Soutenez le forum !
1234
Partagez

Erasmus

Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Mer 19 Fév 2020 - 20:20
Depuis son dernier voyage, Fuyumi s’était déterminée à accomplir la tâche difficile de percer les secrets du clan Hokazuka. Si cet objectif n’était pas nouveau et qu'elle l'avait en tête depuis qu’elle avait entendu parler de ce clan cousin aux Inuzuka, sa volonté fut renforcée par les évènements récents. N’ayant pu entrer en contact avec un de ses membres au sein du village, elle ne pouvait compter sur l'aide de ses comparses pour découvrir les fondements de ces capacités permettant de s'associer à un animal. Elle avait bien fait le tour de la bibliothèque de l’Académie à la recherche d'informations, mais il ne s'y trouvait rien d’intéressant sur le sujet. Elle prit donc la décision de quérir l'enseignement là où elle était certaine de le trouver, dans la terre natale de ce clan, le pays du Bois.

Après s’être expliquée avec Amiko et Taiyo, leur expliquant la raison de ce voyage et celle pour laquelle ils ne pouvaient l’accompagner, elle partit en quête de son compagnon félin. Si ce dernier vivait périodiquement avec leur petite famille, appréciant particulièrement leur affection et l’apport alimentaire auquel il avait droit, il n'en restait pas moins un être indépendant. Pouvant passer plusieurs semaines consécutives loin de leur foyer, l’animal finissait toujours par revenir dans les bras de la Jonin. Celle-ci n'avait cependant pas le temps ni la patience d'attendre son retour.

Si le spectacle d'une aveugle cherchant un animal pouvait sembler amusant pour certains au sein du village, elle n’était pas aussi démunie qu'elle pouvait en avoir l'apparence. Ses capacités sensorielles se révélaient utiles aussi bien en combat que dans ce genre de situation. Connaissant parfaitement son compagnon, il ne lui était pas compliqué de le différencier de toutes les autres sources de chakra se trouvant à Iwa. Si elle fut bien contrainte de parcourir l'ensemble du village à pieds et d'emprunter des rues qu’elle ne connaissaient pas, ce qui se révélait particulièrement contraignant avec son handicap, elle finit par lui mettre la main dessus. Ayant remarqué la traque de la jeune femme, il s’était mis en tête de jouer avec elle en lui compliquant la tâche. Il comprit toutefois rapidement qu’il n’y avait pas grand-chose qu’il pouvait faire contre une kunoichi de ce niveau et se montra à nouveau docile une fois ses jeux terminés.

Si sa relation avec l'animal était encore trop peu développée pour communiquer avec lui efficacement, Fuyumi réussit tout de même à lui faire comprendre qu'elle attendait de lui qu'il la suive. S'il n’était pas du genre à suivre ses indications, l'usage de quelques biscuits fut en mesure de le convaincre bien rapidement. Le duo prit alors la route du Sud-Ouest pour se diriger vers Hayashi ni Kuni. La jeune femme privilégiait les déplacements équestres, mais elle se doutait que son compagnon n’était pas du même avis et surtout, en l'absence d'un guide voyant, elle avait bien du mal à diriger une monture.

La route était donc bien longue pour la jeune femme, surtout que son voyage fut régulièrement entrecoupé de pauses imposées par le félin et ses prédispositions au jeu et la paresse. Fuyumi n'avait pas prévenu les autorités du village de son départ tout comme personne au sein du pays du Bois n’était au courant de son arrivée. Elle ne prit même pas la peine de dissimuler sa provenance ou ses objectifs, en discutant librement avec les différentes personnes qu’elle croisa sur son périple. Les marchands et autres voyageurs l'aidèrent volontiers en l'accueillant sur leurs chariots pour soulager ses jambes, bien ravis de recevoir une protection temporaire et gratuite. Puisque les relations commerciales entre Hayashi et Tsuchi avaient repris leur cours habituel, ce n’était plus un trajet comportant de véritables dangers. La principale difficulté restait de contenir la fougue du jeune chat qui avait bien du mal à respecter la volonté de voyage de la jeune femme.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Jeu 20 Fév 2020 - 19:35

Arrivée au pays du Bois, Fuyumi suivit le dernier marchand qu’elle escortait jusqu’à sa destination. Si elle s’était rendue en ces terres étrangères avec un objectif précis, elle n'en restait pas moins ignorante sur l'endroit où elle pouvait trouver ce qu’elle cherchait. Son handicap la poussait également à dépendre d'autrui pour voyager. Arrivant dans une petite bourgade, elle prit aussitôt la direction du lieu de travail de son responsable. Espérant y obtenir une entrevue avec ce dernier, elle fut contrainte de se contenter d'une brève discussion avec son assistante, bien peu décidée à lui apporter des informations pertinentes. Un peu d'insistance et beaucoup de politesse lui permirent tout de même d’acquérir des indications sur une localisation présumée d'un groupe d'Hokazuka au sein d'une forêt voisine.

Si l’information en elle-même pouvait paraître intéressante, même en prenant en considération sa nature hypothétique, la topographie d'Hayashi la rendait vague, voire risible. Cela n'allait cependant pas décourager la Jonin qui décida tout de même d’emprunter la direction indiquée sans perdre plus de temps dans un village peu habitué aux étrangers. Si ses pas la menaient pour la première fois en ces terres, la jeune femme n’ignorait pas pour autant que les forêts du pays n'avaient rien d'accueillant. S’arrêtant peu après la sortie du village, attendant d’être suffisamment éloignée des regards indiscrets, elle sortit de son sac une tenue qu'elle avait préparé en prévision de difficultés semblable.

La transformation physique qu’elle s'était imposée en quittant le pays de la Pluie une décennie plus tôt la contraignait souvent au prix d’une apparence bien différente. Même en gardant son prénom, elle put ainsi se forger une nouvelle identité. En enlevant son masque et en assumant son ancien style vestimentaire, elle n'était pas méconnaissable pour autant, mais elle se garantissait tout du moins de l’être pour ceux qui lui étaient inconnus. Au bout d’une dizaine d’années et dans un autre pays, elle ne risquait pas non plus d’être confrontée aux fantômes de son passé. Même dans l'hypothèse saugrenue où cela venait à lui arriver, la gamine pleine de fougue et de rancœur, inconsciente des dangers auxquels elle s'exposait, n’était plus qu’un lointain souvenir à ses yeux. Désormais prête à accueillir tout ce qui pouvait s'imposer à sa route avec toute la puissance qu'elle avait développée, ses anciens démons ne devaient leur survie qu’à la grâce de son manque de volonté à les abattre.

La jeune femme se déshabilla donc à l’abri des regards, avant de s’agenouiller au sol en sous-vêtements. Sortant un kunaï de sa besace, elle plaqua ses mains et son front contre le sol.

Puisse Votre grâce excuser mon affront, commença à marmonner Fuyumi toujours plaquée contre la terre. En cette épreuve que je m’impose, je faillis à mes vœux et me rend coupable de faiblesse dans ma volonté. Puissiez Vous accepter ma pénitence et ma faiblesse en continuant à m'accorder Votre bénédiction.

Relevant son buste, elle courba son bras pour déposer la pointe de l’arme contre le bas de son dos. Puis, d’un mouvement lent et assuré, elle découpa ce dernier jusqu’à atteindre l'attache de son soutien-gorge sur une quinzaine de millimètres de profondeur.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Ven 21 Fév 2020 - 12:36
Profitant quelques secondes de la sensation délivrée par cet acte sanglant, elle finit par se redresser complètement avant d'enfiler la tenue qu'elle avait préparée. Celle-ci s’imbiba aussitôt du flot de sang qui s’écoulait continuellement de la blessure. Bien que cela ne pouvait être agréable pour la jeune femme, elle avait décidé de ne pas panser la blessure pour une raison supplémentaire à sa dévotion religieuse. Elle espérait attirer l'attention des Hokazuka avec une odeur puissante et difficile à ignorer. Elle savait que ce n’était pas celle-ci qui allait rassurer un clan d'ermites, mais ne pouvait pas non plus compter sur des pleutres pour assister une inconnue et lui dévoiler leurs secrets claniques.

Elle s'enfonça alors dans les profondeurs de la forêt. Quittant le semblant de sécurité qu'offrait les routes jusqu’alors, elle remarqua rapidement en quoi l’écosystème de ce pays n'avait rien à voir avec les forêts de la Terre. La jeune femme se sentait souvent oppressée à cause de son masque, mais c’était bien la première fois depuis bien longtemps qu'elle avait cette sensation le visage découvert. Aussi bien la faune que la flore semblaient l’observer, cherchant la moindre faille dans son attention pour l’ingérer. Si le sang qui s’écoulait ne devait pas jouer en sa faveur, Fuyumi ne laissa pas cette sensation dicter ses émotions. Ce n’était pas des animaux ou, pire, des plantes qui allaient l’effrayer. Pour le petit chat qui l’accompagnait, c’était cependant une autre histoire. D'un naturel téméraire et rassurée par la présence à ses côtés, il restait à l’affût constamment. Son odorat bien supérieur à celui de Fuyumi lui indiquait de nombreux dangers auxquels il se savait incapable d'affronter seul. Cela avait au moins l'avantage pour la jeune femme qu’il n'osait plus dévier du chemin, se contentant de marcher collé à ses jambes.

Au bout de plusieurs heures de marche au sein de la forêt, alors que la nuit commençait à s’installer progressivement, le duo fit la rencontre d'un animal leur barrant la route. Un immense sanglier leur faisait face, les observant sans se déplacer. Il trépignait en soufflant du nez, raclant le sol de ses pattes, prêt à les charger à tout instant. Malgré sa taille, l'animal était loin d’inquiéter la Jonin, mais elle n’était pas dupe pour autant. Si elle savait que de nombreux animaux sauvages résidaient en ces terres, elle n'oubliait pas le motif de son voyage et ne pouvait éliminer une bête sans précaution. Même après avoir réalisé une technique de détection de chakra, se révélant l'absence de shinobis dans les parages, elle ne comptait pas abattre une créature pouvant être le compagnon d'un des individus qu’elle recherchait. Elle saisit alors le chat dans ses bras avant de bondir sur une branche d'arbre par-dessus l'animal.

Alors, qu'elle se stabilisait sur la branche, observant le comportement de l'animal en contrebas, elle fut aussitôt surprise par l'arrivée inopinée d'un petit faucon piquant dans sa direction. Les mains prises par le maintien du félin et incapable d'esquiver sans appuis convenable, elle ne put réagir à cette attaque visant directement son bras porteur. Déchirant violemment la peau de ce dernier avec ses serres, le rapace réussit à briser la prise, provoquant la chute du félin vers le sol. Si ces derniers étaient réputés pour être particulièrement résistant aux chutes, la hauteur étant conséquente, la jeune femme préféra ne pas risquer sa sécurité et plongea dans sa direction, le rattrapant au vol. Elle se retourna alors dans les airs, pour amortir sa chute en l'encaissant à sa place.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Mer 26 Fév 2020 - 20:04
Percutant le sol avec violence, la femme fut momentanément étourdie, perdant sa concentration quelques instants. Elle retrouva ses esprits lorsqu’elle ressenti une forte pression contre ses épaules. Ouvrant à nouveau ses yeux, elle aperçut alors le sanglier presque collé à son visage, l’écrasant de tout son poids sur son épaule. De l'autre côté de son buste se trouvait un homme également avachi contre elle, maintenant son autre épaule. Visiblement âgé d'une quarantaine d'années, il présentait toutes les caractéristiques physiques que Fuyumi pouvait imaginer d'un homme vivant dans cette forêt ; des cheveux hirsutes, une pilosité abondante et mal entretenue, des traits abrupts et un assemblage de peaux et de fourrure en guise d'habillement. La Jonin n’était pas du genre à se fier aux stéréotypes, mais elle ne pouvait qu’en conclure qu'elle venait de trouver ce dont elle avait besoin, même s’il ne s'agissait pas exactement de la situation qu’elle espérait.

Tenant toujours le chat entre ses bras, elle réalisa rapidement qu'elle ne pouvait effectuer le moindre mouvement sans user de force brute et risquer de blesser son compagnon. La situation n’était clairement pas à son avantage, mais elle n'avait pas encore atteint un point où elle devait choisir entre la bête et sa propre survie. Une voix féminine se fit alors entendre derrière elle, indiquant la présence d'une seconde personne, l'interpellant avec autorité :

— Qu'est-ce que tu fais ici ? Une shinobi étrangère dans cette forêt, tu nous veux quoi ?

Essayant de tourner sa tête pour apercevoir la propriétaire de cette voix, l'amejine fut interrompue dans son effort par un pied s’écrasant contre son crâne, l'immobilisant à son tour. La patience et la tempérance de la jeune femme furent mises à rude épreuve par cette situation, elle qui ne supportait habituellement pas d’être ainsi restreinte. Elle réussit malgré tout à rester docile ayant anticipé une telle conséquence de sa décision d'attirer ceux qu'elle cherchait en se recouvrant de sang.

— Excusez moi pour cette visite impromptue,
répondit-elle avec tout le calme dans sa voix qu'elle pouvait produire, il faut bien dire qu'il est tout aussi complexe de vous contacter que de vous trouver. J'imagine bien que cela ne vous ait pas agréable de voir surgir des inconnus sur vos terres, mais…

— Eh ! Interrompit l'inconnue en rajoutant de la force dans son pied toujours posé sur la chevelure de Fuyumi. Je t'ai posé une question, tu nous connais pas, ton avis j'm'en branle ! Alors t’arrête avec tes grands mots et tu nous dis ce que tu nous veux.

— Je suis venue pour apprendre de votre clan, répondit Fuyumi, résignée à abandonner l’idée de soigner les apparences. Cela fait longtemps que je m'efforce de découvrir votre capacité à créer un lien empathique avec un compagnon animal et je suis finalement venue à votre rencontre.

— T'entends ça Roku ? Elle veut apprendre nos secrets claniques ! Elle manque pas de culot la petite.


— Ça explique au moins pourquoi elle cherche à protéger ce chat, répondit le dénommé Roku d'une voix bien plus frêle que ce que son apparence laissait deviner, j'avais raison de vouloir vérifier. En plus, maintenant qu’elle est là, je sens bien que le sang est le sien.

— Oh commence pas hein ! On aurait quand-même pu la tuer y’a deux heures et rentrer pour le dîner.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Mer 26 Fév 2020 - 20:16
Toujours plaquée au sol, Fuyumi arrêta bien vite de prendre part à la conversation. Roku et la femme qui l’accompagnait se disputèrent pendant de longues minutes au dessus de son corps. Le premier était intrigué par l'iwajine et souhaitait au moins tester sa volonté. Son amie, bien plus pragmatique, souhaitait surtout de débarrasser d'elle. Bien que la spécialité de la membre du Manazuru était bien la diplomatie, elle préféra pour une fois rester silencieuse tant que son avis n’était pas requis. La dynamique relationnelle entre ses deux abducteurs ne pouvait être plus limpide. L'homme semblait être capable de raisonner son amie uniquement grâce à leur proximité et s'il n’apparaissait pas bien convaincant, il restait la meilleure chance pour la Jonin de résoudre la situation sans violence. Quant à son chat, bien plus docile qu’à son habitude, il semblait comprendre la danger auquel il avait été exposé puisqu’il restait immobile, réfugié entre les bras protecteurs de la jeune femme.

À la plaisante surprise de Fuyumi, ce fut l’homme plaidant en sa faveur qui remporta l'argument. Ne souhaitant laisser la crainte dominer ses décisions, il s'engagea auprès de sa camarade de porter la responsabilité de cette décision. Cette dernière se révéla également peu dérangée à l’idée de voir sa capacité révélée, craignant surtout les dangers qu’une étrangère pouvait apporter sur son territoire. La Jonin restée dans son mutisme tout du long réussit tout de même à acquérir des informations intéressantes au cours de la conversation. Si elle se demandait toujours la nature du lien qui unissait les deux Hokazukas, elle apprit que le sanglier était le compagnon de l'homme et le faucon celui de la femme. Les deux vivaient ensemble, ou du moins au même endroit, et ne semblaient pas appartenir à une communauté plus large. Elle s’attrista quelque peu de la solitude dans laquelle ils s’étaient plongés, mais ne pouvait que reconnaître une admiration pour la liberté que cela leur conférait. Leurs décisions ne semblaient motivées que par leurs envies et leurs instincts, laissant morale et obligations sociales en dehors.

— Très bien, conclus la femme Hokazuka en retirant son pied de la tête de Fuyumi, mais ne va pas penser qu'on te fait confiance pour autant. On chasse dans cette forêt depuis des décennies, tu seras morte avant d'en sortir si tu te comportes pas correctement.

Le sanglier s’écarta alors en même temps que son compagnon, relâchant ainsi toute restreinte contre la jeune femme. L'homme saisit alors sa main, l’aidant à se relever sans aucune délicatesse. Relâchant à son tour l'emprise qu'elle avait sur son compagnon à fourrure, le laissant enfin libre de ses mouvements, la jeune femme se redressa donc avant de secouer légèrement sa chevelure, faisant chuter la terre apposée par la chaussure de l'Hokazuka. Le reste de ses vêtements n’était pas plus propre, surtout qu’une grande partie était recouverte de sang, mais cela lui était tout de même moins désagréable.

— Je ne suis venue ici que pour suivre votre apprentissage,
dit Fuyumi en se raclant la gorge, je n'ai nul besoin de votre confiance ou de vos menaces. Je suivrais vos instructions le temps nécessaire, puis je vous laisserai en paix.

La femme Hokazuka se tourna de nouveau vers l'amejine, agacée par son ton hautain. Loin d’être en manque de commentaire à rétorquer, elle se ravisa d'en prononcer en croisant le regard de Fuyumi. L’intensité de la volonté de cette dernière faisait luire ses yeux cramoisies. Si cette volonté se moquait bien de toute éthique, elle restait des plus sincères, ce qui ne pouvait passer inaperçu. L’Hokazuka se contenta alors de soupirer avant prendre la route vers son camp.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Mer 26 Fév 2020 - 22:06
La traversée de la forêt n'avait pas réellement inspiré confiance à la Jonin, mais en voyant d'elle-même la tranquillité de ses deux guides, elle fut quelque peu rassurée. Elle réalisa bien vite en les observant se déplacer que les stéréotypes entendus à propos des habitants de ce pays ne provenaient pas de nulle part. Seul son chat, encore sous le choc du conflit précédent, restait très méfiant, collant les jambes de son amie sans oser s'approcher du reste du groupe.

À la fin d'une heure de marche particulièrement difficile, la compagnie arriva aux abords d'une clairière. Une hutte vétuste se présenta alors à eux, aux côtés d'une immense cabane répartie comme un réseau parmi les arbres avoisinants. La femme et son faucon s'éclipsèrent aussitôt à l’intérieur tandis que son ami arrêtait la Jonin pour lui faire signe de le suivre ailleurs. Ils poursuivirent alors leur route, traversant la clairière et plongeant à nouveau dans les méandres forestiers. Leur destination ne fut toutefois pas aussi éloignée puisque quelques minutes leur suffirent pour atteindre un petit ruisseau où s'interrompit l'homme.

S'installant sur un rocher au bord du cours d'eau tandis que son sanglier s'y abreuva aussitôt, l'homme se tourna vers Fuyumi, l’invitant à s'assoir à son tour.

— Bon, on va commencer par faire les présentations, annonça Roku d'une voix encore plus douce que précédemment, je suis Hokazuka Roku, lui c’est Paku. On vit ici avec ma sœur depuis plus de trente ans. On croise rarement des visiteurs et ceux qui viennent ne sont pas là pour le tourisme. Tu l'excuseras donc de sa suspicion.

— Roku et Paku, je m'appelle Fuyumi. Je l'ai recueilli au début de l’été. Maintenant que j'y pense c’était peut-être ridicule de ma part, mais je n'ai jamais osé lui attribuer un nom. J'ignorais tout de ses origines, je m’étais dis que le temps ferait son affaire et qu’une idée finirait par se révéler évidente. Je voyais pas l'intérêt de lui en imposer un en attendant.

Roku essaya alors de se contenir pendant quelques instants avant d’éclater d'un rire franc et passionné. Assenant au passage une tape contre l’épaule de Fuyumi, qui restait impassible, presque vexée, il se calma rapidement avant de ramener Paku contre ses jambes.

— C’est vraiment inhabituel, mais je commence à me dire que tu as l'habitude de te démarquer des normes. Pour tout te dire, lorsque j’ai rencontré Paku, je l'appelais Commandant Goinfre. C’était ridicule et même lui s'en rendait compte. C’est en développant notre lien empathique que nous avons pu en discuter et que nous avons choisi Paku. Les changements ne sont pas si rares lors de cette étape, je suppose que tu t’es surtout évité des reproches.

Un sourire s'afficha discrètement sur le visage de Fuyumi tandis qu'elle entendait ces mots. Caressant la nuque de son compagnon, elle l'examina attentivement. Après la lecture de nombreux ouvrages évoquant ce sujet, elle ne concevait que difficilement l'empathie nécessaire à une telle connexion entre eux. Même après des mois passés à choyer cet être et à analyser son comportement et ses envies, aucun lien particulier ne s’était formé. Cela ne l'avait pas surprise pour autant, bien que ses recherches n'explicitait pas le processus, elle avait bien compris que cela faisait partie des secrets claniques.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Jeu 27 Fév 2020 - 0:36

La conversation entre Roku et Fuyumi se poursuivit donc. S'il ne se gênait jamais pour poser ses questions, l'Hokazuka se révéla bien peu exigeant sur les réponses. Il comprit rapidement que la jeune femme ne souhaitait pas trop en dévoiler sur son passé et ses activités actuelles et ne semblait pas vouloir persister sur ce sujet. Il se limita donc naturellement à l'interroger sur sa relation avec le félin, mais également sur ses rapports avec les gens et les animaux en général. Entraînée dans le flot d'une discussion, elle se surprit elle-même à évoquer des sujets restés bien longtemps bannis de son répertoire. Avec un interlocuteur curieux et sans jugement, elle n'eut aucune difficulté à évoquer ses difficultés et ses peurs. Même sa religion, sujet particulièrement sensible à ses yeux, fut discuté sans censure. Au-delà d'une facilité de dialogue particulière avec Roku l'incitant à en dévoiler plus qu'elle ne le devrait, elle possédait une certaine sensibilité lui permettant de repérer les individus qui lui étaient similaires. Elle ressentait bien que Roku et sa sœur partageaient la même volonté transcendante, une nature éprise d'une liberté ne pouvant être limitée par la morale ou la loi. Elle ne chercha pas à l'atteindre par sa foi pour autant, ne satisfaisant que la curiosité d'un homme respectant déjà tous les principes qu'elle pouvait enseigner.

Alors que les heures défilaient, chacun découvrit de l'autre tout ce qui pouvait être exprimé verbalement et qui n’était pas destiné à rester secret. Si l'origine et la motivation de sa venue sur ces terres importaient bien plus que le plaisir d'un échange, Fuyumi apprécia grandement la libération qu’une telle conversation eut sur elle. Perdue entre devoir et secrets dans un village militaire, entre proches à protéger et collègues méfiants, elle jouaient quotidiennement entre mensonges et omissions, modelant la vérité et les apparences pour délivrer des messages précis et préalablement définis. Au-delà d'une honnêteté surprenante, elle fut surtout désarçonnée par sa propre spontanéité. Agir naturellement en suivant ses envies primaires faisait partie des préceptes religieux qu'elle avait été contrainte de restreindre, en attendant de trouver une terre accueillante.

De cette spontanéité naquit rapidement une alchimie avec Roku qui se surprit également à en dévoiler bien plus qu’il n'en avait l'intention. Appréciant grandement la vie dans la forêt avec sa sœur, il regrettait souvent l’absence de nouvelles têtes. L’anxiété sociale de sa sœur conduisit leur famille à vivre recluse, même des autres membres du clan. Il ne regrettait pas cette décision et ne souhaitait pas changer, mais cela ne l’empêchait pas de devoir affronter les inconvénients de cette volonté. Entre les guerres et autres conflits n’épargnant pas le pays du Bois, ils finissaient souvent par éconduire ceux qui bravaient les dangers de la forêt.

N'oubliant pas la raison de la venue de son invitée, il expliqua également en détail la relation qu’il entretenait avec Paku. Fuyumi travailla des exercices de la conception de son tuteur pour se rapprocher émotionnellement du chat. La journée s’écoula rapidement entre leurs discussions et les exercices.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Jeu 27 Fév 2020 - 8:56
Fuyumi passa donc la nuit dans les arbres, au sein de la cabane servant de chambre à Roku. Prise d'affection pour l'Hokazuka à force de se dévoiler à lui, elle se proposa naturellement, à son grand plaisir, pour combler sa frustration charnelle. Cela ne les empêchèrent pas de se lever dès l'aurore, ignorant la fatigue accumulée, et de reprendre l'apprentissage laissé en suspend.

Après une nouvelle série d'exercices, Roku finit par dévoiler la méthode qu'on lui avait enseigné pour passer d'une attache affective avec son compagnon animal au véritable lien empathique qui faisait la spécificité de son clan. Après une démonstration et avoir vérifié auprès de Fuyumi qu’elle avait bien saisi ses conseils, il se retira. Laissée seule dans la forêt avec son chat, elle prit ce dernier sur ses cuisses en s'asseyant sur une vieille souche. Concentrant son esprit sur un message, une émotion à transmettre, elle apposa ses mains sur la fourrure de l'animal pour faire circuler son chakra à travers lui. Il ne s’agissait pas d’augmenter ses réserves, simplement de créer un lien de chakra intime. Ellee n’attendait pas vraiment de réponse, un peu sceptique sur cette méthode déjà annoncée comme un long procédé. Elle continua ainsi pendant de longues heures sans résultat apparent, caressant l'animal, lui adressant même quelques mots par moment. Elle passa ainsi toute la journée à communier avec lui, prenant tout de même quelques pauses pour manger et pour le laisser s'amuser un peu.

Le chat ne semblait tout d’abord ne voir aucun intérêt à cet exercice, se contentant de profiter de l’attention reçue, restant à proximité de Fuyumi simplement par peur de l'environnement. Son attention se transforma cependant au fil de la journée, respectant de plus en plus l’intérêt de la jeune femme. Lorsque le Soleil fut couché, elle se sentait toujours bien loin de la réussite, mais elle remarquait également des progrès. Les mois précédents suffisaient pour créer une attache affective entre les deux, mais l'empathie ne faisait pas partie des points forts de Fuyumi. Pourtant émotive de nature, la jeune femme éprouvait toujours des difficultés à se mettre à la place d'autrui et à être affectée par leurs émotions. L’entraînement pourtant encore incomplet suffisait déjà à saisir les intentions de son compagnon avec bien plus de précision.

Après une seconde nuit passée en compagnie de Roku, elle reprit l’exercice de la veille. Ce ne fut qu'en fin de journée, alors que le lien entre la jeune femme et l'animal commençait à prendre une forme se rapprochant de ce qu'elle pouvait attendre que l'Hokazuka intervint. Après une analyse de ces progrès, il estima que la préparation du duo suffisait pour passer à la partie finale de l’élaboration de leur lien. Cette dernière nécessitait l’accomplissement d'un rituel spécifique auquel Fuyumi n'eut aucun problème à suivre.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Jeu 27 Fév 2020 - 14:06
La faible lueur de la Lune se faufilait aux travers des branches et des feuilles pour venir éclairer le terrain choisi par Roku. Complètement dévêtue sous ses instructions, Fuyumi se tenait en tailleur sur une grande dalle en pierre. L’Hokazuka rassura la jeune femme sur les faibles risques que comportait la procédure tandis qu’il finissait de tracer un sceau tout autour d'elle. Sa sœur, qui avait bien compris ce qui se tramait, était perchée sur la branche d'un arbre à proximité, son faucon à ses côtés. Observant la scène avec dédain, elle resta toutefois silencieuse, respectant la décision de Roku et la tradition de leur famille.

Je me dois de te le demander avant qu’il ne soit trop tard, dit Roku tout en continuant les préparatifs. Es-tu sûre de vouloir poursuivre dans cette voie ? Une fois le rituel accomplie, le lien qui vous unie sera définitif. Pas de marche arrière avec un lien empathique aussi profond.

Sans un mot, Fuyumi acquiesça avant d’inviter son compagnon animal à la rejoindre au centre du fuinjutsu. Si les engagements sur le long terme ne la plaisaient guère, elle comprenait bien que celui-ci n’était qu'émotionnel et qu'il ne risquait pas d'entraver sa liberté. Le félin doutait bien plus des conséquences du rituel. S’il avait compris grâce à sa nouvelle connexion à Fuyumi quel était son objectif, il réalisait bien ne pas saisir ses implications.

Dans ce cas, nous allons pouvoir commencer, commenta Roku en traçant le dernier segment de sa technique, pose le dans le cercle face à toi et reste bien à l'intérieur du tien. Quand mes inscriptions s'illumineront, qu'importe ce que tu ressens, il est indispensable de ne pas perturber le procédé, au risque de briser définitivement votre lien, ou pire, de laisser un vide dans vos esprits. Je peux t'assurer que ce n’est pas une conséquence à prendre à la légère. J'ai déjà assisté à pareille situation, le pauvre s'est suicidé quelques jours après, ne pouvant plus supporter ses propres émotions.

Joignant les paroles aux actes, l’Hokazuka réalisa une série de mudras avant d'activer sa réalisation. Les différents symboles la composant se chargèrent peu à peu de son chakra, dégageant une faible lumière bleutée. Les uns après les autres, ils s'activèrent pour former un cercle autour de Fuyumi et du chat avant de se poursuivre à l’intérieur, dévoilant la figure géométrique qu’ils dessinaient. L'effet de la technique ne tarda pas à se faire sentir. Ce qui démarra comme une légère sensation de confusion chez la jeune femme se transforma rapidement en une impression de déchirure mentale. Perdant le fil de ses pensées, Fuyumi afficha rapidement une expression de douleur sur son visage en ressentant sa conscience se fragmenter hors de tout contrôle.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi
Fuyumi
Fuyumi

Erasmus  Empty
Jeu 27 Fév 2020 - 17:52
Pendant quelques secondes de souffrances et de panique lui semblant durer une éternité, Fuyumi fut perdue entre son esprit et celui du chat, revivant des souvenirs ne lui appartenant pas, entre sensations nouvelles et pertes cognitives. Au sein de la confusion naquit alors un début de cohérence, comme un fil d’Ariane reliant la conscience de la jeune femme à la raison. Bravant le flot d’émotions étrangères qui l'assaillait, elle se dirigea vers ce phare la guidant hors de son état actuel. Alors que son esprit se restaurait progressivement, les émotions confuses se clarifièrent pour laisser place à une sensation inconnue et rassurante. Si c’était la première fois qu'elle ressentait cela, elle pouvait s’empêcher d’y trouver une certaine familiarité, comme déjà habituée à sa présence. Elle réalisa alors peu à peu la similarité avec son entraînement des derniers jours. Le flot émotionnel qu'elle provoquait temporaire en infusant son chakra dans le félin semblait l'envelopper sans son intervention. Elle ressentait ce qu’il ressentait sans le moindre contrôle au travers d'un lien bien plus profond, bien plus complexe, bien plus permanent.

Elle ouvrit alors les yeux pour regarder son compagnon. Ce dernier se tenait tranquillement face à elle, bien moins nerveux qu'auparavant, alors que le scintillement des runes se dissipait. Lorsque toute lueur bleutée fut éteinte, le flot incessant s'interrompit apaisant leurs esprits exténués. D'abord surprise par cette observation, la jeune femme remarqua cependant que leur connexion restait intacte. Telle une porte séparant leurs esprits qui venait de se fermer, mais toujours présente, leur lien demeurait en ce jour et à jamais

Cela conclue la cérémonie d'unification, commenta Roku, brisant l'introspection des deux esprits encore étourdis. Félicitations à vous deux, votre lien a été plus fort que vos doutes. Pour être honnête, je n’étais vraiment pas persuadé de cette réussite, n'ayant jamais assisté à cette cérémonie sur des participants aussi peu entraînés. On dirait que j'ai bien fait de ne pas émettre mes doutes plus tôt !

Riant de bon cœur à sa propre remarque sous le regard médusé de la Jonin, il entreprit aussitôt de ranger son matériel. La jeune femme ne souhaitant pas chercher à savoir s'il ne s'agissait que d'une plaisanterie ou si elle venait de servir de cobaye, elle n'insista pas, satisfaite d'un résultat positif. Elle s'entreprît donc de se rhabiller en silence, cherchant à faire de l'ordre dans sa tête.

La sœur de Roku, restée spectatrice de la cérémonie jusqu’à présent, sauta alors de sa branche avant de s'approcher avec détermination du groupe, rapidement suivi par son rapace.

J'arrive pas à croire que tu aies été jusque là pour satisfaire ta curiosité, s'exclama-t-elle envers Roku avant de s'adresser à Fuyumi, et toi qui le suis sans réfléchir… M'enfin, faut croire que ça ne vous servira pas de leçon cette fois-ci. Au moins, on aura apprit que les trois mois d’entraînement n’étaient pas absolument nécessaires comme nous rabâchait Papa.

Commençant à comprendre la situation, Fuyumi se tourna vers son mentor à la recherche d'explications plus précise.

Ça fait trente ans que je connais ce sceau, répondit ce dernier avec un ton léger, n’allez pas penser qu'il s'agissait d'un test irréfléchi. Alors, oui, j'avais aucun moyen d’être sûr d'une réussite, oui, j'ai grandement minimisé les risques encourus, mais cela n’aurait pu fonctionner si vous n'aviez pas confiance en la procédure. Et puis regardez le résultat, la cérémonie a fonctionné et Fuyumi va pouvoir repartir dans le délai que tu voulais, tu sais très bien que ce n’était pas en l'espace de quelques jours que j'aurais pu faire quoi que ce soit. Quatre jours, franchement ? Je crois qu’on peut s’avouer être ici entre personnes déraisonnables, alors venez pas me faire chier pour des détails. Je veux dire, Fuyumi, je t’apprécie hein, mais mettre ta vie entre mes mains comme tu viens le faire alors que l'on se connaît à peine, ce n’était pas la meilleure idée non plus.

Je n'ai que faire de ce qui aurait pu se produire, répondit Fuyumi, j'ai fais confiance à celui qui m’a aidé. Je risque ma vie au quotidien avec le sourire aux lèvres, si la mort souhaite me recueillir plus tôt, alors soit. Je n’apprécie pas que tu m'aies caché la vérité, que ce soit sur le rituel ou sur la durée de mon séjour, je pensais au moins obtenir de vous deux une véritable honnêteté. Cependant, je suis venue quémander votre aide sans rien vous offrir en retour et malgré le dérangement et votre poursuite d’intérêt personnels, vous me l'avez offerte. Maintenant, puisque le voile des non dits a été soulevé, il ne me reste plus qu'à vous quitter.

J'ai réussi à te négocier quatre jours tu sais, enchérit Roku d'un ton espiègle, tu n'as pas pas besoin de partir avant demain.

Je te remercie pour ce que tu as fais pour nous, quelques soient t’es motivations, mais je ne saurais prolonger mon séjour. Ma reconnaissance a ses limites et la liberté que tu as prise à notre égard en fait partie. J’espère que les résultats de tes expériences en valaient la peine.

Comme pour souligner les paroles de Fuyumi, son chat bondit pour s'installer sur son épaule tandis qu'elle s’éloignait des deux Hokazukas sans rien ajouter. La déception se lisait sur le visage de Roku qui regardait la jeune femme partir.

_________________
Erasmus  Fufyfufyufyuf
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7683-terminee-fuyumi

Erasmus

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: