Soutenez le forum !
1234
Partagez

Retrouvailles d'équinoxe

Aditya
Aditya

Retrouvailles d'équinoxe Empty
Dim 19 Jan 2020 - 17:32
Retrouvailles d’équinoxe

Solo


Automne 203, Complexe Shinobi, village de Kiri.


Alors que le bâtiment de réhabilitation courait de ses ombres folles dans son dos, Aditya pavait le sillage d'un chemin tranquille, retraçant les dédales brumeux de cette tendre cité. L'entretien avec le Rokudaime au sujet du Pays des Neiges désormais clôturé, il avait absout avec lui les obligations qui le séparaient de ces quelques instants de répit dont il pourrait profiter jusqu'au crépuscule. S'il comptait accorder ces heures rémanentes à ses devoirs envers le sanctuaire Seidou et l'hôpital général, il lui fallait avant toute chose retrouver la trace d'une silhouette familière dont le givre lui avait ravi la présence.

Instinctivement, ses pas retracèrent la courbe de cette virée nocturne dont seuls ses souvenirs gardaient la trace en mémoire, longeant les murs d'habitations désertées par l'aurore et les obligations que le jour leur imposait. Au détour de vitrages éteints, l'ascèse ne put qu'en venir à l'évidence certaine ; elle ne se trouvait pas ici, qu'il en soit de sa demeure ou de ses abords. Délaissant un soupir, il rebroussa chemin, emplissant ses poumons de cet air graveleux qui annonçait l'arrivée de l'automne.

Son regard s'écrasait sur chacune des figures pressées qui se dérobaient sur sa route, dont les bras étaient bien souvent trop bordés d'étoffes ou d'objets divers, parfois même de planches et de pilotis. Sa cadence légère lui laissa le temps de les observer avec attention, nourrissant sa sourde curiosité à leur égard ; il reconnaissait parfois là des confections et brassards venant d'Obun, et même Takotako, l'un des cuisiniers emblématiques de Kiri à la coiffe... pour le moins marine, semblait porter grand intérêt aux cargaisons de pèches venant d'Ue. Un sourire chaleureux prit place sur le visage du blond. Cela faisait chaud au cœur de voir à quel point chacun des habitants du village participait à sa reconstruction : petit à petit, la paix et la suffisance reviendront hanter les souvenirs néfastes qui couraient dans les mémoires de tous, après les terribles événements qui avaient ébranlé la Brume ces derniers mois.

Bientôt, ses pas foulèrent à nouveau le sol familier du Complexe Shinobi, lui aussi, héritage de renouveau. Alors qu'il dépassait l'arche majestueuse gardant son entrée et longeait le bâtiment de recherches jusqu'aux esplanades dédiées à l'entrainement de tout à chacun, ses iris éthérées le logèrent sur les visages qui s'érigeaient sur son chemin, tentant d'y trouver là les orbes rougeoyants dont il avait tant langui.

Au détour de quelques silhouettes anonymes, son attention s'échoua enfin sur des brins écarlates qu'il pourrait reconnaître entre tous, voletant au rythme de coups effrénés, mêlant parfois poison et venin à la force de ses poings. Elle ne pouvait le voir, de là où elle se trouvait ; peut-être même ne s'attendait-elle même pas à son retour en ce jour. Pendant quelques instants, Aditya ploya l'échine devant une retraite silencieuse et se contenta de l'observer, ses lèvres muées sous le joug d'un sourire tendre. Tandis que ses bras se croisaient sur son torse d'un geste entretenu par l'habitude, son regard courait sur chacun de ses mouvements. Il ne pouvait le nier ; son passé en tant que gladiatrice les avaient exemptés de toute action inutile. Ils étaient toujours aussi méthodiques et précis, à la différence peut-être que cette fois-ci, la stratégie primait d'avantage sur le désir, non, le besoin de tuer son adversaire à la première occasion qui se présenterait.

Au fond de son cœur, il ne pouvait être plus fier de voir qu'elle avait décidé d'abandonner une partie de ses démons derrière elle ; bien qu'à sa différence, elle se refuserait certainement à les nommer ainsi. Alors, lorsqu'il la vit remercier son adjuvant du jour pour laisser place au repos que ses muscles semblaient décrier à toute voix, l'ascèse s'approcha d'elle à pas lents, veillant à rester dans son angle mort ; et ce ne fut que lorsqu'il glissa son visage par-dessus son épaule qu'il ne fit connaître sa présence, en lui adressant quelques mots.

« Tu n'y es pas allée de main morte avec lui, Junko. »

En une fraction de seconde, le visage de la jeune femme lui fit face, ses traits déformés par une profonde surprise. D'une certaine manière, il crut déceler dans son regard une ombre de ressentiment, mêlée, peut-être, à une once d'enthousiasme.

« Quand es-tu rentré ?, s'exclama-t-elle avec un étonnement qu'elle manqua à dissimuler.
Il y a une heure ou deux. Nous venons de terminer un entretien avec le Rokudaime. »

La surprise laissa sa place à la compréhension, si bien que l'ascèse pouvait sentir que la rougeoyante accusait le coup de ces informations ; après tout, il ne l'avait informé de rien pendant ces dernières semaines. Des missives auraient été inutiles pendant la traversée ; quant à leur arrivée et passage au Pays des Neiges, ils n'avaient duré que quelques jours, à peine le temps pour la tigresse et le blond de renouer entre les flocons gelés et pour instiguer les premières graines d'une alliance tant attendue par la Brume. À cela, il décida de guider leur conversation sur un autre sujet, afin d'effacer ces pertes de leurs esprits.

« Tu n’as pas l’air de t’être ennuyée pendant mon absence., glissa-t-il en laissant son pouce fendre sa joue d’une caresse légère, malgré la fine pellicule de sueur qui la couvrait.
Tu dis ça comme si mes actions ne tournaient qu’autour de toi.
Tu sais bien que je n’oserai pas. Ça n’était qu’une constatation.
Mh. »

À ces mots, elle s'écarta de lui, croisant ses bras dans une attitude défensive, mais qui portait encore le cachet de l'intérêt. Aditya l'observait encore, dans l'attente qu'elle efface ce ressentiment. Finalement, elle lui accorda un regard emplit de cette dignité naturelle à l'égard des autres, cette fois-ci renfrogné et affectueux.

« Tu m’as manqué, cela dit. »

En l'entendant ainsi l'avouer, l'ascèse ne put modérer la tendresse qui s'emparait de ses traits ; ses yeux se plissèrent avec légèreté et la tempérance s'effaça de son sourire, ne serait-ce qu'un peu. Quant à elle, elle demeurait revêche, comme si elle lui refusait à ressentir de genre de sentiments suite à ses paroles.

« Te fâcheras-tu si je te disais que cela me fait plaisir ? »
La jeune femme l’avisa d’un regard insondable avant de répondre ; « Pas si c’est réciproque. »

L'expression d'Aditya s'apaisa ; graduellement, l'azur caché sous ses paupières revint se loger au cœur des dorures de ses iris, laissant le silence border l'arrivée de sa réponse évidente.

« Ça l’est. J’aurai aimé que tu vois le Pays des Neiges avec moi. »

La jeune femme se retourna face à lui, toujours doté de cet air majestueux qui lui collait à la peau. Lentement, elle se rapprocha, un pas après l'autre.

« Peut-être pourrais-tu me raconter alors. Je ne suis plus d'humeur à m'entraîner maintenant que tu es là, sans compter que l'étuve qui me sert de demeure tend à être plus fraîche, ces temps-ci. L'arrivée de l'automne y est sûrement pour quelque chose. »
L'ascèse lui glissa acquiesça d'un geste de la tête équivoque. « Bien sûr. »


[...]


Quelques instants plus tard, leur pas pavaient en consort le chemin menant au logis de la demoiselle, où, à nouveau, Aditya fut témoin de l'agitation certaine qui s'était emparé des rues, des odeurs épicées qui couvraient les échoppes de nourritures à une heure où aucun client ne s'attardait d'ordinaire. Par endroit, il aperçut même des silhouettes enfantines affairées à la construction de fanions colorés aux formes diverses, parfois animales. Intrigué, il avisa sa partenaire d'un regard.

« Sais-tu pourquoi les rues sont si effervescentes ? Cela n'a pas cessé depuis que nous avons accosté. »

Elle répondit à sa question par une œillade taquine, peut-être même légèrement hautaine.

« Je suis surprise que tu ne sois pas au courant. Un festival va bientôt avoir lieu au village, pour relancer une ancienne tradition. Alors, évidemment, il faut faire des préparatifs.
Alors Atsumi a bel et bien mit son projet à bien. C'est une bonne chose, réunir le village est tout ce dont nous avons besoin actuellement.
Tu la connais ?
Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois. Je lui suis venu en aide l'été dernier, peu après l'apparition de la Résonance. Je dirais que nous sommes en bons termes. Ont-ils prévu d'inviter les autres îles de l'archipel à participer ?
Oui. »

Le ton qu'elle prit pour lui répondre le surprit légèrement, alors même qu'ils dépassaient certaines échoppes.

« Asosan ? »

La cadence de la jeune femme se stoppa tandis qu'elle lui adressait un regard lourd de sous-entendus, auquel il répondit par son indifférence naturelle. Finalement, la réticence laissa place à l'apaisement.

« Oui. »

À nouveau, Junko lui emboita le pas lorsqu’il reprit sa marche, lui qui s’était arrêté dans l’attente de sa réponse. Lorsqu’ils parvinrent à ce qui lui semblât être sa demeure, elle marqua un temps d’arrêt supplémentaire, ouvra sa porte d’un geste lâche et avisa sa personne d’un regard décidé.

« J’aimerai y aller. Veux-tu m’y m’accompagner ? À moins que les moines de ton temple ne t’accapare pour ces soirées.
Voudrais-tu de ma compagnie ?, répondit-il en se glissant à l'intérieur avec aisance.
Peut-être. », délcara-t-elle en demeurant à l'orée de la porte. Quelques secondes plus tard, elle entra à son tour en la refermant du bout du pied. « Apparemment, c'est de tradition que de s'y rendre accompagné., souffla la jeune femme en dépassant la silhouette de l'ascèse pour s'échouer sur un nid de coussins, près d'une table basse.
Alors ce serait avec plaisir. »

À son tour, Aditya prit place près de la table basse, sur un coussin orphelin qui trônait à l'opposé de la demoiselle. Le coude planté sur l'un de ces oreillers et sa main mollement reposée sur sa joue, Junko le dardait d'un regard avide de curiosité, et peut-être aussi bordé d'une satisfaction certaine quant à son accord.

« Enfin, assez parlé futilités. Parle-moi de Yuki. Tu l'as promis. »

Un nouveau sourire éphémère borda les lèvres du blond alors qu'il lui rendit son regard espiègle ; et peu à peu, sa langue délia le récit de son voyage, tentant tant bien que mal de retranscrire l'immensité glacée qui s'était dérobée à sa vue en ces terres. Si la rougeoyante n'avait pu découvrir cette parcelle de monde qui lui demeurait inconnue à sa différence, il tâcherait néanmoins de lui brosser un portrait qui ravirait son imagination.


Fin du RP.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

Retrouvailles d'équinoxe

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Complexe Shinobi
Sauter vers: