Soutenez le forum !
1234
Partagez

今で 私ちがなかまです[Genji]

Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

今で 私ちがなかまです[Genji] Empty
Ven 17 Jan 2020 - 14:46
Le soleil, astre solaire illuminant l'horizon infini. Apportant sa bénédiction aux habitants du désert, pour les étrangers il devient une malédiction et le dernier adversaire qu'ils affrontent. La chaleur ne gêne que ceux n'ayant pas l'habitude de vivre dans un enfer immaculé, le sable n'est pas un handicap pas plus qu'il empêche la vie de sortir de terre. Le sable est tout puissant, les os deviennent poussière, la poussière se transforme en sable, le sable est partout et l'élément définissant la puissance de ceux le maîtrisant. Un clan doté de ce don, ne l'exploitant jamais assez, se contentant de vivre en communauté reclus depuis les événements les accusant d'être à l'origine de catastrophe, une confiance brisée entre une partie de la population et les Asaara. Seulement, seulement quelque chose n'avait pas été prit en compte dans ce contexte et cette situation. Pourquoi s'excuser, même si ils avaient étés coupables, de déclencher la furie de leurs pouvoirs? Eux avaient été choisis par le désert pour en être ses légitimes représentants, les faibles redoutaient son clan depuis des générations. Quand avaient-ils cessés de croire les siens capable de s'imposer sur l’entièreté de la population? Ce pays étaient le leurs, il était juste de reprendre leur du, ils étaient des loups dans une bergerie sans berger et pourtant aucun ne voulait faire le premier pas en direction de ces appétissants plats sur pattes. Pourtant, pourtant ces mêmes conquérants se complaisaient dans une routine ridicule, la paix et le calme transformaient un peuple de guerriers en légumes se laissant rebuter hors de la scène politique et militaire du pays. Et cela, cela rendait fou de colère la femme fixant le levé du soleil. Dans ses habits paramilitaires, une cigarette en bouche, sa chevelure naturellement blonde, presque blanche dans le vent qui devenait chaud. Une main dans ses poches, l'autre tenant la clope, sa posture décontractée ne reflétait absolument pas ses pensées ni la suite de cette journée. Sa faiblesse et sa solitude lui avait coûté sa beauté d'antan, maintenant qu'elle ne craignait plus d'abîmer son corps, le chemin était libre. Lentement, elle s'agenouilla sur le sable, lentement sa main libre se referma sur l'or jaune composant le sol de Kaze, lentement elle observa les grains de sables s'échapper de sa poigne ferme, lorsqu'elle rouvrit sa main ne restait qu'une petite quantité de sable dans le creux de sa paume. Mais même cette portion pouvait suffire à aveugler une créature titanesque, la quantité ne faisait pas la qualité tout dépendait de comment on utilisait ses ressources.

Tali, sa cadette. Disparue en mer, celle qu'elle était partie cherchée Fuu, aucune nouvelles. Le clan se vidait, doucement mais surement se profilait un exode sans que personne ne cherche à arrêter cette fuite, comme les grains de sables fuyant son emprise son clan laissait ses membres partirent vers d'autres contrées sans chercher à arrêter l’hémorragie. Une grimace sur sa gueule cassée, ses veines se montrant sur ses tempes, un grognement bestial et une colère dans le regard la maintenant dans le juste chemin. La diplomatie ne marcherait jamais, quand, quand son clan avait-il décidé de se laisser mourir? Pourquoi, qui était celui à l'origine de cette malédiction et maladie. Il fallait un coupable, et si personne n'était responsable, sa hargne et sa rage seraient décuplés. Kuuli reprit ses esprits au moment ou elle devina des pas se rapprochant dans sa direction, quelqu'un montait la dune vers sa position. Se relevant, son visage se détendit et un sourire malsain y apparu, le sable dans sa paume se transforma en une balle de sable parfaitement circulaire. Une cartouche, un tir elle n'avait besoin que d'une munition pour braquer ce pays et ceux qui s'opposeraient à elle. Pas besoin d'un arsenal, elle était l'arme et celui qui arrivait derrière était sa première cartouche. Eux, eux deux réaliseraient le plus grand crime que ce pays connaîtrait. Tirant une bouffée sur sa cigarette, elle tourna légèrement sa tête en la direction du nouvel arrivant. Un masque caractéristique de l'homme l'ayant rejoint, celui qui serait à ses côtés lors du dernier assaut, celui qui régnerait et qui prendrait sa place si elle devait y perdre la vie. Il était...

-Genji.

Et elle se retourna, et le vent flottant dans ses habits, le soleil dans son dos projetant son ombre de manière difforme et gigantesque sur le sable dans l'ombre de la dune. Son corps éblouissant grâce aux rayons du soleil les terres du pays du vent. Son visage brûlée sortant de la lumière, un sourire presque amicale en direction de son cousin. La ou Tali avait fauté, elle réussirait, l'échec n'était pas une option, elle l'invita à prendre place à ses côtés sur la dune. Se retournant vers l'horizon, devinant ci et là des caravanes de marchands se hâtant de rejoindre les quelques villages bédouins dans les plaines de sables. Eux n'étaient pas pareils, eux avaient dans le sang la bénédiction de Kaze, eux étaient au dessus des leurs, au dessus du clan et des règles. Une vie entière dédiée à une entité pour que cette dernière se reforme et embrasse un progressisme repoussant. Ouvrir les frontières? Accueillir des étrangers? Les autres clans du pays du vent se faisaient muets. Grand bien leur fasse, la voix, non le rugissement des manieurs de sables se ferait entendre dans tout le désert.

-Ce pays se complaît dans sa propre fange, les menaces sont légions, les problèmes semblent insurmontables et malgré tout. Malgré tout nous voilà sur cette dune, à observer la beauté du désert pour le remercier de nous prodiguer ses soins et ses bénédictions. Je connais ta détermination, ta loyauté dans les vrais règles du clan. Mais le clan s'oublie, se permet de laisser partir des membres sans rien faire. C'est trop, nous avons tant à faire mais avant je promet une chose.

Elle tourna légèrement son regard vers le masque pour y deviner les iris de son comparse. Laissant un instant un silence avant d'écraser sa cigarette et de la faire disparaître dans le sable. Une promesse, une sur une infinité qu'elle pouvait faire, mais une qu'elle respecterait. Un engagement, un pacte de sang. S'ouvrant la main droite, une nouvelle cicatrice, empoignant la main de son cousin.

-Ce sang, notre sang sacré, sur les liens nous unissant je jure de me tenir à tes côtés face aux adversaires que nous rencontrerons et te jamais t'abandonner, toi qui te tient à mes côtés au début d'une nouvelle ère. Je jure moi Asaara Kuuli de prendre la tête du clan, de faire tomber celles des responsables de la décadence du clan et du pays. Moi Asaara Kuuli, enfant du désert je ferai de toi mon second, non je ferai de toi l'homme le plus puissant de Kaze. Mais ensemble, nous rebâtirons Kaze.

Un nouveau silence.

-Et pour le rebâtir, nous allons détruire les fragiles fondations.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Genji
Asaara Genji

今で 私ちがなかまです[Genji] Empty
Lun 27 Jan 2020 - 1:52
« Tu repars déjà ? Tu exagères, c’est à peine si nous avions eu le temps de discuter, Genji. » Lâcha la jeune femme tout de noir vêtue, avec une petite moue sur le visage. « Pourquoi est-ce que tu me fixes comme ça ? Si tu n’as rien à dire, je ne vais pas te retenir plus longtemps, alors va-t’en ! » Reprit-elle, visiblement agacée.

« J’ai affaire, ne m’attends pas, Raskreia. » Lâcha -t-il, simplement, avant de lui tourner le dos.

Il n’avait pas de temps à perdre. Mettant la main dans sa poche, le protecteur du désert empoigna rapidement les quelques ryos qui dormaient au fond avant de les auprès auprès de la jeune femme. Folle de rage, celle-ci ramassa immédiatement la bourse qu’elle ne manqua pas de lui renvoyer pendant qu’il quittait sa tente.

Le comportement de Raskreia l’intriguait mais pour l’heure le fils du désert souhaitait se focaliser sur ce qui était important. A commencer par son rendez-vous avec Kuuli, puis bien entendu retrouver ses hommes et poursuivre son travail, qui lui demandait d’ailleurs beaucoup de son temps et de son énergie.

Ainsi, une fois hors de la tente de celle qui l’hébergeait, Genji se mit en route pour retrouver celle qu’il considérait désormais comme sa « partenaire », celle qui avait su gagner son respect et qui devait l’attendre à quelques kilomètres de cet oasis qui lui servait provisoirement de demeure.

Portant fièrement son masque, Genji marchait lentement sous un soleil de plomb. Il adorait prendre son temps et l’astre solaire n’avait jamais été un problème pour lui, au contraire c’était une bénéfique. Une bénédiction pour Kaze, pour tous les Asaara. Cela le dégouttait presque de croiser des marchands qui tiraient leur langue, se plaignant de la température, ou des conditions de vie, qui, il fallait l’avouer, étaient difficilement supportables, surtout pour des étrangers. C’était à peine s’il leur adressa un regard, se contentant ainsi de poursuivre sa route, toujours d’un pas aussi lent. Il appréciait particulièrement le son que générait chacun de ses pas en foulant ces merveilleuses dunes de sable.

Ce qui pouvait être une épreuve particulièrement rude pour bien des personnes n’était qu’une simple routine pour Genji. En effet, après les deux dunes, il montait au sommet de la troisième, celle-ci étant la plus haute, toujours d’un pas aussi lent mais pas moins serein. Il ne tarda pas mettre un œil sur la silhouette de Kuuli. Il s’avançait tout en regardant agréablement droit devant lui. La scène qui s’offrait à lui était particulièrement impressionnante, surtout observée depuis le sommet de cette dune, c’était le moins qu’on puisse dire. Kuuli n’avait donc pas choisi cet endroit au hasard, songea -t-il, alors que la jeune femme l’interpella avant de se retourner vers lui.

« Kuuli. » Lâcha -t-il, simplement.

Il s’arrêta net, tandis que son regard se posait sur la jeune femme. Un moment de silence. Puis Kuuli se lança dans un monologue qui parlait grandement au fils du désert. Elle avait bien exposé le problème, un problème qu’il connaissait bien et contre lequel il avait commencé à lutter depuis un petit moment déjà. La solution était à première vue simple mais ne reste pas moins complexe, il le savait, elle le savait, ils en avaient conscience. Ses veines s’affichaient au niveau de ses tempes, derrière son masque de fer qui était d’ailleurs là pour lui rappeler certaines choses.

Peut-être qu’elle attendait une réponse ou un mot de lui, mais Genji demeura silencieux pour le moment. Ses pupilles ne quittaient pas sa cousine qui semblait bien décidé à lui montrer quelle chose. Sans doute cette promesse qu’elle évoqua quelques instants plus tôt. Ainsi, lorsqu’elle s’ouvrit la main droite, faisant couler son propre sang sur le sable, Genji saisit immédiatement ce qu’elle était en train de faire. Il la laissa s’exprimer avant de se trancher lui aussi la paume de la main, puis d’empoigner celle de sa cousine.

« Le pouvoir ne m’a jamais intéressé, tu devrais le savoir maintenant, Kuuli.

Quoi qu’il en soit, je jure par mon sang, moi, Asaara Genji, de toujours me tenir à tes côtés, et ce peu importe les obstacles qui se dresseront contre nous. Le sable, le vent et le soleil en sont témoins.

Je serai là, je t’accompagnerai, je t’épaulerai, et ensemble, nous redonnerons toute sa grandeur à notre clan, à notre pays.
» Déclara -t-il avec beaucoup de convictions.

Il venait de s’engager dans quelque chose de grand, d’imprévisible et sur laquelle il n’allait pas facilement avoir le contrôle. Il en avait conscience. N’étant normalement pas du genre à s’engager aussi facilement, cela donnait une idée de la confiance qu’il témoignait pour Kuuli, celle envers qui il venait grossièrement de prêter « allégeance ». La fille du désert devait bien connaître le parcours de son cousin, des sacrifices qu’il avait fait, elle n’avait donc pas intérêt à dévier de leur objectif, sinon c’était triste à dire mais il n’aura pas le choix. Il était le protecteur du désert, après tout.

« Tu sembles avoir un plan bien précis, Kuuli. Alors comment est-ce que tu veux qu’on procède ? » Demanda -t-il, en se tenant les mains derrière le dos. « En ce qui concerne la colère des nôtres, tu peux compter sur moi pour les contenir. » Conclut-il, même s’il était conscient que ce n’était peut-être pas la meilleure des idées, compte tenu de ses relations avec les membres du clan.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8297-pour-la-grandeur-de-kuuli#69361
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

今で 私ちがなかまです[Genji] Empty
Lun 27 Jan 2020 - 14:18
-Le clan suivra. Sais-tu pourquoi Genji? Car nous nous en emparerons, et personne ne sortira mystérieusement des ombres, personne ne reviendra d'un pays lointain pour nous subtiliser ce projet et notre rêve.

Serrant la main que son cousin avait empoigné, fixant son masque de ses iris froids et pourtant étrangement proche. Cet homme, cet Asaara qui semblait la comprendre et lui donner confiance et loyauté était tout ce qu'elle pouvait demander, ils partaient de rien. Cette rencontre marquerait le début d'un travail acharné, et pour ne pas finir comme Icare à se brûler les ailes près de l'astre divin irradiant Kaze de ses rayons et de sa chaleur, il n'y avait qu'une solution. Il n'y aurait pas de regrets, cette poignée de main dura un moment. Un moment sans aucun bruits sauf celui du vent soufflant doucement sur les dunes, soulevant le sable et l'emmenant se déployer ailleurs sur l'or jaune. Lorsque l'enfant du désert retira sa main ensanglantée de celle de son compère, elle ne chercha guère à refermer la plaie, ceux qui jureraient allégeance à cette nouvelle cause verserait le prix du sang. Un pacte, vendre leurs humanités pour quelque chose les dépassant tous, mais sur lequel ils auraient tous une empreinte visible. Mettre les bouchées doubles, s'activer et n'agir qu'utilement. Combien de groupuscules disparaissaient dans les méandres de l'histoire sans avoir accomplit un seul fait d'armes? A vouloir les projecteurs sur sa personne, on finissait par se dissoudre dans la recherche de la reconnaissance, Kuuli ne souhaitait aucunement de la renommée, pas avoir d'être au sommet. Depuis les ombres, depuis les loges elle dirigerait pantin et pions comme si elle eu été marionnettiste, un sourire mauvais sur son visage, une bouffée de cigarette et voilà de nouveau l'instigatrice du réveil du sable à l'oeuvre.

-Le pouvoir ne m'intéresse pas pour le moment, le seul compte c'est celui qui contrôlera le clan et si ce n'est moi ou toi Genji, personne ne prendra cette place. Que ceux s'élevant contre notre projet sortent des ombres, le clan était dans une léthargie si profonde que se mettre en travers de notre chemin est une preuve suffisante de traîtrise. Nous éradiquerons chaque misérable défavorable au réveil du Sable. Kaze, le désert nous bénis nous ses enfants et il est hérésie que de ne pas en profiter comme cela devrait être le cas. Genji, j'ai pensé longuement à comment provoquer littéralement un tremblement de terre, un si fort que même les dunes se soulèveront. Nous devons souder, manipuler l'opinion public et les notre contre un ennemi commun. Et ce monde nous en fournit à foison. Les villages cachés sont responsables de bien des maux, Iwa ou Kumo sont les premiers charognards qui pourraient être imputés de la responsabilités de bien des événements tragiques sur le pays du vent. Il n'y a pas si longtemps que ça, nous étions accusés des événements, des désastres naturels ravageant Kaze à cause de notre don, je vais prouver à ces larves servant d'habitants ce qu'est vraiment la colère du clan Asaara. Le sable recouvrira tout et nous serons seuls à reconstruire. Mais avant.

Kuuli tourna son visage, ses pupilles devenant presque félines, son corps entier à deux doigts d'être prit de tremblements tant cette idée lui procurait frissons mais également plaisir à l'avance. Ils commettraient l'irréparables pour mettre en marche ce projet, la sédition pour le bien commun. Le leurs, eux ne feraient rien, et le plus important serait de ne jamais remonter à eux. Kaze était faible, si demain un village ou une autre institution sortant des ténèbres se décidait à mettre le grappin dessus, la résistance ne serait pas longue. Alors autant achever cette page de l'histoire, et passer à un nouveau chapitre. Celui de la réussite et du réveil d'une nation entière. Genji l'aiderait, mais aucun des deux Asaara n'aurait à lever le petit doigt pour ce qui suivrait. Idéalement, les autres bandits, errants et voyous rodant comme des prédateurs à l'affût se précipiteraient dessus comme sur une brebis égarée. Son corps se tourna de trois quarts et tirant sur sa cigarette, la manipulatrice du sable tourna de nouveau son regard vers l'horizon.

-Nous allons émettre un ordre de mission, un contrat anonymement visant et ciblant une ville du pays ou se trouve les fortunes de Kaze. Après tout les riches sont la principal raison des maux envahissant ce corps chétif et malade qu'est le pays du vent actuellement, ceux s'en chargeant y laisseront à croire que ce sont des membres d'un village caché ayant passé à l'action. Pendant ce temps, nous irons convaincre le clan de se réveiller les pressant d'agir avant que la situation ne soit trop tard. Et si ils ne sont pas tous convaincus, j'imagine que l'heure de sonder les rangs des méritants et des impurs sonnera. Car nous n'avancerons qu'unis vers cette cause.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Genji
Asaara Genji

今で 私ちがなかまです[Genji] Empty
Ven 21 Fév 2020 - 17:17
Le petit monologue de Kuuli ne fit que renforcer davantage la confiance que le fils du désert lui vouait. Elle était ce qu’il fallait pour le clan, il n’avait aucun doute là-dessus, et il était désormais prêt à tout mettre en œuvre pour la faire siéger sur le trône, d’une manière ou d’une autre.

« Oui, ils suivront, d’une manière ou d’une autre. » Lâcha -t-il, tandis qu’il plongeait ses iris dans ceux de sa cousine.

Ils étaient sur la même longueur d’onde, c’était le moins qu’on puisse dire. Cependant, paradoxalement, Genji ne put s’empêcher de se poser malgré tout trois interrogations : Kuuli restera -t-elle fidèle à ses paroles lorsque le moment sera venu de passer à l’action ? Pourra -t-elle assumer les conséquences de leur actes ? Était-elle prête à s’engager sur ce chemin, manifestement sombre et sinueux, n’ayant visiblement aucun raccourci ? Les réponses étaient visiblement affirmatives, du moins si Genji s’en tenait à ce qu’il pouvait lire dans le regard de sa cousine. Force, détermination et abnégation, voilà ce qu’il percevait en « sondant » l’âme de la protectrice du désert. Elle était comme lui. Non, elle était même mieux que lui sur ce terrain-là, songea -t-il, tandis que son regard exprimait une certaine forme de satisfaction.

Serrant toujours la main de l’Asaara, Genji restait droit et fier, le regard plongé dans celui de celle qui allait redonner à leur clan sa grandeur d’antan. Ils se regardaient et se comprenaient, savourant pleinement cet instant de silence, pendant que le vent le couvait et les embrassait et que les fins grains de sables volaient et dansaient autour d’eux, comme pour les bénir. Leur pacte étant désormais définitivement scellé, les deux Asaara finirent naturellement par retirer leur main, aucun d’eux ne songea ne serait-ce qu’à panser leur blessure, qui était la preuve tangible de leur pacte.

Puis, vint soudainement le moment de rompre le silence, chose faite par Kuuli qui se lança dans un long monologue que son cousin écoutait avec une certaine attention. Genji savait déjà que le pouvoir n’intéressait pas réellement sa cousine pas plus que cela ne l’intéressait d’ailleurs, mais à défaut d’une personne pour changer les choses, à défaut d’une personne pour remettre les choses à leur place, ils devaient agir, si eux ne le faisaient pas, personne d’autre ne le fera. Ainsi donc, ils étaient prêts à tous les sacrifices pour changer les choses, même si leur objectif était bien entendu plus profond que cela.

Genji était aussi d’avis pour dire que les villages cachées représentaient un fléau pour Kaze. Combien de leurs avaient été manipulés ou avaient, d’une manière ou d’une autre, tournés le dos à leur clan et leur patrie pour aller trouver une place au sein de ces « factions » qui pensaient dominer le monde, n’hésitant aucunement à déstabiliser les nations qui ne s’organisaient pas de la même manière qu’eux ? Beaucoup. Beaucoup trop. Si pour le moment il ne pouvait probablement pas rivaliser, si pour le moment ils n’étaient peut-être pas capables de changer tout Kaze comme ils l’auraient voulu, ils ne pouvaient pas moins commencer par le commencement.

Le plan de la charismatique Kuuli ne l’étonna pas vraiment, il approuva ouvertement, comme pouvait d’ailleurs le témoigner son regard, accompagné d'un petit hochement de tête. Il aurait cependant pensé que la jeune femme inclurait la banque Sabaku dans ces plans, mais cela ne faisait rien, chaque chose à son temps.

« Je crois que c’est un bon début. On doit mettre ce plan à exécution le plus rapidement possible, car pour arriver à nos fins, beaucoup d’autres étapes nous attendent, plus tôt on s’y prendra, plus vite on y parviendra. » Lâcha -t-il, en tournant sa tête en direction de la banque Sabaku, qui se trouvait à des centaines de kilomètres de leur emplacement, le regard songeur. Ce n'était pas de la hâte, il se fiait simplement à son intuition...

« Le clan ne reste que la première grosse étape de ce projet. Il sera bien difficile pour nous d’y arriver à deux, tu vas devoir recruter d’autres personnes, Kuuli. Car, tu sais bien que le contact humain n'a jamais été mon fort...

J'ai malgré tout quelques hommes stationnés vers le Colisée, ils ne sont pas aussi futés et forts que pourraient l’être des shinobis, mais ils pourraient faire l'affaire pour propager des rumeurs en vue de manipuler l’opinion public.
» Reprit-il, en reportant son regard sur Kuuli.

Restant droit, il tenait ses mains derrière le dos et attendait patiemment les éventuelles remarques de l’indomptable déesse du désert...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8297-pour-la-grandeur-de-kuuli#69361
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

今で 私ちがなかまです[Genji] Empty
Mar 3 Mar 2020 - 14:32
-Sais-tu pourquoi le désert est toujours maître de lui même? Sais-tu pourquoi nous ne sommes rien aux yeux de sa Volonté? Car qu'importe qui devient maître de ce pays, il se fourvoie, les dunes, le sable resteront toujours les maîtres légitimes de Kaze car chaque être vivant mourant en ces lieux rejoindra l'infinité de grains de sable composant notre magnifique pays. Il faudrait être fou, ou se prétendre l'égal des Dieux pour dire le contraire. Nous ne sommes que ses messagers, ses fidèles serviteurs. Nous Asaara sommes voués à un destin plus grand, que pourraient envisager les anciens. Nous sommes la génération abandonnée, entraîner pour tuer quiconque se mettait en travers du chemin du clan, soumis à un conditionnement pour devenir les armes du clan. Comment avons-nous été remerciés? Vois-tu aujourd'hui beaucoup de nos cousins afficher ouvertement nos pensées? Sans tête pensante, nous avons laissés la corruption, la décadence s'installer au sein du clan, nous avons laissés des générations passés nous dicter notre conduite. Le clan n'acceptera pas le changement, Kaze n'acceptera pas son destin. Et tant mieux, prendre le contrôle de ce pays ne peut sans faire sans une éclaboussure sanglante, je tuerai. Nous tuerons n'importe qui se mettant en travers de ce chemin, qu'importe les génocides, qu'importe combien de corps s'entassent dans les fosses communes. J'ai juré d'y arriver, je ne renoncerai pas. Harangue tes hommes, qu'ils fassent passer le mot dans les sous-terrains, dans les endroits sombres ou la lumière du soleil, ou l'astre divin de Kaze ne peut passer. Rassemble autant de déchets que possible, ta prochaine mission te conduira à travailler avec une de tes camarades, crois-tu que je t'ai attendue pour monter une équipe? Nous serons des Dieux, mais la pureté seule ne garantie pas l'ascension divine. Tu iras au Colisée avec Mort, c'est son pseudonyme le tient sera Guerre et je suis Conquête. Aujourd'hui tu intègres ce groupuscule, aujourd'hui nous fomentons demain nous agirons. Va mon fidèle bras-droit, va renforcer les rangs des notre et lorsque le nombre sera suffisant, nous prendrons d'assaut le domaine clanique et quiconque s'opposera, cousin ou non, sera effacé de la surface du désert. Kuuli a ainsi parlé.

Ses poings fermés, sa stature droite sur la dune, sans jamais se retourner vers son cousin, le regard froid et emplit d'un feu ou dansaient côte à côte l'ambition et la folie, et de deux. Deux âmes de plus qu'elle avait collectée pour son organisation naissante, ils n'avaient pas besoin de plus parler. Cette rencontre n'était que pour sceller officiellement leurs nouveaux liens, ils se connaissaient depuis longtemps, pensaient la même chose guère besoin de palabrer pour brasser du vent. Ensemble, non, elle monterait pour y fixer sa dynastie, pour mettre en avant le siens et ses partisans. La banque, le Colisée, chaque clan autre que les manieurs de sables, feraient affaire ou disparaîtraient. Des Yasei, animaux à l’apparence humaine, aux gladiateurs brutes sans cervelles, en passant par les Meikyus ces manipulateurs de fuinjutsu retors et disparates. Aucun des clans n'avait d'unité, les Asaara seraient les premiers à apparaître sur la scène locale avec une personnalité forte à leur tête, Kuuli non, tous ceux derrière sa bannière renverseraient la politique inexistante de Kaze. Le pays ne pesait pas, déchiré par des luttes internes et tant mieux.

-Une dernière chose, une fois que j'aurai secoué les riches porcs dans leurs demeures, la panique gagnera les hautes sphères. Tu paieras l'étape d'après, je te recontacterai à ce sujet, ce sera grandiose. Nous mettrons le feu à la fourmilière, et on verra alors qui se montre.

Un sourire mauvais, une ultime offense. Que leurs adversaires se tiennent prêt. Les dunes entraient en mouvement dès maintenant.
Revenir en haut Aller en bas

今で 私ちがなかまです[Genji]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: