éveillées du village de la roche, tandis que ses petits bras encerclaient un vaste livre contre sa poitrine. Depuis sa rencontre avec Muramasa, la jeune femme, était déterminée à en apprendre plus sur les plantes. Grâce aux conseils de l’apothicaire prénommé Satochi, qu’elle avait rencontré dans la même journée, la Chiwa se dirigeait l’entrée de la cité militaire et commerçante. Il lui avait conté qu’un marchand itinérant faisait le tour du Yuukan pour vendre et proposer des herbes médicinales de qualité. Il passait très souvent par les portes et c’était là sa chance la plus optimisée de le rencontrer.

Enjouée et équipée de son livre et de sa petite liste de plantes médicales, la rubiconde s’approcha du lieu et se poste contre un mur et attendit. Il fallut de longues minutes qui semblaient interminables pour qu’enfin, un vieil homme accompagné d’une marchandise intrigante lui fit de l’œil. Elle qui pensait qu’il ne passerait jamais, son enthousiasme fut tel qu’elle quitta son appui dorsal et se lança dans une petite course vers le vendeur. Celui-ci surprit de sa présence la toisa d’étonnement, tandis qu’il semblait intrigué par cette petite silhouette.


« Bonjour monsieur ! Je souhaiterais vous acheter de vos précieuses herbes médicinales. Voici une petite liste, j’espère que vous pourrez m’aider !»

« Bonjour jeune fille, je suis Takumi, marchand d’herbes médicinales de qualité ! En voici une belle liste ! C'est là des plantes servant à soigner bien des maux, une connaisseuse, je suppose ! Je vais regarder ce que j’ai en réserve ! »

« Merci à vous ! Je commence juste à découvrir l’art de la concoction d’onguents ou de remèdes, mais je suis déterminée et passionnée ! Vous avez un très beau stock en tout cas !»

Celui-ci sourit de toutes ses dents avant de se concentrer sur ses articles aux mille odeurs agréables et printanières. Il en sortit trois sachets petits mais remplis à souhait qu’il tendit à la kunoichi.

« Cela me fait bien plaisir d’entendre vos compliments, voici une bonne réserve et n’hésitez pas à demander conseil, il ne faut pas doser les plantes de manière aléatoire, c’est très important !»

Aimi garda son livre de sa main gauche et tendit sa sacoche de la droite, tandis qu’il rangeait ses articles dans celle-ci. Elle accrocha celle-ci non sans difficulté avant de récupérer l’argent dans son autre sacoche et de lui tendre.

« C’est entendu ! Merci infiniment, passez une agréable journée ! »

Tous ses traits s’accentuèrent lorsqu’il lui sourit tandis qu’il rangeait l’argent. Prête à partir de son côté, celui-ci fit tomber une enveloppe qu’il ramassa avant de réfléchir quelques secondes. Il interpella alors la Chiwa, qui se retourna intriguée, vers le vieux marchand. Celui-ci lui tendit alors la lettre, qu’elle attrapa de sa main libre, hésitante. Qu’était-ce ?

« Cela fait bien des semaines que je me promène avec cette lettre dans le but de trouver cette personne qui correspondra avec ce jeune homme ! Vous me semblez bien sympathique, je la laisse entre vos mains ! Au revoir et n’hésitez pas à venir me voir avant que je parte après-demain, si vous souhaitez me déposer la lettre !»

Aimi resta quelques secondes interdites, tandis que le vieil homme s’en allait pour continuer son chemin commercial. Curieuse, la demoiselle ne pouvait attendre de se poser pour savoir ce qu’il y avait dans l’enveloppe. Elle glissa son manuel sous son bras et ouvrit l’enveloppe avant de se mettre à lire l’écriture incertaine et étrange de cette curieuse lettre. S’il y avait des étourderies et des confusions, l’Irou nin la lut d’une traite et sans difficulté. Mizu ? Cette missive hasardeuse arrivait de si loin… Elle venait d’une patrie dont elle avait entendu de belles choses, mais le fait que les Kirijins y vivent la faisaient hésiter. Elle n’oubliait pas leur attaque et même si elle n’était pas rancunière, il fallait vivre avec ces images horribles pour la vie.

Pourtant, une innocence et une sympathie émanaient de ces mots. Il y avait de la simplicité, de la candeur et le souhait d’apprendre. C’était décidé, elle allait répondre. La rousse se lança dans une petite course effrénée jusqu’à la boutique de son père, qui faisait office d’habitation. Elle pouvait y déposer ses achats, prendre une feuille, une enveloppe, une plume et un pot d’encre. Cette lettre, c’était son petit secret, Aimi n’avait pas envie que quelqu’un d’autre la lise et pose des questions auxquelles elle ne souhaitait pas répondre. Faisant attention à ne pas renverser l’encre, celle-ci quitta sa demeure avec tout ce qu’il fallait et se dirigea vers un endroit bien précis : le parc.

Ses pas avancèrent jusqu’au milieu de celui-ci, où un cerisier fleuri trônait. Elle ignora tout le monde qui l’entourait et s’y adossa, s’installant tranquillement. La plume au bout de ses lèvres, celle-ci observa les fleurs roses réfléchissant à ce qu’elle écrirait. Une plume soignée et délicate, contrairement aux médecins qui usaient de l’encre rapidement, le rubis s’appliquait toujours.


@Chiwa Aimi a écrit:
Cher Shitekka,

C’est par un hasard et une passion pour les herbes médicinales que je réponds à votre lettre. Je suis Tsuchijin, et je salue votre courage, cela ne doit pas être facile d’écrire dans une langue qu’on ne connaît pas et je serai ravie de contribuer à vos progrès.

Je vais très bien et j’espère que vous allez bien aussi !

J’ai vécu près de grands tournesols presque toute ma vie. À Tsuchi, il y a beaucoup de montagnes et j’aime pouvoir profiter des arbres et fleurs du printemps, qui colorent mes journées. Est-ce que vous pouvez me parler de votre pays ? Je suis curieuse d’en savoir plus sur Mizu et son paysage.

Le marchand Takumi est un homme très gentil. Il m’a donné votre lettre et je promets de la garder précieusement.

J’ai hâte que vous receviez la mienne et de lire votre future réponse.

À bientôt, Shitekka.

Aimi.

L’Iwajin sourit doucement, c’était une situation assez amusante et innovante, mais pourquoi pas ? Écrire à l’inconnu, se dévoiler à travers une plume, Aimi avait envie de s’essayer à cette aventure. Elle se relut et plia la feuille en deux avant de la ranger dans l’enveloppe et de la refermer. Sa mission était de retrouver le marchand, et la demoiselle arpenta les rues du village en commençant par les portes jusqu’à le trouver. La journée touchait à sa fin lorsque celle-ci retrouva le marchand, essoufflée et lui donna la lettre, un sourire mystérieux aux lèvres. Sur l’enveloppe, était écrit « À Shitekka, de Mizu ».

_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Dim 9 Fév 2020 - 19:32
Loin de ses futures prérogatives de Chūnin, et pourtant déjà préoccupés par son devoir de Kirijin, Shitekka avait de quoi faire lorsqu'il n'écrivait pas. Aussi, l'attente de la réponse inespérée de sa lettre ne fut pas ressentie par le balafré, bien trop préoccupé pour se soucier de cette bouteille à la mer à destination du Yuukan.

Finalement, le jour fatidique arriva. Un mois plus tard, le marchand itinérant revint avec de bonnes nouvelles : sa lettre avait trouvé preneur, et pour preuve, un courrier lui fut adressé. Avec la curiosité d'un enfant, le Kaguya se dépêcha alors de découvrir le contenu et l'identité de son interlocuteur mystère. En dévorant phrase après phrase cette même lettre, Shitekka fut ravi de voir au prime abord que son plan avait fonctionné. La personne qui lui répondait consentait à prolonger cet échange épistolaire aussi loin que possible. Il fut également surpris de découvrir que cette même personne venait de Tsuchi no kuni.

Tous les clichés que construisaient jusqu'ici l'enfant de Saroruncasi s'effondrèrent. Il ne voyait que les Yuukanjins que comme des rustres, hautains avec leur culture ethnocentrique et prétendument supérieure. Et les Tsuchijins que comme des ennemis de longue date de la nation de l'Eau, avec lesquels tout contact semblait impossible. Cette lettre prouvait le contraire, et le léger parfum de sakura qui s'en dégageait faiblement ajoutait une touche de douceur à la femme qui la rédigea. À ce stade de la lecture, Shitekka était conquis par l'exercice qu'il avait établi avec cette dénommée Aimi. Il se dépêcha alors de préparer sa meilleure plume pour griffonner quelques mots en guise de réponse.


@Kaguya Shitekka a écrit:
Chère Aimi,

Merci de accepter de me avoir répondu. J'essaie de progressir jour après jour dans l'écriture.

L'endroit que vous me décrivez allair joli. Je n'ai jamais vu de tournesol. Pouvez-vous me les décriver ? Je ne connais pas Tsuchi, je connais mal le continent, sauf Kaminari.

Mon pay est grand, mais je connais que Kiri et mon île natale. Saroruncasi est une petite île, mais je l'aime beaucoup. Il y a beaucoup de sapaings, de neige, de rivières, d'ours, et les esprits sont toujours là pour aider mon peuple. Ici ossi il y a pleing de fleurs. Il y a des makayos, des shuwontes, des korokonis. Très utiles pour médeciner. Mon kotan n'est pas très grand, mais je me y sens bien.

J'espère que ma lettre vous arrivera vite, et je vous dis à bientôt.

Shitekka, de Saroruncasi

_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Sam 29 Fév 2020 - 16:04






Lorsque la lettre lui fut tendue, la surprise sur ses orbes écarlates était difficilement dissimulable. Deux mois étaient passés, l’automne était là, et la souffrance de tout ce qui s’était déroulé, elle aussi. La Chiwa en aurait presque oublié son existence, mais ce fantasme épistolaire, dans lequel elle s’était logée, était bien resté dans un coin de sa tête. La doucereuse remercia le marchand, non sans lui acheter quelques-uns de ses articles et quitta les lieux. S’il y a quelques mois, la rubiconde se serait empressée de se rendre à la boutique pour chercher de quoi écrire, la vie en avait décidé autrement.

Son père n’était plus, leur mission à Tetsu avait été un échec pour elle, tout s’était effondré et Aimi devait continuer à marcher à travers les parpaings qui continuaient de lui tomber dessus. Pour l’aider, ses camarades étaient là pour la soutenir. On lui avait même offert la possibilité de se battre, en étant promue et en ayant à la charge une élève qui avait besoin d’elle dans une forme olympique. Cette lettre était donc la bienvenue. C’était un moyen pour elle de s’isoler du monde et de se loger dans une bulle, loin de toute cette tension, de ce dur labeur dans lequel elle tournait sans cesse et qui, même s’il l’aidait à avancer et oublier, l’épuisait.

Sa direction fut donc très différente, arpentant les rues de la roche dans le but d’atteindre les quartiers résidentiels. La chunin ne s’attarda pas à l’appartement des deux amoureux et attrapa de quoi écrire ainsi qu’une enveloppe. Elle quitta les lieux et dévala les escaliers rapidement, telle une enfant qui avait hâte de retrouver son endroit préféré. Le parc fut sa destination et contrairement à ce printemps, l’arbre sur lequel elle aimait s’adosser n’était plus aussi fleuri et rose. La saison avait refroidi la température et avait coloré les feuilles auparavant verte en une teinte maronné, en plus de les faire tomber de l’arbre et de les rendre plus fragiles. L’ambiance était différente, mais rien ne pourrait l’empêcher de lire la réponse à sa lettre pour pouvoir y répondre après.

Ses fins doigts ouvrirent l’enveloppe et attrapèrent la lettre tandis que ses pupilles rubis firent le reste. Un fin sourire se dessina sur les lèvres, en voyant les tentatives infructueuses de Shitekka pour bien écrire. La volonté était là et les efforts étaient très louables. Il ne semblait pas connaître le monde extérieur, tout comme elle, ce qui leur faisait un point en commun. Kiri… Le risque était grand qu’il connaisse la capitale de Mizu. Même si elle savait qu’ils n’étaient pas forcément les plus grands alliés qu’ils soient, la jeune femme ne pouvait se résoudre de le lier à tout ce drame qui concernait la brume. L’inconnu venait d’une île à part. Il la décrivait comme un lieu très naturel et sauvage qu’Aimi enviait beaucoup. Elle n’avait jamais vu la neige, alors que c’était un de ses plus grands rêves d’enfance. La mention des esprits l’interpella suffisamment pour qu’elle veuille lui poser une question sur le sujet. Les noms de fleurs ne lui disaient rien, pourtant, la kunoichi se voyait très intriguée par le fait qu’elles pouvaient être utiles pour la médecine. Son kotan… que des mots qu’elle ne comprenait pas ou ne connaissait pas, faisant de ce Shitekka de « Sarouroucasi » un grand mystère que la Chiwa aimerait élucider.

Plume au coin de la joue et encrier déposer délicatement sur le sol, la jeune femme sortit l’attirail épistolaire et réfléchit à comment lui répondre, avant de se mettre au travail.


@Chiwa Aimi a écrit:
Cher Shitekka,

Je suis très contente d’avoir reçu votre lettre, je me demandais si j’allais recevoir une réponse de votre part un jour.

Beaucoup de temps s’est passé depuis la première lettre et beaucoup de choses ont changées, en mal ou en bien, je suis à la fois triste et contente, c’est très étrange. Mais sachez que vous lire me fait très plaisir et que je suis fière de voir vos améliorations.

Tsumago est un havre de paix, les tournesols sont de très grandes fleurs, avec une longue tige et au bout, de très belles pétales aussi jaunes que le soleil. En son centre, un cercle fait de graines dont on peut manger l’intérieur lorsqu’elles sont séchées.

Je connais Kiri de nom, mais pas Saroruncasi. Votre description me fait envie, j’ai toujours voulu voir la neige et j’aime beaucoup la nature et les animaux, j’ai même déjà eu affaire à un ours qui protégeait ses enfants.

Mon rêve est de parcourir le monde un jour pour découvrir le Yuukan et d’apprendre sur la médecine naturelle. Pouvez-vous me parler de votre peuple, du kotan et des esprits ? Je ne suis pas sûre de comprendre la signification, mais cela m’intéresse beaucoup !

Avec toujours cette joie de pouvoir vous lire,

À bientôt, Shitekka de Saroruncasi.

Aimi, de Tsumago.

_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Dim 15 Mar 2020 - 19:10
Le temps avait passé. Kaguya Shitekka, farouche aborigène de Saroruncasi, était devenu héros de Mizu. Sur le point d'être accepté par ses pairs au sein de la Horde d'ivoire, le balafré avait fait du chemin pour arriver au rang de chūnin émérite. De nombreux efforts furent nécessaires pour parvenir à ce résultat. Des efforts… mais surtout des sacrifices. Pour atteindre le rang de ninja de classe moyenne au sein de la Brume, il s'était confronté à une évadée de Wasure, mettant à nu de terribles secrets sur son clan. Il avait vécu une guerre civile déchirant Kiri, et emportant dans la tombe des proches, mais surtout des figures illustres de son quotidien. Il avait enfin contribué à repousser dans la douleur le Démon des Mers : le Sanbi.

Cette succession d'évènements tragiques ne firent que renforcer le jeune homme. Il avait renforcé également ses convictions, ses motivations : il ne se battait plus uniquement pour l'intérêt de sa mère, mais pour son peuple tout entier. Il avait réalisé le danger qui pesait sur l'Archipel tout entier. Sa simple contribution au village ne suffirait pas pour protéger les siens. Il visait plus haut, plus loin. Sa plume également s'était améliorée. Rompu à présent à l'exercice de l'écriture, il eut toutes les occasions de pratiquer le maniement de la plume, en plus du kunai : organisation d'une exploration clandestine de Wasure, gestion de son équipe et de ses membres très variés… les opportunités ne manquaient plus.

La routine de Shitekka ne lui laissait aucun répit. Aussi, lorsque le Kaguya avait un instant à lui, même en plein dans sa routine en cas de repos, il songea encore à ce courrier qu'il avait récemment reçu. La Tsuchijine lui avait répondu - impossible pour lui de déterminer depuis combien de temps - et le Kirijin décida alors de prendre le temps de lui répondre à son tour. Après un bref passage à l'hôpital pour rendre visite à sa mère, il s'installa à la bibliothèque, la même où il s'initia à la lecture et à l'écriture. Dans un coin tranquille, absent de lecteurs, il posa ses affaires, et s'attela à la lecture de cette lettre venue de l'autre bout du continent.

Si précédemment, les mots d'Aimi transpiraient de douceur et d'innocence, cette nouvelle itération portait un parfum bien plus nuancé. La tristesse à laquelle faisait référence contrastait fortement la teneur de cette lettre, alors que le Kaguya s'attardait sur la description des tournesols. Cet éclat de candeur qui ponctuait chaque courrier s'effaçait à présent. Touché, Shitekka se sentit presque coupable de ne pas avoir pu répondre plus tôt. Il était temps pour lui de faire montrer de ses progrès.

Il s'employa à lui répondre de sa meilleure écriture. Son tracé était plein de détermination. L'encre s'enfonçait fermement sur le papier, ne trahissant aucune hésitation. Le temps de l'Urumi commettant toute une pléthore de fautes était loin derrière lui.


@Kaguya Shitekka a écrit:
Chère Aimi,

Les temps sont durs ici. J'ai peu de temps à consacrer en dehors de mon travail, et c'est avec soulagement que je me pose pour vous écrire enfin.

Je partage votre peine. Je ne sais pas ce qui vous est arrivé, mais je crois que je suis à même de comprendre ce qui pourrait vous tracasser. Ma frustration est aussi grande que la distance qui nous sépare, quand je réalise tout ce qui peut arriver entre deux réponses.

Tsumago et ses tournesols a l'air d'être un lieu incroyable. J'ai consulté quelques livres après votre courrier pour découvrir ces tournesols. Ces fleurs sont magnifiques. Je n'ai jamais rien vu de pareil, pas même sur mon île natale.

Parler de mon peuple me demanderait plus de papier qu'il m'est permis actuellement. C'est dur pour moi, alors j'essayerai de résumer au mieux. Mon peuple, les urumis, vit au nord de Mizu, sur l'île de Saroruncasi. Nous vivons dans le respect de la nature, grâce à la chasse, la pêche, et les prières. Tout autour de nous, nous vivons en harmonie avec les kamuys, les esprits divins qui incarnent chaque animal, chaque plante, chaque élément de ce monde. Il existe un kamuy du feu tout comme il existe un kamuy du tournesol.

Dans mon kotan - un village, si vous préférez, nous vénérons particulièrement Kotan-kor-kamuy, le gardien des terres, incarné dans le hibou. Il veille sur nous et nous protège du mauvais sort.

Le temps et le papier me manquent, mais je serai ravi de vous parler davantage de mon île et de ses trésors pour une prochaine fois.

Au plaisir de vous lire prochainement, je vous dis à bientôt.

Shitekka, de Saroruncasi

PS : Dans mes recherches, j'ai lu que le tournesol était associé au soleil. Je suis mauvais en dessin, mais j'ose croire que ce tournesol vous apportera un peu de lumière dans votre quotidien pour chasser votre chagrin.

Spoiler:
 

_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Jeu 16 Avr 2020 - 18:34




C’était son dernier jour de convalescence. Aimi était alitée et attendait avec impatience de pouvoir quitter le lit pour retourner à son travail. La jeune femme s’était habituée à cet endroit et la seule chose qu’elle souhaitait, c’était de pouvoir reprendre son poste entourée de ces murs stériles. L’extérieur lui faisait peur, les images de cette guerre sanguinaire était encore présente dans son esprit et la bloquait lourdement. La kunoichi savait qu’elle allait devoir se reprendre et combattre ses démons, mais elle n’en avait pas envie pour le moment. Ou peut-être avait-elle simplement besoin qu’on lui mette un coup de pied aux fesses.

La rousse n’était pas encore remise de la lettre de sa jumelle que Musashi vint à lui dans la fin de matinée avec une autre enveloppe. La chevelure ensoleillée du shinobi était la seule chose qui lui permettait de se dire que sa vie n’était pas vouée à rien. Il lui expliqua qu’un camarade était venu avec la lettre et la tenait d’un marchand d’herbes médicinales et qu’elle lui était adressée. La rubiconde fit très vite le rapprochement et fut surprise. Cela faisait… si longtemps ? Le marchand avait mis plusieurs mois à revenir à Tsuchi et donc la Chiwa ne savait pas quand ce Shitekka lui avait répondu.

Elle remercia son partenaire qui la laissa tranquille, sachant très bien qu’elle préférait lire ses lettres solitairement. Plusieurs sentiments firent surface. La peur de le lire, car cet homme lui rappelait le monde extérieur, celui qu’elle voulait fuir et l’excitation, car elle se rappelait de ce sentiment agréable qui la parcourait lorsqu’elle le lisait. De la douceur de l’innocence et ce côté étranger qui la rendait curieuse. Cependant, elle n’hésita pas à ouvrir la lettre, s’adossant à son lit d’hôpital pour s’abreuver de ses mots correctement écrits. La chunin ne pouvait que saluer les efforts qu’il avait fait.

Par-delà les pays, lui-même semblait vivre son lot de difficultés. Aimi se demandait alors quel travail pouvait-il entreprendre pour pouvoir être si occupé. Peut-être était-il médecin lui aussi ? La suite de ses mots toucha la kunoichi qui resserra la lettre entre ses mains. Il ne la connaissait pas et l’avait jamais vue, mais semblait vouloir la comprendre et partager sa peine. Il avait raison, rien qu’entre leurs deux lettres, énormément de choses s’étaient encore déroulées et elle savait déjà que cela ne plaira pas à ce Shitekka, quand elle lui racontera. Une réelle frustration qu’elle comprenait.

Un sourire s’afficha enfin sur le visage de la doucereuse lorsqu’elle passa sur les lignes concernant les tournesols, elle était bien contente de savoir qu’il appréciait ces fleurs ensoleillées.

Il en vint à un sujet qui l’avait beaucoup intriguée : son peuple. Elle comprenait que c’était difficile de résumer le tout par lettre, mais saluait son effort de lui faire partager son histoire. Les urumis… un nom peu commun que la jeune femme ne connaissait pas. Ce n’était pas si surprenant étant donné qu’elle n’était jamais allée sur les terres de MIzu. Ils aspiraient à une vie très simple, respectant des aspects si importants pourtant, mais qui étaient souvent oubliés. Aimi appréciait cela et de savoir que quelque part dans ce monde, des individus accordaient une importance en ce qui vivait dans ce monde autre que les humains. Un dieu pour chaque représentation de la vie même ? Un kamuy du tournesol ? Elle serait bien curieuse de connaître son nom. C’était un monde qui semblait si différent de ce qu’elle connaissait. Ce Kotan… C’était comme si elle souhaitait s’y rendre pour partager leur coutume.

Une feuille glissa de derrière la lettre avec sur celle-ci, une fleur dessinée qui semblait représenter les tournesols. Son cœur en fut secouée, trouvant ce geste si gentil et si généreux qu’elle ne pouvait retenir quelques larmes. Cette fleur lui rappelait tant de choses. Shitekka… C’était quelqu’un de surprenant, qu’elle aimerait vraiment rencontrer un jour. À son tour de prendre son encrier et de dessiner les lignes de ses pensées sur un papier vierge.


@Chiwa Aimi a écrit:
Cher Shitekka,

Des mois se sont déroulés depuis ma dernière lettre. Tout comme vous, cela a été très dur, et j’ai eu très peu de temps pour moi. En faisant mon travail, je me suis retrouvée blessée et me voici à l’hôpital en train de vous répondre.
J’ai peur, de l’extérieur, des mauvaises choses : du sang qui coule et de la violence. Alors c’est un endroit où je me sens en sécurité et dans lequel j’ai envie de rester, c’est là aussi où je travaille, sauver des vies est un pilier de ma vie.

J’aimerais en savoir plus sur ce que Shitekka fait de ses journées. Je remarque aussi que votre écriture est irréprochable, je salue votre progression bien qu’il a toujours été agréable de vous lire.

Je suis très touchée par votre compassion, perdre mon père a été l’une des choses les plus difficiles de ma vie. Et plus je vous lis et plus cette frustration grandit, me donnant envie de traverser les pays pour vous rencontrer et découvrir votre monde

Avec dans l’idée par exemple de vous apporter des graines de tournesol pour les faire découvrir à votre Kotan et à votre précieux peuple. Je respecte beaucoup celui-ci pour ce qu’il aspire. Je n’ai jamais péché, ni prié, mais je respecte beaucoup la nature et les animaux et j’adore manger... Peut-être que vous pourrez me partager une de vos prières ? J’en serais, en tout cas, très honorée.

C’est à mon tour de laisser ma plume se reposer pour mieux pouvoir vous écrire la prochaine fois. J’ai hâte d’en apprendre plus sur votre peuple.

Au plaisir de vous lire une prochaine fois, à très bientôt, je l’espère.

Aimi, de Tsumago.

PS : merci pour le dessin, je vais le garder très précieusement, il me rappelle mon village et mes parents et c’est très important pour moi. Je vous donne en échange ma vision des tournesols et lorsque je sortirai de l’hôpital, j’apprendrai à dessiner un hibou pour vous.

PS² : comment s’appelle le Kamuy des tournesols ?

Spoiler:
 


_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Dim 17 Mai 2020 - 11:12
Wasure, Pays Oublié, théâtre de multiples drames humains, ne laissait personne indemne pour quiconque foulait son sol. Un brouillard, version dégénérée de celui de Kiri, recouvrait quasi en permanence l'île. Si la vue se troublait tantôt de l'humidité, tantôt de la fumée, elle découvrait à contrecœur le spectacle des corps en décomposition, disposés de macabres mises en scène à travers la forêt des condamnés. L'odeur de la chair éprouvée, nécrosée, calcinée; le cri du silence et des créatures grouillant sur l'île; le contact de la peau avec l'os tuméfié du Byōkotsumyaku… chaque sens de Shitekka fut lourdement éprouvé lors de ce séjour éphémère dans l'archipel d'accueil des grands prisonniers du Yuukan.

Son retour dans son petit chez lui fut une libération. Il avait réussi à avancer dans sa quête de vérité au sein du clan Kaguya. Il avait récolté quelques indices pointant du doigt les hauts dignitaires de la Horde d'os, en plus d'avoir aidé Wutu-Fuku à mieux comprendre le Mal Blanc afin de mieux le vaincre. Son Nindō avançait sur la bonne voie. Mais la fatigue, tant mentale que physique, imposa au jeune homme de se reposer. Il retrouva ainsi le chemin du domicile, non sans une pensée envers celle à qui, quelques lunes plus tôt, il avait fait le premier pas. Pour l'heure, leurs retrouvailles attendraient. Le temps que Shitekka récupère.

Une fois le confort de son trou à rat retrouvé, l'enfant de Saroruncasi devina une lettre déposé sous sa porte. Un mot, griffonné à la va-vite, fut glissé dans un des plis de l'enveloppe. Il y reconnut les mots du marchand de remèdes. Par extension, il devinait également la provenance de ce courrier, qui sentait bon le tournesol.

Après s'être délesté de sa tenue ravagé par les affres du combat contre la Sorcière Blanche, le Kaguya métisse s'empressa de dévorer le contenu de ce courrier qu'il entretenait depuis des mois à présent avec Chiwa Aimi. Les mots de la demoiselle étaient durs à lire pour Shitekka. Il y sentait toute la détresse d'une femme en proie aux maux du monde. En un sens, tout deux expérimentaient la triste réalité du Yuukan : un enchevêtrement de conflits perpétués sans cesse depuis l'âge du Chakra. Shitekka réalisait en poursuivant la lettre que leurs discussions autour de son peuple semblait fasciner Aimi, au point de lui faire oublier ce quotidien sombre.

La torpeur assommait Shitekka en terminant de lire cette lettre. Aux portes du monde du sommeil, un dernier sursaut vital lui octroya le temps nécessaire pour répondre derechef à la native de Tsumago.


@Kaguya Shitekka a écrit:
Chère Aimi,

Je partage encore une fois votre ressenti sur le monde. Le Yuukan m'effraie. Par delà les frontières de Mizu, tout m'est presque inconnu. Je ne connais le Yuukan que par les récits rapportés de l'autre côté de l'océan, et les conflits opposant le village de Kiri aux autres villages cachés.

Je souhaite chaque jour que mes proches soient sains et saufs, loin de l'agitation de ce monde. Chaque jour, je prie pour leur sort, et implore les kamuys de leur prêter assistance. J'ose espérer que mes actions aideront un jour les miens à ne plus craindre les menaces qui pèsent sur ce monde. Peut-être je me trompe. Mais il ne faut pas perdre espoir. Je veux encore rêver de Saroruncasi comme d'une terre bénie par les kamuys, comme d'un havre de paix.

J'espère un jour pouvoir vous montrer mon île, et toutes les richesses qu'elle renferme. Correspondre avec vous me plait, mais limite ma capacité à transmettre mon savoir de Saroruncasi. En attendant un jour notre rencontre, je vous conseille de lire « Étude du peuple Urumi de Mizu no kuni » de Yamanaka Inoko. C'est ce livre qui m'a aidé à apprendre à écrire. Je suis sûr qu'il vous aidera à comprendre mon peuple et mon île. Si jamais vous ne le trouvez pas, je ferai de mon mieux pour vous envoyer une copie.

Je n'ai pas de nom en tête pour le kamuy des tournesols. Il n'y a pas de nom pour cette fleur dans ma langue. Je crois que le nom qui se rapprocherait le plus serait "Chup-nonno", littéralement soleil-fleur.

Écrire une des prières de mon peuple serait étrange. Je ne sais pas si je peux faire ça. Mes proches m'ont transmis de bouche à oreille ces précieuses paroles, héritées des anciens et des kamuys. J'ai déjà essayé de retranscrire un yukar, mais ça n'est pas la même chose qu'à l'oral… Il n'y a pas la musique qui guide nos voix, l'atmosphère qui transporte notre esprit dans le kamuy-moshir. Je me demande si emprisonner un tel texte sur le papier ne serait même pas un affront envers les esprits.

J'attends avec impatience votre dessin de hibou, et j'espère réellement pouvoir vous rencontrer un jour afin d'échanger davantage avec vous.

Shitekka, de Saroruncasi

_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 11:39




Si la jeune femme pensait son retour d’Hayashi calme et reposant, se fut sans compter sur Toph qui lui donna un parchemin qui scellait son destin avec l’hôpital. Avant de s’y rendre d’ailleurs, la kunoichi de la roche décida de se rendre chez elle, à la boutique de son défunt père. Le rouleau entre les mains, la rousse ne l’ouvrit pas de tout son chemin du retour et attendit d’arriver à destination. Une fois à l’intérieur de la maison, celle-ci s’adossa contre le dos de la porte et se laissa tomber sur le sol. Un long soupire de fatigue quitta ses lèvres, avant de sentir sous ses fesses quelque chose. Sa main attrapa alors une enveloppe sauvage qui s’était glissée sous sa porte. Elle reconnut très rapidement l’écriture et sourit doucement.

Mais avant de s’y attarder, la jeune femme se concentra sur le parchemin entre ses mains et l’ouvrit. Celui-ci mentionnait alors la prise de responsabilité dans l’hôpital, étant donné que son dirigeant avait péri à la résonance. Il en fallut du temps pour trouver un remplaçant et Aimi ne pensait pas qu’elle serait désignée. La charge de travail qui l’attendait était telle qu’elle était complètement démotivée.

Pour couronner le tout, l’Eiseinin devait aussi assimiler tout ce qui s’était déroulé lors du sommet secret à Hikari. Sa rencontre avec le moine et le saint-père avait été marquant pour la combattante qui s’était retrouvée face à des symboles assez importants dans le Yuukan. L’un pour avoir été un fanatique qui avait perdu sa tête, mais qui tenait toujours sur ses pieds, l’autre pour avoir protégé Hikari envers et contre tous, mais qui avait échoué. Apprendre l’existence des dieux et savoir que les réveiller était la solution pour battre l’homme au chapeau avait été une nouvelle bien trop déconcertante pour la rougeoyante qui ne savait plus quoi penser. Cependant, elle avait aussi fait la rencontre de personnes surprenantes, changeant son point de vue sur des nations qu’elle regardait pourtant avec méfiance.

Chaque jour, elle découvrait un aspect nouveau du monde. Il pouvait autant la décevoir que la surprendre agréablement. Que faire dans ce vaste Yuukan ? Comment devrait-elle agir ? Quelle était sa place ici ? Des questions sans réponse ou emplies de doutes. Pour l’heure, le seul moyen pour elle d’échapper à ses troublantes pensées, était de se poser sur la lettre qu’elle avait reçue. Avec une certaine hâte, la kunoichi se redressa et se dirigea vers les escaliers où sa chambre l’attendait. Se rapprochant de son bureau, elle attrapa une petite boîte et l’ouvrit. On pouvait alors voir plusieurs lettres rangées dedans. Installée sur sa chaise, la rousse ouvrit la nouvelle missive et se cala dans son siège pour la lire tranquillement.

Un sourire triste s’afficha sur son minois en constatant que l’homme à travers ces lettres était aussi effrayé qu’elle. Ils étaient similaires là-dessus, bien que découvrir le pays du bois l’enlevait de cette ignorance complète qu’elle avait pour le monde. En le lisant, Aimi avait l’impression de se retrouver dans ces écrits, c’était exactement ce qu’elle pouvait dire de son village et de ceux qu’elle chérissait. Les protéger et agir pour aider ce monde à connaître la paix.

L’habitant de Saroruncasi lui conseilla d’étudier sur le peuple des urumis, elle n’hésitera pas à se rendre à la bibliothèque pour trouver ce livre. Mais le mieux serait de se rendre directement là-bas et elle osait espérait un jour pouvoir le faire. Elle était touchée de cette attention particulière et s’impatientait de pouvoir en découvrir plus sur son peuple. La Chiwa ne put retenir un petit rire en constatant qu’il avait cherché le nom du kamuy pour les tournesols, son regard brillait d’émotion alors qu’elle repensait à ces fleurs ensoleillées.

Il lui explique ensuite qu’écrire des prières serait contre les principes même du partage urumi qui se faisait de vive voix. Elle comprenait tout à fait et ne lui en tenait pas rigueur. Un fin sourire se dessina après avoir terminé la lettre. Il était vrai qu’elle s’était entraînée à dessiner un hibou grâce aux documentations de la bibliothèque. Ce fut assez drôle de s’y entraîner, mais elle avait réussi à faire quelque chose de convenable pour Shitekka. L’espérait-elle en tout cas. Attrapant de quoi écrire et une enveloppe, ce fut à son tour de se mettre à l’écriture.


@Chiwa Aimi a écrit:
Cher Shitekka,

C’est dans une période très troublante pour moi que je reçois votre lettre et je peux dire qu’elle m’aide à surmonter les épreuves traversées. Je suis aussi curieuse et passionnée par le Yuukan qu’il m’effraie. Tout comme vous, presque tout m’est inconnu, mais je me trouve agréablement surprise par certaines rencontres.

Je sourire en voyant que nos idées se rapprochent beaucoup. Je me bats pour protéger les miens et prendre soin des gens. J’aspire à une paix et à la fin de la guerre et du sang qui coule. J’essaie d’agir pour cette vision que j’espère pour tous, tout comme vous. Alors soyons forts et gardons espoir pour ce monde qui en vaut la peine.

Ma curiosité du Yuukan s’étend aussi maintenant à votre île. J’espère sincèrement pouvoir déposer un pied sur votre terre pour découvrir vos coutumes et vos prières et j’irai voir si le livre dont vous me parlez existe dans nos bibliothèques. C’est un endroit que j’apprécie beaucoup et je pense avoir passé beaucoup plus de temps là-bas durant ces dernières années que dans ma propre maison.

Je vous remercie d’avoir cherché un nom au kamiy des tournesols, cela me touche beaucoup et sachez que j’apprécie échanger avec vous et j'espère sincèrement pouvoir vous rencontrer pour encore plus partager avec vous.

J’attendrai alors de vous rencontrer pour entendre vos prières qui sont sûrement très précieuses pour votre peuple. Peut-être même qu’elles m’aideraient à garder la foi et la force pour protéger ceux que j’aime.

En attendant, je vais devoir utiliser les moyens qui sont à ma disposition pour agir pour la cause qui me paraît si grande.

Cela a été très amusant d’apprendre à dessiner un hibou et j’espère que mon dessin vous plaira. Merci de m’offrir autant dans une simple lettre et j’espère vous rencontrer moi aussi.

Dans l’attente de revoir une nouvelle réponse de votre part, je prierai à ma manière pour votre bonheur et pour que vous ayez la force de vous battre pour ce qui vous est cher.

Aimi, de Tsumago.


Spoiler:
 



_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Empty
Lun 15 Fév 2021 - 18:16
@Kaguya Shitekka a écrit:
Aimi,

Je ne compte plus les mois qui se sont écoulés depuis notre dernier échange. Le temps passe, et c'est seulement aujourd'hui que je prends ce temps pour saisir ma plume. Je vous remercie pour ce dessin. Je le garde chez moi en souvenir de notre rencontre, mais aussi comme un moyen de me rappeler que le Kotan-kor-kamui veille sur moi.

Je relis aujourd'hui votre dernière lettre avec amertume. Hier, nous discutions de l'avenir dont on rêvait, nous parlions d'espoir. Des tournesols, et des hiboux.

Mais la guerre que nous craignions est à nos portes, je le crains, à présent. Mizu a été encore menacé par un monstre, et des hommes qui cherchent à répandre le mal. Des villages ont été engloutis sous les eaux, des innocents tués. Mon île a subi la colère du Démon de l'Eau. Des plages, des ports entiers parfois ont sombré dans l'océan.

Tout ceci a pris fin par le sacrifice de certains, l'exécution d'autres.
Je ne sais plus quoi penser de tout cela…

Mes convictions m'imposent de ne pas encourager la mort d'autrui, aussi mauvais soit-il. Les miens m'ont appris que tuer son prochain condamne à errer pour l'éternité dans ce monde sous la forme d'un spectre. C'est un châtiment horrible. Impossible de rejoindre les siens dans la demeure des dieux et de connaître le repos. Impossible d’interagir avec les vivants. Une éternité dans le néant et l'oubli.

Personnellement, j'ai tendance à croire qu'exécuter une personne, même coupable, ne fait que créer un tueur de plus, le bourreau, en plus d'ôter une vie précieuse dans ce monde. Au lieu de permettre au coupable de réparer ses fautes, de le changer, on le prive de cette chance. On prive ses proches, sa famille de sa présence. On ne répare pas une injustice en tuant; on ne fait que supprimer la cause de cette injustice.

Pourtant… Aujourd'hui je commence à douter. Par deux fois Raonaka Ao, l'ancien chef de Mizu, a menacé Mizu no kuni. Je ne compte plus les insurrections, les guerres civiles qui ont frappé ce pays. Et je ne souhaite pas non plus compter les morts qui en ont résulté. Mais j'ai la crainte que tant que la mort ne frappe pas les auteurs de ces drames, alors la destruction ne fait que se poursuivre.

Alors, que faire ?

Je commence à croire que dans ce monde, seule la mort est une solution efficace pour éliminer le mal. Qui sait quels autres méfaits auraient commis les ennemis de Kiri s'ils n'avaient pas été arrêtés pour de bon…

Peut-être qu'au fond, pour réparer l'injustice, il faut accepter d'un commettre une autre.

Si c'est là la solution, alors *une tâche d'encre, que l'humidité du voyage a étalé, couvre le reste de la lettre*

Shitekka, de Saroruncasi

_________________
Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi] Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Hasard épistolaire [PV Chiwa Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Courrier et presse :: Lettres
Sauter vers: