Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Ekko Snow
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyAujourd'hui à 9:13 par Ekko Snow

» [Iwa] Daiki Iranos
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyAujourd'hui à 8:57 par Daiki Iranos

» Renaissance ✘ ft Akio et Ken
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyAujourd'hui à 8:22 par Zaiki Minako

» Tester ses pairs [Ft Sugimoto Kenzo]
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyAujourd'hui à 4:00 par Sugimoto Kenzo

» 果し合い Hatashiai [Miyuki]
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:55 par Kogami Akira

» L'hégémonie de la violence
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:43 par Kogami Akira

» 征服者 Le conquérant — Akira
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:19 par Kogami Akira

» Barrière divine - 3eme édition
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyHier à 23:36 par Kentoku Akio

» Rendez-vous à O.K Iwa
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyHier à 22:59 par Oterashi Yanosa

» A l'aube d'une nouvelle ère
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] EmptyHier à 22:26 par Han Musashi

Le Deal du moment : -44%
Clé USB 3.0 SanDisk Ultra 128 Go (vitesse de ...
Voir le deal
18.99 €

Partagez

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan]

Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Lun 20 Jan 2020 - 19:07
Une journée de repos, c’est le genre de moment où l’on est exempté de toute sorte d’obligation professionnelle. En général, on profite de ce genre de journée pour se détendre, s’amuser, voir des amis, ou de la famille, jouer, ou bien lire, mais quand plus rien ne nous intéresse excepté les buts que l’on s’est fixés, il devient compliqué de trouver comment se divertir. Ma famille est morte, pour une bonne partie, et les deux seules personnes que je considère comme ma famille qui restent, sont dans le coma pour la première, et en mission je ne sais où pour la seconde. Aller voir des amis n’est pas vraiment mon genre, je n’aime pas « gratter l’amitié », comme diraient certains, ce n’est pas dans ma nature. Je pourrais rendre visite à Saeko, mais je le fais déjà tous les soirs, tous les matins, elle doit préférer la mort à ça. Me voir triste, m’accabler pour mes torts, me reprocher son état. Tout ceci doit l’épuiser alors qu’elle est déjà dans un état incertain.

Lire, je ne le fais plus, me divertir d’une quelconque façon autre que celle mentionnée juste avant, je ne l’ai jamais fait avant et je ne compte pas commencer. Cela réduit grandement le champ des possibles. Il me reste alors un choix possible, et c’est celui vers lequel je vais m’orienter : l’entraînement. Au moins, le temps ne sera pas gaspillé aujourd’hui, et je pourrai m’approcher de mon objectif, au moins un peu plus. J’avance donc entre le ombres des passants, me faisant aussi discret qu’à mon habitude, pour me rendre au complexe shinobi. Si la bibliothèque m’est plus ou moins interdite d’accès suite à mon excès de rage de la dernière fois, je n’ai pas encore été chassé des terrains d’entraînements. Néanmoins, sur mon chemin, je finis par marcher dans une rue anormalement vide, et mon pied vient écraser un morceau de bois noirci par les flammes. Je lève les yeux et constate que mes pas m’ont mené inconsciemment vers cet endroit où je ne suis pas revenu depuis mon combat contre Chôjuro.

La rue a été déblayée dans l’ensemble, et le feu maîtrisé, pourtant il est impossible de lire les mots « Librairie Kurayami » sur la devanture du bâtiment calciné. Condamnée, la bâtisse sera sans doute totalement rasée dès que possible pour y construire de nouvelles habitations. Tous les livres, toutes les affaires, de mes parents, de Saeko, ou les miennes. Tout est parti en cendres, il n’y a rien de récupérable ici. Je m’assois sur un banc en face et reste figé devant ce spectacle, oubliant tout le reste. On dit que les personnes qui vivent en se souvenant plus de leurs échecs que de leurs réussites sont vouées à ne jamais progresser. Je me demande souvent si cet adage s’applique à mon histoire, car dans ce cas, il est clair que tous mes efforts sont vains. Je ne parviens plus à voir ce que j’ai accompli jusqu’ici, et mon échec face à ce criminel est tout ce qui m’obsède. Comment passer outre cela maintenant qu’il s’est donné la mort ? Je ne pourrais même pas me venger, même si je le voulais. Mais pour les gens comme moi, il existe des solutions permettant de retrouver un peu de foi en l’humanité : la plus simple, c’est des coups dans la tête pour me remettre d’aplomb. Néanmoins, la seule personne qui pourrait le faire est loin à l’heure actuelle, alors je préfère m’enfoncer un peu plus dans ma solitude, assis devant mon échec.



Spoiler:
 

_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Dim 16 Fév 2020 - 19:01
Automne de l'An 203, Village de Kiri, Ancienne librairie de la famille Kurayami

Rares étaient les Hommes qui, après avoir vécu un traumatisme de l'esprit ou de l'âme, savaient résister à la tentation d'une folie pure et dure. Ces gens-là, divines lumières dans une mer de malveillance, étaient reconnus pour la foi inébranlable qu'ils portaient en l'espoir ; cette petite lueur que les plus faibles avaient tendance à perdre de vue dès le premier échec, jusqu'à en oublier complètement la valeur et le goût. Et pendant que certains s'évertuaient à se laisser ronger par la douleur sans se priver de faire dégueuler leurs idées noires sur le trottoir, d'autres s'efforçaient de se servir de cette lumière pour rayonner par la gloire du progrès, à n'importe quelle heure. Même les enfants des bêtes, aussi mystérieux pouvaient-ils être, n'échappaient pas à cette règle, étant susceptibles de se retrouver aussi bien dans une catégorie que dans l'autre. Malheureusement pour le Loup noir, son destin n'avait pas penché du meilleur des côtés ; si bien que les flammes avaient dévoré une part de sa vie désormais teintée de noirceur.

Kurayami Zeref n'était plus. Pourtant, cet événement alarmant constituait une tragédie sans doute capable de le séparer du droit chemin sur lequel sa senseï et sa cousine avait essayé de le guider. Mais du Pays des Neiges, il avait été difficile pour elle de le soutenir de façon vraiment concrète, ou même d'être simplement au courant de cette poignante affaire. Parce que lorsque le feu d'un espoir peine à ne pas succomber face à toutes ces larmes de tristesse, il n'est pas chose aisée de tenter de le raviver sans se tenir à l'affût près du camp. Pour autant, les Neiges n'avaient pas résisté bien longtemps à la fougue de l'ancienne équipe 10 de Kiri. Reikan était ainsi de retour en plein milieu de cette saison mourante plus déterminée que quiconque, si bien qu'il ne lui fallut que peu de temps pour s'imprégner de cette désespérante nouvelle.

Par sa faiblesse, Zeref n'avait pas su empêcher la mort de ceux qui l'avaient recueilli. Un constat amer qui permit à la jolie brune, certes de se retrouver dorénavant un peu plus en son cousin mais surtout, de développer une colère monstre qu'elle espérait lui transmettre. La Tigresse blanche n'allait certainement pas à sa rencontre pour le bercer d'un flot de douces paroles insignifiantes. Elle ferait plutôt en sorte qu'un tel drame n'ait plus jamais l'occasion de voir le jour dans la vie de son fidèle ami. Dorénavant, elle ne serait plus la seule à combattre, à feu et à sang, le mal de ses propres poings. Yasei Reikan était celle qui allait lui tendre la main, avant de lui donner la leçon de toute une vie. Parce que la Fille du Lion de l'Atlas, qui avait été elle-même victime de sa propre impuissance au Pays de la Pluie, était de toute évidence la mieux placée pour aider le Kurayami adoptif à se relever et le remettre sur le droit chemin.

La voix si singulière de la changeforme éventra la bulle de silence dans laquelle Zeref s'était laissé envelopper. La silhouette de Reikan, vêtue de son haut de kimono traditionnel au symbole du Tigre blanc, se révéla à la lueur d'un soleil en fin de vie, à seulement quelques mètres derrière le banc sur lequel gisait son cousin. Son visage était fermé. Et sa seule voix, gorgée d'assurance et de rigidité, suffisait à faire comprendre à son cher cousin la rogne qui l'animait, rien que de le voir perdre son temps à façonner son désespoir. Si une profonde colère bouillonnait en elle à l'égard de Zeref, sans pour autant déborder par excès sur son attitude, c'était pour la simple et bonne raison qu'elle était à la hauteur de l'amour fraternel qu'elle éprouvait pour lui.

« Serais-tu devenu fou au point d'attendre patiemment qu'ils renaissent de leurs cendres, Zeref? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Lun 17 Fév 2020 - 19:15
Le regard vide sur le tas de cendre que représente le lieu où se trouvait jadis la librairie Kurayami, bâtisse qui m’a vu grandir et devenir celui que je suis aujourd’hui, je ne perçois pas la présence de ma Sensei, qui est obligée de s’annoncer de la plus belle des manières pour me couper dans ma solitude. Peut-être ne l’ai-je pas entendue à cause de mon état de l’instant, mais beaucoup d’indices laissent à penser que sa démarche féline, discrète et fluide n’a pas aidé mon esprit tourmenté à capter son arrivée. N’importe qui pourrait m’abattre ici-même, ma garde étant aussi abaissée qu’un pont-levis souhaitant voir partir les occupants de son château. Il me faut quelques secondes pour deviner à qui est cette voix – ce qui est déjà bien trop à mon goût – et encore une poignée pour assimiler le contenu des mots. En d’autres circonstances, cette phrase m’aurait fait sourire, indéniablement, mais dernièrement, j’éprouve le plus grand mal à laisser germer le moindre sentiment positif.

« Si c’était si simple, je passerais plus de temps ici. C’est la première fois que j’y retourne depuis… le drame. »

Sur le moment, je ne réalise pas l’évidence de la situation, me disant qu’en tant qu’amie et cousine, elle est forcément au courant de cela, mais je ne lui ai point annoncé par moi-même, et se trouvant je ne sais où pour une mission de haute importance, Reikan n’a pas pu entendre l’information. Après tout, une librairie de quartier qui brûle, cela ne fait parler les gens que quelques jours, tout au plus, et son absence a trop duré pour avoir entendu les rumeurs. Simplement voir un bâtiment incendié n’indique pas que des personnes sont mortes, par ailleurs.

« Comment sais-tu ce qu’il s’est passé ? Et surtout, que sais-tu de tout cela ? Est-ce que la Kenpei t’a annoncé que l’un des tiens avais subi le courroux d’un criminel qu’il a bêtement laissé fuir par le passé ? »

Mes mots ne sont pas une accusation ou une critique – du moins ce n’est pas mon envie – pourtant ma voix monte quelque peu dans les tons, et je m’en rends vite compte, m’arrêtant net. La brune n’y est pour rien, si je ne suis pas capable d’arrêter un simple criminel, ou si mon nom a pu fuiter du fait des événements du Dieu de l’eau qui ont valu aux Kurayami d’être une proie facile. Ce genre de bâtard n’aura pas hésité à brûler la librairie sans même vérifier qu’ils étaient ma famille, je n’en doute pas une seule seconde. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai abandonné ce nom, pour ne pas risquer qu’à l’avenir Saeko puisse souffrir plus encore. Son état actuel est déjà bien trop pour une enfant de son âge.

« Tu m’as manqué, Reikan. »

Dis-je, sans une once de gêne. Car après tout, elle est celle avec qui je partage le plus de choses, si l’on fait le compte. Qu’il s’agisse d’un sens de la justice puissant, d’un lien familial, d’une amitié solide, d’une rivalité qui nous pousse vers l’avant, ou encore du fait qu’elle soit ma Sensei, même aujourd’hui, alors que je ne suis plus officiellement membre de l’équipe 7. Je n’ai aucune honte à lui avouer cela, et je ne m’en sens pas faible de l’avoir ressenti. Ma faiblesse, c’est celle qui pousse les miens dans le cercueil bien plus tôt qu’ils ne le devraient…



_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Dim 23 Fév 2020 - 20:30
La réponse du Kurayami adoptif, maintenant abandonné à lui-même, aurait pu lui glacer le sang si Reikan n'était pas d'un naturel aussi rigide sur un sujet pourtant si morbide. Pendant de longues secondes, ses pupilles éthérées se plantèrent sur la devanture censurée et marquée par la noirceur d'un incendie meurtrier. Des gens avaient perdu la vie, à l'intérieur de cette librairie ; qui plus est, des personnes qui étaient chères aux yeux de son cousin. Il était impossible, pour tout être humain doté d'un cœur, de ne pas ressentir une pointe d'amertume face à ce dramatique spectacle. Mais il n'y avait que la Fille de Yasei Ragna, pour rester aussi droite et ne pas ployer le genou devant la tristesse qui rongeait l'âme de son cousin. Non pas qu'elle ne ressentait rien, mais plutôt parce que la rancœur qu'elle éprouvait l'aidait à rester debout, au quotidien.

Une seule inquiétude tourmentait cependant l'esprit de la jolie brune ; celle de voir Zeref céder face à une vision trop fataliste de ce qu'il s'était passé, ce jour-là. Si sa famille était une fervente adoratrice du destin, en ce qu'elle n'avait pas hésité à dorer les épaules de Reikan d'une tonne de responsabilités, cette dernière était bien loin de se laisser guider par le courant, s'interdisant de laisser son propre sort entre les mains de la destinée. Et cela s'appliquait aussi bien pour elle que pour les autres, et encore plus vis-à-vis des individus qui composaient son proche entourage ; car Shiroitora détestait ceux qui étaient assez faibles pour se laisser convaincre par ce fameux destin et qui abandonnaient au moindre obstacle, jusqu'à lui donner raison.

« Je t'avoue que l'on m'en a seulement informé dans les grandes lignes, à mon retour. »

La Tigresse blanche plissa de manière instinctive les paupières, après avoir déjà appris davantage de détails sur les circonstances qui avaient entouré le drame, directement de la bouche du premier concerné qu'était Zeref. Elle resta silencieuse, pendant que son confrère essayait de tempérer ses ardeurs et de garder un esprit a minima lucide. Son attention se détacha de la boutique décimée pour se porter sur le Loup noir, toujours tourné de dos et assis sur le banc. Puis, la flamme d'éther qui dansait dans ses yeux se mit à briller, lorsqu'il lui fit part de ce qu'il avait sur le cœur. Cet événement lui avait presque fait oublié à quel point son absence avait pu être longue, lors de son voyage au Pays des Neiges.

Les pas de la Yasei résonnèrent derrière le banc, jusqu'à en arriver tout près pour qu'elle puisse déposer l'une de ses paumes sur l'épaule du métamorphe. Sa prise se fit délicate mais ferme en même temps, témoignant de la compassion qu'elle éprouvait à son égard, incapable de ne pas se remémorer la mort et le manque de sa propre mère. Les enfants des bêtes, plus que tous les autres et au-delà d'être d'extraordinaires combattants, étaient doués de bon nombre de sentiments ; et le plus fort d'entre eux était certainement l'amour. Qu'il soit fraternel ou amical, bénéfique ou destructeur, ceux qui étaient dotés du chakra bestial étaient portés par la puissance de leurs sentiments. Raison pour laquelle Yasei Reikan brillait aussi fort, aux yeux de la plupart de ceux qui l'admiraient. Mais plus la lumière, plus les ténèbres se doivent d'être épaisses. Et la féline n'aurait certainement jamais été dotées d'aussi poignantes convictions si elle n'avait pas été modelée par la cruauté des Hommes.

À Zeref d'avancer avec ce poids désormais, pour ne pas perdre de vue la Fille du Désert.

« Tu m'as également manqué, Yasei Zeref. Mais tu es déjà assis depuis bien trop longtemps à mon goût. Que dirais-tu d'une petite remise en jambes? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Lun 24 Fév 2020 - 18:55
Les événements m’ayant poussé à devenir celui que je suis sont nombreux. Tout est parti d’une rencontre qui m’a fait devenir plus ouvert, plus joyeux et moins méfiant, qui m’a permis de me lier d’amitié avec certaines personnes, de m’ouvrir à ceux qui me sont le plus proche, de retrouver et de chérir une famille oubliée que je n’imaginais pas, et même de trouver l’amour. Cet amour a désormais fui, cette famille adoptive que j’ai fini par adorer s’est déchirée, diminuant en nombre à chaque saison pour désormais ne tenir qu’au fil du destin, en la personne de Saeko qui se trouve toujours entre la vie et la mort. Difficile de ne pas sombrer quand les choses sont ainsi faites, et pourtant, jusqu’à aujourd’hui, je n’étais pas tombé aussi bas au point de m’apitoyer intérieurement devant la bâtisse incendiée où tout a commencé, et où tout a fini pour Kurayami Zeref. Qui d’autre que Reikan aurait pu me trouver là, alors même que je la pensais encore loin, pour me dire de me bouger ?

« De ton point de vue, toi qui reviens de loin, il doit être facile d’imaginer que je viens ici tous les jours pour pleurer sur mon sort, mais ironiquement, ce n’est pas le cas. J’ai aussi bien vécu ce qu’il s’est passé qu’on peut le faire dans de telles circonstances. Je n’ai pas abandonné non plus, j’ai encore beaucoup de choses à protéger ici. »

Son idée de se remettre en jambe ne me déplaît pas. Je ne doute pas avoir beaucoup progressé depuis la dernière fois que j’ai affrontée la Yasei, mais elle aussi a sans aucun doute continué à s’améliorer. En bref, je risque de prendre une pareille déculottée, mais cela ne me dérange pas. La jeune femme ne serait pas un cap à franchir si elle se laissait vaincre si facilement. Je me lève donc, comme le souhaite la brune, et recommence à marcher, supposant qu’elle en fera de même, dans la direction initiale : le complexe shinobi. Là-bas, nous pourrons nous défouler, et j’avoue en avoir grandement besoin…

« Je compte sur toi pour ne pas me ménager, je sens que quelques coups me remettront un peu les idées en place. Et après cela, j’aimerais te parler de quelques choses. »

Loin de moi l’idée de laisser planer un quelconque mystère sur le contenu de ce que je veux dire à la féline, mais il s’agit de deux sujets importants, chacun concernant l’une de mes familles, d’une certaine façon. Nous parvenons donc assez vite à un terrain d’entrainement totalement vide, aussi bien de gens que d’objets superflus. C’est une bonne chose pour deux combattants tels que nous. Seule la terre du sol nous servant de reposoir est à noter, du reste, il n’y a même pas un arbre derrière lequel se cacher.



_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Mar 25 Fév 2020 - 0:40
Quoi de plus satisfaisant que de voir autrui se relever de ses échecs en combattant à feu et à sang ses maux les plus profonds, pour mieux défier cette stupide notion de destin auxquels tant étaient enchaînés depuis leur naissance. Rien que par ses mots, Reikan avait su réveiller la flamme presque éteinte en Zeref en la maintenant grésillante. Mais son travail n'était certainement pas fini. Aussi douloureuse était cette amère rancœur qu'il avait ressenti, le Loup noir devait s'en imprégner pour mieux s'en servir au service de ses convictions les plus chères. Et pour ce faire, l'emploi de la force physique ne pouvait être évité. Et même avant le ferme avertissement de son cousin, la féline était bien décidée à ne pas retenir ses coups. Car aussi franche la Fille du Vent pouvait-elle être dans ses paroles, elle n'en restait pas moins tout aussi crue dans la puissance de ses assauts, qui avaient tendance à s'avérer un tantinet traumatisants.

« Ne t'en fais pas, c'était loin d'être dans mes plans. Toutefois, je veillerai quand même à te laisser suffisamment de dents dans la bouche pour que tu puisses me parler de tout ce que tu veux. »

Si en temps normal, la métamorphe n'aurait pas su résister à décrocher son plus beau sourire à Zeref à cause de l'adrénaline qui la titillait, elle n'en fit rien. Seul un de ses sourcils eut le courage de traduire sa satisfaction intérieure revue à la baisse, alors même qu'elle prit les devants sur le chemin du Complexe Shinobi. À l'intérieur d'elle-même, Reikan était heureuse de voir que le canidé ne s'était pas complètement laissé aller, abandonnant toute sa foi à un aléa qui pouvait le dépasser. Pourtant, elle se refusa strictement le luxe d'afficher son contentement, parce que ce qui allait suivre ne méritait pas qu'elle se réjouisse avec fierté. Zeref allait peut-être se prendre une volée, certes, mais la jolie brune allait faire en sorte de la rendre si conséquente qu'il devrait s'en souvenir jusqu'à son dernier souffle, et même après.

Le duo fit son apparition sur un terrain d'entraînement plat et verdoyant, parsemés d'une poignée de rouges flambeaux afin de pouvoir être rentabilisé même de nuit. La Tigresse blanche s'enfonça dans la semi-pénombre, avant de se retourner pour révéler un visage sur lequel s'amusaient à danser les lueurs des flammes à proximité. Les traits fermés par la concentration, la Fille du Désert passa sa dextre sur les tissus de son kimono noir afin de le retirer et de le laisser tomber un peu plus loin dans l'herbe. [invisible_edit]

La changeforme révéla une tenue d'entraînement des plus décontractées, proche du corps et utile en ce qu'elle ne lui procurait pas la moindre gêne dans ses mouvements. Une seule chose la différenciait de son accoutrement habituel, à savoir la présence d'une ceinture régulière et porteuse de poids qui, à défaut d'être aussi élégante que ses voiles, semblait être d'une importance toute particulière pour que la féline n'ait pas eu l'idée de s'en séparer avant un duel. Ses pupilles à la lueur éthérée, qui avait pour seule égale celle de la précieuse dague cristalline pendant à son cou, se plantèrent sur son ancien élève. Ses genoux ne manquèrent pas de se fléchir et son dos de se courber légèrement sur le côté afin d'adopter une posture typiquement bestiale, alors même que ses mains n'avaient pas encore pris la forme de poings.

« Laisse-moi te donner une bonne leçon, Zeref. »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 1 Mar 2020 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Mer 26 Fév 2020 - 18:59
Comme souvent, les mots de Reikan ont le don de me motiver. Quelques personnes un peu trop fragiles mentalement les prendraient comme une agression et s’en verraient outrées, mais pour ma part, il en faut bien plus. D’autant que je connais la Yasei, et son tempérament me plaît plus qu’il ne m’effraie ou ne m’énerve. La tendresse des proches, c’est agréable quand on a peu subi de pertes dans sa vie, mais la dureté est bien plus douce et pratique que la gentillesse lorsque l’on veut progresser pour ne pas perdre le peu qu’il nous reste. Je reste donc avec l’idée en tête que la féline n’hésitera pas à frapper fort, et ne compte pas retenir mes coups non plus.

La faible clarté des flambeaux suffira à ne pas m’obliger à utiliser ma nyctalopie, ce qui représentera une certaine économie de chakra face à cette adversaire de talent. Contrairement à notre dernier combat, la résonance m’a laissé un petit cadeau qui devrait faire une différence. La dernière fois, je n’avais pour ainsi dire aucun moyen de me défendre. Désormais, c’est presque l’inverse, je serai surtout capable de faire le dos rond, et mon nombre d’attaques sera limité. Bien entendu, la brune ne le sait pas, et son esprit restera focalisé sur ma capacité à produire des genjutsus. Encore un autre détail qui ne restera pas inaperçu.

« J’attends la leçon avec impatience, Sensei. »

Pas besoin de changer de tenue, de mon côté, je m’étais préparé à venir ici de toute façon. Malgré mon invitation un peu détournée à l’attention de Reikan, pouvant faire croire que j’attends qu’elle ouvre les hostilités, je ne compte pas la laisser démarrer. Je me tiens face à elle, à une distance raisonnable, avant de reculer d’un pas. Commencer un combat n’est jamais très agréable, il faut trouver le juste milieu entre une attaque qui ne soit pas inutile et une attaque mortelle. Contre un véritable ennemi, je n’hésiterais pas à opter pour cette deuxième solution, bien entendu. D’un mouvement rapide, je saisis un kunai dans ma sacoche, et l’envoie en direction de la tigresse. Pas très original, surtout avec le parchemin explosif accroché dessus, mais il faut bien démarrer quelque part. Je reste en garde, à seulement quelques mètres d’elle, prêt à me défendre…


résumé:
 

_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Dim 1 Mar 2020 - 23:12
Yasei Reikan était d'un tempérament sage et féroce à la fois. Et du haut de ses dix-neuf printemps seulement, elle savait contenir à merveille la rage qui l'animait depuis si longtemps, à tout instant. Même à l'aube d'une rixe amicale, la féline ne se laissait en aucun cas emportée par une vague d'adrénaline jusqu'à en finir noyée. À défaut de se laisser submergée par ses propres émotions comme bon nombre d'incapables, elle était plutôt celle qui savait maîtriser au mieux ses ardeurs. Plutôt que de risquer de la gaspiller, la féline préférait faire laisser grandir en elle sa hargne la plus profonde, avant de la relâcher et de la faire exploser, au grand dam de ceux qui se retrouvaient face à elle. Car même si ses adversaires pouvaient s'estimer honorés d'avoir la chance d'affronter Reikan en chair et en os, ils regrettaient toujours tôt ou tard de ne pas s'y être mieux préparés.

Cette patiente attitude permit donc au Loup noir d'engager les hostilités, dans la plus grande des sérénités. À Zeref donc d'en profiter, afin d'en tirer le meilleur pour la suite. Pourtant, la docilité dont faisait preuve la Tigresse blanche n'allait certainement pas durer longtemps. Reikan tenait bien entendu toujours ses paroles ; de ce fait, elle comptait bien faire bouffer la poussière à son cousin, pour l'endurcir et lui montrer les efforts qu'il avait à fournir pour la rattraper. Et ce n'était pas un simple kunaï, ni même un parchemin prêt à exploser, qui allait le sauver de l'obstination de la jolie brune. Car sans tarder, elle s'écarta d'un bond avec précaution du centre de l'explosion sans laisser sa silhouette se détacher directement de la fumée.

Ce fut au moment où le nuage de fumée avait désépaissi que l'ombre féminine de l'Héroïne de l'Eau se démarqua de la pénombre déjà bien prononcée des environs. Et cette réapparition s'avéra plus surprenante que prévu, dès lors qu'elle prit la décision de charger de face son ancien élève. Malgré la lourdeur des poids qui se présentait à sa ceinture, le déplacement de la changeforme fut vif. Mais elle ne se contenta pas seulement de sortir de la fumée et de foncer sur le Kurayami adoptif. Sans attendre et une fois à sa hauteur, elle envoya son pied droit se loger dans ses côtes. Que Zeref l'esquive ou l'encaisse, cela n'empêcha pas Reikan de laisser s'échapper depuis l'un de ses voiles, une bille mauve annonciatrice de la suite du duel. Voyons voir comment tu te débrouilles sans tes yeux, Zeref. Une petite balle, qui dès le premier choc au sol, était prête à libérer un smog aveuglant à souhait.

résumé:
 



_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Mar 3 Mar 2020 - 21:55
Ma première offensive n’a pas vraiment pour but de blesser Reikan, mais reflète plutôt une sorte de coup d’envoi. Je n’aime jamais lancer le premier assaut, étant donné que cela laisse souvent des ouvertures, et je préfère laisser cette joie à la féline. Il est évident qu’elle m’est encore supérieure en force, et de son côté, elle n’hésitera pas à foncer « tête baissée » sachant qu’elle aura la capacité de se défendre si je contre son attaque. En un instant, la jeune femme se retrouve donc à se ruer dans ma direction, réduisant l’écart avant que je puisse dire « ouf ». Son coup de pied est donc lancé.

L’ancien moi aurait probablement paniqué et gaspillé du chakra pour lutter contre cela, mais mon expérience, engendrée au travers de divers affrontements et rencontres toutes plus enrichissantes les unes que les autres, et je remarque assez vite que le coup, bien qu’envoyé avec force, n’est pas dangereux. Je place donc mon bras en opposition, puis m’apprête à contre-attaquer lorsque je vois l’objet quitter la main de la brune. Il est clair qu’elle veut tester mes capacités, notamment sur un plan sensoriel, pour voir si j’ai évolué. Ma maîtrise des capacités de Yasei n’est plus à remettre en question, j’ai beaucoup changé sur cela, et la nyctalopie n’est pas le seul talent du loup que je peux imiter.

Me concentrant un très court instant, je transforme la structure interne de mes oreilles pour emprunter à mon animal totem sa capacité à entendre bien mieux que l’être humain. Dans toutes les directions, et à une distance assez maigre, je suis capable de tout percevoir par mes oreilles. Par exemple, la respiration de la Yasei, qui m’indique globalement la direction dans laquelle elle se trouve. Sans perdre de temps, je fais un pas dans la direction du bruit et commence un enchaînement de coups de poings qui se veut douloureux mais vraiment pas mortel, s’il touche. J’enchaîne donc ainsi, terminant la suite de coups par une transformation partielle de mon corps, au niveau de l’une de mes pattes, pour tenter un coup de griffe qui pourrait lacérer légèrement la peau de Reikan, si cette dernière n’anticipe pas, bien sûr. Une fois que mes coups sont lancés, je reste sur mes gardes en faisant un bond en arrière, restant dans la fumée qui se dissipe déjà un peu.


résumé:
 

_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Sam 14 Mar 2020 - 19:27
L'ouïe canine de Zeref lui avait permis d'encaisser sans grande difficulté le premier assaut de Yasei Reikan. Pourtant, il ne put rien faire contre l'explosion, puis la propagation, du fumigène mauve qui s'étala sur une bonne partie de la zone d'entraînement. Il semblait, qu'a contrario de l'ancien canidé qu'elle avait affronté cette nuit-là, que son cousin avait progressé dans l'usage de ses dons sensoriels les plus rares et les plus convoités. Parce que si n'importe qui aurait été incapable de comprendre cette progression conséquente, la féline était certainement la mieux placée pour se rendre compte sur l'instant de la métamorphose interne d'un des sens les plus importants de son opposant. Le Kurayami adoptif avait fait bien des efforts, depuis leur dernière et toute première lutte au cœur de la Cité Brumeuse.

Mais était-il capable de tenir tête à la Tigresse blanche?

Dans le prolongement de son élan aérien, la Fille de Yasei Ragna reposa ses deux pieds contre le sol de terre pour se fournir un appui des plus stables et finir presque accroupie. Le dos courbé vers l'avant, ses membres prirent de l'ampleur et furent aussitôt recouverts d'un épais poil tigré, alors même que ses longues mèches d'ébène dansaient dans la fumée. Reikan était devenue cette combattante mi-humaine mi-animale, qui conservait pour autant toute sa beauté bestiale. À peine le fumigène eut-il le temps de désépaissir que le Loup noir contracta une forme d'audace et riposta sans même prévenir. En entendant les bruits de pas autour d'elle et en se fiant aux ombres de plus en plus visibles dans le nuage de purée de pois rouge, la colonne vertébrale courbée vers l'avant de la Fille du Vent se fit plus grande, plus anoblie pour lui permettre de se redresser et de se préparer à la contre-attaque de son cher cousin.

Les coups bestiaux de son vis-à-vis fusaient, mais l'Héroïne de l'Eau n'eut pas de mal à lever une de ses pattes avants pour s'en protéger. Au dernier moment, lorsque son ancien élève envisagea de trancher son dur cuir avec ses griffes de canidé, la féline déplaça sa patte et sortit les siennes, plus grandes et plus tranchantes encore, pour retenir le dernier assaut et épargner à son bras d'être lacéré. Et sans attendre, elle profita de la disparition progressive du fumigène et s'élança à la poursuite de Zeref et bondissant presque en même temps que lui. Ni une ni deux, sa longue et robuste queue de Tigre blanc se faufila autour des jambes du ténébreux pour essayer de les lier entre elles et le faire chuter à terre, alors même qu'elle y déposait ses pattes arrières nouvellement métamorphosées. [invisible_edit]

« Où comptes-tu t'échapper, Yasei Zeref? »

résumé:
 



_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 15 Mar 2020 - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Dim 15 Mar 2020 - 14:36
L’apparition de la fumée violacée m’a quelque peu obligé à adapter mon jeu pour me défendre. Peut-être que Reikan a simplement voulu lancer un assaut assez basique, ou alors veut-elle vérifier si j’ai continué à utiliser mes capacités pour les améliorer. Être un Yasei, c’est bien beau, mais il faut encore travailler ses techniques et ses sens pour les affûter. Pour ma part, je n’ai pas rechigné à faire des efforts pour que ma vue ne soit plus le seul sens dont je peux me servir. Odorat, ouïe, vue, en voilà trois que je peux utiliser avec efficacité, désormais, pour mieux appréhender mon environnement et les assauts de mes adversaires. Pour le coup, mon adversaire du jour est une très grande amie, un membre de ma famille même, et je dois déjà me servir de mon ouïe très développée de canidé pour deviner sa position et l’attaque. Mon assaut ne profite pas pleinement de la fumée, qui est issue d’un objet qui ne la fait durer qu’un faible instant, néanmoins, les réflexes de la brune y sont aussi pour quelque chose. Celle-ci ne tarde pas à dévoiler ses talents de Yasei, montrant une résistance et une force que mon animal totem ne possèdent pas.

Je frappe donc dans le vide, ou plutôt dans le « dur », contre sa patte renforcée, ce qui empêche mon assaut de donner quoi que ce soit. Alors que je tente de m’éloigner, je sens quelque chose s’enrouler autour de mes jambes, m’empêchant d’aller plus loin. Une étreinte par la queue… Eh bien, voilà une autre chose que je ne serais pas capable de faire, même avec tous les efforts du monde. Ma queue, en transformation totale, n’est pas assez maniable pour y parvenir, le loup n’est pas comme le tigre. Je ne me laisse pas abattre pour autant. Comprenant que la féline ne tardera pas à enchaîner sur un assaut, je me recouvre d’une armure d’une résistance moyenne, qui pourra au moins amortir ses violents assauts à venir, sans pour autant les effacer totalement. Je fixe ensuite une partie du corps de la Kazejine de naissance, et me dis que je peux tenter de me libérer d’une autre manière… Mon corps change partiellement, mon visage devenant plus allongé, plus poilu également. Je tente alors de mordre avec force l’épaule de ma cousine, espérant que la douleur – si elle est touchée – la forcera à s’éloigner ou à relâcher son emprise sur mes jambes.

L’ancien Zeref, celui qui lisait beaucoup et n’avait pas beaucoup d’expérience en combat, aurait été désespéré, ainsi que légèrement apeuré à l’idée de ne pas pouvoir se défaire de cette emprise, mais j’ai beaucoup changé. Désormais, je me dis qu’encaisser des dégâts n’est qu’une situation normale en combat, et je réfléchis plus posément à la situation. Dépendamment des mouvements de la brune, je pourrais même ne pas être frappé, du moins dans les prochaines secondes, et m’en tirer à bon compte.


Spoiler:
 

_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Dim 15 Mar 2020 - 18:44
Ce fut sans grande difficulté que Reikan parvint à retirer toute mobilité aux jambes de son cousin, pour le traîner jusqu'à côté d'elle. Pourtant, l'apparition de son armure de terre lui compliqua la tache, la poussant à prendre la décision de retirer complètement son emprise par sa queue de Tigre blanc pour libérer Zeref de son entrave. La partie inférieure de son corps retomba alors à même la terre ferme, pendant que la féline rôdait autour de lui en effectuant quelques pas et analysait la structure de sa cuirasse tellurique. Ses paupières se plissèrent, alors même qu'elle était en train de jauger du potentiel de la protection de son adversaire du soir. La métamorphe était, fidèle à la fière et perspicace combattante qu'elle avait appris à devenir, à la recherche d'une faille parmi la roche.[invisible_edit]

Mais le Kurayami adoptif ne s'arrête pas là. Plus que simplement s'assurer une défense viable, il eut même l'audace d'essayer de mordre la féline. Malgré tout, contre toute attente, elle ne fit rien pour contrer ou esquiver la morsure. Les crocs du Loup noir se refermèrent sur l'épaule de Reikan, qui ne chercha même pas à s'en défaire. Parce qu'au contraire, la changeforme ne souhaitait qu'une seule chose ; garder son cousin au plus près d'elle, afin de lui faire manger la plus grande tarte de son existence. Même si la douleur pouvait être plus ou moins conséquente, elle s'efforça de ne pas changer l'expression de son rigide visage. L'heure n'était plus à l'échauffement, car il était temps de passer aux choses sérieuses et de montrer à quel point Zeref avait des efforts à faire pour rattraper encore et toujours sa senseï et rivale.

Yasei Reikan s'apprêtait à passer à l'action, non dans l'optique de prendre en pitié son cousin.

Tout à coup, ses imposantes pattes avants s'élevèrent et entamèrent une série d'assauts bestiaux des plus intenses. Toutefois, la Yasei ne compta que sur la force physique de ses coups – qui était loin d'être des moindres – pour essayer de venir à bout de l'armure Doton, sans même prendre la peine de faire sortir ses griffes de leur cachette pour ne pas risquer de mettre en danger la vie de son camarade. Très vite, les coups se firent de plus en plus puissants, au rythme des craquelures de la défense qui peinait à rester collée à la peau de son utilisateur. Et sans attendre plus longtemps, Reikan recula un de ses poings métamorphosés en arrière, annonçant clairement à Zeref qu'elle était prête à lui asséner un coup dévastateur.

Après cela, la Fille du Lion de l'Atlas ne retint pas davantage sa puissance et envoya son coup, non pas directement contre l'armure en vrac de son opposant mais plutôt... à même le sol, à côté de lui. L'assaut physique porté fut si ravageur qu'il engendra la destruction massive de la terre en plusieurs blocs soulevés, la déstructurant totalement et envoyant Zeref rouler sur le côté. La force déployée ne manquerait peut-être pas de lui infliger des dégâts indirects à cause de la pagaille des pierres du terrain, puisque Reikan avait volontairement visé le sol et non pas lui directement, pour lui faire prendre conscience de l'ampleur de la menace qu'elle était. La féline ne cherchait qu'à réveiller davantage l'intérêt de son cher cousin et de lui donner goût à l'effort. Tout comme Yasei Ragna l'avait fait avant elle, c'était la façon de la Tigresse blanche de punir ses proches, lorsqu'ils n'étaient pas à la hauteur de ses attentes et qu'ils pouvaient constituer un fardeau trop lourd à porter pour leur entourage.

Le front de Reikan était marqué par la colère, prouvant à quel point elle était prête à y mettre du sien pour aider son cousin à devenir la meilleure version de lui-même.

« C'est lorsque l'on est trop faibles, que les autres autour de nous meurent sans que l'on ne puisse rien faire. Et toi, quand cesseras-tu d'être faible, Zeref?! »

résumé:
 


_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 21 Mar 2020 - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Sam 21 Mar 2020 - 11:01
Lorsque mon armure se crée autour de moi, je sens la queue de Reikan me libérer. Est-ce une façon de m’indiquer qu’elle n’a aucune façon de lutter contre ma défense ? J’en doute fortement, la féline n’est pas faible. Alors peut-être qu’elle réfléchit à une façon de me frapper sans me tuer, et dans ce cas, c’est un peu humiliant. Je parviens à la mordre, mais c’est aussi sans doute parce qu’elle n’a pas tenté de l’éviter. Après tout, je n’y suis pas allé franchement, cette fois-ci, et il est compréhensible qu’une morsure digne d’un loup un peu boosté ne soit pas effrayante. Elle n’en tirera même pas une cicatrice, et cela la fait à peine saigner à l’épaule, ne pouvant même pas handicaper sa mobilité. Suite à cela, la jeune femme profite de ma proximité pour m’assaillir avec de multiples coups de pattes, qui détruisent mon armure sans difficultés et m’infligent quelques dégâts peu importants, mais tout de même douloureux.

Suite à cet assaut, la brune frappe le sol avant que je ne puisse réagir, ce qui le brise en plusieurs morceaux me projetant par la même occasion un peu plus loin. Je n’ai toujours pas le niveau pour la vaincre, malgré mes efforts, voilà ce que je me dis. Je dois donc y aller à fond si je veux espérer lui faire mal… L’idée de la blesser ne m’enchante pas, mais sans cela, je sais très bien comment elle risque de réagir. D’ailleurs, cela ne manque pas. La Yasei se met en colère, m’envoyant des mots très durs, mais que j’accepte. Ce n’est pas comme si je pouvais les nier, j’ai perdu tellement de personnes du fait de ma faiblesse, et un jour, il se pourrait que même la fille du Vent puisse nécessiter mon aide. Si à ce moment-là, je ne suis pas capable de mettre en avant des capacités réelles pour la sauver, alors elle aussi pourrait mourir par ma faute, et ça, je ne peux pas l’accepter.

« J’ai cessé de l’être il y a bien longtemps, désolé d’avoir voulu te ménager. »

Lui dis-je, le regard froid et sans une once de défi. Je ne pense pas avoir les capacités pour la vaincre, cependant j’ai de quoi l’étonner au moins un petit peu, et c’est tout ce qu’il me faut. Une série de mudras plus tard, je pose mes mains au sol, devant moi, pour transformer la terre en face de moi en une boue épaisse et profonde, qui laissera Reikan s’y enfoncer profondément si elle ne réagit pas. Je ne m’arrête pas là, et suite à une autre série de mudras, je reproduis un geste similaire, mais cette fois pour propulser un grand nombre de projectiles terreux, coupants, tranchants, capables de lacérer la peau de la Kazejine d’une façon satisfaisante, dans sa direction. L’heure n’est plus aux petites techniques très banales, mais bien à l’utilisation des techniques de plus haut rang.




résumé:
 

_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Sam 21 Mar 2020 - 15:13
Le Loup noir vola sur le côté, sans provoquer la moindre réaction de pitié chez la féline qui se devait de rester indifférente pour marquer le coup. Élevé par le combat et les efforts surhumains que son paternel avait exigé d'elle, elle semblait n'avoir que faire d'un quelconque sentiment de peine à l'égard d'un proche qui, tout comme elle, se devait de souffrir pour espérer progresser. Mais au fond de son être, la jolie brune espérait ne pas y être aller trop fort, parce qu'elle était celle qui savait le mieux quel était le prix à payer pour satisfaire ses propres exigences. Voilà pourquoi voir Zeref se relever et lui tenir tête lui réchauffa le cœur, quelque part. La colère que la Tigresse blanche dégageait n'était finalement pas vaine, car elle permit à son cousin de ne pas se laisser aller lâchement à l'abandon après avoir vu la force destructrice qui pouvait émaner d'elle.

Elle s'était mise à esquisser un sourire, tant la satisfaction étant grandissante en son sein. Mais cette seconde n'inattention pouvait lui coûter cher, puisqu'elle fut l'occasion rêvée pour le Kurayami adoptif de changer la surface du terrain en un marécage de boue. Les fissures précédemment engendrées par le coup de Reikan facilitèrent l'apparition de la terre molle et attractive. La technique se fit un plaisir d'engloutir les chevilles de la métamorphe, dont les jambes finissaient par s'enfoncer peu à peu dans le sol bourbeux. Je vois... Le regard myosotis de l'enfant des Bêtes gagna en intensité, alors qu'elle plissait les paupières. Tu as plutôt bien progressé, on dirait. Mais il était temps de lui montrer également un petit aperçu de sa progression, à elle aussi.

Ni une ni deux, alors que Zeref terminait sa série de signes et que les premiers fracas telluriques s'envolaient en sa direction, les poils de Reikan se firent bien plus denses et se hérissèrent, sans parler de ses longs cheveux. D'un coup, en s'aidant de ses pattes avants pour s'appuyer sur la surface de la boue à peine durcie, elle fit appel à son chakra bestial pour l’emmagasiner dans la partie inférieure de son corps et ainsi, s'extirper complètement de cette vicieuse entrave partielle. Cette libération, qui n'avait pas demandé le moindre signe incantatoire, permit à la changeforme de réagir dans l'immédiat. Ainsi elle put procéder à des mudrās, en retrouvant partiellement l'humanité de ses mains, afin d'ériger un obstacle de terre efficace contre les projectiles coupants et elle.

Et alors qu'un silence stressant venait de s'installer après la ruée volatile des fracas de la terre, la Fille du Désert ressortit brusquement à côté de son propre mur, une série de signes déjà effectuée et le buste bombé d'air. Elle relâcha un puissant projectile de vents droit sur la position de Zeref. Encore fallait-il espérer qu'il soit capable de ne pas se faire perforé par un tel jutsu. Mais ça, c'était sans compter sur le goût du risque de Yasei Reikan.

résumé:
 


_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Sam 21 Mar 2020 - 19:12
On peut dire que je suis passé aux choses sérieuses, dès lors que j’ai créé ce marécage boueux. Reikan semble un peu déconcentré, pour une raison que j’ignore, mais cela me permet de la prendre au piège. Au cours d’un combat, il est toujours important de rester conscient du danger, à chaque seconde, et toute donneuse de leçon qu’elle est, la brune en vient elle-même à faire ce genre d’erreurs, parfois. Mais la prendre au piège ne veut pas dire que je l’ai vaincue, ce que la Yasei me montre sans vraiment forcer – ou peut-être que si ? – en s’extirpant fissa de la gadoue. Elle contre ensuite les projectiles en grand nombre à l’aide d’un mur, ce qui est plutôt judicieux. Je la perds donc de vue un instant, mais la féline réapparaît très vite pour utiliser son affinité primaire, le Fuuton. Un projectile venteux se dirige presque aussitôt dans ma direction, et je n’ai que le temps d’effectuer ma série de mudras pour faire apparaître un dôme massif autour de moi, dans lequel s’enfonce malgré tout la technique. Elle ne parvient pas jusqu’à moi, mais en tapant la terre devant moi, je constate néanmoins que ce n’était pas si loin.

Lorsque je fais redescendre le dôme – dont la tête de loup se trouvant en ornement n’aura pas échappé à Reikan – je surgis lentement, fixant la Kazejine. Les blessures que j’ai subies ne sont pas dangereuses, mais la douleur est bien présente. Pourtant, j’ai encore envie d’en découdre, même si j’ai déjà compris que ma puissance actuelle ne suffira pas à gagner. Quitte à recevoir des dégâts plus sérieux, je me dis que je dois tenter une dernière offensive. Au-delà de cela, aller plus loin reviendrait à transformer cet échange à caractère amical en véritable combat à mort, et ni elle, ni moi ne le voudrons. Je m’incline légèrement, tout en insufflant une importante quantité de chakra sous la plante de mes pieds. Je prends alors une impulsion énorme me permettant de réduire la distance entre ma cousine et moi à néant, et cette fois, ce n’est pas une simple morsure que je tente, mais bel et bien un croc se voulant dévastateur. Je vise le bras gauche de la brune, pour tenter de la blesser sévèrement. Si la précédente a été encaissée, que fera la Yasei pour celle-ci ? Il n’y a pas vraiment de différence entre le changement dans mon apparence d’avant et celui-ci, mais la force sera bien plus grande. J’observe la façon dont la métamorphe va bien pouvoir m’envoyer valser. Si elle ne fait rien, quoi qu’il en soit, elle subira une blessure plus importante encore que l’autre…



résumé:
 

_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Lun 23 Mar 2020 - 16:38
La boue coulait sur les vêtements de Yasei Reikan, bien que celle-ci était restée debout depuis l'envoi du Seikitai. Zeref semblait être venu à bout de celui-ci, puisque le projectile venteux venait de s'écraser sur une défense tellurique foncièrement résistante. Une protection de laquelle ne tarda pas à sortir son cousin, dont les traits faisaient clairement comprendre qu'il n'allait pas s'arrêter là. Et cela tombait plutôt bien, parce que la Tigresse blanche n'était pas encore satisfaite de cette session agressive mais moralisatrice. En effet, très vite, le Loup noir s'empressa d'emmagasiner du chakra dans ses jambes pour refermer la distance qui les séparant. La charge de front était rapide, si bien que la féline se redressa aussitôt pour faire face et formuler plusieurs signes incantatoires. Une série qu'elle se dépêcha de clore, afin de ne pas finir traversée par la mâchoire acérée de son vis-à-vis.

Tout adversaire soumis à cette vue aurait pu penser que la Fille du Désert, par ces mudrās, avait trouvé un quelconque moyen de se défendre face à ce rapide assaut. Pourtant, le natif de l'Eau était bien loin de se douter de la nature de sa résistance. À peine eut-elle terminé un signe parmi tant d'autres que le pelage du bras gauche de la féline se fit plus dense que jamais. Dès que le canidé fut à proximité d'elle, la bestiale eut l'audace de relever cette patte pour faire obstacle à son épaule gauche déjà saignante, encaissant de plein fouet la morsure dans l'avant-bras. L'impact de l'attaque fut tel que la jolie brune se laissa tomber en arrière sur le séant, alors que Zeref tenait encore entre ses crocs sa patte transpercée.

Se pouvait-il que l'Héroïne de l'Eau n'ait pas eu le temps de finir sa série de signes à temps?

La bestiale chevelure de jais de Reikan retomba en cascade sur ses épaules de lions d'or, pendant que le haut de son visage restait ombragé et que le bas se laissait éclaboussé par les gouttes de son propre sang. Un instant de flottement s'écoula, laissant peser le doute sur la réaction tardive de la féline quant à ce qui semblait être un dernier assaut de la part de son opposant. Avait-il été assez rapide au point de mettre à mal ses réflexes pourtant poussés? La métamorphe ne tarda pas à offrir une réponse pour chasser le moindre soupçon sur une éventuelle faiblesse de sa part. Parce que la Tigresse blanche ne se laissait que très rarement avoir autrement que par choix, elle qui avait toujours une idée derrière la tête. Et aujourd'hui, cette idée était des plus extraordinaires, car il fallait montrer à Zeref une nouvelle facette de l'étendue de sa puissance.

La poussière soulevée par leur chute s'écartait à peine, pendant que Reikan tenait à rester dans cette position. Enfin, au bout d'une poignée de secondes, ses yeux éthérés ressortirent de l'ombre pour dévoiler sa hargne ravalée jusqu'à lors. Ce fut à cet instant précis que son cousin pouvait apercevoir l'apparition d'un imposant sceau sous eux qui s'illumina fortement et dont l'épicentre était la patte avant droite de la Yasei, qui s'était entre temps déposée au sol ; voilà donc à quoi était initialement vouée cette fameuse série de signes.

Pas une seule seconde de plus eut le temps de s'écouler pour qu'une épaisse fumée blanche sorte de nulle part, avalant ainsi les deux enfants des Bêtes. Un monstrueux rugissement, à en faire trembler la terre par le souffle dégagé, éventra ce nuage opaque, qui se fit d'autant plus déchirer par la sortie d'une gigantesque patte blanche de félin. Cette dernière s'interposa entre la Fille du Lion de l'Atlas et le Loup noir, qui fut brusquement écarté d'elle jusqu'à être envoyé quelques mètres plus loin dos contre terre, tandis que la voix de la changeforme se propageait. Au-dessus de lui se tenait un énorme animal, aux pupilles dorées prédatrices et aux crocs luisants, qui le retint un peu par terre sous ses larges coussinets, avant de se détourner de lui et d'effectuer un demi-tour pour se placer devant l'invocatrice.

« Tu n'es plus aussi faible que par le passé, Zeref. Car même si j'ai délibérément fait le choix de laisser couler mon sang, je reste étonnée par ta progression. Mais voilà un avant-goût du chemin que tu as encore à faire pour espérer pouvoir m'égaler, un jour... »

La fumée blanche libérée s'envola, dévoilant tout d'abord une immense ombre, puis un géant de la nature. Une véritable lumière blanche, d'une pureté inégalable, venait de truander les ténèbres de cette nuit de labeur. Yasei Reikan avait invoqué Rakasha, son Lion blanc. De ses quatre pattes, dont rien qu'une pouvait suffire à amplement couvrir le corps d'un homme, il se positionna fièrement devant la féline qui se redressait à peine. Celle-ci laissa retomber son bras gauche amoché dans le vide, pendant que les poils de sa fourrure tigrée l'abandonnaient pour lui rendre son humanité.

« ...Je te présente Rakasha, le Lion blanc. »

résumé:
 


_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Mar 24 Mar 2020 - 15:10
Avoir survécu à la dernière technique de Reikan est une preuve concrète de ma montée en puissance depuis notre dernier affrontement. Une technique aussi vive et perforante m’aurait envoyé à l’hôpital, ou à la morgue, il y a à peine quelques mois, et je me rends bien compte de ma progression par ce seul échange en particulier. Le reste n’était pas bien différent de la première rencontre, à l’exception des changements occasionnés par la résonance sur mon organisme. J’ai bien sûr appris à maîtriser les différents aspects de ma métamorphose, comme par exemple sur le plan sensoriel, mais ce n’est pas une grande évolution, en somme. Avoir réussi à activer cette défense que je considère comme ultime, à l’heure actuelle, pour parer cet assaut se voulant mortel – même si je doute que la brune se soit attendu à ce que je meurs réellement de son attaque – est un exploit qui me satisfait. J’aurais besoin de plus pour la surpasser, c’est évident, mais pour aujourd’hui en tout cas, ce sera suffisant.

La façon dont la Yasei pare ma dernière morsure est plutôt habituelle pour elle, mais pas tout à fait suffisante pour que son bras n’en reçoive pas une partie des dégâts. Suite à mon attaque, elle prépare une nouvelle attaque, mais ma position ne me permet pas de faire quoi que ce soit. Je suis un peu bloqué à cause de ma morsure, et ses mudras étant déjà réalisés, je suis en bien mauvaise posture pour éviter. Cependant, ce n’est pas une attaque mais bien… un animal qui est matérialisé par sa technique. L’animal en question est aussi imposant qu’il est magnifique, et m’envoie valser avec « délicatesse » au sol, où j’atterris du mieux que je peux. Je regarde alors ce duo magnifique avec admiration, et je suis obligé de lever la tête pour le faire. Mon chakra est déjà bien entamé, et même si les blessures de la Chûnin sont d’importance modérée, l’apparition du lion est un frein à tout nouvel assaut. Les mots de la Kazejine confirment ce que je pense : le combat est terminé.

Je pose un genou à terre, et reprends mon souffle. J’ai subi plusieurs blessures non mortelles, mais mon état n’est pas pour le mieux. Si la jeune femme l’avait voulu, elle aurait pu me tuer dès notre premier échange, pourtant elle a préféré lever le pied, à l’inverse de ce que ses propos indiquaient, et n’employer que des techniques de mon « niveau ». D’un côté, je me dis que c’est une aubaine de ne pas avoir participé à un combat à mort contre celle qui sera un jour la reine de mes semblables, et donc la mienne, mais en voyant ses blessures, j’en viens à me dire qu’elle a peut-être un peu trop retenu ses coups.

« Vous formez un duo impressionnant. La prochaine fois, je serai encore plus fort que là, quitte à devoir passer par la découverte de nouvelles capacités dépassant celles que j’ai acquises jusqu’ici… Et tu pourras te battre à fond, avec Rakasha, sans craindre de m’ôter la vie. »

Je n’ai pas attendu qu’elle me le dise pour le dire moi-même. Il est évident que je n’ai pas le niveau, et même en regardant nos états respectifs qui indiquent des blessures plus sérieuses de son côté, je ne me fais pas avoir. Si elle est autant blessée – bien que cela soit relatif, et facilement soignable – c’est avant tout parce qu’elle a voulu « s’abaisser » à mon niveau. Je déchire une manche de mon pull et lui tend :

« Tu devrais au moins t’occuper de cette blessure au bras, tu n’as pas contré la totalité de ma dernière morsure… »

Je n’aimerais pas que la féline meurt avant d’avoir accompli ses objectifs, ce serait un peu embêtant et je n’aurais pas les épaules pour prendre sa succession sur ce sujet. J’aimerais rentrer pour me reposer, après cette épreuve de force, mais la soirée commence à peine et je viens seulement de retrouver cette cousine qui compte tant pour moi, alors peut-être est-il possible de ne pas en rester là ?

« Je pense que nous avons tous deux besoin de soigner nos blessures, mais si tu souhaites parler avant de le faire, je suis d’accord. Il me faudra plus de temps pour que mes idées ne se remettent en place, mais je n’oublie pas mes objectifs, ni les tiens. Je compte bien t’aider dans ce que tu entreprendras, comme je te l’ai promis lors de notre première rencontre, et j’estime avoir la force suffisante pour couvrir tes arrières face aux atrocités de ce monde et aux ninjas qui en pourrissent la terre. »

Je n’ai pas oublié mon incapacité face à la Déesse, ou Obayo, mais cela n’est que le passé. Comme je l’ai si bien dit, je compte avant tout découvrir de nouvelles capacités, et une idée m’est venue lors de mon combat contre Hotaru… Enfin, encore faut-il que je sois capable d’obtenir la deuxième condition nécessaire à l’évolution que je vise… Les livres sont un redoutable allié, lorsqu’on les utilise de la bonne manière.



_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Dim 29 Mar 2020 - 17:24
Pendant que le Loup noir déposait un genou à terre, la Tigresse blanche s'éleva sur ses jambes malgré l'état de son bras gauche qui criait à la douleur, criblé de lacérations. Désormais détachée de son apparence mi-humaine mi-animale, son dos reprit sa courbe habituellement anoblie, fière. Du haut de sa condition d'enfant des Bêtes, elle se tenait dignement à côté de son ami majestueux qui avait chassé les ténèbres de ce terrain, grâce à la divine lumière de son seul pelage. Pourtant, sous cette fourrure d'un blanc pur se cachait un cuir qui était loin d'être aussi vierge et innocent, rien que par les cicatrices dont il était parsemé. Rakasha était une merveille de la nature à la prestance grandiose, mais son sens de la loyauté et sa combativité étaient eux d'un tout autre niveau ; à vrai dire, ces derniers égalaient ceux de son invocatrice, cette tendre alliée qui l'avait libéré de ses chaînes et qui lui avait rendu sa liberté au prix d'un pacte.

Yasei Reikan avait réussi son pari ; celui de faire se lever ce cher Zeref de ce maudit banc pour qu'il combatte et comprenne l'importance du temps qui lui était compté. Parce que le deuxième plus grand ennemi pour un shinobi après l'adversité, c'était lui ; le Temps. Au cours d'une mission ou lors d'une guerre, tous étaient voués à voir la vie s'éteindre en eux à un moment ou à un autre. Parce qu'en effet, avant de devenir étoile ou grain de poussière tout comme sa cousine un jour, le Loup noir avait encore des choses plus terribles à affronter encore qu'un malfrat de village. Le monde portait bien des horreurs en son sein depuis déjà des années, des organisations guidées par le feu et le sang jusqu'aux Dieux les plus puissants. Et cela, depuis toujours mais encore plus depuis qu'elle avait lutté contre le Démon à trois queues, la Tigresse blanche n'avait jamais oublié que d'une minute à l'autre, la Brume pouvait se trouver une fois de plus confrontée aux atrocités aussi bien intestines qu'intérieures. Voilà la raison pour laquelle le repos était rare chez la métamorphe et que ses exigences, vis-à-vis d'elle-même et de ses proches, parvenaient parfois à trouer le plafond.

Alors, elle écouta les dires de son confrère après s'être saisie du tissu arraché en vue de l'enrouler autour des trous ensanglantés de son bras. Son regard d'un bleu roi remonta pour se plonger dans le sien, alors que sa dextre s'élevait pour pointer en direction du côté gauche du torse de son pair, au niveau de son fameux organe-pompe.

« Je suis fière de t'avoir à mes côtés, Zeref. Et je ne regrette absolument pas cette blessure, ni même le temps passé à essayer de chasser les ténèbres de ton cœur. »

Comme si cela était une attention de coutume au sein de sa famille, qu'elle n'effectuait qu'à l'égard de ses proches, la changeforme ramena sa main près de son propre son cœur afin de témoigner, pour la première fois d'une telle manière, de son affection et de sa fierté pour le Kurayami adoptif. En entrant dans les rangs de la Cité Brumeuse, ce village pour qui elle serait prête à réaliser bien des sacrifices, Reikan avait trouvé plus qu'un élève, plus qu'un simple camarade. Elle y avait déniché un véritable frère sur qui elle pouvait compter et ce, peu importe les embûches placées sur leur chemin. Sans compter la chair qui les liait tous les deux, la Fille du Vent l'estimait désormais grandement, si bien qu'elle le situait au même niveau que ceux avec qui elle avait grandi. Et pourtant, beaucoup savaient qu'entrer dans le cœur de la jolie brune n'était pas chose aisée.

L'avant-bras en partie couvert par la manche arrachée de Zeref, Reikan resta stoïque et impassible malgré la douleur ressentie, qui semblait ne presque rien représenter en comparaison de tout ce qu'elle avait enduré aux côtés de son père, Yasei Ragna. Et sans même s'échanger des mots, Rakasha baissa son épaisse échine pour que sa gueule se retrouve à la hauteur de la jeune femme. Le haut de son museau vint se frotter contre son bras qui était encore en état, comme pour se rassurer que tout allait bien. Un Lion si grand, si majestueux qui s'était pris d'affection pour une humaine, c'était dur à croire. Mais il ne s'agissait pas de n'importe quelle humaine ; c'était Yasei Reikan, la Tigresse blanche, qui se permit même de caresser de sa paume entière la fourrure du museau de l'animal, qui ne lâchait pas le métamorphe de ses profondes pupilles d'or.

« Je suis contente que vous ayez pu faire connaissance, tous les deux.
C'est donc lui, le Loup noir dont tu m'avais parlé.
Oui, Yasei Zeref. C'est dans ce village que nous nous sommes rencontrés, après qu'il soit devenu mon élève. Il est aussi celui qui m'a aidé à affronter la Déesse de l'Eau. »

Le Lion blanc décida d'étendre son cou caché sous cette imposante crinière immaculée, afin de ramener sa truffe juste devant le jeune adopté de la Librairie Kurayami qui n'était plus. Si rien que sa seule gueule était en mesure de gober au moins trois hommes, son nez ne s'empêcha pas pour autant de venir sentir l'odeur que dégageait le canidé. L'invocation se contenta de rester debout, totalement confiante dans les agissements de son ami et invocation. Rakasha huma Zeref par une seule inspiration, si profonde qu'il pouvait presque avoir l'impression que le félin pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert. En effet, par cette analyse olfactive, le Lion fut capable de se faire une idée de la véridicité des propos que le jeune homme avait tenu, avant de se redresser entièrement et de ramener son poitrail près de son invocatrice. Quelque chose semblait l'avoir titillé ; c'était la peur. Non pas vis-à-vis de lui, car ils étaient tous deux les alliés d'une même personne, mais vis-à-vis de quelque chose de bien plus traumatisant.

« Je suis satisfait de faire la connaissance d'un humain au cœur bon et qui plus est, un métamorphe. Un frère de Reikan, qui a eu l'audace de tenir tête à un hôte à ses côtés. Mais, il me semble que cette lutte te tourmente encore, jeune Loup noir.
Nous sommes tous inquiets depuis ce jour tragique qui nous a opposé au Démon à trois queues, Rakasha. Moi la première.
...Que savez-vous, de ces Démons, de ces Dieux? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Lun 30 Mar 2020 - 10:58
Devant la puissance écrasante de Yasei Reikan, je ne tiens pas la comparaison, c’est une certitude. L’apparition de cette créature proche du divin n’est qu’un point de plus pour en ajouter à la beauté terrifiante de la force de la brune, et me remettre à ma place. Même si je n’ai jamais eu la prétention de penser pouvoir la vaincre en combat singulier, il est vrai que je me suis laissé aller à l’idée de pouvoir au moins l’inquiéter un peu sur ce sujet, mais il s’avère que cela n’a pas été le cas. Pour une guerrière telle qu’elle, il ne doit pas être compliqué de supporter les blessures qu’elle a subies, et je me fourvoierais de considérer l’avoir mise en difficulté du fait que son sang a coulé. Il n’en reste pas moins que depuis notre premier affrontement, cela marque une différence importante, et je m’en contenterai pour être satisfait de ma performance.

J’écoute sagement les mots de la féline, et j’en suis légèrement surpris. Il est vrai que j’aurais pu m’attendre à de tels mots de sa part, pourtant, ses provocations lancées dans le but de me pousser à faire sortir la haine que j’accumule depuis maintenant des semaines pour qu’elle puisse l’éradiquer sans plus de cas que cela ne me laissaient pas penser qu’elle pourrait s’adoucir de la sorte. Cela me touche assurément, et je peine à le dissimuler, mon cœur si longtemps vidé ressentant une chaleur importante dans les moments que je traverse. Cela n’annulera pas la mort de mon père ni l’état de Saeko, et ma haine reste présente, ainsi que ma profonde tristesse, mais être entouré de la sorte par une famille aimante – même si celle-ci se résume à Reikan seule – ne peut assurément pas être mauvais pour m’aider à vaincre ces ténèbres.

« Tu me vois honoré des mots que tu prononces. Je ne sais pas si ces ténèbres seront faciles à vaincre, mais je ferai en sorte que nos efforts ne soient pas vains. »

Je ne peux promettre de ne pas sombrer à un moment critique, car ce sont justement ces moments qui permettent de définir qui nous sommes, cependant, je peux au moins promettre de faire tout mon possible pour ne pas être un poids de par mes états d’âme pour celle qui aspire à des objectifs bien plus grands qu’aider un simple loup solitaire. L’échange entre Rakasha et Reikan me captive. Je ne devrais pas être impressionné qu’il existe des animaux dotés d’une intelligence semblable à celle des hommes, étant donné que je suis moi-même à moitié animal, mais dans ce cas-là, c’est un peu différent. L’imposant lion immaculé s’approche alors de moi, et je reste parfaitement immobile. Je ne suis pas dénué de toutes peurs, mais il est l’ami de la brune et ne m’attaquera pas, j’en ai la certitude. Cela n’en retire pas pour autant le frisson qui parcourt mon échine. Il s’adresse alors à moi.

Je ne comprends pas vraiment comment la Bête peut percevoir de la bonté dans mon cœur, et même en admettant que ce qu’il dit soit vrai, je ne comprends pas non plus comment il peut déceler ce genre de choses chez les gens de manière générale. On dit que les animaux sont dotés d’instincts très développés, et cela explique que les gens les plus bienveillants attirent rapidement l’amour des animaux. Ce serait donc vrai, et expliquerait pourquoi le Lion parvient à trouver ceci aussi facilement.

« Et je suis étonné de voir qu’il existe un félin en ce monde capable de m’impressionner plus encore que Reikan. Si j’avais des craintes quant à la sécurité de ma… sœur, tu parviens à les effacer assez brusquement. »

J’ai hésité un instant, mais ce mot me paraît approprié. Pourquoi nous considérer cousins dans un premier temps, alors qu’aucun réel lien de sang nous unit ? Cousine, sœur, tout n’est que question d’affect, et je la porte assez haute en estime pour la considérer comme telle. La dernière question du Lion blanc me laisse cependant perplexe. Que savons-nous des Dieux ? Pas grand-chose, malheureusement, et le simple fait qu’il y en ait plusieurs est déjà quelque chose de fou pour moi.

« Celui que nous avons affronté semblait étroitement lié à la Déesse de l’eau, comme s’ils ne formaient qu’une entité. La puissance de Sanbi était affreusement immense. S’il existe d’autres Dieux, la question à se poser est s’ils sont tous aussi puissants, et si ce n’est pas le cas, où se situe le Dieu de l’eau dans leur cercle. J’ai du mal à envisager qu’il puisse y avoir créature plus puissante en ce bas monde, mais si c’est avéré, même une nation comme la nôtre aura du mal à en venir à bout. Si Kiri ne le peut pas, personne ne le pourra, c’est une évidence… Et s’allier pour les défaire n’est pas envisageable, je suppose, car chaque village, chaque pays, à ses propres valeurs et se refusera à oublier les querelles du passé même contre un ennemi commun. »

La simple idée d’une alliance des grandes puissances me fait rire intérieurement. Personne ne serait assez fou pour proposer cette idée, et même si c’était le cas, les autres refuseraient, non ?



_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Lun 6 Avr 2020 - 17:12
Comme pouvait le faire une étoile mourante agrafée sur une vague de satin de jais, Yasei Reikan avait toujours su briller de toute sa lueur, rien que par la grandeur de son âme. Aussi épaisses pouvaient être les ténèbres sur son passage, la Tigresse blanche n'avait jamais eu le moindre mal à se frayer un chemin de lumière et de bonté, sans manquer d'extirper de ces miasmes obscures les âmes perdues qui croisaient sa route et qui s'étaient délibérément laissées aller aux maux et vices de l'Homme. Peine, regrets, douleur, la féline était jusqu'à maintenant passée au-dessus de tous ces obstacles, en entraînant dans son sillage ceux qui tenaient à elle et ceux à qui elle tenait. Yasei Zeref en faisait irrévocablement partie et n'avait jamais cessé d'essayer de talonner la métamorphe, en adoptant son goût de l'effort et du dur labeur. Même si parfois, la jolie brune tendait à ressembler à une de ces étoiles froides et inatteignables, qui n'attendait pas d'être rattrapée pour continuer sa lutte acharnée.[invisible_edit]

Le doux visage de la changeforme se couvrit d'une pleine harmonie, sereine à souhait. Son lointain cousin, son frère d'armes, son ami, n'avait pas hésité à lui tendre la main pour qu'elle puisse mieux l'agripper et l'extraire de la noirceur d'esprit dans laquelle il avait plongé depuis la tragédie de la Librairie Kurayami. Plus encore, il l'estimait autant qu'elle le considérait, solide preuve que la féline était parvenue à broyer une grande partie de la haine et de la tristesse qui s'étaient toutes deux forgées des places de choix dans son cœur. Une chance pour le Loup noir d'avoir été mis entre les pattes de la Tigresse blanche, elle qui avait jeté son dévolu sur la Cité Brumeuse pour que cette dernière devienne à terme son berceau. Le sien mais aussi celui du Lion blanc à qui elle avait rendu sa liberté, au prix du sang des arènes de gladiateurs.

Et Zeref avait bien raison de laisser s'effacer ses doutes quant à la protection de la jolie brune en présence d'une telle créature, bien que ce ne soit fait que très grossièrement. Parce que si la volonté de Yasei Reikan semblait monstrueusement inépuisable, elle n'en restait pas moins une humaine. Une personne comme une autre, qui ne pouvait échapper à la mort, d'autant plus qu'elle s'était lancée sans craintes dans un combat d'ampleur démesurée que tous cherchaient à fuir. Une lourde bataille contre ceux qui avaient abandonné leur raison, leur foi en une paix et une justice pures et dures ; deux choses que l'Héroïne de l'Eau souhaitait restaurer.

D'une main de fer et même contre des Dieux, s'il le fallait.

Non pas un, mais deux souvenirs vinrent hanter la mer de son esprit pendant que Zeref se laissait aller à son flot de paroles. Le premier fut celui de la torride confrontation avec la Déesse de l'Eau, à même la tête du Démon à trois queues. Le second, lui bien plus vague, la ramenait aux ruines du Temple divin du Désert. Ce lieu avait été le dernier auprès duquel Reikan avait pu se recueillir et faire le deuil du Pays du Vent, avant de se rendre sur les routes du monde. Ragna n'avait pas décidé de se lancer dans de telles pérégrinations et d'y entraîner toute sa famille seulement pour le plaisir, mais aussi pour l'éloigner d'un danger considérable pour les habitants de sa terre natale. Parce que sous ces dunes, couverture de sable, sommeillait un autre Dieu semblable à la tortue géante qui avait essayé de s'en prendre à Kiri, sous le joug de la Fanatique. Un être à la puissance colossale, source de bien des récits de son paternel autour d'un feu ou sous les étoiles aux quatre coins de ce monde.

« À mon avis, il y en a bel et bien d'autres. »

La Fille du Lion de l'Atlas redressa son minois peint d'un sérieux à toute épreuve, comme si elle souhaitait couper court à la vision particulièrement pessimiste du canidé. Ses boucles d'oreilles griffues tintèrent dans le vide, alors même que son corps se tournait en direction d'un petit lac situé en contrebas du terrain, non loin finalement du Grand Dojo des Sabreurs. S'installa donc dans les environs un silence pesant, mais pas assez pour étouffer la réflexion de la changeforme dont l'esprit était en ébullition. Si les morts avaient été légion face à Sanbi, la Brume avait pour autant reçu le mérite d'en être venue à bout et de s'en être relevée. Mais l'idée que ces entités pouvaient se compter sur les doigts d'une main ou deux ne manqua pas de titiller celle qui, pertinemment, se doutait que le Vent cachait un Démon, tout comme l'Eau en détenait désormais un.

« Peu importe leur nombre. Qui sont-ils, plutôt? D'où viennent-ils? Quelle est leur utilité, en ce monde? Des êtres avec à leur service un puits quasi-éternel de chakra peuvent être perçus de bien des manières. Et celle qui m'effraie le plus, c'est qu'ils soient utilisés comme de véritables armes, au profit d'organisations ou de figures malveillantes. Je pense que la Fanatique se trouvait dans ce cas précis, sans l'ombre d'un doute. Ces deux-là ne faisaient si bien qu'un qu'elle pouvait le contrôler comme bon lui semblait, de sorte que l'on puisse finir par croire qu'ils étaient aussi vils l'un que l'autre. Pourtant... »

Instinctivement, la Yasei remonta les fins doigts de sa dextre autour de sa dague de cristal qui reflétait avec une pureté inégalable la lumière lunaire. Un sentiment poignant vint torturer les contours de son âme d'une poigne assez rude, non sans lui rappeler ce qu'elle avait éprouvé sur la tête de l'énorme bête ; de la colère pour Kiri et de la peine pour ce qui n'était peut-être rien d'autre qu'un être injustement manipulé. Si l'enfant des Bêtes haïssait au plus haut point cette femme, qui n'avait adoré que la destruction avant de mourir, c'était une tout autre émotion qu'elle nourrissait à l'égard de l'immense tortue à queues. Un affect dont elle ne connaissait malheureusement rien encore et qui laissait paraître une Reikan perdue, aux yeux du Lion blanc et du Loup noir.

« ...sur la tête de ce Démon, au plus proche des hurlements qui sont sortis du fin fond de ses entrailles, je n'ai pas pu m'empêcher de percevoir de la souffrance. »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Jeu 9 Avr 2020 - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Yasei Zeref
Yasei Zeref

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Mer 8 Avr 2020 - 16:32
Le questionnement de Rakasha sur Sanbi est plutôt logique, mais cela ne m’empêche pas de m’en trouver mal à l’aise. Je n’ai pas affronté le monstre directement comme l’ont fait certaines personnes, mais j’ai pu comprendre assez simplement que notre combat, avec Haise et Reikan, était primordial, et représentait en fait un point plus encore que retenir le Dieu de l’eau ou ses trois énormes queues. En fait, j’ai la sensation que si l’on avait laissé la Déesse s’endormir, ou que si nous l’avions tuée, cela aurait été bien pire. La maintenir éveillée et bien vivante a donc été un exploit, et j’y ai participé, je peux donc être aussi fier de moi que ma cousine l’est de nous tous, je suppose. Je suis les pensées dictées par la brune sans faillir, et la première m’interpelle. Comment peut-elle être si sûre qu’il en existe d’autres ? En a-t-elle rencontré un par le passé ?

Ses questions dévient un peu des miennes. Il est vrai que je me focalise sur le côté absolu de la chose, le fatalisme de la présence d’entités dépassant l’entendement est trop important pour que je vois plus loin. De son côté, la Chûnin arrive à voir bien plus loin, jusqu’à la personnalité et aux sentiments de ces créatures. Je suis stupéfait pour deux raisons. Tout d’abord, ses questions sont logiques, et je suis un peu hébété de ne pas y avoir ne serait-ce que penser. Ensuite, je suis intrigué que la brune ait pu réfléchir à cela lors de notre combat, ou même plus tard. Face à un sentiment de mort imminente, il est rare de réfléchir posément. Pour le cas de Sanbi, la jeune femme a même été jusqu’à percevoir la souffrance du monstre.

« Des personnes contrôlent ces monstres ? Alors la Déesse n’était pas dans une position d’harmonie, mais plutôt de domination ? C’est difficile à envisager, mais maintenant que tu le dis, il ne faut pas écarter la possibilité. Je n’ai rien perçu, pour ma part, mais à cette époque, je n’avais pas assez de maîtrise sur mon animal totem pour sentir ce que tu peux ressentir. »

Je marque une pause, repensant à une réaction de la Yasei avant l’attaque du Dieu de l’eau. Elle avait mentionné quelque chose, ce jour-là.

« Oui, tu peux percevoir beaucoup de choses, à la façon des animaux. Tu maîtrises parfaitement la métamorphose… Tu avais plus ou moins annoncé le drame, peu avant l’arrivée du Dieu de l’eau. »

Je sens alors la fatigue m’assaillir, le combat ne m’ayant pas laissé indemne. Je regarde de nouveau les blessures de Reikan, et décide qu’il est temps :

« Nous pourrons reprendre cette conversation plus tard. Et qui sait, peut-être que certaines personnes font des recherches sur ce Dieu et d’autres potentiels, il se peut que nous apprenions des choses sans même le demande. En attendant, soignons nos blessures, et retrouvons-nous au moment propice. C’est bon de te revoir, Reikan. »

Dis-je, en m’éloignant de ma démarche calme et discrète habituelle.



Spoiler:
 

_________________
A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Reikan
Yasei Reikan

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Ven 10 Avr 2020 - 17:46
Les souvenirs de ce tragique jour parvinrent à repeindre l'esprit de la métamorphe d'une couche d'épouvante et d'incertitude qui cherchait à étouffer sans pitié ses idées les plus brillantes. Tant par l'incroyable grandeur du Démon à trois queues que par l'horrible cruauté de sa tortionnaire, cette attaque avait marqué pour toujours Yasei Reikan, puisqu'elle constituait sa première rencontre avec une telle bestiole. Mais si tous les civils et les combattants de la Cité Brumeuse s'étaient laissés inquiéter par l'ampleur de cette entité, la féline n'avait pas perçu la monstruosité au même endroit qu'eux ; à ses yeux, Sanbi n'avait été qu'un pauvre pantin que la Déesse de l'Eau s'était fait un malin plaisir à manipuler et à faire souffrir contre son gré, tel le véritable monstre suicidaire qu'elle était dans l'ombre de la puissance de la tortue géante. Consciente de ce que son sommeil allait engendrer sur le Village caché de la Brume, la Fanatique avait délibérément fait le choix inhumain de libérer ce qui dormait en elle pour transformer Kiri en un tas de ruines, en une marre de sang d'innocents.

Ce détail, elle n'allait jamais le laisser filer pour le reste de son existence ; il resterait gravé dans un coin de son esprit, jusqu'à ce qu'il dévoile toute son utilité sous le soleil d'un jour nouveau.

Sur l'instant, Zeref n'eut pas tort de rappeler à quel point la métamorphose de la Fille du Vent était source de bien des mystères. En effet, la changeforme se souvint du sentiment étranger qu'il l'avait envahi, à l'aube de cette catastrophe à grande échelle. Comme tout bon animal, Reikan avait pressenti un danger, sans toutefois être en mesure de découvrir sa nature et sa gravité auxquelles elle avait fait face une fois sur la tête de Sanbi. Mais cela n'avait pas été en mesure de bousculer son sang-froid, lui qui avait en partie permis au Pays de l'Eau de venir à bout de ce démoniaque cataclysme. Pourtant, si Kiri était désormais sortie de ses tourments, la jolie brune restait en proie à tant d'interrogations au sujet de cette tortue. Celle qui était si proche de la race animale sans avoir délaissé une seule fois de sa vie son humanité avait été particulièrement bien remuée par cette souffrance qu'elle avait perçue, et ce jusqu'aux entrailles.

En entendant son cousin mettre fin à la conversation, la Yasei redressa son minois dans la semi-obscurité et balaya de celui-ci l'empreinte de curiosité qui la rongeait déjà de l'intérieur. Il se faisait bien tard et il fallait dire que son bras droit, s'il pouvait attendre de recevoir les soins nécessaires pour retrouver un état normal, ne cessait de crier sa douleur jusqu'à l'empêcher de penser tout à fait correctement. Elle adressa un regard à la manche arrachée du Loup noir qui faisait office de pansement pour ce soir, avant de redéposer ses pupilles brillantes sur Zeref, qui commençait déjà à revenir sur ses pas.

« C'est bon aussi de te revoir, Zeref. »

Ainsi le fils adoptif de la Librairie Kurayami s'éloigna, abandonnant au milieu de ce terrain qu'ils avaient martelé sans vergogne, la Fille du Désert et son compagnon le plus fidèle, le Lion blanc. Et étrangement, la femme à la chevelure de jais avait laissé ses lèvres charnues s'ordonner dans un sourire aussi franc que serein. Décidément, rien n'était encore en mesure d'abattre Yasei Reikan.

Fin.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Contenu sponsorisé

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan] Empty
Revenir en haut Aller en bas

A m'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi... [Reikan]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: