Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi

Aller à la page : Précédent  1, 2
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Mar 26 Mai 2020 - 14:05





Prise d’une soudaine nouvelle énergie, la kunoichi se fit détermination à emménager dès le lendemain aux aurores. Elle savait déjà qu’elle ne dormirait pas beaucoup cette nuit, le temps de préparer ses affaires sous une décision plutôt prise sur le moment. Aimi aimait bien se faire des petites surprises comme ça, des défis qui allaient changer la suite de son rythme de vie. Son visage tourné vers son ami, elle sourit de toutes ses dents avant de se rendre au restaurant. Une fois arrivée, la Chiwa fut accueillie par une lumière chaleureuse et une odeur appétissante ainsi que les grognements du ventre du Miyamoto. La douce ne put s’empêcher de rire devant autant d'insouciance et de mignonitude. .

« Ne t’inquiète pas, je suis morte de faim aussi ! Tu m’en diras des nouvelles dans ce cas ! »

Une fois à table, la rubiconde lui fit un petit résumé de ce qu’elle aimait le plus ici. Dans une nouvelle ambiance, avec des personnes familières et Teruyo, la Chiwa avait envie de penser à autre chose, de se libérer l’esprit. Elle sourit doucement, cette esquisse qui cachait sûrement beaucoup de poids sur son cœur, mais qui rayonnait quand même. Regardant sa carte, elle laissa le rouquin s’adressait en premier à la serveuse. Son nez dépassait du menu tandis qu’elle le regardait avec de gros yeux, tout comme la jeune femme qui notait le tout à une vitesse exemplaire. Celui-ci tout innocemment, s’adressa à la Chiwa comme si c’était naturel. La rousse sourit et demanda alors à la serveuse ses rouleaux d’omelette et prendrait le même thé que son camarade.

« Je te ferai goûter, mais… tu me feras goûter les tiens aussi ! »

Par la suite, il la questionna sur la raison pour laquelle elle appréciait autant cette omelette. Un sourire se dessina sur le minois de la combattante. Elle venait très souvent ici pour se détendre et prendre une pause méritée. La rousse avait même emmené Toph déjeuner ici et ce fut à cet instant qu’elle lui vouait un profond respect et une affection certaine. Maintenant, elle avait fait découvrir au père de famille son petit cocon, son petit endroit précieux.

« Étant donné que je passe pratiquement mes journées à l’hôpital, c’est l’endroit le plus proche pour y manger. Je pourrais faire mes propres repas, mais ces omelettes m’ont charmées dès l’instant où je les ai goûtées. Ce n’est pas toujours facile de travailler à l’hôpital et le moral ne va pas forcément. On est avec beaucoup de blessés, de malades, il y aussi des décès des fois, en plus de la tâche de travail derrière. Alors venir ici est devenu un rituel pour les médecins et ces omelettes réchauffent le cœur et redonnent de l’énergie. Je me suis dit que ça serait une bonne idée de t’y amener. Pour te partager une autre partie de ma vie. »

La jeune femme termina par un doux sourire. Le temps qu’elle lui avait expliqué tout cela, fut suffisant pour apporter les plats aux deux shinobis. Il en manquait un pour Teruyo qui allait arriver après. Rien que voir les mets présentés agréablement et la fumée qui chatouillait leur narine, la Chiwa commençait déjà à baver sans s’en rendre compte. Son regard brillait intensément devant cette nourriture si jolie et si appétissante. Tous ces plats, de vrais gourmands, dirait-on, mais surtout des shinobis qui se dépensaient tellement qu’ils méritaient leur lot d’énergie. La douce attrapa l’assiette dans sa main, de beaux rouleaux caramélisés étaient bien installés avec un jus à côté et on pouvait voir dans le roulé, différentes couches de couleurs. Elle prit ses baguettes et attrapa un rouleau avec agilité et le tendit au Miyamoto en souriant.

« Tu veux goûter ? »

Lui proposa-t-elle tout naturellement, un doux sourire aux lèvres.


_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Hxv1


Dernière édition par Chiwa Aimi le Dim 31 Mai 2020 - 11:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Dim 31 Mai 2020 - 10:42

Installés à table, notre commande passée, le thé arriva rapidement, un thé noir puissant et parfumé qui laissait en bouche une légère amertume qui permettait de relever le gout de l’œuf en général. D’un geste agile et rompu à l’exercice, je nous servais rapidement deux tasses, repoussant celle d’Aimi vers elle avant de me servir. Une fois chose faite, théière posée sur le côté de la table, tasse prise à deux mains pour me réchauffer les doigts, je soufflais doucement sur le liquide pour évacuer un peu de chaleur avant de le boire. Profitant de cet instant de sérénité, j’en profitais pour découvrir les lieux, un endroit en apparence simple, cosy, mais bien aménagé qui donnait un caractère chaleureux. Entre la petite ambiance et la cuisine, si les mets étaient aussi bons que ce que la décoration était de bon gout, je comprenais pourquoi les gens pouvaient revenir.

« Bien sûr que je compte goûter ton omelette, mais attention hein … en matière de cuisine, je ne rigole jamais. » dis-je en rigolant de bon cœur.

Attendant d’être servis, j’écoutais avec attention les paroles de la jeune médecin, et au fur et à mesure de son discours, mon sourire jovial s’effaçait peu à peu, offrant dès lors un regard désolé à la jeune femme. Alors que nos plats étaient servis, à l’exception d’un seul, cette fameuse omelette au poivre et à la coriandre, baissant quelque peu les yeux sur la nourriture, je relevais doucement la tête et m’adressais à la rubiconde d’un ton plein de compassion.

« Je … Je n’imaginais pas à quel point cet endroit pouvait être pour toi un réconfort. Ce restaurant doit surement être l’un des derniers du village que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester, mais pour moi, chaque visite se fait dans un but gastronomique. Quand je t’écoute, je comprends pourquoi tu viens ici, ce besoin de changer d’air, d’être dans un environnement qui tranche avec ton quotidien. Je me sens idiot quand tu me parles de ton travail, de tout ce que tu accomplis, alors que moi ? Je fais quoi ? Une mission quand on m’en donne l’ordre ? Aller capturer un commerçant frauduleux ? Aider un marchand en protégeant son convoi ? Je me sens ridicule par rapport à tout ce que tu apportes au village. Mais quand je m’écoute, ça me conforte dans mon idée que tu ferais une bonne Kage. »

Puis subitement, de mes deux mains, je me claquais les joues de manière suffisamment forte, laissant deux marques rouges bien distinctes avant de reprendre mon discours de manière bien plus chaleureuse.

« Mais comme tu le dis, c’est le réconfort que tu cherches en venant ici, alors profitons de ce moment, je ne me laisserais pas gâcher cet instant. Bien, le plus important désormais, goûtons ton omelette !»

Sans autre mot, d’un geste agile, j’attrapais ma cuillère, la faisant tourner entre mes doigts avant de la plonger dans la petite sauce, me permettant de recouvrir une petite partie de l’omelette. De manière douce afin de ne pas casser la structure du plat, je découpais un morceau de la tranche de ma cuillère afin de l’enfourner goulûment dans ma bouche, me laissant échapper un petit soupir de satisfaction.

D’un nouveau geste souple, je découpais un morceau de mon omelette au riz sauté et en prenait une cuillère généreuse. Faisant passer mon bras au-dessus de la table, évitant de trembler pour éviter de perdre le moindre grain de riz, ma seconde main sous la cuillère par sécurité, je scrutais la demoiselle.

« Et toi ? Tu veux goûter ? », sourire radieux accroché à mon visage.


_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Dim 31 Mai 2020 - 13:46





Le thé servi, Aimi observa son camarade remplir agilement sa tasse, à croire qu’il avait toujours fait ça. Elle inclina légèrement sa tête pour le remercier et le copia en l’attrapant au creux de ses fines mains. C’était chaud, mais supportable et la vapeur chatouillait agréablement ses narines. La Chiwa souffla aussi dessus, prenant exemple sur son ami et l’apporta à ses lèvres pour s’en délecter. La rousse inspira et expira au creux de son thé. L'amertume était présente au souhait bien que la jeune femme ne l’apprécie pas, sauf pour faire ressortir le goût d’autres mets accompagnés. La douce déposa sa tasse en l’écoutant et sourit doucement face à son rire chaleureux. Un peu sur la retenue, dans un lieu aussi bondé, elle se montrait bien plus réservée et calme.

Ensuite, l’Eiseinin se confia sur la nature de sa “relation” avec ce restaurant et trouva un Teruyo assez touché par ses paroles. Elle sourit tristement en voyant qu’il comprenait, mais moins lorsqu’il lui confia se sentir idiot. Ses sourcils se froncèrent légèrement, montrant son mécontentement face à ce qu’il disait.


« Merci de comprendre. Par contre, je ne suis pas d’accord sur ce que tu dis ensuite. En quoi tu te sens idiot d’aider les gens et de faire ton travail de shinobi ? Ce que je fais, ce n’est que mon travail, comme les autres médecins. Ensuite, tu as mis au monde une petite fille merveilleuse et tu en prends soin et tu l’aides à grandir, tu l'éduques, en plus de réaliser tes missions et de te battre pour ce que tu chéris. Alors ne dis pas ça, pas devant moi. »

Ses orbes écarlates constataient les marques sur ses joues, elle aurait pu la lui mettre elle-même si elle avait été à côté. Mais elle n’aimait pas vraiment le voir se faire du mal ainsi, paradoxalement.

« La prochaine fois, laisse-moi te mettre la claque et évite de te faire du mal ainsi. Je vais devoir te faire un bisou magique après. »

L’énervement avait déjà disparu, faisant place à un petit sourire amusé. Ce n’était pas le moment de casser cette ambiance chaleureuse et agréable, Aimi avait envie de simplement profiter, mais elle ne comptait pas le laisser se sous-estimer et se considérer ainsi. Place alors à l’omelette, là, les deux iwajins étaient d’accord pour se partager les mets et profiter tranquillement du restaurant qui allait combler leur appétit. Aimi le contempla silencieusement ajouter de la sauce à son petit rouleau. Elle fut amusée de le voir faire et observait chaque fait et geste du rouquin. Une fois dans la bouche, un regard curieux se posa sur lui alors qu’il semblait satisfait de cette bouchée. Contente, elle reposa l’assiette devant elle et sourit avant d’attraper ses baguettes. Alors qu’elle attrapait un rouleau pour le mettre en bouche, elle fut arrêtée par une cuillère que lui proposait le Miyamoto. Clignant des yeux plusieurs fois, la bouche ouverte, la jeune femme s’arrêta devant son grand sourire avant de sentir ses joues se colorer fortement.

« Euh...b… je… d’accord... »

Arriva-t-elle à placer, ne s’attendant pas à ce geste de sa part. Elle approcha alors sa tête et vint attraper le poignet qui tenait la cuillère comme pour diriger celle-ci jusqu’à sa bouche, histoire d’être certaine de ne pas rater la cible. Elle savoura celle-ci alors que ses joues gonflées se régalaient. Un son de satisfaction comme les enfants s’échappa alors qu’elle souriait, délicieux. Son attention se porta alors sur ses rouleaux qu’elle avait hâte de goûter et elle eut l’idée d’utiliser la même sauce que le Miyamoto. Ses baguettes attrapèrent alors le met, qu’elle emmena dans sa bouche. Un feu d’artifice de sensation éveilla ses papilles alors qu’elle soupira d’aise. Manger pouvait requinquer en si peu de temps et si fortement. Ses pupilles vermeilles se posèrent sur son ami qui semblait se plaire devant tous ses plats.

« Alors dis-moi, parle moi de toi. Qu’est-ce que tu aimes, ce que tu n’aimes pas. As-tu trouvé un pays vers lequel tu voudrais t’aventurer avant les autres? »

[i]Quitte à manger ensemble, autant essayer de le connaître un peu plus, c’était là tout le précieux d’un bon repas dans un restaurant chaleureux.[./i]


_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Hxv1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Lun 1 Juin 2020 - 20:10

J’aurais du m’y attendre. La réaction de la demoiselle envers cette simple considération que je n’étais pas aussi important qu’elle compte tenu de nos rôles respectifs dans la communauté ne rencontra pas un franc succès auprès de ma jeune amie qui, comme la dernière fois, me le fit savoir promptement dès la fin de mon laïus clôturé par ces petites claques que je m’étais mises. Me grattant la tête de manière gênée, le regard baissé, malgré les marques sur mes joues, on voyait clairement que je rougissais.

« Je me sens pas idiot d’aider, c’est juste qu’en comparaison de ce que tu fais, mes actions semblent n’avoir que peut de valeur. Ramener à Iwa une caisse de marchandise, c’est peut-être utile, mais toi, tu sauves des vies, tu t’assures que des gens puissent rentrer chez eux, retrouver leur famille. Tu les soignes, tu leur redonnes le sourire. Je dis juste que ton travail est admirable. Faire preuve d’autant d’abnégation, ce n’est pas donné à tout le monde, surtout à ton âge. Quand j’étais jeune, avec Yui, nous n’avions que pour ambition de voyager et découvrir le monde, nous ne pensions qu’à nous et à nos rêves. Toi, tu portes l’espoir d’un peuple blessé. Mais bon, ce doit être l’âge qui me fait dire ça. »

Relevant la tête, quelque peu embarrassé, je reculais promptement lorsque la rubiconde m’offrit cette douce menace amusée. De mon côté, laissant de côté cette petite contrariété, je me reculais sur mon dossier, me tortillant sur moi-même dans une position grotesque, mes bras protégeant mon visage. Baissant mes mains, laissant apparaître enfin mon regard, je chuchotais quelques mots.

« Tu n’oserais pas me taper quand même ? Mais si c’est pour avoir un bisou magique après, je sais pas. Après tout, ça a toujours marché sur Saya. J’aurais l’impression de retourner en enfance ahaha. »

Par chance, les plats servis vinrent radicalement changer l’ambiance de notre tablée et après avoir goûté avec satisfaction à l’omelette d’Aimi, c’était tout naturellement que je faisais goûter l’un de mes plats. Cuillère remplit en main, je restais quelques secondes étonné face à son hésitation avant qu’elle ne se décide à prendre la bouchée que je venais de lui offrir.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Ah ! C’était pas celle-là que tu voulais goûter ? Excuse moi. Tu veux laquelle ? »

Finalement, alors que chacun commençait à s’occuper de sa dégustation, Aimi prit la parole pendant que j’engloutissais, littéralement, une belle portion de cette omelette au poivre et à la coriandre qui venait finalement d’arriver. Directement servi baveuse, je me pressais de la déguster afin que sa texture fondante ne disparaisse pas avec la chaleur résiduelle qui finissait, petit à petit de la cuire. Levant les yeux sur la demoiselle, mes joues de hamster se dégonflèrent quelques secondes plus tard.

« Parler de moi ? Eh bien, je sais pas quoi dire. Je n’ai pas vraiment l’habitude de parler de moi. Qu’est-ce que j’aime ? Je dirais ma famille, mes amis, mais ça tu t’en doutes déjà. La cuisine aussi, mais ça, ça se voit. Après … je … je sais pas. Je n’y ai jamais vraiment réfléchi. En fait, depuis que Yui n’est plus là, t’es la première à me poser cette question. »

Comme un souvenir quelque peu douloureux, je baissais mon regard quelques instants sur mon assiette, triturant un bout d’omelette avec ma cuillère avant de lever à nouveau les yeux sur la rubiconde, un sourire triste accroché à mon visage.

« Mais j’ai une nouvelle vie désormais, ça ne peut aller que mieux. Et pour te répondre, non, je n’ai pas vraiment fait de choix encore, mais je me dis que commencer par explorer le pays ne peut être qu’une bonne chose non ? Et toi ? Malgré tes responsabilités, toujours cette envie ? Tu m’accompagnerais ? Après tout, c’est un peu grâce à toi que je suis entré au Manazuru. »



_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Mer 3 Juin 2020 - 19:18





La moue que arborait Aimi traduisait de son mécontentement. On pouvait voir ses fins cils se froncer et lui donner un petit air sévère. Elle n’aimait pas être comparée pour ce qu’elle faisait et qu’à côté, il trouvait ne pas en faire suffisamment ou que ça ne soit pas pertinent. Puis il ne fallait pas croire que tous les cas étaient des réussites, bien sûr qu’ils sauvaient des vies, mais ils en perdaient aussi. Son visage termina tout de même de s'adoucir alors que ses joues se coloraient devant tant d’éloges. Elle ne pensait pas les mériter plus que ça, mais qu’on reconnaisse tout le sacrifice de sa personne la touchait beaucoup. La Chiwa sourit doucement en l’entendant parler de Yui et lui ainsi que leur projet. S’il savait.

Sa petite démonstration de craintif face à sa douce menace amusa la chunin qui le regardait faire en levant les yeux au ciel. Il n’en manquait pas une pour la faire rire, à croire qu’il était encore plus enfant qu’elle. Les bisous magiques de sa défunte mère avaient été les plus beaux remèdes de son enfance, c’était un petit clin d’œil qu’elle adressait, lui prouvant une certaine affection.


« Ceux de ma mère ont toujours marché en tout cas... Tu sais, j’ai aussi eu mes moments égoïstes, j’ai eu mes échecs, j’ai mené la vie dure à mon père et à mes professeurs. J’ai peut-être grandi trop vite, je ne sais pas, pour avoir changé autant. Mais il y a quatre ans encore, si je n’avais pas ouvert les yeux sur la peste que j’étais, j’aurais pu ne jamais être médecin. Mon mentor me l’a bien fait comprendre. Nous sauvons des vies, mais nous en perdons aussi, nous échouons et essayons de nous battre pour qu’il y ait le moins de perte possible. J’ai… ôté la vie de beaucoup, à Tetsu et je n’oublierai jamais. J’ai appris qu’il était parfois nécessaire de sacrifier un bout de son âme pour sauver une plus grande cause, mais ça me hantera sûrement pour toujours. Tout ça pour dire qu’on fait tous de notre mieux et que tu restes une personne incroyable, que la moindre chose que tu entreprends, peu changement le monde petit à petit. Crois-toi-en. »

Sauvés par le gong, les deux iwajins furent servis et assaillis d’une odeur très appétissante qui réparait tous les maux. Surprise par la cuillère tendue, elle en fut même gênée, mais termina de l’accepter et ne regrettait pas, vu la délicieuse bouchée qui éclatait en bouche. Elle secoua la tête, lui qui devait penser qu’il avait mal fait les choses. Une petite moue maussade se dessina sur le visage de la kunoichi.

« Non, ne t’inquiète pas. Ca me rappelle juste mes repas avec Musashi... »

La douce préféra lui offrir un grand sourire que de se plonger dans une humeur morose. Il lui manquait beaucoup, ils se voyaient vraiment très peu, voir plus, surtout lorsqu’il quittait le village. Ce qui l’irritait encore plus, c’est qu’il lui cachait les raisons de ses déplacements. La kunoichi tentait de vivre et d’arrêter d’attendre qu’il revienne à chaque fois, mais ce n’était pas facile. Son déménagement de son appartement sera déjà un bon pas vers son indépendance. La douleur dans son cœur restait présente, elle aurait aimé plus de considération et d’explication, mais peut-être qu’elle ne valait pas assez pour lui hein ? Le Chunin secoua la tête pour se retirer définitivement ces idées de sa tête, c’était quelqu’un, sinon elle ne lui aurait pas donné son cœur non ? Seulement, elle comptait bien le reprendre pour en prendre soin, car elle ne méritait pas de souffrir ainsi.

Un bon moyen de changer de sujet était de s’intéresser au père de famille. Elle lui demanda alors, durant qu’il mangeait son omelette de lui parler de lui. C’était une question comme une autre non ? En regardant Teruryo avec ses joues gonflées, la jeune femme ne pu s’empêcher de lâcher un pouffement de rire. Vraiment incroyable.


« Je suis désolée si je t’ai fait rappeler des choses difficiles… C’était pour faire la conversation, je suis vraiment pas douée… Est-ce que tu veux… me parler d’elle ? Enfin, non ça va juste empirer ta petite tête triste, c’est nul comme idée… C’est juste que tu as tellement vécu avec, tu me parles souvent d’elle alors… »

La jeune femme se gratta l'arrière de sa tête quelque peu embarrassée, elle avait le talent pour se mettre dans une situation embarrassante. Change de sujet, Aimi, change.

« Hum, euh, oui, mon envie de voyager est toujours présente, bien que je me sens un peu mariée à l’hôpital ahah… Si j’en ai l’occasion, je t’accompagnerai avec grand plaisir. D’ailleurs, comment se passe l’intégration au Manazuru ? Je ne t’ai pas assez félicité. »

Ses baguettes attrapèrent un nouveau bout d'omelette caramélisée avant de la manger et de faire gonfler ses joues comme le Miyamoto. C’était vraiment trop bon pour ne pas la savourer tranquillement. La serveuse termina d’ailleurs par revenir avec le dernier plat en s’excusant pour l’attente. Aimi lui fit un sourire de hamster alors qu’elle terminait sa bouchée. Elle attendait alors les réponses du rouquin qui seront sûrement riches.



_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Hxv1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Sam 6 Juin 2020 - 11:26

Avec tout ce qui s’était passé au cours de la journée, finalement, ce dîner était un moment de repos bien mérité et, entre l’ambiance des lieux et la saveur des plats, tout était propice à une discussion entre amis. Alors que je faisais mon habituel pitre, un trait de caractère bien particulier chez moi, quand la jeune femme commença à parler, lui offrant un grand sourire, je reprenais une position plus sérieuse et propice à la discussion, me redressant sur ma chaise, calant confortablement mes fesses sur l’assise moelleuse du coussin.

« Tu sais, on a tous eu des moments égoïstes dans notre jeunesse et je ne pense pas qu’une seul enfant n’ait pas été un jour un fléau pour ses parents. Saya est mon rayon de soleil, mais par moment, comme tous les enfants, elle fait aussi des caprices. »

Buvant une gorgée de thé, je reposais doucement ma tasse avant de poursuivre.

« Difficile de dire aujourd’hui si les générations grandissent trop vite ou non. Bien trop de choses sont à prendre en considération. Et tu mets le doigt sur un point important. Ton mentor t’a ouvert les yeux ? C’est ça le plus important. Que les générations futures soient guidées par les précédentes, c’est dans l’ordre des choses. Il viendra un temps où toi aussi, peut-être, tu seras amenée à guider quelqu’un qui te ressemble quand tu étais plus jeune. »

Souriant, j’avais reçu la petite leçon d’Aimi avec une certaine philosophie, même si j’étais convaincu que son travail pour Iwa était bien plus important que tout ce que je pourrais accomplir de manière totalement égoïste si je poursuivais mon rêve d’exploration.

« Perdre des vies quand on est médecin, surtout dans un hôpital et dans les conditions que l’on connaît, cela n’a rien d’anormal. Cela doit être difficile à vivre par moments et j’en suis navré pour toi, mais dis toi que grâce à tes efforts, nombreux sont ceux qui auront eu la chance de revoir leurs proches. Enfin bon, si tu crois en toi, je vais croire en moi aussi alors. »

Finalement, délaissant cet échange qui aurait pu être bien plus moribond, l’arrivée des plats donnant un nouvel élan à ce dîner jusqu’à ce que ma cuillère d’omelette au riz sauté vienne porter une ombre au tableau, Aimi acceptant de bon cœur de gouter tout en ayant une mine morose.

« Ah ? Pardon, loin de moi l’idée de marcher sur les plates-bandes de Musashi. »

Si ses paroles se perdaient quelque peu au fond de la gorge de la chunin, ça et le ton employé ne m’incitaient guère à m’étendre sur le sujet, ce dernier étant a priori sensible. Après toutes les émotions de la journée, ce n’était sûrement pas une bonne idée de discuter de cela, et si Musashi avait fait forte impression auprès de Saya en lui offrant un tournesol de cristal, je ne connaissais que peu de chose sur lui, si ce n’était quelques-unes de ses capacités.

En pleine réflexion, je sortais de ma torpeur lorsque ma jeune amie, quelque peu gênée m’interrogea sur Yui. Avec un pincement au cœur, je lui souriais chaleureusement.

« Rassure-toi. J’ai fait le deuil de Yui depuis bien longtemps. Ca ne veut pas dire que je ne serais jamais triste en pensant à elle, seulement que j’ai accepté son départ. Comme je suppose que tu n’oublieras jamais tes parents, c’est pareil pour Yui. »

Étrangement, si songeait à elle faisait parfois peser une lourdeur sur mon cœur, parler d’elle en revanche ravivait en moi une certaine flamme, offrant ainsi à mon interlocuteur un tempérament chaleureux.

« Yui c’était la plus forte de nous deux. C’était elle qui avait des rêves de grandeur et qui avait su me convertir à tout cela. Je ne sais pas ce qu’aurait été notre vie aujourd’hui, mais si nous avions continué notre vie de ninja, je suis certains qu’elle serait à la tête du Manazuru aujourd’hui à lancer tout un tas d’exploration, de recherches et autres. Elle avait toujours des idées plein la tête, pas toujours les meilleurs, mais cela n’avait pas d’importance, je l’aimais comme elle était. Tu sais … »

Rougissant quelque peu, je poursuivais mon laïus.

« … par moments, j’ai l’impression de la revoir à travers toi. Vous vous ressemblez sur certains points, cette force intérieure, cette détermination… enfin bon … je te rassure… je dis pas ça pour te mettre mal à l’aise ou quoi que ce soit d’autre. »

Par chance, si j’avais posé la question des voyages, Aimi m’avait également fait part de son désir de voyage toujours bien présent. Tout ceci me permettait de rebondir avant que la situation ne devienne gênante.

« Si tu peux m’accompagner, ce sera avec plaisir. Après tout, sans toi, je ne serais peut-être pas là, enfin, au Manazuru. D’ailleurs, j’ai peut-être une piste. Je t’en parlerai si ça venait à se confirmer. »

Raclant un reste de riz de mon assiette avant de passer à la dernière omelette, je réfléchissant quelques instants avant d’opter pour une discussion d’un ton bien plus sérieux que depuis le début du repas.

« Comment ça se passe au Manazuru ? Disons que pour le moment, ça ne donne malheureusement pas grand-chose. Difficile de me faire un avis après si peu de temps, mais de ce que j’ai vu, entre le manque de moyens, le manque de membre et sans vision claire de ce que nous devons ou devrions faire, cela ne bouge pas beaucoup malheureusement. Mais bon, j’essaie quand même d’œuvrer du mieux que possible en attendant que les choses s’éclaircissent. En tout cas, vous semblez pas avoir ce problème au Shishiza. »

Repoussant les assiettes vides devant moi, d’un regard plein d’intensité et de détermination, je plongeais mes yeux dans ceux de la rubiconde et d’un ton grave lui poser cette fameuse question.

« Aimi … tu prendras quoi en dessert ? Tu me conseilles quoi ? »

_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Mar 23 Juin 2020 - 12:01





La jeune femme se contenta de hocher de la tête, oui tout le monde passait par cette période de crise, mais Aimi n’en était pas fière. Surtout, car elle n’avait pas pu rattraper le temps passé à faire sa rebelle auprès de son père et que maintenant, cela ne sera plus possible. La douce étira ses lèvres en l’écoutant, le Miyamoto avait franchement raison. Le plus important était qu’elle s'était remise en question et qu’elle ait changé sur sa façon de voir les choses. La prise en maturité a d’ailleurs été très brutale pour la kunoichi qui s’est vue devoir prendre des responsabilités effrayantes et la pression que son père lui mettait n’avait pas aidé. Mais en même temps, elle ne regrettait pas ce qu’elle était devenue et ça, elle le leur devait. À son tour de guider les futures générations.

La kunoichi leva son verre de thé et le salua avec avant de porter la tasse à ses lèvres pour y goûter le breuvage encore chaud. Elle savait bien qu’il était impossible de sauver tout le monde, mais cela n’empêchait pas que dans ces moments-là, prendre une bonne bouffée d’air frais et essayait de penser à autre chose, aidait à surmonter les épreuves. Bien que beaucoup de vies étaient sauvées et prises en charge, la perte était souvent très lourde. Ils faisaient simplement tout leur possible pour qu’il y en ait le moins possible.


« Croyons en nous, Teruyo. Il le faut. »

La rousse fut surprise de cette cuillère tendue, presque interdite quelques secondes, elle finit par prendre la bouchée avec plaisir. Mais sa petite mine ne fut pas passée inaperçu. La rousse secoua la tête alors avant de sourire tristement.

« Oh ne t’inquiète pas, ce n’est pas comme s’il y avait encore un support sur lequel marcher… Enfin, ne parlons pas de choses tristes s’il te plaît… »

Son coeur se serra sur ses paroles, la jeune femme fronça des sourcils et se força à ne pas se décomposer davantage. C’était quelqu’un de bien, elle n’avait pas envie de donner une image du blond qui n’en serait pas une bonne, elle voulait simplement arrêter d’avoir mal au cœur et avancer. La suite du sujet ne fut pas vraiment plus gaie, mais en même temps, Aimi était curieuse d’en apprendre plus sur le passé du rouquin et sur celle qui avait partagé sa vie et son cœur. Un sourire triste apparut sur son visage en l’écoutant, il avait raison. On n'oubliait pas, mais on essayait d’avancer et de vivre avec. La douce fut tout de même surprise de le voir parler avec autant de chaleur et de passion, il devait vraiment l’aimer. Elle semblait être comme ce rayon de soleil sauvage et imprévisible, plein de rêves en tête et pleins d’espoir et d’idées. Cela lui rappelait vraisemblablement quelqu’un. Et Teruyo semblait du même avis lorsqu’il pensait la revoir à travers elle. Aimi fut touchée et sourit doucement en se disant qu’ils avaient pensé à la même chose. Elle n’était pas vraiment mal à l’aise, mais plutôt honorée de pouvoir arborer une image aussi belle.

« Merci d’avoir bien voulu m’en parler. Je suis honorée que tu puisses la revoir en moi, ça me donne limite envie de me surpasser encore plus ahah... »

Après lui avoir parlé de son désir de voyager, la doucereuse attrapa un bout d’omelette presque terminée. La jeune femme lui sourit et hocha de la tête, hâte d’en savoir plus sur sa petite piste. Elle le questionna ensuite sur la situation au Manazuru, après tout, elle l’avait guidé vers là-bas alors elle espérait bien qu’il s’y plairait. Mais cela ne semblait pas être la joie, elle comprenait un peu ce qu’il voulait dire pour penser la même chose du Shishiza. Tout cela avançait bien trop lentement, mais que pouvait-elle y faire ?

« Eh bien… Pour tout t’avouer, je n’ai pas eu beaucoup d’occasion d’agir pour le Shishiza encore, alors je trouve que ça avance pas beaucoup aussi. Mais tout comme toi, je ferai de mon mieux pour améliorer les choses et faire vivre le tout. Il y a beaucoup de choses à voir pour la gestion interne du village, beaucoup. »

Après un petit soupir de lassitude, la kunoichi remarqua l’air assez sérieux de Teruyo qui la fixait intensément. Presque surprise par ce changement d’air, la jeune femme se tendit comme un piquet attendant qu’il s’adresse à elle pour… la questionner sur le dessert… Aimi faillit s’étouffer tellement elle avait retenu son souffle et ne put s’empêcher de rire légèrement devant cette situation plutôt amusante.

« Dis donc, tu m’as fait peur, j’ai cru qu’il s’était passé quelque chose de grave ! Eh bien, je te conseille de goûter aux omelettes caramélisée, il y a du chocolat dedans mélangé à de la pâte de haricot rouge, c’est un vrai délice. Attends ! »

La doucereuse empila les assiettes avant de chercher du regard la serveuse et lorsqu’elle attrapa celui-ci, elle fit signe de la main. La femme s’empressa de venir avec son petit carnet.

« Pour le dessert, nous voudrions un plateau de vos omelettes caramélisées avec le mélange de pâte de haricot rouge et de chocolat. »

Une fois qu’elle avait tout noté, la jeune femme attrapa les assiettes et les couverts et disparut. Les pupilles écarlates de la chunin se posèrent sur son ami, un petit sourire accompagna son regard.

« C’est à s’en rouler par terre, je te le dis. Tu ne vas pas oublier de sitôt ce restaurant. »

Comme toujours, le dessert arriva rapidement, à croire qu’ils préparaient en avance les différents mets. La jeune femme saliva d’avance en observant ces bouts d’omelette scintillants à la lumière et super appétissant. Ses yeux rubis brillaient d’envie alors qu’elle attrapait ses baguettes. Elle eut une petite idée alors. Attrapant un bout de l’omelette et posant sa main en dessous, elle la tendit alors vers le Miyamoto.

« Aller, fais aaaaaa, papa Teruyo ! »


_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Hxv1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Sam 27 Juin 2020 - 20:29

Si chacun pouvait faire preuve de faiblesse, de détachement, de laisser aller, il était aussi vrai que chacun de nous avait en lui cette force de conviction, cette volonté et ce désir d’aller plus loin. Je crois qu’au cours de cette journée, Aimi et moi avions tour à tour exprimé l’une et l’autre de ces facettes. Mais au-delà des morts de réconforts et des marques d’amitié, les mots que la jeune femme venait de prononcer, comme un toast porté avec une simple tasse de thé avaient presque plus de force que tout ce que l’on avait pu se dire. Baissant légèrement la tête, souriant timidement, je prenais moi aussi mon breuvage chaleureux et levait la main à hauteur de celle de mon amie.

« Tu as parfaitement raison, croyons en nous. L’espoir est une force insoupçonnée qu’il ne fait pas ignorer. »

Quant à la suite de mes remarques, j’avais le sentiment d’avoir mis les pieds dans quelque chose qu’il ne fallait pas en parlant de Musashi. Quelque peu gêné par la situation, je reléguais ce moment pour en parler dans une situation plus appropriée dans le meilleur des cas.

En revanche, s'il y avait bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas aujourd’hui, c’était de parler autant de Yui. Depuis combien de temps ne l’avais-je pas fait ? En fait, je ne me souvenais pas l’avoir fait depuis sa disparition en dehors du cercle familial. J’avais eu plusieurs fois l’occasion d’en parler, mais pas dans de telles circonstances. Ce devait être l’amitié que je portais à la jeune femme et le sentiment que son intérêt était réel qui m’avaient poussés à agir ainsi. Cet échange m’avait tiré quelques larmes retenues aux coins des yeux, mais en parler m’avait aussi permis de raviver de bons souvenirs.

« Tu sais, si je parle d’elle de cette manière, c’est aussi parce que je me sens à l’aise de t’en parler … »

Puis, sur un ton résolument plus guilleret, je terminais ma phrase en rigolant gentillement, un sourire espiègle sur le visage.

« … et puis, il faut que tu te surpasses, car Yui était plus forte que moi, et si je me souviens bien, nous avons fini sur une égalité ahaha. »

Le ton léger de la discussion nous permettait ainsi de parler de tout et de rien. Et si malgré ma commande d’omelettes, la quantité dans mes assiettes était plus importante que dans celle d’Aimi, c’était bel et bien moi qui attendais qu’elle termine son plat pendant que je la regardais en souriant, me permettant ainsi d’aborder le sujet du Manazuru, unité dans laquelle j’étais, un peu en partie grâce à elle. Si j’exprimais là les difficultés que je rencontrais, il semblait que le Shishiza partageait les mêmes difficultés. Continuant sur ma touche humoristique, je reprenais le fil de la discussion.

« D’une certaine manière, le Yamagenzo reste cohérent. Si le Manazuru et le Shishiza semblent si peu structurés, il y a fort à parier que c’est aussi le cas pour le Sazori. Autant dire qu’on a toutes les deux-là unes belles missions. Avant de vouloir changer le village, arrivons déjà à changer nos unités. Faisons évoluer tout cela pour en faire de vrais organes utiles pour Iwa. »

Finalement, arriva enfin le moment douceur de ce repas avec le dessert dont le choix avait été laissé à loisir à l’eiseinin qui savait exactement ce qu’elle voulait.

« Une omelette sucrée ? Je crois bien que c’est la première fois que je vais en manger. C’est pas forcément une mauvaise idée, après tout, dans un flan, un gâteau ou des biscuits, il y a bien des œufs. Je suis curieux de voir ce que cela peut donner, mais j’ai totalement confiance. Jusqu’à maintenant tu as fait un sans-faute, et tu te doutes bien qu’en matière de cuisine, je suis intraitable ahaha. »

Les assiettes arrivant une nouvelle fois sur notre table, je restais sans voix devant l’aspect si appétissant de la chose. Les yeux rivés sur la douceur sucrée, j’en salivais d’avance.

« Tu as raison, ça a l’air a l’air super bon. J’en connais une qui rêverait de déguster ça. Faudra que je l’y amène. Et j’en connais une autre qui aurait déjà mangé la moitié de tout ça le temps qu’on en parle ahahah. »

Levant les yeux, j’interrompais mon palabre quand Aimi, baguettes à la main, porta à ma bouche une bouchée qui s’avéra succulente. Amusé par la situation, mais les joues rougissantes, je terminais mon assiette

« Je … ahah … c’était bon … merci. Papa Teruyo aura appris plein de choses aujourd’hui. »

Terminant une énième tasse de thé, finalement, je me levais, invitant la rubiconde à me suivre.

« C’est pour moi, je t’invite, ça me fait plaisir. Grâce à toi, j’ai pu découvrir les lieux. Merci. »

Une fois, dehors, la fraîcheur vivifiante de la nuit vint saisir mon visage, me procurant quelques frissons. Levant les yeux au ciel, je regardais les étoiles partiellement voilées, me remémorant cette journée si particulière.

« Eh bien, quelle folle journée. Je ne me serais pas attendu à cela ce matin. »

Puis, laissant planer quelques secondes de silence, je me risquais à aborder ce qui me semblait être un sujet sensible lorsque j’avais mentionné le point en début de repas.

« Et sinon … avec Musashi … ? Ça se passe bien ? J’ai eu l’impression tout à l’heure que le sujet était quelque peu sensible. »

_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Lun 20 Juil 2020 - 0:37





L’espoir faisait vivre, mais se cantonner à celui-ci, c’était aussi se risquer à tomber très haut. La rousse le savait bien et prenait ses précautions pour ne pas que cette chute soit la dernière. Elle essayait de s’entourer de soutien et s’entraîner dur pour ne pas avoir à vivre cela. Le toast porté, Aimi prit une bonne gorgée de ce breuvage à la fois chaud et frais. Un sujet délicat commença à être initié, mais en voyant la mine de la rubiconde, son ami décida de tourner court au sujet, mais le suivant n’était pas le plus joyeux. Mais contrairement à l’Eiseinin, le rouquin était plus enclin à en parler. La douce était touchée de savoir qu’il ne se sentait pas gêné de lui en parler, c’était une manière de lui accorder cette confiance qui faisait chaud au cœur. La Chiwa se contenta de sourire timidement, respectant un silence que Teruyo méritait pour parler de sa défunte femme. Mais comme toujours, celui-ci termina ses paroles sur une touche plus amusante qui décrocha une esquisse sur les lèvres de la kunoichi.

Alors qu’elle finissait ses bouchées et que le genin semblait déjà avoir terminé les siennes, le duo de choc vira sur le système organisationnel des unités spéciales de la Roche. Chacun posait son avis sur le sujet et ils semblaient d’accord sur le fait qu’il y avait encore beaucoup à faire.


« Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire une réunion avec Ryoko et les membres du Shishiza, mais je pense qu’un rassemblement d’idées et une organisation qu’on suivra pourra déjà aider. Il faut aussi penser aux recrutements possibles pour pouvoir dynamiser davantage le Yamagenzo et donc le système militaire, commercial, diplomatique et interne du village. Beaucoup de choses à voir... »

Voilà que la rousse se perdait dans un discours bien à elle. Elle qui pensait à tout, qui ne supportait pas manquer d’ordre dans son travail ou sa vie, si elle pouvait tout faire au sein de la branche interne, elle le ferait. La douce se racla la gorge et sourit gênée, sauvée par l’arrivée du dessert qu’elle présenta à Teruyo comme l’une des merveilles du Yuukan. Elle voyait bien que son camarade était surpris, on dirait un professionnel qui en sait beaucoup sur le domaine de la cuisine. Amusée et joueuse, la jeune femme croisa les bras et se laissa tomber contre le dos de sa chaise et lui lança un regard de défi. Bien sûr que c’était bon, et elle avait hâte de le voir avouer ! Déjà, l’aspect semblait lui plaire, un point de gagner. Mais il allait découvrir que le palais pouvait exploser encore et encore, même après avoir mangé et découvert pleins de goûts différents. La mention de sa fille offrit un baume au corps à la rubiconde qui sentit les traits de son visage s’adoucir, elle sourit doucement et l’observa silencieusement. C’était beaucoup plus intéressant de le regarder découvrir.

La doucereuse était contente qu’il apprécie, plutôt ravie, elle prit à son tour une bouchée et garda ses joues gonflées le temps de laisser le goût envahir sa bouche et émit un son de satisfaction. Après avoir terminé, l’Irounin fut invitée par le papounet et bien que gênée, elle le remercia en s’inclinant respectueusement.

L’extérieur était bien différent du restaurant, plus sombre, beaucoup plus froid et calme. C’était tout de même agréable, au point où la jeune femme s’étira de tout son long.


« C’est le cas de le dire, c’était une chouette journée, ça fait vraiment du bien. Hâte de prendre ma revanche et que tu me fasses découvrir un nouveau restaurant. »

Un petit rire s’échappa de ses lèvres rosées avant que le silence domine la conversation. D’un signe de la tête, la combattante l’invita à venir marcher à ses côtés, alors qu’elle se dirigeait vers les quartiers résidentiels. Musashi… Il fallait bien qu’il lance le sujet à un moment ou un autre…

« À vrai dire, il n’y a pas grand chose à en dire. Et je ne dis pas ça, car je ne veux pas en parler… Il est parti, pendant un certain temps, sans me dire où, ou encore me donner de nouvelle. Il passe, il disparaît et ce n’est plus pareil. J’ai attendu, mais j’ai l’impression que… je ne sais pas… Que j’attends dans le vide… Et j’en ai marre, car ça fait mal. Je crois que je dois essayer d’avancer moi aussi, faire mon propre chemin, mais je pense qu’il restera toujours dans mon cœur, c’est mon premier amour après tout… Je ne sais pas quoi faire... »

Elle traîna des pieds et baissa la tête, ses pupilles rougeoyantes brillaient à cause de la tristesse qui s’accumulait dans le canal lacrymal. Aimi soupira de lassitude, que pouvait-elle vraiment faire de toute façon ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Sam 25 Juil 2020 - 23:56

S'il y avait bien une chose à laquelle je ne me serais pas attendu au cours de cette journée, c’était de discuter de la structure même des unités spéciales et de leur fonctionnement et encore moins de le faire avec Aimi au cours d’une dîner au restaurant dans un établissement spécialisé dans les omelettes, tout en dégustant pour la première fois une omelette sucrée. Mais en fait, avec le recul, il y avait tellement de choses auxquelles je ne me serais pas attendus aujourd’hui. Cette rencontre fortuite avec l’eiseinin, aussi soudaine qu’agréable. Avant cela, ce moment de détente avec ces jeunes enfants, jeunes aspirants à l’académie, des graines destinées à devenir de jeunes pousses et les arbres de notre futur supportant le poids de notre passé. S’en suivi cet entraînement imprévu, test pour quelques-unes de mes capacités, mais également d’une certaine manière une révélation pour Aimi. Mais notre démonstration fut une réussite pour le spectacle que l’on offrait aux bambins.

Les yeux dans le vague pendant que je payais, je me souvenais avec plaisir de cette petite scène pleine d’humour et d’espièglerie avec ma chère amie après notre combat, mais aussi du moment que l’on a passé ensemble, un moment de paix, de tranquillité, une sérénité que je n’avais pas vécu depuis de nombreuses années. Bon an mal an, entre sourire, visages cramoisis et larmes, nos pas nous avez menés sur les traces du souvenir de la chunin, des souvenirs douloureux, mais un moment difficile à passer, un moment que j’avais décidé de partager avec la jeune femme. Enfin, ce repas, exceptionnel s'il en était, surprenant tout autant.

Au final, ce n’était pas un seul moment qui était inattendu, mais toute cette folle journée. Acquiesçant sur les dernières paroles de la jeune femme concernant le Yamagenzo, je constatais que les difficultés étaient les mêmes pour chacun de nous. Une fois à l’extérieur, l’air frais me revigora et me sortit de ma douce torpeur.

« En effet, on pourra remettre ça quand tu veux. En attendant, une bonne nuit de repos sera nécessaire pour t’aider à réaménager chez toi. En tout cas, merci Aimi, ce fut une sacrée journée. Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris du temps pour moi et vivre un tel moment. »

Puis, d’un ton plus doux, presque gêné, je poursuivais mon discours.

« Je te comprends. Je sais ce que c’est de vivre la disparition de quelqu’un. L’important, c’est de ne pas vivre cette situation toute seule. Tu auras mal encore un moment. Il y a des choses qui ne s’oublient pas facilement, des moments, des souvenirs, des paroles, mais il faut l’accepter et aller de l’avant. Mais sache, que je suis là pour toi. Tu es une amie chère, tu as partagé un moment chez nous, tu fais partie de la famille désormais, et à ce titre, on s’entraide. Je ne te forcerais pas la main, mais la mienne te sera toujours tendue et ma porte toujours ouverte. »

Le regard fuyant, après tout ce que nous avions vécu, je me doutais de l’émotion dans laquelle Aimi était. M’approchant d’elle, je la prenais doucement dans mes bras, l’enlaçant chaleureusement.

« Et si tu dois pleurer, pleure. Ca fait du bien, je peux te l’affirmer. Ne retiens pas ce que tu ressens, personne ne te jugera sur ce que tu vis, et surtout pas moi. »

_________________
Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi - Page 2 Empty
Lun 27 Juil 2020 - 9:23





À chaque fois qu’Aimi croisait le chemin de Teruyo, ses journées en devenaient inoubliables. Ce rouquin avait le don pour marquer les esprits rien qu’avec sa présence, il fallait dire qu’ils étaient passés d’un moment intense, à un plus amusant avec les apprentis, puis plutôt agréable en passant par celui où les larmes s’ajoutèrent à la soirée. Tout cela pour finir par dîner dans un de ses restaurants préférés pour passer un moment plus que génial. Lorsqu’ils quittèrent enfin les lieux, la kunoichi eut un sourire très paisible et reposé, bien qu’elle était triste par le sujet qu’elle allait devoir développer. Lorsqu’elle s’exprima sur son lien avec le Han et leur situation très… vague et injuste, la rousse sentit qu’elle allait encore craquer si elle ne se retenait pas. Elle qui gardait toujours le contrôle de ses émotions, voilà qu’aux côtés du Miyamoto, elle se laissait toujours aller. Un vrai don qu’avait le manipulateur de la lumière, se disait-elle.

Une chose était sûre, le rubis ne comptait pas oublier ce qui l’avait tant rendu heureuse. Elle comptait bien aussi ne pas se plonger dans une solitude qui pourrait assombrir son moral. Déjà qu’il y avait quelques mois, elle en était sortie difficilement… Ses pupilles carminées se posèrent sur son ami, qui lui promettait une nouvelle fois d’être là. Émue, ses joues se colorèrent doucement alors qu’elle fut surprise de recevoir une douce étreinte, celle réconfortante et apaisait les maux du cœur. Aimi y répondit avec plaisir et l’étreignit à son tour avant de le remercier au creux de son oreille. Une fois séparée, la rubiconde hocha de la tête et ils purent continuer leur chemin jusqu’à l’appartement de Musashi où elle vivait encore, dans les quartiers résidentiels.
Demain serait donc un grand jour, elle laissera un mot au blond pour lui faire part de sa décision de retourner à la boutique, c’était déjà le strict minimum.

Une fois arrivés, la kunoichi se tourna vers le Miyamoto. Un sourire se dessina avant qu’elle attrape légèrement son poignet et qu’elle le serre tout juste pour lui faire comprendre sa reconnaissance.


« Merci beaucoup pour cette journée Teruyo, c’est l’une des meilleures que j’ai passée, je pense. Je t’attendrai demain matin ici, je n’ai pas beaucoup d’affaires à emporter de toute façon, alors ça sera rapide… Merci et passe une bonne nuit. »

La douce inclina la tête avant de partir vers les appartements, saluant son camarade avant de disparaître de sa vision. La journée de demain représentait un nouveau chemin pour la rousse, elle avait à la fois peur et hâte d’y être. En arrivant à l'appartement vide et sombre, la douce sentit comme un immense vide en elle. Elle se laissa glisser contre la porte et relâcha toute sa peine à travers ses larmes, son cœur avait mal, il lui manquait énormément, mais c'était comme si elle n'était plus dans ses pensées ou qu'elle ne comptait plus. La triste réalité faisait mal.





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037

Doudini, le retour ! - Pv Aimimi

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: