Soutenez le forum !
1234
Partagez

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan

Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Sam 4 Jan 2020 - 22:00
Entre terre et ciel

ft. Yasei Reikan


Automne 203, quelque part à l’intérieur des terres de Yuki no Kuni, près des littoraux.


Au détour des lueurs flamboyantes d’un feu de bois crépitant, une silhouette abandonnée s’épanchait de ses couleurs avec l'avidité d'un naufragé. Ses paumes, dépourvues de la douce caresse du tissu, faisaient face aux flammes dans l’ultime but d’apprivoiser cette chaleur naissance qui courait sur ses doigts tel des souffles sibyllins, cherchant à chasser à la fois frissons et air glacial tamisés sur sa peau. L’azur qui berçait ses prunelles s’abreuvait ardemment de ces étincelles qui faisaient naître d’innombrables parures mordorées sous ses paupières au fil de leurs mouvements incessants, si bien que l’on aurait aisément pu croire que l’or parant les mèches qui encadraient son visage avait chaviré le long de ses cils pour s’y loger. Aditya pressa ses épaules un peu plus près de son corps, frottant ses paumes l’une contre l’autre en les enrobant d’un souffle réchauffé. Yuki tenait en maître son titre de Pays des Neiges, il n'y avait aucun doute là-dessus.

L'ascèse avisa les alentours d'une œillade perçante, détaillant les contours ardus des montagnes recouvertes de givre jusqu'à la cime de ces arbres royaux s'élevant par-delà les tempêtes. Aucun sentiment de grandeur tel que celui-ci ne s'était emparé de lui depuis qu'il avait quitté la Forêt Millénaire et ses dédales sylvestres, où l'horizon couvait d'autant plus de mystères pour leurs yeux aveugles qu'aucun autre n'aurait pu ne serait-ce qu'en supposer l'existence. La découverte de nouveaux paysages lui faisait toujours cet effet-là ; éternels et éblouissants, de là à lui ôter un souffle qu'il ne réalisait pas même retenir jusqu'alors. Mais au détour d'une alcôve enneigée, ses paupières se plissèrent, alertées par les formes abstraites qu'elles découvraient à sa vue.

Lentement, ses doigts se délièrent alors que son regard s'écrasait sur la silhouette d'une bête des plus imposantes, dont seules les stries ébènes qui perçaient son flanc la distinguaient de la poudreuse ; un tigre blanc, mesurant toute sa grâce malgré la force que dénotait son poitrail. Sa paume pressa le haut de son genou pour l'inviter à se redresser, devant cette figure bestiale qui semblait se rapprocher de lui au rythme de ses pas sourds. Avec une prudence mesurée, le blond imita sa cadence et laissa les pans de sa cape retomber sur son corps, tâchant de s’éloigner quelque peu du feu de camp. Pouvait-il seulement être affamé par l’hiver éternel qui régnait dans ces contrées, et penser que toute présence humaine cachait le revers de celle de nourriture ?

L’éveil d’un vent nouveau souleva les quelques mèches d’or qui bordaient son visage, faisant écho à la douceur rassurante avec laquelle il se faufilait au cœur des poils immaculés du félin, dont le museau lui apparaissait de plus en plus clairement. Ses yeux longèrent la noirceur de sa truffe jusqu’aux tâches ébènes qui enrobaient la richesse de ces orbes myosotis ; et en cet instant, l’appréhension se substitua à la tendresse et la peur à la nostalgie. Un sourire familier s’installa sur ses lèvres alors même que son regard accompagnait l’approche du tigre jusqu’à ses flancs, trônant en maître des lieux devant sa simple silhouette d’homme et le forçant à courber sa nuque pour échanger encore entre l’azur et cette mer d’un bleu royal indomptable. N’importe qui d’autre aurait fui devant une telle force de la nature. N’importe qui aurait pu penser, à raison, qu’un simple coup de sa patte aurait pu trancher ses chairs à vif et arracher la vie de cette coquille de chair ; mais Aditya savait désormais qu’il n’avait rien à craindre. Il n’aurait pu même être plus en sécurité qu’à cet instant précis, aux côtés de cette bête fougueuse qui tenait en elle tant de mystères.

Alors, l’ascèse vint caresser du bout des doigts les reflets miroitants de ce morceau de cristal trônant autour de son cou puissant. Ses ongles glissèrent sur les fentes taillés de cette dague jusqu’aux rebords noués d’une cordelette écarlate tandis que son visage se peignait d’un profond sentiment de quiétude face à l’animal.

« Je pourrais te reconnaître entre mille autres, Reikan. », glissa-t-il sur un ton affectueux qui dévoilait à nouveau l'intimité qui liait profondément ces deux partenaires. « Cherchais-tu à m'effrayer ? »



_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 12 Juin 2020 - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 27 Jan 2020 - 18:17
➜ Automne 203, Quelque part à l'intérieur des terres de Yuki no Kuni, près des littoraux.

Jamais la Tigresse blanche ne pouvait se lasser de ce sentiment de liberté si singulier, et qui pourtant s'opposait à la fatalité du destin qui était le sien. Toutefois, au cours de son intégration à la société civile et sédentaire de la Cité Brumeuse, cette entorse faite au désir d'autonomie qui l'avait animé n'avait jamais su éteindre le feu de son âme criant à l'indépendance. Yasei Reikan était un esprit pur et libre, quoi qu'entravé par un poids conséquent de promesses et d'espérances qui reposait sur ses épaules, car les seules chaînes qu'elle n'avait su briser jusqu'à lors étaient celles qui l'accrochaient depuis presque toujours à ses rêves les plus chers. Mais les épaules d'une humaine n'étaient définitivement pas assez solides pour ne pas en finir brisées malgré une aide extérieure, à force de porter le fardeau d'un monde tout entier. Par contre, les épaules d'un Tigre blanc semblaient bien plus en mesure de réaliser de tels idéaux, tous aussi gargantuesques les uns que les autres.

À défaut de traquer désespérément la chaleur au coin d'un feu, l'enfant des bêtes en avait profité pour se lever à l'aube et rejoindre la poudreuse qui n'attendait qu'elle. Le soleil s'était levé sur ce bout du monde glacial, déclinant une magnifique palette de roses et de jaunes. La glace figeait les bords des torrents, pendant que les eaux rugissaient au fond des précipices de la banquise. Les arbres dressaient leurs hautes silhouettes même sur les plus petits massifs enneigés ; rares devaient être ceux qui, ayant osé s'y attarder, en revenaient indemnes... lorsqu'ils en revenaient. Les terres du Pays des Neiges étaient froides et hostiles à l'égard des Hommes. Pour autant, la Fille du Vent trouva son compte dans le calme et la paix naturels que Yuki no Kuni emprisonnait jalousement par la glace.

Enveloppée de son pelage de noir et de blanc, Reikan était plus majestueuse encore sous sa forme animale que lorsqu'elle avait son épiderme d'humaine à nu. Cette métamorphose féline, qu'elle avait pour habitude de réaliser sans le moindre effort ni le moindre défaut, épousait de façon parfaite la moindre courbe de son corps, source de bien d'énigmes. À y penser, il n'y avait pas meilleur prédateur que le Tigre blanc en ce monde pour incarner le caractère bestial et illustre de la native du Désert, qui avait tout appris de son maître et père. Sous toutes les coutures de sa chair, la jolie brune revêtait avec puissance et élégance cette mystérieuse apparence, avec une pureté à en couper le souffle.

Au-delà d'être une combattante de renom portant l'insigne de la Brume à son front, Reikan faisait partie de ces rares enfants des bêtes qui maniaient leur art à la perfection. Mais si elle pouvait inspirer la crainte pour la plupart en raison d'une carrure si imposante, Aditya ne put que se sentir honoré et rassuré d'être tombé nez à nez avec ce miraculeux joyau de la nature, qu'il connaissait pourtant si bien. Un joyau imprévisible, qui sous cette mythique peau de carnassier, était devenu indomptable à raison du temps et des épreuves qu'il avait traversé. Un joyau brut, que personne n'avait jamais su façonner pour le rendre plus docile et régulier. Ses pattes se promenèrent avec douceur sur la poudreuse, jusqu'à l'amener près de l'enfant du bois. Si bien du monde n'aurait pu se permettre de toucher la dague de cristal trônant dans la fourrure de son poitrail sans risquer d'y perdre un membre, le descendant du clan Shinrin pouvait, lui, profiter d'un tel privilège.

Mais la Tigresse blanche ne lui laissa pas le temps de caresser davantage cette relique qui lui était si précieuse. Son regard éthéré si singulier se fit plus malicieux, alors que son long corps de félin venait de ne faire qu'un tour de celui d'Aditya, avant même que ses pattes avants n'égarent quelques poils dans le néant. Cette couverture tigrée se décrocha lentement mais sûrement de toute son enveloppe charnelle à vue d’œil, laissant apparaître une Reikan déjà vêtue d'un manteau de fourrure. Le félin immaculé, qui aurait bien fait le double de son ami une fois sur ses pattes arrières, avait disparu. Ce retour à la forme humaine se fit d'une manière si instinctive qu'il en paraissait presque facile de se transformer en un pareil animal massif. Aussi bien aux yeux d'un môme que d'un vieillard, c'était un souvenir qui pouvait à tout jamais rester gravé dans la mémoire, tant cette aisance avec laquelle la Fille du Vent se métamorphosait avait le don d'intriguer.

La féline se redressa pour mieux embrasser sa nature bipède fraichement retrouvée, dans une posture particulièrement droite et rigide. Ses longs cheveux de nuit, qui n'avaient rien à envier à la robe tigrée de sa métamorphose, retombèrent en cascade sur ses épaules, alors qu'elle rouvrait ses yeux céruléens pour les plonger dans la profondeur azurée de ceux de son plus grand ami.

« Suis-je donc parvenue à faire naître en ton cœur une pointe d'inquiétude ne serait-ce que le temps d'un battement de cils, Aditya? »

La Fille du Lion lui décrocha un sourire, après avoir accordé un regard au feu qui dansait non loin sur les bûches incandescentes du camp de fortune. Puis, ses pupilles vinrent s'échouer contre les blancs pics de montagnes qui les épiaient de loin, rien que par leur grandeur. Sa voix troqua sa teinte d'ironie contre celle de nostalgie.

« Ces terres, où j'ai passé ma matinée, sont vraiment remarquables. Elles sont d'un calme que j'ai rarement pu côtoyer. Les monts du Pays du Fer étaient tout aussi enneigés, pourtant... je me rends compte maintenant à quel point ils étaient déjà infestés par l'activité des Hommes. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Mer 4 Mar 2020 - 14:47
Les iris éthérées d’Aditya coururent sur la silhouette changeante de la métamorphe, tantôt portée par la majestuosité d’un tigre blanc, tantôt par la vélocité d’une humaine dont l’âme tenait entre ses chairs un vent de liberté. Un fin rire s’échappa de ses lèvres muées sous l’égide d’un sourire retenu lorsqu’il entendit ses paroles taquines, qui trahissaient la clairvoyance de la féline. S’il avait effectivement été surpris par une telle présence bestiale quelques instants plus tôt, sa vie n’en avait jamais été le sujet ; après tout, il se tenait là sur les terres d’une faune inconnue et qui était loin de lui appartenir. Croiser le chemin de ses habitants s’était avéré prévisible.

« Tu connais déjà la réponse à cette question. », glissa-t-il à son attention.

Bien vite, le ton amusé qui ponctuait leur échange s’évanouit dans la fraicheur du silence, seulement rompue par le tintement de la voix de sa comparse qui relatait avec tant de passion les visions qui s’étaient offertes à elles le temps d’une escapade si brève, retenue par les quelques instants qu’ils pouvaient dédier à eux-mêmes en dehors des obligations diplomatiques que le Pays des Neiges leur imposait. Ce voyage toucherait bientôt à sa fin, cela, tous deux le savaient ; et dans leurs cœurs resteraient gravés ces étendues glacées. Mais aujourd’hui, en ces heures éphémères où le Zénith offrait sa chaleur à un firmament invisible, ces deux enfants du voyage savaient que la relaxation était loin de s’avérer être à l’ordre du jour. Alors qu’il reprenait sa place première aux abords des crépitements du feu, l’ascèse dardait à nouveau sa comparse d’un regard interrogateur, les bras lâchement croisés sur son torse. Pour l’heure, il se refusait encore à s’asseoir à nouveau, conscient que, peut-être, son concours pourrait être demandé.

« J’ai remarqué que tu n’avais pas utilisé ton affinité terrestre lors de… l’accrochage qui nous a opposé au dragon, bien qu’elle aurait pu être plus utile sur l’instant. Y a-t-il une raison à cela ? »

Si l’héritier du bois était conscient que faire danser le vent sous sa volonté avait de toujours été ce avec quoi Reikan avait le plus d’affinité au monde, au travers d’un nombre incalculables d’instants où il avait pu être témoin de ses prouesses, cela ne demeurait pas la seule aptitude qu’elle détenait. Quelques jours pus tôt, à l’orée d’une écume frémissante, elle lui avait confié être parvenue à moduler son flux pour dominer la terre à l’instar du ciel, alors qu’ils venaient tout juste de prendre la mer. Pour l’heure, aucune inquiétude n’éveillait l’intérêt d’Aditya à ce sujet ; seule la curiosité demeurait. Lui qui avait dû apprendre à maîtriser son don sylvestre ne pouvait que comprendre ce sentiment qui pourrait traverser la jeune femme en cette heure, et l’amitié qu’ils partageaient lui promettait une réponse des plus honnêtes. Après tout, ils n’avaient rien à se cacher l’un à l’autre, et trouveraient toujours une main tendue dans l’adversité, aussi minime soit-elle.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Mer 4 Mar 2020 - 17:57
Nichée au creux des monts enneigés, la lueur éthérée qui trônait en reine au fond des pupilles de Yasei Reikan n'avait que pour digne égale celle du feu incandescent qui crépitait à son dos. La fourrure de son manteau se laissait caresser par une brise poignante, glaçante, presque agressive pour l'épiderme tant elle portait le froid de l'intérieur des terres jusqu'au littoral, pour rejoindre la Mer Blanche. En cet instant charnier, la Fille du Désert avait su profiter d'une poignée de secondes pour contempler la blancheur du paysage. C'était là un paysage si pâle qu'il tranchait délibérément avec son teint hâlé, habitué à et forgé pour affronter sans vergogne la chaleur d'un soleil parfois meurtrier. Une chance que la féline ne craignait pas, autant que certains de ses pairs, un contexte environnemental si hivernal. Une chance d'ailleurs que les deux amis avaient de se retrouver, ici, dans un tel temple de la nature figé dans le temps car emprisonné par la glace.

La Fille du Lion de l'Atlas s'était laissée engloutir par une bulle d'intimité, au point que la plupart de ses sens s'étaient laissés volontiers altérer. Mais la fine ouïe de la métamorphe brisa ce luxe qui lui avait été accordé, faisant parvenir à ses oreilles la curieuse question de l'enfant du bois. Mon affinité... terrestre? Loin d'elle l'idée de vouloir le laisser dans l'ignorance, toutefois, elle-même cherchait encore la raison pour laquelle son âme l'obligeait à se tenir écartée d'une maîtrise de la Terre qui pourrait égaler celle qu'elle avait du Vent. Ses sourcils se froncèrent avec légèreté, alors que ses yeux furent forcés de se détacher de cet horizon vallonné pour se plonger dans ceux d'un camarade désireux d'en savoir plus à ce propos. Son regard fit entre temps une escale auprès du creux de sa paume droite, main qu'elle avait décidé d'ouvrir comme pour y dénicher la réponse à ce manque d'intérêt envers l'affinité tellurique.

« Je t'avoue ne pas avoir la moindre idée du pourquoi, ni du comment j'ai pu ne pas m'être déjà penchée sur le dur labeur qu'était de développer une telle affinité. Je savais que ça arriverait tôt ou tard, si bien que ça m'a grandement intrigué pendant de longues nuits. Mais... à vrai dire, je suis heureuse de savoir que je puisse être en mesure de faire de la Terre une alliée. »

Autour de son avant-bras droit se mit à remuer un doux vent, qui pourtant pouvait aisément se faire ressentir depuis la position d'Aditya, en raison de leur proximité. Un tout petit tourbillon de la taille d'un mulot, à vocation seulement et uniquement divertissante, avait pris place entre ses doigts, avant de disparaître après un bête clignement de paupières. Ses yeux fixèrent sans relâche la chair de sa paume. Si celle-ci était d'une grande finesse, cette main était cependant capable du meilleur, comme du pire. Mais Reikan avait toujours veillé, avec rigueur, à ce qu'elle ne serve que le bien.

La Fille du Vent maîtrisait l'air et le rendait redoutablement dangereux au service de ses convictions les plus chères, comme presque personne n'avait appris à le faire. Pourtant, son attention fut attiré par ce qui se trouvait entre ses doigts, bien au-delà de la perspective de sa seule main. Là, en-dessous de cette poudreuse en fin de vie près du feu de camp, gisait un terreau riche de bien des promesses. Quid de l'utilité tout aussi monstrueuse qu'elle pouvait donner à la Terre par autant d'efforts qu'elle en avait apporté pour devenir la Fille du Vent, alors? Ce n'était pas que Reikan ne voulait pas s'initier à cette maîtrise terrestre, mais plutôt qu'elle ne pouvait pas. Du moins, pas seule. Ainsi, son regard remonta dans celui du natif du Bois.

« Aujourd'hui, j'ai développé une aisance si évidente pour manipuler le Vent que... j'ai l'impression d'avoir oublié cette toute première fois où j'ai appris à le dompter. Je sais à quel point il t'a été difficile d'en faire de même avec le Bois, mais il n'empêche que cela reste bien moins lointain pour toi que pour moi. Peux-tu m'aider à devenir la Fille du Ciel et de la Terre, Aditya? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Mer 4 Mar 2020 - 18:30
Au creux des lueurs dansantes d’un feu en plein éloge, le regard de l’enfant du bois se posaient à nouveau sur les traits préoccupés de sa comparse, qui, délogée de son palais mental dédié tout entier à la contemplation de ce paysage glacé, avait bâti le chemin la ramenant à la réalité. Pendant de brèves secondes, leurs pupilles se croisèrent, et il put y lire l’incertitude qui y trônait encore, au crépuscule de ses mots. Ils n’avaient percé le silence que le temps que ses paroles n’épanchent sa curiosité, et pourtant, il lui semblaient que cela avait suffi pour révéler le tiraillement intérieur auquel elle semblait être aux prises. Elle qui avait fait du vent son arme depuis tant de temps, tellement que les confins de sa mémoire semblaient l’avoir toujours marqué dans son âme, elle en avait perdu la fraîcheur d’une débutante, de quelqu’un à qui il restait encore tant à apprendre ; et alors que l’ombre de la Terre se profilait dans ses désirs, il lui fallait la retrouver à tout prix, encore une fois. Aditya avait été un professeur à bien d’occasions en partageant ses connaissances humbles et à l’orée d’une après-midi apaisée au temple, la féline avait été l’une de ceux qui avaient reçu ces maigres enseignements. Seulement aujourd’hui, il n’était plus question de fermer son esprit, mais bel et bien de l’ouvrir à de nouveaux horizons. Ceux qui dessinaient les contours poussiéreux de la roche, aussi ferme que l’ambition de la féline, et tout aussi ferme que les principes de l’ascèse.

Alors, tandis qu’un frisson se glissait au-travers des pans de ses vêtements, réchauffés de cette fourrure prêtée par la jeune femme, le blond se rapprocha de l’onde chaleureuse du feu crépitant et glissa son attention tout entière sur elle. Ses bras, bien que croisés, émanaient d’une profonde bienveillance ; et ses pupilles, elles, couvertes par quelques mèches d’or que le vent plaçaient sur leur chemin, trahissaient l’accord silencieux qu’il s’apprêtait à formuler à haute voix.

« Bien évidemment. », déclara-t-il sur un ton posé.

Son regard avisa l'horizon, l'espace d'un instant, l'air pensif, réfléchi. Son esprit courait sur les détours de tant de questions et de tant de possibilités par lesquelles il lui était possible d'aborder ce sujet avec la métamorphe, qui, contrairement à ce qu'il avait pensé savoir, n'était pas aussi familière avec la terre qu'il ne l'aurait cru. Peut-être sa maîtrise était encore bien trop rudimentaire pour penser à l'utiliser face à une péripétie surprenante, peut-être le confort du vent avait-il prit le dessus. Quoi qu'il en fût, il était certain que Reikan, bien que désireuse de faire ce don sien, n'avait fait que l'effleurer du bout des doigts. Pour autant, elle demeurait une kunoichi de talent, qui désormais, avait fait du chakra son expérience personnelle. Si elle domptait le vent sous sa volonté dans l'ombre d'un battement de cil, cette seconde affinité ne tarderait pas à en être de même, si toutefois elle acceptait de laisser son esprit être guidé vers une nouvelle vision des choses. Une nouvelle manière de l'utiliser.

Aditya connaissait la féline, peut-être mieux que quiconque. Avoir un esprit ouvert était loin d'être ce qui lui manquait ; au contraire, c'était là l'une de ses plus belles qualités.

« J'aurais besoin que tu me montres ce dont tu es capable pour l'instant, même si ce n'est que minime, même si tu échoues, mêmes si tu ne t'y prends pas comme tu le devrais. Le vent est partout autour de nous et il devient facile de l'user comme d'un manteau que l'on ne quitte jamais ; mais lorsque c'est la terre ou le bois que l'on convoque à nous, c'est au sol que nous devons répondre. », déclara-t-il avec une mimique avenante. « Laisse-toi simplement aller à une nouvelle façon d'utiliser tes dons. »


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Mer 4 Mar 2020 - 19:21
À vrai dire, pas un instant la native du Vent eu de véritables doutes quant à la nature affirmative de la réponse de son vis-à-vis. Non pas juste parce que ces deux-là éprouvaient une large affection l'un envers l'autre, mais parce qu'il était évident que le don qu'il entretenait avec le bois pouvait facilement s'assimiler à celui qu'elle pouvait entretenir, à raison de bien des efforts, avec les entrailles de la Terre. Le sombre voile qui reposait sur une potentielle aide extérieure, pour pousser la métamorphe à faire la Terre sienne, venait d'être levé par l'utilisateur du bois sans même l'once d'une hésitation. S'il y a à peine quelques minutes, l'âme de la métamorphe nourrissait encore des incertitudes quant à ce qui la liait à ce qui se trouvait sous ses pieds – ou ses pattes, de temps à autre –, cette façon de penser était dorénavant révolue, explosée en bribes par la présence et la foi de son ami. Qui de mieux placé qu'un enfant du bois, pour aider une enfant des bêtes à surmonter les obstacles tenant au terreau même des arbres, après tout?

Aditya allait soutenir Reikan à fournir un labeur probablement surhumain, pour donner naissance à la Fille du Ciel et de la Terre. Il n'y avait plus qu'à, désormais.

Sans se faire prier, sa main droite rejoignit les courbes de sa silhouette élancée, pour laisser la jolie brune se concentrer sur la demande de son comparse. Répondre au sol? Ses paupières ne manquèrent pas de se plisser, pour témoigner déjà de l'ampleur du travail qui lui était demandé. Pourtant, cela n'était pas suffisant pour mettre à mal la volonté de la Tigresse blanche. Pour cause, l'enfant du Pays du Bois n'avait pas eu tort en se reposant sur son ouverture d'esprit ; car du fait de son mode de vie nomade, la Fille du Lion de l'Atlas avait appris très tôt qu'elle devait faire de cette brillante qualité une force des plus précieuses et des plus utiles, dans sa course acharnée vers la puissance. Et si elle avait pris l'habitude d'aimer tout avoir sous son contrôle, elle s'efforça tout de même d'entendre le dernier conseil du sylvain. La Yasei devait d'abord lâcher prise, pour étoffer ce qui seraient les prémices d'un tout nouvel art au sein de son arsenal.

« J'entends. Je vais faire de mon mieux. »

Reikan s'éloigna du feu de camp et lui tourna à moitié le dos, comme pour prévenir la moindre boulette qui pourrait s'immiscer dans l'usage de la Terre qui n'était pas aussi stable que celui qu'elle avait du Vent. Néanmoins, cela n'avait pas empêché la changeforme de se prémunir, au moins, des bases de l'affinité tellurique au cours de ses plus frais entraînements. Mais sans personne pour la guider sur ce terrain, difficile pour elle de faire s'égaler ses deux natures affinitaires, même avec la meilleure volonté du monde. Sous l’œil avisé de son compagnon, la jeune femme à la longue chevelure bestiale ferma les yeux et porta toute son attention sur l'infinie pierre qui dormait sous la poudreuse, à même ses semelles.

De longues secondes s'écoulèrent, avant que la féline ne daigne rouvrir les paupières et ressortir ses mains à l'air libre et givrant, pour formuler une courte série de signes. Un moment de flottement prit place, ce après quoi la terre se mit à gronder et vibrer juste à côté de ses pieds, avant que la neige ne laisse sortir un épais mur terrestre aussi grand que celle qui l'avait fait naître. L'enfant des bêtes releva ses yeux pour accrocher son regard sur la courbe qu'avait pris le mur, conformément à ses propres attentes. Si en toute objectivité, cette démonstration n'était pas si mal, aux yeux de l'Héroïne de l'Eau, cela restait bien moindre comparé à ce qu'elle pouvait fournir avec sa maîtrise quasiment inégalée du Vent.[invisible_edit]

« Voici à peu près ce à quoi je me suis limitée, pour l'instant. Je pense pouvoir aller plus loin, mais j'ai osé imaginer qu'en ta compagnie, les fruits d'une journée entière d'entraînement seraient bien plus fructueux que si je m'étais décidée à affronter ça seule. »


démonstration:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Mer 1 Avr 2020 - 12:44
Sa posture toujours égale à celle que le temps écoulé lors de ces dernières minutes avait forgé dans l’étau de son corps, Aditya dardait la silhouette de la féline d’un regard éthéré empreint de sérieux et de bienveillance ; un doux mélange qui teintait son être en sa présence, comme toujours. Cependant, un fin sourire parvint à se glisser sur ses lèvres lorsqu’il entendit l’écho de sa voix accéder à ses conseils, et plus que tout, les suivre avec une profonde confiance. S’il n’avait jamais douté que la jeune femme puisse accueillir à bras ouverts tous les dons de la Terre, la voir se mettre à l’œuvre avec tant de ferveur – non pas comme un mentor à un élève, mais bel et bien comme deux égaux – renforçait d’avantage la confiance qu’il portait à son succès. Et tandis qu’elle délaissait la chaleur du feu brûlant se nourrissant des bûches neigeuses, lui, demeurait à son flanc, dépourvu de cette résistance naturelle au froid que détenait sa comparse.

Graduellement, l’enfant du soleil reconnut les mudrās qu’elle format comme étant ceux appelant la naissance d’un rempart de pierre, les mêmes qu’il avait enseigné à Junko il y a bien des lunes de cela, alors que l’astre rayonnant trônait en maître dans le ciel à l’époque. En un clin d’œil, la terre se mit à se mouvoir, la glace à se rompre, la neige à se dissiper ; et bientôt, ce fut la naissance d’un véritable mur qui s’offrait à tous deux, tandis qu’une rude et frêle brise glissait sur leurs peaux laissées à nues, comme pour leur rappeler l’éternelle présence du vent à leurs côtés.

Alors, une fois l’édifice érigé par la seule volonté de sa compagne, l’ascèse laissa ses pas le mener auprès d’elle ; et alors que la paume de sa main longeait ces détours terreux avec une attention toute particulière, il devenait évident à ses yeux que la robustesse dont la création faisait preuve était loin d’être délaissée. Égale à un certain raffinement, elle démontrait toute la précision que son artisan lui avait enclin, et avec elle, le contrôle éminent de son chakra. Il avait fallut plusieurs essais à la rougeoyante avant de parvenir à ce résultat ; mais la féline, elle, semblait d’ores et déjà maîtriser ce niveau-là. Ou tout du moins, c’était celui envers lequel elle éprouvait le moins de peine. Si le sourire posé qui s’était installé sur son visage l’avait quitté désormais, la lueur bienveillante qui trônait dans son regard d’azur, elle, présidait encore.

« Ton niveau est plus que convenable, tout du moins pour te défendre de la plupart des assauts. La roche est solide et ton chakra semble avoir été correctement réparti pour la maintenir – bien que venant de toi, je t’avoue que ce ne soit pas une surprise. », glissa-t-il avec un léger sourire complice.

De quelques enjambées apaisées, Aditya s’éloigna de la féline en laissant ses doigts tracer les mudrās caractéristiques de son don sylvestre, jusqu’à clore ses paumes toutes deux l’une contre l’autre, entrelacées ; un dernier appel au bois qui ne tarda pas à y répondre, rendant la terre sous la présence croissante et écrasante d’imposantes racines. De simples pousses, elles devinrent troncs et arbres majestueux, longeant les contours de l’autre pour renforcer d’avantage leurs liens au fur et à mesure que son chakra infusaient leur écorce ; et en un rien de temps, ce fut un petit bout de la Forêt Millénaire qui prit place au sein de cette étendue de glace qui faisait tant la réputation du pays des Neiges. Pliés au bon vouloir d’une dernière once de contrôle, les branchages se mêlèrent sous l’égide d’un visage bienveillant, que quiconque ayant attardé ne serait-ce que quelques temps aux enseignements bouddhistes reconnaîtrait comme celui de la divine Kannon et son éternelle bienveillance – un nom qu’elle partageait avec sa mère adoptive, comme une façon de toujours la tenir prêt de lui.

Et comme pour partager cet instant avec elle, l’enfant de la forêt trouva à nouveau les pupilles myosotis de Reikan, dans lesquelles se reflétaient l’éclat le propre éclat de l’azur.

« Voilà tout ce que je peux t’apprendre. Ce rempart n’est pas seulement robuste en apparence ; toutes ces branches entremêlées tiennent d’autant plus de résistance que tout autre, et bien qu’il y a quelques saisons de cela mon don m’était tout à fait étranger, il n’en fut rien que le temps et l’effort ne purent m’apprendre à leur tour. Je ne doute pas qu’il en sera de même pour toi, Reikan. », déclara-t-il avec cette once de familiarité qui perçait toujours le cœur de ses paroles lorsqu'elles lui étaient destinées.


technique:
 


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Mer 1 Avr 2020 - 16:29
Près de cet indispensable feu de camp, unique source de lueur et de chaleur sur une légendaire étendue de glace comme celle du Pays des Neiges, l'analyse gourmande du détail de l'ascète était à l'œuvre. Du bout des doigts, il se permit d'agir presque comme un orfèvre qui souhaitait à tout prix découvrir le moindre défaut dans la création tellurique encore toute fraîche de son amie. En vain. Sans la moindre gêne, Reikan soutint son regard et attendit que le premier verdict sur ses dons offerts par la Terre tombe, avec toujours cette naturelle confiance qui bombait son buste mieux que l'oxygène qui s'y promenait. Et il ne se fit pas prier, car Aditya se contenta d'aller à l'essentiel et de lui faire part en toute franchise de son plus pointilleux avis. Une chose qui n'étonna pas la féline, elle qui connaissait mieux que n'importe qui cette brûlante amitié, cette rivalité pleine de bénéfices qui les liait.

Ainsi, la Tigresse blanche se révélait d'ores et déjà particulièrement douée s'agissant de la maîtrise du Doton. Mais saura-t-elle la rendre aussi pointue que le don sylvestre de l'enfant de la Forêt?

Cette idée relevait presque de l'impensable, en seulement un après-midi. Plus encore lorsque le sylvain prit la décision de s'emparer des devants pour passer aux choses sérieuses, en montrant l'étendue de son talent issu de la Forêt Millénaire. Sous le joug des signes réalisés naquirent sous leurs pieds de fortes racines, d'imposants troncs puis de longues branches qui ne tardèrent pas à s'entremêler les unes aux autres aux côtés du duo. La glace craquelée en avait même été brisée, tant la grandeur du jutsu se révélait à la lumière de ce jour givré. Les arbres en pleine croissance s'empressèrent de grandir et de former petit à petit une sorte de rempart luxuriante, s'élevant à plusieurs mètres vers le ciel comme s'ils n'avaient jamais été enfouis sous terre. Cette élévation fut suivie de près par les pupilles de la Tigresse blanche, surprise par une telle démonstration de puissance. Car cette incroyable muraille s'était rendue non pas juste terriblement solide ; elle semblait être particulièrement stable, du fait de sa hauteur et de sa largeur qui étaient toutes deux à ne surtout pas négliger.

Au beau milieu de la banquise, l'enfant du Bois n'avait ainsi pas hésité à ériger sa défense sylvestre la plus suprême devant son amie de toujours. Et ses propos ne purent que soutenir l'apparition de cette phénoménale protection forestière, au centre de laquelle trônait le visage de la divine Kannon. Presque absorbée par ce détail, qui n'en était plus vraiment un en raison de sa taille relative au mur, la Yasei eut du mal à en détacher son regard éthéré, alors même que sa dextre s'était élevée sur l'une des ramures pour en tâter la résistance. Aditya a monstrueusement progressé... Cette pensée l'obligea à ramener ses yeux dans ceux de son vis-à-vis à la blonde chevelure, en laissant l'occasion à la brise glaciale de combler le silence tout juste installé. Ces deux-là étaient des amis de longue date et avaient appris à faire preuve d'une immuable entraide mutuelle. Mais si ces deux combattants, véritables titans de force, ne s'étaient encore jamais retrouvés autour d'une rixe mutuelle pour de bon, cela ne les avait jamais empêché de penser au préalable qu'un tel duel serait dévastateur. C'était également dans la rivalité que résidait la beauté de leur relation, car depuis presque toujours, l'un n'avait jamais cessé de talonner l'autre en termes de progression.

Au tour de la Fille de Yasei Ragna de récupérer son retard à l'égard de la Terre.

« Ce don sylvestre que tu as est grandiose. Mais tu as raison de ne pas douter de moi, Aditya. Parce que je compte bien tout faire pour que mon don tellurique l'égale au plus vite. »

Sa compétitivité n'avait d'égale que la solidité de ses convictions, si bien que la métamorphe se détourna aussitôt de la muraille de bois pour se livrer à la pratique. Une légère inspiration souleva sa cage thoracique, pendant que ses mains ressortaient à nouveau des manches de son manteau de fourrure pour effectuer une série de mudrās. D'un coup, sans perdre davantage de temps, ses paumes se dirigèrent vers le sol pour que celui-ci donne naissance à une façade terrestre. Puis, la remontée de ses bras fut rapide au point qu'un mur de terre s'éleva devant elle dans le même temps, plus haut que le précédent qu'elle avait réalisé dans le seul but de montrer la force de son affinité tellurique. Aussitôt, la jeune femme se rendit bien compte que la quantité de chakra était insuffisante, dans la mesure où la structure se révélait bien plus moindre que celle de la muraille de son compagnon. Mais ce n'était pas tout. Aussi soucieuse du détail que le blondinet, la féline aperçut l'effritement d'une partie de son mur, qui peinait à rester stable même si modérément épais.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 2 Avr 2020 - 11:36
Les prunelles perçantes de l’ascèse dardaient chacun des mouvements de la féline, éprise d’un doux mélange d’étonnement et de fascination, tant à l’idée de s’apprêter à être à même d’une même prouesse que face à celle qu’il venait de démontrer devant elle. Malgré tout, l’humilité marquait encore chacun des traits du visage de l’enfant du soleil, dont le don sylvestre s’était révélé au fur et à mesures des levers de chaque aurore. Encore aujourd’hui, le souvenir de la première entrevue de l’équipe 10 hantait sa mémoire avec mélancolie ; à l’époque, la nature ne répondait point à sa volonté comme elle le faisait aujourd’hui. Mais au fil des jours, la présence de la Forêt Millénaire s’était affirmée, avait roulé le long de son échine comme une belle compagnie, avait accompagné ses pas et son cheminement à travers le monde.

Aditya avait toujours pensé que s’impliquer ainsi dans les affaires des hommes n’était pas ce à quoi son âme répondait ; ça n’était pas là sa place. Autrefois, il avait été persuadé que les arts ninjas allaient à l’encontre de ce principe. Qu’en apprendre les secrets insondables mèneraient son esprit à s’empoisonner d’avidité, de pouvoir et d’une myriade de possibilité, à devenir telles ces âmes corrompues décidant que l’avenir était sien ; mais jamais il n’avait eu aussi tort. Lui qui désirait plus que tout comprendre les ombres qui tarissaient le cœur des hommes, à observer les altérations de l’histoire sans la marquer lui-même, comment aurait-il pu achever cette volonté sans connaître la puissance que rescellait le chakra ?

Aditya n’avait jamais été de ceux qui s’osaient à prendre la vie de quiconque. Peut-être était-ce pour cela que son don sylvestre se retranscrivait le mieux dans la protection. Dans des effigies protectrices telles que celles-ci.

Et alors que ces pensées traversaient son esprit , les détours de son regard se glissèrent sur le rempart forestier où trônait le visage de la douce Kannon, divinité agnostique ; sur la paume avide de connaissance de la tigresse blanche, qui retraçait les nervures naturelles que le bois avait dessiné d’une douce caresse. Il vit la détermination naturelle de la Fille du Vent revenir se loger au sein des orbes myosotis dont la brise épargnait l’ombre de sa chevelure ébène, et ne pu s’empêcher de laisser un fin sourire peindre le bout de ses lèvres. Déjà, ses doigts s’étaient enjoints sous le joug de mudrās divers, et déjà, la Terre se soulevait, offrant la naissance d’un rempart bien plus imposant aux timides rayons du soleil.

Mais il était indéniable que cela ne suffisait pas ; car si la taille de l’édifice était sensiblement améliorée, sa face, elle, était incroyablement poreuse. L’enfant du bois craignait même qu’il ne s’effondre au premier heurt. Cela, la féline l’avait remarqué, elle aussi.

« N’hésite pas à allouer plus de chakra. Il est toujours compliqué de donner forme à son chakra sur une aussi large distance et de rendre la matière si compacte. J’ai focalisé mon apprentissage sur la croissance des racines, par la nature spécifique de mon chakra. Trouve ton propre ancrage, quel qu’il soit ; tu as eu l’habitude de manier le Vent comme une forme éthérée, aujourd’hui, il te faut mémoriser ton nouveau don comme étant aussi solide qu’une pierre rocheuse. Et cela te demandera tout autant de chakra que ta sphère céleste, peut-être même d’avantage. », glissa-t-il sur le ton d’un conseil bienveillant.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 2 Avr 2020 - 17:39
La fière et digne enfant des Bêtes venait d'être piquée par l'insuffisance de sa création tellurique, qui se révélait bien honteusement moindre sur le terrain de ses espérances. Non seulement il n'était pas assez haut, pas assez large, mais aussi sa fragilité faisait qu'il risquait de s'écraser rien que sous la menace d'un vent trop fort sur cette plaine glaciale. Et pour se convaincre un peu plus de la véridicité des propos de son cher ami – ou plutôt pour se punir de ce qu'elle estimait être de l'incompétence de sa part, elle permit à l'un de ses talons de rejoindre le mur de terre aussi bancale qu'un tronc au milieu des marécages. Le coup, bien que moindre, fut suffisant pour révéler à la lumière d'un soleil de givre le cruel manque de résistance terrestre dans ce premier essai. Un manque que la jolie brune eut du mal à assumer, mais qui la poussa à passer l'éponge sur cette lacune qui ne serait probablement pas la dernière, pour mieux recommencer.

Non sans s'imprégner des précieux conseils de l'ascète, Reikan prit une petite pause avant d'espérer de retourner dans la danse avec un considérable labeur et de s'en remettre aux bras de l'effort. Aussi solide qu'une pierre rocheuse, hein... Une conception assez complexe à approcher pour la combattante, qui avait appris à faire du Fūton un monstrueux allié. Or, le Vent et la Terre étaient largement différents, sur bon nombre de plans. Si l'un était plus léger qu'une plume, l'autre pouvait se révéler plus lourd qu'une montagne. Mais la Yasei fut incapable de perdre la face et de broncher devant un tel constat. Non pas car la jeune femme était juste obstinée par la réussite de ce précieux apprentissage, mais plutôt parce qu'elle avait déjà su pousser sa maîtrise de l'air à l'extrême, au point de faire de lui le support de bien des attaques dévastatrices et de bien des protections redoutables.

À l'aube d'un après-midi mourant, la métamorphe s'octroya quelques instants pour se concentrer sur la quantité de chakra à investir au cœur de la solidité d'un tel édifice défensif. C'était là une tâche bien ardue pour celle qui avait toujours profité de la naturelle légèreté de son affinité afin de la modeler comme bon lui semblait. Mais si la changeforme était parvenue à créer de formidables techniques avec le Vent, elle pouvait en faire tout autant avec la Terre. Et au vu de son goût pour la persévérance, il n'était pas impensable que l'inépuisable enfant des Bêtes y parvienne plus vite que n'importe qui. Car même s'il fallait passer la nuit pour façonner un mur digne de celui d'Aditya, elle le ferait sous les froides étoiles du Pays des Neiges.

« J'ai bien l'impression que c'est une tout autre manière de se servir de son chakra. Avec le Vent, il peut se révéler dur de toujours garder la même forme en mémoire, en raison de la rotation constante des brises nécessaire à toute technique de haut niveau. Avec la Terre, il suffit de donner l'impulsion et d'ordonner la forme, pour que celle-ci ne se résorbe plus. Mais pour ce faire, encore faudrait-il qu'elle soit assez solide pour tenir debout sans solliciter davantage mon chakra. »

Ses yeux éthérés rejoignirent les débris de sa première tentative, fruits d'un échec cuisant. Une seconde profonde inspiration tourmenta ses poumons, avant que ses mains ne remontent en direction des décombres gorgés de minéraux. Après une série de signes, le sol sous ses pieds se mit à vibrer pour ensuite faire grandir vers le ciel un large mur, bien plus épais et a priori solide que le précédent. Celui-ci ne tarda pas à la dépasser en taille mais sa course fut ralentie par le manque de chakra, que la féline peinait à lui transmettre. Ses phalanges se crispèrent près de ses propres paumes, alors même que la métamorphe essayait malgré tout d'aller jusqu'au bout pour que la structure tellurique puisse s'élever un peu plus et rejoindre les sommets de la muraille du blond. Mais la sonnerie d'alarme était claire au fin fond de son être, puisque la montée terrestre ne parvint pas à aller aussi haut qu'elle l'espérait, à défaut d'avoir été assez alimenté en énergie. Plus grave encore, une partie du mur s'effondra à cause de l'obstination de Reikan, qui arrêta toute entreprise pour souffler un bon coup et nourrir à nouveau à sa déception.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 6 Avr 2020 - 20:40
« Exactement. », glissa-t-il avec un sourire avenant. « Tu disposes d’ores et déjà de la matière qu’il te faut – le sol. Seul ton chakra déterminera la résistance et la forme que tu désires lui faire prendre. »

De quelques enjambées posées, l’ascèse rompit la proximité qu’il partageait avec sa création sylvestre et tâcha de retracer le chemin qui le mènerait auprès de la féline, loin de l’ombre majestueuse que pourrait, possiblement, délaisser son effigie à venir. Comme toute première tentative, celle qu’elle venait de formuler lui avait permis de poser les bases d’un enseignement de fortune, et avant tout, de déterminer quelles limites elle devrait s’imposer à dépasser dans le seul but de réaliser son objectif. Aditya ne doutait pas un moindre instant que sa volonté serait capable d’élever les plus hautes montagnes que ce monde aurait pu porter – c’était là un trait que tous deux partageaient, à la différence qu’il se montrait bien plus réservé sur ses désirs – mais aujourd’hui, sa volonté n’était pas en cause. Son chakra seul pourrait lui offrir cette vue sur un plateau, et à moins qu’elle ne parvienne à dompter ce flux irrégulier, elle lui demeurerait hors de portée.

Alors, lorsqu’il la vit une nouvelle fois former des mudrās en dépassant à peine les débris du mur de terre érigé plus tôt – que la métamorphe avait renvoyé à la douce caresse de la poussière, il y porta une attention des plus fermes. Son regard oscilla entre ses prunelles myosotis, où un mélange de détermination et d’ego entaché s’y mélangeaient habilement, et le sol sous ses pieds. Ses bras vinrent se croiser sur son torse – une habitude inconsciente, peut-être.

Un léger soupir s'échappa de ses lèvres lorsqu'il fut témoin de l'émergence d'un nouveau rempart ; et celui-ci, si friable, ne parvint pas même à rejoindre la chaleur de ce soleil inatteignable, ni même à en voiler les rayons lumineux. Il n'avait point besoin de laisser ses doigts courir sur son flanc pour en arriver à la terrible conclusion d'un second échec. Pourtant, cela revêtait aux yeux de l'enfant du bois un progrès, quel qu'il fut : car sa hauteur, elle, avait frôlé les détours de sa propre création forestière. L’épaisseur semblait maigre, certes – tout comme l’aspect compact était loin d’être conforme aux attentes de ces deux amis de toujours – mais élever ses effigies ainsi lorsque le don de la Terre n’était pas celui qui courait dans nos veines représentait une amélioration certaines. Aditya savait que Reikan ne le verrait certainement pas de cet œil, mais qu’importait ; elle demeurait une kunoichi d’exception ayant reçu les mêmes enseignements de leur mentor. Encore à cet instant, aucun doute ne l’habitait quant à sa réussite.

Il se surprendrait presque à préférer ses échecs à un succès instantané ; l’habitude et l’attention tâcherait de roder son esprit à l’exercice et de changer ce tas de pierre en un travail d’orfèvre. Aussi, comme toujours, il ne se perdit pas en paroles inutiles. D’un regard complice, il lui confiait d’ores et déjà tout l’encouragement que la jeune femme méritait.

« À vue d’œil, il me semble qu’il te faudrait doubler le chakra que tu viens d’apporter à ce mur pour arriver à tes fins. Je suis conscient que cela représente une dépense énorme, mais ne t’en inquiètes pas pour l’instant. », déclara-t-il en lui accordant une œillade assurée. « Je suppose que tu n’avais pas à t’inquiéter de la résistance de tes créations de Vent, c’est certainement ce qui te poses un problème ici. Imagine-toi la façon dont tu condensais l’air sous la pression ; le procédé ici n’est pas si différent. »


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 6 Avr 2020 - 22:35
Encore un échec se présentait à Yasei Reikan, sous ses plus beaux atours. Mais a contrario du précédent fiasco, frapper sans remords le flanc de sa création n'allait certainement pas suffire pour la forcer à redevenir poussière. Si la structure semblait mince et presque fébrile, il s'avérait aussi qu'elle frôlait presque les hauteurs à la fois si enviées et si envoûtantes qui avaient été chatouillées par la muraille de bois. Mais face au désastre d'un mur de flammes ou d'un tsunami, le pseudo-rempart qu'elle s'était entêtée à ériger de terre ne résisterait pas même une seule seconde, sans l'ombre d'un doute. Une honteuse idée, pour celle qui incarnait la garante de bien des promesses et qui faisait toujours primer la vie sur la mort, dans la lutte pour ses idéaux. Comment pouvait-elle espérer faire grandir sa puissance, si la Tigresse blanche n'était même pas capable de protéger autrui de ces catastrophes qu'elle souhaitait tant éradiquer de la surface du globe?

Reikan baissa les yeux, réflexe naturellement témoin de la remise en question qui travaillait son corps et son esprit.

Cette facilité qu'elle entretenait depuis toujours avec le Vent, se sentait-elle réellement capable de l'obtenir avec la Terre? Tant de saisons et d'années s'étaient écoulées, sans que la métamorphe ne ressente le besoin de se tourner vers d'autres horizons. Néanmoins, il lui fallait se convaincre qu'un cap venait d'être franchi dans cette montée fulgurante en puissance. La Yasei maîtrisait les brises comme personne n'avait su le faire jusqu'à lors – du moins, si celle-ci existait, elle n'avait pas encore croisé son chemin. Et aujourd'hui, il était hors de question que la féline ne se borne qu'à cantonner ses forces les plus pures à cette affinité qu'elle affectionnait tant. Parce qu'autant que ses rêves, Reikan devait élargir ses capacités et son potentiel à leur paroxysme pour mettre toutes les chances de son côté dans le combat contre le mal qu'elle avait décidé de mener. Son visage eut vite fait de se dresser à la lumière du jour, pour révéler la lueur éthérée de son regard aux rayons lumineux d'un soleil en pleine chute. Et les traits qui le marquaient rendirent à eux seuls compte de la volonté qui ne faisait que grandir en son sein. Une volonté à laquelle bien des choses ne pouvaient résister avec efficacité. Pas même le Doton.

« Je ne crois pas qu'il y ait en ce bas monde un pays où les vents ne soufflent pas. Mais il en existe bien un qui va ressentir pour la toute première fois les affres de la Terre remuer dans ses entrailles, aujourd'hui. »

Doubler le chakra alloué à sa prochaine technique n'allait pas constituer une mince affaire, loin de là. Mais cela était-il suffisant pour faire reculer la Tigresse blanche? La question ne pouvait même pas oser se frayer un chemin dans les mers de pensées du duo, tant la réponse était évidente. De manière assez instinctive, Reikan prit la décision de clore ses paupières pour mieux se centrer sur sa réserve de chakra, cette malheureuse qui allait sans doute payer le prix de son entêtement. Ses genoux se fléchirent pour que ses talons puissent ressentir plus que possible les remous terrestres, timidement cachés sous la couche de neige balafrée de roche par-ci et par-là à cause des essais de la changeforme. Et elle patienta, couchant sa conscience sur l'acheminement de son chakra à travers son corps jusqu'à ses pieds.

Ce ne fut que lorsqu'elle se sentit prête, enfermée dans cette glaciale bulle de silence, que la Yasei daigna effectuer une série de signes en maintenant d'elle-même le dernier mudrā du Serpent.

Et là, un tout autre bruit parvint à traumatiser le terreau gelé du Pays des Neiges. Sous leurs pieds se mit à rugir le sol, non pas pour déverser une flopée d'arbres à l'air libre, mais plutôt pour crier la fracture qui était en train de se produire là-dessous. Tout à coup, l'Héroïne de l'Eau brisa son signe qui ne lui avait servi qu'à rendre plus pointue la maîtrise de son chakra, pour mieux élever les bras sur les côtés. Devant elle, le parterre se dressa dans une violente ruée vers le ciel, façonnant un rempart des plus épais ; parce que ce n'était pas de la pauvre terre que la féline faisait sortir du sol, mais bien une redoutable roche particulièrement solide. Même à mi-chemin de la construction de l'édifice, elle ne se laissa pas aller à cette fatigue qui ne tardait pas à la grignoter. Ses sourcils se froncèrent et une goutte perla à l'une de ses tempes, preuves irréfutables de la considérable perte de chakra qu'engendrait cette monumentale élévation terrestre. En une poignée de secondes et dans un craquement final assez formidable, le rempart de roche devint un fier concurrent du bois d'Aditya, aussi haut, aussi large et vraisemblablement aussi résistant que le berceau de Kannon.

Reikan expira tout l'air de ses poumons, dans un souffle plutôt bruyant. Ses yeux se rouvrirent afin de mieux se déposer sur l'incroyable fortification qu'elle venait de faire naître depuis les tréfonds telluriques. Se sentir terriblement petite à côté du fruit de ses efforts se révéla être un sentiment exaltant, au point de chasser bien des doutes sur sa capacité à pouvoir s'allier à la Terre de la sorte. Son visage se tourna vers son ami et se laissa peindre d'un franc sourire de satisfaction, bien que marqué par l'épuisement.

« Penses-tu que cette montagne de roche pourrait se permettre de rivaliser avec ta montagne de bois, Aditya? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 13 Avr 2020 - 17:45
Un sourire triomphant prit place sur les lèvres d’Aditya dès lors qu’il fut témoin de la résolution de la tigresse qui, une fois encore, ne laissait pas la défaite altérer son mental d’acier. Bien au contraire, elle s’était empressée de former de nouveaux signes avec une détermination sans failles, bien décidée à faire éprouver à ces terres gelées la force de sa volonté. Pour l’ascèse, qui s’était habitué à une vie humble, ces ardents traits de caractères tranchaient avec sa retenue habituelle ; pourtant, il lui était impossible de ne pas ressentir une certaine fierté quant au comportement de sa partenaire de toujours.

Bientôt, les reliquats du mur précédent s’effondrèrent à la suite de l’appel de la jeune femme, laissant derrière eux un sol recouvert de débris, certes, mais à l’image d’un canevas vierge, laissait transparaître les possibilités d’une nouvelle peinture sur sa face ; et la blancheur de la neige, elle, ne laissait pas en reste cette métaphore singulière. Sous l’impulsion de ses doigts liés, la terre se mouva à son bon plaisir, muant ces débris en terreau pour une effigie nouvelle qui tâcherait d’absorber la robustesse de leur roche, tout comme la Tigresse, elle, se nourrissait de ses efforts pour parvenir à un succès mérité. Avant qu’il ne le réalise, un rempart s’était érigé devant lui, dont l’ombre surplombait même les brins d’or de l’enfant du bois ; et face à lui, l’image de Kannon lui offrait une compagnie similaire, telle deux figures d’antan.

Alors, avec ce sourire imperceptible par la métamorphe qui trônait de l’autre côté de cette barrière, Aditya laissa ses doigts fins courir sur son bras, relevant la manche de tissu qui le gardait exempté de l’agression du froid ; et tout doucement, sa main se prêta des parures émeraudes, signe ineffable d’un afflux de chakra au cœur de sa paume. Longeant son avant-bras, la relique de son apprentissage médical ne cessait de se montrer plus virulente, jusqu’à ce que ses pas ne le mènent, finalement, à l’orée de ce rempart de pierre.

Dans un mouvement fluide, l’ascèse recula l’une de ses jambes sur le côté et, d’un seul coup, heurta la face de ce mur avec une puissance inouïe. La création se fissura presque instantanément face à cette cette onde de choc qui écartelait la roche ; et pourtant, malgré la force qu’il avait employée, sans nul doute à même de broyer un corps humain, l’effigie demeurait debout. Elle était en mauvais état, certes, mais il était indéniable que la solidité avec laquelle elle avait été forgée lui permettait d’absorber l’impact d’un tel assaut, et plus encore. Il fallut à l’enfant du soleil un second recours pour finalement l’abattre, et répandre ses débris entre les deux silhouettes de ces deux âmes.

D’un coup d’œil, il avisa la jeune femme, qui pouvait lire sur son visage toutes les traces d’un franc succès.

« Sans nul doute. », déclara-t-il en enjambant les morceaux de pierre pour revenir à ses côtés. « Elle a été capable d’encaisser non pas un, mais deux assauts successifs ; à mon sens, tu as atteint l’objectif que tu t’étais fixée. Néanmoins, j’aimerai que tu fasses quelque chose d’autre. »

Alors que le son de sa voix s’évaporait à nouveau dans l’air fébrile du Pays des Neiges, Aditya noua ses doigts entre eux, ne serait-ce que pour une courte série de signe ; et comme une vieille amie, sa paume vint se poser sur le bras de la tigresse, où trônait désormais un sceau des plus complexes. Déjà, elle pourrait en ressentir ses effets ; celle d’une piqûre de chakra qu’il lui offrait et qui devenait peu à peu sienne.

« Pour ne pas t’épuiser. », murmura-t-il. Après quelques instants, il s’éloigna d’elle à nouveau, à l’opposé des reliquats de ce rempart terrestre. « Je voudrais m’assurer que tu n’éprouves aucun problème à l’ériger lors d’une situation stressante, comme un affrontement. Tu as eu jusqu’ici tout le temps que tu désirais offir à ta concentration et à la réflexion mais comme nous le savons tous deux, le champ de bataille n’offre pas ce genre d’opportunités. »

Sans prévenir, l’héritier du bois formula de nouveaux signes, malaxant son flux jusqu’à ce qu’il ne gonfle ses poumons de leur pouvoir et, se retournant, le mudrā du Tigre maintenu face à son torse, une véritable salve de flammes ardentes émergea de ses lèvres entrouvertes dont la chaleur dépassait de loin celles qui crépitait au sein du feu de camp. Toute entière dirigée vers la changeforme. Montre-moi à quel point tu as pu faire de la Terre ton alliée, Reikan.


Récapitulatif:
 


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 13 Avr 2020 - 18:40
Au cœur de la banquise côtière malmenée trônaient désormais en véritables reines deux grandes murailles de bois et de roche, qui avaient su traumatiser les boyaux telluriques du Pays des Neiges en sortant de force à la surface. À côté de ces prouesses des éléments et dans une optique de comparaison de tailles, Aditya et Reikan semblaient tous deux particulièrement ridicules en tant que combattants asservis par leur condition d'êtres humains, bien qu'ils étaient tous deux à l'origine et par conséquent maîtres de ces monumentales défenses. L'exaltation tout juste ressentie par la jolie brune et qui avait soulevé aussi bien son cœur que ses bronches ne lui permit pas plus longtemps d'éviter l'halètement et la fatigue qui s'en suivait. Mais cette perte d'énergie significative, qu'elle avait transféré de ses pieds jusqu'au fond de cette terre gelée, n'était peut-être finalement pas un sacrifice réalisé en vain.

Parce que dès que l'ascète eut l'idée d'amasser du chakra dans l'un de ses poings pour venir frapper sans vergogne la façade du fruit de ses efforts, il rencontra une monstrueuse résistance qui avait décidé de s'opposer non pas seulement à lui, mais à quiconque oserait la réduire en miettes. Aussi dur que les troncs et ramures que le talentueux ninja-médecin avait érigé, la montagne de roche minérale tint bon sous la force du coup surpuissant qu'il venait de porter, non sans faire trembler la poudreuse et la glace sous leurs pieds sur plusieurs dizaines de mètres. Et Reikan, quand bien même son dos s'était courbé et ses épaules s'étaient affaissées sous la lourdeur de son dur labeur, admira avec des yeux pétillants la colossale robustesse de son art. Tout comme son Vent était léger et menaçant, sa Terre était devenue écrasante, gage de bien des promesses pour protéger au mieux ce et ceux que la Tigresse blanche aimait. Un genou déployé au sol et un coude appuyé sur la rotule, la métamorphe laissa son minois se peindre d'une chaleureuse expression, mêlant gratitude et fierté à l'égard de son meilleur ami à qui il avait nécessité au moins deux appels à l'hyperforce pour venir à bout de sa création née du terreau immortel de ce pays glacial.

L'Héroïne de l'Eau était envahie de satisfaction, si bien que ses doutes concernant son lien avec la Terre avaient été chassés en un rien de temps par la réaction de son frère d'armes.

Avec plus de douceur, apaisée par la grandeur de sa progression, la changeforme put baisser les yeux en toute tranquillité sans se douter de la nouvelle tournure qu'allait emprunter la situation, sous les exigences de son égal de toujours. Mais Reikan devait très vite revenir à elle-même si elle souhaitait parfaire sa maîtrise du Doton, dès lors qu'elle eut senti son chakra déborder à nouveau de ses verrous psychiques. Il m'a rendu du chakra. N'était-il donc pas satisfait, au final? Aussitôt, ses pupilles éthérées s'élevèrent en direction de son ami après le murmure glissé à son oreille, le zieutant s'éloigner de plusieurs pas sans bien évidemment risquer de manquer ses paroles lourdes de sens. Les sourcils de la Yasei à la peau dorée par le soleil de Kaze se haussèrent, non sans témoigner de sa surprise grandissante. Une émotion qui s'empressa d'exploser en son sein, au moment même où Aditya s'était mis à formuler une série de mudrā pour cracher en sa direction un torrent de flammes meurtrières.

Ce n'était plus son sang qui tambourinait contre ses veines désormais, mais bien une inquiétante adrénaline.

Fort heureusement pour elle, les forces de la Tigresse blanche étaient revenues grâce au don de chakra dont elle avait été la proie juste avant. Toutefois, le timing demeurait serré à souhait, fidèle à la fermeté d'Aditya qui se voulait aussi cruel qu'une vraie guerre en cette situation d'urgence. Guidée par son instinct de protection, l'enfant des Bêtes se remit sur ses jambes et retrouva son dos anobli, effectuant des signes précipités. Cette attitude tranchait inévitablement avec le repos qui avait à chaque fois précédé la tempête, lors des derniers essais réalisés. Or, devant elle se profilait une menace des plus déroutantes ; celle du feu, celui qu'elle et ses brises redoutaient tant d'habitude. Si elle ne souhaitait pas finir en brochette autour du feu de camp, il fallait que la féline fasse naître un rempart aussi résistant et haut que celui qui avait atteint les sommets du sien. C'était là encore une fois une tâche des plus pénibles, au vu de la concentration qui lui avait été nécessaire pour parvenir à un tel résultat. Mais allait-elle réussir à le réitérer et prouver à Aditya que ses flammes n'étaient pas assez ardentes pour émietter la solidité de son affinité Doton et, au passage, sa dignité à elle?

Ce fut avec une réserve de chakra en partie renouvelée que la Fille de Ragna aborda la délicatesse de sa position, en péril face à l'arrivée du brasier en jet. Une fois sa série de signes incantatoires réalisée dans la précipitation, sa dextre s'en alla rejoindre la neige à côté de son pied droit pour transmettre son chakra directement dans la terre torturée par le froid. Devant elle naquit alors un imposant et large rempart de minéraux, remontant à vive allure vers le ciel ; cependant, cela n'allait pas aussi vite qu'elle l'espérait. Elle aperçut et comprit alors que l'incandescence des flammes avait déjà percuté de plein fouet son mur tout juste sortidu sol, qui n'en était qu'à la moitié de son ascension. Et très vite, le puissant jet de flammes éventra sans prévenir la moitié du mur de roche derrière lequel la féline s'était réfugiée.

Inquiétée et prise de court, la respiration de Reikan se fit plus intense, jusqu'à même se couper.

Le choc provoqué au point d'impact balaya autant ses cheveux et ses ornements que ses plus solides appuis, qui furent renversés dès l'instant où sa muraille avait été en partie avalée et réduite en éclats par ce feu destructeur. La Yasei fut éjectée sur une bonne poignée de mètres en arrière, retenant malgré tout cette terrible expulsion en retrouvant rapidement le sol de ses pieds avec une naturelle agilité. Même parmi la fumée relâchée, un tel recul lui permit d'affronter la réalité en face. La féline réalisa à quel point elle n'avait pas été assez rapide pour former une défense digne de ce nom, face à une attaque aussi imprévue. Se mordant la lèvre inférieure presque jusqu'au sang, elle ne put s'empêcher de nourrir une colère envers elle-même et de maudire ce nouvel échec, qu'elle estimait comme découlant directement de l'insuffisance de ses derniers efforts.

Yasei Reikan resta debout mais muette, devant la grandeur de son erreur.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 13 Avr 2020 - 19:04
Inconsciemment, la mâchoire d'Aditya se serra face à la situation dont il était témoin, si bien qu'une partie de lui fut en proie à l'inquiétude lorsque la déflagration heurta de plein fouet le renfort terrestre que la fille du Vent avait érigé, sur le fait. Ses prunelles ne la quittèrent pas, longeant chacun de ses mouvements afin de s'assurer que sa chute ne l’ait blessé en rien ; et lorsqu’il en fut certain, un vent de soulagement s’empara de lui. Il remercia mentalement les réflexes félins de sa comparse, qui semblaient pouvoir la sortir de toutes les situations auxquelles elle faisait face.

Pour autant, l'ascèse ne laisse pas l’échec de la métamorphe démordre de sa volonté à la pousser dans ses retranchements. Une chose qu’il attendrait de sa part, ou plutôt, qu’il savait être un trait de caractère qui ne la quittait jamais. Il avait été convaincu de la ferveur avec laquelle elle abordait chacun des obstacles placés sur sa route, par le passé et le long de ce jour ; aussi, il se refusa à lui laisser un instant de répit, quand bien même elle eût semblé en position de faiblesse. Dans un geste aérien, le signe du Serpent remplaça celui du Tigre, muant à nouveau le chakra de l’enfant du soleil en une nature bien plus familière et qui courait, désormais, d’une confiance certaine dans tout son être : car c’était bien là ce don naturel auquel il faisait appel, celui qu’il héritait des arbres de la Forêt Millénaire et des âmes qui l’avaient peuplées, il y a bien des lunes précédant sa naissance.

Devant lui, le sol se fendit, balayant la neige et la glace qui l’avaient forgée et révélant toute la puissance des racines qui s’y cachaient, reliquats d’une faune et d’une flore que le Pays des Neiges avait couvert d’un voile éternel. En un instant, elle se métamorphosa sous la forme d’un dragon majestueux dont la mâchoire puissante laissait seulement deviner la dangerosité qu’elle revêtait. Il n’y avait aucun doute que, si cet être guidé par le flux de son créateur venait à refermer ses crocs sur elle, son corps serait marqué par les lourdes meurtrissures qui en résulterait. Tout du moins si elle ne parvenait pas, une fois encore, à ériger un rempart aussi solide que celui dont elle s’était montrée capable quelques instants plus tôt. Le feu l’avait menacée de sa chaleur insoutenable, rendant cette ébauche de mur aussi friable qu’une feuille au cœur d’un incendie ; mais c’était cette fois-ci l’impérialité de la Forêt qui se tenait face à elle, au travers d’une effigie sylvestre fusant jusqu’à elle.

Aditya n’était pas de ces âmes qui se complaisait dans la violence gratuite, encore moins lorsqu’elle était destinée à une proche amie telle que l’était la tigresse ; et cela se reflétait tout entier dans les choix de techniques qu’il lui destinait, sachant à la fois qu’elle serait en mesure de s’en défendre et qu’il pourrait décider de la fin de leur course, si jamais le destin de ce jour en avait décidé autrement. Elle avait échoué lors de ce premier essai, pour simple cause de surprise et de manque de familiarité. Néanmoins, il demeurait fermement convaincu qu’une telle situation ferait naître chez elle l’engouement le plus sincère pour la réussite ; après tout, elle avait passée sa vie à arpenter les terres sauvages de ce monde et à en affronter les affres, c’était là même ce qui avait fait naître leur rencontre, des années plus tôt. Aujourd’hui, elle devrait en faire de même, en accordant cette fois tout autant de confiance à ses arts affinitaires qu’à ses aptitudes félines qui, à l’époque, demeuraient le fer de lance de son style de combat. Fais toi confiance.

Ce furent les seules pensées qui trahirent son esprit lorsqu’il fut témoin de l’avancée de son propre assaut, qui, bientôt, menacerait de refermer ses crocs sur son corps félin, un mudrā toujours retenu sous le joug de sa main. Plus que tout, elle demeurait une kunoichi dotée de talent. Ne pas être née sous le signe de la Terre serait un nouvel obstacle qu'elle surmonterait pour la faire sienne, il n'en doutait pas là une seconde.

Une seule question demeurait ; quand ?


Récapitulatif:
 


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 13 Avr 2020 - 20:16
Difficile de se confronter à ses propres faiblesses, pour celle qui avait depuis toujours pris l'habitude d'aller au-devant de ses peurs et de celles d'autrui. Le feu d'Aditya, tel un tortionnaire de terres et faucheur de vies, avait quasiment consumé la moitié de sa dernière création tellurique sous ses yeux, sans manquer d'enfoncer le couteau dans la plaie tout juste ouverte dans son cœur et son ego. Le souffle brûlant cessa assez rapidement, sous la volonté d'un ami qui n'avait souhaité que lui mettre le nez dans une intransigeante vérité ; celle du combat, celle de l'affront. Sur un champ de bataille, nul n'avait le droit de commettre une telle erreur, à moins que rejoindre le royaume des morts puisse constituer un échappatoire a priori moins douloureux qu'une rixe aussi dangereuse. Yasei Reikan ne faisait pas exception à cette effrayante règle qui savait faire plier les plus forts, aussi honorable et ambitieuse pouvait-elle être. Mais était-ce là une juste raison pour se laisser surprendre par le tourment d'une défaite?

Si la fierté de la Tigresse blanche était monumentale, sa détermination l'était encore plus.

Raison pour laquelle la féline n'allait sûrement pas tarder à se débarrasser de cette honte inutile qui avait grignoté son esprit depuis le début de ce longue après-midi. Plus que tout, l'âme de la Fille du Vent était bigornée par une volonté inébranlable et issaisissable qui lui servait dans bien des missions qu'elle entreprenait, à l'aube du sommet de sa puissance. Plus que tout, Reikan avait appris à redoubler d'efforts lorsque cela était nécessaire, peu importe l'empreinte de la pénibilité que cela laissait sur son corps et son esprit. Que ce soit pour maîtriser sa métamorphose en Tigre blanc afin de rivaliser avec son paternel ou encore pour faire sienne la force du Vent jusqu'à en faire jalouser les plus grandes tornades ayant effrayé le globe, la changeforme n'avait jamais baissé les bras, ni face à l'adversité ni face à elle-même. C'était pourquoi, à ce jour, le corps aussi frêle et élégant qu'elle habitait était capable de bien des miracles, bien des exploits. Et ce n'était pas la Terre, qu'elle se mettait tout juste à apprivoiser aussi bien que le Ciel, qui allait s'échapper de sa poigne de fer.

Reikan fit un pas en avant et releva son visage, chatouillant les débris encore incandescents qui s'étaient jetés à ses pieds.

D'ores et déjà au loin, l'ascète tâchait de remplir son rôle de maître d'un jour à merveille puisqu'il ne se figea pas dans le stoïcisme et effectua une série de signes, qui lui était tout à fait singulière. Le froid ambiant, bousculé par les brises maritimes, ne manquait pas de rappeler à la native du Désert à quel point cette terre était hostile, à l'image de ce qui allait sortir de ses entrailles. Terrorisée d'un grondement, la banquise vallonnée fut écartée de force par la naissance d'un colossal dragon sylvestre que la jolie brune savait bien trop redoutable pour être seulement esquivé. Si elle se sentait agressée par le changement de température entre chaud et froid, tous deux aussi étouffants l'un que l'autre, cela n'était rien en comparaison de ce qui se dressait sur sa route. La bête ligneuse cachait visiblement en sa gueule une terrible force, qui paraissait aussi périlleuse et funeste que celles des flammes qui venaient de pulvériser son dernier mur. Si la Yasei s'offrit le luxe de rester calme en apparence et même de clore les paupières, alors même que le monstre ligneux avait terminé de faire son apparition en ce monde...

...cela n'avait pas empêché la peur de se forger une place de choix en son cœur.

Toutefois, à l'inverse des situations précédentes où l'expérience tellurique lui avait cruellement fait défaut, Reikan ne chercha pas à embrumer son psyché d'informations inutiles. Tous ces essais infructueux lui avaient permis de calculer sa progression, aussi bien vis-à-vis de la résistance de son art que de sa vitesse d'exécution. Avec les précieux conseils de son sadique ami, elle détenait dorénavant les tenants et les aboutissants de la recette du Doton. Mais pas n'importe quel Doton, celui qui allait servir et aider la Tigresse blanche à remodeler un monde à sa façon, à l'image de ses plus profondes convictions et de ses plus grands espoirs pour le monde. La Yasei avait pris la décision d'emprunter un chemin abrupt et semé d'embûches pour atteindre son idéal de paix. Plus que le dragon ligneux d'Aditya qui la prenait de haut, elle était vouée à affronter des calamités bien plus grandes encore pour parvenir à ses fins. Au vu du tas de promesses qui dormait sur ses épaulières de lions, tous ceux qui avaient placé leur foi en elle seraient profondément trahis si la métamorphe se laissait dominer par l'angoisse d'un avenir incertain, par la peur de ne pas se sentir capable d'aller au bout de ses espérances.

Voilà pourquoi elle devait se faire confiance, coûte que coûte.

Le dragon de bois descendit en flèche sur sa position, au moment où ses paupières avaient laissé à nouveau la lumière de ce monde glacial l'éblouir, dans laquelle se dessinait la silhouette ligneuse du monstre qui s'apprêtait à s'abattre sur elle. Et sans attendre plus longtemps, alors qu'un instant de flottement tenait la poudreuse en suspens, son minois brisa sa rigidité habituelle et elle formula ses signes avant d'abattre à nouveau, non pas sa main, mais son poing contre la terre pour lui ordonner d'assurer sa vie. Enchaînée à sa réserve de chakra qui était en ébullition, la Terre aux alentours se mit à hurler mieux qu'elle sa colère. Un craquement terrestre tortura le sol sous ses chevilles, qui aussitôt se creva et éleva face à elle un gigantesque rempart de roche minérale sans ralentir, sans s'arrêter. Le heurt entre le dragon sylvestre et la muraille tellurique ne se fit pas prier pour effrayer les environs, aussi bien celles qui étaient en proie à cet air libre et glacial que celles qui étaient emprisonnées au fin fond de ce terreau pétrifié par le froid.

L'enfant des Bêtes desserra son poing contre la poudreuse, à travers lequel elle avait encore une fois traumatisé cette côte du Pays des Neiges. Elle adressa un regard à sa propre dextre avant de se confronter au silence à peine retombé. Il était temps de se redresser fièrement et d'observer les vrais fruits de ses efforts, ceux qui avaient permis à ce fameux mur de retenir la menace du bois de l'autre côté.

« ...Enfin. »

technique apprise:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan Empty
Ven 12 Juin 2020 - 19:46
Le vent frais du Pays des Neiges vint balayer le visage de l’ascèse, dont les mains fines se déliaient déjà du mudrā qu’elles avaient retenu jusqu’ici. Ses paupières se refermèrent sur ces iris azurées, laissant ses poumons s’emplir de cet air neigeux courant sur ces terres glaciales, revigorant tout son être au lendemain d’un instant où terre et ciel se mêlaient tous deux.

Et lorsque ses yeux furent à nouveau gratifiés des doux rayons d’un soleil polaire, ce fut pour se régaler de la vue d’un magnifique rempart de roche élevé face à lui, où la majestueuse tête de lion gravée en son centre trônait en maître.

Un sourire pur s’installa sur ses lèvres, trahissant la fierté qui bordait son cœur devant la réussite de la féline, dont la silhouette ne tarda pas à s’échapper de l’ombre dont sa propre construction l’avait bercée, l’air aussi déterminé que jamais. Désormais, le bois et la terre se faisaient face, comme deux statues et entités si complémentaires qu’elles se reflétaient l’une dans l’autre, signe de l’éveil de nouvelles connaissances. Il ne doutait pas qu’elles seraient précieuses pour sa partenaire, qui déjà, semblait éprouver la fatigue que tant d’efforts avaient fait naître au cœur de ses muscles. Alors, après avoir signé un dernier mudrā qui ramèneraient l’édifice sylvestre à l’état de poussière, Aditya laissa ses pas le guider auprès d’elle et l’entourer de la profonde chaleur de son étreinte. Son sourire seul suffisait à retranscrire toutes les félicitations qui lui étaient dues.

« Peut-être devrais-tu te reposer désormais, fille de la terre. », glissa-t-il dans un murmure tandis que sa dextre venait frôler le bras de la demoiselle, laissant derrière elle les sigles d’un nouveau sceau.

D’une œillade, il lui avait confié toute la tendresse que son cœur tenait à son égard alors que son corps, lui, la guidait à nouveau vers ce feu de camp dont les braises crépitaient fougueusement, comme si elles cherchaient à chasser le froid tempétueux qu’un crépuscule amènerait avec lui. Le blond laissa derrière lui la présence éphémère d’un baiser déposé sur le front de la métamorphe avant de rejoindre le flanc de ces bûches mourantes.

Bientôt, seules les lueurs chatoyantes du feu et les reflets émeraudes sur la peau de Reikan trahiraient la noirceur de la nuit. Mais pour l’heure, ces deux âmes profiteraient de la familiarité de cette poudreuse qu’ils avaient fait siennes, le temps d’un instant. Dans l'attente de leur nouveau départ, cette glace miroitant la course effrénée du soleil leur appartiendrait.

Fin du RP.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

Entre terre et ciel — ft. Yasei Reikan

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Yuki no Kuni, Pays des Neiges
Sauter vers: