Soutenez le forum !
1234
Partagez

Détente en bonne compagnie [PV Sabikô Tsubaki]

Fujioka Yukari
Fujioka Yukari

Détente en bonne compagnie [PV Sabikô Tsubaki] Empty
Dim 9 Fév 2020 - 12:32
Automne 203

Fin de semaine. Yukari était une fois encore attablée à son bureau, se livrant à son activité hebdomadaire consistant à répondre à l’amoncellement de lettres qui s’étaient entassées sur le coin de son espace de travail. La plupart allèrent, comme à leur habitude, nourrir le feu de cheminée et la jeune iwajin ne conserva que celles qui méritaient que Yukari y investisse du temps et de l’attention. Parmi ces dernières, il y avait bien évidemment ceux de ses parents qui prenaient régulièrement de ses nouvelles ainsi qu’une poignée venant de gens avec qui elle avait gardé contact depuis la fin de l’académie. Il y avait toujours les lettres chaleureuses qui provenaient de Mowaru et dont elle prenait un certain plaisir à répondre, la revoyant même occasionnellement au salon de thé lorsque son horaire le permettait.

Alors qu’elle écumait les lettres les unes après les autres, Yukari en remarqua une qui était assez maladroitement écrite. Point de paroles élogieuses ou de tentatives de la courtiser comme savait si bien le faire ses prétendants. Une lettre simple, écrit sur du papier standard ne contenant aucun ornement et avec une encre de bien piètre qualité puisque cette dernière avait bavé à certains endroits. Néanmoins, l’expéditrice n’en restait pas moins polie et la jeune iwajin put s’apercevoir qu’elle s’était néanmoins donnée du mal pour faire du mieux qu’elle le pouvait. Cet effort fit sourire la jeune noble et elle s’occupa de transcrire les coordonnées de son expéditrice sur un bout de papier ainsi que l’invitation qu’elle lui avait proposée. Sabikô Tsubaki…ce nom lui évoquait vaguement quelque chose. Une jeune fille de sa promotion qui était très enjouée et qui surréagissait au moindre évènement, ce qui lui attirait indubitablement le regard de ses camarades de classe. Yukari ne se souvenait pas particulièrement d’un autre fait marquant concernant Tsubaki mais sa lettre suscita suffisamment son attention pour aller constater d’elle-même ce qu’était devenue ce concentré d’hyperactivité.

Bien que n’étant pas son lieu favori, Yukari devait reconnaître que les bains publics étaient un bon endroit pour une rencontre entre deux femmes mais la jeune iwajin ne voulait pas être dérangée par la populace et elle était désireuse de ne pas exposer son corps à la vue de tous. Réfléchissant à une alternative, Yukari se rendit dans les coffres de son domaine où étaient stockées la majeure partie de la fortune familiale et dont elle portait la clé en permanence sur elle. Certaines étagères contenaient déjà des bourses de contenance différente et dont le montant était déjà indiqué dessus, permettant ainsi de se saisir de la somme requise sans perdre de temps à recompter les ryôs à chaque entrée. Se saisissant de plusieurs bourses que Yukari dissimula à l’intérieur de son haori, elle se rendit aux bains publics afin de faire une réservation. Le but était donc de louer les bains pour une durée de vingt-quatre heures afin que personne ne puisse les utiliser. Sceptique, le tenant des bains fut peu réceptif à la demande de la jeune fille mais ce dernier changea rapidement d’avis lorsque Yukari fit miroiter la coquette somme de ryos qu’elle avait emportée avec elle.

Etant issue d’une noble ascendance samouraï, Yukari savait recevoir ses invités et cette dernière ne se doutait pas que la plupart de ses connaissances moins fortunées qu’elle étaient souvent surprises par la quantité de moyens que Yukari déployait pour les recevoir. Cela dit, la jeune iwajin la faisait également pour elle-même cette fois-ci, trouvant dans cette invitation un bon moyen pour se détendre. Les réservations étant faites, elle communiqua donc le lieu et la date du rendez-vous à Tsubaki et débarqua donc une demi-heure à l’avance au jour convenu. Comme promis, le tenant avait pris le soin de préparer les lieux avant son arrivée. S’inclinant légèrement pour le remercier, Yukari se dirigea vers les vestiaires où elle se dévêtit rapidement avant d’enfiler une serviette autour de sa taille.

Sans aucun vêtement pour cacher son corps, l’on pouvait apercevoir le nombre incroyable de cicatrices que l’iwajin possédait, la plus impressionnante étant une large entaille dans le dos qui lui traversait l’épaule gauche jusqu’à la hanche droite. Contemplant quelques instants son reflet dans l’eau des bains, Yukari se décida à y pénétrer, sentant la douce chaleur lui envelopper le corps. La jeune fille plia ensuite la serviette qu’elle disposa sur son front et attendit patiemment que son invitée veuille bien lui faire honneur de sa présence…
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8387-terminee-la-reverie-est-la-vapeur-de-la-pensee-fujioka-yukari
Sabikō Tsubaki
Sabikō Tsubaki

Détente en bonne compagnie [PV Sabikô Tsubaki] Empty
Mar 18 Fév 2020 - 12:34
L'examen Chūnin d'Iwagakure no Sato. Depuis sa promotion au rang de Genin à la sortie de l'académie, c'était l'événement qu'elle attendait le plus, ça et le marcher du dimanche. Pouvait-elle prétendre à monter en grade, avait-elle l'étoffe d'une véritable Chūnin ? Certainement pas, la kunoichi ne souhaitait y participer que pour s'y amuser, l'idée d'un glorieux tournois entre aspirants, de riches rivalités lui semblaient d'une suprême exaltation. Dans cette optique, elle s'était mise à s'entraîner avec le plus grand sérieux, cinq jours avant le début du dit examen. Cependant, elle en était convaincue, son ardent désir suffirait à faire de ces cinq jours l'équivalent de plus d'un moins d'exercice. Travaillant sa musculature, ces postures, son escrime, elle fit des trois premiers jours des stages commando dignes des plus grandes institutions militaires du monde ninja. Mais, la fatigue, les courbatures et les douleurs furent finalement vainqueurs.

Au bord des larmes, elle se rendit alors compte que non seulement, elle ne serait pas prête pour l'examen, mais qu'en plus de cela, son corps endolori la freinerait lors de celui-ci. Mais ce fut sans compter sur l'intervention d'une de ses anciennes camarades de classe. Elle ne gardait que peu de souvenirs de celle-ci, cela prouvait bien qu'elle devait s'y bien s'entendre de par leurs similarités, qu'elle n'était pas en mesure de se remémorer de différences. Elle lui avait, quelques temps au par-avant, fait parvenir une lettre l'invitant à sortir profiter des sources chaudes. Cela lui permettrait de prendre du bon temps entre amies pour décompresser, tout en soulageant son corps avant le début du tournois. Et finalement, ce matin là, elle reçu sa réponse. Yukari l'avait conviée à la rejoindre le soir même pour jouir d'une soirée entre filles aux bains.

Son planning était donc fixé, elle s'entraînerait toute la journée et se relaxerait dans la soirée. Elle prit donc la route pour l'académie, ou elle s'installa sur un terrain d'entraînement vide. Au programme pour elle, technique ultra secrète et lame de chakra. Répétant inlassablement les mêmes exercices tout au long de la journée, ne s'accordant une pause que lorsque le soleil eu atteint le zénith, avant de reprendre une fois le ventre rempli, jusqu'à épuisement. Sa peau ruisselant de sueur, ses articulations endolorie demandant un peu de repos, sa réserve de chakra peinant à composer une technique de plus, elle avait atteint sa limite. Et c'était tant mieux pour elle, le crépuscule tombait sur la cité des roches, il était l'heure pour elle de rejoindre sa camarade. Puisant dans ses dernières ressource pour traverser la ville à toute allure, elle prit le temps de s'arrêter devant une échoppe de quartier commerçant, pour y acquérir un grand classique, une élégante bouteille de saké en terre cuite, décorée d'une fine couche de vernis.

Quand enfin, la jeune samurai arriva aux bains, le propriétaire eu l'air désemparé en lui annonçant la réservation faite lors de la soirée, mais après un bref échange, il comprit que la demoiselle était attendue par la richissime cliente. Prenant soin de déposer toutes ces affaires aux vestiaires, elle fit un arrêt forcé dans la salle d'eau pour s'y rendre présentable, prenant soin de laver son corps usé par l'exercice. Une fois rincée de toutes impuretés, elle prit le chemin des bains, sa serviette sur l'épaule, deux verres à la main, la bouteille dans l'autre, se retrouvant finalement en tête-à-tête avec la jeune bourgeoise qui semblait déjà avoir pris ses aises. S'avançant vers le bassin, elle posa un pied sur l'eau, dans l'idée de rejoindre sa camarade. La source trembla un instant, avant que la jeune fille ne s'écroule pour plonger tête la première sous l'eau, visiblement trop fatiguée pour ne serait-ce que marcher sur la surface du bain. S'extirpant de là, paniquée, elle inspira une grande bouffée d'air, restant muette devant Yukari, à qui elle venait d'exposer toute sa maladresse.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8433-presentation-sabiko-tsubaki-termine
Fujioka Yukari
Fujioka Yukari

Détente en bonne compagnie [PV Sabikô Tsubaki] Empty
Mar 18 Fév 2020 - 23:50
Yukari n’eut pas à attendre longtemps avant que Tsubaki ne la rejoigne. D’ailleurs, elle ne l’entendit plus qu’elle ne la vit puisque la jeune samouraï chuta lourdement dans l’eau, ce qui suffit à sortir la jeune noble de sa torpeur. Désireuse de l’aider, Yukari la prit par les épaules et la tira gentiment de l’eau, gardant ses paumes sur ses épaules jusqu’à ce que Tsubaki retrouve ses repères.

« C’est une sacrée chute que tu as faite là. Heureusement que tu ne t’aies pas pris le rebord… »

Lorsque Yukari s’assura que sa camarade allait mieux, elle plongea quelques secondes afin de récupérer la bouteille et les verres que Tsubaki avait emporté avec elle. Non pas que Yukari était désireuse d’en boire mais c’était surtout que si la jeune iwajin les laissaient dans l’eau, les deux jeunes femmes pourraient les briser et éparpiller des morceaux de verre qui seraient susceptibles de les blesser. Elle posa ensuite le tout sur le rebord avant de revenir s’occuper de sa camarade.

« Tu m’excuseras mais c’est un peu vide. J’ai volontairement installé ce genre d’ambiance pour que nous puissions parler tranquillement à l’abri des regards indiscrets. Je dois t’avouer que je ne me sens pas très à l’aise dans ce genre de situation quand plusieurs personnes sont présentes. »

Yukari ne semblait pas avoir été agacée par la maladresse de sa compatriote. Au contraire, cela l’avait un peu amusée et elle devait reconnaître que c’était bien différent de son quotidien. C’était justement pour redécouvrir ce genre de moments que Yukari invitait ses anciennes camarades, pour redécouvrir les plaisirs de la populace et apprécier les choses simples. Si Yukari ne se plaignait pas de l’opulente vie de luxe dans laquelle elle baignant, la jeune femme devait bien avouer que, parfois, redescendre des hautes sphères avait un effet bénéfique sur son moral.

« Tu peux faire comme chez toi d’ailleurs, si tu as faim, tu peux commander ce que tu veux. Ce soir, tout est à mes frais. »

Yukari conclut sa phrase par un sourire chaleureux. C’était également l’une de ses qualités. Certains penseraient que la jeune femme ne faisait cela que pour s’attirer l’attention mais il n’en était rien. Depuis toujours, la jeune iwajin avait toujours vécu selon ses propres principes et même son père avait échoué à lui imposer sa conduite. Néanmoins, la jeune femme n’en restait pas moins respectable et essayait tout de même de suivre les pas de son père tout en faisant honneur à ses ancêtres. Reportant son attention sur Tsubaki, la jeune noble remarqua que la samouraï n’avait rien à lui envier au niveau de son physique mais elle dénota tout de même une imperfection de grande envergure puisque son ventre était marquée d’une taillade assez conséquence. Intriguée, Yukari se garda de poser la question pour l’instant, préférant d’abord installer un climat de bonne ambiance.

« Alors ? Comment vas-tu depuis l’académie ? Toujours aussi survoltée ? En tout cas, c’est toujours un plaisir de revoir un visage familier. »





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8387-terminee-la-reverie-est-la-vapeur-de-la-pensee-fujioka-yukari

Détente en bonne compagnie [PV Sabikô Tsubaki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: