Soutenez le forum !
1234
Partagez

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes

Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Mar 21 Jan 2020 - 19:26
revenir sur ses pas;


C’est une longue histoire. De ces histoires qu’on ne raconte pas aux enfants, tellement elle est sombre. Mais un récit qu’on porte, d’une oreille à une autre, qu’on se transmet autour d’un feu de camp. L’histoire de la perte, de la fin, mais aussi du renouveau.

L’histoire du courage, un peu, aussi. Celui de se relever et de marcher. Dans une direction inconnue, certes, mais éloignée du point de départ. Loin, aussi loin que possible.

Pour Ema, ça s’est passé comme ça. Ça a commencé à Iwa, ça s’est effondré, puis ça s’est éloigné jusqu’à Hayashi. Là-bas, ça s’est encore effondré. Mais là, ça s’est cassé la gueule plus que jamais. Au point qu’il n’en reste plus rien. Quelques souvenirs, qui se battent en duel dans sa mémoire embrouillée, mais rien de plus. Ah, Ema, elle en a vécu des choses. Des histoires pas très marrantes, qu’on aimerait supprimer de sa mémoire mais qui nous accompagnent jusqu’au bout. Elle a broyé du noir pendant des mois, peut-être même une année. Le temps n’est pas quelque chose de très intéressant quand on a l’impression de mourir à chaque inspiration. Et puis, un beau jour, Ema s’est dit que, quand même, faudrait faire quelque chose.

Alors, avec son baluchon, la crinière rose s’est remise à l’aventure. Armée de ses liens, de son courage et de sa profonde dépression, elle a décidé de retourner au bercail. Parce qu’au bercail, il y a quelque chose qui n’existe nulle part ailleurs. Ou plutôt, quelqu’un.

Comme un battement de cœur, le nom résonne dans sa tête. Tenzin. Sa seule raison de remettre les pieds ici. Oh, et celle de devenir plus forte, aussi. Mettre ses nouvelles capacités au profit d’un village, d’une armée. Retrouver sa famille, aussi. Voir s’il existe toujours ses amis. Peut-on réellement parler d’amis, ceci dit ? Soupir. Hésitation. Elle n’en sait rien. Réflexion balayée d’un revers de main.

Marche infinie qui la ramène finalement aux crocs rocheux. Salut Iwa, ça faisait longtemps. Regard plein d’appréhension. Tenzin, Tenzin, Tenzin. Son rythme cardiaque accélère brusquement. Est-il ici ? A-t-il changé ? L’a-t-il oubliée ? Mais, surtout. Surtout.

Est-il vivant ?

Coup de poignard en plein cœur. Ema a un mouvement de recul. L’hésitation se veut plus grande encore. Que fera-t-elle, s’il n’est plus de ce monde ? Inspiration, expiration. Passer à autre chose. Garder les pieds sur terre, avancer. Y croire.

Ema fait quelques pas et arrive à hauteur des gardes. Elle met son baluchon à ses pieds, qu’elle ouvre, dévoilant des vêtements, quelques provisions. Rien de dangereux, en somme. Elle lève la tête.

« Nagareboshi Ema. Ancienne Genin d’Iwa. J’aimerais rencontrer Konran Tenzin. »

Pas un sourire, pas une once de douceur. Mais une honnêteté froide, suffisante pour lui apporter ce qu’elle désire.
Peut-être.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete https://www.ascentofshinobi.com/u1147
Uzumaki Azaya
Uzumaki Azaya

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Jeu 23 Jan 2020 - 19:24

Revenir sur ses pas

L'automne était une saison qu'Izaya appréciait beaucoup, une chaleur plus douce, un paysage arborant des couleurs chatoyantes mais surtout des journées qui se raccourcissaient; et ça pour elle ça n'avait pas de prix, c'était bien mieux pour son sommeil. Mais qu'importe la saison, ses tâches quotidiennes, elles, étaient invariables.

Normalement, comme elle était genin, la jeune femme n'aurait pas du se trouver sur le haut des remparts du village, mais souvent on oubliait qu'elle n'était une "gradée" d'Iwa, ou alors on tolérait sa présence! L'Uzumaki savait se faire discrète et n'agissait jamais contre les ordres. Puis elle aimait bien regarder au loin, observer les gens passer ici et surtout apprendre! En gros c'était un peu un stage pour elle...

Izaya... T'as pas mieux à faire que venir ici tous les jours, à cette heure ?
Hm ? Bah non. Sinon je serai ailleurs...
Humpf... je vois... Oh, sinon, nous nous demandions... tu n'as pas de nom ? C'est vraiment juste Izaya ?
Hahaha ! J'en ai un mais... Oh regarde !

Quelle chance n'avait pas la femme aux cheveux naturellement bleus ! Une personne, et pas un paysan ou un marchand cette fois; venait de s'arrêter devant les portes du village. Une fille, avec des cheveux naturellement roses. Izaya avait grand intérêt pour les personnes aux chevelures naturellement colorées.

Ema... Ema... ça me dit un truc...Oh ! C'est pas Ema, une de ceux qui ont quitté le village y a quelques mois ?
Hm... Si, je crois que bien que c'est elle.
C'est génial qu'elle soit revenue ! Enfin... si elle revient bien ! je vais la voir !
Non ! Attends ! ... Foutue bonne femme...

Trop tard, Izaya avait déjà déguerpi par les escaliers et en un rien de temps elle était devant la porte des Crocs Rocheux, face à face avec la kunoich. Derrière elle deux chuunin observaient avec méfiance les deux femmes, ils faisaient leur boulot quoi. Y avait fort à parier que l'information était déjà en train de remonter jusqu'à l'intendante d'Iwa. Mais en attendant de savoir si elle allait se faire botter les fesses ou accueillir; c'était l'Uzumaki qui était là.

Izaya n'avait aucun grief contre cette femme, se disant juste que toute cette histoire était dommage.

Bon retour Ema-San !

Souriante, elle tendait la main à la jeune femme.

Je suis Izaya ! Tu ne me connais peut être pas, mais moi je te connais, un peu !


Izaya est habillée comme ça :
 


_________________
Uzumaki Azaya
merci cleclem d'amour :)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9024-uzumaki-azaya-termine#76012
Hyûga Toph
Hyûga Toph

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Sam 25 Jan 2020 - 0:04
Il est des choses qui ouvrent une valise de souvenir. Le retour d'Ema en faisait partie. Comment ne pas se souvenir de toute cette tragégie ? De la tentative de Senku de tuer le yondaime, de Tenshi, des Hayashins qui l'ont suivit... et d'Ema aussi. A ce moment là, Toph leur en avait voulut. Oui, elle avait été en colère à cet épisode là de sa vie. Maintenant... ses sentiments étaient différents. Toph était une âme trempée mainte fois à la forge de la vie shinobesque. Elle contrôlait nettement mieux ses émotions. Aussitôt notifiée, Toph laissa sa tâche du moment à un clone et se dirigea vers les portes du village, son Byakugan déjà activé.

Une genin s'en occupait déjà, mais Toph entendit la question d'Ema.

Tenzin.

L'Intendant arriva à hauteur des deux kunoichis et les salua avec politesse et diligence. Elle revêtait une tunique verte et jaune, et portait deux sabres à ses côtés. Son visage était neutre. Ses mains n'étaient ni crispées ni relâchée - tout en un équilibre.

Bonjour Ema-san, Izaya-san.

Elle se tourna vers Ema. La Rose. Elle voulait voir Tenzin, son rival. Ce n'était évidemment pas possible - il était présentement à Tetsu en train de traquer un shogun rénégat. Aux dernières nouvelles, en vie. En même temps, le maitre du vent était tout simplement intuable, et c'était pas faute d'avoir essayé. Il avait remporté leur dernier duel avec une facilité déconcertante. Pour autant, qu'est-ce qu'elle pourrait dire ? Si elle venait pour le voir, Toph devait au moins donner des nouvelles implicites.

Le Jonin Tenzin est indisponible pour le moment, et pour une durée indéterminée.

Quelques secondes de silence. Il n'était pas dans l'intérêt de l'Intendant d'en dire plus. Cela serait une faiblesse sécuritaire d'affirmer qu'un jonin était en mission dans un pays à l'étranger. Puis Toph se tourna vers l'Uzumaki souriante. C'était peut-être ce genre de visage qu'il serait mieux de présenter à quelqu'un comme Ema qui revenait après un départ... précipité.

Izaya-san, je te laisser prendre le lead. Fais ce qui te semble être la bonne chose à faire, en tant que genin d'iwa.

Comment réagis-tu dans une telle situation ? C'était une sorte de test, d'examen pour la genin. En outre, Ema en voulait peut-être à l'Intendant pour son rôle dans l'exil de Senku. Pour autant, si Toph leur en avait voulu ... leur en voulait... d'avoir abandonné toute loyauté envers Iwa, aucun de ceux qui n'étaient partis n'avait pris les armes contre Tsuchi. Il y avait bien des allégations assez légère et sans fondement vis-à-vis de Tomoe que Taishi avaient formulées sans même avoir assisté à la scène. Bref, rien de concret.

Il y avait donc suffisamment peu de raisons de ne pas accepter ici et maintenant un dialogue. Toph se mit en retrait et observait la scène de son byakugan flamboyant. Elle pourrait certainement intervenir assez rapidement au moindre souci.
Spoiler:
 

_________________
revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Sam 25 Jan 2020 - 0:35
revenir sur ses pas;


Izaya, Izaya, Izaya. Sa mémoire embrumée ne parvient pas à faire le lien. Elle n’a jamais vu cette femme. Ou peut-être une fois, au détour d’une ruelle, d’une rue. Pendant une vente, peut-être ? C’est trop loin, trop loin dans son esprit. Elle a l’impression de devoir retourner tout le reste. Ça lui donne envie de vomir. Elle fait tout disparaître d’un coup, se concentre sur le présent, les actes, les mots. Izaya la connaît, elle non. Tant pis. Ce n’est qu’un chemin à parcourir, une nouvelle fois. Quelques pas vers l’inconnu, qui à force deviendra connu. Donner du temps au temps. Mais a-t-elle le temps ?

Naturellement, Ema saisit la main qui lui est tendue. Un réflexe acquis au fil des années, qui parvient à se hisser au-dessus du reste. Un mouvement simple, habituel. La crinière rose la serre doucement. Malgré ce premier pas, Ema reste complètement impassible. Elle ne sait pas qui cette femme, ni pourquoi elle montre tant d’enthousiasme à son égard. C’est bizarre. La poigne terminée, la Rose récupère sa main, qui retombe mollement contre ses hanches.

Elle tente encore de comprendre.

C’est la silhouette de Toph, qui se dégage de l’horizon et s’approche qui lui permet de passer à autre chose. Pendant un instant, Ema s’arrête. Elle ne bouge plus. Toph. Son cœur manque un battement. Cette demoiselle haute comme trois pommes, d’une énergie inégalable, avait été son professeur, autrefois. Grâce à une excellente pédagogie, la crinière rose avait pu apprendre à créer un mur solide comme celui de l’Hyûga. Une esquisse de sourire se fraye un chemin sur son visage. La poupée de porcelaine, capable de sentiments et de réactions humaines.

« Toph. »

Il y a un instant de flottement. Ema constate que la jeune brune a progressé. Beaucoup. Peut-être trop. Il y a quelque chose en elle d’impressionnant. De respectable. Au moins, le monde n’a pas apporté que des malheurs à ses connaissances. Il a aussi fait de belles choses.

Comme laisser Tenzin vivre. Devenir fort. Le Jônin, hein ? Les lèvres d’Ema s’arquent en un sourire plus grand, sincère. Son oiseau. Il est là. La raison de cette bataille, de son retour à Iwa. Il est vivant. Il est ailleurs, pour une mission à durée indéterminée, mais il est là. Un poids colossal s’ôte de ses épaules. Elle respire. C’est difficile à admettre, difficile à croire, mais Tenzin est là, quelque part dans le Yûkan. Il lutte pour son village, pour ses croyances. Oh, comme il a dû grandir, comme il a dû devenir fort. Ema rougit.

Elle réalise peu après, secoue la tête.

« Merci, Toph. »

Sincérité absolue. Pas un mot plus haut que l’autre, pas un mot de trop. Ema dit les choses, sans filtre, sans réfléchir. Et là, il n’y a rien de plus qu’un remerciement. Une gratitude profonde. Sans le savoir, Toph vient de rendre sa vie un peu plus belle.

Elle se retire, laisse à Izaya la possibilité de prendre les choses en main. Ema s’approche doucement, pour être à portée de voix et ne pas passer pour une rustre. Il faut lui montrer ses bonnes intentions, même si elles sont loin, loin derrière les peines et la douleur. Elles existent, là, quelque part. Les prunelles turquoises se déposent sur Izaya, avec bienveillance. Voyons à quelle sauce tu vas me manger, Izaya qui me connaît un peu.

« Tu peux me poser toutes tes questions. Je n’ai rien à cacher. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete https://www.ascentofshinobi.com/u1147
Uzumaki Azaya
Uzumaki Azaya

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Dim 26 Jan 2020 - 18:39

Revenir sur ses pas

Pour Izaya, cette enfant semblait manquer de l’entrain qui caractérisait la jeunesse. Elle la regarda, un sourire gêné figé jusqu’à ce qu’arrive l’intendante du village. Comme l’avait prévu l’Uzumaki, la nouvelle du retour de cette kunoichi fut rapidement arrivée aux oreilles des plus hauts gradés, sans quoi Toph la Hyûga ne serait pas ici. Pensant que son rôle ici était terminé, elle s’apprêta à saluer la revenante et la laisser entre les mains plus expertes de l’autre enfant quand cette dernière lui délègua la tâche.

En tant que genin du village ? Izaya aurait bien répondu que son boulot n’était pas d’interroger une personne, et d’ailleurs elle ne l’aurait pas fait autrement qu’avec l’aval d’un supérieur… Izaya n’était pas militaire, et n’avait de la Kunoichi que le titre, et quelques compétences que lui avait transmis son père; alors mener un interrogatoire, poser les bonnes questions. Il fallait une première à tout, et ça la changerait de la chasse aux chats ou de ses autres missions toutes aussi passionnantes.

Dans ce cas...Et ben, suis moi. Ce sera moins impersonnel et froid derrière ces murs.

La genin fit demi-tour sans même se préoccuper du regard de la dirigeante par intérim. Si elle avait le lead… alors elle montrerait à quel point elle n’est pas conventionnelle, sans même vouloir se donner un genre. Une fois qu’elles furent derrière le mur; elle se retourna, et fixa Ema, toujours souriante. Instaurer la confiance était ce qu’il y avait de plus cher pour elle. C’était comme ça qu’on pouvait en apprendre plus sur ses rencontres, et déterminer si celles-ci lui parlaient pour mieux la poignarder…

En fait, je ne connais que ton identité, et plus ou moins pourquoi tu es partie, dans les très grandes lignes. Tu es Nagareboshi Ema. Partie avec les Iwajin de nationalité Hayashijine pour la plupart. Quant aux raisons… J’e n’en sais rien en vrai. Alors, moi, je voudrais savoir pourquoi tu as préféré partir. Et, pourquoi tu es revenue, à part pour revoir Tenzin. Tu dois avoir une motivation autre, non ? On a tous une autre motivation.

Faire subir un interrogatoire froid, quelle idée; c’était néandertalien… La confiance et la sympathie, il n’y avait que ça de vrai. Ainsi que la connaissance cela allait de soit. Mais que pourrait lui apprendre cette fille ? Elle lui paraissait si triste… qu’avait-elle traversé pour en devenir si amorphe.

Nous ne sommes pas amies, et ne le seront peut être jamais. Mais, tu peux m’expliquer ce que tu as traversé, d’où tu viens… J’ai l’expérience de l’attention. Hm… Vous pouvez partir, Toph ? Vous me gênez.

Un fugace sourire, un regard de travers vers l’intendante; et elle la rendit à cette pauvre créature, son attention.



_________________
Uzumaki Azaya
merci cleclem d'amour :)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9024-uzumaki-azaya-termine#76012
Hyûga Toph
Hyûga Toph

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Lun 27 Jan 2020 - 22:11
Ema ne se lança pas dans un grand monologue, mais elle remercia Toph. Ce n'était pas un élément anodin. Ce n'était pas suffisant, bien entendu. Car dans l'esprit de Toph, tout cela avait le goût amer de la trahison et qu'un tel affront à l'honneur d'iwa était bien difficile à laver. Pour autant, chaque petite action dans ce sens permettrait d'aider de près ou de loin la Rose sur une éventuelle rédemption.

La genin lui demanda poliment de partir. La requête était compréhensible d'un côté - avoir quelqu'un qui observe dans son dos, c'était pas toujours génial - et d'un autre inconsidéré. Pas question de laisser un iwajin seul face à un élément inconnu et volatile. Ema semblait être de bonne foi. Mais bien des shinobis donnaient des impressions sans être véritable. Le sens derrière le sens derrière le sens. L'intrigue dans l'intrigue dans l'intrigue. Certains shinobis étaient plus tordus que d'autres, et Toph avait subit bien pire des meilleurs.

Elle répondit donc simplement à la genin.

Fais comme si je n'étais pas là, ou fais un effort.

Toph ne dit rien de plus. Elle composa des mudras, sortit un gros rocher du sol et le sculpta pour en faire un siège en pierre dans lequel elle posa son royal popotin. Les pupilles nacrées toujours activées, elle observait la scène et continuerait de l'observer. Après tout, cela aurait été hypocrite de sa part de partir à une centaine de mètres plus loin pour continuer de les observer de toute façon. Et dans bien des aspects de sa vie, Toph essayait d'être honorable.

Et puis, en cas d'embrouille, elle voulait pouvoir intervenir.

Plus jamais elle ne laisserait un iwajin prendre un risque inconsidéré sans qu'elle ne puisse y apporter du soutien et un filet de sécurité. Ema avait beau donné l'impression d'être de bonne volonté, Toph s'en assurerait un peu plus longtemps, voilà tout. Et si Ema voulait vraiment rentrer, cela serait à elle d'en déterminer les conditions. Alors, sa présence était tout autant nécessaire.
Spoiler:
 

_________________
revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Jeu 30 Jan 2020 - 17:14
revenir sur ses pas;


C’est étrange. Pourquoi est-elle si gentille ? Ce sourire, cette douceur dans ses paroles, sa voix sans aucune intonation plus haute que l’autre … Pourquoi ? Pourquoi paraître aussi avenante avec quelqu’un qu’elle connaît à peine ? Quelqu’un dont la réputation est d’être une sorte de traîtresse, qui s’en est allé aux côtés d’un homme condamné par le Tsuchikage lui-même ? Elle pourrait la repousser, l’envoyer sur les roses, lui dire que ce n’est qu’une vendue de plus, qu’elle n’en vaut pas la peine. Ce serait plus simple, non ? Faire valoir son patriotisme, pour mettre Ema face à son erreur.

Mais non. Izaya préfère la mettre en confiance, apparemment. La Rose aurait trouvé plus simple qu’elle lui en mette plein la figure, qu’elle la fusille sur place pour ses choix douteux. Ce serait tout de même plus simple. Être haïe, ou mal vue, pour une raison qui le justifie, lui paraît tout de même plus légitime que d’être ainsi couvée.

Mais c’est différent. C’est Izaya. Des méthodes peu conventionnelles, qui la mènent jusqu’à envoyer bouler la jeune Toph, qui lui est pourtant supérieure. Un sourire. Alors, c’est elle, Izaya ? Une femme inconnue, qui connaît son nom, qui lui pose des questions comme à n’importe quel être humain. Ce n’est pas un interrogatoire. C’est une manière de la comprendre. C’est agréable.

Toph s’installe sur un fauteuil de terre, reste dans les environs. Elle, par contre, répond à ce que la Rose attend. Méfiance, doute, toutes ces choses qui accompagnent Ema depuis son voyage. Ça, c’est quelque chose qu’elle comprend. Quelque chose qu’elle peut admettre. Mais ce n’est pas Toph qui pose les questions. Ce n’est pas Toph qui écoute ses histoires. Ce n’est qu’une mesure de prévention. C’est pourquoi Ema décide de faire les choses plus simplement : elle va faire avec, comme l’a dit l’Hyûga. Faire abstraction de sa présence.

La Rose dépose ses yeux sur la Bleue. Non, elles ne sont pas amies. Mais cette femme a un petit quelque chose qui fait réfléchir Ema. Ce n’est pas juste de la curiosité malsaine. Elle inspire. Un sourire triste, déformé par l’émotion, apparaît peu à peu sur son visage.

« Tenzin est ma principale motivation, à vrai dire. Mais tu as raison, ce n’est pas la seule. »

Ema croise les bras sur sa poitrine. Retour sur une longue histoire, beaucoup trop longue.

« Je suis partie lors de l’exil de Yaoguaï Senkû, d’Hayashi. À cette époque, je n’étais pas en accord avec les raisons qui ont mené à son départ. Je n’étais pas en accord avec la politique mise en œuvre. Ça pourrait être juste ça, mais … » Haussement d’épaules. Ce n’est jamais aussi simple. « Je pensais sincèrement que le monde devait être gouverné par une seule et unique puissance. Une seule main, qui unifierait le Yûkan en entier, pour qu’il n’y ait plus jamais de guerre. »

Soupir. Idéologie détruite, réduite à néant par une réalité trop lourde.

« Aujourd’hui, je sais que c’est impossible. Que c’est un idéal qu’on ne peut pas atteindre, déjà, mais aussi quelque chose de totalement illusoire. Nul n’est suffisamment puissant pour s’opposer à tous les maux de ce monde. »

Elle ne saurait dire s’il s’agit d’une réalité universelle, ou si c’est la sienne. Mais c’est ce en quoi elle croit.

« À Hayashi, j’ai perdu tous mes compagnons. Il me semble qu’il en reste deux ou trois vivants, sans plus. Les autres ont tous été emportés. Quant à moi, j’ai perdu le village où je m’étais installée, ainsi que mon affinité avec le cristal. Autrement dit, j’ai quitté mon village par idéalisme … Pour perdre tout ce que j’avais trouvé ailleurs. »

Son sourire triste devient une mine amère. C’est une vérité qu’elle ne peut pas esquiver, ni cacher. Ema a dit n’avoir rien à dissimuler, pourquoi tenter de le faire ?

« Je me suis entraînée. D’abord, pour survivre, mais aussi pour ne plus jamais être démunie. Notre monde ne peut être gouverné par une seule puissance, alors autant faire confiance à la seule que j’ai connue, non ? J’aimerais redevenir militaire pour la patrie dans laquelle j’ai grandi. Pour Tenzin, d’une part, mais aussi parce que c’est en devenant forts, tous ensemble, qu’on a une chance de faire tomber les plus grandes menaces du Yûkan. »

Elle penche la tête.

« Et par menaces, je n’entends pas les autres patries. J’entends quelque chose de plus grand encore. Qui pourrait tous nous renverser. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete https://www.ascentofshinobi.com/u1147
Uzumaki Azaya
Uzumaki Azaya

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Jeu 30 Jan 2020 - 18:31



Revenir sur ses pas

Elle était super forte pour ça Izaya, détecter qu'une personne en avait gros sur le cœur. A ces personnes elle ne pouvait offrir qu'une oreille et éventuellement un peu de compréhension. Ce qu'elle lui expliquait était fascinant, à peu prés ce qu'elle pensait elle même, et ce qui l'avait amené dans ce village également. Assez intéressant pour que toutes ces explications l'emportent sur le manque d’obéissance de cette enfant maintenant assise dans son fauteuil de terre.

Le sourire de ses lèvres aussi bleutées que sa longue chevelure trônant toujours par-dessus sans menton, elle garda le silence, une, deux, trois secondes avant de finalement dévoiler ce qu'elle pensait. Izaya était une femme remplie d'amour et de douceur, mais elle pouvait se montrer "très réaliste" au cours de certaines occasions, comme celle-ci. Ce qui séparait sa tendance à parler crûment de la chaleur dont elle faisait preuve face à cette fille, était justement cette fille, ou tout au moins son état. L'Uzumaki n'était pas cruelle et jamais ne frappait un animal blessé, à terre si celui-ci n'était pas son ennemi.

Ce dut être une grande douleur, je ne peux que l'imaginer. Tout le monde commet des erreurs, des meilleurs aux moins bons. Ainsi ton erreur a été de penser qu'une poignée d'Hayashijin pouvait ramener la paix à notre monde.

Comme la Nagareboshi, elle haussa les épaules. Une vérité qu'il était bon d'entendre, tant pour elle que pour elle. Ce qu'avait vécu Ema, Izaya l'avait aussi traversé plusieurs dizaines d'années avant cette rencontre. D'un clan prônant la paix et jadis reconnu ne restait aujourd'hui plus que quelques membres éparpillés dans le Yuukan, guettant les étrangers, essayant d'anticiper le prochain coup de leur ennemi naturel...

Si cela ne tenait qu'à moi, tu serais la bienvenue; ce que tu me racontes là ressemble à une erreur de jeunesse motivée pas une belle idée... Sauf que, le Yuukan et Iwa je suppose, a besoin d'idéologistes, mais aussi de personnes qui réfléchissent.

Par là, elle avait voulu de la façon la plus douce possible que Ema avait agi sans réfléchir, idiotement. Comme ses amis maintenant décédés. Comme les membres du clan Uzumaki. Une idéologie sans réflexion menait toujours au désastre, ce n'était pas inconnu pour Izaya.

La pauvre, elle l'aurait bien fait rentrer dans le village, laissé retrouver son logis et ce garçon auquel elle tenait visiblement tant. Mais cette décision ne pouvait pas être la sienne, mais celle de l'intendante ou encore d'un autre gradé qui s'en porterait garant.

Mais tu as raison ! Les pays ne sont pas un danger, ce sont des individus dont il faut méfier ! Et là, ce que l'intendante voudra savoir, c'est... est-ce que les Iwajin doivent se méfier de toi ? Tu as l'air sincère mais ça ne suffira... Tu dois le comprendre n'est ce pas ?





_________________
Uzumaki Azaya
merci cleclem d'amour :)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9024-uzumaki-azaya-termine#76012
Hyûga Toph
Hyûga Toph

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Jeu 30 Jan 2020 - 22:57
Izaya prenait son travail au sérieux, même si elle avait une approche très empathique. C'était une compétence rare auprès des shinobis. Toph fit une note mentale de lui parler du Manazuru. Il était trop tôt pour elle de rejoindre cette unité spéciale, mais elle semblait en tout cas en partager certains idéaux et, surtout, une éloquence rare qui y serait judicieusement utilisée.

Ema parla. Elle expliqua bien des choses. Sa vision. Son parcours. Elle se confia, en quelques sortes. Rien dans son discours ne démontrait qu'elle avait été dangereuses. Ou presque. Car la volonté de rassembler tout le Yuukan sous un étendard... était certaintement une volonté militaire. Affronter Iwa aurait, par conséquent, été dans les possibles futurs. Ou même, les futurs certains. Toph eut un frisson. Elle aurait pu, pour le même prix, devoir affronter son sensei sur un champs de bataille.

Il n'en était rien. De ceux qui avaient suivit Senku, ils n'en restaient vraisemblablement que deux ou trois en vie.

Deux ou trois. Probablement Chokoku Tomoe en faisait partie, puisqu'elle avait rejoint les rangs des Teikoku. Ne restait donc qu'un ou deux parmis ces exilés ? Cette information était intéressante, car elle confirmait un doute. Toph avait reçu, il y avait quelques mois déjà, une missive anonyme lui annonçant la mort de Senku. Il n'avait pas pu recouper cette information, et toutes ses tentatives de contacter le Faune avait été soldées par des échecs. Là, ici et maintenant, une seconde source venait lui confirmer cette bien triste nouvelle.

Un mort de plus.

... J'ai reçu une lettre anonyme m'annonçant la mort de Senku-sensei aux mains d'un fanatique. Ce que tu dis corrobores cette information. Toutes mes condoléances. Si cela peut te soulager, ce fanatique semble avoir été tué - sans doute par un compagnon de Senku.

Puis Toph se tut. Il n'y avait rien d'autres à dire sur le sujet. Ce n'était pas une information classée secret défense, et par conséquent en tant que partenaire du Faune, Ema méritait de le savoir.

Car tout exilé qu'il avait été, Senku était avant tout son sensei. Le premier. Et pour cela, il méritait du respect. Et Toph se rappelerait de lui avant tout comme le bouclier de Tsuchi. Ses actes de rébellion, c'étaient une autre chose. Sa face noire, cachée, secrète. Ce même côté qui avait fait basculer Toph du côté du Bushido.

_________________
revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Ven 31 Jan 2020 - 17:43
revenir sur ses pas;


Izaya. Ses grandes prunelles céruléennes, ses lèvres et ses cheveux de la même couleur. Une apparence qui pourrait repousser, la faire passer pour une fille froide, alors que c’est tout l’inverse. Il y a une telle chaleur qui émane de son comportement que la Rose ne sait plus où se mettre. Ses mots sont durs, mais ils sont une réalité qu’elle ne peut nier. Les Hayashijin ont été un espoir, l’illusion d’un monde en paix, une utopie rapidement écrasée. Ils ont représenté une porte de sortie face à une politique qui ne lui plaisait pas, ne lui convenait pas, mais ils ont bâti un idéal irréalisable. Ema ne le sait que trop bien.

Elle se mordille doucement la lèvre, en hochant la tête. Izaya a très bien compris où se trouve le problème, l’erreur de jeunesse qui ne nous apprend que lorsqu’on la commet. La voilà. Commise, oubliée. Effacée par un Yûkan impitoyable, qui n’a laissé presque aucun de ses compatriotes en vie.

La Bleue surenchérit, met Ema nez à nez avec une vérité plus lourde que toutes les autres. Le monde a besoin de gens idéalistes, oui, mais aussi de gens réalistes. Des gens capables de suivre un fait plutôt qu’une idée. La raison avant le rêve, encore, toujours. Parce qu’il n’existe que ça de vrai, que ça qui peut les guider. Encore une fois, la Rose opine du chef. Marquer des points, encore, toujours. Avoir conscience de la réalité, aussi froide, aussi dure soit-elle.

La dernière question d’Izaya attire l’attention d’Ema, une bonne fois pour toutes. Un large sourire étire ses lèvres. Un amusement froid, nerveux. Doivent-ils se méfier d’elle ? Peuvent-ils lui faire confiance ?

« Je ne m’attends pas à ce qu’ils me fassent confiance de but en blanc. C’est un retour à la case départ, je vais devoir regagner la confiance de certains, gagner celle des autres. »

La voix de Toph résonne dans ses oreilles. Le Fanatique qui a attaqué et mis à mort Senkû, Genkû, Honma et Fujimi est mort. Celui qui est parvenu à tous les anéantir n’est plus de ce monde. Elle ne sait pas qui l’a tué, comment ça s’est déroulé. Mais elle sait que ces visages sont vengés. Probablement par l’un d’entre eux, un des survivants du Tsukimono comme Ema l’a connu. Elle se tourne vers l’Intendante, lui adresse un visage triste, mélancolique.

« Merci, Toph. Je ne peux pas te dire qui a écrit cette lettre, mais je sais que Senkû n’est pas le seul à être mort de la main dudit Fanatique. Avec la perte des figures les plus importantes de ce mouvement, je pense qu’on peut considérer le Tsukimono comme un groupe éteint. »

La Rose soupire. Mettre des mots sur une réalité aussi dure. La rendre vraie. Ce qu’elle n’a pas fait depuis si longtemps. C’est comme arracher le pansement qui couvrait ses blessures, pour les laisser à l’air libre. Les laisser cicatriser, une bonne fois pour toutes.

Le début d’une nouvelle histoire. Difficile, peut-être, semée d’embûches, probablement. Mais ça ne lui fait pas peur, au contraire. C’est un défi de plus. Une raison de se battre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete https://www.ascentofshinobi.com/u1147
Uzumaki Azaya
Uzumaki Azaya

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Ven 31 Jan 2020 - 20:44



Revenir sur ses pas

Fanatique, Senku, voilà bien des noms sur lesquels Izaya ne pouvait mettre aucun visage. Comme tous les Iwajin probablement, elle en avait entendu parler, savait à peu prés ce qu'ils avaient fait, d'où ils venaient, mais le pourquoi du comment lui restait inconnu. Cet homme était un hayashijin comme plusieurs des autres qui avaient quitté Iwa, et bien qu'elle fut native de cette nation elle aussi, elle ne partageait rien de ce qu'ils avaient pensé, en partant.

Elle garda ses mots pour elle, le temps que l'intendante lui apprenne le nouvelle. Perdre une personne qu'on estimait et pour laquelle on avait plus que la sympathie comme un lien affectif profond était toujours une épreuve bien qu'Ema semblait le savoir, ou ne pas en être aussi étonnée et choquée que si elle ne l'avait pas su. Magrè cette nouvelle, l'Uzumaki avait encore des question à poser à la jeune femme.

T'es lucide au moins. Encore quelques questions pour ma part. Dans ce groupe, quel rôle avais-tu ? Quels objectifs aviez-vous ? Si le Tsukimono est éteint... ça ne te dérangera pas de nous en parler ?

La volonté d'Izaya n'était pas de remuer le couteau dans la plaie de la jeune femme, mais ça l'intéressait, et ça intéressait aussi la petite Toph à coup sûr. Et oui les Iwajin auraient besoin de temps pour la voir différement de cette image de fuyarde qu'elle avait obtenu en quittant le village, mais Izaya même si elle avait besoin de faire confiance aux autres ne laissait pas souvent ressortir ses à priori contrairement à ses pensées même les moins gentilles.

Je ne suis pas un détecteur de mensonges sur pattes alors... sois la plus sincère possible.

Izaya continuait, souriante, effaçant l'intervention de la juvénile Hyûga. Et oui contrairement à d'autres shinobi, Izaya ne savait pas lire dans les pensées et encore moins distinguer le mensonge de la vérité quand il était bien orchestré, mais elle n'était pas naïve, fallait pas la prendre pour une tarte. Elle avait vu du pays, et plein de gens avec des choses à se reprocher. Et les menteurs parfaits ça n'existait pas en dehors des sociopathe. Ema n'avait pas la tête d'une sociopathe ou d'une psychopathe. Bien que c'était là la force de ces personnes, de ne pas porter leur esprit malade sur leur visage...

Et ça se trouve, tu pourras redevenir genin ?

Nouveau grand sourire ! Là Izaya se retenait de ses habituelles mimiques et onomatopées incitatrices.



_________________
Uzumaki Azaya
merci cleclem d'amour :)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9024-uzumaki-azaya-termine#76012
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Sam 1 Fév 2020 - 17:01
revenir sur ses pas;


Tous ces sourires, toute cette lumière. Izaya entre petit à petit dans son univers. Elle perce tous les abcès, la force à mettre des mots sur ses souvenirs. C’est douloureux. Ça lui donne un peu envie de vomir. Mais ce n’est pas quelque chose qu’elle peut combattre. Comment dire à celle qui l’interroge que ces histoires ne la regardent pas ? Bien sûr qu’elle est concernée. Ils le sont tous. Ils ont le droit de savoir, de comprendre. De mettre des raisons sur des actes. Mais dans cette quête de la vérité, il semble qu’ils en oublient le facteur le plus important : l’humain. L’être vivant, au milieu de tous ces songes, de tous ces cauchemars. Il est là, il encaisse. Il supporte.

Il paie le prix de ses choix.

Ema inspire profondément. Son visage se déforme dans une grimace de douleur. C’est désagréable. C’est là, c’est violent. Ça fait mal jusque dans son œsophage. Elle hausse les épaules. Rien à cacher, rien à cacher, hein ? Revenir ici était peut-être une erreur. La Rose se mord doucement la lèvre inférieure. Ne pas lâcher prise. Ne pas succomber à toute la peine qui la submerge. Le Tsukimono, cette longue histoire, sa longue histoire. Un récit qu’on ne met pas en pause, qu’on ne peut pas supprimer. Il lui appartient, mais il appartient aussi aux autres. Devoir de mémoire ou trahison, la Tsuchijin avoue ne plus savoir. Mais sur le long chemin menant à la rédemption, il faut accomplir une multitude d’épreuves. Voici la plus difficile.

« Je n’étais qu’une subordonnée. Je ne viens pas de leur pays, je n’ai pas les mêmes croyances. J’ai simplement suivi une des figures de proue, Yaoguaï Genkû, le frère de Senkû. »

Les prunelles turquoises fuient le contact céruléen. Rivées sur le sol, elles cherchent une échappatoire. Force est de constater qu’il n’y en a aucune. Alors, dans le grand dilemme de la mémoire ou de la trahison, la Rose choisit la mémoire. Ne rien enjoliver. Admettre. Mettre la lumière sur ses propres ténèbres, pour faire la paix avec elle-même. Avec ses souvenirs. Avec ces visages qui ne sont plus que des images dans sa mémoire.

« Le Tsukimono est une organisation indépendante, qui s’est dressée autour de quatre figures que tu ne connais probablement pas, ou uniquement de nom. Eiryû no Fujimi, Hakuryû no Honma, Yaoguaï Senkû et Yaoguaï Genkû. Les deux premiers, les dragons célestes, étaient au service des deux derniers. Tous les quatre, ils ont monté ce groupuscule, composé de moi-même, Asaara Kô, Chôkoku Tomoe et Nabemono Wagyû. Nous avions pour objectif de devenir plus forts, certes, mais le but final était, il me semble, de mettre un terme total à la structure Shinobi, ses combattants, ses militaires. Renverser l’ordre établi pour en créer un nouveau. »

Elle inspire profondément.

« C’est brutal, je le conçois. Mais l’idée générale était là. Ça prolongeait mon idée de créer un monde unifié. »

La Rose ferme les yeux un instant. Dans son esprit défilent les visages de tous ces gens. Quatre d’entre eux ont survécu, les trois autres ont disparu. Elle ne sait pas ce qu’ils deviennent. Ses yeux se déposent d’abord sur Izaya, puis sur Toph. Après un instant de silence, elle reprend, un timide sourire sur les lèvres.

« Redevenir Genin ne dépend pas de moi, je pense. Mais vous avez toute l’histoire. Je ne sais pas qui a tué les figures dominantes du mouvement, même si je sais qu’il est mort, lui aussi. Je ne sais pas non plus ce qu’il est advenu des trois autres, s’ils sont toujours vivants ou non. Peut-être. S’ils le sont, ils sont probablement comme moi : ils ne tenteront pas de reprendre les objectifs du Tsukimono. Soit parce qu’ils sont seuls, soit parce qu’ils ont compris que c’était inutile. »

Un voile obscurcit ses iris.

« Face à ce qui a emporté mon petit village et la vague étrange que nous avons ressentie, je ne pense pas que quiconque soit suffisamment stupide pour penser qu’une puissance seule puisse faire quelque chose. »

Ema hausse les épaules. Conformément à ce que lui a demandé Izaya, elle n’a rien dissimulé. Elle a été aussi sincère que possible, sans rien oublier. Après tout, la Bleue a raison : pourquoi retenir des informations, quand il ne reste de ce groupe que des souvenirs ? La Rose ne sait pas si elle se sent en paix avec elle-même, ou si c’est autre chose. Mais il est trop tard pour y réfléchir. Sa vie ne dépend plus de ces gens, maintenant, mais d’elle seule. Et elle compte bien la reprendre en main, coûte que coûte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete https://www.ascentofshinobi.com/u1147
Uzumaki Azaya
Uzumaki Azaya

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Sam 1 Fév 2020 - 18:13



Revenir sur ses pas

Une fois n’était pas coutume. Dans l’évidente chaleur émanant de l’Uzumaki se tapissaient des mots et une pensée plus froide. Elle avait vécu des décennies, avait survécu à l'infamie du conflit qui frappa son clan plus d’un siècle avant. Elle avait vu naître ce système Shinobi comme aimaient l’appeler les habitants du Yuukan. Elle comprenait ce que voulait dire Ema, elle comprenait aussi ces motivations plus idéalistes que pragmatiques mais ne les partageait pas.

Sans qu’elle s’en vante, elle se savait empreinte d’une sagesse, relative, mais supérieure à la moyenne. Dans ce qu’avaient voulu faire ces hommes et ces femmes en créant ce groupe se trouvait une volonté indéniable d'être plus juste, mais il avait été voué au plus terrible des échecs avant même que tout n’ait réellement commencé. Là était la triste vérité qui confrontait ceux et celles souhaitant se donner au changement, sans contre mesure, sans un plan viable. D’un projet bâti sur l’opportunité et l’arrivisme n’était née que la ruine. Tout ceci attristait Izaya.

Hm… D’où vient cette manie de chacun à vouloir détruire ce qui peut être amélioré. Ce système Shinobi est jeune. A la jeunesse rien de plus normal que l’erreur.

Laisser une chance, aider, supporter… Tant de choses qui auraient pu être faites pour le Yuukan, et pour ce système, tant d’efforts qui auraient évité bien des tragédies à bien des occasions, partout dans le monde. De graves exactions avaient été commises, autant par ceux participant à ce système, que par ceux le combattant. Mais d’un ou de l’autre, aucun n’avait songé un instant à ce que l’autre pensait ? Elle avait l’impression de revoir en ses propos le sort qu’avaient subi les siens. Aucune discussion ne pouvait produire que le conflit.

Mais ce n’était que sa vision du monde et après tout, dans ce système, Izaya n'occupe qu’une place sans importance. Mais fallait-il qu’elle soit une puissante pour être écoutée ? Devait-elle se faire entendre par la force des plus puissantes arcanes de son clan ? Un autre rouage du problème… Mais il n’en était pas question, derrière les portes des Crocs rocheux.

Était. Le Tsukimono était. Il n'est plus. Non ce n’est pas toi, ni moi qui en déciderons. Mais… et donc, tu es partie pour une idée, et tu reviens pour un homme. Pourquoi tu n’es pas restée pour cet homme ? Cet homme avait moins de valeur que cette idée. Et maintenant que cette idée est morte, il ne te reste plus que lui ? C’est cela ? C’est triste.

Et de cette aura chaleureuse pleine d’une bienveillance sincère naissait sa froideur, et cette cruauté que lui avaient laissé pour héritages ses ennemis naturels. Celle qui lui faisait choisir au coeur du mal, le moindre. Qui la laissait impassible lorsqu’un voyageur se faisait dépouiller et assassiner au coeur des forêts d’Hayashi alors qu’elle aurait pu l’aider mais que son intervention aurait pu lui causer plus de tort qu’elle n’aurait apporté d’aide.

Je ne veux pas t’accabler plus que tu ne l’es. Mais Iwa, malgré ses tumultes, aurait pu vous aider à trouver une voie plus réaliste...

Son regard glacé se pose sur l’intendante, son sourire revenu.

Pour moi, c’est ok. Elle semble avoir tout dit. Et au pire… Vous le saurez s’il y a autre chose.

Puis, d’un aller retour, elle fixa de nouveau la Nagareboshi. Elle savait que ses mots n’avaient pas été les moins violents bien que dans leur forme ils ne revêtaient rien de particulier. De simples mots sortant de la bouche d’une sage.

Enfin, se préparant à la fin de cette "interrogatoire", l'Uzumaki glissa sous son long manteau dépourvu de manche laissant apparaître son bras couvert d'un long tatouage bleuté, sa main, à la recherche de cette missive...

Où... l'ai-je mise... Ah !

Un rouleau descellé dans sa main, elle le tendit en direction de la petite intendante. Si celle-ci n'avait pas parlé d'un lettre, Izaya l'aurait oublié; c'était sûr !

Ca pourrait vous intéresser Toph-sama ! Et celle là n'est pas anonyme !






_________________
Uzumaki Azaya
merci cleclem d'amour :)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9024-uzumaki-azaya-termine#76012
Hyûga Toph
Hyûga Toph

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Mer 5 Fév 2020 - 23:52
Toph observait le va et vient entre les deux kunoichis. C'était intéressant de voir avec du recul comment Ema réagissait et se comportait. C'était une vision sur son tourment interne. Izaya avait beau donner l'air d'être un petit ange, elle posait des questions qui pouvait fâcher. Toph leva sa main, signe qu'elle comptait désormais intervenir, sans nécessiter de réponses supplémentaires.

J'en sais assez. Ema-san ! Es-tu prête pour mon jugement sur la question ?

Toph se leva et s'éclaircit la gorge, avant de prendre une voix très sérieuse.

N'ayant pas participé à des actes de guerres à l'encontre d'Iwa, et puisque tu es de bonne volonté, tu as l'autorisation de retourner dans nos rangs. Bienvenue à Iwa, genin Ema. Néanmoins, l'organisation que tu as rejoint était à but terroriste non voilé. Par conséquent, tu n'auras dans un premier temps pas l'autorisation de sortir du village, et on va te faire faire moult missions en attendant. On va te rentabiliser.

Toph eut un petit rire démoniaque. Elle transformerait ce retour en une opportunité pour vider toutes les petites missions en attente à cause de Tetsu. Oh, elle demanderait aussi à un jonin senseur de voir son comportement durant ses missions, mais c'était plus par protocole qu'un réel manque de confiance. Toph ne laissait plus rien au hasard ou à la sympathie.

Puis elle se tourna vers son autre genin. Izaya... Uzumaki ? Un nom de clan bien étrange. Toph ne le connaissait pas, mais elle portait le même nom de famille que l'originatrice de la lettre. Elle avait fait un bon travail. Peut-être trop gentille par moment, trop dure par d'autres, c'était toujours difficile à évaluer. En tout cas, Toph aurait certainement été plus tranchante et vive.

Merci Izaya pour l'interrogation, et ... cette lettre. Je te souhaite une excellente journée.

Ce que cette lettre contenait ? Bien peu de choses, en réalité. Mais si cela s'avérait exact, et si Toph arrivait à lire entre les lignes, la discussion avec cette délégation de kumo-en-exil serait assez pénible ou difficile. Elle s'y préparerait.

Elle salua les deux femmes et s'en alla.

_________________
revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Nagareboshi Ema
Nagareboshi Ema

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes Empty
Jeu 6 Fév 2020 - 2:06
revenir sur ses pas;


Ce couteau en plein cœur. L’impression qu’elle va défaillir, tomber par terre. Tenzin, valoir moins qu’une idée. C’est douloureux. Ça cogne dans sa tête, rebondit dans chaque recoin de son esprit.
Après la douceur, la gentillesse et les sourires, Izaya lâche une bombe monumentale sur Ema. Son souffle se hache, son cœur accélère. Est-ce que Tenzin vaut moins qu’une idée ? A-t-il valu moins qu’une idée ? N’était-il qu’un petit morceau de bonheur, vaincu par la réalité des choses ?
Tenzin est-il aussi important qu’elle se l’imagine ?

Ema inspire. Elle ferme les yeux. Pendant un instant, avant que la Bleue décide de faire signe à Toph, la Rose a l’impression que le monde s’est arrêté. Les secondes ne défilent plus, les minutes s’étirent à l’infini. Elles sont lointaines, si lointaines.
Et son cœur lui fait un mal de chien.
Mettre le doigt dans les blessures, les rouvrir. Les faire saigner, plus que jamais.

Ema déglutit. Pourquoi ? Oh, Izaya, pourquoi appuyer si fort là où ça fait déjà mal ?

La Tsuchijin cherche en elle toutes ses forces restantes pour ne pas lui mettre un poing dans la figure, pour ne pas se laisser tomber, pour ne pas perdre ce qu’il lui reste. Elle se fait violence pour ne pas rendre tout ce qui se trouve dans son estomac. Mais le monde tourne, tourne, à une vitesse phénoménale. Le monde tourne et ne lui laisse aucune chance.

Pourquoi, oh, pourquoi Izaya ? Pourquoi retirer les fragiles pansements, qui tenaient à peine ?

Elle inspire une nouvelle fois. Garder une contenance, réfléchir posément. Les mots s’articulent dans sa tête, passent par-dessus l’affront, écrasent la peine qui menace de la noyer.

Non, Tenzin ne vaut pas moins. Non, Tenzin n’a jamais été moins important. Non, Tenzin ne sera jamais au second plan.

Elle inspire plus fort, avale sa salive pour tenter de donner de la force à sa voix. Un voile sombre passe sur ses prunelles turquoises.

« Peut-on dire qu’il vaut moins qu’une idée, si on tente de l’appliquer pour lui offrir un monde meilleur ? »

C’est tout. C’est tout ce qu’il lui reste. Son petit cœur se bat, il se débat contre l’agression. Izaya n’a pas fait ça par méchanceté. C’est un constat. Froid, douloureux, mais un constat. Elle n’a pas tort, tout le monde peut penser comme ça, Ema ne le sait que trop bien. Mais non, Tenzin n’a jamais valu moins. Dans son univers où tout n’est que ruines, c’est la seule certitude qui demeure.

Tenzin est la lueur d’espoir qui la guide vers le salut. Celle qui la pousse à se battre, quand elle voudrait simplement lâcher prise. Tenzin, Tenzin, Tenzin.

L’interrogatoire se termine. Une libération pour la Rose même si, au fond, elle est reconnaissante à Izaya de l’avoir interrogée. Tout aurait pu tellement moins bien se passer. Là, elle est blessée, mais en un seul morceau. Elle aurait pu être brisée.

La voix de Toph résonne dans ses oreilles. Elle se redresse, donne le verdict.

C’est long, très long, trop long. Pourtant ça ne dure qu’une seule seconde. Jusqu’à ce qu’elle lui annonce son intégration au village d’Iwa. Sous condition, certes, mais Ema n’a aucun mal à courber l’échine. C’est peu cher payé pour ce qu’elle a fait. Encore une fois, ça aurait pu être bien pire.

Un sourire timide étire ses lèvres. Une douce boule de chaleur s’éveille dans sa poitrine. De la joie. De la joie pure, si lointaine, oubliée. Elle est là. Ema la chérit très fort.

Elle hoche doucement la tête, encore abasourdie. Après un instant, un mot tombe d’entre ses lèvres :

« Merci. »

Il s’échappe, à l’attention des deux demoiselles qui sont avec elle. Ses prunelles se posent sur Izaya. Une main de fer dans un gant de velours. Une femme redoutable, qui pourtant lui a épargné une séance de questions semblable à une torture.

Vraiment, Ema le sait. Ça aurait pu être pire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8316-nagareboshi-ema-complete https://www.ascentofshinobi.com/u1147

revenir sur ses pas; libre - max 2 personnes

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: