Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Ekko Snow
D'explosives expériences EmptyAujourd'hui à 9:13 par Ekko Snow

» [Iwa] Daiki Iranos
D'explosives expériences EmptyAujourd'hui à 8:57 par Daiki Iranos

» Renaissance ✘ ft Akio et Ken
D'explosives expériences EmptyAujourd'hui à 8:22 par Zaiki Minako

» Tester ses pairs [Ft Sugimoto Kenzo]
D'explosives expériences EmptyAujourd'hui à 4:00 par Sugimoto Kenzo

» 果し合い Hatashiai [Miyuki]
D'explosives expériences EmptyAujourd'hui à 0:55 par Kogami Akira

» L'hégémonie de la violence
D'explosives expériences EmptyAujourd'hui à 0:43 par Kogami Akira

» 征服者 Le conquérant — Akira
D'explosives expériences EmptyAujourd'hui à 0:19 par Kogami Akira

» Barrière divine - 3eme édition
D'explosives expériences EmptyHier à 23:36 par Kentoku Akio

» Rendez-vous à O.K Iwa
D'explosives expériences EmptyHier à 22:59 par Oterashi Yanosa

» A l'aube d'une nouvelle ère
D'explosives expériences EmptyHier à 22:26 par Han Musashi

Le Deal du moment :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
Voir le deal
169.99 €

Partagez

D'explosives expériences

Nizawara Eishun
Nizawara Eishun

D'explosives expériences Empty
Sam 1 Fév 2020 - 22:19
D'explosives expériences Et3d


Kronk. En forçant un peu, il était enfin parvenu à déboiter la patte du cabot transformé en carcasse inerte grâce aux bonnes herbes qui avaient parfumé sa gamelle de viande ; une drogue puissante interdite d’usage, certes, mais qui faisait des miracles quand il s’agissait de lobotomiser ces sales cleps, mammifères malodorants, il est vrai, mais pas encore aussi repoussants que pouvaient l’être les humains à son goût. De toutes les races vivantes, toutes celles qui s'approchaient du singe le débectaient au plus haut point, sans qu'il ne puisse rien y faire pour soulager ses nausées régulières rien qu'à l'idée de pouvoir imaginer leur parfum ; et cela, qu'il s'agisse de mâles ou de femmes de sa propre espèce. Parfois, le médecin névrosé avait même songé à se dépecer lui-même, tant le rejet qu'il adressait à toute cette espèce remplie de liquide et de motoneurones mal dégrossis pouvait être extraordinaire, et le gênait à l'intérieur même de sa peau, lui donnant l'inconfortable sensation d'être sale. Aussi incommodant cela pouvait-il être, il s'efforçait encore de faire ce qu'il savait faire de mieux : il avait la chance d'avoir une tête mieux faite que la moyenne, du moins à certains égard, notamment au dedans de celle-ci.

En faisant soudainement levier de l'autre côté, jouant un peu avec l'angle de l'articulation, il parvint recaler la tête fémorale dans la cavité osseuse destinée à permettre sa mobilité ; ainsi, il redonna au canidé son jeu de jambes. S'il avait été éveillé, sans doute le cabot se serait-il mis à japper puis à courir dans tous les sens, avant de se faire la malle sans même aboyer pour dire merci ; mais en l'occurrence, il était ici dans un état de narcose, et donc bien mal loti pour espérer faire des vagues.

Satisfait de son travail, le médecin s'empara d'un bandage qu'il utilisa pour entourer l'articulation, agissant comme une sorte de strap compressant les ligaments et empêchant le chien de pouvoir exploiter toute la mobilité de son membre, en prévention d'une possible surenchère : être soigné était une chose, guérir en était une autre.

Il regarda enfin son chef d'oeuvre. Puis se retourna et quitta la pièce, laissant tout sur place en parfaite négligence, associant le travail de rangement à ce qu'il aimait considérer comme ses « valets ». Passant la porte de la clinique, il rencontra en sortant la famille qui avait domestiqué l'animal qu'il avait eu le déplaisir d'avoir entre ses mains.

« Docteur ! Comment va notre chien ? L’opération s’est bien passée ?
- Non.
- Que voulez-vous dire ?
- Votre chien pue. Son pelage est crade et puant. Je n’ose même pas évoquer son haleine et ses dents mal brossées. En plus il est moche. Mais bon, quand je vois votre gueule je relativise en me disant que ça aurait pu être pire. Allez, bonne journée messieurs-dames. »


Les deux clients restèrent bouche bée devant cette répartie grossière et injurieuse, mais flamboyante. Sous son masque, Eishun ne put retenir un long sourire narquois dû à sa satisfaction. Malheureusement, il n’avait pas assez de temps devant lui pour un remettre une couche, ce qui ne lui faisait guère plaisir. N’étant pas très enclin à faire dans la dentelle, il avisa pourtant qu’il était bon de se concentrer sur les priorités.

Et c’est là que notre histoire commence, alors que ses petites jambes continuaient de parcourir les pavés d’Iwagakure en direction d’une destination très précise, prévue plusieurs jours à l’avance.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8205-nizawara-eishun-termine https://www.ascentofshinobi.com/u967
Bakuhatsu Nagami
Bakuhatsu Nagami

D'explosives expériences Empty
Lun 3 Fév 2020 - 20:51
Les hauts-plateaux... Y parvenir est une véritable épreuve et nombreux sont les personnes âgées qui de par des problèmes respiratoires ou cardiaques jalousent les plus jeunes qui s'y rendent. La nostalgie les saisit, les poigne, torture leurs sentiments à chaque coup d'oeil jeté en direction des cimes. Cette nostalgie, c'est le quotidien de Nagami. Deux à trois fois par semaine, la jeune femme gravit les marches de ces imposantes merveilles de la nature et rencontre au pied de celles-ci toujours le même couple qui, assis à chaque fois sur le même banc, contemple le sentier et se remémore leur passé. C'est aussi sans exception qu'ils l'interpellent pour la féliciter et lui transmettre leurs égards attentionnés. Nagami réagit systématiquement de la même manière : un sourire gêné, le regard fuyant et un besoin incontrôlable de se gratter le dessus du crâne.

Pourquoi ?

Parce que Nagami est trop lucide pour ignorer le fond de la vérité qui les concernent. Les deux protagonistes sont séniles et ne vivent plus dans le présent. Très âgés, ils ne font plus rien pour entretenir leur forme et cela fait d'eux des gens qui d'un jour à l'autre ne pourraient plus se réveiller ou qui mourront probablement de froid voire d'un rhume carabiné au prochain hiver... Et des exemples morbides comme ceux-là circulent sans arrêt dans ses pensées. D'autant plus qu'ils articulent tellement peu en lui adressant la parole qu'elle craint l'AVC à tout moment.

Pour ces raisons la Bakuhatsu a fini par ne faire que ralentir sa marche lorsqu'elle arrive à leur niveau pour ne pas tout de même outrepasser le respect. Aujourd'hui comme les autres jours, elle les a salués maladroitement pour leur expliquer qu'elle allait s'entraîner et qu'elle avait un timing serré. Aujourd'hui comme les autres jours, ils lui répondirent qu'ils étaient fiers d'elle.

Une fois débarrassée d'eux et de leur malaisante attitude, Nagami effectuait son propre rituel. Tout d'abord, elle ramassait quelques pierres et morceaux d'argile à ses pieds. Les premières ne devaient pas être trop grosses car ces petits minéraux lui servaient de "cibles d'entraînement"; Simplement, elle les jetait en l'air et essayer de les toucher en les frappant ou bien en libérant le plus précisément possible du chakra Bakuton à une portée un peu plus grande que son corps-à-corps. Quant à la terre molle, la taille importait peu car elle essayait justement d'en prendre un maximum. Elle enroulait soigneusement la matière grisâtre et difforme dans un linge avant de la ranger au fond de son sac à dos. Le lourd poids de son sac était aussi bon pour sa séance de sport et plus il pesait, plus elle se réjouissait.

Une fois échauffée, Nagami accélérait un peu le pas. D'une marche lente à rapide, de simples pas à la course à pied, des genoux levés aux fameux talons-fesses. Elle alternait tout cela avec des pas chassés bien sûr.

C'était une fois en haut que l'entraînement, le vrai, débutait. Les hauts plateaux étaient vraiment réconfortants en cela qu'il y avait toujours du monde. En effet, les sommets de certaines montagnes du plateau avaient été spécialement arrangés pour terraformer des pistes et terrains d'entraînement aux arts ninjas. L'air de la montagne y faisait aussi en ce qui concerne l'heureuse sensation qui parcourt quotidiennement l'échine de Nagami. Elle attendait d'ailleurs toujours d'être arrivée en haut pour retirer les manches de son adorable tenue orange. La jeune femme avait comme une sorte de tradition en ce qui concerne ses tenues vestimentaires -ou plutôt sa au singulier.

Très régulière, la kunoichi ne possédait à vrai dire que deux ou trois vêtements différents et ce petit nombre en grande quantité par contre. Beaucoup tergiversaient sur cette caractéristique qui la définissait particulièrement et tous y voyait ce qu'il voulait y voir mais en fait il ne s'agissait là que d'une sorte de toc de sa part. Sa grenouillère orange était confortable et c'était là le second et dernier critère qu'elle attendait de ses habits -le premier étant de la protéger contre les intempéries, ce qui était assuré par un tel vêtement.

Elle s'y donnait alors à coeur joie. High-kick, low punch, mudras et tout cela dans des katas très codifiés. Ses explosions et kiais donnaient une rythmique singulière à sa performance. Il n'était pas faux de dire que son chakra spécial, quelque peu impressionnant d'autant plus qu'il n'était pas tant répandu que ça à Iwa sous cette forme-là, attirait l'attention de plusieurs shinobis tout de même. Nagami faisait genre d'en avoir que faire mais, tant qu'il n'y avait pas trop de spectateurs pour dépasser son seuil de timidité, elle se régalait à se savoir observée.

Boom, Tchah, Badapoum, ses explosions retentissaient dans la vallée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8352-bakuhatsu-nagami-un-heritage-explosif#69956
Nizawara Eishun
Nizawara Eishun

D'explosives expériences Empty
Dim 9 Fév 2020 - 1:20
D'explosives expériences Et3d


En grimpant vers les hauts plateaux, le chirurgien sceptique se confirma qu’il était dans l’erreur. La qualité de sa motricité multipodale fanait en proportion de sa fatigue. En intériorisant le problème dans sa pensée analytique, il se rendît à l’évidence que non seulement ses fibres striées squelettiques de type lentes n’étaient pas assez endurantes, mais qu’en plus son métabolisme supportait mal de devoir gérer un effort qu’il n’avait pas coutume d’accomplir, libérant pour le punir un taux anormal de sérotonine dans son organisme, ce qui signifiait outre manière que les neurones communiquaient électriquement un nombre trop important de messages de douleur dans son cerveau, à s’en faire péter la gaine de myéline (gaine protectrice autour des fibres nerveuses accélérant la transmission des messages électriques dans le cortex). Une marche longue et pénible, sous d’autres angles plus terriens, qui mit à mal la patience du shinobi tout en le confrontant à ses propres limites et excédant des forces qu’il n’avait pas assez développé de son vivant.

Alors, évidemment, quand les deux anciens commencèrent à le saluer en souriant en l’encourageant, c’est comme si une mauvaise mouche l’avait piqué et, à vif, il ne put qu’être digne de sa repartie légendaire, toisant ces deux retraités avec un regard farouche et sombre, celui d’un chien sauvage affamé lorgnant sur un concurrent mettant ses sales pattes sur son terrain de chasse :

« Il s’rait temps de penser à passer l'arme à gauche un jour, les vieux. Les vers ont faim. »

Asséna-t-il dans sa finesse légendaire, avant de poursuivre son ascension olympique sous l’augure d’une rencontre qu’il s’était promise de faire, afin de vérifier par l’étude que le corps humain, poussé dans ses ultimes retranchements, pouvait s’octroyer une résistance extraordinaire.

Ainsi, après être parvenu au bout d’un ultime labeur à poser le pied sur les haut plateaux, qui ressemblaient en l’était à des arènes plus ou moins circulaires ou courbes, aplaties par la lave des Borukan, lissées par les interminables appuis des combattants qui s’entraînaient jusqu’au harassement de leur force, il put contempler tous ces pugilistes aguerris, affermissant leur garde, polissant leurs frappes, fracassant leurs poings sur les parois de roche, dans des bruits sourds d’impact ou détonant d’explosions.

Détonant d’explosions. La guerrière responsable de ces explosions volubile accapara derechef l’attention du médecin qui mit sa focale sur l’ardente artiste martiale. Il la contempla de haut en bas comme un spécimen intéressant, tel un chercheur observant un animal rare, prenant les mesures et étudiant son comportement. Sous cette perspective clinique, il songea que cette bipède était le sujet parfait de ses espoirs. Il s’avança vers d’un pas plutôt lent et tranquille, tentant d’être assez feutré pour la surprendre sans la brusquer. A quelques mètres de ses bras et jambes musclés, il se figea pour cristalliser son regard sur sa silhouette. A la façon dont il reluquait son humaine, il pouvait avoir l’air autant pervers que curieux ; tout était une question d’interprétation. Il se fichait néanmoins de savoir s’il était gênant ou non. Elle n’était là que pour le servir dans son ambition.

« Bonjour, seriez-vous un spécimen de la race Chokoku ? »

Le clan Chokoku était le plus célèbre ; celui des Bakuhatsu l’était un peu moins. Au regard du nombre d’héritiers Chokoku, les pronostics pour qu’elle appartienne à la première branche lui semblait plus propices, aussi, dans son avancement, pouvait-il espérer rencontrer une guerrière de ce style. C’était une erreur, du reste. Mais cela ne l’empêchait pas pour autant d’ouvrir le débat.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8205-nizawara-eishun-termine https://www.ascentofshinobi.com/u967
Bakuhatsu Nagami
Bakuhatsu Nagami

D'explosives expériences Empty
Sam 15 Fév 2020 - 16:31
Nagami enchaînait donc ses attaques codifiées, ses danses ninjas aux allures si souples et rigides à la fois, aux apparences si majestueuses que létales. Son esprit était devenu imperturbable au fur et à mesure qu'elle effectuait ses pirouettes là où il se sentait d'abord interpellé par tous les regards en début de performance artistique. Son rictus s'était courbé dans l'autre sens par la même occasion comme si Nagami souhaitait instinctivement se transformer en Oni, cette bête folklorique illustré la plupart du temps par un monstre ayant un sourire inversé et inspirant alors autant la folie que l’asympathie et la monstruosité. En tous les cas, elle avait le visage aussi rouge que les illustrations de la bête les plus courantes; avec cette mine et sa musculature, beaucoup de sa féminité avait explosé dans l'effort.

La jeune femme allait effectuer son final lorsqu'elle fut coupée par Eishun. Prise au dépourvue et inconsciente de son approche discrète, elle manqua de peu de le frapper à la mâchoire avec la tranche de sa main.

_Naaanii ? laissa-t-elle s'échapper le plus masculinement possible.

Avant de continuer, elle le fixa avec des yeux perplexes avant que ceux-ci ne deviennent plutôt un regard effrayé et dégoûté.

_Race ? Je sais bien que les hommes sont avant tout des animaux mais on ne parle pas de race en ce qui concerne l'humanité... J'imagine que si tu portes la blouse de médecin pour les fonctions qu'on lui attribue, tu devrais au moins savoir ça...

Nagami se recula enfin pour se tenir normalement comme n'importe quel humain bipède le ferait. Une main sur les hanches et l'autre avec la paume orientée vers soi, elle continua en scrutant l'intérieur de celle-ci et les traces que les déflagrations y laissaient :

_Et en ce qui concerne les explosions, je ne suis pas une Chôkoku, mais une Bakuhatsu. Tu n'es pas d'ici ? finit-t-elle en essayant de distinguer un bandeau de genin Iwajin.

Quand il aura répondu et s'il ne s'est pas présenté comme il se doit, la jeune femme lui demandera alors de le faire en mettant en avant la politesse à avoir en tant que shinobi et villageois d'Iwa. En attendant, elle regroupait ses cailloux et morceaux d'argile qui s'étaient éparpillés à cause des détonations qu'elle avait engendrées.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8352-bakuhatsu-nagami-un-heritage-explosif#69956
Nizawara Eishun
Nizawara Eishun

D'explosives expériences Empty
Mar 25 Fév 2020 - 22:46
D'explosives expériences Et3d


Son intérêt fut piqué au vif par la déclaration de la Bakuhatsu. S’il connaissait fort bien la race des Chokoku, celle des Bakuhatsu lui était encore assez mystérieuse et il se rendît compte à l’absence d’orifices buccaux sur les paumes de ses mains qu’elle ne lui mentait pas. Fascinant. Cela correspondait parfaitement à ce qu’il envisageait de faire d’elle, aussi périlleux sa curiosité pouvait-elle se révéler.

Nonchalant à souhait, il leva sa paume droite comme pour la saluer sans montrer plus de formalité que cela. Il n’aimait guère les courbettes et pour ainsi dire, ce simple salut lui avait déjà demandé un certain effort, qu’il ne faisait pas toujours en rencontrant d’illustres inconnus. Cette dernière, toutefois, méritait qu’il sacrifiât un peu de son temps et de sa volonté.

Dans la tourbe synaptique de son âme, les idées fusèrent, et il dût pour bien parler faire le tri dans ce diaporama de persuasion.

« Halte ! Je vous arrête pour outrage à la science ! Vous n’oseriez tout de même pas faire la leçon à un médecin ? Si je vous dîtes que vous êtes une sale race… »

Le mot était sorti tout seul. « Sale ». Le fond de sa pensée s’était révélé malgré lui, et risquait fort bien de lui attirer les foudres de la guerrière ; lui qui s’estimait différent de tous les autres. Pour ne rien afficher de ce malaise, il tenta de garder l’air le plus neutre possible, et enchaîna avec une autre phrase.

« Merde. »

Il ne sut pas faire mieux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8205-nizawara-eishun-termine https://www.ascentofshinobi.com/u967
Bakuhatsu Nagami
Bakuhatsu Nagami

D'explosives expériences Empty
Sam 28 Mar 2020 - 9:36
Qu'Eishun la désigne comme appartenant à une certaine race était une chose, mais qu'il la traite de sale race, c'en était une autre. En effet, cette collocation au sens linguistique du terme avait acquis un nouveau sens que l'association pure et dure du sens de ses mots, "sale" et "race", et Nagami ne le savait que trop. A l'académie ninja, combien de jeunes se traitaient continuellement de sales races... Le phénomène était tel que l'adjectif signifiant malpropre en venait à être placé devant tous les noms communs. En fait, il était même devenu un nom commun à lui tout seul lorsque ces singes de zoo l'employait de la sorte pour signifier qu'ils allaient faire des bêtises ou des choses trop amusantes. Nagami en avait plus que marre de traîner avec des gens de cette caste sociale -car, oui, ce n'était bien entendu ni les bourgeois ni les personnes issues de classes intermédiaires qui parlaient de la sorte- et leur manque de culture et d'éducation, que ce soit malgré eux ou pas, et fût contrainte de réagir... D'une manière que seuls ces individus semblent comprendre : un coup de pied dans l'estomac pour remettre les idées en place.

_Merde ? C'est clair que tu vas chier mou après la correction que je vais t'infliger, ça, c'est moi qui te le dis !

Peu importe si son coup de pied avait touché ou non, Nagami se mettrait en garde aussitôt. Echauffée, Eishun pouvait être certain d'une chose : La Bakuhatsu n'allait pas se choper une crampe mal venue.

En joignant ses mains puis en les séparant, elle décrira alors un cercle autour d'elle avec les bras tendues. A intervalles réguliers, des micro-explosions jailliront au creux de sa main jusqu'au bout des doigts. Une fois que le paon aura fini d'exhiber sa queue, il se placera définitivement en garde Ryu-no-shita-gamae.


HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8352-bakuhatsu-nagami-un-heritage-explosif#69956
Contenu sponsorisé

D'explosives expériences Empty
Revenir en haut Aller en bas

D'explosives expériences

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: