Soutenez le forum !
1234
Partagez

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam

Aditya
AdityaEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Sam 15 Fév 2020 - 18:39
Paver le chemin de nouveaux horizons

ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam


Automne 203, Quartier général de la Kenpei, village de Kiri.


Alors que l'air feutré de l'automne faisait danser la nature sous son souffle éphémère, Aditya laissait une nouvelle fois ses pas le guider vers le quartier général de la Kenpei, tenant entre ses doigts fins la missive si mystérieuse qui avait forcé son appel en ces lieux. Une frêle chair de poule s'était propagée sur ses bras laissés à nus, la douce caresse d'une saison mourante, et pourtant, étonnement revigorante pour un être habitué à l'humidité de la Forêt Millénaire. D'une œillade, il avisa l'entrée avant de faire rouler la poignée au cœur de sa paume et d'ouvrir la voie menant à l'intérieur.

Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver son chemin jusqu'à la porte boisée menant au bureau du Lieutenant Général, bien que ce ne fut que la seconde fois qu'il se montrait devant lui. Hyosa Baku était, d'ordinaire, celle avec laquelle il échangeait le plus au sujet de ses fonctions au sein de la Main de la Justice. Mais à la lumière de cette invitation surprenante, l’ascèse ne pouvait se laisser flouer par le timing des plus opportuns avec lequel elle avait été glissée à son encontre et à celle de la tigresse, quelques jours à peine après leur retour du Pays des Neige et leur entrevue avec l’ancien Rokudaime… où tous deux avaient prononcé leur désir de quitter les côtes Mizujines, ne serait-ce que pour quelques semaines, ou mois. Bien qu’il soit loin de connaître la raison d’une telle convocation, la présence de Yamamoto Nâam, elle, était loin d’être impromptue.

Alors, avec douceur, il laissa son dos reposer contre les lames de bois qui couvraient les murs, conscient que la changeforme n'avait pas encore rejoins les quartiers. Ses bras se croisèrent sur le simple haut noir qui couvrait son torse tandis que ses paupières se laissèrent aller à l'insouciance, couvrant à peine les orbes azurés qui parcouraient les contours de cette missive. Son index glissa le long de la nervure de papier pour découvrir à nouveau les mots encrés sur sa surface, qu'il s'efforça de lire une énième fois. Délaissant un soupir, il la glissa au creux d'un interstice de son bas d'uniforme et avisa le bout du couloir. Il n'eut pas à attendre longtemps pour que la silhouette de Reikan se dérobe à sa vue, au travers des mèches blondes qui dansaient sur son front. Un fin sourire se glissa sur ses lèvres alors qu'elle parvenait lentement à ses côtés, au rythme d'une démarche assurée.

« Te voilà., souffla-t-il. Je t'attendais. »

D'un pas en avant, son corps se détacha du renfort de bois, et, alors qu'il adressait un énième regard complice à la jeune femme, reporta son attention sur la porte qui leur faisait tous deux face. Sans perdre plus de temps, son poing frappa légèrement sa surface avant qu'il ne fasse jouer la poignée entre ses doigts dans un cliquetis significatif, l'entrouvrant suffisamment pour que tous deux puissent aisément se glisser à l'intérieur. Malgré tout, il se garda bien d'entrer avant sa comparse, lui laissant tout le loisir de s'y présenter en première avant de refermer la porte derrière eux.

Égal à lui-même, Yamamoto Nâam trônait derrière ce large bureau, l’air sérieux.

« Lieutenant-Général. », déclara-t-il en courbant légèrement l'échine.

Aditya laissa la salutation sous-jacente qui trônait au cœur de ses paroles parler pour elle-même tandis qu’il se redressait, patientant jusqu’à ce que les paroles de leur supérieur hiérarchiques ne leur révèle la raison de leur présence.



[invisible_edit]

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Dim 16 Fév 2020 - 1:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Dim 16 Fév 2020 - 0:34
Automne de l'An 203, Village de Kiri, Quartier général de la Kenpei

Parmi tous les efforts auxquels s'était livrée la Tigresse blanche depuis son premier souffle au cœur des dunes du Désert, ceux fournis au cours de son voyage sur les terres glacées du Pays des Neiges se révélaient être monstres. Monstres au point que son enveloppe charnelle, meurtrie par endroits, peinait parfois à suivre le rythme d'une telle soif de progrès qui lui était impossible à satisfaire pour le moment. Reikan était de ces véritables machines à espoirs, que la pénibilité du corps ne savait envoyer à terre ou encore remettre en question. Elle s'était dotée de ces œillères qui, une fois enfilées, savaient focaliser la vue de n'importe quel être sensé sur ses vœux les plus chers. Pour ses plus grands rêves de paix et de lutte contre les maux des Hommes, la Fille du Vent avait accepté de devenir cette bête muselée par une infinie quête de puissance, au prix d'une vie des plus anodines et des plus tranquilles.

D'aucuns ne s'empêchaient d'estimer que la progression de la féline était d'une folie sans nom, tant la cime de son ascension si rude incarnait cet idéal que nul n'avait su et ne pouvait atteindre. Mais même haute comme trois pommes, la Fille du Lion de l'Atlas clamait déjà haut et fort son désir de changer le cœur des Hommes pour ne plus avoir à être confrontée à leurs peines. Et la mort de sa figure maternelle, inestimable perte l'ayant poussé dans les bras de la Cité Brumeuse, n'avait fait que sonner l'amorce de sa propulsion vers les sommets, sur la voie du combattant ; si bien qu'aujourd'hui, après s'être extirpée des sentiers battus, la métamorphe creusait son propre sillage.

Yasei Reikan était de ceux qui, malgré les embûches mises sur leurs routes, s'élevaient grâce à bien des sacrifices, entraînant parents, frères et même enfants sous une égide chaque jour un peu plus solide. Une égide qui serait peut-être davantage reconnue aux yeux des autorités de sa nation d'accueil, en cette journée charnière.

S'il existait une seule personne en ce monde aux côtés de qui elle souhaitait devenir cette pierre stable et solide si essentielle à l'avenir de Kiri dont avait parlé Yamamoto Nâam, c'était bel et bien l'enfant du bois. Dès son arrivée dans les locaux de la Main de la Justice, la jolie brune pleine d'assurance décrocha un simple sourire en coin à l'égard d'Aditya. Décidément, cette entrevue n'avait pas su faire naître en la métamorphe, confiante de nature, la moindre pointe d'anxiété. Ce rendez-vous serait sûrement lourd de conséquences pour ces deux combattants si intimement liés ; pourtant, l'assurance innée de Reikan l'obligeait à ne rien laisser paraître. Après tout, la porte qui les séparait du Lieutenant-Général n'était rien comparé à la tortue géante qu'ils avaient eu à affronter dans le passé, en défendant la Brume au péril de leurs vies.

Alors, Reikan franchit le pas de la porte sans hésiter et pénétra dans le bureau de la tête de la Kenpei. Son échine se courba vers l'avant pour témoigner de son traditionnel respect envers celui qui était son supérieur hiérarchique, avant de laisser sa tête se redresser et ses yeux myosotis se révéler à la lumière.

« Nous voici finalement, Lieutenant-Général. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Dim 16 Fév 2020 - 13:15
Lieutenant-général, il l’a été depuis la création de la Kenpei, quelques années auparavant. Avant cela, Yamamoto Nâam était un ninja comme un autre, qui a connu la création de la première et de la plus grande puissance militaire du Yuukan, le village caché par la brume aussi connu sous le nom de Kiri. De ses origines ne le rattachant à aucun des clans fondateurs, on pourrait penser qu’il ne s’agit que d’un illustre inconnu à qui l’on a donné la tâche ingrate de diriger les forces de police du village, lorsque Hyosa Hakyo a été nommé Mizukage, mais la vérité en est toute autre. Si aujourd’hui, sa puissance a été bien amoindrie par l’âge, il a été l’un des premiers partisans de la lutte contre la criminalité à Mizu no Kuni, et sans doute l’un des plus redoutables. On dit même que sa force d’antan dépasse – et de loin – celle de tous les Mizukage. Il a participé à la création du village sur un pied d’égalité avec les chefs des trois clans, et a toujours été respecté comme une autorité indétrônable au sein de Kiri la grande.

Mais tout ceci est du passé, et si son sens de la justice inébranlable reste toujours en place, il est désormais incapable de battre les plus puissants ninjas de la Kenpei, l’âge et sa santé n’étant plus du tout au mieux. Le Shiden, notamment, étant composé de quatre ninjas de talent, le moins puissant d’entre eux ayant fait étal de sa force – avec l’ordre absolu de cacher ses réelles capacités – lors d’un Agni Kai quelque peu biaisé. Le Yamamoto, derrière son bureau, est d’ailleurs fier de son élément prometteur, qui a encore beaucoup à apprendre pour rejoindre ses trois camarades au sommet de la force du village, qui a su tenir tête à un Kaguya plein de détermination, qui de son côté y a été à fond – ce qu’on ne peut pas lui reprocher, car contrairement à Tanosuke, lui avait des choses à prouver.

Les lettres envoyées à Aditya et Yasei Reikan par le chef absolu de la police de Kiri ne sont pas innocentes, et même si ses informations lui ont appris beaucoup de choses sur ces deux jeunes personnes, comme notamment leur proximité très grande, il va être obligé de les mettre au défi, car il s’avère que ce sont les deux plus prometteur parmi les gradés de la Kenpei. Quoi qu’il arrive, l’un des deux aura une promotion importante, prochainement, mais le tout reste de savoir qui. Quelqu’un frappe.

« Entrez. »

Deux visages sérieux, deux ninjas d’importance cruciale pour le village, deux Chûnin qui ont encore tant à prouver. Le Rokudaime a fait part de certaines envies de ces deux personnes à son fidèle Lieutenant-Général, peu de temps avant sa démission, et le vieil homme n’a pas manqué l’information. Reikan souhaite se rendre à Kaze, afin de renouer le contact avec ses origines, les Yasei, un clan puissant de nomades qui pourraient apporter beaucoup à Kiri s’ils rejoignaient ses rangs. Aditya quant à lui voudrait retrouver des origines plus particulières, un clan doté d’un pouvoir spécial et pour ainsi dire hors du commun, car lié à l’essence de la vie : le Mokuton. Des objectifs bien beaux, mais Nâam souhaite entendre cela de leurs propres bouches.

« Bonjour à vous, Aditya, Yasei Reikan. Je vous prie de vous installer, cela peut s’avérer assez long… »

Ou pas, tout dépendra de l’intérêt de ce que raconteront les deux capitaines.

« Commençons donc sans plus tarder. Je vous ai fait venir ici, comme l’indique la lettre, pour vous interroger sur vos objectifs personnels. Quels sont vos buts, en tant que Shinobi ? Qu’attendez-vous de la Kenpei ? Avez-vous un cap à suivre, un poste qui vous intéresse ? L’un de vous souhaite prendre ma place, par exemple ? »

Une dernière question énigmatique. L’envie du vieillard de prendre sa retraite n’a jamais été formulée officiellement, pourtant, tout le monde se doute qu’il a fait son temps et qu’il n’attend qu’un ninja prometteur pour reprendre son idéal de justice et diriger la Kenpei avec force.

« Mon autre question est la suivante : qu’est-ce que la justice, pour vous ? »

Son regard sérieux ne laisse pas penser à une blague, ni à un piège. Pour en venir à la supercherie, il faudra attendre la suite de la conversation que le Lieutenant-Général a déjà prévu…
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
AdityaEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Jeu 20 Fév 2020 - 11:31
Aditya avisa le Lieutenant-Général d’un regard posé et inchangé, s’attachant à prendre en compte chacune des paroles qu’il prononçait à leur encontre. Lentement, ses pas vinrent le guider jusqu’aux flancs de la féline où il érigerait sa place pour le reste de l’entrevue afin d’apporter toute son attention aux sujets à venir, tandis que ses bras se croisaient sur son torse dans un mouvement aérien, détendu. Ses épaules n’étaient pas abaissées par le poids de l’appréhension ou du stress, ni même la rigueur militaire. Si l’ascèse avait été conscient depuis toujours que son arrivée dans les rangs de la Kenpei l’aurait obligé à suivre le chemin d’un enrôlement, il s’était toujours appliqué à s’en défaire, à laisser son esprit libre de toutes attaches, de toute obligations, de tout endoctrinement. Ce qu’il offrait au village et à la Main de la Justice n’était nul autre qu’un choix réfléchi, et non pas un contrat tacite où sa vie et ses opinions et pensées étaient enchaînées au profit d’une hiérarchie. Il n’était pas de ces hommes-là, aveuglés par les codes. La Kenpei égalait ce sentiment à son égard. Elle n’avait souhaité aller à l’encontre de la liberté du jeune homme ; il espérait qu’elle n’aspirerait jamais à désirer de telles coquilles vides comme celles-ci.

L’amour de la liberté était certainement ce qui avait su rapprocher ces deux âmes, trois ans plus tôt. La liberté d’être et de décision. C’était tout du moins ce qui traversa l’esprit d’Aditya lorsqu’il adressa un regard à Reikan, avant de reporter son attention sur Yamamoto Nâam, qui déjà, requérait des réponses. Après s’être assuré que sa comparse ne désirait en rien débuter cet échange, il laissa sa voix emplir l’espace après un bref silence, propice à la réflexion.

« Comme vous devez le savoir par le biais de Dame Hyosa, l’un de mes buts à court terme est d’enquêter sur la présence d’un Dieu des Éléments au sein de la Forêt Millénaire. Cependant, à long terme, le poste de diplomate est certainement ce que je tendrais à rechercher. Améliorer les ressources et conditions médicales est également une chose que je juge importante. En ce qui concerne la Kenpei, je dois avouer que mon entrée dans ses ordres n’était pas prévue jusqu’à votre lettre de recrutement, bien que je ne le regrette pas. C’est une manière pour moi d’apporter mon aide et de m’assurer que chacun vive librement. Aussi, je crains ne pas avoir de but concernant cette unité ; tant que l’on aura besoin de moi et que cela ne va pas à l’encontre de mes principes, je serai présent. »

L'ascèse délaissa un bref soupire sur la fin de ses mots, loin de trahir un quelconque ennui ; au contraire, il était plutôt signe de réflexion.

« Quant à votre place, je n’ai pas l’ambition de la prendre. », glissa-t-il. « Peu m’importe le rang qui m’est donné. Le but restera le même ; celui de veiller au bien-être de la Brume. Qu’il s’agisse de vous ou d’un autre, cela n’a que peu d’importance à mes yeux. »

Pendant quelques instants où le silence dictait sa loi dans l’espace creux qui séparaient ces trois silhouettes, le visage du patriarche sembla changer, une once d’espièglerie mêlée à son sérieux habituel. Aditya observa ce changement muet, les yeux plissés par la curiosité avant que l’écho de ses mots ne révèlent la raison pour laquelle le Lieutenant-Général semblait si satisfait ; une question épineuse, en apparence. Pour le blond, elle était limpide, lui qui apprenait chaque jour à étayer sa réponse à une telle interrogation. Mais au fil des jours et des années à arpenter le monde, il n’y en avait qu’une qui, pour lui, faisait foi de vérité, le temps que l’existence ne lui en impose une autre.

« De mon point de vue, la Justice n’existe pas, ou tout du moins comme vous l’entendez. », soupira-t-il. « C’est un concept que les hommes ont inventé pour justifier leurs actions – étonnant, comme ces deux mots sont proches. Si l’on considère que la Justice est de faire ce qui est juste, alors il n’y en a pas ; ce que je pense être juste ne le sera pas pour un autre, si bien qu’ici même, nous avons certainement trois avis différents sur les choses. En tant de guerre, l’un des camps pensera qu’un assassinat est un mal pour un bien, que c’est une forme de justice ; mais l’autre, lui, verra ça comme un affront, et utilisera cette Justice pour excuser ses représailles. »

Son regard darda les iris de son supérieur, l’air calme, calculé.

« Je crains que ce faisant, je n’ai pas de réponse à apporter à votre question, à moins que vous considéreriez que cela en fut une. Je ne pense pas non plus que la justice soit le respect assidu des lois, car lors de certaines situations, l’enfreindre est ce qui paraît être le plus juste. Vouloir les respecter à tout prix serait une erreur, à mon sens, en plus de représenter le choix volontaire de s’aveugler à la réalité des choses. Il n’y a pas de Justice dans le monde, il n’y a que des opinions. »


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Dim 23 Fév 2020 - 20:26
Sous toutes ses coutures, la droiture était certainement l'une des plus grandes qualités d'un soldat au service de l'ordre ; et la posture de la féline aux parures exotiques était loin d'en manquer. Si elle remercia son supérieur hiérarchique d'un mouvement de tête avant qu'il ne déballe les raisons de cette entrevue, elle ne ressentit pas même le besoin d'autoriser un peu de repos à son corps ou à son esprit. De toute manière, Yamamoto Nâam n'était pas dans l'optique de lui en accorder davantage, au vu de ce qu'il pouvait espérer de cette paire de combattants aguerris. Sans tarder, il enchaîna sur une série de questions soulevées par un élan de pertinence, si bien que l'une d'entre elles parvint à faire écho sur les parois de son âme, jusqu'à en faire grésiller la flamme d'audace qui y dormait.

La Justice. Voilà un bien grand mot gorgé de sens, pour celle qui avait toujours souhaité bâtir un monde meilleur en le rendant plus juste, par le poids de ses actes. Pour la plupart, difficile d'offrir sur un plateau d'argent une définition claire et aiguisée de ce que pouvait être la Justice, alors même qu'il était si aisé de reconnaître les injustice du quotidien. D'aucuns considéraient d'ailleurs que l'idéal d'un monde rasé de toutes ces entorses au juste n'était même pas à envisager, au vu du nombre d'exactions qui pesaient déjà sur le compte de l'Humanité et de ses vices les plus chers. D'autres encore, comme Aditya, préféraient flouter prudemment les frontières d'un tel principe, sans risquer de s'embourber dans une quête d'harmonie presque sans fin. Pourtant, il s'agissait de l'abrupt falaise de rêves et d'efforts qu'avait décidé d'emprunter l'ambitieuse Fille du Lion de l'Atlas. Porter sur le monde un regard sans haine et le guider d'une main de fer vers une paix véritable, en laquelle la native du Vent portait une foi inébranlable. C'était là, le credo de la Tigresse blanche.

Après avoir parcouru depuis son plus jeune âge bien des pays, Reikan était devenue une enfant des bêtes obstinée par la lutte contre les abominations perpétrées par les Hommes. Si elle était pleinement animée par la soif d'une liberté inconditionnelle, plus encore que son ami du bois, cela ne l'empêchait pas de parfaitement rejeter la platonique idée qu'il se faisait de la Justice. Parce qu'au plus profond de son être grouillait une colère sans nom, née sur les terres criminelles du Pays de la Pluie et célèbre pour avoir bigorné sans pitié l'état d'esprit de la féline. Et cette rancœur, la Yasei s'était jurée de s'en servir d'arme pour défendre ce qu'elle estimait être sage et intègre, avec une fermeté des plus bestiales en ce monde. Ce sens de la bonté presque fanatique, aussi rare qu'honorable, tranchait de façon délibérée avec la position en retrait de la chevelure dorée, qui venait tout juste de remplir sa part de réponses.

À son tour de faire briller la grandeur de ses ambitions et la rigueur de ses idées à travers le symbole du Tigre blanc, désormais.

« Voir s'ériger un durable avenir de paix constitue l'un de mes plus buts les plus chers. Vous ne devez que trop bien savoir, de là où vous vous tenez Yamamoto Nâam, que la haine est un sentiment viscéral pour bon nombre d'individus, aussi bien dans les entrailles même de la Brume qu'au-delà des frontières du Pays de l'Eau. Malgré le fait que tant de territoires aient déjà été mis à feu et à sang et continuent de l'être, j'ai sincèrement foi en la capacité des Hommes de pouvoir atteindre la paix, quelle qu'elle soit. Et j'estime que les valeurs de la Main de la Justice peuvent incarner un remède efficace, pour ceux qui ont été empoisonnés à un moment ou à un autre par l'infamie d'une telle malveillance. C'est pourquoi, peu m'importe également le rang qui m'est attribué, tant qu'il me permet, à la tête ou à la botte de l'Unité, de pouvoir mettre mes capacités, ainsi que mon sens de l'honneur et de la justice au service de Kiri. »

Les mots de la franche Reikan, fiévreuse d’ardents espoirs, se firent de plus en plus durs, faisant ainsi preuve d'une opinion plutôt stricte à l'inverse de son camarade. Pourtant, le discours qu’elle tenait avait tout à envier ; elle était de ces sages êtres guidés par le bien et capables de grandes choses. Et sa voix singulière, teintée d'assurance, ne pouvait traduire qu'une seule chose ; la métamorphe croyait dur comme fer en sa stricte vision de la Justice. Cependant, jamais elle n'avait été obnubilée par sa quête au point d'en perdre tout son bon sens. Parce que plus que quiconque, elle avait été confrontée au vrai visage du genre humain ; celui qui s'était laissé corrompre par ses émotions les plus détestables et destructrices. La Fille du Vent redressa son visage sans manquer de planter son regard éthéré dans les yeux de son ami, puis dans ceux du vieil homme. Elle était prête à démontrer à quel point son sens de la justice était puissant.

« À mes yeux, aussi fluctuante puisse-t-elle être à travers les opinions de tout un chacun, la Justice existe bel et bien en ce monde. Moi, elle me ronge et me fait avancer sans me tuer, à défaut d'en guider d'autres qui, pourtant, auraient bien besoin d'être éclairés par sa lumière. Mais si elle n'est pas qu'un idéal à atteindre selon moi et qu'elle règne déjà dans mon cœur, il est clair qu'elle ne devrait plus davantage servir à alimenter des relations houleuses entre les Hommes ; seulement à y mettre un terme une bonne fois pour toutes. Et je compte bien continuer à mettre ma main à la pâte pour avoir un impact des plus conséquents sur les cœurs du Yuukan, afin d'y faire régner une Justice digne de ce nom qui n'inquiéterait que les plus vils. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Mar 25 Fév 2020 - 19:23
Le Lieutenant-Général demande, les capitaines répondent. Tout ceci est peut-être un jeu de la part de Nâam, ou alors est-il totalement sérieux dans tout ce qu'il dit. Quoi qu'il en soit, si Aditya et Reikan tentent de voir au travers de son petit jeu, ils se heurteront à un mur. La puissance de la légende du combat a beau avoir diminué, il n'en reste pas moins un vieil homme ayant rencontré plus de personnes au cours de son existence que les deux qui lui font face. A Kiri, même, il est peu probable de trouver personne ayant plus croisé le fer. Même ce vieillard de Renzaburô ne peut se targuer d'avoir plus de victoires ou de sagesse que le chef de la Kenpei. Si les Mizukage se suivent mais ne se ressemblent pas, la main de la Justice, elle, n'a jamais changé depuis les quelques années d'existence de la toute puissance militaire qu'est Kiri la Grande. Oui, la main de la Justice, c'est cet homme, qui ne prétend pas avoir plus raison qu'un autre, mais se base sur son vécu pour se permettre de repérer les erreurs dans le discours des hommes et des femmes qui lui font face. Une pointe d'amertume assaille le Yamamoto lorsque le blond mentionne ne pas vouloir sa place. L'homme, de son haut âge, a beaucoup observé Aditya, par des rapports et des informateurs, par des bruits de couloir et parfois même par ses plus fidèles alliés au sein de la police de Kiri. S'il est une personne parmi les recrues récentes qui aura un jour l'étoffe de chef, c'est lui. Ses valeurs sont grandes, sa sagesse... semblable à celle de Nâam au même âge. Sa force est peut-être encore à démontrer, il n'a jusqu'ici été reconnu que pour ses talents défensifs et médicaux impressionnants. Du reste, ce que conte le flavescent est intéressant, mais laisse échapper un soupire à son supérieur. Il a une idée derrière la tête, et ce duo d'amis n'est pas là sans raisons.

L'atmosphère change lorsque Reikan prend la parole. Si la sagesse dont fait preuve le moine est grande et pure, celle de la brune est bien moins aisée à comprendre, mais pour le moins tout aussi grande. En réalité, le Lieutenant-Général comprend assez facilement ce que disent les deux, mais se retrouve plus dans la féline que dans l'Hayashijin. Une sagesse forgée par les voyages, les rencontres de différentes ethnies, le combat. Si aucun des deux ne donne une récompense convaincante vis à vis de la question sur la Justice, Nâam ne leur en tient cependant pas rigueur. Pour avoir une réponse adéquate, il leur aurait fallu trente ans de plus, a minima. Un sourire se dessine sur les lèvres du vieil homme, qui trouve tout de même que chacun des deux tient des propos fort intéressants. La sagesse calme et la sagesse ardente. Deux personnes semblant si fondamentalement opposées, mais qui ont l'air de se compléter d'une façon incompréhensible. Le Yamamoto reprend alors la parole:

"Je ne reviendrai pas sur vos réponses, car je ne cherchais pas à ce que vous me convainquiez de quoi que ce soit dans un premier temps. Je vais continuer dans mon idée et vous posez deux nouvelles questions, qui, je pense, suffiront à me forger un avis sur ce que je vais pouvoir faire par la suite. Quoi qu'il en soit, je suis désormais certain que vous allez être très utiles à ce village, aussi longtemps que vous y resterez."

La ponctuation de la phrase montre bien la réticence du vieillard quant aux origines des deux. Rien ne lui dit qu'ils resteront éternellement entre ces murs, malgré les conséquences que peuvent engendrer une désertion. La justice n'est pas parfaite, mais se doit d'exister. C'est la réponse qu'aurait donné le chef de la Kenpei, si on la lui avait posée. Une réponse simple, concise, laissant à chacun le choix de l'imaginer comme il le souhaite.

"Jusqu'où iriez vous pour ce village, ses habitants et votre Mizukage ? Ceci est la première question. La seconde est : si je vous l'imposait, ici et maintenant, pour prendre ma place, prendriez-vous part à un combat, l'un contre l'autre ? Sans avoir à vous entretuer, bien entendu."

Deux questions étranges, logiques, peut-être pertinentes. Que se passe-t-il dans son esprit ? Il sait pourtant bien qu'ils sont proches. Que cherche-t-il au travers de ces questions ? La réponse se trouve sans aucun doute dans les devoirs même de la Kenpei...


Revenir en haut Aller en bas
Aditya
AdityaEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Mer 26 Fév 2020 - 13:28
Les bras demeurés croisés sur son torse, l’ascèse observait sa comparse de toujours du coin de ses iris éthérés, à la fois captivé et intrigué par sa vision des choses. Ça n’était pas la première fois que ces deux âmes laissaient leurs pensées à nues en compagnie de l’un et de l’autre, d’autant plus lorsqu’il s’agissait de discuter de sujets aussi prenants et intéressants ; la seule différence, aujourd’hui, était la présence du Lieutenant-Général. Il ne tarda pas à lui adresser à nouveau son attention dès lors que la féline eut terminé son propre discours, au cœur duquel lui, plus que tout autres, n’aurait pu que remarquer l’impact que la Pluie avait laissé dans la chair de la jeune femme. Il était évident que celle qu’il avait connu lors d’une soirée pluvieuse il y a plusieurs années n’était plus la même que celle qui se tenait là sur son flanc. Pourtant, de la même façon, elle semblait ne jamais avoir changé. Peut-être était-ce cela, de grandir aux côtés d’un autre et de demeurer à ses côtés quoi qu’il advienne. Le blond retint un sourire sincère, jugeant que la situation n’y était que peu propice ; mais cela n’empêchait en rien la gratitude d’enrober son cœur de sa chaleur familière.

Les mots du Lieutenant-Général furent marqué par sa ferveur habituelle, teintée de calme et d’un sérieux qui ne laissait rien sous-entendre quant à un manque de fermeté. Leurs réponses n’avaient aucun but, comme il l’avait pensé ; seulement celui de distinguer leur façon de penser. Elles étaient drastiquement différentes, c’était là un fait. Pour autant, cela n’empêcha pas ses paupières de se plisser lors de ses derniers mots, qui laissa un arrière-goût dans l’esprit de l’enfant du bois. Les aspirations de liberté qu’embrassaient les deux capitaines n’avaient vraisemblablement pas échappé au vieillard, et s’il avait toujours pensé que son âme se dédiait au voyage et à l’exploration du monde, il n’avait jamais réellement réalisé jusqu’ici que la Brume ne pourrait être qu’une étape parmi tant d’autres. Une vie s’était tissée pour lui ici, au-travers des liens qu’il avait forgé, des visages qu’il avait appris à apprécier la compagnie. Aujourd’hui, il ignorait s’il serait capable de laisser cette cité derrière lui, comme toutes les autres auparavant. Il le devrait un jour, s’il souhaitait poursuivre sa compréhension du monde ; mais peut-être n’était-ce pas une finalité. La diplomatie représentait pour lui la plus belle union de ces deux désirs : encore lui fallait-il obtenir le rôle et en faire une réalité.

Aditya expira lourdement l’air de ses poumons, chassant la réflexion à l’aube des nouvelles questions de son supérieur hiérarchique.

« Il me semble que tout comme nos pairs, vous connaissez le rôle que nous avons tous deux joué lors du Cataclysme du printemps dernier. », le blond prit une légère pause, afin de s’assurer que ses propos s’ancre dans la discussion et ne paraissent pas comme étant de la vantardise. « Nous avons tous deux choisi de mettre nos vies en jeu afin de protéger le village, jusqu’à l’assaut final où le Dieu de l’Eau menaçait d’annihiler nos existences à l’aide de cette gigantesque orbe de chakra ; que ce soit contre nos principes ou non. Je les ai sacrifiés une fois pour le bien d’autres vies, et je le referai une nouvelle fois si je le dois, aussi longtemps que la Brume en vaut la peine à mes yeux. », sa voix prit un ton plus humble et désintéressé, avant qu’il ne poursuive une seconde fois. « Je ne suis qu’un homme parmi tant d’autres qui peuplent ce monde, et bien que j’aie des volontés et des désirs, je considère que ma vie ne vaut pas plus qu’une autre. Si elle peut permettre à des âmes de subsister, alors ainsi soit-il. »

Son regard glissa jusqu'à la silhouette de la métamorphe l'espace d'une seconde alors qu'il se remémorait l'hypothèse que leur vis-à-vis fit eu sous-entendu, quelques temps avant qu'il ne prenne la parole à son tour. Ses iris éthérées finirent par s'ancrer à nouveau dans ceux de Yamamoto Nâam.

« Je ne me battrai pas, à moins que cela soit nécessaire. Mes capacités ne sont pas le sujet d'un quelconque spectacle, encore moins si celui-ci a pour but de blesser une comparse. Cependant, si vous désirez que nous fassions étalage de ce dont nous sommes capables pour des raisons ancrées, bien qu'elles aient été montrées par le passé, je suppose que cela peut être envisagé. », déclara-t-il avec respect, mais fermeté.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Jeu 27 Fév 2020 - 0:25
Le visage de la Tigresse blanche demeurait fermé, tant le sérieux et l'enjeu de la situation n'avaient pas manqué d'empoigner son cœur et de porter aux sommets la transparence de ses pensées et de ses paroles. La franche Yasei Reikan n'avait pas honte de son avis tranché sur la question de la Justice ; bien au contraire, elle y trouvait un juste équilibre à défendre, ce pourquoi la féline n'avait jamais cessé de se battre pour ce but presque inimaginable à atteindre pour la majeure partie des Hommes. Ses inoubliables pérégrinations avaient creusé une précoce sagesse en elle, sans toutefois ternir ni sa puissance ni son courage. Pour autant, il y avait encore cette même chose qui continuait de mettre des bâtons dans les roues de sa progression ; l'apriori de la Brume sur une potentielle instabilité en son sein, du fait de son attachement viscéral à ses origines enfouies dans le Désert et de son amour pour la liberté.

La Fille du Lion de l'Atlas était fière du sang qui coulait dans ses veines, à tel point que l'importance qu'elle accordait à sa famille était d'une évidence sans nom. Son enfance avait été conditionnée par les exigences des siens sans le vouloir, si bien que son âme s'en trouvait bigornée à jamais par une tonne d'espoirs, espoirs qu'elle avait accepté d'assimiler entièrement jusqu'au plus profond de son être, à en devenir un diamant brut presque impossible à tailler. Reikan était tenue par de lourdes responsabilités à l'égard de ses pairs, en ce qu'elle nourrissait ce rêve si cher de pouvoir les diriger et, en toute logique, les protéger à n'importe quel prix, n'importe où dans le monde. Mais aujourd'hui, cette dernière variable semblait avoir subi un changement des plus conséquents.

Malgré elle, l'Héroïne de l'Eau était tombée amoureuse du peuple de Kiri la Grande, lui qui l'avait accueillie à bras ouverts après avoir décelé le potentiel et l'audace bestiale qui sommeillaient en son sein. L'enfant des bêtes en était même arrivée au point où elle souhaitait faire du village le berceau de son clan, mettant leurs protections respectives sur un pied d'égalité. Mais son amour croissant pour la Brume était incapable d'altérer sa raison jusqu'à lui faire bafouer son honneur de métamorphe, en attaquant sans un honorable et véritable motif celui qu'elle estimait détenteur d'une place indétrônable en son cœur. Car même s'ils ne s'étaient jamais vraiment engagés dans un duel, la jolie brune ne trouvait pour l'instant pas le moindre intérêt à prouver sa valeur au travers d'une rixe qui risquerait de blesser son ami.

Jusqu'où la changeforme était-elle donc capable d'aller pour la Brume? Nul besoin de rappeler ce que Yamamoto Nâam ne savait que trop bien. Parce que la Fille du Vent en avait déjà énormément prouvé sur la tête du Démon à trois queues, après avoir frôlé la mort en ayant livré sa vie aux mains des enfants de la Brume, qu'elle considérait à ce jour comme ses proches camarades et en qui elle pouvait accorder une aveugle confiance.

« En arrivant à Kiri lors du dernier Hiver, il est clair que j'aurais été bien incapable de répondre à cette question avec autant de conviction qu'en ce jour où je me tiens devant vous. Je viens d'un lointain Désert, qui n'a jamais fait le moindre cadeau à ses plus habitants, même les plus fidèles. Mais ce village, lui, m'a accueillie et me permet, maintenant et pour longtemps encore – si ce n'est jusqu'à mon dernier souffle –, de me rapprocher un peu plus chaque jour de ce à quoi j'aspire tant. Au fil du temps, j'ai appris à aimer la Brume, elle et ses convictions les plus chères, après avoir essayé pourtant maintes fois de ne pas m'y attacher, comme tout bon nomade ayant des vues sur le monde l'aurait fait. Mais Kiri est devenue ma maison. Et aujourd'hui... »

La réflexion qui trottait dans l'esprit de Yasei Reikan à cet instant avait réussi à clouer ses pupilles myosotis au sol, tant la première question était riche de sens et la réponse qu'elle envisageait bien plus encore. Mais Reikan portait le bandeau de la Brume à son front ; et ce fut avec fierté et assurance qu'elle parvint à relever la tête, pour mieux planter son regard dans celui du Lieutenant-Général. Un moment charnier dans le flot de ses paroles, lors duquel la métamorphe s'empêcha même d'enlacer de ses fins doigts la symbolique dague de cristal qui pendait à son cou.

« ...Je suis prête à bien des choses, jusqu'à aller au-delà de mes ressources les plus profondes et me surpasser pour elle, ses habitants et l'Ombre de l'Eau, quitte à en payer le prix cher. Du moins, tant que la Brume continuera de rester digne d'un tel dévouement de ma part. »

Les yeux de Reikan daignèrent enfin cligner, alors que son minois se tournait légèrement sur le côté pour zieuter l'enfant du bois. Peut-être espérait-elle trouver une réponse à cette deuxième question, dans les yeux de son plus cher ami? Il était vrai que jamais la féline et l'ascète n'avaient croisé le fer, jusqu'à lors. Pourtant, le doute dont semblait faire preuve la jeune femme fut balayé dès l'instant où elle remit son visage apaisé dans l'axe de Yamamoto Nâam, laissant cliqueter dans le vide ses boucles d'oreilles griffues, sources d'un éther aussi ardent que celui de ses yeux. Ses paupières s'étaient fermées puis, aussitôt ouvertes, laissèrent son regard talonner à nouveau celui du dirigeant de la Main de la Justice. Après tout, la changeforme ne savait que trop bien la réponse à une telle question.

« Si je devais me risquer à mettre en danger, ne serait-ce qu'un peu, la vie d'un de mes camarades pour prendre votre siège, Lieutenant-Général... il est évident que je ne pourrai même pas en être digne. Je me bats pour que Kiri puisse vivre en paix. Pas pour gagner une place, aussi éminente soit-elle aux yeux de tous. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Dim 1 Mar 2020 - 11:25
Une nouvelle fois, Nâam a posé des questions bien mystérieuses, malgré une logique plutôt notable si l’on en croit les valeurs de la Kenpei. Les réponses sont, quant à elles, pleines d’un patriotisme plutôt impressionnant pour de si jeunes personnes n’étant pas nées à Mizu. Sur la question de la fidélité et du sens du sacrifice à l’égard de Kiri, le Yamamoto savait déjà plus ou moins quelle serait la réponse de chacun, et il est vrai que les événements du Dieu de l’eau ont mis en avant autant Aditya que Reikan. Le premier a représenté le rempart défensif aux côtés de Kagai Inja, et la seconde a tenu tête à la Déesse de l’eau pratiquement seule, accompagnée de deux Genin de faible niveau simplement. Chacun a fait preuve de leadership et de force, et ils n’ont pas été choisi pour intégrer la Kenpei sans raisons.

Les mots de la brune interpellent cependant le Lieutenant-Général. Elle agira ainsi tant que la brume en restera digne ? Le vieillard aurait volontiers ri à gorge déployée si la situation n’était pas aussi sérieuse. La jeune femme a parfaitement raison, mais dans certains lieux, ce genre de discours pourrait passer pour de la trahison. Il existe des villages bien moins ouverts d’esprit qui tendent à condamner à la prison ou à mort le moindre mot de travers quant à leur fidélité sans failles. Pour Nâam, cependant, c’est une façon de penser très intéressante, car il la partage. Si Kiri se détournait de la justice qu’il admire tant, il serait le premier à renoncer à son poste. Nobuatsu Saji ne semble pas être l’homme qui changera cela, mais si un autre avait été nommé, comme un vieillard Kaguya par exemple, peut-être que tout aurait été différent.
Enfin, les réponses des deux à la question finale se rejoignent. Celle-ci est un peu piège, et n’attendait pas de réponse positive, au fond. Les deux ne semblent pas vouloir s’adonner à un affrontement, et c’est une bonne chose : la Kenpei se doit d’être un groupe dans lequel les membres s’entendent, coopèrent et s’entraident au mieux. Si les deux avaient simplement répondu qu’ils seraient prêts à se taper dessus pour un simple poste de chef, l’actuel chef les aurait congédiés, bien entendu. Gardant son air sérieux, Nâam se tourne vers Aditya, puis vers Reikan.

« Bien, j’ai entendu ce que je voulais entendre. Je ne vous demanderai pas de prouver votre force ni de vous engager dans un duel fratricide. La Kenpei se doit d’être soudée, et jamais il ne vous sera demandé de vous affronter sérieusement. »

Reliant ses mains devant son visage, il fixe alors plus précisément Aditya.

« Aditya, votre intérêt pour la voie diplomatique, la recherche et la médecine sont honorables. Votre ancienne Sensei, Yuki Kaya, vous apprendra sans doute tout ce qui est important pour progresser, et cela apportera beaucoup à la Kenpei. Par ailleurs, suite à votre travail assidu et vos accomplissements récents, vous êtes promu au grade de Major. Ceci prend effet immédiatement. Vous pouvez disposer. »

Sans un mot de plus, il invite le blond à quitter la pièce… mais pas la brune. Une fois qu’il s’est assuré que le nouveau major fraichement promu a quitté les lieux, le vieillard plonge son regard dans les saphirs de la Yasei.

« Quant à vous, Yasei Reikan… Je vois dans votre idéologie et surtout dans vos réponses autre chose. Vous ne serez pas promue au rang de Major dès aujourd’hui, mais si vous continuez dans cette lignée, cela ne saurait tarder. Néanmoins, j’aurais quelques questions supplémentaires à vous poser. »

Marquant une pause pour reprendre son souffle, le Yamamoto ne fait pas plus attendre la capitaine.

« Avez-vous déjà entendu parler du Shiden ? Cela vous a-t-il déjà intéressé de l’intégrer, tout en sachant les contraintes que cela impose ? »

Voici donc la dernière étape de cet entretien. Il visait avant tout à déterminer lequel des deux serait le plus en phase avec ce groupe d’élite. Si en terme de capacités, les deux peuvent y prétendre, la métamorphe a montré certaines prédispositions plus intéressantes, de son côté. Le souhait diplomatique et médical du moine l’orientera indéniablement vers d’autres horizons, et peut-être que dans un futur proche, il réussira à développer le monde médical de Kiri, pouvant ainsi prendre la tête de quelque chose d’encore supérieur, correspondant plus à son domaine. Mais la féline a toutes les qualités pour prétendre à l’épreuve. Encore faut-il, pour cela, qu’elle soit intéressée…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Dim 1 Mar 2020 - 23:11
Un petit soulagement intérieur naquit au sein de la féline, lorsque Yamamoto Nâam leva le voile sur l'existence ou non d'un duel qui devait l'opposer à Aditya. Si elle savait qu'un tel événement ferait bien des ravages, tant les capacités de l'enfant des bêtes et celles de l'enfant du bois étaient riches de puissance et de férocité, la féline ne souhaitait en aucun cas aller jusqu'à en bafouer son propre honneur, pour les beaux yeux d'un supérieur qui en aurait oublié les précieux principes de la Main de la Justice. Cela n'aurait à vrai dire fait qu'embêter la Fille du Vent, elle qui s'était déjà refusée de montrer dans la hiérarchie au seul et conséquent prix de blesser son plus grand ami. Voilà une bien bonne nouvelle pour ces deux âmes intimement liés. Mais si l'entrevue fut écourtée pour le blond, la métamorphe devait d'ores et déjà se préparer à une question bien plus complexe encore, pour son avenir au sein de la Cité Brumeuse.

Si la Yasei avait pu être tentée de détourner le regard en vue de témoigner de son contentement à l'égard de son camarade de toujours, le Lieutenant-Général ne lui laissa pas un tel luxe, dès lors qu'il eut donné l'ordre à ce dernier de quitter le bureau. Défiant les lois de la gravité, le dos de la Fille du Lion de l'Atlas resta aussi droit qu'un piquet, sans que la moindre trace d'ennui ou de fatigue n'ait l'occasion de transgresser la rigidité de son visage. À peine Aditya eut fermé la porte du bureau à son dos, que le vieil homme renoua un lien visuel avec la jeune femme à la longue et bestiale chevelure d'ébène. La Tigresse blanche et l'ascète se talonnaient l'un et l'autre, pour ce qui était des grades et des capacités. Néanmoins, au regard des propos directement tenus par le Yamamoto, ses pensées les plus chères avaient mérité quelque chose que celles d'Aditya n'avaient même pas su entrevoir.

L'intérêt du Shiden.

la renommée de l'élite de la Main de la Justice était respectée et même crainte par tous au sein de la Brume, cependant, il n'empêchait que l'identité de chacun de ses éléments devait être tenue secrète, si bien que peu de personnes du village en avaient connaissance. Et aujourd'hui, l'une d'entre elles – et pas des moindres – demandait à la jeune femme l'ampleur de son potentiel intérêt à l'égard de cette escouade, aux places convoitées et parfois idéalisées par tant d'enfants de la Brume. Les contraintes et les responsabilités imposées par un tel statut étaient certainement lourdes de sens, en ce que l'Ombre de l'Eau et le Lieutenant-Général de la Kenpei pouvaient accorder à ces génies de la Brume une aveugle confiance. Faire partie d'une telle brigade n'était clairement pas quelque chose d'anodin.

Mais Yasei Reikan était, elle aussi, loin d'être une combattante anodine. Voilà pourquoi elle ne ferait qu'une bouchée des responsabilités que le Shiden mettrait sur ses épaules de fière enfant des bêtes.

« Je suis consciente des contraintes et des responsabilités incombant aux membres des Éclairs de la Brume. Du moins, j'ai connaissance de celles qui sont à la portée de n'importe quel Capitaine de la Kenpei. Pour ma part, la gloire de mes actes est loin de m'intéresser tant qu'ils me permettent d'atteindre mes objectifs et ceux de la Brume, Yamamoto Nâam. Et pour être entièrement transparente avec vous... »

La métamorphe avait égaré son pétillant regard sur le bureau, l'espace de quelques secondes. À travers la tournure imprévue de cet entretien se jouait peut-être son avenir au sein de la Police de Kiri ; pourtant, il fallait bien plus qu'une question pour arriver à faire reculer la Fille de Yasei Ragna. Son regard éthéré se releva aussitôt pour soutenir celui de son supérieur hiérarchique. Et une seule chose s'apprêtait à guider son cœur et ses mots, à ce moment-là : la franchise.

« ...Le Shiden constituait déjà, à mes yeux, l'une des meilleures possibilités pour moi de mettre à l'œuvre ma détermination et ma puissance de frappe dans la protection de la Brume. Mais est-ce que cela peut suffire pour me permettre de l'intégrer? Vous êtes l'un des seuls qui peuvent en décider en toute légitimité, Lieutenant-Général. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Mar 3 Mar 2020 - 21:45
Le nouveau promu quitte les lieux sans plus tarder. Son nouveau grade au sein de la Kenpei le place très haut dans la hiérarchie. Au même stade qu’une dénommée Baku, du clan Hyôsa, dont le nom est loin d’être inconnu. S’il n’aura pas la chance de prétendre au Shiden, cela ne veut pas dire que sa progression est arrêtée pour autant. Non, cette unité d’élite, bien que hautement prestigieuse, n’est pas la seule façon de briller, et le moine a déjà donné bien des arguments prouvant qu’il saura se montrer indispensable à la brume par d’autres moyens. De son côté, Yasei Reikan a aussi beaucoup d’atouts à faire valoir, mais elle possède une personnalité la rapprochant plus de ce groupe aux cinq places très convoitées.

Il est évident qu’elle en a entendu parler, mais tous les shinobis de Kiri ne veulent pas pour autant la rejoindre, ce qui semble être le cas de la métamorphe, étrangement. Si sa seule volonté d’en faire partie ne suffit pas, sa présence ici, à l’inverse, est plus qu’un indice évident sur la finalité de leur dialogue. Yamamoto Nâam ne fait rien sans raisons, voici l’homme qu’il est. Il attrape un livre – et si la Yasei avait une technique sensorielle d’active, elle aurait pu ressentir du chakra s’échapper de la main du vieillard – et le déplace avec légèreté. Ceci engendre une sorte de « Crac », et des bruits similaires à des meubles que l’on bouge se font entendre.

« Votre seule volonté n’aurait pas suffi, mais vos actes et votre personnalité, oui. Néanmoins, l’un des buts du Shiden est la protection du Mizukage. Pour le reste, je n’ai aucun doute sur vos compétences, cependant, si vous êtes appelée à certains moments à veiller à la survie de notre leader, je dois m’assurer que vous en ayez les compétences. En résumé, je vais vous inviter à passer « L’épreuve ». »

Le bureau : voici ce qui a bougé suite à la manœuvre étrange du Lieutenant-Général. Là où se tenait le massif bureau de marbre du chef de la Kenpei se trouve désormais un trou donnant sur un escalier qui descend assez profondément dans les entrailles du quartier général. L’ancien invite la brune à le suivre et descend. La descente dure une bonne dizaine de minutes, et le duo se retrouve finalement dans une grande pièce à peine éclairée, avec en son centre un piédestal sur lequel se trouve un imposant vase en verre, faisant facilement la moitié de la taille d’un être humain normalement constitué.

« Yasei Reikan, je vous invite à vous approcher de ce vase. Il sera votre cible à protéger. Si vous avez des questions avant le début, c’est le moment. Il n’y aura pas deux tentatives, et votre but est assez simple : le vase ne doit pas subir ne serait-ce qu’un impact ou une fissure. Si vous y parvenez, vous serez intégrée au Shiden en tant que cinquième et dernier membre. »




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Jeu 5 Mar 2020 - 17:02
Avide du détail, Reikan ne put s'empêcher de suivre de ses yeux la gestuelle de Yamamoto Nâam, qui se déplaçait contre un de ses livres. Aussitôt fut piqué son intérêt, lorsque son ouïe dénotait les bruits parcourant les sols et les murs de la bâtisse. Néanmoins, l'enfant des bêtes maintenait à la perfection sa concentration sur les propos que son supérieur tenait à son égard, alors même que son bureau avait laissé place à un trou béant dans la chair souterraine de la pièce. ...L'Épreuve? Sans même trahir l'éventuelle inquiétude qui aurait pu gagner son cœur, son regard jongla entre le Lieutenant-Général et les escaliers qui menaient vers les tréfonds du bâtiment principal de la Main de la Justice. Devant cette découverte, la féline en avait même oublié que les portes du Shiden venaient de lui être ouvertes, à une condition.

À la condition de prouver qu'elle était assez forte pour protéger l'Ombre de l'Eau, au péril de sa vie.

En descendant les escaliers à la suite du vieil homme, une seule réflexion ne cessait de talonner son psyché. Au-delà d'être capable de remplir une telle tâche, la Fille du Désert aimait-elle Kiri au point de lui offrir sa vie? Au cours de cet entretien, il fallait dire que les propos de la métamorphe avaient été plus que forts et lourds de sens. Pourtant, elle ne semblait pas du tout les regretter ; mieux, chacune de ses convictions, qui étaient nées de sa langue sous le couvert de promesses, l'animait profondément. Reikan était une jeune femme de parole, si bien que la question n'était même plus à poser. Bien sûr qu'elle aimait la Brume au point d'y laisser la vie, pour protéger celui qui la représentait, plus encore si elle estimait que celui-ci était parfaitement digne des attentes du village. Si la Tigresse blanche était encore une enfant du Désert, du Vent et des Bêtes du fait de l'attachement de son sang à ses racines les plus chères...

...Elle serait également une enfant de la Brume, désormais.

Une fois au fin fond des entrailles occultes de Kiri, la jolie brune prit soin d'assimiler le but de cette fameuse épreuve, nécessaire obstacle à franchir pour faire partie des Éclairs de la Brume ; un vase, qui lui arrivait certainement aux hanches. Son regard éthéré roula de droite à gauche dans la semi-pénombre pour analyser la structure de la pièce entière puis, sans perdre de temps, il s'ancra sur le vase duquel la féline ne tarda pas à se rapprocher.

La Fille du Lion de l'Atlas resta immobile et s'accorda le luxe de prendre une poignée de secondes afin de s'imprégner de la matière qui composait le piédestal, avant de se retourner vers le nivéen. Toutefois, si elle ne prit même pas la peine d'engager la moindre posture adéquate à la défense, la changeforme avait d'abord pris place de façon à faire autant que possible barrage devant le vase, avant de s'atteler à l'invocation de deux clones qui se positionnèrent de façon plutôt stratégique autour de l'objet à protéger. Finalement, la Tigresse blanche se pinça, grâce à ses canines, l'index de la main droite pour le faire saigner au préalable, laissant sa dextre retourner sous la manche de son kimono noir. La Yasei avait pris peu de précautions, mais cela semblait suffisant à ses yeux. Alors, elle relevait son regard myosotis dans celui du Yamamoto.

« Je n'ai pas de questions à poser, tout est clair. Je suis prête, Lieutenant-Général. »

résumé:
 



_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Dim 8 Mar 2020 - 17:18
Confiance ou inconscience ? Yasei Reikan étonne Nâam de par son assurance, lorsque cette dernière se refuse à toute question. N’importe qui aurait demandé des détails, notamment sur le type des attaques qui vont arriver. Le Yamamoto n’en aurait rien dit, de toute façon, et seuls les plus grands shinobis ou les plus stupides affrontent un danger inconnu sans chercher à en savoir plus. La brune a montré à plusieurs reprises, depuis son arrivée à Kiri, qu’elle est loin d’être stupide, alors le Lieutenant-Général n’a pas à s’en faire. Il vient se placer à une dizaine de mètres d’elle, sur une marque au sol. Celle-ci n’est pas là sans raisons : elle a deux intérêts. Le premier est son emplacement stratégique, que peut-être la féline remarquera. La seconde est que son chakra commence déjà à se diffuser par ses pieds dans des canaux spécialement conçus pour que le chakra le parcoure, pour activer certains mécanismes. L’épreuve est donc composée de dix offensives dont l’origine, l’ampleur et la puissance sont aléatoires, allant d’attaques moyennes à puissantes. Voici donc le début de l’épreuve.

Assaut numéro 1:
 

Assaut numéro 2:
 

Assaut numéro 3:
 

Assaut numéro 4:
 

Assaut numéro 5:
 

Assaut numéro 6:
 

Assaut numéro 7:
 

Assaut numéro 8:
 

Assaut numéro 9:
 

Assaut final:
 



Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Lun 9 Mar 2020 - 19:44
Yasei Reikan était de ces guerriers qui obéissaient aveuglément à leurs instincts les plus primaires, sur le champ de bataille. Par chance, elle avait appris à façonner ces derniers pour qu'ils puissent répondre au mieux à ses espoirs les plus fous. Face au Yamamoto qui prenait soin de s'éloigner vers une zone plus sûre pour diriger les opérations, c'était comme si plus rien ne pouvait compter à part la protection de ce vase. Ainsi, avant même que celui-ci n'ait eu le temps de se placer, la jolie brune porta sa concentration aux sommets et employa le strict minimum pour détecter ce qui pouvait la prendre d'emblée de surprise. Immobile, ses yeux se mirent à miroiter davantage, alors qu'elle pouvait désormais se battre dans l'ombre aussi bien que dans la lumière. Mais si elle avait une confiance inébranlable en sa volonté et en ses capacités, la féline ne savait que trop bien que ce que lui avait préparé le Lieutenant-Général n'était pas une épreuve des plus reposantes. Au contraire, en descendant les escaliers, elle s'était déjà attendue au pire.

Désormais, la Tigresse blanche était définitivement prête pour affronter ce qui l'attendait.

ASSAUT NUMÉRO 1:
 

ASSAUT NUMÉRO 2:
 

ASSAUT NUMÉRO 3:
 

ASSAUT NUMÉRO 4:
 

ASSAUT NUMÉRO 5:
 

ASSAUT NUMÉRO 6:
 

ASSAUT NUMÉRO 7:
 

ASSAUT NUMÉRO 8:
 

ASSAUT NUMÉRO 9:
 

Le heurt entre le bloc de terre en pleine chute et la stupéfiante protection tellurique de Yasei Reikan se fit ressentir jusque dans les entrailles de la Brume. Pendant plusieurs secondes, l'enfant des Bêtes s'obligea à garder les bras levés pour s'assurer de la solidité et de l'efficacité de son jutsu, avant de relâcher toute pression et de délivrer une éprouvante expiration, les premiers signes de fatigue et d'acharnement physique n'ayant pas hésité à marquer son enveloppe charnelle.

Le vase était intact.

Mais l'épreuve n'était peut-être pas terminée. À l'approche de Nâam, elle s'empressa d'attraper la flèche logée au-dessus de sa clavicule gauche pour la tirer d'un coup sec hors de sa chair et l'envoyer se briser au sol. Sans hésitation, Rakasha se plaça juste à côté d'elle et surtout, à moitié devant le vase pour prévenir le moindre assaut pouvant encore pointer le bout de son nez. La Fille du Désert se vêtit d'une posture défensive, en montant sa garde et en plongeant son regard d'éther, gorgé de hargne, dans celui du dirigeant de la Main de la Justice. Décidément, l'Héroïne de l'Eau était prête à tout pour défendre ce vase, qu'elle protégeait depuis le début comme s'il s'agissait de l'Ombre de l'Eau.[invisible_edit]

récapitulatif:
 

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 21 Mar 2020 - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Mer 11 Mar 2020 - 18:08
Tout du long, Yamamoto Nâam a observé avec attention les divers mouvements de Yasei Reikan. La beauté du combat est une chose dont le vieillard ne se lassera jamais. Certes, dans ce cas précis, la jeune femme affronte un ennemi invisible, sous la forme d’un enchaînement d’assauts meurtriers, mais la voir parer chaque attaque, montrant son humanité en encaissant des chocs – parfois brutaux – tout en affichant sa maîtrise du Fuuton et du Doton, ainsi que ses talents impressionnants de Yasei et son pouvoir sur les créatures avec son invocation, est quelque chose de précieux, que le Lieutenant-Général aime voir. Le sang et la sueur se mélangent, les odeurs des diverses techniques à l’œuvre – celles du feu, de l’eau, de la terre et de la foudre – créent un spectacle magnifique.

Le vieil homme s’est approché après avoir vu la féline porter ce bloc de terre, tel Atlas soulevant le monde de ses deux bras, et s’apprête à lui faire passer le dernier assaut. Qu’en sera-t-il, face à ce lion monstrueux et cette femme qui ne baisse toujours pas sa garde ? Le vase est toujours là, intact, et jusqu’ici, c’est une victoire totale pour la Chûnin. Le plus haut gradé se tient à un mètre de la Capitaine, et lui pose alors une question :

« A qui devez-vous une obéissance sans failles, peu importe les circonstances et la situation dans laquelle vous vous trouvez ? »

Lui laissant le temps de réfléchir à une réponse, Nâam n’agit pas dans l’immédiat. Sa question attend une réponse en particulier, et elle n’est pas aussi simple qu’il peut y paraître. Les récents événements ont fait que la confiance, l’obéissance et la loyauté sont devenues des qualités importantes, mais à qui doivent-elles aller ? La réponse est complexe, et quoi que dise Reikan, cela ne sera pas handicapant, car il s’agit surtout d’une confirmation pour lui. La place au sein du Shiden est déjà acquise, le reste ne concerne qu’une transmission de ce que le vieil homme a obtenu en sagesse au cours de sa longue vie. D’un mûdra rapide et sans crier gare, le Yamamoto active un jutsu, ou plutôt en désactive un. En un instant, le vase reprend la forme d’un serpent long et plutôt épais, qui vient directement s’enrouler autour du corps de la Yasei. Il n’attaque pas, mais la maintient ainsi.

« Voyez-vous, ce vase qui représentait le Mizukage, est devenu un serpent. Qui vous dit qu’un jour, cela ne sera pas une métaphore d’une situation que vous vivrez ? Je réitère ma question, de ce fait : à qui devez-vous une obéissance sans failles ? »

La réponse est simple pour le Lieutenant-Général, mais il aimerait entendre la réponse de la jeune femme, avant de lui annoncer la bonne nouvelle.


Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 16:49
À qui dois-je une obéissance sans failles?

Voilà une question des plus complexes, pour celle qui n'avait jamais cessé de se laisser bercer par la liberté du corps et de l'esprit depuis qu'elle était sortie du ventre de sa mère. Yasei Reikan maintenait sa charismatique garde devant la figure du Yamamoto, lui qui venait de lui soumettre une question sans faire état de violence. Pour autant, la fermeté presque combative qui avait jusque-là torturé son sublime visage semblait s'être presque envolée, portée disparue grâce à un vent de réflexion et secouée par un séisme spirituel d'idées. Dorénavant, ses sourcils froncés n'étaient plus et la grande ouverture de ses paupières pouvait sans détour témoigner de la surprise qu'avait engendré les propos du Lieutenant-Général en elle.

À qui dois-je une obéissance sans failles?

La Tigresse blanche était une enfant des Bêtes digne et indépendante, que certains considéraient comme puissante. Elle était devenue une jeune femme qui, au cours de sa vie rythmée par les pérégrinations, n'avait juré allégeance qu'à son honneur et ses principes de métamorphe, ainsi qu'à ses plus grands et irréalistes rêves. En somme, elle était de ces diamants bruts qui n'obéissaient qu'à eux-mêmes, non pas pour répandre le sang, mais plutôt pour combattre en faveur d'une vie meilleure. Dans l'obscurité de ce monde, Reikan était une sorte de lumière de volonté et d'espoir qui n'avait jamais cessé de grésiller afin d'éloigner les vices et les maux de l'Homme.

Mais l'esprit libre et indomptable de la féline était tombé entre les mains de la Cité Brumeuse, elle pour qui la hiérarchie était presque une religion. Malgré tout, la Fille du Lion de l'Atlas portait l'insigne de l'Eau avec fierté. En effet, Reikan avait su, au cours des saisons passées à aider la Brume, conserver cette forte attache avec le respect de ses convictions. Elle était même parvenue, au travers des passations de pouvoir entre Ombres de l'Eau, à ne pas perdre de vue ses objectifs les plus chers, sans mettre de côté son idéal d'un monde de paix. Brillante combattante, la féline était restée fidèle à elle-même, peu importe les circonstances. Pour sa lutte acharnée contre la cruauté humaine, la Fille de Yasei Ragna n'obéissait à personne, si ce n'était elle. Alors...

...À quoi dois-je une obéissance sans failles?

Proie à un typhon de pensées pendant quelques secondes, Reikan garda les yeux écarquillés, jusqu'à ce que son regard myosotis ne croise celui de l'animal à sang froid qui longeait son corps. De la voûte de son psyché venait de tomber une goutte d'idée, qui eut vite fait de rejoindre la mer de ses pensées pour l'amener à reprendre le dessus sur ses incertitudes. Après avoir ricoché inlassablement contre les parois de son esprit, la question de Nâam cessa de la tarauder, alors que sa volonté la plus profonde s'affirmait en son sein.

Sous les yeux de Nâam, la Fille du Désert revint à elle-même et fronça à nouveau les sourcils, dérangée par la tournure des choses. Son bras droit se fit bien plus épais et se couvrit sans tarder d'une dense et majestueuse fourrure tigrée, alors que sa main, désormais imposante patte de félin, glissait sur les écailles du reptile pour finir par le saisir au bas du crâne. Sa poigne bestiale se raffermit davantage pour l'étouffer et essayer de le forcer à desserrer son emprise sur elle, d'une façon des plus symboliques. Le reste du corps du serpent se détacha des courbes de la jolie brune, le tenant toujours par la tête sans difficulté avec son membre métamorphosé. La Tigresse blanche se redressa sans broncher, arborant à nouveau cette posture qui la caractérisait tant, celle anoblie par le temps et l'effort malgré les lourdes responsabilités qui sommeillaient sur ses épaules.

Ses pupilles éthérées, où gisait deux flammes d'audace et de volonté, se plantèrent dans celles du vieil homme. Et d'une voix claire, l'Héroïne de l'Eau au minois éprouvé par le combat s'exprima.

« À la Justice. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 19:39
L’épreuve était déjà passée, et réussie, pour Yasei Reikan, lorsque Nâam posa une dernière question. Pas de bonne, ou de mauvaise réponse, à celle-ci. Pourtant, le vieil homme a l’espoir que la brune puisse trouver la réponse adéquate. Le Yamamoto sait que sur ses épaules repose beaucoup de choses, à commencer par les espoirs de son clan, mais aussi ceux du village, et dans quelques instants, cela sera encore un peu plus vrai. Le reptile n’a aucune mauvaise intention à l’égard de la jeune femme, et obéit parfaitement à son maître. Ce n’est ni une invocation, ni un quelconque animal en communion avec lui, mais simplement son animal domestique, qui aurait pu périr si la Chûnin avait échoué. On peut ainsi dire que le Lieutenant-Général était confiant quant aux capacités de sa Capitaine, ou qu’il voulait se débarrasser de son serpent. Les mots sortent alors de la bouche de l’interrogée, et cela manque d’arracher un sourire à Nâam. Il le contient, son excitation vis-à-vis de l’avenir prometteur qui se profile devant la demoiselle lui plaisant, finalement. Il n’y a pas d’âge pour espérer voir de belles choses se produire, n’est-ce pas ?

« En effet, la justice. Voilà le seul et unique maître qui nous dirige tous, au sein de la Kenpei. En réalité, même le plus basique des shinobi se doit, en théorie, d’obéir à la justice uniquement. Beaucoup dévient de ce principe, ne souhaitant pas être asservis par une noble cause, mais ils se trompent. La justice, c’est la voix que chacun décide de suivre, ce que chacun trouve juste. Je dirais en fait qu’il existe deux types de justice… »

Il fait signe à la brune de le suivre, avant de continuer. De retour en haut – les deux animaux ayant débarrassé les lieux, chacun de leur côté – il invite de nouveau la féline à s’assoir. Cela ne durera plus très longtemps, de toute façon, mais il reste quelques mots à dire, du côté du Yamamoto.

« La justice collective et la justice individuelle. La première sera celle que devront suivre toutes les personnes d’un même groupe, et ne pas s’y plier se résulte bien souvent comme une trahison ou un manquement. La seconde est plus personnelle, plus aléatoire, mais peut, à certaines occasions, entrer en résonance avec la justice collective. Pour ma part, j’invite souvent les shinobis qui me paraissent prometteurs à se poser une question, et dès lors qu’ils auront trouvé une réponse, au travers de leurs expériences, je les invite à venir la confronter avec la mienne. Laquelle des deux justices mentionnées est la plus… juste, de manière générale ? »

Cette question n’attend pas de réponse, car bien souvent, elle change selon les événements qui se produisent. Nâam a déjà trouvé sa réponse, et sa position actuelle n’est pas usurpée, justement à grâce à cela. Un jour peut-être, Reikan reviendra ici-même donner une réponse aboutie, accompagnée d’une argumentation, mais ce jour n’est pas encore venu, il est trop tôt, ce joyau est trop brut pour être un parfait diamant de la justice. La main du vieil homme se balade dans un tiroir du bureau, et en retire quelque chose. Il le tend alors à la Yasei :

« Ce masque est la preuve de votre réussite à l’épreuve du Shiden. Yasei Reikan, vous êtes désormais la cinquième et dernière membre de cette unité d’élite. Ce masque, vous le porterez uniquement lors de vos interventions en tant que la cinquième élite. Votre nom, durant vos missions, sera oublié. Je vous laisse le choix d’une appellation que je transmettrai à vos équipiers, et qui sera la vôtre jusqu’à votre démission. »

Le masque, quant à lui, à une forme bien particulière… Mais quelle est-elle ?



Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam Empty
Lun 16 Mar 2020 - 16:26
Yasei Reikan avait tapé dans le mille, aux yeux du Lieutenant-Général. Pourtant, elle n'avait pas cherché à lui plaire d'une quelconque façon et l'avait fait en toute conviction, convaincue que cette réponse était la bonne. Du moins, elle l'était pour elle, peu importe ce qu'allait en juger Yamamoto Nâam dans les entrailles souterraines de Kirigakure. Au-delà des idéaux de la Main de la Justice qui se limitaient au cœur de l'Archipel, son Héroïne avait su se forger une opinion bien trempée au-delà des murailles de la Cité Brumeuse, lorsqu'elle arpentait encore les monts et les mers du monde entier il y a de cela bien des saisons passées à pérégriner. Son père, Yasei Ragna, avait d'ailleurs été le seul et l'unique à se démener pour la pousser à chercher sa propre définition de la Justice. Et la Tigresse blanche en avait trouvé une particulièrement ferme, grâce à lui.

Celle d'une Justice sans failles, qui ne laisserait plus jamais le sang couler inutilement de la main des Hommes. Un idéal pour la Fille du Lion de l'Atlas, un avenir follement irréalisable pour d'autres.

Sur les pas de son supérieur hiérarchique, la féline remontait les marches du souterrain caché de tous, en prenant la peine d'écouter ses dires. Le retour au bureau fut marqué par la question du vieil homme, alors même qu'il n'attendait aucune réponse de sa part. Pour autant, il était clair que la myriade d'idées se bousculant dans son esprit l'amenait à penser que ces deux types de justice avaient autant d'avantages que d'inconvénients, l'une comme l'autre. Mais pour l'heure, il semblait que c'était la justice personnelle qui guidait plus que toute autre chose les pas de la métamorphe. Ainsi, la jolie brune aux yeux d'éther se permit de rester debout dans la pièce tout en laissant Nâam s'asseoir.

Son regard s'échoua sur ce qu'il lui tendait. Un masque à la forme plutôt animale trônait dans la main du Yamamoto. Voilà que Reikan faisait désormais partie des Éclairs de la Brume, aux côtés des autres membres dont elle ne connaissait pas encore le nom. Elle faisait alors partie de ceux qui avaient la lourde responsabilité de protéger l'Ombre de l'Eau. Ce détail jouait gros sur la réputation des éléments du Shiden, eux qui se trouvaient au sommet de la hiérarchie de la Kenpei après le Mizukage et le Lieutenant-Général. Mais cela était loin de terrasser la changeforme, qui était prête à se battre et à risquer gros pour défendre les enfants de la Brume et l'Eau. À l'entente de ses dires, la Fille du Vent s'empêcha de transgresser la rigidité de son minois et retint sa satisfaction, par pur respect. Les fins doigts de sa dextre rejoignirent le masque en question pour se l'approprier, afin d'assimiler au mieux les traits bestiaux qu'il représentait.

masque de yasei reikan:
 

La native du Désert prit une poignée de secondes afin de réfléchir au nom qu'elle devrait porter dès ce jour, en sa qualité de nouvelle membre du Shiden. Et enfin, elle redressa la tête pour verrouiller ses pupilles dans celles du Lieutenant-Général.

« ...Gineko sera mon nom au sein du Shiden, Lieutenant-Général. »

*Gineko (銀猫, Félin d'argent)

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Paver le chemin de nouveaux horizons — ft. Yasei Reikan & Yamamoto Nâam

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: